Version classiqueVersion mobile

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

L’Ouest-Éclair et l’information sportive (1899-1914). Entre football et autonomisme

Philippe Tétart

Texte intégral

  • 1 Nous pensons en particulier à l’indispensable M. Martin, La Presse régionale. Des affiches aux gran (...)
  • 2 P.-Y. Croix, Du plomb et des jeux. Le traitement du sport dans L’Ouest-Éclair (1914-1930), mémoire (...)
  • 3 P. Rosanvallon, Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, 1992.

1Il est courant de lire que le sport conquiert la grande presse, notamment la presse régionale, après la Grande Guerre1. Ainsi en va-t-il en effet des « pages » sportives de L’Intransigeant dans les années 1920, de L’Ouest-Éclair à partir de 19232 et, une quinzaine d’années plus tard, de celles de Paris-Soir. Mais les rubriques existent quant à elles dans la plupart des quotidiens parisiens à la croisée des XIXe et XXe siècles, parfois plus tôt comme au Gaulois et au Figaro. Leur venue – et parfois celle de véritables pages sportives comme dans La Presse, L’Intransigeant ou La Petite Gironde – est un tournant décisif car le pouvoir de pénétration des généralistes, supérieur à celui des titres spécialisés, accélère alors la diffusion de l’information, de la culture et des représentations sportives. Qu’on en juge au travers du taux de pénétration des journaux : si plus de 300 quotidiens existent en 1914, comprenant presque tous des informations et/ou des rubriques sportives, c’est que les Français les lisent toujours plus, de 37 exemplaires pour 1 000 habitants en 1870 à 244 en 1914. Cette conquête de la presse et de la lecture, expression emblématique du « sacre du citoyen3 » et du régime de liberté, de débat républicains, est largement favorisée par la presse à un sou. C’est précisément cet univers de la presse généraliste et politique à bon marché que L’Ouest-Éclair vient enrichir en août 1899.

2N’échappant pas au mouvement de sportivisation de la presse, le quotidien rennais publie d’emblée quelques brèves sportives glissées dans les toujours très hétérogènes pages locales. Nées sous la plume de ses correspondants, elles n’occupent néanmoins qu’une infime surface du journal. En 1901 d’ailleurs, lorsque la rédaction crée une rubrique dédiée, son choix est avant tout symbolique. Malgré cet effort d’affichage, le volume d’information augmente à peine. Puis, au fil des ans, surtout à partir de 1904-1905, à la faveur de l’entrée en scène de rédacteurs spécialisés, il s’étoffe et gagne en légitimité rédactionnelle. Enfin, au printemps 1913-1914, en un temps où Ouest-Éclair est devenu le premier quotidien régional en France, la rédaction imprime à sa rubrique spécialisée un rythme quotidien aux accents très footballistiques et militants.

  • 4 Sur ce point : M.-E. Thérenty, « Rythmes et imaginaires. Vivre au rythme du journal », in D. Kalifa (...)

3Nous reviendrons sur cette conquête en nous interrogeant sur la forme de l’information sportive dans L’Ouest-Éclair, sur les enjeux associés au sport par ses rédacteurs, sur l’identité de ces derniers, avant questionner l’hypothèse de l’influence auprès du public de leur mobilisation sur le front sportif. En effet, cette conquête intervient dans un temps où le journal rythme le quotidien social, l’information dictant, selon le mot de Marie-Ève Thérenty, la « diastole/systole nationale4 ». L’historien du sport ne peut donc échapper à cette interrogation sur le pouvoir d’acculturation des médias.

1899. Le sport aussitôt, mais timidement

  • 5 Les deux principaux personnages à l’origine de cette aventure de presse sont donc Emmanuel Desgrée (...)
  • 6 A. Hélard, « Le paysage de la presse rennaise en 1899 », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir (...)
  • 7 Cf. J.-F. Tanguy, « La République, la nation, la politique et Dreyfus. L’Affaire et la vie politiqu (...)
  • 8 7 septembre 1899.
  • 9 P. Harismendy, « L’Ouest-Éclair et la vie politique du bassin rennais avant 1914 », in M. Lagrée, P (...)
  • 10 P. Albert « L’Apogée de la presse française », in Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou,(...)

4Le 2 août 1899, dans la profession de foi qu’il signe en une, Emmanuel Desgrée du Lou, cofondateur de L’Ouest-Éclair5, affirme vouloir en faire un « ambassadeur de la région », soucieux d’aider au « bonheur du peuple », à la « richesse et à la prospérité de la France ». Sur le plan politique et confessionnel, il prolonge ces intentions en le présentant comme un acteur du catholicisme social ne revendiquant pas le moindre « privilège » et souhaitant incarner « le parti libérateur de demain » – libération qui, comme l’a expliqué André Hélard, passe par la réconciliation « du catholicisme et de la République6 ». Ces intentions sont livrées dans un contexte singulier, la tenue du procès Dreyfus à Rennes, ce qui incite à pondérer cette modération. L’Ouest-Éclair se révèle en effet antidreyfusard7, Emmanuel Desgrée du Lou assimilant par exemple dreyfusisme et « morphinomanie8 ». Le choc des chœurs antagonistes du dreyfusisme et de l’antidreyfusisme appelle ce type de radicalisme. Mais pour le reste, la ligne politique de L’Ouest-Éclair est en effet modérée. Si ses ralliements sont « erratiques » (lors des élections notamment), il se caractérise d’abord par son « modérantisme9 » et peut être assimilé à un organe de « ralliement de la démocratie chrétienne10 ».

5Durant les premières semaines de parution, la rédaction se préoccupe donc surtout de faire vivre à ses premiers lecteurs le retentissant procès. Sa une et ses pages intérieures y sont largement consacrées. Mais ses quatre feuillets sont aussi occupés par le traditionnel feuilleton de une, les échos de la vie politique et sociale nationale, locale, les informations judiciaires, officielles, maritimes et enfin la « Chronique Régionale ». Cette dernière est capitale pour un titre dont l’ambition est de rayonner sur la péninsule bretonne en s’appuyant sur la densité de l’information de proximité fournie par ses correspondants.

6Selon un usage récurrent dans la presse quotidienne régionale (PQR), cette chronique comprend dès le numéro 1 deux brèves sportives. La première donne le résultat d’un raid hippique briochin – un 100 kilomètres remporté par Braveul de Plergner en 3 h 25. La seconde rend compte de courses vélocipédiques organisées sous un « très beau temps » par la Pédale Alréenne.

  • 11 5 août 1899.
  • 12 M. Martin, op. cit., 2002, p. 171.
  • 13 M. Denis, « Les premiers journaux de l’abbé Trochu », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.),(...)

7Est-ce à dire qu’en dépit de la pression événementielle (affaire Dreyfus) et l’importance des champs informatifs à labourer – du local au national – la rédaction réserve d’emblée une place au sport ? Non. Pour preuve, après ces deux parutions et la publication d’un entrefilet sur les courses de Morlaix11, le mois d’août 1899 est vide de toute notule sportive. Les premiers pas sportifs de L’Ouest-Éclair sont donc très timides et déterminés par une logique remontante. La rédaction ne traite pas de sport. Elle se contente de faire imprimer quelques notes glissées par ses correspondants au milieu du flot des informations sur l’État-Civil, les faits divers ou les comices agricoles. Seul le mouvement périphérie/centre explique ces parutions, lesquelles s’inscrivent dans le projet d’assurer une information de proximité pointilliste, clé pour une PQR cherchant le succès en imitant les recettes de la presse parisienne tout en plantant résolument ses racines dans « le terreau de la société provinciale12 ». Comme l’a dit Michel Denis, ce localisme est aussi celui voulu par l’abbé Trochu, homme d’expérience en matière d’information de proximité et confondateur du journal13.

8En 1899, la rédaction de L’Ouest-Éclair ne semble donc pas voir le sport comme un sujet permettant de séduire les lecteurs, loin s’en faut. Comme bien d’autres titres régionaux, départementaux, son équilibre rédactionnel se situe à la croisée quatre priorités : les informations politiques et sociales françaises (puisées notamment chez Havas), l’information régionale, départementale classée par rubriques (justice, vie maritime, chroniques départementales), le feuilleton et les fait-divers mettant en scène une litanie de pocharderies, accidents, vols, rixes, noyades et autres infanticides.

  • 14 Voir les 18, 20 et 21 septembre 1899. Toutes les mentions de date font référence à l’édition de Ren (...)

9Certes, après quelques semaines de silence, le sport reparait, toujours dans la même rubrique, au gré des colonnes décrivant quelques instantanés du quotidien citadin et villageois breton, toujours de façon anonyme, les brèves n’étant jamais signées. Ainsi, en septembre on apprend que l’UVF (alors en conflit avec les autonomistes bretons réunis dans l’UVB depuis 1894) supprime son accréditation au vélodrome de l’Oder (Quimper), que le Véloce-club de Fougères concocte des épreuves sur piste, que Dol accueille des courses cyclistes dans le cadre d’une fête de bienfaisance patronnée par la municipalité, etc. D’autres entrefilets donnent soit les engagements soit les résultats des courses de Carhaix et de Chateaubriand14. Malgré ces quelques informations, pour garnir sa « Chronique Régionale », la rédaction recourt donc infiniment moins à la vie sportive qu’à l’inépuisable creuset fait-diversier.

10Reflet du réel ? Choix éditorial ? Myopie informative ? On est tenté de répondre positivement aux deux premières questions.

  • 15 Nous nous rapportons notamment à J.-L. Gay Lescot, Le Développement du mouvement associatif sportif (...)
  • 16 P. Harismendy en donne un exemple à propos de la transformation d’une partie des champs de course e (...)
  • 17 Cf. J.-Y. Guillain, « La presse sportive bretonne à la Belle Époque : promotion des sports modernes (...)
  • 18 Comme l’indique P. Arnaud, Les Athlètes de la République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 131.

11Pour la première, on sait que la Bretagne sportive est plutôt en retard sur d’autres régions de l’Hexagone15. Les débats municipaux rennais de 1904 sur le manque d’infrastructures le révèlent bien16. Le développement en demi-teinte de la presse spécialisée bretonne en est un autre indice17. Notons enfin la venue tardive du futur club de football phare de Bretagne, le Stade Rennais, en 1901 seulement. Mais ce n’est pas le cas dans tous les domaines. Pour ne prendre que l’exemple des pratiques scolaires néo-régimentaires, la société de tir La Duguesclin rayonne avec force depuis 1892. En 1901, elle assez bien implantée pour organiser le concours national de l’USTF en présence du Général André, ministre de la Guerre18. Le silence relatif de L’Ouest-Éclair peut donc s’analyser pour partie au regard d’un développement sportif inégal et assez lent, même si la Bretagne n’a rien d’un désert comme certaines zones de montagnes ou de ruralité profonde.

  • 19 Cf. Ch. Hamon, « Le développement de l’entreprise », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), (...)

12Sans doute ce peu d’intérêt ressort-il aussi d’un choix éditorial lié aux circonstances. En cette fin d’été 1899, le principal souci de la rédaction, encore très artisanale, consiste à séduire et fidéliser un premier lectorat. Imprimé dans la cave de l’immeuble abritant la rédaction, rue de La Chalotaie, sur une vieille presse à retiration, le journal est distribué à 1 800 personnes qui l’accueillent sans grand enthousiasme19. D’autre part, à cette date, si l’information sportive conquiert les quotidiens nationaux, elle n’y est pas encore totalement banalisée. Notons ainsi qu’Adrien Hébrard attend 1904 pour confier la rubrique du Temps à Paul Rousseau. En somme, des enjeux de lancement à la question de la légitimité de l’information sportive et de son aptitude à faire vendre, nous avons trois facteurs susceptibles d’expliquer la timidité de la rédaction.

13Quant à son éventuelle myopie, si on la rapporte à l’idée d’ignorance ou de désintérêt, il est difficile de dire, sauf à spéculer tout à fait, si elle entre en ligne de compte dans cette timidité.

  • 20 Cinq d’entre eux étant l’émanation des quotidiens.
  • 21 Sur ce point : A. Hélard, op. cit., 2000, p. 31-32.

14Au final, on se représente une rédaction pariant avant tout sur le succès d’un mimétisme très orthodoxe (par rapport aux autres titres régionaux et parisiens) et se méfiant de tomber dans les chausse-trappes de l’innovation, ici de la couverture de pratiques dont l’emprise sociale reste encore limitée à l’échelle nationale et, plus encore, régionale. Pour finir, ce choix et cette absence de prise de risque doivent être rapportés au contexte médiatique local. À sa naissance, L’Ouest-Éclair vient en effet se mêler à une offre déjà importante. En 1893, Rennes compte quatre titres d’information politique et générale publiés jusqu’à cinq fois par semaine (Le Journal de Rennes, Le Patriote Breton, L’Avenir de Rennes et Le Petit Rennais) et huit hebdomadaires20. Cet éventail de titres se partage entre deux grands courants, l’un catholique, l’autre laïque, républicain et anticlérical21. Face à une telle concurrence, l’idée que le sport puisse être un facteur d’adhésion et/ou de distinction de L’Ouest-Éclair n’a semble-t-il pas cours en 1899.

Le tournant… trompeur de 1901

  • 22 Cf. X. Ferrieu, Histoire de Rennes, Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2001, p. 91.
  • 23 L’Avenir (5 éditions par semaine, 1 100), Le Petit Rennais (5 éditions, 2 000), Journal d’Ille-et-V (...)

15Le jeune quotidien ne tarde pas à s’enraciner dans le paysage rennais et régional. En 1900, il tire à 12 000 exemplaires (Rennes, son premier bassin de diffusion, compte alors 70 000 habitants22) et sort sept fois par semaine. Aucun autre titre local ne s’aventure à un tel rythme de parution. Ses tirages ne cessant d’augmenter, il se trouve bientôt dans une position dominante : en 1901 ses concurrents tirent cinq à dix fois moins que lui23. Seul L’Avenir et ses 5 000 exemplaires du samedi méritent d’être rapprochés (de loin) de sa diffusion. Quant au Nouvelliste de Bretagne, lancé en 1901, il ne fait que s’installer dans le paysage médiatique rennais.

  • 24 À l’exception de 1899 où le journal est lancé en août, nous prendrons comme point de repère le mois (...)

16Ce premier essor rime-t-il avec une plus grande publicisation des sports ? Non. La part de l’information sportive en été, période durant laquelle la densité événementielle est forte, nous l’indique bien. En août 1899, 0,2 % de la surface informative étaient consacrés au vélo et aux courses. En juillet 1900, ce taux est nul. En 1901, il est de 0,1 %24. Quantité négligeable. Rien ne permet de se représenter le quotidien comme un titre se voulant sportif ou digne d’être présenté comme tel. La question du sport ne rebute pas pour autant la rédaction. Témoins ces lignes publiées en février 1901 sous le titre « Aux amateurs de sport ». À l’occasion du lancement de la revue briochine Bretagne Sport, elles s’adressent expressément – dans un partage des genres marquant la conscience d’une popularisation naissante du sport en Bretagne – aux « sportsmen accomplis » et aux « profanes ».

  • 25 27 février 1901.

« La Bretagne s’éveille […] à la vie sportive, témoins les nombreuses créations de sociétés nouvelles, les fréquentes réunions que L’Ouest-Éclair s’est plu à signaler… Il faut applaudir sincèrement à cette tendance de notre jeunesse vers l’activité physique, compensateur indispensable aux funestes effets du surmenage intellectuel et professionnel qui devient chaque jour plus intense, excellent dérivatif aussi à la fréquentation amoindrissante des cabarets et autres mauvais lieux. En présence de cet heureux mouvement, n’est-il pas nécessaire qu’il se crée un organe spécial qui puisse encourager et rationaliser les initiatives et accroître s’il se peut les adeptes des sports ?… Nous ne doutons pas qu’il sera fait un excellent accueil à son premier numéro25. »

17Par une étonnante concordance des temps, la rubrique sportive de L’Ouest-Éclair est livrée pour la première fois en avril, à peine plus d’un mois après la sortie de Bretagne Sport et deux mois après cette apostrophe solidaire. Aucune archive, aucun article n’expliquant sa naissance, nous en sommes réduits à l’étudier pour ce qu’elle est et non pour ce que ses rédacteurs veulent en faire.

18Le 15 avril 1901, sous le titre « Le Sport », L’Ouest-Éclair informe donc ses lecteurs sur les courses de Loudéac et l’actualité de deux clubs cyclistes, le Cyclo-club de Paris et le Véloce-club de Fougères. Surtout, un petit article sur le championnat de France de football USFSA révèle une connaissance très fine des débats internes à l’union. Il laisse aussitôt penser que le rédacteur, anonyme toujours, est soit un lecteur assidu de L’Auto et/ou du Vélo, soit un membre de l’USFSA, voire les deux. On verra que la troisième hypothèse est la bonne.

  • 26 21 avril 1901.

19Le lendemain, la rubrique figure à nouveau en bonne place, en page 2. Elle réunit quelques brèves sur les courses de Lannion, un concours de tir à Ploërmel, des épreuves de vélo à Aix-la-Chappelle et Turin, la Coupe du Sud-Est (automobile). Jamais L’Ouest-Éclair n’a livré autant d’informations si précises et variées en un si court laps de temps. Les jours suivant, les parutions continuent, dévoilant un intérêt sportif quadripartite (courses, cyclisme, football et automobilisme) et le souci d’informer du local à l’international. Ainsi, le 21 avril, un article d’une quarantaine de lignes rend compte, en compilant diverses informations empruntées au Vélo, du match vélocipédique opposant Taylor et Grogna sur le vélodrome de Roubaix, de la victoire du cycliste Jacquelin dans le meeting international de Turin, de l’appel à inscription pour les 100 kilomètres de l’UVF organisé autour de Montegeron et Meulun26.

20On pense alors que la rédaction vient, résolument, de s’engager dans l’exploitation de la veine sportive, en s’offrant les services d’un ou de plusieurs acteurs de la vie sportive, en exploitant le « fil spécial » (dépêches d’agence) et en recourant à la technique de la presse au ciseau.

21Mais l’illusion est de courte durée. Le 22 avril scelle la fin de cette semaine très sportive. Au fil du printemps et de l’été 1901 on retrouve certes la rubrique, mais son rythme de parution ne présente aucune logique. Il ne fait même pas la part belle à la mobilisation traditionnelle autour du week-end et, plus encore, du lundi, jour des résultats.

22Cette démobilisation est-elle due à un retour négatif des lecteurs ? A une volte-face de la rédaction après une semaine test ? On ne saurait répondre. Toujours est-il que le lancement de cette rubrique a des dehors paradoxaux.

Le sport en 1903 : une information sans gouvernail

23Par effet de réverbération, l’étude de l’année 1903 permet de mieux cerner la langueur qui succède au feu de paille d’avril 1901. En réunissant alors 0,8 % du total des informations publiées, le sport reste un champ informatif très secondaire. La rédaction n’a toujours pas entamé sa révolution sportive. Une mobilisation se dessine malgré tout, du moins si on considère l’entrée en scène, encore discrète, des rédacteurs-militants lesquels vont, au fil des ans, faire grandir et émanciper la rubrique.

Le sport quand on peut… Aléas de la gestion éditoriale

24Sur le plan quantitatif et pour reprendre nos indices estivaux, on se souvient que l’information sportive couvrait 0,1 % du journal en juillet 1901. Ce taux passe à 0,2 % en 1902 et 0,4 % en 1903. Un augmentation bien peu significative. En 1904 en revanche, vient un essor frappant : 12 % des colonnes de juillet sont sportives. En dépit de quelques variations, cette croissance sera confirmée les années suivantes (10 % en 1905, 8 % en 1906). Retenue ici dans un souci de transversalité méthodologique, l’année 1903 n’est donc pas remarquable sur le plan quantitatif. Sur ce plan, on peut considérer que la rédaction tarde à prendre le pli sportif qui s’impose de plus en plus dans la PQN.

25Cette attentisme ou ce désintérêt se manifeste aussi dans la gestion de la rubrique.

26D’une part, sa parution ne répond à aucune logique. Elle paraît en moyenne deux à trois par semaine. Mais il arrive qu’elle soit absente cinq ou six jours durant. Le lundi n’est toujours pas un jour privilégié pour son impression. L’image qui s’impose est celle d’une rubrique bouche-trou, mieux présente qu’en 1901, 1902, mais manifestement soumise à l’irrégularité des informations transmises et/ou aux ajustements permanents de la maquette en fonction de l’actualité.

27D’autre part, pas plus qu’en 1901 ou 1902 elle ne concentre toutes les brèves sportives : près de la moitié de ces dernières paraissent toujours dans la « Chronique régionale », perdues au milieu des faits les plus divers. La rubrique n’est pas gérée comme les autres chroniques qui tendent, pour leur part, à fédérer et thématiser l’information.

28Enfin, l’éventail des pratiques couvertes s’est sensiblement élargi mais reste loin du modèle parisien. Une dizaine de pratiques sont à l’honneur en 1903. Quatre d’entre elles seulement permettent de parler de continuum informatif : les courses (38 % du total), le football (20 %), le cyclisme et les régates (14 % l’un et l’autre). Elles représentent 86 % de l’ensemble des informations délivrées. Le sixième restant se répartit, dans l’ordre, entre le tir, le tir à l’arc, la course à pieds, l’automobilisme, la gymnastique. Par rapport à la quarantaine de sports et pratiques physiques couramment suivis par la presse nationale, L’Ouest-Éclair reste peu mobilisé.

29Ce tableau n’incite toujours pas à se représenter une rédaction sensibilisée à la question sportive. Mais trois éléments contrebalancent cette représentation.

Le football et les rédacteurs sortent de l’anonymat

  • 27 30 août 1903.

30Le premier d’entre eux, purement factuel, nous renvoie à l’été 1903. À partir du mois d’août, le volume d’information et le rythme de parution de la rubrique tendent à croître et le sport fait de temps à autre une apparition en une, comme lorsque Roger Girod célèbre en quelques lignes la grandeur de la Coupe de l’Amérique27. Cette inflexion sera confirmée en 1904. La fin de l’année porte donc en germes le take off de 1904-1905.

31Deuxième élément : l’irruption du football. Il est certes présent, de loin en loin, depuis le début du siècle. Mais 1903 marque un double cap. Ainsi, en janvier-février, il représente la totalité des informations offertes aux lecteurs. La saisonnalité sportive explique cette surreprésentation. Cette exclusivité n’en reste pas moins remarquable. En outre, le foot-ball donne sa couleur à la rubrique, moins sur le plan chiffré (il en représente un cinquième) que sur le plan rédactionnel. Le ballon rond est l’objet des recensions les plus abouties. Celles-ci livrent des « points de vue » que le reste de l’information laisse rarement poindre. Elles révèlent enfin l’identité des rédacteurs, jusque-là insaisissable ; rédacteurs qui sont des militants du sport convertis, par conviction, au journalisme – et non l’inverse.

32Ce troisième point est le plus déterminant dans la mue sportive naissante du quotidien. Il permet de faire entrer en scène les rédacteurs qui commencent à travailler à la promotion du sport, du football en particulier.

  • 28 Aucune mention par exemple dans les monographies sur le journal : M. Lagrée, P. Harismendy, M. Deni (...)
  • 29 Si l’on se reporte à la Revue mensuelle du Touring Club de France, mars 1903.
  • 30 Voir l’édition du 5 décembre 1902.
  • 31 Sur ce point, on peut se reporter, notamment, aux 20 janvier, 17, 18 et 19 février, 25 mars 1903.
  • 32 24 août 1903.

33Nous avons nommé plus haut Roger Girod. Malheureusement, les éléments biographiques nous manquent28. Est-il ce collaborateur du Chasseur et pêcheur français29 remercié par le Touring Club de France ? Est-ce lui qui écrit dans Le Phare de la Loire (Nantes)30 ? Nous ne saurions le dire. Seule certitude : il écrit semble-t-il une seule fois – du moins en se référant à l’impression de sa signature – dans L’Ouest-Éclair. En revanche, Joseph Gemain, dont nous ferons le portrait, nous est bien connu. C’est lui, principalement, qui révèle cette mutation donnant corps à une information de plus en plus précise, prosélyte et supportrice. Au fil de l’année, il s’intéresse au football des clubs rennais, mais aussi au football scolaire, régimentaire ; il rapporte aux lecteurs l’intimité des débats qui opposent les dirigeants du tout jeune Stade Rennais (il est un de ses dirigeants) et les autres clubs de football locaux, en particulier l’Union Sportive Rennaise ; il défend farouchement le Stade Rennais comme lorsqu’il considère, partisan, que ses joueurs ont donné « une leçon » à leurs homologues caennais31. Au-delà du football, il introduit quelques articles traitant de façon plus ou moins générique des enjeux et des polémiques liés au sport. Ainsi lorsque la rédaction lui laisse un tiers de colonne en une pour traiter de la question du « doping » après que Le Huppé, cheval engagé dans le raid Paris-Deauville, a succombé à cause de trop fortes « injections de caféine32 ».

L’amorce d’une transition

  • 33 Cf. A. Le Sacher, Rennes à la Belle Époque, Rennes, Éd. Ouest-France, 1981, p. 35.
  • 34 G. Feyel, « Les transformations technologiques de la presse », in D. Kalifa, Ph. Régnier, M.-E. Thé (...)

34Le zoom sur 1903 donne donc lieu à une conclusion partagée. D’un côté, tandis que le sport s’inscrit de plus en plus dans le quotidien rennais et breton33, L’Ouest-Éclair ne semble pas déterminé à en rendre compte. Moins, assurément, que la presse nationale. Quand cette dernière consacre près de 3,5 % de sa surface au sport, L’Ouest-Éclair n’atteint pas 1 %. D’un autre côté, la fin de l’année prépare à la séquence de 1904 au cours de laquelle le sport entre dans un régime informatif plus régulier et volumineux. Nul hasard : en 1904, le journal déménage dans une ancienne serrurerie pour accompagner la courbe de son succès, changer de maquette et disposer de l’espace utile à l’installation de rotatives achetées au Parisien34. Enfin, l’entrée en scène de journalistes identifiés et militants invite elle aussi à voir l’ouverture d’une nouvelle séquence à la fin de 1903.

Informer, militer ou la confusion des genres

  • 35 Que nous avons pu repérer en croisant nos données avec celle de P.-Y. Croix, op. cit., 1996.
  • 36 D’autres collaborations plus épisodiques ou non identifiables n’ont pas été l’objet de notre attent (...)

35Dans cette mutation naissante, l’élément moteur consiste donc dans l’entrée en scène de ces journalistes incarnant la confusion des genres entre journalisme et militantisme sportif. Celle-ci renvoie aux figures bien connues de Paul Rousseau, Guy de Lafreté, Frantz Reichel, Henri Desgrange, Georges Prade, etc. Autant d’hommes qui prêchent pour la religion du muscle en assumant des fonctions – souvent importantes – dans les institutions sportives ou dans l’organisation des compétitions, des spectacles sportifs et en écrivant sur le sport ; bref, participant ainsi, entre professionnalisme, passion et prosélytisme, à la conquête médiatique du sport et à l’imbrication croissante des enjeux sportifs et industriels (presse, constructeurs, équipementiers). Cette confusion n’est pas propre à L’Ouest-Éclair. Elle y est cependant fort bien incarnée. En ce milieu des années 1900, la rubrique sportive est en effet produite par le réseau de correspondants locaux et, pour la rubrique, par cinq hommes principalement35. Dans l’ordre de leur apparition au sommaire, nommons Joseph Gemain, Philippe Ghis, les Folliard père et fils, enfin Henri Sonnet36. Ils vont peu à peu promouvoir le sport et légitimer sa place, croissante, dans le quotidien. Ils vont aussi montrer combien la mainmise sur une rubrique sportive participe alors des stratégies de développement du mouvement sportif.

1910-1914 : Joseph Gemain le « propagateur »

  • 37 Nous nous appuyons entre autres sur M. Lagrée, “Brittany, between Irland, Scotland and France”, in (...)
  • 38 Préface à J. Gémain, Les Gloires sportives de l’Ouest : contribution à l’histoire du sport breton, (...)
  • 39 Sur ce point voir J.-Y. Guillain, op. cit., 2010.
  • 40 La Revue sportive bretonne, no 1, 10 septembre 1900.
  • 41 19 mai 1904.
  • 42 28 janvier 1903.
  • 43 5 février 1905.

36Joseph Gemain, futur dirigeant de la FFA, est un homme clé du sport breton37, le « Napoléon des obscurs et des sans grades » écrira le très hagiographe Jos Guihéry38. Vannetais d’adoption, il est né en 1882 dans la bourgeoisie lavalloise. Son père est pharmacien. Footballeur et sprinter, il est aussi un très précoce acteur de la vie institutionnelle et médiatique sportive. À seize ans, avec son frère Edmond, il fonde le Stade Vannetais. A dix-huit, il lance la revue La Revue sportive bretonne. Non content de doter ainsi la Bretagne d’un nouveau titre spécialisé39, le jeune ingénieur des Ponts-et-Chaussés, directeur des services de la voirie de Vannes, trouve aussi le temps de cofonder le Stade Lavallois (1902), puis le comité breton de l’USFSA (1903), enfin et notamment de consacrer du temps à La Carabine, société de tir pontivienne dont il rejoint l’équipe dirigeante en 1905. Se voyant comme un « propagateur » du sport en Bretagne40, il ne manque pas d’adresser des informations au premier et très anonyme rédacteur de la rubrique de L’Ouest-Éclair, « H. F. ». Ce dernier l’en remercie à plusieurs reprises en regrettant de ne pouvoir publier ses courriers in extenso, comme en mai 190441. En 1903 déjà, « H. F. » soulignait d’ailleurs sa sympathie pour le secrétaire général et capitaine du Stade Vannetais42. En 1905 encore, il louera ses qualités, celles de « l’excellent confrère » et celles de l’arbitre « minutieux et impartial43 ».

37Or il semble que ce jeune homme pressé et tôt expérimenté finisse par devenir une des plumes de L’Ouest-Éclair. Si son nom y est cité des dizaines de fois au titre de ses fonctions à Laval, à Vannes, à cause de ses performances au stade comme joueur et arbitre, on cherchera toutefois en vain sa signature dans le journal. Mais nous ne pouvons guère douter de sa collaboration. En effet, à partir de 1905-1906, un certain « E. Phil » paraphe la rubrique.

38En dépit de maintes recherches, ce nom aboutit à une impasse. Toutefois, ses propos, sa prose et la posture qu’il y révèle sont instructives. À partir de 1908-1909 surtout, « E. Phil » se met lui-même en scène dans le débat qui l’oppose à la vision de la politique sportive du Stade Rennais dans le staff duquel siège un certain Ernest Folliard. Puis, on sait qu’en 1910 il quitte la direction de la voierie de Vannes pour s’installer à Rennes. Il s’y lance dans les assurances et, sur le plan sportif, rejoint le Stade Rennais. Dès lors, les comptes-rendus publiés dans Ouest-Éclair ne laissent plus guère de doute sur le fait que « E. Phil » est un Joseph Gemain à peine masqué qui ferraille avec le très ambitieux Ernest Folliard qui a lui aussi rallié le Stade Rennais et même pris sa présidence en 1909.

  • 44 12 février 1914.

39Cette situation, scandée par des comptes-rendus faisant état de fortes dissensions au sein du Stade Rennais et de l’USFSA bretonne (Gemain en prend la présidence en 1907) autour de la question de l’autonomie du sport régional, aboutira à son départ en 1914. Dès lors, la signature « E. Phil » disparaît… Joseph Gemain quitte aussi le Stade Rennais et refuse à Ernest Folliard – « excellent confrère44 » au demeurant… – le droit de l’accuser de partisanisme contre ce même stade rennais… Puis il passe à la concurrence auprès du très clérical Nouvelliste de Rennes tandis qu’Ernest Folliard père, rejoignant son fils, prend en main la rubrique de L’Ouest-Éclair.

Du ballon à la plume : Philippe Ghis

  • 45 Nous suivons : Cl. Loire, Le Stade Rennais, fleuron du football breton, 1901-1991, Rennes, Apogée, (...)

40Autre personnage : l’athlète et footballeur rennais Philippe Ghis, sans doute amené par Joseph Gemain dont il est un proche. Né lui aussi en 1882, il fait partie des quatre étudiants cofondateurs du Stade rennais en 190145. Jeune commis du Trésor, puis contrôleur de l’Assistance Publique, il joue comme « inter droit » dans l’équipe première (1901-1903) et remporte plusieurs titres de champion de Bretagne d’athlétisme sur 400 et 1500 m (1903-1905).

41Il commence à collaborer à L’Ouest-Éclair à la fin des années 1900, alors qu’il est membre du comité de Bretagne de l’USFSA et secrétaire adjoint du Stade Rennais. Sa mobilisation, en 1914, l’empêchera de poursuivre sa collaboration et il disparaîtra sur le front en juin 1918.

  • 46 Sur cette période, voir P. Dietschy, Ph. Tétart, « L’Ouest-Éclair, le sport, la guerre, 1914-1919 » (...)

42Joseph Gemain parti à la concurrence, Philippe Ghis appelé sous l’uniforme des mitrailleurs, restent donc Ernest Folliard père et fils. Sous les initiales « E.F. » et « E.J.F. », ils entrent dans « La Vie Sportive » en 1911 pour le plus jeune, en 1914 pour le plus âgé. Leurs fortes personnalités pèsent dès lors sur l’identité de la rubrique et sur son devenir dans l’immédiat avant-guerre et, plus encore, au cours de la guerre46.

Folliard père et fils

  • 47 19 décembre 1913.

43Si Joseph Gemain le présente encore en 1912 comme le « distingué chroniqueur des Nouvelles Rennaises47 », il n’est pas impossible qu’Ernest Folliard père, sous les initiales du « H. F. » évoqué plus haut, ait déjà collaboré au quotidien en 1902-1903. Nous n’avons pas de certitude. Des présomptions seulement. Elles sont liées à son style et à la flambée footballistique décrite plus haut, largement centrée sur le Stade Rennais dont il est un des personnages clé à la Belle Époque.

  • 48 Nous suivons entre autres L’Ouest-Sportif, 21 février 1920 ; H. Slimani, op. cit., 2000, J. Gemain,(...)

44Qui est Ernest Folliard ? C’est un riche négociant rennais48 et une des figures en vue du sport breton. Né en 1865 à Rennes, il rejoint l’équipe dirigeante du Stade Rennais en 1904 et il en prend la présidence en 1909, flanqué de son fils qui en devient trésorier (et qui est couramment présenté par la presse sous le nom de « Folliard fils » afin de le distinguer de son père lorsqu’on publie les compositions d’équipe ou des résultats). Au printemps 1912, il inaugure le Parc des sports du Moulin-du-Comte ; espace moderne avec une pelouse, des buvettes, des tribunes. Il en est le principal initiateur, puis l’administrateur. En 1918, il deviendra délégué pour la Bretagne du Comité français interfédéral (CFI) et prendra la présidence de la Ligue de l’Ouest de football-association (LOFA, jusqu’en 1928). Peu après, il accèdera à la vice-présidence de la FFF et s’y fera remarquer par son attachement pour son club de cœur, donnant plus d’une fois l’occasion à la presse, comme Le Ballon rond, de dénoncer sa partialité. Enfin, avant de rejoindre L’Ouest-Éclair, il a tenu la partie sportive des Nouvelles Rennaises.

45Mais le premier des Folliard à écrire dans Ouest-Éclair est « Folliard fils ». Lui aussi prénommé Ernest, il naît à Rennes en 1889 ou 1890. Au début des années 1910, il joue dans l’équipe seconde du SRUC. Il en est aussi trésorier, puis secrétaire, entre 1909 et 1917. Il collabore à L’Ouest-Éclair à partir de 1911. Il est le premier journaliste sportif de métier du quotidien.

  • 49 21 février 1920.
  • 50 J. Gemain, op. cit., 1936, p. 61.

46À l’instar de son père, ce sportsman et cet héritier est un homme de réseau et d’institution. Entre 1914 et 1918, il sera assesseur au sein du comité USFSA de Bretagne ; et lorsque son père prend la tête de la LOFA dans l’immédiat après-guerre, il en sera secrétaire général. Il meurt en février 1920, son nom étant aussitôt donné à une coupe de football du Grand Ouest. L’Ouest-Éclair rappelle alors ses services rendus au sport, l’engagement d’un homme de « dévouement et de sacrifice49 ». Quinze ans plus tard, les vieilles querelles éteintes, le meilleur ennemi des Folliard, Joseph Gemain, soulignera à son tour le rôle de cet « admirable collaborateur50 » dans la promotion des sports.

47Les Folliard ne masquent en rien leur passion sportive et leurs points de vue. Leurs plumes sont précises, alertes, incisives. Ils marient militantisme et information, et donnent une couleur combative à la rubrique, surtout à partir du moment où elle devient leur – « leur » car on ne doute guère, à partir de l’entrée du fils à la rédaction, de l’influence d’un père au caractère et aux ambitions bien trempés. Les Folliard aiment la position de franc-tireur, notamment au sein de l’USFSA. Ils contestent nombre de ses orientations même s’ils en font partie. D’où les tensions évoquées avec Joseph Gemain, plus légaliste. Anti-parisiens, provincialistes et farouchement favorables au multi-fédéralisme ou au fédérations unisports plutôt qu’au système des navire amiraux que sont les unions omnisports, ils attirent parfois les reproches et quelques attaques lorsqu’ils répètent à l’envi, avant-guerre et ensuite, leur mot d’ordre : « une fédération par sport ».

48Ce duo au verbe haut, comme les autres rédacteurs des années 1904-1911, est un formidable atout pour la rubrique sportive. Une rubrique d’initiés, aux accents prosélytes et critiques, largement centrée sur la vie sportive régionale, mais qui n’omet pas de prendre le pouls de l’actualité parisienne et nationale.

Le correspondant parisien : Henri Sonnet

49Un dernier personnage doit être mentionné : Henri Sonnet. Si sa signature n’est pas omniprésente et que son nom n’a pas marqué l’histoire du journalisme sportif, elle n’en compte pas moins puisqu’il s’agit du correspondant de L’Ouest-Éclair à Paris.

  • 51 28 octobre 1912.

50Mentionné en tant que « correspondant sportif parisien » en 191251, Henri Sonnet officie en fait depuis 1908-1909 – du moins si l’on s’en tient à l’apparition de sa signature dans les colonnes du journal. Il vient d’une autre bourgeoisie que celle, provinciale, des Gémain, Ghis et Folliard. Issu d’un milieu parisien lettré (il a parmi ses oncles le comédien Landrol, bien connu au XIXe siècle), il écrit dans L’Auto dès 1900, y signant des chroniques sur le yachting, l’automobilisme et la lutte notamment. Des chroniques parfois reprises par ses confrères, dont le très exigeant Guy de Lafreté de La Presse.

  • 52 Comme on l’apprend dans Le Figaro du 20 septembre 1904.
  • 53 Journal Amusant, 27 octobre 1906.
  • 54 Collaborateur L’Auto et co-auteur de L’Almanach des sports, on lui doit aussi Les Sports athlétique (...)
  • 55 Le Figaro, 4 mai 1908 ; L’Aurore, 1er mai 1908.

51Si, en ce réveil du XXe siècle, nous ignorons son activité principale, il ne fait pas de doute qu’il appartient aux cercles les plus électifs du journalisme sportif. On en voudra pour preuve sa nomination au jury du concours de littérature vélocipédique adossé à la Semaine Cycliste de Paris en 1904. Il siège alors aux côtés d’Henri Desgrange, Pierre Laffite et Georges Prade, autrement dit des figures en vue de la première génération des journalistes de sport52. Deux ans plus tard, on le retrouve responsable du budget publicité de la firme Clément-Gladiator, une des plus importantes du moment. Henri Sonnet endosse ainsi un double rôle de publiciste53. On sait enfin qu’en 1908 il publie avec Ernest Weber, ancien footballeur devenu journaliste54, un opus recensant tous les records sportifs : Les Tablettes Sportives. Fort bien accueilli par Frantz Reichel dans le Figaro (« une plaquette d’une incontestable utilité pour tous les sportsmen ») et par Maurice Chérié dans L’Aurore55, ce petit guide utilitaire aux allures d’ode au record est réédité jusqu’en 1911 au moins par les soins d’Henri Sonnet (il s’occupe aussi de le commercialiser par correspondance). Il fait alors l’objet d’éloges dans La Culture Physique, L’Auto et, entre autres, L’Aéro.

52Au-delà de ce profil intéressant puisqu’il fait apparaître une confusion des genres d’un style particulier avec cette double casquette de publiciste d’entreprise et de journaliste sportif, retenons surtout que les ambitions sportives de L’Ouest-Éclair sont revues à la hausse au travers du recrutement d’Henri Sonnet.

53Avec l’entrée scène de ces rédacteurs-militants, on comprend mieux que le désert sportif de 1903-1904 se transforme en quelques années en une terre bien moins aride.

1913-1914 : à la une

54En 1905, devenue « La Vie Sportive », la rubrique comprend, de façon toujours minimaliste et sporadique, des informations sur le championnat de Bretagne de football et le Stade Rennais, les sports hippiques, le cyclisme. Le centrage est de plus en plus footballistique. Puis, au fil des ans, le lignage de la rubrique croît cependant que de nombreuses brèves sportives continuent à être distillées dans les rubriques consacrées aux départements. En 1913-1914 enfin, la rédaction n’hésite plus à faire du sport un de ses arguments phares, jusqu’à en saupoudrer tout le journal. En quelques années, l’abbé Félix Trochu, Emmanuel Desgrée du Lou et Henri Teitgen (rédacteur en chef de 1907 à 1914) ont donc pris le sillage du phénomène sportif et, en 1913-1914, L’Ouest-Éclair offre à ses 100 000 lecteurs une rubrique couvrant 6 % de sa surface, soit le même taux que dans les titres nationaux.

Pour se figurer l’intronisation du sport

55Pour se représenter cette légitimation éditoriale, soulignons d’abord l’importante rupture des flux informatifs entre 1903 et 1913. Le graphique ci-contre la figure, ainsi que les incrémentations liées aux saisonnalités sportives – l’hiver étant occupé par le football et le rugby ; l’été étant une période plus dense et polyvalente.

Graphique 1. – Volume mensuel d’information (1873-1913) [en % de la surface informative].

56En deuxième lieu, le sport est présent dans tout le chemin de fer. En 1903, à de rares exceptions près, il apparaissait dans la rubrique ad hoc et les brèves départementales. En 1913, il a un plein droit de cité en une, en page 2 (réservée aux informations régionales et nationales) et dans la rubrique. Il constitue aussi une sous rubrique de la « Dernière Heure » : « Dernières Nouvelles Sportives ». Enfin, il parsème toujours les pages locales, entre les recensions d’État-Civil, des décisions de justice, des conseils municipaux, des pardons, des accidents les plus divers.

  • 56 9 juillet 1913.

57« La Vie Sportive » aimante la majorité des informations. Mais elles y sont surtout locales. Les « Dernières Nouvelles Sportives » traitent du national, parfois de l’international, laissant filtrer de surprenantes rumeurs comme l’assassinat de Georges Carpentier à Londres56. Non contente de privilégier ainsi une information qui s’immisce partout y compris dans les colonnes publicitaires (vélo), la rédaction lui fait aussi place dès qu’elle lance de nouvelles rubriques, plus ou moins durables. Ainsi, en janvier-février 1914, l’éphémère « Allô ! Allô », sorte d’addenda à la « Dernière Heure », distille des informations spécialisées. Au total, c’est un journal pour partie colorisé par le sport que le lecteur de 1913-1914 feuillette.

Une
Infos nationales
« La Vie Sportive »
« Dernière Nouvelles Sportives »
Rubrique des départements

6,9 %
4,5 %
55,2 %
15,3 %
18,1 %

Tableau 1. – Répartition des volumes d’information par type de rubrique.

  • 57 M.-E. Thérenty, op. cit., 2011, p. 1308-1317; Ch. Delporte, « Presse et culture de masse (1880-1914 (...)

58Troisième élément d’appréciation, non des moindres : « La Vie Sportive » est désormais publiée tous les jours, s’inscrivant dans un régime de quotidienneté dont Marie-Ève Thérenty et Christian Delporte, parmi d’autres, ont souligné comme il est déterminant dans les processus d’acculturation des publics et la naissance des cultures de masse57.

59Enfin, le journal est désormais engagé dans l’organisation d’épreuves sportives, à l’instar de la plupart des titres nationaux et, bien sûr, de la presse quotidienne spécialisée. L’Ouest-Éclair patronne ainsi la Coupe Griffon-Continental (vélocipédie), le Tour de Rennes à la marche et la Coupe Peugeot-Wolber (automobile).

Un affichage résolu et moderne

  • 58 9 avril 1913.
  • 59 21 août 1913.
  • 60 25 novembre 1913.
  • 61 Cf. 14, 16 et 17 janvier 1914.

60La présence croissante du sport en une illustre, pratiquement autant que symboliquement, cette nouvelle donne. Tel n’était pas le cas dans les années 1900. Un cap a été passé avec les années 1910. En 1913, le sport apparaît un peu moins de cent fois en une, sous des formes très diverses. Dans cette exposition, à l’instar de la presse nationale, l’aéronautique a la plus belle part – à l’image du très couru meeting aéronautique de Monaco58 ou des premiers sauts en parachute de Charles Pégoud59 –, comme si, à la charnière du sport, de l’exploit technologique et de la métaphore de modernité, les as de l’air étaient les ambassadeurs d’une nouvelle ère. Le sport est donc sans doute moins central ici que le voudrait notre tropisme thématique. Qu’importe, car d’autres sujet sont parfois privilégiés, comme lorsque la rédaction affiche sur une belle hauteur de colonne deux photos des boxeurs Sam Langford et Joe Jeanette à la veille de leur combat pari-sien60. Pour zoomer sur un exemple caractéristique, en janvier 1914, la couverture des Six Jours est édifiante puisqu’elle justifie trois articles en une en quatre jours61. L’Ouest-Éclair présente tout d’abord le « mécanisme » de la « prodigieuse » épreuve, puis lui fait les honneurs de la une, n’hésitant pas à publier les portraits de Goullet et Fogler, vainqueurs en 1913. La une est de nouveau estampillée du sceau cycliste avec une photographie des pistards engagés. On y célèbre enfin la « victoire nationale de Peugeot » portée par Hourlier et Comès. Autre exemple : en juillet 1914, le sport passe en une à six reprises : Grand prix de l’ACF (4, 5, 6), Tour de France (8), course Londres-Paris-Londres (12), championnat du monde Carpentier vs Gunboat Smith (17).

  • 62 28 septembre 1913.

61Autre élément d’appréciation : le recours croissant à la photographie de sport. Le sport se raconte et, désormais, s’affiche. Photos à la une donc. Témoin ces neuf clichés publiés entre le 25 mai et le 14 juillet 1914 (plus d’un par semaine en moyenne), à commencer par celui d’une réunion d’athlétisme du Stade Rennais. Photos aussi – ce qui est plus marquant encore – en pages intérieures, comme ce jour de septembre 1913 où la rédaction décide d’illustrer un très long article de près d’une colonne et demi sur la gymnastique par un portrait de Charles Cazalet, puissant président de l’Union des Sociétés de Gymnastique62.

62Notons enfin qu’à partir de 1913 la rubrique comprend de petits encarts publicitaires pour les pneus Soly ; preuve par le réclamisme que la rédaction se sait lue et cherche là aussi – alors qu’elle donne une place grandissante aux annonces payantes et aux réclames – à capitaliser par le sport.

Une demande des lecteurs en partie satisfaite

  • 63 De 39 à 91 pour le seuls clubs sportifs. Cf. J.-L. Gay Lescot, op. cit., 1983, cf. cartes hors-text (...)

63Cet engagement pose la question de la demande du lectorat. Depuis la fin du XIXe siècle, ce dernier peut en effet constater la multiplication des clubs et il est peu ou prou au contact d’une actualité sportive sans cesse plus dense. Le cas de l’Ille-et-Vilaine est emblématique : de 1907 à 1914, le nombre d’associations affiliées à la FGSPF, à l’USFSA, à l’UVF et à l’USGF explose, passant de 78 à 26663. La Bretagne connaît aussi ses premiers champions, dont les racines ne manquent jamais d’être rappelées. On pense au cycliste Lucien Mazan, dit « Petit-Breton », ou au Malouin Ernest Guéguen, sélectionné à plusieurs reprises en équipe de France de football. Bref, l’emprise sociale et symbolique du sport s’affirme.

  • 64 25 janvier 1914.

64L’hypothèse d’une demande des lecteurs n’est pas que spéculative. En effet, aux premiers jours de 1914, la rédaction rapporte qu’une rumeur annonçant la création d’une « pleine page » d’information sportive lui a valu de recevoir de nombreuses « lettres d’encouragement ». On ne saurait mieux prouver le goût du lectorat pour ce secteur informatif et le fait qu’elle souhaite son extension. La rédaction appelle alors à une action « commune » des journalistes, des correspondants, des responsables de sociétés et de clubs afin que toute nouvelle soit « liquidée dans les 48 heures » et que la rubrique reste une des « plus importantes de France64 ». Cette affirmation est pré-somptueuse. On l’a dit, Ouest-Éclair est dans la moyenne, mais loin de certains titres qui ont fait du sport leur premier produit d’appel en lui consacrant jusqu’à plus d’un quart de leurs colonnes (L’Écho de Paris, La Presse). Par ailleurs, malgré l’amicale pression des lecteurs, la page sportive espérée ne voit pas le jour et le volume d’information sportive plafonne, dans les mois les plus fastes, à 10-11 % de la surface de L’Ouest-Éclair.

  • 65 26 janvier 1914.

65Le volontarisme de la rédaction et la pression du lectorat transparaissent aussi dans l’annonce de la réforme éditoriale de janvier 1914. Henri Teitgen affirme alors qu’un journal « moderne », à la « place prépondérante dans la grande presse », exige que les « amis sportsmen » soient « favorisés », en conséquence de quoi il ne se « produira » plus « un great event » dont les lecteurs ne sauront pas « quelques heures plus tard tous les détails65 ». Là encore la rubrique ne connaît pas une telle révolution. Son volume continue néanmoins d’augmenter et couvre un territoire grandissant : outre la Bretagne (Ille-et-Vilaine en tête), la Mayenne, la Sarthe, le Maine-et-Loire, l’Orne, la Manche et l’Indre-et-Loire sont couramment évoqués, et les nouvelles plus lointaines, sans être légion, sont de plus en plus nombreuses.

  • 66 20 février 1914.
  • 67 28 février 1914.
  • 68 En termes de tirages, il ne tient encore pas la comparaison avec La Dépêche de Toulouse ou Le Petit (...)

66Sur la forme, les rédacteurs de 1913-1914 publient le plus souvent des résultats et conçoivent des textes courts, sobres. Certains cèdent parfois à l’emphase coutumière du journalisme sportif. Tempérée ou fervente, la rubrique est en tout cas portée par des hommes avertis, investis et qui écrivent de temps à autres des articles rompant avec le cycle usuel d’une information avant tout télégraphique. Ainsi, en février 1914, Édouard de Saint-Rémy propose un reportage de deux colonnes sur les grandes maisons de cycle et leurs « écuries de course », se réjouissant que « grâce au formidable développement du cyclisme […] la France entière puisse périodiquement être remuée par un spectacle dont la sincérité et la grandeur ont, dès le premier jour, consacré le succès66 ». Peu après, Ernest Folliard père publie un long article sur les mérites de l’ASF, la « plus belle équipe unioniste67 » de Paris. Vantant ses joueurs un à un, il montre sa connaissance accomplie du football. De tels articles sont rares cependant. Quoiqu’en dise sa rédaction, L’Ouest Éclair ne publie pas une rubrique qui se distinguerait au plan national, en soi et au prétexte, trompeur, que le titre serait un des régionaux les mieux vendus68.

67Au final toutefois, le rédacteur en chef Henri Teitgen joue de plus en plus la carte de l’information sportive en réponse – sans doute – à l’injonction de ses rédacteurs et aux sollicitations des lecteurs.

Quelle information, quelle culture sportive ?

68Qu’offre-t-on, précisément, à ce lectorat ? La culture sportive construite par le récit médiatique de L’Ouest-Éclair est-elle ou non singulière ?

69Ces deux questions appellent, en premier lieu, une seule réponse : aux lecteurs est offerte avant tout une information footballistique. Sa domination singularise le journal par rapport à de nombreux titres régionaux et nationaux. Ne nous en étonnons pas. Les rédacteurs sont tous footballeurs, anciens footballeurs ou dirigeants de club. Cette footballophilie transparait dans la répartition des pratiques dans L’Ouest-Éclair. Elle tranche avec les usages de la presse parisienne.

Ouest-Éclair

Quotidiens parisiens

1

Football

27,7%

Courses et sports hippiques

41,7%

2

Cyclisme

11%

Aéronautique

23%

3

Courses et sports hippiques

10,1%

Cyclisme

6,9%

4

Aéronautique

6,7%

Automobilisme

6,5%

5

Tir

3,2%

Rugby

2,8%

Tableau 2. – % des principales pratiques sur le total de l’information sportive (1913).

70Au-delà du détail de l’éventail des sports couverts (une grosse vingtaine contre le double dans les titres parisiens), le centrage autour du football, avec près de 28 % de l’ensemble des informations rompt avec la portion encore congrue que lui réservent les titres parisiens (2,6 %). En outre, le thème régnant par ailleurs – les courses – n’est ici qu’une partie du tout sportif. De la même façon, alors que la presse dans son ensemble tend à promouvoir les sports mécaniques, L’Ouest-Éclair, sans y être insensible, les couvre avec parcimonie. Dans le quotidien rennais, aéronautisme, automobilisme, motocyclisme et canotisme automobile capitalisent 9,5 % des informations. Dans la presse nationale ils en représentent 30 %. À l’inverse, la presse nationale offre moins de 6 % de sa surface informative aux sports collectifs (football, rugby, hockey, basket, water-polo…) tandis que le journal breton atteint 30 %.

71La passion des rédacteurs et sans doute des lecteurs pour le ballon rond est donc le trait le plus saillant. Les sondages de 1903 l’annonçait déjà. 1913 et 1914 le confirment avec force. Non contents d’informer sur la région (championnats USFSA, FGSPF, scolaires, coupes locales), les rédacteurs couvrent le championnat de France, allant jusqu’à indiquer, sous formes de croquis, la composition des équipes en lice. Un tel degré de précision ne se retrouve pas dans les autres quotidiens, sinon dans L’Auto. Ils font par ailleurs une large publicité au football breton et plus particulièrement à deux équipes phares : le Stade Rennais et l’US Servannaise qui dominent le championnat de Bretagne.

72Ce centrage breton se retrouve dans d’autres domaines. Ainsi en va-t-il pour les œuvres des poloïstes, des patineurs à roulettes, des athlètes, des coureurs de cross-country, des joueurs de tennis ou de boules. Il se caractérise par la publication de plus en plus fréquente de renseignements pratiques (inscription aux épreuves, relance du championnat de football en septembre) et institutionnels (procès-verbaux et convocations aux assemblées générales de clubs). On en trouve également l’expression dans le souci très autopromotionnel des compétitions organisées ou patronnées. En dehors des exemples déjà donnés, notons, en 1914, l’association du quotidien au Circuit du Morbihan, sorte de défi à la concurrence, Le Nouvelliste de Rennes patronnant en effet le Challenge Chaperon (cross) et Les Côtes-du-Nord étant associé à la course cycliste de Langlais.

Ambassades du sport

  • 69 1er juin 1914.

73La mobilisation de L’Ouest-Éclair dans le champ cycliste (Circuit du Morbihan, Coupe Griffon) renvoie au fait que la rédaction idéalise avant tout la compétition – sans faire cas du débat amateurs/professionnels – et qu’elle souhaite le développement du maillage et la densification du calendrier sportifs. Elle répète aussi que le sport est le meilleur moyen de mobilisation corporelle de la jeunesse. La couverture des épreuves scolaires, accompagnée d’un discours sur les vertus physiologiques, socialisantes et morales du sport, montre que les jeunes sont une de ses cibles. Du reste, les rédacteurs ne versent pas dans un préparationnisme classique. Le tir (les concours locaux sont très nombreux), la préparation militaire et la gymnastique, triade des pratiques régimentaires à laquelle sont consacrés très peu d’articles appellent peu de remarques sur leurs vertus préparatoires. Des grands rendez-vous gymniques, on préfère l’aspect festif et sportif à la dimension martiale. En 1914, lors de la 40e Fête fédérale de l’USGF de Rennes, visitée par Raymond Poincaré, les rédacteurs notent avec insistance qu’elle comprenait des démonstrations de boxe, de bâton et d’athlétisme69. Le sport avant tout… Au cours de la guerre, le débat sur la Préparation Militaire Obligatoire (PMO) fera d’ailleurs ressortir une conception purement sportive de l’entraînement militaire.

74Sans être caporaliste, L’Ouest-Sportif voit le sport comme un ambassadeur de la nation, ce que montre la célébration des résultats des équipes Peugeot et sa position sur la préparation des Jeux de Berlin.

  • 70 En août 1914, E. Folliard prend d’ailleurs la défense de la firme de pneumatiques soupçonnée d’être (...)
  • 71 23 et 27 juillet 1914.
  • 72 no 888, 12 juillet 1913.
  • 73 Voir notamment le no 156, juillet 1917.

75Dans le premier cas, l’idéal de la « grande marque nationale » est prégnant, tant en automobilisme qu’en cyclisme. Peugeot – associé à Wolber, fabricant levalloisien de pneumatiques – est l’objet de panégyriques qui parasitent parfois l’information et posent la question des liens entre Ouest-Éclair, la firme sochalienne et le fabriquant de pneu, lesquels achètent des encarts publicitaires qui côtoient les articles leur dressant un piédestal70. Mais la question est évidemment résolue par les liens entre le journal et les deux entreprises, le premier patronnant la Coupe Peugeot-Wolber. Cette confusion d’intérêt aboutit donc, en toutes circonstances, comme à l’issue de la victoire de Thys dans le Tour de 1914, à une inlassable réclame : « que les routes soient remplies de poussière ou couvertes de boue, Peugeot et Wolber sont au premier rang » ; ils « permettent tous les exploits » et leurs triomphes sont nécessairement « éclatants71 ». Les expressions « notre grand champion », « notre grande marque nationale » et cette rhétorique sont courantes. Pour Peugeot et Wolber, on les retrouve dans L’Aéro qui vante la « grande marque nationale » lors de la victoire dans le Tour 191372. L’Ouest-Sportif, en Sarthe, ne tarit pas d’éloges, avant et après guerre, sur une autre « grande marque nationale » : Delage73. L’Ouest-Éclair livre donc sans retenue et avec un évident souci d’autopromotion et de profit son esprit cocardier et son gallocentrisme industriel et sportif, n’hésitant pas à broder moins sur les performances sportives que sur l’excellence industrielle qui en forme le socle. Le sport mécanique remplit ici une fonction d’ambassade de la grandeur nationale, thème cher à la Belle Époque.

  • 74 Voir par exemple L’Écho Sportif d’Oranie, 23 décembre 1911.

76Cette fonction concerne aussi d’autres pratiques. Témoin un article (ponctuel) d’André Glarner, collaborateur de L’Excelsior. Le choix de solliciter Glarner n’est pas anodin. Ancien coureur à pied, rugbyman à ses heures, s’étant aussi essayé à la compétition cycliste, il a managé l’équipe de France aux Jeux de Stockholm. Forte personnalité, il est à la fois reconnu et décrié pour son militantisme en faveur d’une préparation sportive à l’américaine. Il ne manque jamais de citer tel ou tel coach américain. L’appel à Glarner, « le vaillant Américain de Montrouge74 », est donc une prise de position en soi. Et en effet, à l’occasion des championnats de France d’athlétisme 1914, deux ans après les résultats en demi-teinte de Stockholm, il juge, malgré le pessimisme ambiant, que les Français pourront gagner à Berlin car il y a dans l’Hexagone de quoi constituer « un team olympique de toute première force ». Il regrette toutefois que lorsque l’Allemagne se prépare la France s’empêtre dans des débats méritant d’être balayés par une impérieuse nécessité : faire rayonner l’Hexagone dans l’Olympe.

  • 75 24 juin 1914.

« En France, qu’avons-nous fait ? Il faut avoir la franchise de le dire : rien, absolument rien… Alors, que faut-il faire ? Suivre l’exemple d’autres nations…, parmi nos jeunes gens prendre ceux qui ont la classe innée et chercher […] ceux qui peuvent devenir leurs émules […] et les envoyer patriotiquement dans ces sites admirablement conçus, comme le Collège d’Athlètes de Reims… Oh j’entends bien l’objection ! On va crier au professionnalisme ; on va dire que les amateurs ne sont pas faits pour se livrer exclusivement à cela… Je sais tout cela. Mais aussi ce qu’il faut pour gagner aux Olympiades et que pour l’opinion publique les belles théories ne comptent pas. Ce qui compte : c’est le résultat ; ce qu’elle espère, c’est voir le drapeau français flotter au-dessus du Stade de Berlin75. »

  • 76 8 juillet 1914.

77Du reste, le discours de L’Ouest-Éclair demeure policé et pragmatique. En 1914, les Folliard regrettent ainsi la défaite des marques françaises dans le Grand Prix de l’ACF : il serait « puéril », lit-on, « de discuter la victoire allemande, au point de vue sportif du moins », car c’est le résultat d’un choc des cultures : « préparation méthodique » allemande contre « emballement76 » français. Ce patriotisme nuancé, présent pendant la guerre au cours de laquelle on relève peu d’élans germanophobes dans la rubrique sportive, est sans doute un héritage du « modérantisme » qui caractérise L’Ouest-Sportif.

  • 77 Cf. 18 août et 8 septembre 1913.

78Ce modérantisme s’exprime d’ailleurs sur le plan politique et confessionnel. De L’Ouest-Éclair, journal catholique, on pouvait légitimement penser qu’il favoriserait l’action de la fédération catholique du sport (FGSPF). Or il n’en fait pas cas. Il se contente, ici et là, de relater les événements liés aux patronages. Prenons deux exemples. En août 1913, les courses cyclistes organisées dans le cadre de la Fête patronale de Mayenne et du Pardon de Ploërmel n’appellent aucun commentaire sur les vertus spécifiques du sport catholique. Un mois plus tard, une recension du congrès national des gymnastes catholiques souligne certes une attention dont ne bénéficie pas l’USGF (et d’ailleurs la gymnastique en général), mais sans que la partialité ou quelque tentation sacerdotale soient palpable77. Au demeurant, souvenons-nous de l’identité des rédacteurs : membres dirigeants de l’USFSA, ils ne risquent guère de valoriser les réussites d’une union concurrente, ambitieuse et qui connait une croissance tout à fait remarquable depuis sa fondation en 1898.

  • 78 10 août 1913.

79En revanche, les rédacteurs prennent sans ambigüité le chemin d’un régionalisme revendiqué. Celui-ci s’exprime déjà pleinement dans l’autonomisme des Folliard déjà souligné. Il s’exprime également dans une centration footballistique bretonne avant tout. Il s’exprime enfin – parmi d’autres exemples – dans d’autres choix éditoriaux. Ainsi, en matière aéronautique, la préférence va clairement aux meetings bretons et aux raids mettant en scène la Bretagne (Paris-Rennes78) plutôt qu’aux épreuves nationales ou aux exploits au-dessus des terres et des mers lointaines ou étrangères. On retrouve là une presque invariance : l’information sportive régionale, dans la presse spécialisée comme dans la presse généraliste, se love communément et volontiers dans le creuset autonomiste des « petites patries ».

Conclusion

80Après un lancement « sportif » en demi-teinte, L’Ouest-Éclair prend le chemin d’une sportivisation résolue. Cette orientation est sans doute à mettre au compte de trois facteurs principaux : le choix d’Henri Teitgen d’observer les méthodes de la presse parisienne pour arriver à ses fins (faire de L’Ouest-Éclair le premier régional en France) ; la poussée du phénomène sportif en Bretagne autour, en particulier, de deux spectacles et pratiques, le football et le cyclisme ; enfin l’influence et l’énergie de rédacteurs doublement investis dans la promotion du sport et qui, d’ailleurs, ré-enfileront le bât dès octobre 1914 pour entretenir leurs lecteurs de l’information sportive de guerre et dans la guerre.

81à la veille d’août 1914, la rubrique est donc solidement installée. Le journal est alors diffusé à 150 000 exemplaires qui irriguent la Bretagne, mais aussi une partie de la Normandie et du Maine. Le sport, en tant que culture médiatique, est pleinement légitimé et il est permis de penser que cela constitue un levier essentiel dans l’acculturation – sinon dans la conversion – des lecteurs au sport, mais aussi un des éléments qui favorisent le succès du journal, devenu premier quotidien régional en France. On est donc fondé à croire, en repensant en particulier à la demande des lecteurs d’une page sportive, que le quotidien présente un profil et une action confirmant pleinement le postulat au départ de cet ouvrage : le rôle de passeur de la presse dans la première massification des cultures sportives.

1899

1903

1913

Sur la surface totale
Sur la surface rédactionnelle

0,1
0,2

0,8
13

5,9
18,8

Tableau 3. – Volume (en %) d’information sportive dans Ouest-Éclair.

1903

%

1913

%

1

Courses et sports hippiques

37,5

Football

27,7

2

Football

19,5

Cyclisme

11

3

Vélo

14

Courses et sports hippiques

10,1

4

Régates

13,5

Aéronautique

6,7

5

Tir à l'arc

6

Tir

3,2

6

Tir

6

Athlétisme

3,1

7

Course à pieds

2,5

Automobilisme

2,4

8

Automobilisme

1

Rugby

2,3

9

Course à pieds

1,2

10

Régates

1,2

Tableau 4. – Hiérarchie des thématiques sportives dans L’Ouest-Éclair en (%).

Notes

1 Nous pensons en particulier à l’indispensable M. Martin, La Presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002.

2 P.-Y. Croix, Du plomb et des jeux. Le traitement du sport dans L’Ouest-Éclair (1914-1930), mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1996, p. 22-23.

3 P. Rosanvallon, Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, 1992.

4 Sur ce point : M.-E. Thérenty, « Rythmes et imaginaires. Vivre au rythme du journal », in D. Kalifa, Ph. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Éd. Nouveau Monde, 2011, p. 1308-1317.

5 Les deux principaux personnages à l’origine de cette aventure de presse sont donc Emmanuel Desgrée du Lou, avocat d’origine vannetaise et brestois d’adoption, et l’abbé (rennais) Félix Trochu.

6 A. Hélard, « Le paysage de la presse rennaise en 1899 », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), L’Ouest-Éclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 32.

7 Cf. J.-F. Tanguy, « La République, la nation, la politique et Dreyfus. L’Affaire et la vie politique à Rennes », in M. Drouin, A. Hélard, Ph. Oriol, G. Provost, L’Affaire Dreyfus. Nouveaux regards. Nouveaux problèmes, Rennes, PUR, 2007, p. 157-170.

8 7 septembre 1899.

9 P. Harismendy, « L’Ouest-Éclair et la vie politique du bassin rennais avant 1914 », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), op. cit., 2000, p. 50.

10 P. Albert « L’Apogée de la presse française », in Cl. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou, Histoire générale de la presse française (de 1871 à 1940), Paris, PUF, 1973, t. 3, p. 404.

11 5 août 1899.

12 M. Martin, op. cit., 2002, p. 171.

13 M. Denis, « Les premiers journaux de l’abbé Trochu », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), op. cit., 2000, p. 23-30. Voir aussi G. Delorme, L’Abbé Trochu. Patron de presse, Rennes, Éd. Apogée, 2000.

14 Voir les 18, 20 et 21 septembre 1899. Toutes les mentions de date font référence à l’édition de Rennes.

15 Nous nous rapportons notamment à J.-L. Gay Lescot, Le Développement du mouvement associatif sportif et de l’éducation en Ille-et-Vilaine, 1870-1939, mémoire de DEA, Rennes II, 1983 ; A. Poyer, Les Premiers temps des véloce-clubs. Apparition et diffusion du cyclisme associatif entre 1867 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2003 ; P. Arnaud, « L’USFSA ou la construction de l’espace sportif dans la France métropolitain (1887-1897) », in P. Arnaud, T. Terret (dir.), Le Sport et ses espaces, XIXe-XXe siècles, Paris, Éd. du CTHS, 1998, p. 287-312.

16 P. Harismendy en donne un exemple à propos de la transformation d’une partie des champs de course en terrains de football notamment (1904). Cf. Rennes sous la IIIe République. Cahiers d’Edmond Vatot, secrétaire général de la ville de 1885 à 1909, Rennes, PUR, 2008, note 24 p. 381.

17 Cf. J.-Y. Guillain, « La presse sportive bretonne à la Belle Époque : promotion des sports modernes ou valorisation identitaire », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, Biarritz-Paris, Atlantica/Musée National du Sport, 2010, p. 461-474, et Ph. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province, 1845-1914 », in ibid., p. 88-92.

18 Comme l’indique P. Arnaud, Les Athlètes de la République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 131.

19 Cf. Ch. Hamon, « Le développement de l’entreprise », in M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), op. cit., 2000, p. 102.

20 Cinq d’entre eux étant l’émanation des quotidiens.

21 Sur ce point : A. Hélard, op. cit., 2000, p. 31-32.

22 Cf. X. Ferrieu, Histoire de Rennes, Paris, Éd. J.-P. Gisserot, 2001, p. 91.

23 L’Avenir (5 éditions par semaine, 1 100), Le Petit Rennais (5 éditions, 2 000), Journal d’Ille-et-Vilaine (5 éditions, 1 500), Journal de Rennes (5 éditions, 2 500), etc. Cf. P. Albert, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, CNRS, 1976, p. 157.

24 À l’exception de 1899 où le journal est lancé en août, nous prendrons comme point de repère le mois de juillet qui présente généralement, à la Belle Époque, la plus grande densité événementielle.

25 27 février 1901.

26 21 avril 1901.

27 30 août 1903.

28 Aucune mention par exemple dans les monographies sur le journal : M. Lagrée, P. Harismendy, M. Denis (dir.), op. cit., 2000 ; et G. Delorme, Ouest-France. Histoire du premier quotidien français, Rennes, Apogée, 2004.

29 Si l’on se reporte à la Revue mensuelle du Touring Club de France, mars 1903.

30 Voir l’édition du 5 décembre 1902.

31 Sur ce point, on peut se reporter, notamment, aux 20 janvier, 17, 18 et 19 février, 25 mars 1903.

32 24 août 1903.

33 Cf. A. Le Sacher, Rennes à la Belle Époque, Rennes, Éd. Ouest-France, 1981, p. 35.

34 G. Feyel, « Les transformations technologiques de la presse », in D. Kalifa, Ph. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), op. cit., 2011, p. 132-133.

35 Que nous avons pu repérer en croisant nos données avec celle de P.-Y. Croix, op. cit., 1996.

36 D’autres collaborations plus épisodiques ou non identifiables n’ont pas été l’objet de notre attention. Ainsi pour Édouard de Saint-Rémy, manifestement un pseudonyme emprunté à l’un des personnages inventé par Paul Féval dans Les Belles de nuit ou les anges de la famille (roman publié en feuilleton au milieu du XIXe siècle et mettant en scène une saga se déroulant entre la Bretagne et Paris).

37 Nous nous appuyons entre autres sur M. Lagrée, “Brittany, between Irland, Scotland and France”, in G. Jarvie (ed.), Sport in the making of celtic cultures, Leicester University Press, 1999 ; J.-Y. Guillain, op. cit., 2010 ; H. Slimani, La Professionnalisation du football français : un modèle de dénégation, thèse, université de Nantes, 2000 ; L. Coadic, « Implantation et diffusion du football en Bretagne (1890-1925) », Sport et Histoire, no 1, Presses universitaires de Bordeaux, 1992 ; G. Cadiou, La Grande histoire du football en Bretagne, Lonrai, Liv’Éditions, 1998.

38 Préface à J. Gémain, Les Gloires sportives de l’Ouest : contribution à l’histoire du sport breton, Rennes, Imprimerie commerciale, industrielle et administrative, 1936, p. 8.

39 Sur ce point voir J.-Y. Guillain, op. cit., 2010.

40 La Revue sportive bretonne, no 1, 10 septembre 1900.

41 19 mai 1904.

42 28 janvier 1903.

43 5 février 1905.

44 12 février 1914.

45 Nous suivons : Cl. Loire, Le Stade Rennais, fleuron du football breton, 1901-1991, Rennes, Apogée, 1994, G. Cadiou, op. cit., 1998 et J. Gémain, op. cit., 1936.

46 Sur cette période, voir P. Dietschy, Ph. Tétart, « L’Ouest-Éclair, le sport, la guerre, 1914-1919 », in L. Robène (dir.), Le Sport et la guerre, XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2012, p. 135-144.

47 19 décembre 1913.

48 Nous suivons entre autres L’Ouest-Sportif, 21 février 1920 ; H. Slimani, op. cit., 2000, J. Gemain, op. cit., 1936 ; P.-Y. Croix, op. cit., 1996 ; « Les Folliard, seuls contre tous » (site du Stade Rennais) ; enfin D. Leray, Le Stade Rennais et l’évolution du football en Bretagne : de sa naissance au professionnalisme (vers 1900-1932/33), maîtrise, université de Rennes 2, 1999.

49 21 février 1920.

50 J. Gemain, op. cit., 1936, p. 61.

51 28 octobre 1912.

52 Comme on l’apprend dans Le Figaro du 20 septembre 1904.

53 Journal Amusant, 27 octobre 1906.

54 Collaborateur L’Auto et co-auteur de L’Almanach des sports, on lui doit aussi Les Sports athlétiques (Paris, Garnier Frères, 1905, préfacé par Desgrange) et plusieurs ouvrages de vulgarisation publiés avant la Grande Guerre.

55 Le Figaro, 4 mai 1908 ; L’Aurore, 1er mai 1908.

56 9 juillet 1913.

57 M.-E. Thérenty, op. cit., 2011, p. 1308-1317; Ch. Delporte, « Presse et culture de masse (1880-1914), Revue Historique, no 605, 1998, p. 93-122.

58 9 avril 1913.

59 21 août 1913.

60 25 novembre 1913.

61 Cf. 14, 16 et 17 janvier 1914.

62 28 septembre 1913.

63 De 39 à 91 pour le seuls clubs sportifs. Cf. J.-L. Gay Lescot, op. cit., 1983, cf. cartes hors-texte.

64 25 janvier 1914.

65 26 janvier 1914.

66 20 février 1914.

67 28 février 1914.

68 En termes de tirages, il ne tient encore pas la comparaison avec La Dépêche de Toulouse ou Le Petit Écho du Nord. Cf. P. Albert, « La Presse française de 1871 à 1940 », in C. Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse, Paris, PUF, 1972, t. 3, p. 398 sq.

69 1er juin 1914.

70 En août 1914, E. Folliard prend d’ailleurs la défense de la firme de pneumatiques soupçonnée d’être une firme allemande !

71 23 et 27 juillet 1914.

72 no 888, 12 juillet 1913.

73 Voir notamment le no 156, juillet 1917.

74 Voir par exemple L’Écho Sportif d’Oranie, 23 décembre 1911.

75 24 juin 1914.

76 8 juillet 1914.

77 Cf. 18 août et 8 septembre 1913.

78 10 août 1913.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Volume mensuel d’information (1873-1913) [en % de la surface informative].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search