Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pêche industrielle de La Rochelle

 | 
Henri Moulinier

Glossaire

Texte intégral

1 Ballast : réservoir sur les bateaux permettant de changer l’immersion ou l’équilibre

2 Barre (de) : module de manœuvre du gouvernail.

3 Beaupré : le mât de beaupré est un mât dit majeur (clé de mâture) d’un navire. Il se trouve à la proue du navire et est incliné vers l’avant. Il se trouve au-dessus de l’étrave.

4 Bielle : pièce dotée de deux articulations, une à chaque extrémité, dans le but de transmettre une force, un mouvement ou une position.

5 Brasse : unité de mesure d’une distance ou d’une profondeur de la mer, soit 1 mètre 65.

6 Bœuf (pêche en) : pêche utilisant deux navires pour tirer un chalut.

7 Bolinche ou senne tournante : filet tournant coulissant. Tiré depuis le navire, ce filet de plusieurs centaines de mètres de longueur permet tout d’abord d’encercler le banc de poissons préalablement repéré. Le filin glissé à l’aide d’anneaux dans la partie inférieure du filet est ensuite tiré. Celui-ci forme alors une poche dans laquelle le banc de poissons se trouve prisonnier. Le filet est ensuite ramené progressivement le long du bateau.

8 Bossoir : dispositif de levage utilisé sur les navires pour hisser, affaler une annexe, une ancre.

9 Brasse : un millième de mille marin, soit 1 m 83.

10 Brick (en anglais brig) : bateau muni de deux mâts, un grand mât et un mât de misaine, possédant des voiles carrées, gréées sur des vergues, ainsi qu’une brigantine à l’arrière. Ces deux mâts peuvent avoir une quête (être un peu inclinés).

11 Bulbe d’étrave : renflement à l’avant de la coque d’un bateau, au niveau du brion, en dessous de l’étrave. La principale fonction du bulbe d’étrave est de créer une vague à l’avant du système normal de vagues généré par le navire en route ; à une certaine vitesse, le creux de cette vague additionnelle coïncide avec le sommet de la vague d’étrave, qui se retrouve annulée : la résistance hydrodynamique est ainsi réduite et le navire peut aller plus vite pour une même puissance. De plus, la première crête de vague est déplacée à l’avant, ce qui augmente virtuellement la longueur à la flottaison du navire et donc sa vitesse.

12 Carénage ou radoub : série d’opérations de révision périodique de la coque d’un navire en vue de lui redonner ses qualités nautiques (vitesse), ainsi que dans le cas d’une coque métallique de limiter la corrosion.

13 Caseyeur : bateau de pêche en usage notamment en Bretagne, utilisant des casiers destinés à la pêche aux tourteaux, araignées, homards et étrilles.

14 Castle (chalutiers de type) : la classe Castle de chalutiers militaires a été construite d’après des spécifications de l’Amirauté britannique pour adapter des plans de chalutiers civils au dragage des mines durant la Première guerre mondiale. Cette classe a pour origine le chalutier Raglan Castle de 1915 choisi par la Royal Navy pour servir à sa conception.

15 Château d’un navire : superstructure au milieu du navire dépassant de la coque. Le terme ancien de « château avant » est remplacé par gaillard, ou « gaillard d’avant », de même que le « château arrière » est remplacé par la dunette.

16 Chasse-marée : évoquait les mareyeurs qui acheminaient les produits de la pêche vers leurs lieux de consommation. Au début du XVIIIe siècle, il désigne, sur la côte Atlantique de la Bretagne, une grande chaloupe de pêche gréée de 2 voiles au tiers. Ce bateau, très rapide, permettait de transporter la sardine de son lieu de pêche jusqu’aux cités portuaires.

17 Chaudrée : part de la pêche prélevée pour être donnée aux marins pêcheurs. Sorte de soupe de poissons épaisse originaire des régions littorales de la Charente-Maritime et de la Vendée. Historiquement, le terme désignait le contenu du chaudron – parfois localement appelé chaudière. En Aunis, la chaudrée désignait plus spécifiquement une soupe confectionnée par les pêcheurs avec les poissons trop petits pour être vendus.

18 Chien : puissante mâchoire d’acier servant à réunir les 2 funes du chalut pendant le trait (chalutiers à pêche latérale).

19 Cordier : navires pêchant aux lignes et aux cordes. Ce sont de petits vapeurs de 12 à 18 m de long, 20 à 25 tjb. Leur équipage n’excède pas 12 hommes. Beaucoup sont en bois.

20 Cotre : gréement de bateau à voile, généralement ponté et à quille (contrairement au dériveur), et qui ne possède qu’un mât central.

21 Cotriade : part de poisson accordée au marin à chaque marée.

22 Chaloupe : grosse embarcation de construction plus robuste que celle d’un canot. La chaloupe sardinière, à voile et à rame, fut aussi très utilisée dans les ports de la pointe du Finistère.

Chaluts

23 Senne ou seine : filet très long en forme de tablier, halé par deux filins fixés aux deux extrémités, servant au halage et au rabattage des poissons, traîné par un ou deux bateaux. Ces sennes étaient connues sous le nom de « Traînes » ou de « Tournées », selon les régions. C’est une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine eau en l’encerclant à l’aide de ce filet.

24 Chalut bœuf ou gangui : chalut tiré par deux navires, exploité en Méditerranée.

25 Chalut à perche : filet à poche dont les 2 extrémités sont soutenues par 2 pièces en fer forgé appelées patins ou étriers. La perche, d’un diamètre de 10 à 12 centimètres, pouvait atteindre jusqu’à 14 et 15 m. Les patins ont la forme d’un étrier dont une des branches est munie d’une semelle large et plate pour glisser sur le fond, tandis que l’autre reçoit une des extrémités de la perche qu’il maintient ainsi élevée à une certaine hauteur au-dessus du fond.

26 Chalut à panneaux, dit Ottertrawl : chalut à poche, auquel 2 plateaux de bois étaient fixés de chaque côté de la poche, qui fonctionnaient, remorqués dans l’eau, comme un cerf-volant et s’écartaient l’un de l’autre sous l’effet de la traction en avant du bateau. Mot composé de 2 noms anglais : Otter, petit cerf-volant employé pour la pêche à la ligne, et trawl, chalut.

27 Chalut à pierres : filet dont l’ouverture était maintenue en hauteur par 2 chandeliers en fer de 0 m. 50, fixés au-dessus d’une grosse pierre pouvant peser jusqu’à 55 kilogrammes.

28 Chalut pélagique : filet remorqué qui évolue en pleine eau, entre la surface et le fond, sans être en contact avec lui. Il est, en général, beaucoup plus grand que le chalut de fond. Sa partie antérieure est faite de simples cordages ou de très grandes mailles, qui rabattent les bancs de poisson vers la partie postérieure du filet. Le contrôle de l’immersion du chalut se fait au moyen d’un sondeur situé à l’avant du chalut, le netzsonde.

29 Chasse-marée ou lougre : petit bateau ponté long de 14 à 23 mètres, fin dans ses formes arrières, renflé par l’avant, généralement gréé de trois mâts d’un seul tenant : un grand mât, un mât de misaine et un mât tape-cul, assez inclinés sur l’arrière.

30 Coureauleur : petits bateaux qui ne pêchent que dans les coureaux des îles, l’été pour les poissons plats, l’hiver sur les bancs de pétoncle [années 1910-1920]. Le coureau est un passage maritime de faible profondeur séparant une île proche du continent.

31 Côtier : navire effectuant des marées ne dépassant généralement pas 48 h.

32 CV : voir puissance

33 Traceur : traceur de route enregistrant sur papier les coordonnées d’un navire lors de sa navigation. Les données provenaient d’un système de positionnement Decca.

34 Decca navigator : appareillage électronique permettant de déterminer la position du navire.

35 Drague : outil à armature métallique utilisé sur un fond marin qui sert à prendre les animaux y compris ceux qui sont enfouis à faible profondeur par une action de râteau. La coquille Saint-Jacques est pêchée à l’aide de dragues grillagées dont l’ouverture est fixée par le périmètre du cadre de l’armature. Les dragues sont filées et virées au treuil.

36 Dundee : synonyme de ketch. Bateau portant un grand mât et un mât d’artimon. Ses voiles basses sont installées sur des cornes et il a parfois des huniers.

37 Échosondeur ou « sondeur » : appareil électronique qui « lit » les fonds, mesure la profondeur et détecte la présence d’obstacles ou de poissons à la verticale du bateau.

38 Économètre : permet de mesurer et de surveiller la consommation des moteurs diesel à bord.

39 Encan : enchères. La vente à l’encan est la vente aux enchères. Par extension, l’encan signifie le lieu de vente aux enchères du poisson, le marché au poisson.

40 Escarbille : résidu de charbon incomplètement brûlé qui s’échappe du foyer de la machine à vapeur d’un navire.

41 Estambot (gouvernail d’) : fixé à l’arrière d’un navire, ce gouvernail donne un meilleur contrôle sur sa direction et réduit l’espace nécessaire aux manœuvres tournantes.

42 Étrave : pièce ou un ensemble de pièces de charpente de la coque d’un navire permettant l’assemblage de l’avant du bordé.

43 Francisation : acte officiel de l’État français – signé par le ministre des Finances – autorisant un navire à naviguer sous pavillon français. Selon la loi n ° 67-5 du 3 janvier 1967 portant statut des navires et autres bâtiments de mer, « la francisation confère au navire le droit de porter le pavillon de la République française avec les avantages qui s’y rattachent ».

44 Frayère : le lieu où se reproduisent les poissons. Elle se trouve souvent sur les fonds sableux ou sablo-vaseux des rivières, des estuaires, voire des zones marines très profondes.

45 Fune : câble d’acier de 20 à 25 m/m reliant le chalutier aux panneaux divergents du chalut.

46 Gaïac : du nom d’un bois brun verdâtre très dur provenant des Amériques tropicales, utilisé pour le tournage de poulies. Il sert pour les confections d’essieux et de coussinets, en particulier pour les arbres d’hélice de bateaux.

47 Godaille : partie de la pêche laissée par le patron pêcheur à ses marins en plus de leur revenu. Elle est constituée par les poissons, coquillages, crustacés qui ne pourraient pas être normalement, du fait de leur qualité, présentés en criée.

48 Goniomètre : appareil ou capteur servant à mesurer les angles.

Gréements

49 Voile aurique : voile quadrangulaire asymétrique, considérée comme une évolution de la voile carrée, cette dernière étant transfilée sur une vergue hissée sur le mât par son milieu et présentant au vent, suivant le besoin, alternativement l’un de ses 2 côtés.

50 Gréement de ketch : un ketch est un voilier à 2 mâts, dont le grand mât est situé à l’avant et le plus petit, appelé mât d’artimon, est sur l’arrière mais en avant de la mèche de safran. L’intérêt du ketch est la division de la voilure, ce qui permet une plus grande souplesse d’utilisation. Le gréement de ketch ne se trouve que sur des voiliers relativement importants.

51 Gréement au tiers : les voiles au tiers sont rectangulaires et portées par une vergue horizontale. Cette vergue n’est pas articulée au mât en son milieu, mais au tiers de sa longueur, en un point dit « de drisse ». Ce gréement rustique a un excellent rendement.

52 Guindineau : pièce métallique destinée à raidir les extrémités des ailes du chalut.

53 Haut-fond : relief sous-marin où la profondeur de l’eau est faible.

54 Hauturière : pêche au large, loin des côtes.

55 Ichtyologie : branche de la zoologie qui a pour objet l’étude des poissons.

56 Inscrits maritimes : institution de tutelle de la Marine de l’État sur les gens de mer français. Créée par Colbert en 1665, elle fut d’abord un « système des classes », à cause des « classes » ou contingents annuels de marins formés dans chaque localité littorale, qui étaient appelés à servir sur les vaisseaux du roi. Ce système des classes devint l’Inscription maritime à partir de la Révolution française, en 1795. Navigants à la pêche ou au commerce, les « inscrits » (sur les registres de l’administration) doivent effectuer leur service militaire dans la flotte de guerre et bénéficient d’un régime de prévoyance, régulièrement renforcé aux XIXe et XXe siècles. Elle disparaît en 1965 lors de la réforme du service national.

57 Jauge brute : La jauge brute est une des méthodes de mesure du tonnage ou volume intérieur de transport d’un navire. Cette mesure s’exprime en tonneaux de jauge brute (ou tjb), ou en mètres cubes. Un tonneau de jauge brute vaut 100 pieds cubes, soit environ 2,832 m3. Ainsi, un chalutier de 50 tx correspond à une unité de 18 m de long sur 5,5 m de large.

58 Jauge nette : c’est la mesure du volume intérieur utilisable commercialement, déduction faite des espaces occupés pour l’exploitation du navire : logement de l’équipage, machines, chaudière, passerelle, etc.

59 J 3 (Chalutier) : classement des grands chalutiers de plus de 100 tjb après 1945, en référence au classement des personnes dans le système des cartes de rationnement alimentaire pendant l ‘ Occupation (J pour les jeunes). Une autre explication porte sur leur longueur, de 33 à 43 m.

60 Journal de bord : c’est un document privé, paraphé par les Affaires maritimes. Ce paraphe énonce le nombre de pages du journal, pour garantir l’intégralité du document. Il est la propriété des patrons de pêche pour garder le secret sur leurs lieux de pêche.

61 Laisse de basse mer : trace de la plus basse marée.

62 Lisse : élément de structure longitudinale d’un bateau. Cet élément se trouve en contact avec le bordé (ensemble des parties qui constituent la coque d’un bateau et renforce la structure) en liant les couples entre eux.

63 Loch : instrument de navigation qui permet d’estimer la vitesse de déplacement d’un navire sur l’eau, soit sa vitesse relative en surface par rapport à la masse d’eau où il évolue.

64 Longueur : longueur hors tout du navire.

65 Maline : grandes marées qui ont lieu à la nouvelle et à la pleine lune et dont les plus considérables arrivent aux équinoxes.

66 Marée : phénomène qui, par l’influence du soleil et de la lune, fait osciller le niveau de la mer. Temps écoulé entre le départ d’un chalutier pour les lieux de pêche et son retour.

67 Nœud : unité de vitesse utilisée en navigation ; un mille marin (1.852 m) en une heure.

68 Nœud de raban de cul : nœud de rosette qui ferme le cul du chalut et qui, ôté, ouvre le fond du filet et laisse s’écouler le poisson pêché.

69 Padler steamer : navire équipé d’une ou deux roues à aube.

70 Palangre (pêche à) : engin de pêche dormant. Elle se présente sous la forme d’une ralingue d’une longueur définie, sur laquelle on bague des morceaux de cordage se terminant par un hameçon. Elle peut être pélagique ou bien de fond. Il existe aussi la palangre de surface dérivante appelée aussi longligne pour pêcher le thon, le marlin et l’espadon.

71 Part (à la) : système traditionnel de rémunération des marins pêcheurs. L’équipage se partage la recette de la vente du poisson pêché, une fois les frais déduits et selon l’importance de la part de chaque membre de l’équipage calculée en fonction de sa qualification.

72 Pieds : unité de mesure représentant 3,90 m.

73 Pilotin : jeune marin qui étudie et qui fait une marée, sans être rémunéré.

74 Puissance : puissance de l’ensemble de l’appareil propulsif d’un navire en CV (chevaux, norme ISO) ou en kW (kilowatts) avec la correspondance française : 1 CV = 0,736 kW.

75 Radioalignement : les radiophares d’alignement sont constitués par deux paires d’antennes qui émettent sur la même fréquence des signaux de manipulation complémentaire sur un axe bien délimité. Ce dispositif permet à un navire d’être guidé le long d’une route maritime pour l’accès à l’entrée du port.

76 Ralingue : cordage qui relie un filet à un bateau de pêche, pour le haler et le remonter.

77 Radiogoniomètre : permet de déterminer un lieu de position pour le récepteur et par conséquent une position en relevant au moins deux émetteurs.

78 Rémunération au forfait : un salaire de base est fixé entre l’employeur et le salarié, qui assure une rémunération forfaitaire, fixe.

79 Rogue : préparation d’œufs de poisson salés, utilisée comme appât pour pêcher la sardine

80 Senne : technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine eau en l’encerclant à l’aide d’un filet. Ce dernier est monté sur deux ralingues l’une garnie de flotteurs et l’autre d’un lest. Il est manœuvré par deux filins fixés aux extrémités servant au halage et au rabattage des poissons.

81 Sextant : instrument de navigation à réflexion servant à mesurer la distance angulaire entre deux points aussi bien verticalement qu’horizontalement. Il est utilisé pour faire le point hors de vue de terre en relevant la hauteur angulaire d’un astre au-dessus de l’horizon.

82 Slipway : cale en pente douce, plan incliné destiné à mettre à l’eau ou haler à sec les bateaux.

Sociétés

83 Société de capitaux : société commerciale constituée en considération des capitaux apportés par les associés. Les titres de propriété sont des actions librement négociables. Les associés ne sont en général tenus du passif de la société qu’à concurrence de leurs apports.

84 Société anonyme (SA) : société de capitaux dont la dénomination sociale ne révèle pas le nom des actionnaires. Les titres de la société sont au porteur. En cas de faillite, les actionnaires ne sont responsables qu’à concurrence de leur apport.

85 Société en commandite par actions (SCA) : société de capitaux qui distingue commanditaires et commandités. Les commanditaires sont les actionnaires de la société et ne sont responsables des dettes qu’à concurrence de leur participation au capital. Les actions sont nominatives. L’assemblée des commanditaires suit les mêmes règles que dans une société anonyme. Les commandités ont le statut de commerçants et sont nommés par les commanditaires. Ils sont indéfiniment et solidairement responsables des dettes sur leurs biens propres. La société est administrée par un gérant nommé par les commandités avec l’accord des commanditaires, contrôlé par un conseil de surveillance composé de commanditaires.

86 Société de personnes : constituée intuitu personae, en considération de la personne même des associés. La cession des parts est soumise à des conditions qui permettent notamment aux autres associés d’agréer les membres de la société. Les associés sont en général tenus du passif de la société sans limitation de montant, solidairement ou à proportion de leur participation dans le capital social. Ce sont les sociétés en nom collectif et les sociétés en commandite simple.

87 Société en nom collectif (SNC) : formée par contrat sous seing privé entre au moins deux personnes et où chacun des partenaires est solidairement et personnellement responsable des dettes de la société. Cette forme de société extrêmement simple peut être choisie dès lors que deux ou plusieurs personnes physiques souhaitent s’associer. Elle n’a pas de personnalité juridique propre mais doit être inscrite au registre de commerce.

88 Société en commandite simple (SCS) : société de personnes ayant deux catégories d’associés : les commanditaires et les commandités. Les commanditaires fournissent l’essentiel des fonds, mais confient l’administration de la compagnie au (x) commandité(s).

89 Sociétés en participations (SEP) : formée par deux personnes physiques ou morales, au moins, par un contrat et un apport de chacun des associés. Les associés ne sont pas connus des tiers, ni du registre du commerce, ni du public puisque les statuts ne sont pas publiés. Seul le gérant est connu et doit avoir la capacité à être commerçant.

90 Sonar : acronyme de sound navigation and ranging, c’est un appareil utilisant les propriétés particulières de la propagation du son dans l’eau pour détecter les bancs de poissons.

91 Tambours du treuil : dispositif mécanique permettant de commander l’enroulement et le déroulement d’un câble ou de tout autre type de filin destiné à tracter un chalut.

92 Tonnage : capacité (volume) globale du navire exprimée en tonneaux de jauge brute ou nette

93 Traict ou trait : période pendant laquelle le navire traîne le chalut.

94 Trigle : l’un des noms donnés aux triglidae, famille de poissons vivant sur les fonds marins. Ils vivent surtout sur du sable ou du sol meuble, jusqu’à 300 m de profondeur. Les noms vernaculaires les plus couramment sont : trigles, grondins, rougets, malarmats.

95 Vaigrage : sorte de double paroi intérieure aux navires, emplie de liège pour la cale comme pour la salle des machines, ce qui permet une isolation thermique.

96 Voilier non ponté : bateau creux, n’ayant pas de pont pour protéger son intérieur.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540