Version classiqueVersion mobile

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

Le Journal de Tournon et le sport (1877-1913). Chronique d’un rendez-vous manqué

Yvan Gastaut et Philippe Tétart

Texte intégral

1Cet ouvrage interroge la conquête du sport dans la presse quotidienne régionale, départementale. Mais en Ardèche nous nous heurtons à une indépassable difficulté : l’absence de quotidien. Nous aurions pu déplacer notre regard vers d’autres horizons. Des années 1880 à la veille de la Grande Guerre, les quotidiens de province ne manquent pas. C’est même un secteur pléthorique. Nous ferons toutefois une entorse à ce principe de quotidienneté. Faute de quotidiens, les Ardéchois de la Belle Époque lisent en effet des périodiques. Il faut faire avec cette réalité médiatique ; elle n’interdit pas d’étudier la nature de l’information sportive et la manière dont elle est offerte aux lecteurs.

2Parmi les quelques hebdomadaires ardéchois des années 1880-1914, nous avons jeté notre dévolu sur Le Journal de Tournon, hebdomadaire d’information à la visée très localiste. Là encore la démarche est singulière, a priori différente de celle à laquelle invitent les quotidiens a plus ou moins forts tirages et qui rayonnent à l’échelle départementale, voire régionale.

  • 1 Sources pour les chiffres ici et après : INSEE ; M. Riou, L’Ardèche, 1900-1930, Romagnat, De Borée (...)
  • 2 A. Frémond, « La terre », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, Gallimard, éd. 1997, p.  (...)
  • 3 F. Chomel, L’Histoire sportive d’Annonay, Saint-Julien Molin-Molette, Éd. J.-P. Huguet, 2004.

3Ce zoom sur Tournon et son hebdomadaire présente une autre particularité, voire un avantage problématique : il invite à prendre le pouls de l’histoire du sport dans une zone rurale. L’Ardèche comprend 353 000 habitants au tournant des XIXe et XXe siècles1. Elle n’est pas le moins peuplé des départements environnants, soit la Haute-Loire, le Rhône, la Drôme, la Lozère, le Vaucluse et le Gard. Néanmoins, avec la Drôme, elle est la porte d’entrée vers une Provence peu urbanisée. Au Nord en revanche, Lyon est peuplée par 450 000 habitants et le Rhône en abrite plus de 800 000. La Haute-Loire, autre frontière septentrionale, est elle aussi plus peuplée et urbanisée – du moins autour de Saint-Étienne et de son bassin industriel. L’Ardèche, quant à elle, s’organise autour de petites villes. La préfecture, Privas, compte 7 500 habitants au début du XXe siècle. Elle brille moins par sa démographie que par la réputation de sa prospère industrie du marron glacé, mieux connue que les industries traditionnelles du vers à soie ou de la tannerie. Tournon-sur-Rhône et Largentière sont sous-préfectures. Tournon, sur les berges du Rhône, est peuplée par 6 000 habitants en 1901. En considérant sommairement le rapport entre population rurale et population urbaine et pour reprendre le mot d’André Frémont, l’Ardèche est avant tout, à la Belle Époque, « l’expression d’un espace de la terre2 ». Seule exception dans ce tableau, au Nord de l’Ardèche, Annonay, petite cité industrielle sans fonction administrative déléguée, a connu un forte poussée démographique au XIXe siècle. Outre qu’elle compte 17 000 habitants vers 1900 c’est manifestement, on le verra, « la » ville pionnière du sport en Ardèche3.

4En regard de ce tableau sommaire, on sait que le mouvement sportif de la Belle Époque se déploie d’abord depuis les gros centres urbains. Pierre Arnaud l’a montré de longue date en partant de l’exemple lyonnais : les capitales régionales sont le premier décor et moteur de l’essor du phénomène sportif. Or l’Ardèche ne comprend pas de fort pôle urbain. Elle est même affectée par un exode qui lui a fait perdre 35 000 habitants entre 1851 et 1901 – l’arrondissement de Tournon n’en souffrant guère cependant. Nous nous trouvons donc ici aussi dans une situation particulière.

  • 4 Voir Ph. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), (...)
  • 5 Principalement dans le Rhône (22), puis le Gard, L’Isère et le Vaucluse (8 chacun).

5Autre élément de singularisation : l’Ardèche appartient au petit groupe de départements ne contribuant pas à l’essor de la presse sportive périodique entre les années 1880 et la Grande Guerre4. Aucun titre spécialisé n’y voit le jour. En revanche, les titres spéciaux existent dans la plupart des départements limitrophes ; en nombre limité dans la Drôme, le Vaucluse et la Lozère (1 à 3), respectable dans la Loire (13) et en Isère (11), important enfin dans le Gard (22) et le Rhône (35). En Ardèche, l’information spécialisée trace-t-elle son sillon dans les périodiques à vocation culturelle qui, pour certains, affichent le sport en leurs sous-titres à la fin du XIXe siècle ? Pas plus. Elle ne comprend aucune publication de ce type alors qu’on en dénombre près de 50 dans les départements voisins5.

  • 6 Nous suivons notamment H. Guibourdenche, « Le temps et les espaces du sport en Ardèche au XXe siècl (...)

6L’information sportive ne peut plus alors trouver place que dans les titres à vocation généraliste. Mais là encore de façon tardive. Vals Échos donne des informations sportives à partir du début des années 1900. En 1905, La Gazette d’Annonay leur consacre un lignage croissant mais encore limité6.

7Le même constat ressort de la lecture du Journal de Tournon et de plusieurs autres périodiques.

8On pourrait se satisfaire de cette peinture à grands traits, en considérant que dans une telle situation les veines exploitables sont bien maigres, qu’au total l’Ardèche n’est pas un espace favorable au déploiement médiatique du sport. Mais ce serait nier l’importance d’apprécier une histoire faite de creux et de pleins, révélant une géographie traversée par des géométries variables. Ce serait sans compter, en outre, sur le fait que le département connaît à partir des années 1880-1890 une première sportivisation. Elle est timide certes. Elle n’en est pas moins tangible. Aussi peut-on à bon droit s’interroger sur sa faible publicisation dans Le Journal de Tournon. Notre souci sera donc de percer à jour cette autre singularité. Comment et – en toute hypothèse – pourquoi l’histoire du sport dans le périodique tournonais est d’abord celle d’un rendez-vous en partie manqué ? Cela a-t-il à voir avec l’identité du titre ? De ses rédacteurs ? De sa ligne politique ? En quoi cette situation invite à nuancer – du moins pour l’espace tournonais – l’influence des médias dans la diffusion de la culture sportive au fil des années 1870-1910 ? Ces questions invitent en premier lieu à cerner l’identité du Journal de Tournon.

Un anonyme hebdomadaire de province

9En février 1877, la petite ville de Tournon découvre un nouvel hebdomadaire. De petit format, il est classiquement monté sur quatre pages à quatre colonnes. Il n’en coûte que dix centimes pour le lire chaque dimanche. Si on se rapporte à l’achat quotidien des journaux à 5 centimes, il est d’un prix très modique, accessible au plus grand nombre. Il est prioritairement vendu à Tournon, mais – marque d’une ambition certaine – ses responsables font en sorte qu’il soit disponible à Paris (auprès de diffuseur de l’Agence Havas) et à Lyon.

  • 7 Cf. P. Albert, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIXe si (...)

10À cette date, quatre périodiques sont publiés dans le département. Ils tirent ensemble environ 3 000 exemplaires. Le Journal de Tournon entre donc en scène dans un temps où le taux de pénétration de la presse locale à vocation généraliste est très bas (moins de 1 %). Au demeurant, faute d’archives, nous ne connaissons son tirage ni en 1877 ni en 18857. Il nous est donc impossible, du moins pour les premières années, d’apprécier, in fine, les ambitions du titre et, de manière plus objective, sa réussite ou non. En revanche, nous savons le tirage de 1901 : 900 exemplaires. Par rapport à d’innombrables hebdomadaires de province, Le Journal de Tournon ne démérite pas. À cette date, il a semble-t-il séduit un lectorat assez étoffé pour perdurer ; un lectorat concentré à Tournon et, si on considère la distribution des informations locales, dispersé sur une zone d’influence d’une vingtaine de kilomètres autour de la petite cité. Néanmoins, Le Journal de Tournon accuse encore un assez gros retard sur les tirages des deux périodiques dominants, Le Journal d’Aubenas (2 500) et L’Ardèche Républicaine (1 400). Aucun élément d’archive ne nous permet par la suite d’évaluer son tirage.

Un fondateur

  • 8 À la mémoire de Joseph Parnin, Imprimerie de Haute Loire, 1936 ; Le Centenaire de Joseph Parnin. Lo (...)

11Le Journal de Tournon est pensé et voulu par Joseph Parnin (1864-1935). De lui, en dépit de deux opus dédiés à sa mémoire (plus hagiographiques que biographiques8), on sait peu de choses. Formé à la Sorbonne et agrégé de Lettres, il fait toute sa carrière de professeur de rhétorique au lycée de Tournon. Il y aura pour élèves trois jeunes ardéchois à la belle destinée, le compositeur Gabriel Fauré et les poètes Louis Pize et Charles Forot. Il lui diront tous trois leur dette.

  • 9 L Pize, « Les Maîtres de la jeune littérature », La Revue hebdomadaire, 14 octobre 1922, p. 196.

« Les maîtres à qui je dois le plus ?… La liste paraît bien longue. Les anciens d’abord. Dans le vieux lycée de Tournon qui perpétue au bord du Rhône le souvenir d’un cardinal humaniste, des jésuites et des oratoriens, un maître incomparable, Joseph Parnin, dévoilait à nos esprits les beautés du génie antique… Que ne donnerais-je encore pour entendre ces commentaires simultanée d’Homère, de Virgile, de Racine, et le Cygne de Baudelaire après Andromaque, et telle prose de Maurice Guérin, de Marcel Schwob… Voilà comment mes camarades et moi recevions l’indélébile empreinte9. »

  • 10 M. Riou, op. cit., 2007, p. 17.
  • 11 Le Domaine. Revue littéraire, artistique et corporative, année 1933, p. 441.
  • 12 L. Pize, « Chroniques », Revue Critique des idées et des livres, novembre 1923, p. 680.
  • 13 Cf. la notice nécrologique lapidaire du Bulletin de l’Art, novembre 1935, p. 386.
  • 14 À la mémoire de... op. cit., 1936.

12« Figure la plus éminente10 » des clercs du département à la croisée des deux siècles selon Michel Riou, on le présente ici comme un « admirable lettré […] ayant formé d’innombrables générations de bacheliers11 », là comme un « maître incomparable12 ». Malgré le flou biographique, Joseph Parnin laisse donc en héritage l’image et le souvenir d’un passeur, d’un esthète, d’un militant de « l’écriture artistique13 », de la poésie (il était ami avec le Drômois Louis Le Cardonnel) et de la cause éducative14. Et de fait, ce personnage pèse sur l’identité de la publication qui, en dehors du souci de couvrir l’actualité de Tournon et de son arrondissement, est très attentive aux questions littéraires et éducatives.

Un rédacteur en chef

13Un second personnage entre en scène au début des années 1890 : le rédacteur en chef Louis Eugène Dreveton, signataire de la majorité des éditoriaux et âme de la publication jusqu’à la Grande Guerre. En dépit du peu que nous avons pu apprendre sur lui en croisant des données empruntées à la presse, sa biographie nous éclaire.

  • 15 No 1, 15 mars 1889.

14Eugène Dreveton est écrivain et journaliste. Son nom apparaît à la fin des années 1880, en Ardèche déjà, dans les Annales Gauloises, périodique « littéraire et artistique » annonnéen pour lequel il conçoit une variation littéraire sur « les inclassables et les déclassés de la littérature15 ». On le retrouve ensuite collaborateur de nombreuses feuilles rhône-alpines et méridionales à vocation littéraire : La Bohême de Montpellier, Le Passe-temps de Lyon, Le Mémorial d’Aix-en-Provence, La Sylphide de Grenoble. Il écrit dans la presse parisienne, des titres les plus exigeants comme La Revue Illustrée de Gustave Ficker jusqu’aux Dimanche de la femme en passant par Le Journal pour tous (supplément du Journal). Il écrit également pour L’Ouest-Éclair où il publie plusieurs contes entre 1903 et 1905. Auteur de quelques romans dans les années 1920, il est surtout cité comme un fin connaisseur de l’administration et de la gestion rédactionnelle d’un journal. Un manuel de 1906 renvoie à des écrits (nous n’en avons retrouvé nulle trace) dans lesquels il conseille de futurs journalistes. Lignes éclairantes en pensant au Journal de Tournon.

  • 16 V. Jamati, Pour devenir journaliste, Paris, J. Victorion, 1906, p. 80. Malheureusement Jamati ne ci (...)

« L’humble rédacteur de faits divers, que le chroniqueur mondain, dont les chroniques, entre parenthèses, son presque toujours faites de “chic”, regarde de très haut, accomplit tout de même, en renseignant de son mieux le public, une besogne qui n’est pas aussi vaine que l’assurent les esprits mal intentionnés… N’est pas qui veut un bon “localier”. Pour tenir convenablement l’emploi, il faut des qualités réelles, un flair particulier, une certaine souplesse de style, une instruction suffisamment étendue pour parler des sujets les plus variés car on n’a pas à rédiger éternellement des feux de cheminée et des accidents de voiture16. »

15Pour le reste, Eugène Dreveton n’est pas passé à la postérité – même une petite postérité comme celle de Joseph Parnin encore évoqué dans les années 1930 dans Le Temps et un bouquet de revues littéraires. Cet oubli ne nous interdit pas de le voir comme un journaliste de métier, intégré au microcosme journalistique régional, préoccupé lui aussi d’écriture et refusant l’idée d’un nivellement des catégories d’information. Il imprimera en effet une dynamique polyvalente au Journal de Tournon, ne se laissant ni submerger ni rebuter par les faits divers, n’ouvrant pas beaucoup la porte aux mondanités et pas beaucoup plus… au sport.

16Avec un tel rédacteur en chef, on devine encore, à demi-mots, que Le Journal de Tournon sera très littéraire. Mais sa coloration est aussi redevable à ses attaches politiques.

Un journal du « centre »

  • 17 Cf. R. Samson, « L’Alliance républicaine démocratique (1901-1920). Une formation de centre », Revue (...)
  • 18 6 mars 1893.

17Le Journal de Tournon est un titre profondément républicain ; au point qu’il devient, en octobre 1892, lorsque Eugène Dreveton entre en scène, l’Alliance Républicaine Démocratique. Changement prémonitoire. Dix ans plus tard en effet, l’hebdomadaire est assimilable à la droite modérée et « modératrice », soucieuse de concorde républicaine, réunie sous la bannière de l’Alliance Républicaine. Ce groupe dont les convictions l’apparente tantôt à la droite, tantôt à la gauche débouche sur un « syncrétisme, une nouvelle culture, une nouvelle tradition », celle du « centre17 ». Cette identité ressort en particulier de l’attachement des rédacteurs à la question laïque et scolaire (confere un vibrant panégyrique de Jules Ferry18) et, notamment, de leur attention pour la question de l’émancipation féminine.

18Au fil des ans, l’hebdomadaire sert donc de tribune et d’organe de propagande pour une poignée d’élus dont le profil annonce ce centre ou qui en sont tout simplement membres : Louis Gallix, Isidore Cuminal, Charles-André Seignobos, Arthur Chalamet, Gaston Riou. Notre objet n’est ni d’étudier leurs collaborations ni de détailler leur carrière. De courts arrêts sur image se révèlent cependant instructifs.

19Originaire de Lamastre, à une quinzaine de kilomètres de Tournon, Charles-André de Seignobos – le père de l’historien – est déjà un quinquagénaire installé lorsque Le Journal de Tournon paraît (il est né en 1822). Avocat et conseiller général jusqu’à sa mort en 1892, c’est un homme de centre-gauche.

20Arthur Chalamet est son contemporain. Ce natif du tout proche Vivarais est agrégé de Lettres et professeur de rhétorique. Il est élu député en 1876. Sous-secrétaire d’État à l’Instruction Publique dans le gouvernement Gambetta (1881-1882), il disparaît en 1895 alors qu’il siège au Palais du Luxembourg.

21Louis Gallix est très présent les premières années de parution. Tournonais de naissance (1838), lorsque Le Journal de Tournon voit le jour il est avoué et siège au conseil municipal. Il brigue avec succès le poste de conseiller (1883), puis de président du comité d’arrondissement de Tournon (1890) avant de devenir, avec le soutien de l’hebdomadaire, conseiller général et député (Gauche Républicaine, 1892).

22Isidore Cuminal est maire de Serrières (au Nord de Tournon). Sénateur dans l’entre-deux-guerres, il se fera notamment remarquer par son souci de la question scolaire.

23Enfin, le plus jeune enfin, Gaston Riou, natif de Vernoux-en-Vivarais (commune à laquelle Le Journal de Tournon consacre de nombreux articulets) aura lui aussi les honneurs du suffrage républicain, en 1936. Il rejoindra alors l’hémicycle sous la bannière radicale. Mais aux heures qui nous intéressent, ce jeune homme né en 1883 et qui se veut poincariste exerce sa plume et se fait connaître en publiant Aux Écoutes de la France qui vient (1913).

24De ce très sommaire tableau politique ressortent deux éléments transversaux : le centrisme de ces hommes – donc du journal – et, de nouveau, une propension à se soucier de politique, de littérature et d’éducation. Il faut y ajouter l’idée d’un ancrage local fort : ces cinq hommes sont des Ardéchois et se revendiquent comme tels.

Le temps du silence (1877-années 1880)

25Aléas de la conservation, les premiers numéros du Journal de Tournon sont indisponibles ; la collection des Archives Départementales de l’Ardèche s’ouvrant au numéro 8, nous ne pouvons nous référer à l’éditorial introductif, cet appel aux lecteurs chapeautant tout nouveau journal et situant ses ambitions. L’analyse des premiers numéros permet néanmoins d’entrevoir cette perspective.

26En premier lieu, l’hebdomadaire prétend couvrir la région tournonaise (Journal de Tournon et de son arrondissement) selon trois axes incarnant un mélange des genres usuel à cette époque : « Feuille littéraire, agricole, commerciale et judiciaire ». Dans la plupart des périodiques, les deux dernières mentions justifient une litanie d’annonces (ventes, offre, réclames) et de billets judiciaires, officiels (procès, adjudication, ventes aux enchères, État-Civil, etc.), autrement dit un cumul de lignage à bon prix compensant, dans bien des cas, l’impossibilité de noircir quatre pages… Le journal est parsemé d’une foultitude d’annonces de ce type. Dans l’ordre de préséance, en une et en page 2, elles sont précédées par des chroniques littéraires, théâtrales et scolaires (avec par exemple les résultats complets du Concours Général). Faits divers et agricoles (notamment autour de la crise du phylloxéra) parsèment la « Chronique locale ». Au gré des numéros, le Journal de Tournon publie aussi des récits d’excursion, de essais d’histoire locale, des recensions d’exposition, des exposés d’ornithologie ou sur les technologies nouvelles. Cet ensemble, marqué du sceau localiste (les informations nationales sont rares, sauf pour les questions politique et d’éducation), dessine en creux des rédacteurs et un public plutôt lettrés.

  • 19 28 octobre 1877.
  • 20 Si l’on suit F. Chomel indiquant une structuration dans les années 1890 : « L’évolution de la boule (...)
  • 21 24 mars 1878.

27Les mentions relatives aux pratiques physiques sont rarissimes. La première vient en octobre 1877, huit mois après le lancement, au prétexte d’une partie de boules – et non d’un concours –, « exercice favori des Tournonais19 ». On n’en apprend pas plus. Nonobstant, le boulisme n’est pas encore structuré dans le département20. Au printemps suivant, la « Chronique locale » ouvre le chapitre proprement sportif, mais pas au titre évènementiel. Le Journal de Tournon livre alors la composition du bureau du Club Alpin de Vals et Cévennes. Ce dernier réunit un médecin, un ingénieur, un banquier « anthropologiste amateur », le secrétaire de la Société des Sciences Naturelles et celui de la Société d’Agriculture de l’Ardèche, enfin le directeur des Verreries de Vals21. Cette compagnie nous donne à voir une sociabilité cafienne faite de notables de province, les mêmes qu’on retrouve dans les sociétés savantes. Pour le reste donc, pas vraiment de sport sinon au travers de cette apostrophe institutionnelle.

  • 22 M. Riou, op. cit., 2007, p. 15.

28Les années suivantes ne révèlent pas plus de curiosité, sinon sporadique, pour les pratiques physiques. En 1883, le journal n’en parle tout simplement pas. Le chemin de fer a pourtant évolué. La rédaction l’a enrichi d’une « Chronique financière », d’une « Lettre parisienne » (elle rapporte et commente, en une, les débats politiques). Les variations littéraires, qu’elles traitent du « style romanesque » ou de l’œuvre de Sainte-Beuve, sont plus nombreuses. Sont également publiées des mises au point sur la politique coloniale, des vignettes sur les foires aux bovins ou aux oignons, sur les problèmes d’eau potable, etc., et, toujours, des notules sur la vie et la question scolaires, cette dernière étant particulièrement « prégnante » dans le département22.

  • 23 F. Chomel, op. cit., 2004, p. 25 et p. 32-37.
  • 24 Cf. P. Veyranc, L’Ardèche retrouvée, Paris, Horvarth, 1986, p. 103 ; P. Arnaud, T. Terret (dir.), J (...)
  • 25 Sur le cas drômois nous suivons Ph. Bouchardeau (dir.), « L’Éclosion du sport drômois, fin du XIXe (...)
  • 26 B. Benassar, Histoire de la tauromachie, Paris, Desjonquères, 1993, p. 183.
  • 27 Voir notamment P. Arnaud, La Naissance du mouvement sportif associatif en France. Sociabilités et f (...)
  • 28 M. Achard, « Le sport à Saint-Étienne avant 1870 », Bulletin du Vieux Saint-Étienne, no 143, 1986, (...)

29Pourtant, à cette date, François Chomel a montré le réveil sportif annonéen23. Plus largement, les villages ardéchois sont le théâtre de jeux traditionnels (boules, jeux de quille). En 1883, Tournon accueille des joutes nautiques au 14 juillet. On sait aussi l’existence de sociétés scolaires de type régimentaire (gymnastique, tir, Bataillons Scolaires) et la naissance d’une vélocipédie locale encore inorganisée24. À vol d’oiseau, de l’autre côté du Rhône, le sport drômois se réveille aussi25. Le vélo fait ses premiers tours de roues à Valence en 1868. Le turf et la gymnastique s’y implantent au seuil des années 1880, de même que le tir et l’escrime. Au sud, dans le Gard, à partir des années 1860, Nîmes est la cité phare pour les toros. Vingt ans plus tard, la tauromachie y est « devenue un fait de société26 » justifiant la publication de titres spécialisés. Au Nord, l’influente cité lyonnaise est un des creusets du réveil sportif hexagonal27. Saint-Étienne y contribue également, de façon précoce28. Parallèlement, les départements sertissant l’Ardèche voient naître les premiers périodiques affichant « sport » en leurs sous-titres. Tel est le cas pour La Revue Lyonnaise (1879) et, à Avignon, de La Semaine (1884). Enfin, tout vrai lecteur et amateur de presse sait que les pratiques physiques mondaines sont suivies par la presse éponyme et que les grands généralistes régionaux, comme Le Progrès de Lyon, font entrer les pratiques distinctives dans leurs titres à partir des années 1870.

30Le silence du Journal de Tournon invite donc à nier toute influence, auprès des lecteurs, sur la découverte et, plus encore, la banalisation du fait sportif. Il invite en outre à considérer que la rédaction, en dépit du timide éveil sportif régional, n’appréhende pas encore le sport comme un fait digne d’information à la différence – au hasard de ses riches choix éditoriaux – des fouilles gallo-romaines, des maladies affectant les ânes ou des pièces de théâtre en vue à Paris.

Un timide réveil (années 1890-1900)

31Dix ans plus tard, la situation n’a guère changé. Certes, la page du – presque – silence est tournée, mais si Le Journal de Tournon consacre 1 % de ses colonnes au sport, il n’envisage que deux pratiques. Plus : lorsqu’on enjambe une nouvelle décennie, ce chiffre évolue de façon insensible (1,2 %). L’arrivée d’Eugène Dreveton au début des années 1890 ne change donc pas foncièrement la donne.

1893 : un réveil très timide

  • 29 Marc Martin souligne que l’agence gère la régie publicitaire, pour tout ou partie, de près de 900 t (...)

32Le fait marquant de 1893 est la rentrée parlementaire de Louis Gallix, ardemment soutenu lors de la campagne électorale de l’année précédente. Loin des gymnases ou des bacs de nage en rivière, loin des vélodromes ou des boulodromes (qui bordent le Rhône à Tournon), L’Alliance Républicaine – alias Le Journal de Tournon – privilégie un double registre : vie parisienne (politique et littéraire d’abord, puis culturelle), vie de province (faits-divers, agriculture, éducation, justice…). La rédaction cherche aussi, à l’évidence, une meilleure assise économique en s’ouvrant à une publicité qu’on sait alors conquérante. On en voit le signe dans la quatrième page ; aux petites annonces jusque-là majoritaires se substituent des réclames pour les commerces, les services locaux et quelques marques nationales. On peut penser que ce poste est géré par Havas, agence avec laquelle le journal est lié depuis 187729. Bref, entre le primat politico-littéraire, la place des informations générales sur l’arrondissement et les réclames pour le Régénérateur de cheveux Royal Windsor, les chocolats Maurin, Menier, la Lessive Kabiline ou le vin médical Vial, il reste peu de place.

  • 30 29 juillet 1893. D’autres mentions sont relatives au concours de Grozon : 5 août et 2 septembre 189 (...)
  • 31 D’après H. Guibourdenche, op. cit., 2004, p. 96.

33Nonobstant, dans le fourre-tout rédactionnel de la « Chronique locale et régionale », entre récit d’incendies, remises de décorations militaires aux anciens de 1870, récits d’orages dévastateurs et listes des prix scolaires, les pratiques physiques finissent par s’immiscer, au printemps et à l’été. Elles n’apparaissent cependant pas pour elles-mêmes. Il faut que telle fête locale – comme celle de Vernoux-en-Vivarais – comprenne un concours de tir pour qu’on en fasse cas30. Or la vélocipédie, les boules, les quilles et d’autres jeux de force ou d’adresse font souvent partie du programme des réjouissances (avec les défilés, la fanfare, le banquet) ou sont l’objet de compétitions propres, comme les premiers championnats départementaux de boule, en 1893 précisément31. Le journal les ignore toujours.

34Rédacteurs et correspondants ne sont donc pas, loin s’en faut, des thuriféraires du sport. En un temps où la gymnastique maille de plus en plus étroitement l’Hexagone, ils ne s’intéressent qu’au tir et à la vélocipédie. Tir de fête surtout. Vélocipédie récréative avant tout. Témoins ces encouragements au Cyclophile Touronnais-Tainois et au Vélo Club Donatien qui coorganisent une procession nocturne. Ici, l’esthétisme des lampions bariolant la nuit tournonaise retient plus l’attention que l’art du pédalage.

  • 32 29 juillet 1893.

« La parade organisée par le Cyclophile tournonais-tainois a obtenu un plein succès. Le Réveil tournonais […] précédait cette retraite au flambeau d’un nouveau genre et jouait avec brio ses plus belles marches… C’était plaisir à voir que ce long défilé de lanternes multicolores balançant gracieusement suspendues en forme de guirlandes ou de dômes lumineux au-dessus des bicyclettes32. »

  • 33 Nous suivons J.-Cl. Griffon, J. Thiébaud, « Le cyclisme dans les régions de Tournon et d’Aubenas », (...)

35On sait encore que de copieux « applaudissements » accompagnent la démonstration de la « jeune société » et que tout ceci fait un « excellent souvenir ». Mais rien de plus alors que cette jeune société, qui réunit d’emblée plus de 40 membres ayant leurs habitudes au Café Serret, sur le quai Gambetta, organise ses premières courses en juin 1893, un mois avant cette cavalcade illuminée33.

36À l’heure où, à Paris, l’information sportive prend de nouvelles marques avec le lancement d’un quotidien entièrement sportif (Le Vélo, 1892), à l’heure où les quotidiens nationaux et, avec un temps de retard, les grands régionaux s’ouvrent de plus en plus sport, Le Journal de Tournon ne cède pas aux sirènes de cette expression nouvelle de la modernité et des loisirs balbutiants de la classe des employés, des petits artisans, de quelques ouvriers aussi.

  • 34 A. Poyer, Les Premiers temps des véloce-clubs. Apparition et diffusion du cyclisme associatif entre (...)

37Cette situation peut s’expliquer par le contexte sportif ardéchois. Le département n’est pas aux avant-postes des défricheurs de la vélocipédie. Avec la Corse, le Lot, l’Aveyron, il fait partie de ces espaces ruraux et isolés, sans ville d’envergure, présentant les plus faibles taux d’équipement. En 1896, ce dernier est de 1 vélo par habitant, or il est de 5 en France et de 3,6 à 5,5 dans les départements avoisinants34.

  • 35 Ibid, 2003, p. 324.
  • 36 31 mars 1888.
  • 37 1er mars 1894.
  • 38 Voir R. Henry « Le Cycliste. Une revue stéphanoise aux fondements du cyclotourisme », in Ph. Tétart (...)

38Ceci étant, la vie cycliste compétitive n’est pas exsangue. Alex Poyer a noté que l’Ardèche n’est pas en reste pour le rapport entre le nombre de ces sociétés et la population35. Ainsi naissent les sociétés de vélocipédie annonéenne (1889), tournonaise (1893) et privadoise (1894). Ce réveil vélocipédique se lit donc dans l’existence et l’actualité du club tournonaistainois, mais aussi dans l’action du consul de l’UVF de Tournon, collaborateur de la Chronique vélocipédique dauphinoise dès 188836. Mentionnons aussi l’évocation de l’Ardèche dans Véloce-Sport en 1892-1893. En 1894, ce périodique phare de la vélocipédie relaie une sollicitation d’un « journaliste-cycliste », J. Genin, et d’un vendeur de cycles tournonais appelant le Cyclophile à se joindre à un sortie cyclotouriste en Ardèche37. Partant de ce dernier point, il est permis d’envisager l’influence des cyclotouristes dans la région. D’abord celle du pionnier du mouvement cyclotouriste, Velocio, qui fait des émules du Forez à Lyon, de Lyon jusqu’à Carpentras, et publie Le Cycliste depuis 188738 ; puis celle du Touring-Cycle de Valence. Notons en outre que, du côté de la presse spécialisée, les vélocipédistes amateurs peuvent, en 1893, acheter L’Union Vélocipédique de la Drôme et de l’Ardèche.

  • 39 F. Chomel, op. cit., 2004, p 40.
  • 40 D. Manson, « Les origines du rugby dans la Drôme », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., 2011, p. 5 (...)
  • 41 Ph. Bouchardeau, « Les associations sportives drômoises au tournant du XXe siècle », op. cit., p. 7 (...)

39Pensons par ailleurs à l’automobilisme. François Chomel nous dit que des démonstrations ont eu lieu dès les années 1890 à Varagnes, dans la proche périphérie d’Annonay, soit à 23 kilomètres à vol d’oiseau de Tournon39. Dans un autre registre, Tournon voit naître en 1890 l’Union Sportive du Lycée de Tournon – où Joseph Parnin professe toujours. Or ce type de regroupement joue un rôle central de la mobilisation sportive et on voit mal l’hebdomadaire, si attentif à la vie scolaire locale, en ignorer l’existence40. Soulignons enfin qu’à vol d’oiseau, la Drôme connaît depuis 1889-1890 une poussée caractérisée de créations de sociétés sportives41.

  • 42 Ibid, p. 17-36.
  • 43 P. Arnaud, « L’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques ou la construction de l’espace s (...)
  • 44 Cf. P. Arnaud, Les Athlètes de la République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 61.

40En faisant ce tableau, nous cédons en partie à un tropisme : trouver du sport à tout prix et souligner la méconnaissance ou le désintérêt sportif du Journal de Tournon. Il faut nuancer. En dépit de ces illustrations, le sport n’a rien en effet de banal en Ardèche. Malgré l’activisme des sociétés vélocipédiques, malgré celui des sociétés gymniques adoptant d’emblée une logique omnisports (à Annonnay, l’Indépendante et l’Annonéenne proposent la pratique de la boxe, du chausson, de l’escrime, du tir42), le sport ne fait, globalement, qu’y balbutier. Pierre Arnaud a montré comme le département est à la traîne pour les sports athlétiques et collectifs. Dans le Lyonnais – au sens extensif –, l’USFSA se développe à partir de 1894 à Lyon et Grenoble. Or à cette date l’Ardèche n’a pas de délégué unioniste43. Les mêmes remarques valent pour la gymnastique même si, encore une fois, la toute proche cité lyonnaise comprend déjà assez de sociétés pour accueillir la fête fédérale nationale 1894. Enfin, malgré l’existence de la société du lycée de Tournon, le sport scolaire est peu développé. Et encore : les Bataillons Scolaires ne sont pas inconnus en Ardèche, mais il sont peu nombreux44. Ne parlons pas de football-association ou de rugby, encore moins de tennis ou de natation.

41Nous n’avons pas d’éléments pour illustrer cette langueur sportive à Tournon. Nous pouvons cependant regarder vers Annonay, cité voisine, la plus peuplée du département. Elle donne le ton de cet essor sportif poussif. En 1893, la ville ne compte en effet que quatre sociétés – plus régimentaires que sportives d’ailleurs.

Les sociétés sportives à Annonay (1880-1902)45

  • 45 Nous tirons ici grand profit du pointilleux et précieux travail de recension de François Chomel, op (...)

Création de la première société

Nombre de sociétés en 1893

Gymnastique
Tir
Vélocipédie
Boulisme
Rugby
Omnisport & athlétisme

1880 (L’Annonéenne)
1880 (Tir Annonéen)
1889 (Vélo-Club annonéen)
1896 (Société annonéenne des joueurs de boules)
1902 (Amical Football Club)
1904 (Club Omnisports annonéen)

2
1
1
0
0
0

42Au final, pour 1893, trois facteurs peuvent expliquer la faible attention sportive de la petite rédaction tournonaise. En premier lieu, cette dernière n’est pas dans le déni puisque la greffe sportive en Ardèche est balbutiante. En deuxième lieu, les rédacteurs appréhendent le sport ou les démonstrations d’habileté physique comme une partie seulement des rendez-vous festifs ; et dans la scénographie de ces temps de sociabilité, de partage, ils prêtent plus d’attention aux fanfares, aux orphéons, qu’aux concours de tir ou aux retraites vélocipédiques. Quant à la question du redressement de la race, aux inflexions patriotiques, elle ne ressort pas à la lecture du Journal de Tournon et cela ne favorise pas, à notre sens, l’adoption et la promotion de pratiques qui, précisément, de l’USGF à l’USFSA, sont placées sous la bannière de la mobilisation citoyenne et d’un patriotisme plus ou moins mâtiné de nationalisme. On est tenté de voir là l’expression du modérantisme politique de l’hebdomadaire.

  • 46 Voir M. Jampy, « Création d’une presse de loisirs par des pionniers de la classe moyenne : Lyon, 18 (...)

43Last but not least, apprécions en termes de données corrigées le volume d’information de 1893. Il est en effet est composé de quelques entrefilets et d’un article sur cette fameuse sortie cycliste nocturne. Or, si on retranche ce dernier (sportif par la bande), alors l’information sportive ne représente plus que 0,5 % des colonnes du Journal de Tournon. Bref, contrairement à l’image que renvoie Lyon avec la levée des titres spéciaux au début des années 189046, la petite sous-préfecture ardéchoise verse dans l’atonie sportive.

1903 : pas sans la fanfare !

44Pour 1903, épargnons à nos lecteurs une nouvelle mise en perspective sur la forme et le fond du journal. Pour une bonne raison : en dix ans ils n’ont pas changé. En revanche la rédaction se préoccupe un peu plus des pratiques physiques. Elles occupent 1,2 % des colonnes. Pour objectiver ce chiffre, disons que le sport a droit de cité une cinquantaine de fois dans l’année. La saisonnalité sportive détermine une prégnance surtout printanière et estivale. Les informations ne sont cependant pas absentes le reste de l’année, qu’elles soient nichées – toujours – dans la « Chronique Locale » ou – nouveauté – dans « La Semaine », chronique offrant des informations parisiennes, nationales, internationales. Enfin, là où la rédaction traitait de deux pratiques en 1893, elle en évoque huit, soit, dans l’ordre de leur importance : boulisme, tir, sauvetage, vélocipédie, joutes, natation, gymnastique, automobilisme.

  • 47 Voir par exemple le 1er mars 1903.
  • 48 P. Arnaud, op. cit., 1998, p. 331 (carte).
  • 49 30 août 1893.

45Cette évolution est assez franche. Néanmoins, elle est surtout déterminée par la promotion du boulisme et du tir. Ils capitalisent près des deux tiers des brèves et sont systématiquement envisagés dans la « Chronique locale », qu’on y rapporte tel concours de tir lycéen ou villageois47, telle ou telle fête locale, laïque ou votive, comprenant des jeux de boules (parfois des joutes). Dans le premier cas, l’hebdomadaire semble à l’unisson de son temps : l’Ardèche a beau être en retard par rapport au reste de la France, le tir et le sport scolaires s’y développent malgré tout48. Sur le boulisme – ou les joutes – ; ils étaient déjà pratiqués en 1893 et la rédaction s’évertue désormais à en rendre compte. La chose est notable sur le boulisme, toujours sous une perspective très tournonaise illustrée par cet appel aoûtien à participer au « concours de quadrette » organisé par « le cafetier du quartier de l’allée des Dames49 ». Notons qu’en ce cœur des années 1890 la société annonéenne de boules voit le jour (1896). Le Journal de Tournon révèle donc très indirectement et partiellement les progrès du maillage institutionnel bouliste.

46En dehors du vélo (bien peu célébré pendant son petit Âge d’Or des années 1895-1900) et, parfois, de la gymnastique, les autres mentions sportives paraissent dans « La Semaine ». Ce sont de petites apostrophes plutôt que des articulets, souvent nées de la presse au ciseau. Ainsi apprend-t-on – emprunt au Temps – l’échec d’Holbeln dans la traversée de la Manche.

  • 50 6 septembre 1903.

« Le nageur Holbeln, parti mardi sir de Douvres pour Calais, était le lendemain à dix heures du matin au milieu du détroit. Arrivé à deux miles du Cap Gris-Nez, il a été pris par les courants et rejeté au large. Renonçant alors à son projet, il est remonté à bord du bateau qui l’accompagnait50. »

  • 51 Cf. M. Riou, op. cit., 2007, p. 22.
  • 52 4 mars 1903.

47Ce récit très sommaire est aux antipodes de l’exigence rédactionnelle – et même littéraire – du titre. Nul hasard ici : rien dans la lecture du Journal de Tournon ne permet d’accréditer l’idée d’une célébration du sport requérant des efforts d’écriture, l’appel au génie de l’épopée et au mythe naissant du héros sportif de plus en plus convoqué par la presse nationale, par les titres spéciaux et les premiers écrivains du sport. L’équipe d’Eugène Dreveton ne fait pas son aggiornamento sportif. Elle privilégie toujours les usages locaux, la sphère lycéenne (l’Ardèche ne comprend alors qu’un lycée, celui de Tournon51) et l’intégration du sport dans des événements protéiformes comme les fêtes scolaires associant exercices de fanfare et de tir52. Les pratiques physiques sont manifestement moins cruciales à leurs yeux que les questions relatives à la formation culturelle du citoyen, des élèves, particulièrement à leur formation musicale. Cette dernière remarque nous amène à deux réflexions, l’une sur la question musicale, l’autre sur la question scolaire.

  • 53 Nous nous inspirons de J.-Cl. Yon, Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Paris, A. Colin (...)
  • 54 Pour ces chiffres : A. Poyer, op. cit., 2003, p. 315 ; R. Hubscher et al., Le Sport en mouvements. (...)

48S’agissant de la musique, le mouvement orphéonique se développe avec force depuis le Second Empire53. Au début du XXe siècle (ou presque puisque nous nous référerons à des chiffres de 1908), le maillage en sociétés musicales (10 000) et la pratique amateur de la musique sont infiniment plus développés que le sport. Si on considère la totalité des sociétés vélocipédiques, elles sont 1 300 en 1895 et 1 800 en 1909. Par péréquation, admettons 1 500 sociétés en 1903. L’USFSA réunit quant à elle un peu plus de 300 clubs et sociétés (civils et scolaires) en 1900 et près de 700 en 190754. Bloquons le trébuchet à 500. La FGSPF chapeaute 200 sociétés en 1903. Quant à l’USGF, elle fédère un millier de sociétés en 1903. Au total, ces quatre unions, qui écrasent de leur autorité des fédérations unisport nées à la charnière des deux siècles (natation et boxe entre autres), comptent donc un peu plus de 3 000 sociétés et clubs. 10 000 d’un côté. 3 000 de l’autre. Face à ce constat et sachant la matrice très scolaire, littéraire et artistique du Journal de Tournon, on comprend mieux la préséance de la formation musicale sur la question de l’éducation ou de l’entraînement des corps.

49Second point : la focalisation scolaire. Est-elle une clé pour comprendre sinon les réticences du moins la frilosité d’Eugène Dreveton ? La lecture des lignes qui suivent, parue en 1908 dans le Bulletin trimestriel de l’Amicale des instituteurs d’Ardèche, peuvent nous aiguiller.

  • 55 no 20, décembre 1908.

« Enfin il n’est pas hors de propos de vous signaler qu’au mépris des convenances les plus élémentaires, le patronage catholique nous prend le plus d’élèves possible pour les faire livrer à toutes sortes de sports55. »

  • 56 4 avril 1903.

50En 1903, Eugène Dreveton et ses rédacteurs très laïcards sont-ils aussi inquiets que ces instituteurs redoutant la propagande de la jeune fédération des patronages sportifs (FGSPF) ? On peut le croire et noter que nulle part, ni ici ni dans le Journal de Tournon ne sourd l’idée d’opposer au prosélytisme des patronages un propagandisme sportif, laïque et républicain. Pourtant, à Tournon, l’USGF, très imprégnée de valeurs républicaines, est bel et bien présente, ce dont témoigne sa participation – d’ailleurs soulignée – à la fête fédérale de Draguignan56.

  • 57 Le Temps, La Croix, Gil Blas, Le Rappel, Le Journal des Débats, L’Aurore, L’Ouest-Éclair...

51Au seuil du XXe siècle, Le Journal de Tournon n’est toujours pas sportif, même s’il témoigne, par bribes, de sa connaissance de l’actualité sportive. Est-ce un choix ? On peut le penser. Sa lecture montre que les rédacteurs lisent et s’inspirent notamment du Gaulois et de La Presse. Or l’un et l’autre sont déjà sportifs en 1903. Ils lisent aussi Le Temps, titre de référence réputé pour son austérité et son sérieux, mais qui vit alors sa mue sportive à la demande de son rédacteur en chef Adrien Hébrard. Quant à Eugène Dreveton, il collabore à l’Ouest-Éclair, journal doté d’une rubrique depuis 1901. Peut-il en ignorer l’existence ?… Inversement, les mentions du Journal de Tournon dans la presse nationale57 le montrent comme un titre repéré et intégré dans le réseau médiatique national. Mais il ne semble pas s’inspirer outre mesure des nouveaux usages qui s’y développent. Dans sa forme d’ailleurs, il ressemble de plus en plus à un journal n’ayant pas pris le tournant du nouveau siècle. Faute de moyens ? Faute de volonté ? Par conservatisme éditorial ? On ne saurait répondre. Le conservatisme rédactionnel semble cependant une piste intéressante.

52Bref, l’année 1903 reste empreinte d’une grande timidité en matière d’information proprement sportive. En soi. Mais aussi dans la forme puisque le récit – au sens propre – de compétition est absent du journal. Pourtant, et cette fois de façon plus franche, l’Ardèche s’éveille au sport et certains événements auraient pu retenir l’attention des rédacteurs comme ce premier match de rugby entre les scolaires d’Annonay et de Tournon (1901).

1913-1914 : une attention illusoire

53En France, la période 1905-1914 est le théâtre de trois poussées. La première est celle des pratiques : le nombre de sociétés sportives a plus que doublé depuis 1903 et de nouveaux sport, comme les sports motorisés, le football, le rugby ou la boxe gagnent en popularité. Deuxième poussée : celle du spectacle sportif. Le peuple des stades, de circuits, des vélodromes, des salles de boxe, grandit. Lors des épreuves ayant lieu dans l’espace public, de véritables foules se concentrent, à l’image de la traversée de Paris 1907 et de ses 200 000 spectateurs. Poussée médiatique enfin : la presse spécialisée s’ancre solidement dans le paysage. L’Auto est au septième tirage national des quotidiens en 1914 ; La Vie au grand air et Le Monde sportif illustré sont devenus des titres de référence ; les revues et bulletins spéciaux se multiplient en province ; enfin, les quotidiens parisiens, donnant le « la » du journalisme Belle Époque, consacrent 5 à 6 % de leurs colonnes au sport et désormais n’hésitent plus à jouer de son attractivité en une.

54Eugène Dreveton cherche-t-il à coller à cette nouvelle donne ? Au regard de la modernisation constante des procédés de mise en page, d’écriture, d’illustration de la grande presse quotidienne et périodique, son journal, en dépit de petits aménagements (passage du prix de vente à 5 centimes, création d’une rubrique « Informations diverses ») paraît de plus en plus vieillissant. On peut bien plus qu’en 1903 le qualifier de journal du XIXe siècle. Ceci dit, il prend la vague sportive. Au terme de l’année 1913, Eugène Dreveton aura en effet consacré 2,5 % de l’hebdomadaire au sport. Croissance notable, d’autant que le titre compte dorénavant six colonnes et que sa casse a été abaissée. Les pratiques physiques sont donc trois à quatre fois mieux loties qu’en 1903.

55Mais cette croissance est trompeuse, à deux égards.

  • 58 30 mars 1913.
  • 59 6 juillet 1913.

56Trompeuse parce qu’elle est due pour 45 % à des à-coups éditoriaux. Deux exemples : en mars, Eugène Dreveton consacre un lignage parfaitement inhabituel aux concours de tir de l’Avant-Garde Tainoise58 ; quelques mois plus tard, un bandeau barrant toute la une annonce et célèbre la Fête aéronautique et les « Jeux Olympiques » (sic) de Tournon du 14 juillet59. Sans ces poussées tout à fait sporadiques, le volume d’information serait de 1,4 %, à peine plus qu’en 1903. Une nuance toutefois : quoique cela soit rarissime, Eugène Dreveton glisse parfois un entrefilet sportif en une (dans « La Semaine ») et n’hésite plus à faire imprimer de véritables articles.

57Croissance trompeuse aussi parce que Le Journal de Tournon traite de six pratiques contre huit en 1903, ignorant l’éventail enrichi des sports en vogue : pratiques athlétiques et course à pied, sports motorisés, cyclisme reconquérant après sa langueur de 1900-1905, turf-roi bien sûr et football en phase de conquête. Plus, il se concentre pour l’essentiel sur trois points.

  • 60 26 octobre 1913.

58Sur le premier, l’aéronautique, il cède à l’air du temps. Les exploits des aviateurs constituent en effet la deuxième source d’information sportive derrière le turf pour de nombreux journaux. Mimétique sur le plan du traitement de l’information, Le Journal de Tournon s’arrête sur les accidents (ainsi la mort de Marcel de Brindejonc des Moulinais), les records et les premières (traversée de la Méditerranée par Roland Garros, le « plus audacieux des pilotes » lancé dans un « exploit merveilleux60 »). Les brèves aéronautiques sont livrées pour une part dans « La Semaine », au titre de l’information nationale ; mais l’essentiel ayant trait aux meetings locaux, on en fait surtout cas dans la chronique locale.

  • 61 30 mars 1913.

59Tir, gymnastique et préparation militaire constituent un second axe. Il prend la forme d’un florilège de brèves n’appelant aucune considération républicaine et/ou patriotique. L’effort rédactionnel est toujours aussi modéré. En mars, le « brillant succès » de l’Avant-Garde Tainoise dans un concours niçois n’est illustré que de résultats61. Pourtant, la vie gymnique et du tir en Ardèche justifierait alors plus de lignage.

60Enfin, le boulisme est couvert par une série d’annonces de concours organisés à Tournon et dans ses environs immédiats.

  • 62 9 novembre 1913.

61Si ces trois axes établissent une correspondance entre modes sportives et axes informatifs, il dessinent en creux une bien pauvre culture sportive, toujours orientée vers le local plutôt que vers le national ou l’international, même si parfois on lit des résultats sans grand intérêt, comme cette 27e place de la France dans un concours international de tir aux États-Unis62. Notre propos n’est pas de narrer l’histoire sportive de la Belle Époque ardéchoise. Mais, pour discuter la pauvreté de cette information spécialisée, il faut bien la mettre en tension avec la réalité sportive départementale, régionale. Deux exemples, le vélo et les sports collectifs (football-association et rugby), montrent, pour une part, la myopie de l’hebdomadaire et, pour l’autre, la cohérence partielle de son silence.

  • 63 Ph. Bouchardeau, « Le premier âge des véloce-clubs drômois », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., (...)

62En 1913, Le Journal de Tournon ne parle donc plus de cyclisme. Or, depuis la venue des premiers clubs, au début des années 1890, la vie cycliste s’est sans cesse densifiée, tant en termes de maillage institutionnel, territorial, qu’en termes d’actualité. À Tournon, le Cyclophile organise des courses locale et départementale depuis la fin du XIXe siècle. Le club se démobilise au début du XXe siècle. Mais il se relance en 1905, obtenant par exemple la venue de Friol, coureur en vue et voisin puisqu’il court sous les couleurs de Tain. En Ardèche, tant à Privas qu’à Annonay, le vélo s’est organisé et a gagné des adeptes. À Annonay, le maire décide dès 1890 la construction d’un vélodrome pour répondre à la demande de ses administrés. Signe de ce volontarisme municipal, la piste, rapidement emportée par une crue, est reconstruite dès 1892. Autour d’elle et sur les routes, la vie vélocipédique est animée. En témoignent, à partir de 1905-1906, des épreuves au rayonnement régional attirant des coureurs stéphanois, lyonnais, parisiens ; la multiplication des clubs (5 en 1906 pour la seule ville d’Annonay, 12 pour le département en 1909) ; enfin l’installation de représentants et réparateurs de cycles. Même si l’Ardèche ne voit pas naître de nouveau club cycliste entre 1901 et 1914 (elle en perd même un), l’actualité cycliste est loin d’être à l’arrêt. Pour finir, en jetant un œil de l’autre côté du Rhône, l’actualité cycliste drômoise est elle aussi toujours plus animée63. Au regard de cette vitalité, certes moins prononcée qu’ailleurs en France mais bien réelle, Le Journal de Tournon ne se donne pas pour tâche de dire la réalité cycliste environnante. Par choix éditorial ? Par désintérêt ? Là encore nous ne saurions répondre sans spéculer.

  • 64 F. Chomel, op. cit., 2004, p. 13-14.
  • 65 D. Vinson, « Les origines du rugby dans la Drôme », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., 2011, p. 5 (...)
  • 66 Ibid, p. 63.

63Autre versant : le football-association et le rugby. S’agissant du football, d’après une historiographie encore incomplète, il semble s’implanter en Ardèche au début du siècle, pas avant. Même si certains « viviers », comme l’École Supérieure de Malleval (Annonay), jouent un rôle mobilisateur et deviennent des « foyer d’initiative64 » ; même si une ville comme Annonay a trois clubs pratiquant football et rugby en 1913, l’essor du football semble être plutôt l’affaire de l’entre-deux-guerres. Son absence dans les pages du Journal de Tournon s’explique donc. La situation est fort différente pour rugby, en premier lieu parce que sa greffe prend au lycée de Tournon en 1890. Partant de cette fondation et selon un modèle bien connu pour le Sud-Ouest, d’anciens lycéens tournonais exportent ensuite la pratique, à Romans par exemple. Dans les années 1890-1900, la diffusion rugbystique est d’abord scolaire. Elle part des écoles normales (Privas, Valence), des écoles privées (Malleval), des collèges et lycées (Tournon, Montélimar, Romans) ; puis viennent les clubs civils, souvent omnisports mais organisés autour d’un préalable rugbystique. Le rugby devient alors un spectacle « populaire65 ». David Vinson insiste sur un particularisme de cet essaimage : les « liens très étroits66 » entre Drôme et Ardèche, comme si le Rhône constituait là un trait d’union. Or le rugby n’est pas pris en compte par Le Journal de Tournon malgré le précédent déjà dit dans le lycée local. Voici un autre exemple de myopie, alors même que le réveil rugbystique se joue dans les écoles de la République auxquelles la rédaction est si attentive.

  • 67 11 mai 1913.

64En 1913, Eugène Dreveton ne fait au final qu’entrouvrir la porte au sport. On est tenté alors de parler d’un rendez-vous manqué pour un journal qui préfère parler de « canotage » au prétexte de deux noyades sur le Lac Léman plutôt que de prendre acte des premières courses d’aviron sur le Rhône67

Conclusion

65Lire Le Journal de Tournon de 1877 à 1914 revient à faire le constat d’une sorte d’a-sportivité. Sous la férule de Joseph Parnin puis d’Eugène Dreveton, ses rédacteurs n’ignorent certes pas le nouveau fait de société, mais ils s’y intéressent peu. Ils jugent manifestement qu’il n’est pas un digne d’être restitué, discuté – nous pensons à la matrice littéraire du titre – et promu. À l’heure où la majorité des titres départementaux, quotidiens ou périodiques, acclimatent l’information sportive – en créant souvent des rubriques vers 1900-1905 – et en s’engageant parfois dans le patronage d’épreuves, Le Journal de Tournon se montre bien peu mobilisé.

66Sur ces quatre décennies, l’attention ténue pour les pratiques physiques est d’abord une attention de proximité. Le journal rend peu compte d’évènements nationaux, très peu des événements lyonnais, stéphanois, valentinois. L’essentiel de l’information trace les contours d’une zone d’une vingtaine de kilomètres autour de Tournon. Annonay, portant toute proche et plus mobilisée que Tournon sur le plan sportif, est ignorée. La rédaction s’en tient à son projet : informer sur l’arrondissement. Ceci étant, son localisme n’est pas innervé par cette fibre régionaliste si commune dans la presse spécialisée de région. L’équipe tient son cap : elle se montre sous le jour d’un républicanisme modéré et intégrateur.

67Le modérantisme, le centrisme du titre pèsent-ils sur ces choix éditoriaux ? On ne saurait répondre de façon définitive. On peut néanmoins postuler qu’ils n’invitent pas les rédacteurs à l’avant-gardisme, celui par exemple que le radical Édouard Herriot, maitre de Lyon, met en œuvre en initiant une ambitieuse politique sportive à partir du début du XXe siècle.

68De façon plus objectivable, le relatif désintérêt pour le sport tient à la manière dont il est le plus souvent envisagé : au départ moins pour lui-même que comme un chapitre de la vie festive. Entre cette tendance initiale, puis la promotion des jeux traditionnels locaux (boules) et l’intérêt pour les pratiques régimentaires/scolaires (gymnastique, tir), Le Journal de Tournon montre qu’il n’est guère ouvert à la modernité sportive (sinon aéronautique) et ne prend pas la mesure qu’elle devient un fait social d’importance croissante. Nous suggérions que le journal avait raté tournant du XXe siècle. La centration sur les jeux traditionnels et les pratiques dites « conscriptives » incite plus encore à le penser.

69Au final, pour répondre à une des grandes interrogations de cet ouvrage – l’influence putative de la presse sur l’acculturation des publics –, on ne peut pas raisonnablement penser que Le Journal de Tournon joue un rôle dans la sportivisation de la société tournonaise de la Belle Époque. Évitons cependant toute caricature ardéchoise à partir du cas tournonais. Celui-ci ne vaut que pour lui-même. En effet, quoique l’Ardèche n’est pas un département pionnier et moteur dans l’histoire du phénomène sportif, le sport y est parfois promu par la presse. Aux antipodes du Journal de Tournon, c’est le cas dans le Journal d’Annonay. Témoin l’édition du 13 avril 1913, impensable à Tournon. Dans son supplément sportif, elle annonce et vante à la fois la venue de Jean Bouin, pour une opposition face à deux internationaux, E. Granger et M. Lalaimonde. L’hebdomadaire auréole le coureur de tous ces titres : « champion du monde de la course à pied, vainqueur du cross des Cinq Nations, Recordman de la demi-heure ». L’emphase a droit de cité : on marque le caractère extraordinaire de l’événement, on dit l’étoffe du champion. Le Journal d’Annonay se fait zélateur et cherche très clairement à séduire et mobiliser ses lecteurs. Ce même 13 avril 1913, vingt kilomètres plus au sud, Le Journal de Tournon, insensible aux charmes de ce raout athlétique et à la pourtant grande popularité de Jean Bouin, traite en une de l’alliance franco-espagnole, de la question monténégrine, des débats du Reichtag sur le budget militaire allemand, d’une collision de trains en Autriche, du décès de madame Poincaré et, parmi le poudroiement des petites nouvelles, de la révision des tarifs douaniers américains. Du reste, La Croix de l’Ardèche (supplément hebdomadaire annonéen de La Croix) et Le Journal d’Aubenas (titre radical-socialiste) ne parlent pas plus de Jean Bouin. Il existe donc une partition ardéchoise assez nette avec une presse relativement atone au centre et au sud (Tournon, Privas, Aubenas) et une mobilisation inédite au nord, à Annonay, ville précocement sportive et dotée d’un hebdomadaire n’hésitant pas à publier des suppléments sportifs.

1877

1883

1893

1903

1913

Sur la surface rédactionnelle

0 %

0 %

1 %

1,2 %

2,5 %

Tableau 1. – Volume (en %) d’information sportive dans Le Journal de Tournon.

Tableau 2. – Hiérarchie des thématiques sportives dans Le Journal de Tournon (en %).

Notes

1 Sources pour les chiffres ici et après : INSEE ; M. Riou, L’Ardèche, 1900-1930, Romagnat, De Borée ed., 2007, p. 6 ; Nouveau Larousse Illustré, éd. 1904, t. 7, p. 37 ; notice en ligne d’Annonnay sur ldh-Ehess-Cassini.

2 A. Frémond, « La terre », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, Gallimard, éd. 1997, p. 3050 sq.

3 F. Chomel, L’Histoire sportive d’Annonay, Saint-Julien Molin-Molette, Éd. J.-P. Huguet, 2004.

4 Voir Ph. Tétart, « Tableau de la presse sportive de province », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, Biarritz-Paris, Atlantica/Musée National du Sport, 2010, p. 23-96.

5 Principalement dans le Rhône (22), puis le Gard, L’Isère et le Vaucluse (8 chacun).

6 Nous suivons notamment H. Guibourdenche, « Le temps et les espaces du sport en Ardèche au XXe siècle », in Mémoire d’Ardèche et temps présent, no 85, 2004, p. 94-107 et F. Chomel, op. cit., 2004.

7 Cf. P. Albert, Documents pour l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIXe siècle, Paris, CNRS, 1976, p. 140.

8 À la mémoire de Joseph Parnin, Imprimerie de Haute Loire, 1936 ; Le Centenaire de Joseph Parnin. Louis Pize, Charles Forot, George Moussel, Suzy Cadet, Tournon, Imprimerie Moussel, 1964.

9 L Pize, « Les Maîtres de la jeune littérature », La Revue hebdomadaire, 14 octobre 1922, p. 196.

10 M. Riou, op. cit., 2007, p. 17.

11 Le Domaine. Revue littéraire, artistique et corporative, année 1933, p. 441.

12 L. Pize, « Chroniques », Revue Critique des idées et des livres, novembre 1923, p. 680.

13 Cf. la notice nécrologique lapidaire du Bulletin de l’Art, novembre 1935, p. 386.

14 À la mémoire de... op. cit., 1936.

15 No 1, 15 mars 1889.

16 V. Jamati, Pour devenir journaliste, Paris, J. Victorion, 1906, p. 80. Malheureusement Jamati ne cite pas sa source.

17 Cf. R. Samson, « L’Alliance républicaine démocratique (1901-1920). Une formation de centre », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 22, 2001, p. 5.

18 6 mars 1893.

19 28 octobre 1877.

20 Si l’on suit F. Chomel indiquant une structuration dans les années 1890 : « L’évolution de la boule dite lyonnaise à Annonay et dans l’Ardèche », in Mémoire d’Ardèche et temps présent, no 85, 2004, p. 40.

21 24 mars 1878.

22 M. Riou, op. cit., 2007, p. 15.

23 F. Chomel, op. cit., 2004, p. 25 et p. 32-37.

24 Cf. P. Veyranc, L’Ardèche retrouvée, Paris, Horvarth, 1986, p. 103 ; P. Arnaud, T. Terret (dir.), Jeux et sports dans l’histoire, Paris, Éd. du CTHS, 1998, p. 297 ; et surtout : « Aspects du sport en Ardèche d’hier à aujourd’hui », Mémoire d’Ardèche et temps présent, Cahiers no 84 et 85, 2004.

25 Sur le cas drômois nous suivons Ph. Bouchardeau (dir.), « L’Éclosion du sport drômois, fin du XIXe siècle », Revue Drômoise. Archéologie, histoire, géographie, no 541, 2011.

26 B. Benassar, Histoire de la tauromachie, Paris, Desjonquères, 1993, p. 183.

27 Voir notamment P. Arnaud, La Naissance du mouvement sportif associatif en France. Sociabilités et formes de pratiques, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1986.

28 M. Achard, « Le sport à Saint-Étienne avant 1870 », Bulletin du Vieux Saint-Étienne, no 143, 1986, p. 68-70.

29 Marc Martin souligne que l’agence gère la régie publicitaire, pour tout ou partie, de près de 900 titres dans les années 1880. Cf. M. Martin, Trois siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 101.

30 29 juillet 1893. D’autres mentions sont relatives au concours de Grozon : 5 août et 2 septembre 1893.

31 D’après H. Guibourdenche, op. cit., 2004, p. 96.

32 29 juillet 1893.

33 Nous suivons J.-Cl. Griffon, J. Thiébaud, « Le cyclisme dans les régions de Tournon et d’Aubenas », in Mémoire d’Ardèche et temps présent, no 85, 2004, p. 49.

34 A. Poyer, Les Premiers temps des véloce-clubs. Apparition et diffusion du cyclisme associatif entre 1867 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 315 et 321.

35 Ibid, 2003, p. 324.

36 31 mars 1888.

37 1er mars 1894.

38 Voir R. Henry « Le Cycliste. Une revue stéphanoise aux fondements du cyclotourisme », in Ph. Tétart, S. Villaret (dir.), op. cit., 2010, t. 2, p. 299-320. Non content de prêcher dans la région de Saint-Étienne, Velocio parcourt la vallée du Rhône et se prête à des expéditions défricheuses comme au Mont Ventoux (cf. Ph. Tétart, « Le Mont Ventoux. Du mythe littéraire au mythe sportif (XIXe-XXe siècles) », in Y. Gastaut, Derai J.-P., Le Patrimoine sportif azuréen Nice, Serre Éd., 2014 [à paraître]).

39 F. Chomel, op. cit., 2004, p 40.

40 D. Manson, « Les origines du rugby dans la Drôme », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., 2011, p. 57.

41 Ph. Bouchardeau, « Les associations sportives drômoises au tournant du XXe siècle », op. cit., p. 76.

42 Ibid, p. 17-36.

43 P. Arnaud, « L’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques ou la construction de l’espace sportif dans la France métropolitaine », in P. Arnaud, T. Terret (dir.), Le Sport et ses espaces, XIXe-XXe siècles, Paris, Éd. du CTHS, 1998, p. 297.

44 Cf. P. Arnaud, Les Athlètes de la République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 61.

45 Nous tirons ici grand profit du pointilleux et précieux travail de recension de François Chomel, op. cit., 2004, p. 11-55.

46 Voir M. Jampy, « Création d’une presse de loisirs par des pionniers de la classe moyenne : Lyon, 1870-1914 », Cahiers d’histoire, no 46, 2001, p. 74.

47 Voir par exemple le 1er mars 1903.

48 P. Arnaud, op. cit., 1998, p. 331 (carte).

49 30 août 1893.

50 6 septembre 1903.

51 Cf. M. Riou, op. cit., 2007, p. 22.

52 4 mars 1903.

53 Nous nous inspirons de J.-Cl. Yon, Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Paris, A. Colin, 2010 et Ph. Gumplowicz, Les Travaux d’Orphée. 150 ans de vie musicale amateur en France. Harmonies, chorales, fanfares, Paris, Aubier, 1987.

54 Pour ces chiffres : A. Poyer, op. cit., 2003, p. 315 ; R. Hubscher et al., Le Sport en mouvements. Le sport dans la société française, Paris, A. Colin, 1992, p. 151-153 ; P. Clastres, P. Dietschy, Sport, société et culture en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Hachette, 2006, p. 45 et 51.

55 no 20, décembre 1908.

56 4 avril 1903.

57 Le Temps, La Croix, Gil Blas, Le Rappel, Le Journal des Débats, L’Aurore, L’Ouest-Éclair...

58 30 mars 1913.

59 6 juillet 1913.

60 26 octobre 1913.

61 30 mars 1913.

62 9 novembre 1913.

63 Ph. Bouchardeau, « Le premier âge des véloce-clubs drômois », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., 2011, p. 26-44.

64 F. Chomel, op. cit., 2004, p. 13-14.

65 D. Vinson, « Les origines du rugby dans la Drôme », in Ph. Bouchardeau (dir.), op. cit., 2011, p. 59.

66 Ibid, p. 63.

67 11 mai 1913.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. – Hiérarchie des thématiques sportives dans Le Journal de Tournon (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search