Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pêche industrielle de La Rochelle

 | 
Henri Moulinier

Conclusion

Texte intégral

1L’activité commerciale constituait au XIXe siècle le véritable enjeu des autorités locales. La mise en service du bassin à flot à La Pallice en 1891 en est l’expression. Cependant dès 1871 s’ouvre une ère inédite, celle des grands chalutiers appartenant à des armements industriels. Après une première expérience infructueuse de l’Anglais Craggs, l’implantation durable du chalutage à partir du début du XXe siècle fait du port le premier de la côte atlantique dans les années 1920. Contrairement à la pêche lorientaise portée par des industriels locaux, ce développement rochelais présente un caractère exogène marqué. Ce sont des non-Rochelais qui arment la majorité des chalutiers, tels le Norvégien O. Dahl et l’Arcachonnais F.-J. Castaing. Les capitaux viennent de tout le pays. Les marins pêcheurs sont très majoritairement d’origine bretonne.

2Mais ce développement exogène s’implante dans un port réunissant des conditions favorables. Bien protégé au fond d’une baie et facilement accessible aux heures de marée, le vieux port libère son bassin extérieur pour les chalutiers avec la mise en service du nouveau port commercial de La Pallice. Le marché au poisson s’agrandit, passant de la rue Bletterie à l’ancien couvent des Carmes ; des pêcheries pour les grands armements sont construites par la chambre de commerce dans les années 1920. Une nouvelle halle moderne est réalisée le long du quai Est du bassin extérieur dans les années 1950. L’arrivée du chemin de fer en 1857, reliant directement le port au réseau national, permet de livrer rapidement le poisson frais sur un large marché national et international, donnant un avantage vis-à-vis de ses concurrents directs, Arcachon et Lorient. Le chalut anglais Ottertrawl, les navires métalliques plus grands à propulsion à vapeur, la conservation du poisson par le froid à bord favorisent la création durable d’armements locaux entre 1904 et 1920. Quatre grands armements aux activités fortement intégrées prennent leur essor après 1920, attirant capitaux et marins par leur forte rentabilité.

3Cependant, les années 1930 sont celles d’une crise de la flottille hauturière rochelaise demeurée essentiellement à vapeur, faute comme à Lorient d’une stratégie à plus long terme de modernisation, parce qu’elle est tournée vers la recherche d’une rentabilité à court terme. La période d’après 1945 est marquée par le renouveau de la flotte rochelaise et sa modernisation, la création de nouveaux armements. La Rochelle redevient le quatrième port de pêche de France en 1964, mais ne retrouve pas sa place de second. Un plafonnement de ses apports se fait sentir, alors que Lorient dépasse largement La Rochelle et poursuit sa progression jusqu’en 1974. Dès 1966-1967, le port est frappé par une crise liée à la mise en cause des avantages fiscaux des sociétés quirataires et à la baisse des rendements des chalutiers confrontés à la surpêche dans le golfe. Cette crise se transforme en arrêt brutal de toute construction nouvelle ou en cours, provoquant le déclin rapide de la flotte industrielle. Un cycle s’achève en 1994, alors que le nouveau port de pêche de Chef-de-Baie s’élance soixante-dix ans après l’échec du premier projet.

4La Rochelle, comme Boulogne et Lorient, porte un développement d’entreprises de type capitaliste en séparant la fonction de propriété du capital et de gestion de l’armement d’une part et celle de travail à bord des navires d’autre part. Mais à côté des premiers grands armements industriels, la pêche industrielle aunisienne connaît une évolution de sa structure économique originale après la Deuxième Guerre mondiale, avec la création de SARL et surtout de nombreuses sociétés quirataires, favorisant une pêche spéculative, attirant des capitaux à la recherche d’une profitabilité élevée et à court terme jusqu’en 1965. Les progrès des techniques de navigation, de repérage et de chalutage permettent à ces armements de retrouver les apports des années 1920, plafonnant entre 20 000 et 25 000 t et d’alimenter un marché rochelais reconnu pour la qualité de ses poissons nobles à chair blanche, tels le merlu et le merluchon, mais aussi la sole, la raie ou la baudroie.

5La vapeur du début du XXe siècle laisse place à la motorisation au diesel. Le chalut Vigneron-Dahl, mis au point à La Rochelle, remplace l’ottertrawl. Une véritable révolution technique marque la pêche. Elle s’étend aux moyens de communication avec la TSF, aux moyens de navigation et de détection des fonds et plus encore à la question du froid à bord des bateaux pour maintenir la fraîcheur de la pêche et à terre pour le traiter. Elle s’étend aussi aux moyens de transport vers les zones d’achalandage, avec les camions et surtout les wagons de chemin de fer. Ce développement ferroviaire utilisant la conservation par le froid du poisson frais est un élément décisif de l’extension du marché.

6Tout confirme, par ailleurs, la place déterminante des marins bretons, victimes des crises de la sardine sur les côtes de leur région et du déclin du cabotage à voile concurrencé par le chemin de fer et les steamers. Ces Bretons, qui constituent plus de 70 % des marins qui s’embarquent sur les grands chalutiers industriels au début du XXe siècle, viennent redonner vie à plusieurs quartiers autour du port, y faire souche, conservant une culture régionale forte qui marque la ville avant et après la Deuxième Guerre mondiale, constituant jusqu’à 30 % de la population de la cité. Réputés pour leur savoir-faire maritime, leur bravoure, ils connaissent une intégration sociale difficile que leurs séjours prolongés en mer coupent de la vie locale, laissant à leurs femmes le soin de s’occuper de tout. Ces racines bretonnes poussent nombre d’entre eux à retourner au pays ou à rejoindre Boulogne lorsque se développe la crise des armements industriels rochelais après 1965.

7Aux accidents, aux maladies, s’ajoutent les drames de la mer, la douleur des familles et des populations locales. Des solidarités se développent, des organismes se créent tant sur le plan matériel que moral. Le syndicalisme marque la vie des marins et du port. Le syndicat CGT des marins, le seul organisé localement, dispose d’une forte représentativité et les revendications, les discussions avec les armateurs et leur syndicat, parfois la grève, apportent des améliorations réelles. Pour autant, les Rochelais conservent majoritairement leur rémunération à la part à la différence d’autres ports, permettant aux marins pêcheurs d’obtenir des gains importants dans les périodes d’expansion.

8Le plan Mellick de 1981 qui vise à moderniser la flotte de pêche par le remplacement des unités existantes, les premières mesures d’une politique européenne commune des pêches à partir de 1971 qui limitent les prises pour tenter de préserver les fonds de pêche appauvris dangereusement, ne donnent pas de perspective de relance. La concurrence entre flottes de différentes nationalités, en particulier la rivalité des Français et des Espagnols dans le golfe, concourt, jusqu’à l’entrée de l’Espagne et du Portugal dans la CEE, à la surpêche et à l’échec des mesures de cantonnement des frayères qui ne virent le jour qu’en 1970. Dans le domaine des maillages aussi, les mesures de contrôle manquent d’efficacité. Il en résulte un appauvrissement inquiétant des fonds de pêche du golfe, nuisant aux chalutiers rochelais accrochés à leurs lieux traditionnels de pêche.

9La hiérarchie des ports de l’Atlantique change. Arcachon, berceau du chalutage à vapeur, ne disposant pas d’un véritable port ni d’un marché public du poisson, relié à l’océan par une passe dangereuse, décline. La Rochelle, par son site portuaire aménagé et protégé et par les prix attractifs de sa criée publique, détrône le bassin d’Arcachon, devient le premier port de la côte atlantique dans les années 1920, alors que Lorient n’est encore qu’un petit port. Mais ce port breton allait disposer d’atouts majeurs : la proximité des lieux de pêche riches en poisson de la Grande Sole et la construction dans les années 1920 d’un port moderne en eau profonde. Il devient le premier port de la côte atlantique à la fin des années 1930.

10Alors que Lorient ne connaît ses premières difficultés qu’en 1974 et dispose encore en 1978 d’une flotte industrielle forte de trente-quatre unités, le déclin rochelais, précoce, est irrémédiable. La flotte britannique, quant à elle, est confrontée à la crise depuis 1974, début d’un déclin rapide dans les grands ports du pays. En Espagne, les ports basques connaissent une crise plus tardive. Pasajes voyait sa flottille diminuer de moitié entre 1990 et 2000. Celle d’Ondarroa résiste mieux. Cependant, partout se fait sentir l’appauvrissement des fonds de pêche et la non-viabilité d’un type de pêche productiviste, ravageant à grande échelle les ressources halieutiques. C’est donc une condamnation de ce type d’activité et non de la pêche en soi. La pêche artisanale moins dévoreuse de poissons survit à La Rochelle dans les années 1980-1990. La question écologique a constitué et constitue toujours un enjeu central pour la pêche en Europe et dans le monde.

11En 2010, La Rochelle n’est plus que la vingt-deuxième criée de France, avec un tonnage débarqué de moins de 2 500 t, dix fois moins qu’en 1964, la plaçant juste devant Arcachon avec 1 830 t, alors que le petit port de pêche artisanal de La Cotinière sur l’île d’Oléron voisine dépasse les 5 000 t et se classe quinzième port national. Lorient est toujours le deuxième derrière Boulogne avec plus de 26 000 t. La Rochelle et l’équipe du syndicat mixte du port de Chef-de-Baie se battent pour préserver et développer la pêche.

12Quel rôle joue le développement du tourisme portuaire dans les années 1970-1980 comme facteur contrariant l’activité des pêcheurs et sa localisation ? Le débat autour du transfert du port de pêche rochelais du centre-ville vers le site de Chef-de-Baie fait apparaître des enjeux de libération de sites portuaires pour accueillir des navires de plaisance et réaliser des infrastructures portuaires et économiques adaptées à ce nouveau type d’activité. L’activité halieutique, devenue marginale dans ce qui fut le premier port de l’Atlantique, est mise à l’écart à Chef-de-Baie. Le tourisme, la plaisance, l’université deviennent la nouvelle image de la ville sous l’ère de Michel Crépeau, qui restera l’un des grands maires de l’histoire de la capitale de l’Aunis. Le musée maritime de la Ville de La Rochelle, fort de sa muséographie renouvelée, de sa flotte à quai, de son site internet riche en témoignages, en études, retrace cette longue histoire d’une cité ouverte l’avenir vers l’avenir et le large.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540