Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La presse régionale et le sport

 | 
Philippe Tétart

La Petite Gironde et l’information sportive dans le Sud-Ouest (1872-1913)

Luc Robène

Texte intégral

  • 1 Cf. D. Kalifa, P. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Paris, (...)

1Dans le dernier tiers du XIXe siècle, le succès des premiers journaux populaires bouleverse le marché du quotidien. La réussite du Petit Journal (1863), qui tire bientôt à plusieurs centaines de miliers d’exemplaires, amorce en France une mutation d’envergure. Vendu au numéro pour un prix modeste (le plus souvent un sou, soit 5 centimes), s’adaptant aux goûts d’un public sensible à la petite actualité, au fait divers, au roman-feuilleton, le journal s’infiltre dans l’ordinaire, dans le quotidien. Cette transformation des usages, portée par la révolution industrielle, l’essor des villes, du chemin de fer et les progrès liés à la mécanisation de l’imprimerie répond bientôt, dans un régime de liberté instauré par la République, à la demande croissante de nouvelles couches sociales, mieux éduquées, mieux instruites, qui accèdent à la lecture. La captation d’un lectorat plus large, ouvert sur le cercle familial, devient dès lors un enjeu engageant les quotidiens à développer une offre diversifiée : aux hommes les nouvelles politiques, les faits divers et bientôt les sports ; aux femmes, longtemps tenues à distance des quotidiens, la lecture des pages spéciales consacrées à la mode, et celle des romans feuilletons ; aux plus jeunes les divertissements enfantins, les historiettes et les jeux1.

2Le sensationnel, le fait divers, le reportage, mais aussi la publicité, deviennent les ingredients incontournables de ces journaux qui donnent aux lecteurs le sentiment d’appréhender l’épaisseur du réel, bientôt réhaussé par le photojournalisme, à travers l’immédiateté sans cesse changeante de l’actualité. Le journal, produit technologique de pointe s’inscrit dans l’accélération du monde, devient le vecteur d’une transformation des représentations ouvrant sur l’essor d’une culture de masse.

3Cette conquête populaire des lectorats, marquée par la relative convergence des publics, relève toutefois de dynamiques concurentielles, sectorielles et géographiques. Tout d’abord, les succès de la presse généraliste ne doivent pas occulter ceux de la presse spécialisée, en particulier de la presse sportive. Le sport constitue en effet un ressort fondamental de la révolution du journal au tournant des XIXe et XXe siècles. L’Auto, grand quotidien sportif dont le décollage éditorial repose en grande partie sur l’invention du Tour de France, tire à plus de 200 000 exemplaires quotidiens en 1914. En amont, nombre de grands quotidiens ont investi avec bonheur sur l’événement sportif pour consolider leurs ventes, à l’instar du Petit Journal qui sous l’égide de Pierre Giffard lance en septembre 1891 la sensationnelle course cycliste Paris-Brest et retour – une course dont il faut noter qu’elle répond à l’innovation bordelaise que constitue la course Bordeaux-Paris lancée par Maurice Martin et le Véloce Sport, depuis Bordeaux, quatre mois plus tôt.

4Le sport devient donc l’un des éléments capitaux dans la captation et la fidélisation du lectorat. D’autant que la concurrence commerciale et culturelle entre les titres se redouble d’une lutte entre le centre et la périphérie. Cette conquête du territoire constitue le second aspect important dans le développement des journaux et de leurs sphères d’influence. Face à l’hégémonie nationale des « quatre grands » (Le Petit journal, Le Journal, Le Petit Parisien et Le Matin), dont le tirage cumulé s’élève à plus de 4 millions d’exemplaires vendus chaque jour en 1914, s’affirme une puissante presse quotidienne régionale. Le principe de proximité géographique permet aux quotidiens de résister à l’assaut provincial de la presse parisienne. En multipliant les éditions départementales, ces feuilles puisent dans les relais et les réseaux locaux les conditions de leur développement au point de pousser rapidement leur avantage en installant leurs propres agences dans la capitale.

5Dans le Bordelais, la création de La Petite Gironde illustre cet élan. Comme l’ensemble de la presse populaire, le quotidien républicain, sensible à la nécessité de retenir un large public, investit le domaine des sports, timidement au début de la IIIe République, puis de manière beaucoup plus affirmée au tournant des XIXe et XXe siècles, allant jusqu’à proposer – fait rare – en 1913, chaque lundi, une page entièrement consacrée aux activités et compétitions sportives locales, régionales et nationales.

  • 2 Cf. J.-P. Callède, Histoire du sport en France, du Stade Bordelais au SBUC 1889-1939, Bordeaux, Éd (...)
  • 3 La création, en 1878, du Véloce Club Bordelais, suivie, sept ans plus tard, par celle d’un journal (...)
  • 4 J. Watelet, J.-A. Tudesq, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale (...)

6Il est vrai que Bordeaux jouit d’une réputation pionnière en matière de culture sportive. En premier lieu, les sports s’y développent très tôt et y connaissent un succès certain2. Au-delà des années 1830-1850 marquées par l’âge classique du turf, la ville portuaire, connue pour ses liens historiques avec l’Angleterre et son anglophilie prononcée, bénéficie des apports athlétiques britanniques visibles dès les années 1870 dans la création des premiers clubs, par exemple le Bordeaux Athletic Club (1877), pratiquant les grands jeux collectifs et les sports athlétiques. À la même époque, le terreau bordelais est aussi dynamisé par l’essor de la vélocipédie au sein du Véloce-Club Bordelais (1878) dont les principaux acteurs comptent à la fois parmi les promoteurs du cyclisme en France, les inventeurs des premières grandes compétitions cyclistes (Bordeaux-Paris, 1891) et des passeurs de l’information sportive moderne. La création de la feuille sportive Véloce sport (1885)3, animée principalement par Maurice Martin, véloceman réputé, futur rédacteur sportif de La Petite Gironde, révèle l’existence de réseaux permettant de penser l’articulation entre la pratique, la promotion des sports et leur mise en écriture journalistique. À partir des années 1900, l’essor précoce des sports mécaniques et de l’aéronautisme bordelais, mobilisant les mêmes acteurs, intègre les mêmes régimes de proximité entre sport et presse ; on en voudra pour preuve que Maurice Martin est chronométreur officiel à l’Aéro-Club du Sud-Ouest et qu’André Gounouilhou, codirecteur de La Petite Gironde, compte parmi les pionniers reconnus de l’aviation en 1910. Au demeurant, la constitution de ces réseaux doit aussi beaucoup au dynamisme de la presse elle-même4.

  • 5 Sur ce point on verra : L. Robène, « De Bordeaux-Sport à Sports (1899-1914) : l’éloge du “provinci (...)

7La capitale girondine connaît en effet depuis le milieu du XIXe siècle une profusion de feuilles sportives5. Le Sport à Bordeaux. Organe spécial des arts, des sciences de la littérature, de la mode, des théâtres, des concerts, de l’industrie, de l’agriculture, des courses, des chasses, des régates, des fêtes, des bains de mer est la première d’entre elles, en 1855. Elle devient la même année Chronique de Bordeaux. Journal des théâtres, des arts, du sport, de l’industrie, de la mode, des concerts, des chasses, des régates et des fêtes. Cette intégration du fait sportif aux passions turfistes et élégantes de la haute société perdure dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle alimente les rubriques de journaux plus ouverts, cependant, aux spectacles et aux divertissements comme La Vie bordelaise. Journal mondain du Sud-Ouest (1882), Bordeaux s’amuse. Organe quotidien des théâtres (1888) ou encore Bordeaux à table. La vie mondaine et sportive (1894), Le Diable vert. Humoristique, mondain, littéraire, artistique et sportif (1899), Le Tout-Élégant du Sud-Ouest (1907), etc. Certains de ces titres, comme Bordeaux-Sport (1899), entretiennent des liens très étroits avec La Petite Gironde. Les deux titres partagent en effet la même imprimerie, celle de la famille Gounouilhou ; de nombreux journalistes comme Maurice Martin, René Herbert, Gaston Bénac, Paul Berthelot, futur rédacteur en chef de La Petite Gironde, circulent d’une rédaction à l’autre ; le sommaire de Bordeaux-Sports, comme celui de Véloce-Sport ou celui du Sport du Sud-Ouest, est régulièrement publié dans les colonnes de La Petite Gironde, laquelle en revanche ignore superbement Le Sportsman (1910) concurrent et adversaire idéologique de Bordeaux-sports.

8Ce contexte tantôt mutualiste, tantôt concurrentiel et segmenté, interroge la place que prend le sport dans les colonnes du quotidien régional et celle que le journal a choisi d’occuper sur le marché de l’information sportive locale dans une région qui est par ailleurs fortement animée par le sentiment et le désir d’exister sportivement face aux prétentions de la capitale.

9Cette dimension identitaire régionale – qui a pu s’exprimer dans une partie de la presse sportive locale et se concrétiser parfois au niveau des projets de ligues secessionnistes (rugby, aéronautisme) à l’heure du primat de l’USFSA – constitue un troisème volet argumentaire. Il invite à regarder de quelle manière une forme de provincialisme sportif a pu ou non trouver refuge dans les colonnes de La Petite Gironde.

10Cet article se propose donc d’analyser l’émergence, l’importance et les conditions des transformations de l’information sportive dans les colonnes du quotidien bordelais. Il s’agit tout autant d’illustrer, à l’échelon local, la réalité du développement conjoint de la presse et du sport que d’en éclairer les particularités, voire les particularismes.

Naissance d’un journal « populaire républicain »

  • 6 Cf. Archives Municipales de Bordeaux, Statistiques de la Gironde, Biographie, 1889.
  • 7 Centre de documentation du journal Sud-Ouest. Livre d’or des capitales du Sud-Ouest, Bordeaux, imp (...)

11Le lancement de La Petite Gironde s’inscrit initialement dans le contexte des luttes entre républicains et conservateurs puisque la presse d’information politique et générale est née d’un besoin démocratique pour garantir l’expression du pluralisme des opinions et qu’elle connaît un développement parallèle à la consolidation du régime républicain. En 1872, après avoir combattu durant près de vingt ans les idées de Napoléon III avec La Gironde6 (l’un des plus importants quotidiens régionaux du moment, particulièrement apprécié par la bourgeoisie bordelaise), l’imprimeur d’origine bergeracoise Gustave Gounouilhou, conscient de la nécessité d’élargir la base de son lectorat, dote Bordeaux d’un nouvel organe républicain, La Petite Gironde, feuille populaire au prix plus accesible que La Gironde (5 centimes contre 15)7.

  • 8 Les débats demeurent vifs toutefois comme le montre encore en 1883 la passe d’armes entre le déput (...)
  • 9 M. Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997, p. 106.

12Confronté aux tracasseries de l’« Ordre moral » et du Seize mai, le quotidien connaît néanmoins un essor remarquable. Bénéficiant de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, la feuille bordelaise devenue autonome, avec sa propre rédaction, bascule progressivement vers un discours républicain plus modéré alors que croit son tirage et que s’éloigne le risque de retour à l’Ancien régime8. Cette conquête fait de La Petite Gironde l’un des plus puissants quotidiens de province. À sa gauche, La France de Bordeaux et du Sud-Ouest représente à partir de 1897 le radicalisme et consolide ses positions lors de la disparition de son rival, Le Petit Bordelais, en 1901. Enfin, Le Nouvelliste de Bordeaux rassemble l’héritage des conservateurs9.

13Installée dans un splendide hôtel au cœur de Bordeaux, la rédaction tire parti de sa capacité à faire évoluer son métier et le journal au rythme des innovations technologiques. Dès 1876, elle inaugure un service spécial de dépêches télégraphiques. En 1879, un traité passé avec l’État permet de relier ses bureaux bordelais directement à Paris par un fil spécial d’informations. Cette concession importante libère le journal de la tutelle des grandes agences télégraphiques. Cette même année, La Petite Gironde devient l’un des premiers organes en province à substituer des presses rotatives Marinoni à ses anciennes machines.

  • 10 Cf. Th. Ferenczi, L’Invention du journalisme en France, Paris, Plon, 1993.

14Ces progrès techniques permettent à ce quotidien « populaire » d’accompagner efficacemment la transformation des journaux dans le dernier tiers du XIXe siècle, sur le modèle séduisant de la presse anglo-saxonne, en mariant l’information politique, les faits divers, les loisirs et les feuilletons10.

15Le premier numéro de La Petite Gironde, en date du dimanche 7 avril 1872, présente ainsi en une trois colonnes consacrées aux dépêches télégraphiques, au « Courrier du jour » et le premier épisode d’un roman feuilletonné, L’Ogresse de Montauban. Les pages intérieures accueillent les informations politiques, puis les informations locales et régionales, les faits divers et les annonces tandis que la page 3 est agrémentée dans son tiers inferieur d’un second roman à suivre. Le dos du journal se partage quant à lui entre les rubriques « Nouvelles diverses », « Nouvelles Juridiques », le programme des spectacles et le couple traditionnel des petites annonces et des publicités.

16La forme du quotidien évolue au fil des ans jusqu’à la veille du premier conflit mondial : il passe de 4 à 6 pages cependant que le nombre de ses colonnes change aussi (de 3 à 4 puis 6, parfois 7, voire 8 pour des publicités occupant finalement toute la dernière page).

  • 11 « Certificat de contrôle par l’O.J.T. [Office de Justification des Tirages des organes quotidiens (...)

17Au tournant des XIXe et XXe siècles, le tirage officiel est de 125 990 exemplaires. Il atteint 175 900 exemplaires en 1913 et près de 200 000 en 1914. Avec de tels tirages et une vaste zone de distribution allant de Pau à la Roche-sur-Yon et traçant un vaste arc de cercle ayant pour centre Bordeaux et atteignant de part et d’autre Poitiers, Clermont-Ferrand, Le Puy, Montpellier, Carcassonne, Perpignan, Foix, Tarbes, etc., La Petite Gironde est, à la veille de la guerre, un des plus grands régionaux de France aux côtés, notamment de L’Ouest-Éclair et du Progrès de Lyon11.

18Au fil de la conquête de ce large lectorat et partant de la précoce matrice sportive bordelaise, la question sportive ne manque pas de figurer au menu des aménagements éditoriaux qui, au fil des ans, font évoluer le contenu et l’identité de La Petite Gironde. Le sport finit même par y occuper une place tout à fait notable, permettant de qualifier le quotidien de journal à vocation notamment sportive.

  • 12 Cf. Archives Municipales de Bordeaux, Guérin, 1957.

19Un détour biographique s’impose dans la mesure où il peut expliquer cette présence12. En effet, la famille Gounouilhou comprend au moins un sportsmen connu. En 1872, lorsque le bergeracois Gustave Gounouilhou, tout frais quinquagénaire, lance La Petite Gironde, on ne sait pas s’il entretient des liens avec les cercles sportifs bordelais ou arcachonais (là où la famille vit). Il est plus connu comme président de l’Association de la presse républicaine de France et président du Comité d’organisation du Congrès de la presse internationale de Bordeaux (1895). En revanche son fils Marcel Gounouilhou, futur maire d’Arcachon (1929-1938) et député est décrit par la presse sportive locale comme l’un des sportsmen les plus en vue :

  • 13 Bordeaux-Sport, no 786, 28 mai 1910.

« Face glabre et flegmatique, type élégant de l’anglo-saxon, belle stature, finement musclé, Marcel Gounouilhou, la nouvelle Étoile du Berger… est un de nos plus fervents sportsmen, doublé d’un mécène avisé autant que modeste13. »

20Quant à André Gounouilhou, natif de 1888, il deviendra codirecteur de La Petite Gironde avant la Grande Guerre. Fondateur de la grande presse marocaine, il est également décrit comme « sportif » et est un des pionniers de l’aviation.

21Au cours des années 1870-1880, le sport n’occupe qu’un strapontin éditorial : la rédaction lui consacre 0,3 % de la surface éditoriale totale. L’information sportive décolle réellement durant les années 1890 avec un score de 2,6 % en 1893, puis 3,7 % en 1903, avant qu’intervienne une nouvelle inflexion décisive en 1913 : le sport capte alors 9,3 % de la surface éditoriale totale (tableau 1).

22Cette progression tout à fait significative s’accompagne de transformations fondamentales sur la forme et sur le fond. Des articulets isolés à la naissance de rubriques sportives fournies, bien identifiées, puis à la création de pages spéciales le lundi pour rendre compte de la richesse des compétitions ; du positionnement mineur de la culture sportive – reléguée au bas des pages intérieures – aux manchettes retentissantes des unes, bientôt accompagnées de l’image, puis de la photographie, le sport change fondamentalement de statut au cours de la Belle Époque.

Les formes médiatiques d’une culture sportive

1873 – Divertissements et entrefilets

23En 1873, le journal est composé sur trois colonnes et 4 pages. L’information sportive y occupe une place extrêmement modeste : à peine 10 articulets dans l’année. La structure de l’information sportive ne présente ni régularité ni homogénéité. Il n’y a pas de cohésion réfléchie et l’information sportive, qui n’est ni nommée ni identifiée, n’existe pas en tant que telle. Elle n’occupe pas d’espace dédié. C’est en pages intérieures, parmi les nouvelles locales et les faits divers, qu’il faut rechercher les éléments encore épars de cette nouvelle veine informative dans laquelle sont réunis pêle-mêle courses hippiques, tauromachie, courses de taureaux, jeux et loisirs festifs, concours d’escrime, ascensions en ballon…

  • 14 Cf. L. Robène, op. cit., 1998, p. 259-313 et 369-426.

24La définition même de ces pratiques et leur intégration au corpus des pratiques sportives pourrait être légitimement discutée. L’aérostation par exemple, qui occupe une place relativement importante, n’est pas encore l’aérostation des sportsmen, des records et des aéroclubs14, mais bien celle de professionnel de l’air qui monnaient leurs envols lors de fêtes. Il s’agit toutefois de considérer le divertissement que constitue alors, pour les Bordelais, ce spectacle déjà pétri par l’idée de performance dont on sait la centralité dans la définition du sport moderne. En outre, la dimension sportive du vol est à saisir dans le rapport intime que l’amateur de passage, invité à parcourir les cieux aux côtés du pilote chevronné, entretient avec la prise de risque et l’appréhension de l’inconnu. Cette sportivisation de l’ascension est donc décelable dans ce que l’exploit renvoie médiatiquement aux lecteurs : on la perçoit dans les commentaires accompagnant la description des motivations et des états d’âme du courageux passager qui tente l’aventure du voyage aérien. La lecture devient stimulante grâce aux détails sur la réalisation de l’exploit et ce qu’il génère d’émotion :

  • 15 28 janvier 1873.

« L’ascension de M. Poitevin, annoncée pour hier dimanche, a parfaitement réussi. L’aéronaute accompagné de M. X… qui a voulu partager les périls du voyage s’est élevé avec sa flotille de ballon sous les yeux d’une foule énorme15. »

25Le sens sportif du récit est aussi donné par la précision des mesures rapportées par le commentateur. Ces données chiffrées préfigurent le luxe de détails qui abondera à partir du début des années 1890, lorsque l’idée de record de distance sera devenue l’un des éléments incontournables du compte-rendu aéronautique et sportif :

  • 16 28 septembre 1873.

« Le ballon Ville de Bordeaux que montait l’aéronaute Blanchard, a accompli heureusement sa descente. Il a atterri à 90 km de Bordeaux, sur les bords de la rivière, dans la propriété de M. Alem16. »

1883 – Des nouvelles comme les autres…

26Dix ans plus tard, La Petite Gironde a sensiblement changé de visage. Toujours vendu 5 centimes, elle comprend désormais 4 pages et autant de colonnes. La quatrième page rassemble les publicités et les petites annonces. Les pages intérieures sont consacrées d’une part aux nouvelles politiques, d’autre part aux nouvelles nationales et aux informations en provenance de l’étranger, enfin aux chroniques régionale et locale. Ces chroniques peuvent comprendre, en proportions variables, des rubriques consacrées aux faits divers, aux nouvelles, aux « Petites nouvelles » et à diverses informations utiles (température, annonce des messes, des convois funèbres, etc.). Il n’existe pas encore de rubrique spécifique consacrée au sport. La plupart des informations sportives sont distribuées dans les colonnes de la chronique locale ou de la chronique régionale. Leur caractère disparate est frappant. Bien souvent, les entrefilets consacrés au sport – qu’il s’agisse des informations sur les rassemblements des sociétés de gymnastique, les ascensions aérostatiques, les concours de tir, les régates, les jeux et exercices physiques, les assauts d’escrime… – sont inercalés entre des faits divers ou les annonces de spectacles variés.

27Quelques exemples permettent de cartographier cette géographie éditoriale clairsemée, discrète et sans cohérence.

  • 17 29 mai 1883.
  • 18 25 juin 1883.
  • 19 27 mai 1883.
  • 20 30 juin 1883.
  • 21 28 novembre 1883.

28Le compte-rendu des courses du Bois de Boulogne figure ainsi au milieu des « Petites nouvelles17 », non loin des considérations relatives à la température et à la météorologie. Au printemps, un article relativement dense consacré aux régates du Bec d’Ambès et aux régates de Mortagne-sur-Gironde s’insère dans la longue litanie des nouvelles locales18. Il en va de même pour le concours de tir de Mourennes-Sainte-Foy annoncé entre les échos des comités des fêtes girondins et les informations délivrées par la chambre syndicale19. Mêmes remarques pour un article consacré aux sociétés de gymnastiques publié dans la chronique locale entre une relation des moissons et le récit d’un accident à Arcachon20. À la fin de l’année, les détails du concours international de billard France/États-Unis trouvent majestueusement place dans la rubrique des faits divers21.

29Au-delà du caractère hétéroclite de cet assemblage, le thème sportif commence aussi à percer, très timidement, dans la publicité. Il s’agit presque exclusivement de petits encarts isolés, souvent consacrés au cyclisme et vantant les qualités de telle ou telle machine. Le principe de proximité reste la règle. La réclame établit un lien entre le spectacle local de la performance et une clientèle susceptible de s’identifier au champion ou de se projeter dans ses succès.

  • 22 29 septembre 1883.

« Vélocipèdes : les plus grands succès du jour appartiennent aux bicycles et tricycles Rudge. Aux courses de Bordeaux le 16 septembre 1883, le premier prix, mille francs, de la grande internationale, bicycles a été gagné par M. de Civry, montant un bicycle de Rudge. Le premier prix, trois cents francs de la course internationale de tricycles a été gagné par M. de Civry, montant un tricycle de Rudge. Le prix unique de la course d’honneur, un chronomètre en or, valeur 500 francs, a été gagné par M. de Civry, montant un bicycle de Rudge22. »

  • 23 25 juin 1883.

30Plus exceptionnelle, la publicité aérostatique n’échappe pas à cette règle en offrant au plus près des amateurs le service attendu : « Spécialités de Ballons-parachutes pour amateurs, fêtes locales et de sociétés. 46 rue Peyreblanque à Bordeaux23. »

1893 – Naissance de la « Chronique du sport » et des articles « Vélocipédie »

31Au début des années 1890, La Petite Gironde a de nouveau changé de mise en page. Elle offre désormais à ses lecteurs un chemin de fer densifié avec 6 colonnes sur 4 pages. La distribution des informations générales reste globalement la même qu’en 1883, la dernière page étant désormais presque systématiquement dédiée à la publicité. En pages intérieures, quelques sections nouvelles émergent ; ainsi les « Chronique départementale », « Chronique maritime », « Petite chronique », « Causerie », « Théâtres, concerts et fêtes ».

32La une aussi évolue. Elle présente régulièrement une illustration (gravure) représentant le portrait en tête d’une personnalité contributrice du numéro, laquelle est présentée sur une colonne (trajectoire et œuvre politique, artistique ou scientifique).

33Pour sa part, l’information sportive s’est notablement densifiée puisqu’elle occupe désormais près de 3 % du journal contre dix fois moins une décennie auparavant. Sa gestion éditoriale est aussi plus rationnelle, cohérente et plus visible puisque des espaces propres lui sont désormais réservés. Cette dernière dimension, typique du maillage rubrical qui gagne la presse entre les années 1890 et le début du XXe siècle, est évidemment centrale dans le changement de statut rédactionnel du sport. Tout d’abord, une « Chronique du sport » est présente. Elle a été lancée en 1891. Elle rassemble près de 52 % des nouvelles sportives. L’information nationale (courses hippiques) ou internationale apparait ponctuellement ; l’information locale domine, tant au niveau des pratiques et des compte-rendus de compétitions (assauts d’escrime, rencontres de sports athlétiques, matchs de football et rugby, régates, etc.) que des échos divers tels que les annonces des réunions des sociétés sportives ou la publication des sommaires des journaux de sport comme Le Sport du Sud-Ouest et Véloce-Sport.

  • 24 15 mai 1891.

34Mais une partie importante des articles sportifs échappe encore à cet agencement. Il s’agit généralement de chroniques ou d’éditoriaux consacrés aux grandes courses de vélocipède comme Bordeaux-Paris ou à des événements jugés suffisamment remarquables pour suciter un commentaire de fond. L’importance de ces articles, qui couvrent près d’un tiers de la surface éditoriale sportive, est telle que le titre « Vélocipédie » fait finalement office de tête de rubrique. Les articles, d’environ une colonne à chaque fois, sont signés Triplet. Nous ignorons tout de lui, sauf sa passion pour le deux roues. En 1891 déjà, il écrit que le vélocipède n’est « pas un simple instrument de mode, une furia passagère », mais un « moyen de locomotion qui appartient à l’avenir24 ». La teneur générale de ses chroniques montre toute l’importance prise alors par la culture vélocipédique. Le match de 1 000 km opposant Terront et Corre au Palais des machines à Paris, en février 1893, donne ainsi lieu à une longue analyse qu’il justifie ainsi, suggérant la nécessité d’usages rédactionnels souvent très télégraphiques.

  • 25 28 février 1893.

« Le tour de force à la fois physique et moral que viennent d’accomplir Charles Terront et Corre dans leur match de 1 000 kilomètres de piste mérite mieux qu’un simple compte rendu technique kilométrique et horaire. C’est une nouvelle étape du progrès vélocipédique toujours sur la brèche et toujours triomphant25. »

  • 26 1er avril 1893.

35Il en va de même pour la discussion à la Chambre des députés concernant l’impôt appliqué aux vélocipèdes, passant de 10 francs à 5 francs. Il qualifie la décision de « gros événement cycliste de la semaine […] qui prouve l’importance énorme prise de nos jours par cette merveilleuse petite machine : la bicyclette26 ».

36Dans un autre registre, le croisement entre le caractère régional des faits et leur aspect exceptionnel constitue une autre occasion de chroniquer différemment le sport. Lorsque Maurice Martin « le sympathique confrère de Véloce-Sport » donne une conférence sur la vélocipédie sous l’égide de la Société Philomathique de Bordeaux, La Petite Gironde publie une série de longs commentaires. Ces chroniques vélocipédiques ne relèvent pas directement de la rubrique des sports, mais elles permettent de revenir assez longuement sur les qualités d’orateur et de conférencier du pionnier et spécialiste bordelais de la vélocipédie, tout en rappelant fermement le rôle joué par la région bordelaise dans le développement des sports :

  • 27 « Conférence sur la vélocipédie », 27 janvier 1893.

« (Maurice Martin) a beaucoup insisté avec l’ardeur de l’apôtre qui a lui-même lutté pour la sainte-cause, sur les luttes qu’eurent à soutenir les cyclistes de la première heure – ceux de 1869 et de 1875 à 1885 – contre le plus absurde préjugé public qui se soit jamais acharné contre un sport, contre une idée nouvelle27 ».

37On retrouve cette fibre régionaliste dans une longue tirade consacrée au Lendit d’Agen :

  • 28 26 mai 1893.

« Nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’un grand pas a été fait dans l’éducation physique et morale de la jeunesse universitaire de notre ressort académique28. »

  • 29 16 avril 1893.

38Autre transformation remarquable : le sport prend d’assaut la une à l’occasion de la grande « Course d’échassier » patronnée par La Petite Gironde. Cette épreuve sportive relevant des grands jeux traditionnels régionaux s’effectue sur le trajet Bordeaux-Montauban et retour, soit « 440 km environ29 ». Une course d’échassière de Bordeaux à Cérons et retour (70 km) ainsi qu’une course de portanières (femme portant un plateau ou un pannier de fruits et de légumes sur la tête) figurent également au programme. L’information occupe près d’un tiers de la première page. Elle est reprise plusieurs jours de suite. Une illustration présentant les échassiers en tenue traditionnelle agrémente cette une dont la double vocation régionaliste et publicitaire permet, bien évidemment, de réinterroger la nature de l’information sportive lorsque les épreuves sont patronnées par les journaux qui en sont à la fois les inventeurs et les promoteurs.

  • 30 26 septembre 1893.

39Pour clore ce tour d’horizon, revenons vers la réclame. Elle se concentre toujours sur la vélocipédie – qui donne véritablement sa couleur aux années 1890 – dans un format identique à 1883 : de petits encarts faisant la part belle aux industries locales comme la Compagnie française des vélocipèdes et les pneumatiques Rousset et Cie30.

1903 – « Des » rubriques et un rédacteur : Maurice Martin

40En 1903, il en coûte toujours 5 centimes pour acheter La Petite Gironde, mais les lecteurs bénéficient d’un volume d’information encore accru puisque le chemin de fer présente désormais 7 colonnes sur 4 pages, certains numéros en comprenant 6. Cet enrichissement est également dû à la publication de nouvelles rubriques comme la « Chronique scientifique ». Enfin, le texte est plus dense, les caractères d’imprimerie plus petits. Au final, le lecteur doit trouver son chemin dans une succession de rubriques, d’articles, d’articulets et d’annonces destinés à satisfaire un public toujours plus large et exigeant.

41Structurellement, l’importance croissante de l’information sportive se traduit par la multiplication et le fractionnement des chroniques sportives. De nouvelles rubriques apparaissent, publiées en pages intérieures. Héritère de la rubrique « Les Sports à Paris » lancée en 1897, « La Vie sportive » concerne les faits sportifs nationaux souvent parisiens, plus rarement les événements internationaux. « Les Sports à Bordeaux et dans sa région » se concentre sur l’information locale et régionale. La « Chronique hippique » et « Les Sports et l’élevage » (publiée parfois en une) concernent spécifiquement le turf. L’élargissement de la palette des sports couverts est remarquable : cyclisme, football, rugby, sports basques, athlétisme, chasse, aérostation et yachting figurent parmi les plus abondemment chroniqués.

42La signature de Maurice Martin ponctue désormais la presque totalité des articles, en particulier ceux consacrés au cyclisme, aux sports athlétiques, au rugby et à l’automobilisme. L’ancien collaborateur de Véloce-Sport et de Bordeaux-Sports est devenu en 1902 le rédacteur sportif attitré de La Petite Gironde. Ce titre officiel marque un changement remarquable dans le statut de l’information sportive. Maurice Martin se trouve en position dominante. En effet, au-delà de l’écriture des chroniques et du choix des thèmes sportifs, il est également en charge du tri des informations qui remontent des sociétés sportives et sur lesquelles il exerce son contrôle.

  • 31 29 janvier 1903.

« Nous prions instamment MM. Les secrétaires des sociétés sportives de nous envoyer que des communiqués concis. [MM. évoque les coupes qu’il est obligé de pratiquer]. La place déjà si restreinte dont nous disposons ici pour cette rubrique et le souci que nous avons de parler de tous les sports qui sont si nombreux dans notre région nous obligent à être très rigoureux sur ce point31. »

  • 32 26 avril 1903.
  • 33 25 mai 1903.
  • 34 25 septembre 1903.
  • 35 Voir par exemple le 28 octobre 1903.
  • 36 26 mai 1903.

43Autre changement : les « unes » sportives sont plus fréquentes. Elles se résument longtemps à de grands encarts consacrés au turf, à l’élevage des chevaux, à des événements marquants comme la grande course hippique patronnée par La Petite Gironde32. Mais la donne a commencé à changé en 1902 avec une importante série d’articles, situés à cheval entre une et pages intérieures, consacrés à la course automobile Paris-Madrid33. Le souci des sports motorisés vient donc concurrencer le tropisme hippique. Vient alors le temps d’une une parfois consacrée à des séries sur les sports mécaniques et, notamment, sur les expériences aviatrices de Langley aux États-Unis34. Si les sports athlétiques opèrent une timide entrée en première page, c’est surtout pour questionner l’intérêt des épreuves de courses pédestres originales organisées à Paris par Le Matin (Marche des transports) et Le Monde sportif (Marche des midinettes)35. Enfin, le ventre de La Petite Gironde s’ouvre ici ou là à la pelote, « sport national du pays basque »36, inscrivant de manière très visible l’identité régionale au cœur de l’information sportive.

  • 37 26 mai 1903.

44Au-delà des unes, de grands articles exceptionnellement imprimés sur plusieurs pages témoignent de l’intérêt croissant pour le sport et ses grandes épopées cyclistes et automobiles. L’information est désormais mise en page de manière attractive. L’utilisation de titres et sous-titres accrocheurs relance l’intérêt du lecteur dans ces grands aplats descriptifs ponctuées par les listes et classements des concurrents. Les accidents, en particulier, jalonnent cette lecture au point de constituer une sous-rubrique reprise régulièrement dans la chronique de la geste automobile et sportive de la course Paris-Madrid : « Les accidents – L’accident de Marcel Renault – L’accident de Bonneval – Accident au contrôle d’Angoulême37 ».

45Autre changement significatif : de nombreux envoyés spéciaux sont délégués sur ces grandes compétitions, relayant avec rapidité l’information sportive pour donner aux lecteurs le sentiment de vivre pleinement les performances.

  • 38 Sur ce point, voir L. Robène, D. Bodin, « Au-delà des nuages : les Pyrénées en ballon (XIXe-XXe si (...)
  • 39 26 juillet et 28 juillet 1903.
  • 40 30 juillet 1903.
  • 41 25 novembre 1903.

46Comme l’automobilisme ou le cyclisme, quelques sports échappent encore aux rubriques devenues incontournables, en raison même de la dimension exceptionnelle des exploits qu’ils suscitent. La tentative de traversée des Pyrénées en ballon amorcée en 1903 par le comte de la Vaulx38 donne ainsi l’occasion au journal de publier des articles directement insérés dans les nouvelles nationales39. Il en va de même des compte-rendus consacrés au Lendit primaire de Bordeaux pour des raisons moins spectaculaires et davantage liées par sa teneur militante, pédagogique et régionaliste, liées aussi au regard porté par Maurice Martin sur l’œuvre pionnière du docteur Philippe Tissié40. L’originalité enfin constitue la troisième cause possible de mise en exergue. Il en va ainsi de l’article consacré à la curieuse course des « Mille regrets » (course réunissant les secrétaires des théâtres), soit une déclinaison des courses professionnelles et affinitaires à l’exemple des Midinettes évoquées plus haut41.

  • 42 24-31 décembre 1903.

47 A contrario, des événements remarquables justifient l’entretien de chroniques régulières à l’intérieur même des rubriques sportives, comme celle consacrée au Salon de l’automobile, du cycle et des sports. Ce rendez-vous quotidien fait éclore durant plusieurs jours une sous-rubrique bien identifiable au cœur de « La Vie sportive »42.

48La publicité, quant à elle, occupe désormais tout le dos du journal. Elle empiète parfois de quelques encarts sur l’avant dernière page. Le thème sportif n’y est guère présent. Il s’y résume à trois grandes thématiques : la force athlétique et le moteur humain, la force et la virilité reconquise (dimension hygiéniste, médicale, pharmaceutique), la vente de bicyclettes et l’automobile.

1913 – La naissance de la page des sports

49Dix ans plus tard, La Petite Gironde n’a pas connu de profonde mue éditoriale et de mise en forme. Nonobstant, ses lecteurs bénéficient d’un supplément dominical régulier (« Le Dimanche drôle ») portant la pagination à 6 pages et, à partir du mois d’octobre, tous les lundis, d’une page entièrement consacrée au sport sous ce bandeau : « La vie sportive ».

  • 43 25 mars 1913.

50Cette page embrasse l’ensemble des pratiques sportives du moment : cyclisme, athlétisme, rugby, football, aviation, golf, tennis, automobilisme, etc. Elle constitue l’un des aspects les plus saillants de l’importance que La Petite Gironde accorde à l’information sportive à la veille de la guerre. Le choix du lundi renvoie bien entendu à la possibilité de rendre compte de manière synthétique de la riche actualité locale, nationale voire internationale du dimanche. Cette évolution, essentielle, s’accompagne d’un effort de lisibilité : chaque sport ou groupe de sports relève d’une section identifiée par un titre clair auquel est accolée une icône stylisant l’activité. À l’intérieur même ces sections, titres et sous-titres, permettent encore de repérer l’information choisie, tantôt dans une perspective géographique, donnant la primeur à l’international, puis aux régions et localités ; tantôt sur le mode du sensationalisme, par importance décroissante, lorsque les titres les plus accrocheurs rendent compte de l’exploit incontournable (« L’aviateur Brindejonc des Moulinais vole de Paris à Bordeaux43 ») avant de s’attacher à l’ordinaire des résultats.

  • 44 31 mars 1913.

51D’une manière plus générale, le découpage en rubriques de 1903 perdure. Durant le reste de la semaine, « La Vie sportive » occupe une place plus modeste que le lundi, mais incomparablement plus importante que celle qu’elle avait dix ans plus tôt. Elle est essentiellement consacrée aux événements nationaux et internationaux. « Les Sports à Bordeaux et dans sa région » couvre les événements et compétitions locales et régionales ; parfois des intertitres s’attardent sur une nouvelle locale plus importante qu’une autre (« à Bordeaux, la réouverture du vélodrome du parc44 »). Le champ des activités concernées s’est encore élargi et de nouvelles pratiques sont venues enrichir la palette éditoriale au-delà des courses hippiques, du rugby, du cyclisme, de l’automobilisme et de l’athlétisme ou du lawn-tennis. L’aviation occupe une place privilégiée rehaussée par les très nombreuses unes qui lui sont consacrées, atteignant un rythme soutenu à l’été 1913 lorsque les exploits de aviateurs sont quasi quotidiens : des loopings de Pégoud à la traversée de la Méditerranée par Garros en passant par la nouvelle tendance aviatrice, c’est-à-dire les compétitions d’hydravions (Deauville, Saint-Malo, Monaco).

  • 45 27 janvier 1913.
  • 46 26 février 1913.
  • 47 21 et 30 avril 1913.

52Le phénomène est d’autant plus perceptible qu’au-delà de l’aspect quantitatif et du rythme accéléré des exploits qui placent désormais le sport régulièrement en première page, la photographie vient accentuer et éclairer à la fois la dimension palpitante, étonnante, sensationnelle de l’exploit. Elle suscite l’étonnement et le frisson lorsque les pilotes d’aéroplanes défient les montagnes45. Elle réhausse les fiertés locales, bordelaises, bayonnaises…, rugbystiques par exemple46. Elle montre encore de quelle manière perdure l’intérêt sans faille pour le turf, notamment à l’occasion du raid Paris-Biarritz47. Elle se suffit à elle-même lorsqu’elle résume à elle seule la tension du combat : témoins cette une du 29 avril articulant photographies et titres alléchants : « Les grands matchs de boxe – Aux arènes de la Benatte à Bordeaux – la mise en garde des deux poids lourds Lurie et Pigot ».

  • 48 30 mars 1913.
  • 49 25 août 1913.

53La photographie est également présente en pages intérieures. Elle rend visible et plus sensible encore le caractère excitant de la performance, de la course, du match. Elle donne un visage à l’exploit et suscite une émotion accrue en rendant palpable le sentiment du défi, du danger, de l’effort, l’association parfois brutale de l’homme et de la machine, comme lorsque l’aviateur Gilbert rallie Lyon à Paris48. Elle donne de nouveaux contours à cet enthousiasme partagé, attaché au spectacle de la performance inédite, inattendue, sans cesse renouvellée. C’est ainsi que cette mention – « Depuis plusieurs jours, M. Issartier effectue des essais très réussis d’hydroplane entre les Quinconces et Lormont. C’est le premier hydroplane qui vole à Bordeaux ! » – s’appuie sur la mise en image du sport49.

54Sur le plan publicitaire, le ratio des réclames sportives est toujours faible. Les encarts restent concentrés sur le cycle, l’automobile et le pneumatique, avec des marques communément promues ailleurs en France : De Dion-Bouton, Michelin, Gladiator, Liburnia par exemple. La disposition de la réclame n’a guère évolué. Elle occupe le dos du journal et certaines colonnes de l’avant-dernière page. Parfois cependant, elle échappe à ce schéma et trouve refuge au cœur même de la page sportive, en tête de la section consacrée à une pratique bien identifiée. Un petit encart vient alors rappeler aux sportifs et aux lecteurs que l’équipement nécessaire est disponible auprès de telle ou telle enseigne bordelaise. L’orientation publicitaire reste donc résolument locale ou régionale et la régie publicitaire de La Petite Gironde privilégie le principe de proximité dans la vente d’encarts et d’articles sportifs.

Volume et dynamiques de croissance de l’information sportive

55D’une manière générale, l’information sportive publiée dans La Petite Gironde relève de cinq dynamiques remarquables.

  • 50 Cf. L. Robène, op. cit., 1998, t. 2, p. 259-313 et 369-426.

56Tout d’abord, son volume croit incontestablement (tableau 1) : lentement d’abord, puis de manière plus décisive, passant de 0,3 % de la surface éditoriale totale en 1873, à 2,6 % en 1893, puis à 9,3 % en 1913. Ces infléchissements correspondent à la fois à l’élargissement de la palette des pratiques suivies (5 en 1873, 15 en 1893, 31 en 1913 – cf. tableau 2) et à l’enrichissement des rubriques. Ces inflexions répondent aussi à des tendances de fond, plus ou moins accentuées localement. Celles-ci relèvent notamment des succès de la vélocipédie et de l’essor des sports athlétiques (grands jeux collectifs, athlétisme, lawn-tennis) à partir des années 1880-1890, puis de l’avènement des sports mécaniques et de l’aéronautisme autour des années 1900-1910. Les scores obtenus par les sports mécaniques dans La Petite Gironde sont du reste remarquables et situent la filière cycle-automobile-aéronautique dans le haut du cadran dès les années 1890. La passion sportive qui place la vélocipédie à près d’un tiers de la surface éditoriale sportive en 1893 (32,6 %) se reporte vraisemblablement pour partie vers l’automobilisme en 1903 (26,5 %), puis vers l’aéronautisme en 1913 (aviation et aérostation cumulées : 14,2 %). On peut y lire le succès de la nouveauté et des défis tournés vers la vitesse, de la course cycliste Bordeaux-Paris à la course automobile Paris-Madrid jusqu’aux raids aériens pour lesquels Bordeaux est une étape obligée. On peut également y voir le glissement des préoccupations sportives au fur et à mesure que les élites, les pionniers, constructeurs et pratiquants – dont certains représentants notoires de la presse bordelaise – qui maîtrisent ces sports, migrent du cycle vers l’automobile puis vers l’aéronautique. Prenons l’exemple de Maurice Lanneluc-Sanson. Ce sportsman bordelais fait partie de la phalange des pionniers du Véloce-Club Bordelais avant de devenir président de l’Automobile Bordelais. Rappelons plus largement ces articulations essentielles qui, au plan national comme au plan local, voient les mêmes élites créer des institutions qui accompagnent le développement des performances techniques et sportives : créations du Touring-club de France (1890) puis sa section « aérostation » (1895), naissance de l’Automobile-Club de France (1895), de l’Aéro-Club de France (1898) ; et au plan bordelais : naissance du Véloce-Club Bordelais (1878), de l’Automobile Bordelais (1897), de sa section aéronautique (1901), puis de l’Aéro-Club du Sud-Ouest (1905)50.

57Assurément, l’ensemble de ces mécanismes, associés au renouveau impulsé par la culture de l’exploit distinctif et l’économie de l’innovation technologique, redoublé par les nécessités éditoriales du sensationnel, contribue à déplacer simultanément le centre de gravité des chroniques sportives et les attentes du lectorat.

  • 51 Président de la société des courses depuis 1855 (Statistiques de la Gironde, p. 306). Président de (...)
  • 52 Cf. P. Butel, J.-P. Poussou, La Vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1980

58Deuxième tendance lourde, la stabilité des veines informatives en dépit de la diversification informative. Un demi-paradoxe. Cette stabilité tient en particulier à la place tout à fait importante et régulière de l’information turfiste. Qu’il s’agisse des courses, locales ou parisiennes, qu’il s’agisse des articles consacrés au sport et l’élevage, à la monte, au classement des pur-sangs ou encore aux grandes compétitions et aux raids qui ponctuent l’actualité, le turf conserve une surface éditoriale remarquable oscillant entre 26 % et 40 % de la surface totale consacrée au sport entre 1873 et 1913. On notera donc que ce taux, loin de faiblir en subissant la concurrence des sports athlétiques, des grands jeux collectifs et surtout des sports mécaniques, connaît au contraire un sursaut étonnant au tournant des XIXe et XXe siècles, alors que l’automobile, puis l’aviation, permettent de penser l’accélération du monde bien au-delà de la force animale, des fiacres et des chevauchées équestres. Faut-il s’en étonner ? Dans une ville dominée par la bourgeoisie (élites du négoce et de la vigne, familles des commissionnaires hollandais, allemands, anglo-irlandais, juifs portuguais qui ont animé la croissance du port au Siècle d’or, rentiers, professions libérales…), les grandes écuries comme celles des familles Guestier51, Johnston, constituent une évidence : la culture équestre relève d’un art distinctif qu’il convient d’encourager, de favoriser et auquel il est impensable de se soustraire. La Petite Gironde semble avoir reflété assez largement et durablement cet ethos bourgeois qui va de pair, par ailleurs, avec la capacité mobilisatrice du spectacle des courses, une passion populaire solidement ancrée dans l’histoire bordelaise52. Sans information précise sur les capitaux investis, il reste difficile de conclure sur le fait de savoir si les grandes fortunes bordelaises ont pu s’engager financièrement et soutenir la publication de La Petite Gironde. Reste le constat de ce primat turfiste.

  • 53 31 mars 1883 (« Fête républicaine [...] M. Steeg, député de la circonscription a promis son concou (...)
  • 54 2 avril 1883.
  • 55 Cf. L. Robène, « De plain-pied et à mains libres, la gymnastique paloise de Philippe Tissié (1903- (...)

59La troisième remarque tient à la part médiatique relativement faible consacrée aux sociétés de gymnastiques et de tir, bref à tout ce qui peut renvoyer à la République, à ses idéaux et à ses imaginaires incorporés. Le fait est remarquable dans un quotidien ayant bâti sa ligne éditoriale sur une défense plutôt acérée des positions républicaines. Il l’est d’autant plus quand on sait que Bordeaux et sa région constituent une terre d’élection pour ces sociétés dont le négociant bordelais Charles Cazalet, président de La Bastidienne (1884), puis président entre 1896 et 1930 de la puissante Union des Sociétés de Gymnastique de France (USGF) est longtemps resté l’un des guides. En 1883, les articles centrés sur la gymnastique et le tir totalisent 27,6 % de la surface éditoriale consacrée au sport. Ce chiffre est parfaitement en phase avec l’essor des sociétés de gymnastique et de tir que redouble l’attention portée à l’expérience des Bataillons Scolaires53. Les manifestations remportent un franc succès comme en témoigne un article de 1883 consacré au concours de tir du stand de la Remonte : « Malgré le mauvais temps, une foule assez considérable avait répondu à l’appel du comité54. » En revanche l’érosion – pour ne pas dire l’écroulement – de l’attention portée au bloc régimentaire (1,2 % en 1893 ; 1,6 % en 1903 ; 0,4 % en 1913) ne manque pas de questionner. Il est possible d’avancer une hypothèse tenant à la concurrence qui entoure plus largement la question de l’éducation physique en France et l’imposition d’une « méthode » d’exercice physique pour la jeunesse, dans le dernier tiers du XIXe siècle. Le Sud-Ouest, Bordeaux en particulier, est le fief de la Ligue Girondine d’Éducation Physique (1888). Sous l’impulsion du docteur Philippe Tissié55, elle porte une œuvre forte s’exprimant sous forme de retentissantes manifestations : les lendits. Or ces manifestations, leur dimension régionaliste et les sympathies républicaines et pédagogiques qu’elles focalisent localement ont vraisemblablement favorisé leur exposition médiatique : chacun des lendits, depuis leurs débuts, est chroniqué dans ses moindres détails. Au plus fort de l’expérience, la surface éditoriale consacrée à ces manifestations atteint 5,6 %, soit rien de moins que le quatrième rang des thématiques, juste derrière le turf, le cyclisme et les jeux traditionnels. C’est dire la singularité de son statut. Mieux, l’expression d’une posture militante inscrite dans les promesses d’avenir de ce « régionalisme pédagogique et sportif » sourd de chaque ligne se rapportant aux lendits. Ajoutons que Maurice Martin, rédacteur des sports attitré de La Petite Gironde à partir de 1902 est l’ami de Philippe Tissié (qui est médecin officiel du Véloce-Club Bordelais) et, comme lui, un défenseur convaincu du décentralisme sportif. Or le thème de la décentralisation constitue un prisme important, susceptible de rendre intelligible l’évolution du traitement des sports dans le journal au-delà des années 1890.

60Ces dernières remarques nous amènent naturellement à une quatrième dynamique : le privilège donné, à l’intérieur des tendances lourdes précédemment évoquées, aux dynamiques culturelles locales et régionales. Celles-ci renvoient à la question de l’identité sportive de Bordeaux et de sa région ainsi qu’aux convergences de goûts et de convictions qui permettent au journal et à ses lecteurs de se retrouver et de s’entendre implicitement sur ces représentations face à l’hégémonie parisienne. Sur ce plan, la question de l’identité sportive et médiatique croise clairement celle des pratiques valorisées, l’intérêt qu’elles sucitent pour elles-mêmes mais aussi en fonction des représentations culturelles, historiques et idéologiques auxquelles elle renvoie pour le Sud-Ouest.

  • 56 Sur ce point, la référence reste Ch. Pociello, Le Rugby ou la guerre des styles, Paris, Métailié, (...)

61à cet égard, l’accent doit être mis sur le développement remarquable de l’information rugbystique. Quasiment inexistante au début du XXe siècle (elle est bien plus visible dans Bordeaux-Sport à la même époque), en 1913, elle a acquis une dimension incontournable puisqu’elle représente un cinquième des informations sportives. Cet essor ne saurait être compris sans faire référence aux positionnements bordelais dans la lutte symbolique qu’incarne le match de rugby face aux équipes parisiennes ; ceci en un temps où Bordeaux brise le monopole parisien en remportant régulièrement le championnat de France (en 1899, puis de 1904 à 1907, en 1909 et 1911)56. Cet essor ne saurait être analysé non plus sans la compréhension des enjeux qui font de la transformation de ce sport le lieu d’une tension singulière entre le centre et la périphérie, entre problématique de l’amateurisme parisien à la mode de l’USFSA et émancipation professionnelle bordelaise sur fond de querelles et de menaces secessionnistes (projet de ligue méridionnale de rugby).

  • 57 Sur ces points, on verra L. Robène, op. cit., 1998 et « Exploits techniques, exploits sportifs ? L (...)
  • 58 Par ailleurs Gustave Chapon, allié des Gounouilhou, impliqué dans la direction de l’imprimerie fam (...)

62Le cyclisme est une autre activité phare. Sa surface éditoriale est élevée en 1893 (32,6 %). Par la suite, quoiqu’elle figure parmi les quatre premières pratiques chroniquées jusqu’en 1913, elle ne conserve qu’une partie de son importance. Sa couverture s’effondre et montre, à rebours, toute la passion vélocipédique des années 1890. Dans cette permanence, il faut lire l’attachement des Bordelais à une pratique enracinée dans une histoire locale forte et qui se réfère de manière récurrente à une geste vélocipédique, quasi prophétique, emmenée par la phalange des amateurs du Véloce-club Bordelais. L’invention pionnière de la future classique Bordeaux-Paris en 1891 reste ainsi un élément régulièrement convoqué dans les articles pour valoriser la sensibilité particulière du Sud-Ouest. Du reste, il n’est pas anodin de constater que le rugby et le cyclisme sont chroniqués par le même homme : Maurice Martin, figure de l’apôtre et de la défense des intérêts sportifs régionaux. De même, l’aviation (et plus largement l’aéronautique) occupe une part importante de la surface éditoriale sportive en 1913 (14,2 %). Certes, cette mise en visibilité est largement partagée par la presse généraliste et sportive du moment. Mais les enjeux locaux chargent cette visibilité aviatrice d’un sens particulier dans une région précocément marquée par le développement des sports aériens, qui, avec Bordeaux et Pau, compte deux des berceaux majeurs de l’aéronautique avant 191457. Rappelons enfin que Maurice Martin est chronométreur officiel de l’Aéro-Club du Sud-Ouest et qu’André Gounouilhou, codirecteur de La Petite Gironde est, en 1910, un des pionniers reconnus et admirés de l’aviation58.

63Cyclisme, rugby, aéronautisme… Voici donc trois sujets qui font vibrer une fibre localiste, régionaliste. Ce penchant est également lisible dans la tendance à promouvoir des pratiques traditionnelles du Sud-Ouest. La couverture de la pelote et des sports basques, des échasses, de la tauromachie et des jeux traditionnels est un des traits de l’information sportive de La Petite Gironde. Il justifie le rappel, sans cesse renouvelé, de la sensibilité bordelaise et régionale à l’égard de la chose sportive.

  • 59 27 mars 1903.

« Il est maintenant décidé que Chiquito, le plus fort des joueurs français de pelote et champion du monde, prendra part dimanche prochain 29 mars à l’ouverture du Fronton Girondin à Bordeaux. C’est un événement sportif qui intéresse trop directement le Sud-Ouest pour que nous ne soyons heureux de le mentionner ici. Bordeaux a marqué dans l’histoire sportive en France une place trop belle pour qu’au moment où va s’implanter dans nos murs un sport aussi merveilleusement beau que celui de la pelote basque on ne se félicite de voir cette première initiation du public girondin s’annoncer comme vraiment digne de ce public déjà si épris d’athlétisme59. »

64Le dernier aspect prégnant concerne la publicité sportive. Nous en avons déjà commenté, décennie après décennie, la nature. Mais, au plus général, quatre caractéristiques peuvent rendre compte de son profil et de la place qu’elle occupe dans La Petite Gironde. D’une part, elle est quantitativement faible. D’autre part, elle privilégie les réclames de proximité. Par ailleurs, elle se concentre sur un petit cortège d’activités, le cyclisme notamment. Enfin, elle finit par s’imiscer au cœur des rubriques.

65Si on entre dans le détail, sur le plan vue quantitatif (tableau 1), l’aspect le plus frappant reste sans doute la permanence du très faible rapport entre publicité sportive et publicité générale. La surface de la réclame ne cesse en effet d’augmenter au fil du temps. Elle passe de 5,8 % en 1873 à 24,3 % en 1893 et 26,1 % en 1913 – soit ce « quart » traditionnellement consacré par la presse aux réclames. Mais la proportion de réclames sportives ne s’aligne nullement sur cette croissance. Elle est de 0,5 % en 1873, de 0,9 % en 1893, enfin de 1,2 % en 1913. Le décalage apparaît de manière plus nette encore si on considère le rapport entre la surface consacrée à la publicité sportive et la surface éditoriale du journal. Ce rapport, quoique décuplé, reste insignifiant : 0,03 % en 1873, 0,2 % en 1893, 0,3 % en 1913. En somme, le rapport entre la surface de la réclame sportive et celle de l’information sportive ne cesse de décroître.

  • 60 Rousset est aussi un recordman admiré qui n’a pas hésité, à 56 ans, à se présenter sur le ligne de (...)
  • 61 AMBx, 1817 R11, archives du Véloce-Club Bordelais.

66Au-delà des encarts pour les trains de plaisir, vantant les bords de mer et la baignade, ou la vente de ballons-parachutes pour fêtes et spectacles (1883), cette publicité se concentre presque exclusivement sur la vélocipédie, puis le cyclisme. Elle ne fait que quelques pas de côté, à partir des années 1900, vers l’automobilisme et l’aviation. Nous pourrions dire que ces thématiques publicitaires organisées autour du cycle et de la vitesse confortent ce que montre le développement d’une culture médiatique noyautée par l’essor des sports mécaniques à Bordeaux et dans le Sud-Ouest. Cette tendance croise par ailleurs deux autres caractéristiques. D’une part un principe de proximité : la réclame sportive tente presque systématiquement de mettre en lien l’acheteur potentiel local et le comptoir bordelais auprès duquel il pourra trouver matériel et services au meilleur prix. D’autre part, elle laisse entendre la voix de commerçants dont l’implication dans les cercles sportifs et les liens avec les journalistes n’est pas neutre. Pour ne prendre qu’un exemple, le concessionnaire Rousset, représentant de plusieurs marques françaises et étrangères de cycle (dont les fameux cycles anglais de Rudge) est également connu, sous son pseudonyme plus familier de « père Rousset », comme propagandiste notoire de la vélocipédie et ami intime de Maurice Martin avec lequel il a partagé les aventures du Véloce-Club Bordelais et du Véloce-Sport60. Sa capacité à utiliser les résultats d’épreuves sportives dont il est partie prenante61 et dans lesquelles ses machines sont impliquées – pour vanter le mérite de son matériel – brouille les lignes entre ce qui relève du sport, de la compétition et du commerce.

67D’une manière plus générale, sans que ce soit une spécificité bordelaise, l’information sportive est largement parasitée par la réclame. L’annonce de la fameuse course Bordeaux-Paris, à l’initiative des membres du Véloce-Club Bordelais est l’occasion d’une chronique sportive à sein de laquelle, au détour d’une phrase, jaillit soudainement l’annonce suivante :

  • 62 6 mai 1891.

« À propos des caoutchouc pneumatiques, les cyclistes pourront aller visiter dans les magasins de la Royal Cycle cie, cours du XXX juillet, Bordeaux, un nouveau système, dernier mot du progrès actuel62. »

68Cette course fameuse est aussi l’occasion de croiser de nouveau Rousset qui, à 56 ans, s’est engagé, a terminé le parcours et réussi… une vente :

  • 63 30 mai 1891.

« Après avoir longuement interviewé M. Rousset de Bordeaux, le doyen de la course, il [le médecin venu constater l’état physique des coureurs] s’est immédiatemment décidé à acheter un tricycle de la Compagnie du Phoenix, que dirige M. Rousset et dont les ateliers sont 145 boulevard de Caudéran [à Bordeaux]63. »

69Fiction ou réalité ? Peu importe : reste cette confusion des genres soulignant l’enjeu industriel de l’information sous toutes ces facettes.

Le façonnage d’une culture médiatique à la mode gasconne

70Comment La Petite Gironde façonne-t-elle l’information sportive ? Comment décide-t-elle de sa nature, de ses orientations ? Quels les filtres, quels les cadres la commandent ? Et peut-on repérer la logique des mutations éditoriales au fil des ans ?

71Comme le montre le faisceau d’indices rassemblés dans les paragraphes précédents, il existe de toute évidence un avant et un après Maurice Martin. Avec l’engagement au début du XXe siècle de cette personnalité attachante, homme de sport, homme de plume, homme de réseaux, qui occupe pendant près de quarante ans le poste de « rédacteur sportif », La Petite Gironde passe d’une offre d’information reserrée, assez faible quantitativement, parfois disparate (en 1893, la vélocipédie constitue encore un monde à part) à une offre plus large, mieux répartie dans plusieurs rubriques, mieux rythmée par les dépêches, les unes, l’image, et dont la tonalité d’ensemble donne le sentiment, à la veille de la guerre, d’une unité, une couleur, une pensée – en un mot d’un sens. Maurice Martin étant le maître d’œuvre de ce processus, il faut revenir sur son étonnant parcours.

De la vélocipédie au journalisme sportif

  • 64 L. Robène, « Maurice Martin (1861-1941). De la bicyclette au journalisme sportif : une trajectoire (...)
  • 65 La publication de Véloce Sport perdure jusqu’en novembre 1895. Durant cette période, l’organe bord (...)

72Né en 1861 à Bordeaux, Maurice Martin fait des études supérieures de commerce. Elles le destinent initialement à exercer dans le négoce du vin. La découverte du vélocipède est une véritable révélation pour cet amateur de grands espaces qui devient l’un des chantres du tourisme vélocipédique en France64. En 1878, il figure parmi les membres fondateurs du Veloce-Club Bordelais. Il participe également, en 1885, au lancement de la feuille locale Véloce sport, dont l’histoire rejoint rapidement celle de l’Union Vélocipédique de France65. En tant que rédacteur, au-delà de l’actualité des courses, il axe ses articles sur le cyclotourisme. Il vante poétiquement les vertus de l’excursion en vélo et cherche à faire partager sa joie de découvrir son pays par un moyen de locomotion idéal. Il est aussi l’homme des grands exploits (raid Bordeaux-Paris via Fontainebleau en tricycle, soit 715 km, 1889) et devient un personnage de renom dans le monde de la compétition. Il participe à l’organisation d’épreuves phares dans le domaine du cyclisme comme dans celui des sports athlétiques (course, aviron, rugby), puis des sports mécaniques (automobilisme, aviation). Sa palette de compétences semble sans limites : starter au Stade Bordelais, il est également commissaire sportif de l’Aéro-Club du Sud-Ouest.

  • 66 Cf. L. Baudry de Saunier, C. Dollfus, E. Geoffroy, Histoire de la locomotion terrestre, Paris, l’I (...)

73À ces diverses casquettes il faut encore ajouter quelques engagements remarquables comme la cofondation de la course cycliste Bordeaux-Paris en 1891. Homme de sport, celui que la Revue du Touring-Club qualifie volontiers de « premier touriste de France66 » devient également homme de plume. Sa passion pour l’écriture l’a en effet conduit à entreprendre des études littéraires et lui ouvre les portes de La Petite Gironde dont il devient le rédacteur sportif jusqu’à sa mort en 1941.

  • 67 Notamment : La Côte d’argent, Bordeaux, Imprimeries Gustave Gounouilhou, 1907.

74Son œuvre, riche de plusieurs ouvrages67 et de plusieurs centaines d’articles rédigés dans de nombreux organes (Océana, La Vie au Grand Air, L’Illustration, Bordeaux-Sports, le Véloce Sport, La Revue du Touring-Club de France, Le Journal de l’Automobile, L’Aérophile, etc.) constitue l’une des plus étonnantes contributions au développement de la mise en écriture journalistique et littéraire du sport.

  • 68 Cf. M. Martin, « La Région des sports », in Livre d’or des capitales du Sud-Ouest, Bordeaux, impr. (...)
  • 69 Robène, 2010.
  • 70 « Au lecteur », Bordeaux-Sport, no 1, 26 février 1899.
  • 71 Voir le portrait publié dans Sports, no 856, 27 avril 1912.
  • 72 Maurice Martin représente le mouvement sportif au colloque que les médecins consacrent à l’éducati (...)

75Sur un plan plus idéologique, Maurice Martin est l’un des grands défenseurs de l’identité sportive locale. Il est connu pour sa méfiance à l’égard des structures parisiennes, pour ses prises de positions décentralisatrices qu’il partage avec son ami Philippe Tissié et pour son attachement au développement régional des sports et du tourisme68. Homme de réseaux, à la croisée des champs littéraire, journalistique et sportif, il fait partie en 1899 de ceux qui ont été sollicités pour patronner le lancement d’un important hebdomadaire sportif régional, proche de La Petite Gironde : Bordeaux-Sport69. On le retrouve alors aux côtés d’autres personnalités : l’éditeur d’origine bordelaise Pierre Lafitte (la Vie au Grand Air, Fémina, Excelsior, etc.), lui-même impliqué dans le lancement de Véloce-Sport, l’écrivain et feuilletoniste Maurice Leblanc (créateur du personnage d’Arsène Lupin)70. Dans les années 1910, parallèlement à ses chroniques pour La Petite Gironde, Maurice Martin rédige de nombreux articles et reportages pour Bordeaux-Sport. Apôtre du « provincialisme sportif71 », sa plume est spécialement requise sur les questions de cyclisme et de rugby. L’homme est considéré – et unanimement respecté – par les membres des deux rédactions comme l’un des pionniers et des plus ardents défenseurs du sport moderne. Et son aura déborde au-delà de ces deux cerles puisqu’il écrit sur le sport dans bien d’autres supports, jusqu’à la presse médicale72.

76Au moment de rejoindre officiellement la rédaction de La Petite Gironde, Maurice Martin est donc bien identifié dans les circuits de la presse et du sport.

Le « moment » Maurice Martin

  • 73 Par exemple dans Le Football, son histoire, sa théorie, sa pratique, ses champions, 32 pages. Le l (...)

77à partir de 1902, le nom de Maurice Martin apparaît régulièrement au bas des chroniques sportives. Le titre officiel de « rédacteur sportif de La Petite Gironde » est par ailleurs opportunément utilisé par l’intéressé ; il le fait figurer dans les ouvrages sur le sport qu’il publie aux éditions des imprimeries Gounouilhou73.

78On peut imaginer que la rédaction a voulu franchir une étape importante en s’assurant les services d’une figure incontestable, experte, dont les convictions sont intimement liées au développement des sports dans le Sud-Ouest. Maurice Martin en effet est connu des Bordelais comme un sportsman prosélyte. Sa haute silhouette, sa longue barbe, son canotier et son tricycle sont familiers aux lecteurs de La Petite Gironde. Il incarne ce que peuvent attendre le journal et ses lecteurs dans le traitement du fait sportif : une expertise large, un sens de l’écriture, une connaissance pratique des activités, un véritable souffle épique attaché à la modernité sportive…

79Le changement n’est pourtant pas immédiatement visible si l’on s’en tient à la part éditoriale que le journal consacre au sport (tableau 1). Malgré l’arrivée de Maurice Martin, la bascule de 2,6 % (1893) à 3,7 % (1903) est encore douce. Elle est en revanche tout à fait décisive dans les années suivantes, avec 9,3 % en 1913.

  • 74 29 janvier 1903.

80La marque de Maurice Martin est toutefois plus immédiatement perceptible dans l’élargissement de la palette des sports chroniqués. Il n’a en effet de cesse de vanter la grande variété des activités pratiquées dans la région et la nécessité de valoriser cette culture.74 De fait, de 15 pratiques chroniquées en 1893, on passe à 26 en 1903, puis à 31 en 1913.

81Concrètement, Maurice Martin privilégie une géographie de l’information sportive à deux entrées : Bordeaux et sa région constituent le cœur d’un système au miroir duquel se déploie, par ailleurs, une information ouverte aux grands moments sportifs d’envergure ou d’audience nationale et/ou internationale. Nous avons montré le système plus généralement consacré à cette mise en perspective au sein de rubriques qui distinguent, à partir de 1903, l’information locale de l’information nationale. Au demeurant, à partir du mois d’octobre 1913, la page des sports du lundi – autre apport remarquable de Maurice Martin – réarticule ces deux ensembles, sport par sport, tantôt en privilégiant une logique géographique descendante (de l’international vers le local) tantôt en privilégiant le principe du sensationalisme, de l’exploit remarquable vers les résultats de la compétition ordinaire.

82Autre tendance forte sensible dès l’arrivée de Maurice Martin en matière de reportage : la publicité faite à ses propres convictions. En sportif convaincu, il suit lui-même les épreuves locales. Sa capacité à accompagner l’événement, en cycle, en automobile, à se glisser en quelque sorte dans le progrès sportif qu’il chronique quotidiennement donne à penser qu’il a assez largement inspiré le changement de rythme dans le traitement « médiatique » des sports, en particulier avec l’intrusion du sport en une.

83Enfin l’originalité de l’écriture n’est pas la moindre des forces de La Petite Gironde. Avec Maurice Martin, deux grands types de « récits » sportifs coexistent. Bien que les compte-rendus égrenant les dépêches deviennent la règle au fur et à mesure que se multiplient les compétitions, courses et matchs, locaux et nationaux, la « chronique », l’article d’opinion la défense du monde sportif, des intérêts régionaux, l’exhaltation des vertus du Sud-Ouest et des sports à la mode gasconne, etc., conservent jusqu’à la veille de la guerre une place confortable.

84Au regard de la trajectoire et de l’apport de Maurice Martin au discours sur le sport de La Petite Gironde, le terme de culture médiatique prend un sens des plus concrets. Un homme porte désormais la responsabilité d’une « idée », d’une esthétique, d’une identité et le journalisme sportif se construit en genre. Au début du XXe siècle, la stature sportive et pionnière de Maurice Martin est donc une garantie de sérieux et de reconnaissance pour La Petite Gironde. Sa notoriété et son aura lui bénéficient clairement.

Entre information sportive et défense des intérêts locaux : un provincialisme mesuré ?

85La prolifique contribution journalistique et littéraire de Maurice Martin est à la fois une œuvre dense, nouée autour de convictions et néanmoins segmentée au regard des cibles et des lectorats.

  • 75 La Vie au Grand Air, janvier 1910, p. 37-38.

86Au plan national, avec des publications dans les grands magazines comme La Vie au Grand Air et L’Illustration, les articles de Maurice Martin relèvent d’une double compétence. Celle d’expert des sports mécaniques (de la vélocipédie à l’aviation) et celle de fin connaisseur du sport local (rugby, plein air, cyclisme, aéronautisme, automobilisme). Le 4 janvier 1910, lors de l’accident mortel de l’aviateur Léon Delagrange à côté de Bordeaux (il tentait de passer les 100 km/heure), il est à la fois reporter, premier témoin du drame (comme chronométreur de l’Aéro-Club du Sud-Ouest), chroniqueur local de l’événement et consultant ou correspondant recherché par la plupart des journaux et des revues qui, comme La Vie au Grand Air, sollicitent ses avis éclairés75.

  • 76 1er juin 1913.

87Localement, Maurice Martin demeure le chantre de l’identité sportive régionale. Toutefois il faut distinguer les articles qu’il écrit pour La Petite Gironde (lesquels ont vocation à rendre compte de l’activité sportive et parfois à en stimuler les énergies au fil de chroniques d’opinion) des articles plus radicaux publiés dans Bordeaux-Sport. La Petite Gironde constitue donc l’espace d’une affirmation douce de l’importance de la culture sportive régionale. On peut y retrouver par exemple un retour permanent vers l’axe Bordeaux-Paris qui, au fil des courses et des progrès techniques et sportifs, devient la distance étalon à l’aune de laquelle se mesure le progrès humain : courses pédestres, cyclistes, raids automobiles aéronautiques, dans un face à face volontiers théâtralisé entre Gascons et Parisiens76. Dans Bordeaux-Sport, la ligne de défense du mouvement sportif local est nettement plus dure, plus partisane.

88Au fond cependant, cette partition masque mal l’engagement du journaliste. La plume girondine de Maurice Martin reste trempée dans l’acide de la « décentralisation sportive ». Tout l’art du reporter est de bien enrober l’offensive pour atteindre un lectorat sans doute moins partial que celui de Bordeaux-Sport mais qui reste néanmoins un lectorat qu’il entend à la fois informer et, si possible, gagner à la cause du régionalisme. En 1906, au moment où le SBUC affirme sa supériorité dans le championnat de France de rugby, il ne peut s’empêcher de se féliciter des succès obtenus réhaussant les mérites de la province dans une lutte que l’on sent forcément inégale :

  • 77 30 janvier 1906.

« Dans l’intérêt même du football, de sa propagation, il ne serait point mauvais, en effet, que les plus vaillantes équipes de province, Le Havre, Lyon, Toulouse ou Bordeaux accentuassent ainsi une heureuse décentralisation. Mais il ne faut pas se dissimuler que la tâche sera terriblement dure cette année pour y parvenir. Les récentes performances du Stade français font redouter plus que jamais cette difficulté. Si la province triomphe, son succès n’en sera que plus significatif77. »

89Le propos est plus direct encore en 1913 lorsqu’il s’agit de s’opposer à l’USFSA, à l’amateurisme, et de proposer la création d’une Fédération autonome de rugby pour le Sud-Ouest, ou d’une ligue méridionale de rugby, à l’instar de ce qui fut proposé déjà en 1909 pour l’aéronautique, face au pouvoir parisien de l’Aéro-Club de France, avec la création de la Ligue Méridionale Aérienne. Bref, au-delà de la dimension informative, la ligne sportive de La Petite Gironde se caractérise par un militantisme hérité des convictions de son principal rédacteur.

Conclusion

90Entre 1873 et 1913, tout participe à donner la sensation de l’importance et de l’attention croissantes dont bénéficie le sport dans La Petite Gironde, à tel point qu’on peut difficilement douter de l’attention des lecteurs et, au final, de la responsabilité de l’information sportive dans le succès du journal. Plus loin, avant même l’entrée en scène de Maurice Martin, La Petite Gironde innove et joue un rôle pionnier dans le développement de l’information sportive en créant des rubriques dédiées (années 1890), en augmentant rapidement leur visibilité et le rythme des publications en première page ; enfin en inventant la page spéciale du lundi. Le volume, la nature et l’organisation de l’information, les changements dans le choix des sports valorisés et la transformation des regards sur la nouveauté sportive, l’investissement de rédacteurs dont le nom résonne comme autant de promesses (Maurice Martin, René Herbert, Gaston Bénac), les thèmes majeurs qui dynamisent l’essor des rubriques, contribuent au mûrissement d’une culture médiatique singulière, contrastée, faiblement gymnique (au sens républicain et conscriptif du terme), davantage régionaliste et athlétique, marquée par le goût pour la vitesse, les grandes courses et le clacissisme, populaire et mondain à la fois, et sans cesse réaffirmé du turf.

  • 78 Cf. L. Robène, op. cit., 2010.

91Le rôle de Maurice Martin dans ce mouvement est déterminant, en particulier au-delà de 1902. L’homme a incontestablement œuvré en faveur d’une reconnaissance de la culture sportive, imprimant sa marque sur les changements éditoriaux qui aboutissent à la naisssance de la « page des sports » de 1913. Ce faisant on peut se demander si cette énergie qui se double d’une action plus militante en faveur de la décentralisation sportive, de la visibilité accrue de la province et de la défense de ses intérêts sportifs – ce que nous avons récemment appelé le « provincialisme sportif78 » – ne joue pas finalement contre l’affirmation d’une carrière plus ambitieuse et mieux détachée des contingeances locales. En effet, malgré une tentative d’expatriation parisienne en 1910 (vraisemblablement dans le cadre de l’agence parisienne de La Petite Gironde) sur laquelle nous ne possédons que peu de renseignements, malgré les sollicitations des périodiques spécialisés d’audience nationale, Maurice Martin restera l’homme d’un Sud-Ouest vers lequel il se retourne toujours. On en voit la preuve dans le tour que prend ensuite sa carrière. Après guerre, sans abandonner le sport, il creuse davantage le sillon du tourisme et de la défense des valeurs du grand air et des paysages de la côte landaise.

92Le corpus d’articles de La Petite Gironde montre de quelle manière, progressivement mais de manière plus marquée au-delà des années 1920, Maurice Martin passe des compte-rendus des rubriques sportives (qu’il délaisse partiellement au profit de collègues comme Hoursiangou, venu du Sportsman et de La France de Bordeaux et du Sud-Ouest) au développement d’une information centrée sur l’actualité touristique régionale surtout consacrée à l’invention et à la défense de la Côte d’Argent, de ses routes automobiles et des voies cyclables. Mais pour nous en tenir à la Belle Époque, Maurice Martin est avant tout sportif, avec une sensibilité tout particulièrement vélocipédique, ce qui, a bien des égards, nous donne la clé de cet article : La Petite Gironde se révèle bien, au fil des ans, comme un des grands régionaux pionniers en matière sportive et cycliste.

Tableau 1. – L’information sportive dans La Petite Gironde.

Tableau 1. – L’information sportive dans La Petite Gironde.

Tableau 2. – Répartition des 10 principales pratiques sportives dans La Petite Gironde (en %).

Tableau 2. – Répartition des 10 principales pratiques sportives dans La Petite Gironde (en %).

Bibliographie

Sources

Archives Municipales de Bordeaux

Annuaire de la Gironde.

Archives du Véloce-Club Bordelais, cote 1817 R10.

Archives du Sport vélocipédique de la Gironde, cote 1817 R11.

Fonds Fayolle, planches 3780-3782 (football et rugby) ; 5873-5878 (Maurice Martin).

Coll. Bordeaux-Sport (et Sports) 1909-1913.

Féret, Édouard, Statistiques générales du département de la Gironde. III. – Première partie, « Biographie », Bordeaux, Feret et fils, 1889.

Guérin Jean, Guérin Bernard (dir.), Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, 1889-1957, Bordeaux, Éd. BEB, 1957.

Martin Maurice, La côte d’argent, Bordeaux, Imprimeries Gustave Gounouilhou, 1907.

Martin Maurice, Éloge funèbre de Joseph Laval, dit Jiel-Laval, prononcé par Maurice Martin le 1er mars 1917, Bordeaux, Imprimeries Gustave Gounouilhou, 1917.

Bibliothèque nationale

Coll. Bordeaux-Sport, 1899-1914.

Bibliothèque Municipale de Bordeaux, Fonds patrimoniaux

Coll. La Petite Gironde, 1872-1913.

Martin, Maurice, La défense du sport, publié dans le compte-rendu du Congrès d’Éducation physique de Bordeaux, in Journal de Médecine de Bordeaux, n ° 19-760, 25 septembre 1923, 1027-1029.

Centre de documentation du journal Sud-Ouest

Certificat de contrôle par l’O.J.T. (Office de Justification des Tirages des organes quotidiens et périodiques) du tirage utile du quotidien la Petite Gironde en date du 11 avril 1927.

Coll. La Vie au Grand Air, 1903-1914.

Livre d’or des capitales du Sud-Ouest, Publié à l’occasion de l’Exposition maritime de Bordeaux, Bordeaux, Imprimeries Gounouilhou, 1907.

Notes

1 Cf. D. Kalifa, P. Régnier, M.-E. Thérenty, A. Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011 ; Ch. Delporte, « Le journal », in J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, La France d’un siècle à l’autre. 1914-2000, Paris, Hachette, 1999, t. 1, p. 609-617.

2 Cf. J.-P. Callède, Histoire du sport en France, du Stade Bordelais au SBUC 1889-1939, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 1993 ; L. Robène, L’Homme à la conquête de l’air. Des aristocrates éclairés aux sportifs bourgeois, Paris, L’Harmatan, 1998.

3 La création, en 1878, du Véloce Club Bordelais, suivie, sept ans plus tard, par celle d’un journal, Véloce-Sport, consacré aux activités du club et à l’organisation des premières courses (Bordeaux-Paris 1891), constitue localement un vecteur de transition remarquable vers le développement d’une information centrée sur les formes touristiques et compétitives attachées à la pratique particulière d’un sport.

4 J. Watelet, J.-A. Tudesq, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale 1865-1944 – 33 Gironde, Paris, Bibliothèque Nationale, 1975.

5 Sur ce point on verra : L. Robène, « De Bordeaux-Sport à Sports (1899-1914) : l’éloge du “provincialisme sportif” », in P. Tétart et S. Villaret (dir.), Les Voix du sport. La presse sportive régionale à la Belle Époque, Biarritz-Paris, Atlantica/Musée National du Sport, t. 1, 2010, 187-223.

6 Cf. Archives Municipales de Bordeaux, Statistiques de la Gironde, Biographie, 1889.

7 Centre de documentation du journal Sud-Ouest. Livre d’or des capitales du Sud-Ouest, Bordeaux, impr. G. Gounouilhou, 1907.

8 Les débats demeurent vifs toutefois comme le montre encore en 1883 la passe d’armes entre le député bonapartiste Dréolle, opposé à la création de l’École Normale d’institutrice de la Gironde, et la rédaction de la Petite Gironde qui soutient ardemment le projet républicain : « Nous pensons avec la majorité républicaine du Conseil général, avec le gouvernement et la chambre, qu’il était temps de donner une solution à ce projet et d’appliquer dans notre département une loi destinée à donner une vigoureuse impulsion à l’enseignement des femmes dans le pays, loi de progrès s’il en fut jamais, et dont l’initiative appartient au gouvernement de la République » (27 janvier 1883).

9 M. Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997, p. 106.

10 Cf. Th. Ferenczi, L’Invention du journalisme en France, Paris, Plon, 1993.

11 « Certificat de contrôle par l’O.J.T. [Office de Justification des Tirages des organes quotidiens et périodiques] du tirage utile du quotidien La Petite Gironde en date du 11 avril 1927 ». Service de documentation du journal Sud-Ouest.

12 Cf. Archives Municipales de Bordeaux, Guérin, 1957.

13 Bordeaux-Sport, no 786, 28 mai 1910.

14 Cf. L. Robène, op. cit., 1998, p. 259-313 et 369-426.

15 28 janvier 1873.

16 28 septembre 1873.

17 29 mai 1883.

18 25 juin 1883.

19 27 mai 1883.

20 30 juin 1883.

21 28 novembre 1883.

22 29 septembre 1883.

23 25 juin 1883.

24 15 mai 1891.

25 28 février 1893.

26 1er avril 1893.

27 « Conférence sur la vélocipédie », 27 janvier 1893.

28 26 mai 1893.

29 16 avril 1893.

30 26 septembre 1893.

31 29 janvier 1903.

32 26 avril 1903.

33 25 mai 1903.

34 25 septembre 1903.

35 Voir par exemple le 28 octobre 1903.

36 26 mai 1903.

37 26 mai 1903.

38 Sur ce point, voir L. Robène, D. Bodin, « Au-delà des nuages : les Pyrénées en ballon (XIXe-XXe siècle) », Le Festin. Revue d’histoire de l’art et des patrimoines, no 60, 2007, p. 76-83.

39 26 juillet et 28 juillet 1903.

40 30 juillet 1903.

41 25 novembre 1903.

42 24-31 décembre 1903.

43 25 mars 1913.

44 31 mars 1913.

45 27 janvier 1913.

46 26 février 1913.

47 21 et 30 avril 1913.

48 30 mars 1913.

49 25 août 1913.

50 Cf. L. Robène, op. cit., 1998, t. 2, p. 259-313 et 369-426.

51 Président de la société des courses depuis 1855 (Statistiques de la Gironde, p. 306). Président de la puissante Société des Steeple-chases de Bordeaux (Annuaire de la Gironde, 1911). De 1869 à 1902, l’écurie Guestier gagne six fois le derby du Midi.

52 Cf. P. Butel, J.-P. Poussou, La Vie quotidienne à Bordeaux au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1980.

53 31 mars 1883 (« Fête républicaine [...] M. Steeg, député de la circonscription a promis son concours : il se propose de faire une conférence sur les bataillins scolaires »).

54 2 avril 1883.

55 Cf. L. Robène, « De plain-pied et à mains libres, la gymnastique paloise de Philippe Tissié (1903-1913) », in Le Festin. Revue d’histoire de l’art et des patrimoines, no 52, 2005, p. 38-45 ; « Les hussardes noires de la gymnastique. Philippe Tissié et l’enseignement de la gymnastique à l’École Normale de jeunes filles de Pau. 1903-1913 », in J. Saint-Martin, Y. Travaillot, P.-A. Leqecq, Y. Morales (dir.), L’œuvre du Dr. Philippe Tissié : une croisade sociale en faveur de l’éducation physique (1888-1914), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2012, p. 127-144.

56 Sur ce point, la référence reste Ch. Pociello, Le Rugby ou la guerre des styles, Paris, Métailié, 1983.

57 Sur ces points, on verra L. Robène, op. cit., 1998 et « Exploits techniques, exploits sportifs ? Le traitement médiatique de l’aviation dans la revue La Vie au Grand Air (1900-1914) », in S. Tison, F. Lucbert (textes réunis par), La Conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire (1900-1920), Rennes, PUR, 2015.

58 Par ailleurs Gustave Chapon, allié des Gounouilhou, impliqué dans la direction de l’imprimerie familiale puis de la Petite Gironde, est partie prenante de la Ligue Méridionale Aérienne et actionnaire du projet d’aérodrome élaboré dans la région bordelaise en 1909. Cf. Robène, op. cit., 1998, t. 2, p. 398.

59 27 mars 1903.

60 Rousset est aussi un recordman admiré qui n’a pas hésité, à 56 ans, à se présenter sur le ligne de départ de la course cycliste Bordeaux-Paris.

61 AMBx, 1817 R11, archives du Véloce-Club Bordelais.

62 6 mai 1891.

63 30 mai 1891.

64 L. Robène, « Maurice Martin (1861-1941). De la bicyclette au journalisme sportif : une trajectoire singulière ? », Communication. Carrefour d’histoire du sport, Sports et médias (XIXe-XXe siècles). Université de Grenoble. Grenoble, 30 octobre 2008.

65 La publication de Véloce Sport perdure jusqu’en novembre 1895. Durant cette période, l’organe bordelais absorbe plusieurs petites feuilles régionales avant d’atteindre une audience nationale et constituer, lors de son rachat, dans la capitale, l’organe officiel de l’UVF.

66 Cf. L. Baudry de Saunier, C. Dollfus, E. Geoffroy, Histoire de la locomotion terrestre, Paris, l’Illustration, 1935, p. 184-185.

67 Notamment : La Côte d’argent, Bordeaux, Imprimeries Gustave Gounouilhou, 1907.

68 Cf. M. Martin, « La Région des sports », in Livre d’or des capitales du Sud-Ouest, Bordeaux, impr. G. Gounouilhou, 1907, non paginé (Centre de documentation du journal Sud-Ouest).

69 Robène, 2010.

70 « Au lecteur », Bordeaux-Sport, no 1, 26 février 1899.

71 Voir le portrait publié dans Sports, no 856, 27 avril 1912.

72 Maurice Martin représente le mouvement sportif au colloque que les médecins consacrent à l’éducation physique, en 1923, à Bordeaux. Il signe par l’article « La défense du sport » publié dans le compte-rendu de cette manifestation. Cf. Journal de Médecine de Bordeaux, no 19-760, 25 septembre 1923, p. 1027-1029.

73 Par exemple dans Le Football, son histoire, sa théorie, sa pratique, ses champions, 32 pages. Le livre est disponible dans les salles des dépêches de La Petite Gironde et chez les principaux libraires. Cf. Archives Municipales de Bordeaux, Fonds Fayolle, planche 3780.

74 29 janvier 1903.

75 La Vie au Grand Air, janvier 1910, p. 37-38.

76 1er juin 1913.

77 30 janvier 1906.

78 Cf. L. Robène, op. cit., 2010.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – L’information sportive dans La Petite Gironde.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 2. – Répartition des 10 principales pratiques sportives dans La Petite Gironde (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540