Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pêche industrielle de La Rochelle

 | 
Henri Moulinier

Postface

Gérard Le Bouëdec

Texte intégral

  • 1 Le Bouëdec G., Le Brigand D., Lorient-Keroman, Du port de pêche à la cité du poisson, Rennes, Mari (...)

1Ayant achevé un ouvrage sur le port de pêche de Kéroman de Lorient des origines à 20141, c’est avec un très grand intérêt que j’ai lu la thèse présentée par Henri Moulinier consacrée à la trajectoire de la pêche industrielle rochelaise de 1871 à 1994 qui est à l’origine de ce livre. Nous partageons le même sentiment sur la discrimination chronologique et thématique qui frappe l’étude des pêches. Les pêches industrielles du XXe siècle, avant tout étudiées par les géographes, restent encore un chantier ouvert. Mais cela change et Henri Moulinier apporte une contribution décisive qui ouvre des perspectives pour des études comparatives au niveau national ou international en ayant adopté le parti pris de la reconstitution de la trajectoire rochelaise sur la longue durée. C’est avec le souci d’une lecture comparée entre La Rochelle et Lorient que l’auteur de ces lignes s’est attaché à mettre en valeur les apports de ce livre d’Henri Moulinier

2Les années 1871-1904 sont une période de sensibilisation à l’innovation du chalutage à vapeur et de constitution d’un pôle halieutique à la Rochelle. En effet La Rochelle, après Arcachon se révèle un port pionnier dans l’aventure du chalutage à vapeur qui n’est en fait qu’une simple motorisation dans un premier temps. Si l’initiative d’Henri Craggs s’achève en 1874, en réalité l’expérience se poursuit jusqu’en 1898 ailleurs et à La Rochelle avec Bouteleux. Le pôle halieutique, qui contribue à partir de 1890 au redressement d’une ville-port dont le XIXe siècle fut parfois difficile, en conjuguant pêche au thon et pêche à la morue avec sècheries et armements, devient un pôle attractif de la côte atlantique.

3À partir de 1904, la Rochelle, plus précocement que Lorient, entre dans une phase de croissance des prises et de démarrage vigoureux du chalutage à vapeur. À la veille de la guerre avec 2000 emplois la pêche fait vivre un quart de la population rochelaise. Au cœur de la grande zone poissonneuse du Golfe de Gascogne, La Rochelle profite du déplacement du port de commerce à La Pallice qui libère autour du bassin extérieur du port de la Rochelle un espace que la pêche va s’approprier. Son marché de gros très attractif se mesure à la présence de flottilles extérieures notamment bretonnes.

4Le développement, largement d’origine exogène, s’appuie sur deux piliers. D’abord, la constitution de quelques armements qui vont dans la durée constituer le socle de l’armement à la pêche fraîche industrielle. La moitié de la flotte appartient à Oscar Dahl, un marin au commerce norvégien qui connaît les circuits du charbon anglais et qui fait « un mariage banquier » bien opportun et qui devient pendant un demi-siècle l’un des gros armateurs rochelais et à Jacques Castaing, le seul qui a « vraiment de l’eau de mer dans le sang », ancien patron de chalutier à Arcachon et qui lui aussi a un parcours de réussite avec en plus un cursus honorum politique et professionnel remarquable. L’ARPV (Association rochelaise de pêche à vapeur) voit s’affirmer un notaire (Maubaillac) et un diplômé de HEC (Véron). Les SAPAO (Société anonyme des pêches et d’armement de l’Ouest) et la PARO (Société des pêcheries et armements de Rochelle Océan), même si cette dernière société est dirigée par un ancien officier de Marine, semblent avant tout, comme le dit Henri Moulinier, des initiatives parisiennes d’hommes d’affaires qui ont flairé un nouveau gisement de profit. D’ailleurs les formes de société en SARL ou SA l’expriment assez clairement. Ensuite, qu’aurait été l’armement à la pêche rochelaise sans les équipages de marins bretons ? Le Lorientais connaît cette attraction des marins bretons pour La Rochelle et notamment des Étellois jusqu’aux années 1965, mais il est impressionné par le nombre, le poids, entre les 80 (avant 1914) et 60 % des équipages, et surtout par l’origine. En effet, les Groisillons sont des adeptes de la drague d’hiver puis de la pêche au thon l’été depuis la Rochelle, mais c’est plus surprenant de la part des marins du quartier de Vannes et même Auray. Il est évident qu’il y a là un sujet sur la diaspora bretonne et son ressort que l’on pourrait creuser. En effet 3 000 bretons, y compris les familles, fin XIXe siècle, 77 % des équipages de près de 1 000 marins de la flotte des chalutiers avant 1914 dont une majorité de Vannes (36 %) et d’Auray (21,7 %) concentrée dans « la ville bretonne aux quatre quartiers de Saint-Nicolas, Saint Jean, Saint-Sauveur et La Ville-en-Bois », voilà une information. En effet Vannes et Auray étaient des ports de cabotage et il est traditionnel de dire que les marins au commerce méprisaient la pêche et cherchaient d’autres armements au commerce au long cours comme à Nantes et au Havre ? En revanche Étel, le Bono, Groix sont aussi les ports d’origine des patrons de pêche de la flotte chalutière lorientaise.

5Les années 1920-1930 sont une décennie d’essor spectaculaire du chalutage à vapeur, décalé par rapport à celui des pays septentrionaux qui ont démarré plus précocement et qui sont touchés par une certaine stagnation. Mais partie de relativement plus haut, il faut relativiser la croissance rochelaise. La Rochelle présente un profil original : la dichotomie du système de vente des pêches industrielles et artisanales, les difficultés du mareyage pour s’imposer, un armement à la pêche qui avec 12 % de rendement net écrase le monde de la pêche artisanale et attire les investisseurs, la forte concentration verticale des armements qui contrôlent toute la filière de la mer au quai et du quai à la table et qui par l’innovation dans le chalut et la conservation par le froid cherchent à acquérir une plus grande compétitivité. Mais la communauté portuaire et le port ne sont pas visibles tout comme ses acteurs à quais et qui me fait dire que la pêche rochelaise est un secteur d’armement qui s’apparente plutôt à l’armement au commerce. On ne peut pas dans ces conditions être surpris du refus du projet d’un véritable port de pêche à l’exemple de Kéroman à Lorient dans le marais de Vaugoin financé par le plan de l’État des 200 millions, refus qui vient des armateurs et qui contraint la chambre de commerce à faire des aménagements pour permettre aux gros armements d’avoir les équipements qui leur conviennent. C’est une erreur à long terme.

6Finalement La Rochelle est précoce dans le développement de la pêche industrielle, mais le port de la Rochelle est toujours aussi touché plus précocement que les autres ports de pêche par le ralentissement ou la crise. Deux cas montrent la fragilité de l’armement dans l’entre-deux-guerres, celui de la PARO, mais qui relève d’une faillite personnelle, mais surtout la lente agonie de l’armement Véron jusqu’en 1939 qui est plus révélatrice. La crise du chalutage rochelais présente certes dès 1929, alors qu’ailleurs il faut attendre 1931, n’est guère différente de ce que l’on observe dans les autres ports industriels avec une chute des apports, une diminution des armements consécutive à des faillites avec des causes assez identiques. Mais la reprise dans les trois dernières années 1936-1939 n’est guère visible. C’est le niveau de la production et son rythme de développement pendant l’entre-deux guerres qui témoignent déjà d’un plafond de 25 000 tonnes en 1924 et jamais dépassé ensuite, loin des plus de 30 000 tonnes atteintes à Lorient après la reprise en 1936 et qu’on ne voit pas à La Rochelle. Dans la compétition qu’Henri Moulinier souligne à plusieurs reprises entre La Rochelle et Lorient, le décrochage a lieu à ce moment.

7L’essor des années 1945-1965 s’appuie d’une part sur la reconstruction d’une flotte moderne comme dans les autres ports, avec l’aide de l’État et le comptoir de la reconstruction, qui permet avec une flotte en acier et diesel et les filets pélagiques de retrouver des apports supérieurs à 23 000 en 1963. Les chalutiers de la Rochelle peuvent puiser comme ceux de Lorient dans les eaux du golfe de Gascogne dont les stocks se sont reconstitués pendant la guerre pour retrouver le roi Merlu. L’essor de la flotte s’accompagne d’une part d’une continuité relative des anciennes entreprises d’armement (Menu-Fournier, Castaing, Dahl) mais aussi de l’apparition de nouvelles, sérieuses comme celles d’Horassius, plus éphémères car construites sur du sable ou de la malversation comme celle de Robert Frédéric dont la flotte est reprise par la CAPA de Aubert-Jan à Concarneau. Il est intéressant de faire un parallèle entre l’armement spéculatif éphémère de Robert Frédéric et ses 12 chalutiers de la série des régions françaises entre 1962 et 1978 et l’armement DLR (Dudeffant-l’Hostelier et Rouello) à Lorient entre 1960 et 1968 qui construit une série de Bretagne avec accolé le nom des autres régions, dont le premier pêche-arrière Le Paris-Bretagne, et qui fut emporté par une faillite retentissante. Aucun n’avait de l’eau salée dans les veines. La tradition rochelaise se perpétue, la pêche industrielle est toujours considérée comme un placement, ce qui est confirmé par la persistance des formes quirataires et SARL des sociétés d’armement. Le caractère exogène et spéculatif de l’armement est beaucoup plus marqué à La Rochelle qu’à Lorient. La crise est précoce et durable car les Rochelais restent dans le golfe de Gascogne dont on sait, dès 1963, que les ressources s’épuisent. Certes les pêcheurs montent un peu vers l’Irlande ou descendent vers la Mauritanie, mais les gisements qui vont permettre de repousser de plus de vingt-cinq ans le Krach sont ailleurs, mais exigeaient un saut technologique et financier et une restructuration de la filière portuaire que l’on ne voit pas ici. Les années de déclin rapide jusqu’à l’arrêt en 1994 montrent que les problèmes ne sont pas spécifiques, mais que n’ayant pas négocié le tournant de 1963-1965, le déclin était inexorable. Le paradoxe est que le port moderne financé par l’État, mais refusé après la Première guerre mondiale en pleine phase de croissance, devient d’actualité en 1988, comme s’il suffisait d’un port à Chef-de-Baie pour sauver un secteur dont on espère qu’il pourrait se stabiliser à 10 000 tonnes. Or au bout d’un an de fonctionnement c’est l’abîme en 1995.

8Mais c’est dans la confrontation des deux trajectoires que réside la valeur ajoutée de ce livre d’Henri Moulinier.

9Faute d’avoir fait le choix d’une société concessionnaire assurant les services communs, on voit moins nettement à la Rochelle le port avec ses acteurs à quais comme les dockers et dans les ateliers de mareyage, les entreprises de transports, le fonctionnement de la vente artisanale et celle des mareyages particuliers des gros armements, Le marché du poisson n’est unifié que tardivement en 1956. Or La Rochelle avait la réputation d’offrir des prix intéressants et donc attractifs. Il aurait fallu entre le refus des années 1920 et l’ouverture du nouveau port en 1994 s’interroger sur l’impact de l’absence d’une société de gestion collective du port de pêche. Le paradoxe est que dès 1934-1935, la communauté portuaire de Lorient-Keroman, en conflit avec la société concessionnaire, la Société du Port de Pêche de Lorient, vantait la faiblesse des taxes de La Rochelle. Ce que les Lorientais retenaient avant tout, en passant sous silence la forme de gestion du port à La Rochelle, c’est bien évidemment la faiblesse des taxes de fonctionnement.

10Les crises sardinières et l’effondrement du cabotage en Bretagne sontils à l’origine d’une migration des gens de mer sur les navires rochelais ? Il serait intéressant de reconstituer le processus de la formation de ce réservoir de gens de mer. Est-ce à dire que le développement du chalutage à vapeur rochelais n’est pas une alternative à la crise des pêches côtières ? À l’exception très limitée de D’Orbigny, comment peut-on expliquer l’absence des armateurs charbonniers dans l’armement au chalutage à vapeur si décisive à Lorient ? La syndicalisation précoce à la CGT des marin-pêcheurs comme dans la marine marchande s’explique-t-elle par l’importance du port de commerce de La Pallice. Pourtant Henri Moulinier indique que si le monde des dockers est très présent au port de La Pallice, il n’en allait pas de même au port de pêche où les déchargements des chalutiers était assuré par les équipages. À Lorient la syndicalisation est plus tardive, dans les années 1970, les gens de mer sont à la CFDT et les dockers à la CGT.

11Pendant la période 1945-1965, les plus hauts chiffres d’apports restent dans une fourchette 20 000 à 25 000 tonnes observée de 1920 à 1965, confortant l’idée d’un plafonnement. Le retour à la criée de Lorient en 1963-1964 des pêcheurs Étellois dont les apports dépassaient les 20 000 tonnes et qui notamment vendaient une partie de leurs captures à La Rochelle – dont ils disent avoir été chassés – n’ont semble-il pas pesé sur les résultats de la criée de La Rochelle et donc sur les difficultés du port dans les années 1963-1965 ! En fait La Rochelle n’est plus qu’un port de second rang. Lorient est à 38 000 tonnes en 1953, 57 000 en 1963 et 75 000 tonnes en 1973.

12En fait tout se joue dans les années 1963-1965 où effectivement les ressources du golfe s’épuisent et les apports de merlus diminuent partout. Les Lorientais vont aller pêcher en Nord-écosse, Féroé, Shetland, canal Saint-Georges avec la mise au point d’une flotte de pêche-arrière. Le premier est lancé en 1962, le premier opérationnel est de 1966 et les armements, qui rétribuent leurs équipages au minimum garanti, semblent gagnés par une frénésie de commandes en 1972-1975, où 20 commandes sont passées dans les chantiers polonais et belges et leur taille est de 52 à 58 m. Bien évidemment cette innovation du système de pêche va poser de nombreux problèmes à la communauté portuaire. La Rochelle n’a qu’un maximum de six pêche-arrière et leur taille n’est que 38 mètres ce qui en fait des chalutiers de la pêche semi-industrielle, du type de ceux qu’armaient notamment les Étellois, pouvant atteindre au mieux la mer d’Irlande. La trajectoire rochelaise s’interrompt plus vite car il manque cette phase de la pêche des espèces communes comme le lieu noir et de grands fonds comme la lingue, le sabre et le grenadier, avec les bases avancées en Nord-Écosse (Lochinver) ou au Pays de galles (Mildfordhaven) qui ont permis à Lorient de se développer jusqu’au Krach de 1992-1994 finalement surmonté. La Scapêche, l’armement du groupe Intermarché et premier armement français est le pilier du port aujourd’hui qui passe encore 26 000 tonnes en criée (2e port en tonnage, 1er en valeur) même si les trois quarts parviennent à Kéroman en camion. Pourquoi les armements rochelais n’ont-ils pas pu accéder à cette nouvelle étape de la pêche industrielle, c’est une question essentielle dans l’étude comparative de la trajectoire des grands ports de pêche français qui est aujourd’hui un nouvel enjeu pour la recherche sur les pêches contemporaines.

Notes

1 Le Bouëdec G., Le Brigand D., Lorient-Keroman, Du port de pêche à la cité du poisson, Rennes, Marines Éditions, 2014, 167 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540