Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pêche industrielle de La Rochelle

 | 
Henri Moulinier

Chapitre IV. L’essor contrarié : de la crise à l’Occupation (1932-1945)

Texte intégral

  • 1 Vauclare C., « Naissance d’une industrie », M. Mollat, Histoire des pêches maritimes françaises, o (...)
  • 2 Lenhof J.-L., Les hommes en mer, De Trafalgar au Vendée Globe, op. cit., p. 525.

1Après une période d’essor des pêches maritimes, particulièrement de la pêche industrielle, tout au long des années 1920, celles-ci n’échappent pas à la crise économique des années 1930. Cependant des causes maritimes spécifiques touchent aussi cette activité, en particulier le dépeuplement des fonds de pêche du golfe. « Les pêches maritimes, industrielles ou familiales, n’échappèrent pas à la crise économique des années 1930. Tout comme l’agriculture, ce secteur avait auparavant connu des crises dues jusqu’alors à la raréfaction du poisson. En revanche pendant la décennie antérieure à la Seconde Guerre mondiale, l’effondrement des cours, la mévente, coïncidant avec le dépeuplement halieutique des fonds du golfe de Gascogne et à la hausse des frais d’armement, firent entrer l’industrie des pêches maritimes dans une phase de marasme qui dura plus de dix ans1. » Certes, la grande crise économique de cette décennie 1930 n’a pas ralenti l’essor global des pêcheries. Le poisson est et demeure une source de protéines animales de moins en moins coûteuse, au fur et à mesure que les techniques de capture gagnent en efficacité2. Mais la crise économique globale et la raréfaction du poisson provoquent une phase prolongée d’anémie de la pêche. La Rochelle n’échappe pas à cette double dimension des difficultés et connaît une grave crise de sa flottille de chalutiers à vapeurs.

2En outre, la Guerre d’Espagne et surtout la Seconde Guerre mondiale entraînent une rupture majeure de l’activité des armements. Ce contexte troublé se traduit aussi par une collaboration économique d’armateurs rochelais, pendant que d’autres, armateurs et marins, s’impliquent dans la Résistance.

Le marasme des pêches

  • 3 Ibid., p. 279, Statistiques des pêches maritimes.

3Le nombre de marins pêcheurs embarqués diminue assez régulièrement en France depuis 1928, passant de 85 721 à 71 341, soit une baisse de près de 15 %, surtout marquée en 1938 avec une chute de 7,4 % en cette seule année. Le nombre total de bateaux de pêche reste toutefois assez stable entre 1927 et 1936, oscillant autour de 24 000 unités. L’année 1938 marque une baisse plus forte de près de 6 % en un an. Plus sensible est la chute du produit de la pêche en valeur. Celle-ci passe de 1 233 milliards de F en 1930 à 761 milliards en 1935, soit une réduction de 38,3 %. Cependant, à partir de 1936, cette valeur globale du produit remonte fortement, dépassant, en 1938, le chiffre de 19303.

  • 4 « Le chalutier rochelais La Coubre ramène à La Pallice 27 fugitifs et 10 marins du chalutier Ramon(...)
  • 5 Musée maritime de La Rochelle, Fonds Y. Joncour, Le Yacht no 2840, 23 août 1937, p. 483.
  • 6 Joncour Y, Grignon M., Drames de mer 1939-1945 en Charente-Maritime, p. 11.
  • 7 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1936 et 1938.

4Certes, le perfectionnement des techniques de pêche favorise cette reprise grâce à une meilleure détection des bancs de poisson, avec l’utilisation de l’appareil de sondage par le son et d’autres outils, et en élargissant les zones de pêche. Mais surtout, les chalutiers espagnols laissent le champ libre aux Français dans cette période de la Guerre d’Espagne qui ensanglante ce pays entre juillet 1936 et fin mars 1939. La pêche espagnole s’effondre dans le golfe. Très nombreux sont les républicains espagnols obligés de fuir vers la France, le sud-ouest et La Rochelle, notamment par la mer sur des bateaux de pêche, devant l’avancée des troupes franquistes. Ainsi, le 24 juillet 1937, le chalutier français La Coubre des Pêcheries de l’Atlantique de La Rochelle rentre au port de La Rochelle-Pallice, avec à son bord 37 Espagnols, dont 27 républicains proscrits et 10 marins4. En août 1937, le gouvernement basque républicain fait demander à l’État français la permission de pêcher dans les eaux territoriales françaises du golfe et de débarquer leurs prises à La Rochelle ou Arcachon. Après enquête et vu notamment la crise qui sévit dans l’industrie de la pêche, le sous-secrétaire d’État à la Marine Marchande fait demander aux ministres des Affaires étrangères d’opposer courtoisement à cette requête une fin de non-recevoir5. En 1937, les franquistes l’emportent au nord par la prise de Bilbao et Santander en septembre, de Gijon dans les Asturies en octobre. Plus de 75 chalutiers et petits bâtiments espagnols se réfugient sur le littoral charentais, à La Rochelle, Saint-Martin de Ré, Marans, Rochefort (32 bateaux) et Marennes. D’autres sont dirigés vers les Sables-d’Olonne. Les pêcheurs espagnols réfugiés en France désirent reprendre leur métier afin de se procurer des ressources. Les pêcheurs et les armateurs rochelais n’y sont pas favorables. Le ministre de la Marine Marchande ne se décide qu’en avril 1938 à des conditions telles que cela équivaut à un refus6. L’évolution du nombre de bateaux de pêche français met en évidence une tendance profonde, plus qu’une crise conjoncturelle de la pêche. Le nombre de chalutiers à vapeur se réduit régulièrement depuis 1930, passant de 574 à cette date à 325 en 1938, soit une chute de 43,4 % en huit ans. Dans le même temps, les navires à moteur diesel voient leur nombre progresser régulièrement et très fortement, passant de 3 570 unités en 1926 à 11 256 en 1938, soit une progression de 215 %. Le moteur diesel, plus économique et prenant moins de place utile dans les cales des navires, supplante la vapeur. Les voiliers voient leur nombre diminuer de 27,2 % entre 1926 et 1938, mais leur nombre demeure élevé avec plus de 14 000 embarcations en 19387. Les marins pêcheurs à la voile poursuivent leur résistance, grâce à l’économie du carburant, au maintien des avantages liés à leur statut d’inscrit maritime : monopole de la pêche côtière sur l’étendue du domaine de l’Inscription Maritime, l’exonération de la patente et de tous impôts même en cas de vente de leur poisson.

5En définitive, il s’agit d’une mutation structurelle des types de navire plus que d’une crise globale de la pêche. Si crise il y a, c’est celle des chalutiers à vapeur confrontés au coût du charbon nécessaire à leur navigation et qui prennent de plein fouet la forte hausse du prix des importations de ce pondéreux à partir de 1936, à cause des dévaluations successives du franc, renforçant leur déclin, La Rochelle est plus particulièrement touché.

La précocité de la crise des armements industriels rochelais

  • 8 Bonnet É., Mille ans à Bouhet, op. cit.
  • 9 Musée maritime La Rochelle, Fonds privé Y. Joncour, op. cit., Notes personnelles.

6Les difficultés rochelaises se font sentir dès 1925-1926. La PARO ne survit pas longtemps à l’endettement pour jeu de son armateur-fondateur, C. de Peyrecave. Joueur acharné, il se ruine beaucoup dans les casinos des côtes de la Manche. Pour couvrir ses dettes, il émet pour 150 000 F de chèques sans provision. Il s’enfuit vers 1928 au Canada. La PARO est mise en faillite. Les tribunaux de Boulogne et de Montreuil condamnent l’armateur en son absence8. Les chalutiers de la société sont vendus : c’est le cas du Marie-Jacqueline (Norvège, mars 1935), des Marie-Evelyne et Marie-Roselyne (Espagne, 10 novembre 1936), Marie-Mad (Arcachon, décembre 1937). Le Marie-Thérèse et le Marie-Gilberte demeurent rochelais et sont vendus à l’ARPV, le 12 octobre 1938. Le Marie-Yvette est coulé par abordage en 1940. D’autres sont démolis, tel le Marie-Caroline (février 1932)9.

  • 10 Fonds privé Véron F., Registre des assemblées générales de la Société H. Véron.

7La Société H. Véron est confrontée à ses premières difficultés de gestion dès le milieu des années 192010. Lors de son assemblée générale du 25 août 1926, H. Véron, gérant, « fait remarquer que même avec les mauvaises pêches des chalutiers […], notre société aurait obtenu l’exercice sans perte si des facteurs résultant de la politique gouvernementale n’avaient fortement grevé le chapitre impôts, charbon, matériel de pêche ». Il fait référence à l’attitude prise par les pouvoirs publics au cours de la grève des équipages, terminée le 18 août 1926 par un compromis portant la signature du préfet et du maire de La Rochelle, attitude « nettement hostile à l’armement » qui s’est vu contraint d’accorder des augmentations de salaires qui grèvent lourdement les comptes. Le vote de la loi du 4 décembre 1925, rappelant 5 % d’impôts sur les bénéfices commerciaux de l’année, coûte plus de 40 000 F. Enfin, la hausse continuelle du change de devises étrangères, qui a fait passer la livre sterling de 90 F en juillet 1925 à 180 F et plus en juillet 1926, implique un doublement du prix des charbons importés de la Ruhr, pendant la grève des mineurs britanniques. Le compte d’exploitation de la société, au 30 juin 1926, ne fait apparaître pour ses quatre chalutiers, l’Aunis, le Poitou, l’Ile-de-France et le Verdunois, aucun versement de dividende aux sociétaires, un petit bénéfice pour l’Aunis, et des pertes pour les trois autres chalutiers. L’Aunis voit ses frais augmenter en 1925-1926, par rapport au compte de 1924-1925 :

  • gages d’équipage : 161 935, 75 F contre 144 747, 45 F (+ 11,8 %)
  • charbon : 266 318,13 F contre 264 580,40 F (+ 10 %)
  • matériel de pêche : 81 693, 60 F contre 66 107,10 F (+ 23,5 %).

8Mais ce qui pèse le plus sur ce compte de résultat, c’est la baisse très sensible des apports de poisson, donc des produits de la pêche qui passent de 823 478, 60 F à 641 759,75 F, soit - 22 %. C’est le cas pour les produits de ses trois autres chalutiers :

  • Poitou : - 23,4 %
  • Ile-de-France. : - 21, 2 %
  • Verdunois : - 17, 3 %
  • 11 AD 17, 106 J, Fonds privé J.-C. Menu, Rapport du Conseil de surveillance pour le 2e semestre 1926.

9En 1926, l’ARPV, l’association d’armateurs dont fait partie la société, se trouve confrontée à un autre problème majeur à l’époque pour un armement exploitant essentiellement des chalutiers à vapeur, celui de la fourniture du charbon pour les alimenter. La grève des mineurs anglais engagée depuis mai 1926 la prive de toute importation du charbon. Cela se traduit par une hausse du prix du combustible en France et des difficultés pour en obtenir en Ruhr allemande. La flotte est immobilisée quelques jours fin octobre 1926. La reprise de la pêche se fait avec des charbons de Sarre et Moselle « au prix formidable de 400 F la tonne ». Le prix du charbon est douze fois plus élevé qu’avant guerre, alors que celui du poisson n’a augmenté que de sept à huit fois11.

  • 12 Savés J., « 28 avril 1925, Churchill surévalue la livre sterling », Herodote. net, 20 novembre 201 (...)

10Dans ces conditions, les armements connaissent des difficultés de gestion. Ainsi la Société H. Véron, dans son compte d’exploitation au 30 juin 1927, laisse apparaître des pertes pour trois de ses quatre chalutiers, malgré une hausse des produits des pêches pour les quatre : - 14 855,60 F pour l’Aunis, — 34 746,24 F pour le Poitou, — 167 268, 01 F pour le Verdunois, mais un excédent de 177 534,86 pour l’Ile-de-France. Globalement, la société est en perte de 39 341, 07 F. En débit, on constate une forte hausse des gages des équipages : + 46,5 % pour l’Aunis ou + 30,8 % pour le Poitou, après la longue grève de 1925 des marins pêcheurs et l’augmentation de leurs rémunérations. Les dépenses de charbon augmentent aussi : + 74 % pour l’Aunis, + 18 % pour l’Île-de-France, + 23,7 % pour le Verdunois, seulement + 3,5 % pour le Poitou. Ces dépenses de charbon représentent le premier poste de dépense des navires, soit 47 % pour l’Aunis, plus de deux fois plus que les gages des marins, 21,5 % des frais totaux du chalutier. Ce bond des dépenses de charbon est lié à la décision du chancelier de l’Échiquier Winston Churchill, le 28 avril 1925, de revenir à la convertibilité en or de la livre sterling. Celle-ci avait été suspendue en 1919, le pays, meurtri par la Grande Guerre, n’ayant plus les moyens de tenir son rang. La monnaie anglaise est surévaluée pour retrouver son cours antérieur à 191912. Le prix en monnaie française du charbon importé s’en trouve augmenté de façon mécanique.

11Certes, l’année 1928 est meilleure car le prix du charbon diminue, avec la décision du gouvernement anglais de baisser les salaires des mineurs : 1 560 100, 95 F en 1928, contre 1 902 739, 49 F l’année précédente, alors que les produits de la pêche augmentent de 4 %. Dans ces conditions, lors de l’assemblée générale du 24 août 1928, chacun reconnaît avec plaisir que l’affaire est en bonne posture et que l’avenir reste bon. Il est institué sur l’exercice, dont le solde bénéficiaire net est de 359 115,07 F, une somme de 84 400 F seulement au titre des dividendes en juin 1928, car le gérant tient essentiellement à reconstituer un fonds de roulement indispensable à la sécurité de l’entreprise.

  • 13 Fonds privé F. Véron, op. cit., AG du 24 août 1929.

12Mais dès 1929, la crise du chalutage à vapeur touche plusieurs sociétés rochelaises. Pour la Société H. Véron « les réserves se reconstituent normalement bien que la crise du chalutage ait atteint nombre de sociétés rochelaises qui, fondées en 1924-1926, n’ont pas pu tenir le coup (Société des pêcheries rochelaises, Leroux, Association Angibaud) et ont dû liquider leurs navires13… » La Rochelle est donc touchée, dès cette année-là, deux ans avant les autres ports français qui le sont en 1931. Les effets ne se feront cependant sentir par une baisse de la valeur des apports de poissons qu’à partir de 1931.

  • 14 Ibid., années 1932-1939, pour l’ensemble de ces assemblées.
  • 15 Ibid., AG du 21 septembre1935, liste des créanciers et fournisseurs de la société.

13Le long processus de liquidation de la Société H. Véron, entre 1931 et 1939, est exemplaire de la crise de l’ARPV confrontée à un déficit structurel à partir de 1932. Lors de son assemblée générale (AG) du 30 août 1932, les comptes clos le 30 juin font apparaître un déficit global de 182 976,05 F lié à la perte enregistrée par trois des quatre chalutiers, l’Aunis étant seul bénéficiaire. Les produits de la pêche sont en baisse, se montant à 3 652 234,05 F contre 4 102 663,95 l’année précédente, soit - 11,2 %, et cela pour les quatre chalutiers. Les plus touchés sont surtout le Poitou, - 24,6 %, et l’Ile-de-France, - 32,9 %, alors que les dépenses d’exploitation ne baissent pas ou peu pour les trois chalutiers déficitaires. En 1933, la situation est très grave, relève le compte rendu de l’AG extraordinaire du 11 février 1933. Les événements se précipitent alors14. Est posée pour la première fois la question d’une possible liquidation de la société, lors de l’AG du 13 octobre 1934. L’AG du 11 mai 1935 adopte unanimement une motion présentée par Louis Véron demandant une expertise. Le gérant donne communication, sous toutes réserves, d’un bilan de liquidation absolument provisoire à la date du 31 mars qui ferait ressortir, sur la base de vente des bateaux à 100 000 F chacun, un solde de 12 % environ du capital des commanditaires, chiffre qui serait amélioré par les résultats d’un mois d’avril bénéficiaire. Ensuite, il donne connaissance d’une base d’arrangement souscrite par les créanciers qui consentiraient à entrer dans l’affaire à titre d’actionnaires. Les dix-neuf créanciers et fournisseurs des deux sociétés, qui ont rédigé cette motion et qui ont déjà accordé leur confiance au gérant H. Véron, décident d’un moratoire des dettes de durée illimitée. Ceux-ci sont à 85 % des sociétés et des professionnels rochelais ; H. Véron, l’armateur, supporte plus de 54 % des dettes de ses sociétés, les autres étant pour l’essentiel des fournisseurs habituels de l’entreprise15. Ils acceptent le principe de transformer leurs créances bloquées en actions nouvelles dans une société anonyme unique.

14Ces 293 500 F de dettes de la société, qui correspondent à 97 % des 302 750 F de capital détenu par les premiers actionnaires, montrent l’importance de son endettement. Les nouveaux actionnaires reçoivent 1 174 actions d’une valeur nominale de 250 F. L’AG extraordinaire du 21 septembre 1935 décide d’augmenter le capital, qui est porté de 432 000 F à 432 500 F par versement de 500 F de H. Véron, portant ainsi sa part totale à 137 500 F. Après des résultats antérieurs déficitaires, le capital social est réduit à sa vraie valeur, 302 750 F avec réduction proportionnelle de chaque associé. Ceux-ci sont au nombre de vingt-sept, dont sept femmes. H. Véron, principal associé, gérant et président statutaire, possède 31,7 % des parts et Louis Véron 7,5 %. À eux deux, ils détiennent une minorité de blocage. Les six associés les plus importants détiennent 65 % du capital ; dix-sept associés possèdent des parts de moins de 10 000 F.

  • 16 Fonds privé Véron F., op. cit., AG extraordinaire du 23 novembre 1935.

15L’AG du 21 septembre 1935 accepte la transformation de la société en commandite simple en une société anonyme*, pour permettre l’augmentation du capital grâce à la prise d’actions par les créanciers. L’assemblée générale extraordinaire du 23 novembre 1935 approuve l’augmentation de capital : l’acquisition des deux navires Guyenne et Gascogne a été conclue pour une évaluation globale de 275 500 F contre remise à la société en participation H. Véron de 550 actions de catégorie A ne jouissant pas du droit de vote. La transformation des créances des fournisseurs en actions est décidée16.

  • 17 AD 17, 6 U 5, art. 196, Tribunal de commerce de La Rochelle, Bilan de la Société H. Véron, 30 juin (...)
  • 18 Ibid., Dossier de la liquidation de la Société H. Véron.
  • 19 Ibid., Avis du Juge commissaire au Président du Tribunal, 6 juillet 1936.

16Le bilan de la société au 30 juin 1936 fait apparaître un déficit très important de 802 668,64 F pour un actif de 1 338 312,36 F dont l’essentiel est constitué par la valeur des six chalutiers (Aunis, Poitou, Ile-de-France, Verdunois, Gascogne, Guyenne). Le passif se monte à 2 140 981 F, dont les plus gros postes sont le capital pour 950 000 F et surtout les fournisseurs pour 933 408,30 F17. Le tribunal de commerce de La Rochelle est saisi d’une demande de dépôt de bilan de la société par son administrateur-délégué H. Véron. Le tribunal prononce la liquidation judiciaire le 2 juillet 193618. Le juge-commissaire considère qu’il serait opportun de rechercher les moyens de permettre la continuation de cette exploitation par un contrat de location19. C’est cette solution qui est choisie par le tribunal.

  • 20 Fonds privé Véron F., op. cit., AG du 28 septembre 1936.

17Pour la première fois, le nom de François Menu, principal créancier, importateur de charbon avec la Société d’importation charbonnière et maritime (CICM) et nouveau locataire de chalutiers de l’armement H. Véron, apparaît dans le compte rendu de l’AG du 28 septembre 193620. Lors de l’AG extraordinaire du 16 janvier 1937, F. Menu expose qu’après nouvelle entrevue avec le juge-commissaire il a obtenu qu’il ne soit vendu qu’un des deux navires, cela afin qu’il reste un nombre d’unités suffisant pour la bonne marche de l’ARPV. Il propose un concordat prévoyant le versement aux créanciers de toutes les sommes actuellement disponibles et à venir et de la vente éventuelle d’unités. L’AG retient ces propositions. Le capital de la société est porté par souscription en espèces à 500 000 F, la SICM de F. Menu garantissant cette augmentation. Les bénéfices de la société réorganisée doivent servir à distribuer un intérêt de 5 % versé par privilège aux actions nouvelles, aussi longtemps que les créanciers ne sont pas complètement réglés et au maximum pendant un délai de cinq ans. Si de « super bénéfices » sont réalisés, 50 % seront versés aux créanciers et ce naturellement jusqu’à concurrence du paiement total aux créanciers du 100 % de leurs créances et au plus pendant un délai de cinq ans. Lors de l’AG extraordinaire du 8 mars 1937, F. Menu précise que la SICM, qui garantit l’augmentation du capital, est en mesure de verser immédiatement à la société la totalité du montant des actions nouvelles à émettre.

  • 21 Ibid., AG du 11 août 1938.

18La liquidation des actifs de la société est engagée pour permettre le règlement intégral des créanciers. Lors de l’AG extraordinaire du 3 juillet 1939, la vente des chalutiers Verdunois et Guyenne est actée. Décision est prise d’autoriser le conseil d’administration à renouveler, à partir du 1er juillet 1937, la location de la flotte à la SICM à raison de 5 000 F par mois et 50 % des bénéfices. L’AG extraordinaire du 19 février 1938 adopte un rapport duquel il ressort le règlement intégral de tous les créanciers. Elle ratifie la vente faite par le conseil le 17 décembre 1937 des chalutiers Gascogne et Poitou à F. Menu. Les résultats des pêches de l’Aunis, en juillet et août, sont décevants et déficitaires. Le patron du navire, malade, ne peut pas reprendre la navigation avant quelque temps. Il paraît alors indispensable de le désarmer provisoirement jusqu’en octobre21. Lors de l’assemblée du 17 juin 1939, la dernière, les deux principaux créanciers, Brisset et les Chantiers Navals Delmas Vieljeux, demandent que l’Aunis soit mis en vente. L’assemblée donne au conseil l’autorisation de vendre l’Aunis à un prix minimum de 200 000 F. Le dernier conseil d’administration du 23 octobre 1939 le décide. La société n’a plus d’objet.

  • 22 AD 17,164 J, Réunion de la sous-commission de l’OSTPM., op. cit., 7 juin 1929.
  • 23 Ibid., Chalutiers de La Rochelle, Rapport du CA à l’AG, 23 avril 1931.
  • 24 Ibid., Situations mensuelles de l’armement Castaing, 1932.

19D’autres armements connaissent aussi des exercices comptables déficitaires dans les années 1930, sans pour autant disparaître. C’est le cas de l’un des plus grands armements locaux à la pêche industrielle, les Chalutiers de La Rochelle de F.-J. Castaing. En 1929, celui-ci ne croit pas à une diminution sensible des merlus. « Ceux-ci se réfugient, dit-il, dans des lieux où les chalutiers ne peuvent les pêcher22. » En 1930, l’exercice dégage encore un bénéfice brut de 1 096 104,43 F permettant de distribuer 528 728,93 F de dividendes, soit 51 F par action de 500 F, procurant plus de 10 % de rentabilité23. Mais l’exercice 1931 fait état d’une perte nette de 347 798 F. Au 1er décembre 1932, la perte nette pour les quatorze chalutiers est de 868 901,90 F (+ 150 % sur l’année précédente), huit navires accumulant une perte de 1 303 659,20 F alors que les autres n’apportent que 437 157,35 F de gains24. Cet armement résiste cependant à la liquidation.

Une grave crise du chalutage à vapeur rochelais

20Peut-on parler de crise de la pêche pour le port de La Rochelle ou simplement de marasme comme au plan national ? La baisse des tonnages débarqués, importante, concerne une période limitée. Par contre, la réduction de plus de moitié du nombre de chalutiers à vapeur constitue un phénomène plus grave, qui peut être qualifié de crise des armements industriels exploitant des chalutiers à vapeur. Et le tonnage de poissons débarqués par les chalutiers rochelais diminue entre 1930 et 1934, passant de 20 703 t à 14 409 t, soit un recul de 30,5 % (graphique 2). Mais dès 1935, le tonnage débarqué dans le port augmente un peu, jusqu’à atteindre 18 708 t en 1938. La Rochelle bénéficie de l’absence des chalutiers espagnols dans le golfe pendant la Guerre d’Espagne pour augmenter ses prises.

Graphique 2. – Tonnage de poisson débarqué à La Rochelle, en milliers de t. (1913-1940). Source : CCI La Rochelle et AD 17, 41 ETP 934, Statistique des pêches.

  • 25 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes.

21Dans le port aunisien, le nombre de chalutiers à vapeur demeure élevé en 1928. La pêche est rentable pour les apporteurs de capitaux et les armateurs préfèrent ne pas investir dans des chalutiers neufs à moteurs diesel. Mais ce nombre de chalutiers à vapeur chute de 57,5 % en dix ans, passant de 80 unités en 1928 à 34 en 193825. Certes, entre 1932 et 1938, les apports de poisson à La Rochelle restent majoritairement ceux des chalutiers hauturiers des armements industriels qui disposent de leurs propres pêcheries, mais leurs apports diminuent de 12 529 t à 9 323 t, soit - 25,6 %. Par contre, les patrons pêcheurs et les petits armateurs, qui vendent à l’encan municipal, augmentent fortement leurs pêches. Elles passent de 3 878 t en 1932 à 8 222 t en 1938, soit une progression de 112 %. La crise ne touche pas les petits armements, dont l’activité est moins productiviste, qui pêchent moins loin et ont moins de coûts d’activité, en particulier par une consommation plus réduite d’énergie (tableau 34).

Année

Pêcheries

Encan

Morue

Valeur totale (F)

1932

12 529

3 878

4 934

10 1319 135

1933

10 680

3 999

9 756

94 382 575

1934

88 95

4 095

5 348

83 917 725

1935

9 590

5 836

6 678

67 528 645

1936

8 764

7 309

4 928

69 332 745

1937

8 509

8 112

3 995

79 588 026

1938

9 323

8 222

2 180

85 385 340

Tableau 34. – Tonnage et valeur des apports en poisson à La Rochelle (1932-1938). Source : AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, op. cit.

22La crise de la flotte des chalutiers à vapeur, qui frappe donc particulièrement les grands armements industriels, se traduit surtout par l’arrêt des apports et la disparition de la PARO à partir de 1933, la diminution des pêches des trois autres grands armements restants jusqu’en 1937. Les apports de l’ARPV diminuent de 73,5 % entre 1928 et 1937, traduisant la crise de cet armement en liquidation repris par F. Menu avec seulement trois bateaux. Le poids des grands armements dans le tonnage total débarqué diminue de manière très importante donc, passant de 77 % en 1928 à 23,35 % en 1937. Une certaine reprise des apports de la flotte de ces armements s’opère en 1938-1939, alors que les chalutiers espagnols ne pêchent plus dans le golfe, laissant libre cours aux chalutiers français (tableau 35).

Tableau 35. – Évolution des apports des grandes sociétés d’armement rochelaises en t (1928-1939). Sources : Sacré Perrine, op. cit., p. 52. AD 17, 41 ETP 840 à 850, Statistiques du port de la Rochelle.

23Ainsi, si crise il y a à La Rochelle, c’est celle de la propulsion à vapeur de sa flotte de chalutiers. Entre 1930 et 1938, la pêche rochelaise est plus touchée que celle de Lorient ou Arcachon, perdant 58,6 % de ses vapeurs, contre 7 % seulement à Lorient et 20 % à Arcachon. Sa flotte, composée pour l’essentiel de chalutiers à vapeur, prend de plein fouet, plus que les autres, les conséquences des dévaluations du franc, augmentant le prix du charbon importé, déjà coûteux, ce qui grève les comptes d’exploitation des armements. Cependant le nombre d’unités à vapeur augmente très fortement à Boulogne passant de 66 à 102 unités (+ 54,5 %), alors que les navires à propulsion mécanique connaissent une progression limitée, passant de 63 à 66. Mais la proximité des zones de pêche de Boulogne, raccourcissant les délais de navigation vers celles-ci, limite les dépenses en combustible, comme c’est le cas pour Lorient, ce qui n’est pas vrai pour La Rochelle. Dans le même temps à La Rochelle, comme dans tous les autres ports, le nombre de chalutiers à propulsion au diesel augmente de 36 %, expression de la percée de ces navires au détriment des vapeurs. Le nombre de voiliers, enfin, diminue partout de manière importante, face à la concurrence de la propulsion à l’huile lourde, sauf à Arcachon où la pêche dans le golfe avec de grands chalutiers est marginalisée, compte tenu de la difficulté à franchir la passe et de l’absence d’équipements portuaires et marchands, déjà évoqués (tableau 36).

Tableau 36. – Nombre d’armements des 4 plus grands ports de pêche français (1930-1938). Source : AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1930 et 1938.

24Cette crise de la flotte des vapeurs rochelais a des répercussions sur le nombre de sociétés locales d’armement qui passent de treize à huit, traduisant une concentration accrue en particulier avec la disparition d’armements rochelais tels la PARO et les armements associés au sein de l’ARPV, alors qu’il augmente dans les trois autres ports. Signe des difficultés de la pêche et du processus de concentration des armements, le nombre de patrons-pêcheurs diminue assez fortement, lui aussi, à La Rochelle (- 20 %) comme à Boulogne (- 26 %), un peu moins à Lorient (- 10 %), alors qu’il augmente à Arcachon où la pêche industrielle est marginalisée à côté d’une pêche artisanale toujours vivace (tableau 36).

25Cependant, La Rochelle demeure le seul port de chalutage industriel de la circonscription maritime à disposer de sociétés d’armement. Les petits ports situés à proximité, sur les îles de Ré et d’Oléron, ne disposent pas de telles sociétés capables de financer de grands navires. Ces petits ports locaux font le choix de ne pas développer le chalutage à vapeur, d’autant qu’ils ne sont pas équipés pour recevoir de grands bateaux. La concentration à La Rochelle est d’autant plus intéressante que son marché au poisson, très dynamique, bien relié aux zones de ventes par le chemin de fer, attire les pêcheurs. Le Château d’Oléron est en déclin. Les deux ports de l’île de Ré voient, certes, leur flotte à propulsion mécanique au diesel augmenter, alors que le nombre de leurs voiliers tend à diminuer. Mais ce sont des ports de petite taille, de pêche artisanale, où les navires appartiennent surtout à des petits patrons-propriétaires (tableau 37).

Tableau 37. – Comparaison des armements de La Rochelle, Ré et Oléron (1930-1938). Source : AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, op. cit., 1930 et 1938.

  • 26 AD 17, série J, Archives privées du Syndicat des marins de La Rochelle (ASM LR), Le Petit Parisien (...)
  • 27 Ibid., art. cit.
  • 28 Ibid., La Petite Gironde, « La Rochelle, la situation difficile du commerce de la marée », 7 janvi (...)
  • 29 Ibid., Le Réveil économique, supplément, décembre 1929.

26Si la pêche industrielle à vapeur rochelaise connaît une crise, elle n’est pas la seule. La pêche à la voile l’est elle aussi, alors qu’elle n’a pas les mêmes frais d’exploitation dans le domaine des gages des marins pêcheurs et surtout des dépenses d’énergie. C’est particulièrement vrai pour les voiliers venant d’autres ports. Cela met le commerce de la marée dans une « pénible situation » selon le mot de Christian Mörch, président de la chambre de commerce, en 192926. Une conférence des industries intéressées est prévue pour y remédier. En effet, la pêche des voiliers, vendue à l’encan municipal, a puissamment contribué à la prospérité de l’industrie des mareyeurs rochelais dans les années 1920. La grande variété des poissons mis en vente à l’encan de la ville – soles, turbots, rougets, limandes, merlans, raies, céteaux, barbues, plies, etc. – permettait aux mareyeurs de donner satisfaction à toutes les commandes provenant de toute la France et de certains pays limitrophes. Durant toute la saison d’hiver, jadis, les bateaux de pêche de Groix, de Lorient, de Noirmoutier, de l’île d’Yeu, de Douarnenez, des Sables-d’Olonne, des îles de Ré et d’Oléron venaient se joindre aux voiliers rochelais pour vendre à l’encan municipal les produits de leur pêche. Au total, on estimait à 600 environ le nombre de chalutiers à voile qui apportaient régulièrement leur pêche à La Rochelle. À l’heure actuelle, écrit le journaliste, ce nombre a fortement diminué. Cette insuffisance des apports de ces voiliers non rochelais sur le marché au poisson – voire une pénurie totale de certaines espèces de poissons fins qui font, jusqu’à ce jour, la renommée du port de La Rochelle – crée une situation particulièrement difficile pour le commerce de la marée. Celle-ci a certes des causes conjoncturelles. La grève des chalutiers à vapeur de Lorient contribue certainement à retenir dans ce port les voiliers de la côte bretonne. Le mauvais temps, qui s’est manifesté à plusieurs reprises l’hiver 1929, a dû avoir des répercussions. Mais cette situation a aussi des causes inhérentes à l’industrie de la pêche elle-même. La pêche à la voile subit la concurrence des bateaux mixtes à voile et à moteur. La plupart des armateurs de voiliers sont contraints de désarmer leurs navires l’hiver, faute de pouvoir couvrir leurs frais. Enfin, l’appauvrissement des fonds de pêche côtiers se fait sentir27. C’est ce qu’écrit la Petite Gironde, précisant que cet appauvrissement des fonds sur lesquels les quelques voiliers qui risquent encore leur chance sont, du fait de leur faible rayon d’action, obligés de pêcher ; aussi leurs apports sont-ils faibles, très faibles28. Ces apports sont insuffisants déjà pour répondre aux besoins de la clientèle. Le mareyage de l’encan a besoin de poissons fins que, seuls, apportent les voiliers. Or depuis quelques années, le nombre de voiliers non rochelais qui fréquentent le port pendant la saison d’hiver va diminuant29. En 1929, il est presque nul.

  • 30 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, 29 février 1939, (...)
  • 31 AM La Rochelle, 15 W 53, Liste des mareyeurs et des expéditeurs de La Rochelle, 1935.
  • 32 Rocheau A., « Petite histoire de la halle à marée », La pêche, un port de l’Atlantique : La Rochel (...)

27Le marché rochelais du poisson est, cependant, toujours largement approvisionné en toute saison par les apports réunis des chalutiers hauturiers et côtiers rochelais. Le marché est encore bien achalandé en toutes espèces de poissons, y compris les crustacés, les moules, les coquillages, les huîtres. Il réalise un gros chiffre d’affaires en poisson, malgré une publicité extrêmement restreinte. Seules quelques foires-expositions retiennent l’attention du comité des armateurs : une par an environ30. L’encan accueille un groupe important de quarante-huit mareyeurs et expéditeurs en 1935. Ses installations sont exiguës. De ce fait, dix-neuf mareyeurs indépendants sont installés à l’extérieur, surtout rue Saint-Jean, rue des Saints-Pères et place de la Préfecture31. C’est pourquoi des projets de construction d’une nouvelle halle à marée voient le jour dès 194032. La guerre les diffère.

  • 33 Ibid., p. 5.
  • 34 Société pour l’approvisionnement des consommateurs d’huiles combustibles, Standard française des p (...)
  • 35 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, op. cit., p 5-6.

28À la veille de la guerre, le port s’organise donc toujours autour de deux pôles commerciaux : l’encan public aux Carmes d’une part, les pêcheries privées des armements industriels le long du bassin des chalutiers d’autre part. Ces dernières, qui bénéficient de la gare de marée contiguë, sont complétées par des parcs d’approvisionnement en charbon, de réservoirs de combustibles liquides et de glace33. Une société, l’Union des consommateurs d’hydrocarbures et dérivés, installée elle aussi à proximité du bassin extérieur possède trois réservoirs d’hydrocarbures d’une capacité totale de 2 425 m3, dont un pour le mazout de 1 625 m3. De plus, cinq autres entreprises de La Rochelle-Pallice fournissent également le combustible liquide nécessaire à l’avitaillement des chalutiers34. Enfin, pour le froid, deux des trois grandes sociétés de pêche, la Société des chalutiers de La Rochelle et celle des pêcheries de l’Atlantique, possèdent une fabrique de glace artificielle. La Glacière française alimente en glace d’autres sociétés de pêche et les mareyeurs de la ville. Son installation frigorifique, construite en 1918, est installée sur les terre-pleins de la deuxième zone nord du port de La Rochelle-Pallice35.

29Ainsi, au 29 février 1929, La Rochelle ne compte plus que trois grands armements à la pêche industrielle qui ont résisté à la crise de la flotte des chalutiers à vapeur. Outre la Société des chalutiers de La Rochelle gérée par F.-J. Castaing, la plus importante avec treize chalutiers, deux autres grands armements existent toujours : les Pêcheries de l’Atlantique d’O. Dahl avec douze navires et la nouvelle société de F. Menu toujours appelée Association Rochelaise de Pêches à Vapeur. Deux petits armements survivent : la société Véron et Cie qui ne possède plus que deux chalutiers et Feydel avec un seul. La crise du chalutage à vapeur n’a cependant pas fait disparaître les chalutiers motorisés au charbon. Ceux-ci constituent encore 95 % de la flotte du port en 1938. Ce sont des navires anciens. Seuls deux chalutiers à moteur diesel existent (tableau 38). C’est dans cette période 1930-1938 que Lorient dépasse La Rochelle, atteignant 33 066 t en 1938, contre 18 706 t pour le second (annexes 6 et 7).

Armements

Noms des chalutiers

Type de propulsion

Jauge (tjb)

Chalutiers de La Rochelle
F.-J. Castaing (bassin extérieur) 13 navires

Bernache
Picorre
Palombe
Joselle
Héron
Harlé
Pingouin
Tadorne
Bartavelle
Henri Garrigues
Nord Caper
Menhir
Casoar

chalutier à vapeur
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"
chalutier diesel

357
257
251
275
275
265
262
262
251
247
418
328
581

Pêcheries de l’Atlantique
O. Dahl (siège : bassin extérieur) 12 navires

Lavardin
Les Baleines
La Coubre
Les Barges
La Banche
Chanchardon
Boulfar
Penmen
Les Illates
Penfret
Grouin du cou
Antioche

chalutier à vapeur
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"
"

251
253
253
296
296
299
299
253
274
300
297
300

Association rochelaise de pêche à vapeur
F. Menu (siège : bassin extérieur) 9 navires

Renée-Gilberte
Marie-Yvette
Marie-Simone
Marie-Anne
Marie-Thérèse
Richelieu
Beaulne-Verneuil
Poitou
Gascogne

chalutier à vapeur
"
"
"
"
"
"
"
"

286
286
283
286
288
279
268
320
303

M. Feydel
(siège : le Gabut – LR)

Président Briand

chalutier à moteur

227

MM. Véron et Cie
(siège : rue Massiou – LR)

Aunis
Île-de-France

chalutier à vapeur

242
321

Tableau 38. – Compagnies d’armements à la pêche hauturière de La Rochelle (1938). Source : AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce, 29 février 1939.

30Le marasme de la pêche française et la crise de l’armement industriel à vapeur rochelais trouvent leur source dans des facteurs plus globaux.

31La crise économique des années 1930, partie des États-Unis et de sa crise boursière et financière, touche aussi la France, son économie et sa population active. Avec les manipulations monétaires qui en résultent, cette crise a des répercussions sur la pêche.

32La grande dépression des années 1930 se propage dans le monde par le canal des banques, des bourses et du commerce extérieur. Elle ne touche pas les pays au même moment et avec la même force. La France n’est touchée qu’en 1931.

Une crise économique importée

  • 36 Roncayolo M., Le monde et son histoire, Nos contemporains, t. IX, Paris, Bordas Laffont, 1968, p.  (...)
  • 37 Ibid., p. 421-424.

33La crise économique, en France, est tardive et moins brutale que pernicieuse. Elle se lit moins dans l’ampleur des dénivellations – production, chômage, niveau de vie – que dans l’impossibilité d’une reprise : en 1938, la production industrielle est inférieure d’au moins 20 % à ses sommets de 1929-1930. Seule, en Europe, la France paraît condamnée à la stagnation36. À trois reprises, la conjoncture internationale cause le recul de la production, les distorsions progressives entre prix nationaux et étrangers. Pourtant, grâce à un protectionnisme renforcé, la production industrielle reste à son zénith. La crise gagne cependant en 1931, commençant par un recul régulier de la production industrielle et des exportations. En 1932, la France paraît donc dépendante de l’évolution mondiale. Mais, contrairement au redressement amorcé dans les pays industriels, la rechute s’annonce en France comme dans les pays fidèles au Bloc-or. La production industrielle baisse jusqu’aux premiers mois de 1935, date à laquelle on rejoint les minima de 1932. Les exportations industrielles tombent en 1935 à moins de 50 % de leur niveau de 1928. Les importations aussi s’affaissent, s’adaptant au rythme assoupi de l’activité française37.

  • 38 Roncayolo M., Le monde et son histoire, Nos contemporains, t. IX, op. cit., p. 441.

34L’attachement au franc-Poincaré, dans un monde qui a généralement dévalué, explique l’originalité française. Ainsi, la livre-sterling dévalue de près de 40 % le 21 septembre 1931. Les prix français sont alors à plus de 20 % au-dessus des prix anglais, et découragent les exportations. Repoussée car impopulaire, la dévaluation du franc intervient en trois phases successives, en 1936, en 1937 où le franc flotte et dévalue de 30 % par rapport à la livre, enfin en 193838. Dès la première dévaluation, les effets se font sentir sur les armements à la pêche. Ceux-ci demandent à l’État de prendre des mesures de protection.

  • 39 CCI du Morbihan, Dossier d’accompagnement d’une exposition pour le 60e anniversaire du port de Lor (...)

35La crise économique et sociale influe sur la consommation des Français, sur celle du poisson entre autres, qui se contracte, alors que les dévaluations du franc poussent à la hausse du coût de l’énergie et des biens importés. Ainsi, la consommation du poisson en France, contrairement à la Grande-Bretagne, ne suit pas le développement de la production, provoquant un tassement des prix moyens globaux. Le kilo de colin décapité qui se vend aux halles de Paris, la première semaine de l’année 1930, entre 15 et 20 F, voit son prix baisser entre 10 et 12 F en 193539. Cette diminution sensible de la consommation de poisson frais ou en conserve est un phénomène national, en raison même de la crise intérieure sévissant sur les populations rurales et des petites villes qui vivent d’abord de leur autoproduction.

  • 40 AD 17, 41 ETP, dossier 163, no IV, chemise 5, Castaing F.-J., président du syndicat des armateurs (...)
  • 41 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicats des armateurs des chalutiers à vapeur, « La situation critique de (...)
  • 42 Ibid., loc. cit.

36Les dévaluations du franc ont des conséquences fortes sur les coûts de production, augmentant les frais généraux des armements dans la proportion de 35 à 40 %, sans compter l’augmentation due à l’application des lois sociales et du relèvement des salaires depuis juin 1936, déclare F.-J. Castaing, président du syndicat des armateurs40. Il intervient auprès du ministre de la Marine Marchande pour dire l’extrême urgence qu’il y a à prendre des mesures en vue d’éviter un arrêt des chalutiers. Avec la troisième dévaluation de 1938, la situation de la pêche maritime devient « critique » déclare le comité central des armateurs de France. Ce comité rappelle combien les armements à la pêche ont souffert des fluctuations du cours du franc depuis 1920. Ainsi la flotte de pêche fraîche, qui comptait plus de 550 chalutiers en 1928, n’en compte guère que 360 au 1er janvier 1937. Depuis lors, ce nombre a encore diminué par suite d’arrêt d’exploitation et de ventes de navires à la démolition41. Les trois dévaluations du franc rendent plus coûteuses les importations de charbon en provenance du Pays de Galles, mais aussi le gazole, le cordage, les câbles d’acier et les cuirs de chalut, car les cours de ces matières sont cotés en livre-sterling. Ainsi, le charbon, qui valait à quai 90 F la tonne en juin 1936, en vaut 205 F en 1938 ; le gasoil, coté 275 F en 1936, est vendu 600 F la tonne 3 ans plus tard ; le cordage Manille est passé de 5 F le kilo à 8 F, les câbles d’acier de 4 F à 6 F le kg, les cuirs de chalut de 225 F à 385 F pièces42.

  • 43 Ibid., loc. cit.
  • 44 Ibid., p. 3.

37Pour un chalutier à vapeur de 300 tx, armé pendant 340 jours en 1936, n’ayant navigué que pendant 300 jours, la seule augmentation des prix d’importation des combustibles, qui constituent 30 % des frais généraux d’exploitation, varie de 120 à 150 %, s’ajoutant à l’augmentation des charges sociales. L’augmentation générale des dépenses est de 64 %, alors que le produit de la pêche, avec la hausse du prix du poisson, ne progresse que de 25 %43. Le déficit touche aussi les chalutiers à moteur. Ainsi, en 1937, les deux types de chalutiers, à vapeur comme au diesel, présentent des bilans très déficitaires44.

38Ces conséquences des dévaluations du franc sur les comptes des chalutiers à vapeur, mais aussi à moteur diesel, se combinent à la mévente du poisson pour aggraver la situation. Les armateurs à la pêche demandent aux pouvoirs publics de prendre des mesures.

L’exigence de mesures de protection et de soutien à la pêche

39Ces mesures portent sur les importations de poisson, par l’augmentation de leurs droits de douane et leur contingentement. Elles concernent aussi le financement des armements, par le biais du crédit et d’aides financières.

  • 45 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicat des armateurs à la pêche de La Rochelle, Courrier du Comité centra (...)
  • 46 AD 17, 164 J, op. cit., Lettre du CCPM du 21 décembre 1931.

40En 1931, la mévente du poisson en France conduit le comité central des pêches maritimes (CCPM), lors de sa séance du 13 octobre 1931, à mettre en cause les importations45. Saisissant le gouvernement, il obtient une augmentation sensible des droits de douane sur les poissons frais communs, par la loi promulguée le 11 juillet 1931, et la création d’un comité de propagande pour la consommation du poisson. Mais le relèvement des tarifs douaniers ne permet pas d’arrêter le mouvement des importations de certains poissons, notamment du hareng pelé, qui paraît devoir s’accélérer encore depuis la baisse de la livre sterling de près de 40 % en septembre 1931, constate le comité. Cette dévaluation de la livre et celle de la couronne norvégienne, qui la suit, portent la menace d’importations massives. Un arrêté interministériel du 9 décembre 1931 décide de contingenter les importations de conserves de poisson pour la période du 1er janvier au 29 février 193246.

  • 47 Ibid., Compte-rendu du CA du CCPM du 12 janvier 1932.
  • 48 Ibid., Compte-rendu du CA du CCPM du 16 février 1932.
  • 49 Ibid., Compte-rendu du comité central des armateurs à la pêche, 14 janvier 1932.
  • 50 Ibid., Dossier importations de poissons.

41La mévente continue à sévir avec la consommation de poissons en berne et les importations accrues. À la suite de démarches du CCPM, la Banque de France est invitée par l’État à étudier, avec les établissements de crédit, les mesures qui peuvent être prises en faveur des armements à la pêche sérieusement atteints47. Le 16 février 1932, face à la crise persistante, le CCPM se rallie à la formule d’un crédit hypothécaire maritime qui permettrait de libérer les trésoreries des charges trop lourdes que les armements supportent48. Mais, malgré ces mesures, la situation de ceux-ci demeure précaire et les difficultés qui les affectent graves49. Le 27 septembre 1932, un arrêté interministériel, relatif à l’importation des poissons de mer, contingente à nouveau pour six mois, du 1er octobre 1932 au 31 mars 1933, les importations de poissons de mer frais ou conservés à l’état frais par un procédé frigorifique et celles des poissons secs, salés ou fumés50.

  • 51 Vauclare C., « Naissance d’une industrie », M. Mollat (dir.), op. cit., p. 282-283.
  • 52 AD 17, 164 J, « La situation critique de la pêche maritime », Comité central des armateurs de Fran (...)

42La victoire du Front Populaire donne des espoirs aux marins pêcheurs. Au lendemain de son avènement, en juin 1936, La Voix du Marin écrit : « Le gouvernement ne doit pas oublier les 80 000 pêcheurs français dont la situation est critique. » Le journal dresse un tableau précis de cette crise qui montre que les 36 000 petits pêcheurs côtiers sont ceux qui subissent la plus forte baisse des revenus. Leurs gains annuels sont descendus d’une moyenne de 8 000 F à 12 000 F en 1927, à celle de 1 000 à 3 000 F en 1935. Parmi eux, beaucoup de petits patrons qui, dans les années de relative euphorie de l’après-guerre, ont emprunté auprès du Crédit Maritime, ne peuvent plus faire face à leurs engagements. Certains essaient, pour conserver leur statut d’inscrit maritime, d’accomplir leur temps de navigation au commerce. D’autres se casent comme ils peuvent, par exemple, dans les chemins de fer. En Bretagne, ils ne trouvent pas de travail dans les grandes fermes, dont le personnel est réduit au strict minimum depuis la crise agricole. Beaucoup sont contraints de chercher du travail ailleurs. Depuis le début de la crise, le littoral nord du Finistère a perdu le tiers de sa population maritime51. Le gouvernement, mis au courant de la situation extrêmement grave des armements, est instamment sollicité par les armateurs pour prendre d’urgence les mesures qui s’imposent52. La montée des tensions diplomatiques en Europe crée une situation peu propice à de tels choix. D’autant que d’autres causes interviennent pour expliquer cette situation, des causes qui relèvent du champ plus spécifique de l’activité de pêche elle-même.

Des causes plus spécifiques au marasme de la pêche

43Les effets de la crise économique française ne peuvent masquer les difficultés plus particulières de la pêche : le vieillissement de la flotte des chalutiers et surtout l’épuisement des fonds de pêche traditionnels. La pêche rochelaise en est une illustration.

  • 53 CCI du Morbihan, Dossier d’accompagnement d’une exposition, 60e anniversaire du port de Lorient-Ké (...)
  • 54 Ibid., Dossier d’accompagnement, exposition pour le 60e anniversaire du port de Lorient-Kéroman, o (...)

44Le vieillissement et les très mauvaises conditions de reconstitution de la flotte de pêche après 1918, les dommages de guerre étant calculés au plus juste, constituent une première série de raisons53. Les chalutiers perdus sous réquisition n’ont pas été estimés le jour même de celle-ci, ils ont été remboursés aux armateurs à la valeur qu’ils avaient le jour de leur disparition compte tenu de leur âge. Cette valeur d’estimation, très inférieure à la valeur de remplacement, a été soldée en francs dévalorisés, alors que les armateurs ont dû reconstituer leur flotte en achetant des navires de toutes sortes et de seconde main, dont la valeur atteignait cinq à six fois la valeur d’avant-guerre en franc-or. D’autant que les chantiers navals français, détournés de leurs occupations normales par les besoins de la Défense nationale, puis par la reconstitution urgente du tonnage de transport, furent incapables de fournir, entre 1919 et 1923, les 250 chalutiers nécessaires à l’industrie de la pêche. Ces chalutiers ont été fournis par l’Angleterre et le Canada lesquels, malgré la grosse quantité de navires qu’ils ont eue à vendre, en ont demandé un bon prix et ont pu ainsi se financer une flotte neuve aux dépens des armements français. C’est dire que la flotte de pêche nationale a été reconstituée dans des conditions déplorables pour les armateurs, qui ont travaillé avec un outillage très coûteux. Ils ont dû faire appel à des capitaux nouveaux, mais ils pensaient amortir, avec leurs bénéfices d’exploitation, une flotte surcapitalisée et la ramener peu à peu à sa valeur normale54.

  • 55 Le Danois É., « L’appauvrissement des fonds de pêche », Revue des travaux, OSTPM, décembre 1931, p (...)
  • 56 AD 17, 164 J, Rapport du Conseil de surveillance de l’ARPV du 2e semestre 1928.
  • 57 Dardel É., Les pêches maritimes, Paris, PUF, 1946, p. 62.

45L’appauvrissement des fonds de pêche paraît constituer la raison essentielle de l’affaiblissement de la trésorerie des armements industriels, ce qui les oblige à aller pêcher le poisson, devenu plus rare sur les fonds de pêche habituels, dans d’autres fonds plus éloignés au nord et surtout sur les côtes d’Afrique. Après la période de guerre, pendant laquelle les fonds de pêche cessèrent d’être exploités, les premiers chalutiers recommencèrent à pêcher et capturèrent un grand nombre de poissons, souvent énormes. Cet âge d’or n’eut qu’une courte durée et, deux ou trois ans après, la pêche se signala à nouveau par une diminution en nombre et en taille. Cela amena le Conseil international pour l’exploration de la mer, en 1924-1925, à demander la limitation de la pêche, mais il se heurta alors à des protestations des armateurs et des pêcheurs, uniquement préoccupés du gain immédiat55. L’Association rochelaise de pêche à vapeur constate, dès 1926, la diminution anormale des quantités de poissons pêchés. Les tonnages varient de huit à dix tonnes fin 1926, contre vingt tonnes et plus en 1920. Alors que le prix du poisson diminue au second semestre 1928, le bilan de la société demeure créditeur de 69 581 F, dont seulement 11 708,75 F de bénéfice effectif. Elle pense trouver une solution en diversifiant son activité à terre : « Il n’y a pas lieu de s’alarmer outre mesure sur l’avenir des pêches, un vaste champ d’exploitation restant ouvert à l’utilisation de sous-produits appelés à compenser le fléchissement des apports en merlus56… » Mais d’autres interlocuteurs soulignent la gravité de cette surpêche. Éric Dardel affirme que la question vitale qui domine toute l’économie de la pêche industrielle du poisson frais est bien celle de l’appauvrissement des fonds chalutables. Et de citer un important armateur de La Rochelle, O. Dahl, qui signale en 1934 (La pêche maritime, 1934) que, d’après les livres de son comptoir d’armement, le tonnage moyen par marée est tombé de 17 000 à 8 650 kg en dix ans, entre 1924 et 193457. Il attribue cette raréfaction du poisson à la destruction des jeunes poissons dans les eaux côtières par des filets aux mailles étroites.

  • 58 AD 17, 41 ETP 928, Pêches et produits de la mer, Lettre de F.-J. Castaing au président de la chamb (...)

46Pourtant, F.-J. Castaing, président du Syndicat des armateurs des chalutiers à vapeur, met l’accent sur des causes autres que la surpêche : « La situation particulièrement grave dans laquelle se trouve l’armement à la pêche vient encore de s’accentuer par suite de la dévaluation du franc […] sans compter l’application des lois sociales et du relèvement des salaires depuis juin dernier [avec les Accords Matignon]58. »

  • 59 Belloc G., « Poissons de chalut, Etude monographique du merlu, 1re partie », Revue des travaux de (...)
  • 60 Le Danois E., « L’appauvrissement des fonds de pêche », Revue des travaux de l’OSTPM, op. cit., p. (...)

47L’exemple du merlu est particulièrement significatif, car le dépeuplement porte spécialement sur cette espèce dans le golfe. Sitôt après la guerre, les fonds du plateau continental atlantique fournissaient en abondance ce poisson noble recherché par les consommateurs, surtout celui de grande taille. Chaque chalutier, en huit jours de pêche, ramenait à terre de 12 000 à 20 000 merlus. Mais, dès 1921, la décroissance des prises commence, en particulier à Lorient. Elle concerne aussi La Rochelle en 1924-1925 et devient un phénomène global59. Vers 1923, l’introduction du chalut Vigneron-Dahl apparaît comme un remède, mais l’augmentation des captures est surtout due à une prise plus intense des jeunes merluchons. Après les adultes, les jeunes disparaissent à leur tour et, à partir de 1927, le tonnage global descend définitivement, écrit É. Le Danois. Pour lui, seul un événement comme la guerre, par suite de l’absence de toute pêche, a causé un arrêt dans la courbe décroissante que marque le tonnage de captures des plies et dans la période récente, en ce qui concerne le merlu, la seule modification apportée temporairement est due à l’usage d’un nouvel engin. Certes, les races locales de merlus qui habitent le plateau continental à l’entrée de la Manche et dans le golfe de Gascogne peuvent obéir à des fluctuations naturelles, mais il n’en reste pas moins vrai que s’il n’y avait pas eu une pêche trop intense depuis la guerre, les captures d’après cette périodicité même auraient dû presque égaler les merveilleuses prises de 1921. Il y a donc une diminution certaine du stock60.

  • 61 Bellocq G., Note sur la croissance du merlu, variations ethniques et sexuelles, op. cit., p. 27.
  • 62 OSTPM, Comptes rendus du 10e Congrès des pêches et industries maritimes, Alger, 1927, op. cit., p. (...)

48Un naturaliste du service des pêches d’Angleterre, Hickling, démontre que les femelles du merlu demandent, pour se reproduire, d’avoir atteint une taille d’environ cinquante-deux centimètres. La destruction des gros merlus a donc, pour de longues années, porté préjudice à la vitalité des races locales du plateau atlantique, préjudice qui s’est accentué depuis que la pêche des merluchons s’est relativement accrue, car pour atteindre cette taille, la femelle du merlu met quatre années61. C’est ce constat qui amène le congrès national des pêches et industries maritimes de 1927 à émettre un vœu pour que les démarches soient poursuivies, en vue de réaliser une entente internationale pour la création en mer libre de cantonnements de pêche afin de permettre aux poissons de se reproduire62.

49À La Rochelle, le merlu est le poisson le plus pêché. Son tonnage débarqué connaît effectivement une baisse continue de 1927 à 1936, passant de 9 270 t à 4 128 t, soit une baisse de 55 %. Il en est de même pour la part de ce poisson dans l’ensemble de la pêche locale, qui passe de 62 % en 1926 à moins de 30 % dans les années 1935-1938 (tableau 39).

Années

Tonnage de merlu

Part du merlu dans la pêche rochelaise (%)

1925

7812

59

1926

8602

62

1927

9270

56

1928

5270

46

1929

7646

40

1930

7228

35

1931

6793

38

1932

7052

41

1933

5415

38

1934

5290

37

1935

4602

29

1936

4128

25

1937

4700

27

1938

5015

27

Tableau 39. – Tonnage du merlu débarqué à La Rochelle (1925-1938). Source : AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1918 à 1938.

  • 63 AD 17 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1918 à 1938.

50Certes, si en tonnage la part du merlu dans le total des apports diminue de manière substantielle, en valeur marchande elle demeure cependant au-dessus de 50 % de la valeur totale des pêches, sauf en 1930 : 56,8 % en 1920, 41,6 % en 1930, 50,4 % en 1934 et 50,9 % en 1938. Le prix du merlu reste en effet élevé, gonflant la valeur des ventes. Les poissons divers ont tendance à voir leur part en valeur augmenter faiblement, passant de 21 % en 1920, à 26,8 % en 1930 et 28,7 % en 1938, alors que leur tonnage progresse considérablement : 30,8 % en 1920 à 52,5 % en 193863. Ce sont des poissons moins recherchés, vendus à des prix plus bas que les poissons à chair blanche.

  • 64 OSTPM, Comptes rendus du 10e Congrès des pêches et industries maritimes, op. cit., p. 174.
  • 65 L’OSTPM remplace alors le service scientifique des pêches maritimes géré par le ministère des TP.
  • 66 Archives historiques de l’OSTPM, Fiche de présentation de l’OSTPM.
  • 67 Belloc G., « Poissons de chalut, Étude monographique du merlu, première partie », Revue des travau (...)

51La réduction de la ressource, particulièrement les poissons à chair blanche comme le merlu, interroge sur ses raisons et sur la façon d’y répondre. L’appel est lancé aux scientifiques. Lors de la clôture du congrès des pêches et industries maritimes de 1927, le Professeur Pebard, président du comité exécutif du congrès affirme que, dans cette industrie de la pêche plus encore que dans l’industrie minière ou chimique, la recherche scientifique s’impose, car ici la matière première, au lieu d’être inerte, est vivante. Les animaux marins se déplacent, vivent, se reproduisent dans la vaste étendue des mers, d’après des lois qu’il faut connaître si on veut obtenir le maximum de rendement et pratiquer une pêche intensive, sans appauvrir trop les fonds64. Cette déclaration exprime tout le sens de la démarche de l’Office Scientifique et Technique des Pêches Maritimes (OSTPM), organisme public créé par la loi de finances du 31 décembre 191865, avec comme mission générale de « favoriser par les progrès de la science le développement des opérations industrielles se rattachant directement ou indirectement à l’exploitation des richesses de la mer66 ». Cet organisme dont le siège est à Paris dispose de plusieurs antennes régionales, aux fonctions d’inspection et de recherche en laboratoire : Boulogne, Saint-Servan, Lorient, Arcachon, Biarritz, Marseille, mais aussi La Rochelle. Créée en mars 1921, G. Belloc en devenant le chef, la structure rochelaise devient le centre d’étude du merlu67.

  • 68 Archives historiques de l’OSTPM, Fiche de présentation de l’OSTPM, op. cit.
  • 69 Ibid., Fiche de présentation de l’OSTPM.

52Après la Première Guerre mondiale, deux chalutiers démobilisés, La Perche et La Tanche, sont affectés au service de la surveillance des pêches. Après des travaux importants, ils prennent la mer en 192068. Lancé en 1933, le Président-Théodore-Tissier est un navire destiné aux recherches océanographiques affecté à l’OSTPM69. L’Office développe ainsi son activité scientifique au service des armements, met à leur disposition les résultats de ses recherches pour mieux connaître les lieux de pêche. Sa sollicitude pour les intérêts de l’industrie de la pêche, travaillant en partenariat avec les grands armements, contribue à l’intensification de la pêche hauturière, non sans accentuer le dépeuplement des fonds de pêche, faute de décisions politiques de protection des lieux de reproduction par la création de cantonnements.

  • 70 Papy L., La côte atlantique de la Loire à la Gironde, t. 2, Bordeaux, Delmas, 1941, p. 159.

53L’appauvrissement des fonds de pêche trop chalutés du golfe pousse les armements à envoyer leurs chalutiers, toujours plus puissants, pêcher plus loin vers le nord et la Grande Sole située à 400 milles du port, là où les bancs de poissons s’étendent sur 800 km au sud de l’Irlande, abondant en dorades et merlus durant l’été. En novembre 1931, de grands chalutiers propulsés par des moteurs diesel s’aventurent jusque sur les côtes marocaines où la campagne de pêche est très fructueuse. Depuis ce jour, les grands armements rochelais envoient chaque hiver, quatre grandes unités balayer le plateau continental africain. Le Casoar, un grand chalutier à moteur diesel de 581 tx lancé par l’armateur Castaing en 1935, est spécialement destiné à cette pêche lointaine. À certaines marées, ses cales sont chargées de plus de 100 t de poisson70.

  • 71 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des ports maritimes, op. cit.
  • 72 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, op. cit.
  • 73 Ibid., p. 2.

54En 1938, la situation est contrastée. La Rochelle connaît une forte réduction de 57,5 % de sa flotte de chalutiers à vapeur, dont le nombre en dix ans est passé de 80 à 34 (soit - 57,5 %)71. Le nombre de ses armements industriels est réduit à trois sociétés72. Mais l’apport de poissons tend à remonter à partir de 1934, sans retrouver son niveau des années 1920. Les chalutiers côtiers, de moins de trente tonneaux ne sont plus que quarante-cinq, appartenant à vingt-cinq armements dont les plus grands sont la Société Schneider (cinq unités), l’armement Gaury (trois), La Pêche côtière, Lebon-Toublanc et les Armateurs rochelais (deux unités chacune). Les voiliers tendent à disparaître. On en compte seulement trois immatriculés dans le port, deux appartiennent à Gaury et un à Scouarnec-Le Pen. La grande pêche morutière est encore présente avec la Compagnie générale de grande Pêche (La Morue française), qui possède deux navires immatriculés à La Rochelle-Pallice73.

Les années sombres de la pêche Rochelaise (1935-1945)

55Après trois années de guerre d’Espagne (juillet 1936-mars 1939), qui bloque l’activité des chalutiers ibériques, le conflit mondial frappe la France, ses ports, sa pêche. Dès l’entrée en guerre contre l’Allemagne, La Rochelle n’est pas épargnée. Cependant la pêche continue pour certains armateurs, comme O. Dahl, dans le cadre d’une collaboration économique, alors que d’autres, dont des marins, entrent en résistance.

Une flotte de pêche réquisitionnée, en grande partie détruite

  • 74 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, La Rochelle, éd. par leur (...)
  • 75 Ibid., p. 19.
  • 76 Ibid., p. 20.

56La Marine nationale mobilise les marins pêcheurs, inscrits maritimes, à bord parfois de leur propre chalutier si celui-ci est réquisitionné comme navire auxiliaire de guerre. La Marine a tendance à réquisitionner beaucoup à La Rochelle : seize chalutiers à vapeur et quatorze à moteur. Si l’on ajoute les bateaux en réparation, les difficultés d’approvisionnement en fuel, la pêche en mer est alors quasi interrompue pendant trois semaines à un mois, au moment de la déclaration de guerre du 1er septembre 1939. À tel point que l’armateur Castaing doit aller à Paris pour obtenir du ministère de la Marine nationale des allégements de ces réquisitions. La pêche reprend au ralenti à la mi-octobre 193974. Mais sur mer, la guerre fait rage. L’Allemagne cherche à perturber le plus possible le ravitaillement de la France et de la Grande-Bretagne en armes et en pétrole par les États-Unis. Des navires sont attaqués, tel le paquebot Champlain dont une mine allemande provoque le naufrage à La Pallice. Les U Boots, sous-marins allemands sillonnent l’Atlantique pour couler navires de guerre et de commerce. En novembre 1939, un premier chalutier rochelais à vapeur, Les Barges II, coule sous les coups de la marine allemande75. Cette attaque pose la question d’armer les chalutiers d’un canon pour pouvoir se défendre. F.-J. Castaing rappelle qu’au début de la Première Guerre mondiale les Allemands n’avaient pas hésité à attaquer sur mer des cibles civiles. Après réclamations, les armateurs finirent par obtenir cet armement. Le chalutier Phoque, armé d’un canon, attaqué par un sous-marin allemand, put ainsi se défendre. Dès lors, aucun autre chalutier ne fut attaqué. Mais, en 1939, le ministère de la Marine refuse76.

  • 77 Ibid., p. 25, Rapport du patron du chalutier Richelieu.
  • 78 Ibid., Rapport du patron du Joselle, 14 juillet 1940.

57Dès leur arrivée à La Rochelle le 23 juin 1940, les Allemands réquisitionnent douze chalutiers à vapeur et quatorze chalutiers à moteur pour les transformer en navires de guerre auxiliaires, dragueurs de mines et patrouilleurs. Les chalutiers reçoivent l’interdiction absolue de détenir des postes de radio, afin d’empêcher la réception des émissions de radio anglaises. Dès juillet 1940, tous les bateaux de pêche doivent arborer un pavillon blanc en tête de mât, couplé au pavillon national. Cependant les attaques allemandes continuent. Ainsi, le chalutier Richelieu est-il mitraillé par un avion allemand le 12 juillet 1940, puis bombardé sans être touché77. Le 13 juillet 1940, le Joselle alors en pêche reçoit, sans être atteint, une salve de mitrailleuse d’un avion allemand, qui se dirige aussi vers d’autres chalutiers. Les patrons décident de rentrer78.

  • 79 Genet Christian, Moreau Louis, Les deux Charentes sous l’occupation et la résistance, Gémozac, La (...)
  • 80 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 115 à 122.

58Les Allemands exercent un contrôle très étroit de tous les ports. À La Rochelle, ils reprennent les dispositions du Moyen Âge, fermant le havre d’échouage la nuit avec une chaîne tendue entre les deux tours. Un bateau de pêche réquisitionné, le Gaston Bouineau, mouillant dans le chenal d’accès, ferme la nuit ce chenal avec un filin. Tout navire, de jour comme de nuit, est tenu de l’aborder pour vérification. Les capitaines et patrons de tous les navires doivent se présenter au bureau des autorités allemandes, à La Rochelle comme dans tous les autres ports, dès leur arrivée. Ils doivent prévenir de leur sortie, à 11 heures au plus tard, le jour de leur départ pour pouvoir obtenir une autorisation. Les bateaux qui font seulement des sorties à la journée n’y sont pas astreints. Les arrivages de poisson sont soumis à un contrôle très strict, facilité par la réception des grosses unités de pêche au quai des pêcheries des sociétés. Des prélèvements sur les tonnages pêchés sont effectués : un tiers pour la région parisienne, un tiers pour le ravitaillement de 38 grandes villes de province. Sur ce qui reste, les troupes d’occupation en retiennent la moitié. La flotte de pêche a beaucoup diminué après les réquisitions allemandes. Le mazout fait défaut. Un chalutier rochelais, Lou Pescadou, tente de s’équiper au gazogène avec une chaudière brûlant du bois, mais les problèmes techniques ne sont pas tous résolus et la solution ne peut se généraliser. Enfin, la navigation côtière n’est pas sans danger, en raison de la présence des mines et des combats anglo-allemands79. Nombre de chalutiers rochelais disparaissent durant la période 1939-1945. L’ARPV, la plus touchée, en perd six : réquisitionnés pour cinq d’entre eux, ils sont abordés, coulés ou s’échouent. Celui de F. Castaing en perd trois, dont deux sont réquisitionnés, tous perdus ou coulés. Enfin, l’armement O. Dahl en perd cinq, dont trois réquisitionnés, perdus, coulés pour deux d’entre eux par des sous-marins allemands, un autre étant sabordé par les Italiens. Dix-huit chalutiers à moteur, plus petits, propriétés de petits armements disparaissent aussi, dix coureauleurs et sardiniers, sans oublier neuf voiliers ayant subi les méfaits de la guerre, coulés par des sous-marins anglais, ou pour trois d’entre eux, partis en Angleterre pour permettre à des résistants de rejoindre le Général de Gaulle, perdus lors de tempête80.

  • 81 Adam Paul, « Les bouleversements des pêches contemporaines – 1945-1985 », M. Mollat, op. cit., p.  (...)

59Ce contexte explique la chute des prises qui passent de 18 708 t en 1938 à 6 669 t en 1945, sans autres chiffres publiés par la chambre de commerce pour les années intermédiaires. Ces chiffres donnent le sentiment que la pêche s’est arrêtée depuis 1941. « De 1939 à 1945 il fut impossible de s’écarter des côtes, ou de sortir des ports » écrit Paul Adam81. Mais la réalité rochelaise est autre, la pêche ne s’interrompt pas pendant la guerre.

Tableau 40. – Résultats des chalutiers des Pêcheries de l’Atlantique (janvier 1943). Source : Musée maritime de La Rochelle, Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 169

  • 82 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 134 et suivan (...)

60Certes, nombre de chalutiers sont réquisitionnés, voire coulés. Mais d’autres peuvent reprendre la pêche. En décembre 1941, 31 chalutiers représentent un apport global de 454 t, pour un produit de 6 669 342,75 F. Pour le mois de janvier 1943, 23 navires réalisent une pêche de 517 t pour une valeur de 8 535 290,40 F (tableau 40). En mars 1944, 25 unités pêchent 475 t, pour une valeur de 8 930 005,05 F. En décembre 1945, 27 bateaux pêchent 324 t pour une valeur de 5 740 071,10 F82. Ce sont donc 25 à 30 chalutiers qui apportent entre 300 et 500 t de poisson par mois. Au total, cela pourrait représenter 3 500 à 5 000 t sur une année. C’est un tonnage trois à cinq fois moindre qu’en 1939, avec une flotte en état de pêcher réduite et qui avoisine celui de La Rochelle en 1945, cité définitivement libérée le 7 mai. Cela signifie que des armements réussissent à sortir pour pêcher dans le golfe, avec l’accord de l’occupant.

61Outre les pêcheries des sociétés d’armement, l’encan municipal connaît une activité de vente de poisson pendant ces années, à tout le moins entre 1940 et 1943. Mais celle-ci baisse fortement en 1943, de moitié sur l’année précédente, ne représentant plus que 527 t contre 5 285 t en 1940 (tableau 41). Cette chute des apports de poisson sur le marché public traduit la forte réduction de l’activité des patrons de pêche des petits armements, à cause de l’état de guerre (réquisitions et destructions de navires, insécurité en mer).

Années

Tonnage vendu

Produit de la vente

1938

6 305

31 528 384

1939

5 423

34 254 648

1940

5 285

47568 103

1941

3 408

38 821 538

1942

1 045

12 183 656

1943

527

4 718 730

Tableau 41. – Activité de l’encan municipal de La Rochelle (1938-1943). Source : AM La Rochelle, 15W 53, note non signée et non datée.

  • 83 Camenen J., Regards sur une vie de marin pêcheur, op. cit., p. 111.

62Avec les années d’Occupation, la pêche est donc réduite mais réelle dans le golfe. J. Camenen, qui prend le commandement d’un navire en bois le Fureteur, affirme qu’« à cette époque, on pêchait en abondance merlans, maquereaux, raies, carrelets, soles et un poisson à peu près disparu du golfe, mais que l’on trouvait encore en quantité à ce moment-là, le rougetbarbet. Les fonds étaient inexploités à cause de la guerre, ces poissons s’étaient rapprochés des côtes. En deux ou trois jours, on rentrait avec la cale pleine83 ».

Collaboration économique et résistance

  • 84 Fichou J.-C., Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2009, p. 179-18 (...)
  • 85 Labour J.-L., Archives personnelles, Dossier O. Dahl, « Note sur mes activités pour le développeme (...)
  • 86 Ibid., « Note sur les rapports que la Maison Oscar Dahl et Cie (Pêcheries de l’Atlantique) à dû en (...)

63Dès l’été 1940, la Kriegsmarine achète à des chalutiers saisis la majeure partie de leur pêche, contrevenant ainsi aux conventions d’armistice, pour satisfaire les besoins alimentaires de ses troupes. Le secrétariat d’État à la Marine de Vichy ne prend jamais le risque d’importuner le puissant occupant à ce sujet. Un « arrangement » est signé en octobre 1940 qui prévoit que les apports des bâtiments retenus seraient distribués à parts égales entre l’armée allemande et les services du ravitaillement français. Après avoir en vain cherché à affréter des navires de pêche, les Allemands demandent à des pêcheurs de travailler directement pour eux. C’est le cas dans les ports bretons84. C’est le cas à La Rochelle avec l’armement d’O. Dahl. À la fin de la guerre, ce dernier est accusé de collaboration économique avec l’Allemagne. Préparant sa défense, O. Dahl produit un dossier en trois exemplaires dont un est remis au curé du quartier rochelais de Fétilly, un résistant notoire. Une note rédigée de sa main rappelle son passé d’armateur depuis 1907, sa contribution à la défense de la pêche, ses apports innovants pour cette activité rochelaise et française, sa contribution éminente au service du pays au cours de la guerre 1914-1918 pour l’acquisition de navires à l’étranger pour le compte de la Marine Nationale française. Plusieurs fois, il affirme « à quel point il pouvait me répugner » de travailler avec les Allemands, mais il voulait « avant tout sauver mon [son] entreprise de la réquisition des occupants85 ». Dans une autre note « sur les rapports que la Maison Oscar Dahl et Cie a dû entretenir avec les Autorités occupantes pendant la guerre », il précise les conditions de ses relations avec les autorités allemandes86. Il dit avoir été convoqué à Paris par un des fournisseurs de charbon de sa société avant-guerre qui lui transmet le désir, que certaines personnalités allemandes viennent d’exprimer, d’une rencontre « en vue d’établir à La Rochelle une usine de congélation du poisson pour l’Armée d’occupation ». Cette entreprise lui paraît « extrêmement hasardeuse », en particulier pour congeler du poisson ayant déjà séjourné huit à quinze jours à bord de bateaux dans la glace fondante. En outre, les autorités allemandes se sont engagées par des conventions entre les deux gouvernements (de l’Allemagne et de Vichy) à ne prélever que dix pour cent sur les apports de poisson dans chacun de nos ports. Le tonnage de poisson ainsi disponible au seul port de La Rochelle serait tout à fait insuffisant pour alimenter une usine.

  • 87 Ibid., p. 3.
  • 88 ADCM, 41 ETP 880, Chemise I-4/2, Société TIPO, Pargel, Société rochelaise de pêche, Lettre du préf (...)

64Une première conférence a lieu avec Roloff, directeur général de la Nordske Deutsche Hochseefisherei AG de Wesermunde, déjà chargé de ravitailler les armées allemandes en poisson congelé de Norvège, où sept usines fonctionnent à cet effet. Le Docteur Schraud, directeur de la Solo Fein Frost GMBH de Berlin, firme détentrice du brevet américain Birdseye pour la congélation rapide à basse température, est aussi présent. Après discussion vive, « force m’est donc de m’incliner » devant les décisions, écrit O. Dahl, tout en précisant qu’il ne veut « en aucun cas, envisager la création d’une société autre qu’une société française et que l’accord devra être compris non pas comme de vainqueur à vaincu, mais comme d’égal à égal87 ». Le capital de la société est réparti ainsi : 22,5 % de la Société Hordsee, 22,5 % de la Société Solo, 45 % de la Maison Dahl et 10 % de l’Association commerciale et charbonnière de Paris, représentant les mines de charbon Haniel de Duisbourg (Allemagne). Les chalutiers « bien que prises de guerre, navigueront sous pavillon français avec équipages français » tient à préciser O. Dahl. Le poisson sera payé aux armateurs aux mêmes conditions que celui des autres bateaux affiliés aux Pêcheries de l’Atlantique d’O. Dahl. Enfin, non sans discussion et « condition sine qua non de l’accord », il obtient pour le Ravitaillement français « la plus grande part possible » (p. 4). Un protocole est signé entre Roloff, Schraud et O. Dahl le 3 octobre 1941. La société prend le nom de Société française de congélation du poisson (Pargel), s’installe à La Rochelle dans les locaux des Pêcheries de l’Atlantique, la société d’O. Dahl. En juin 1942, le préfet de la Charente-Inférieure affirme que la Pargel travaille avec les autorités allemandes et possède des capitaux français, mais aussi allemands. Il indique que « les autorités allemandes, par l’intermédiaire de M. Dahl, associé de la Société Pargel à capitaux français et allemands » lui ont demandé d’appeler l’attention du président de la chambre de commerce de La Rochelle sur un différend qui oppose ladite Société à M. Delmas, locataire d’un bâtiment appartenant à la chambre de commerce « réquisitionné par la Hafenkommandanturer pour le compte de la Société Pargel88 ».

65O. Dahl doit percevoir 10 % du produit de la vente. Mais, écrit-il, « si j’avais gardé pour moi, comme c’était mon droit strict, les bénéfices des bateaux et la marge de mareyage, j’aurais eu vite fait, évidemment, de réaliser une belle fortune. J’ai considéré que, même possédant ce droit, il eût été immoral d’en user pour priver mes collègues réfugiés des ressources des seuls instruments de rapport qu’ils avaient réussi à sauver de la destruction (p. 6) ». Et de préciser plus loin : « Si j’ai dû, malgré moi, simple instrument d’exécution des Allemands, accepter cette association, du moins ai-je eu la grande satisfaction de voir le ravitaillement de mon pays en profiter au-delà de mes espérances (p. 10). » « Toutes nos démarches entraînaient forcément des contacts quotidiens entre les occupants et ma Maison, m’obligeant à maints sacrifices d’amour-propre quand il me fallait faire antichambre de longues heures à la Feldkommandantur et à l’Amirauté […], car parlant et comprenant l’allemand, c’est le plus souvent moi-même qui faisais les démarches ou menais les négociations (p. 10). » Mais « tout en subissant la contrainte de cette association avec les Allemands, les résultats de l’opération que j’ai conduite se sont, à tous points de vue, avérés largement en faveur des intérêts français (p. 14) ». « Ai-je besoin de dire que ce ne fut ni par plaisir ni par amitié, mais bien par calcul […]. Ils m’avaient d’ailleurs forcé la main […]. C’est bien à contrecœur que j’ai obtempéré […]. N’ayant du reste jamais eu d’autre souci que de sauvegarder l’intérêt Français… (p. 15). »

  • 89 Labour J.-L., op. cit., Dossier O. Dahl et AD 17, Jx 195/2, Le Réveil de l’Aunis, 10 avril 1946, p (...)
  • 90 Le Réveil de l’Aunis, 10 avril 1946, art. cit, p. 1.
  • 91 Ibid., p. 1.

66Sa responsabilité provoque un vif débat. Ainsi, le journal le Réveil de l’Aunis titre le 10 avril 1946 : « Trahison de la Bourgeoisie. Nous vous présentons Oscar Dahl, grand bourgeois, armateur, titulaire de la Francisque89. » Le journaliste rédige « un exposé complet et probant d’une des entreprises de collaboration économique les plus caractérisées qui aient existé en France ». Il précise que le 29 septembre 1941, O. Dahl sollicite du préfet l’autorisation de créer une industrie ayant pour objet la mise en filets et la congélation à terre du poisson de mer. Cette autorisation lui est refusée et le recours formulé devant le secrétaire d’État à la Production Industrielle est également rejeté le 1er août 1942, en raison de la rareté des arrivages de marée et du manque de combustibles et matériaux nécessaires à ce genre d’industrie. « Malgré ce rejet, la Société Pargel fut constituée sans aucune autorisation des autorités françaises et l’usine mise en état de marche. Que s’est-il passé90 ? » Dahl lui-même déclare le 10 décembre 1942 dans un rapport adressé au secrétaire général de la Préfecture : « La Société Pargel a été constituée sur la demande du Haut-Commandement de l’armée et de la marine allemande […]. Les chalutiers sont des prises de guerre ou réquisitionnés par la marine allemande que celle-ci a mis à ma disposition, en vue d’opérer pour la Société Pargel. » Il est évident, conclut le journaliste, que « la Pargel est une entreprise allemande créée dans le but de mettre la main sur la pêche à La Rochelle » et de « livrer » la liste des administrateurs de la société, nommés en assemblée générale le 29 septembre 1942, la même dont fait état O. Dahl dans sa note vue précédemment. Il dispose alors des chalutiers des Pêcheries de l’Atlantique (directeur O. Dahl) sur la pêche desquels les Allemands prélèvent 10 %. Ce pourcentage s’étant avéré insuffisant pour assurer la pleine marche de l’usine, la Kriegsmarine décide d’affecter à la pêche, pour la Société Pargel, des chalutiers « dont Dahl fut désigné par charte-partie comme gérant ». Ce sont les chalutiers Île-de-France, Limande, Albatros et Antoine. « Un autre chalutier, le Régina-Rosaru travaille uniquement pour les Allemands, sous le contrôle de la Pargel91. »

  • 92 Archives nationales de France, Série AJ 40, La France sous l’occupation allemande de 1939 à 1945. (...)
  • 93 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicat des armateurs à la pêche de La Rochelle. Comprend 6 chemises porta (...)

67Les archives nationales confirment qu’en 1941 l’armateur O. Dahl est contacté par le commandant allemand OKW Roloffet par le Docteur Schraud directeur de la société allemande de congélation Solofeinfros pour créer sur le front atlantique une société pour la conservation et le ravitaillement des troupes allemandes et de la Kriegsmarine92. Très discrètement, en 1942, O. Dahl et un autre armateur rochelais (bailleur de fonds sous un prête-nom) créent en Île-de-France la société Pargel. C’est ainsi que la société Dahl est classée « S-Betriebe » par les autorités allemandes, ce qui la met à l’abri de toute réquisition de main-d’œuvre par les services allemands. Elle est autorisée à armer les chalutiers la Limande, l’Albatros, le Regina-Rosaru. Trois autres chalutiers sont autorisés pour le prête-nom. Ces bateaux pêchent uniquement pour les Allemands. En contrepartie, les Allemands construisent le slipway* au fond du bassin extérieur. Opérationnel dès 1943, il permet à la Marine allemande de réparer ses torpilleurs rapides, les Schnellboots. Ainsi, 745 t de poisson congelé et 572 t de poisson frais sont livrées à l’armée allemande93.

  • 94 AD 17, 41 ETP 880, Chemise I-4/2, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle au (...)
  • 95 Ibid., Lettre de l’armement O. Dahl, signée par le représentant de la société des Pêcheries de l’A (...)
  • 96 Ibid., Lettre du président Hangar à poisson no 4, location Pargel à Maître Appraillé, 28 septembre (...)

68La société Pargel cesse ses activités à la fin de la guerre. Une longue période de règlement de l’avenir des locaux de la société n’est close qu’en novembre 1952 lorsque la chambre de commerce de La Rochelle accepte de reprendre les anciens locaux de la Pargel pour la somme de 500 000 francs94. O. Dahl, quant à lui, nie avoir « la qualité pour représenter la Société Pargel » et donc ne se rend pas à une réunion pour élaborer une convention pour « l’occupation d’une partie des locaux de l’usine Pargel, valablement représentée uniquement par son président du conseil ou son directeur général95 ». Pour autant, un courrier au nom du « hangar à poisson no 4 – Location Pargel » est écrit à Maître Appraillé, avoué à La Rochelle, lui transmettant trois pièces jointes, dont « la lettre du 22 décembre 1944 à M. O. Dahl transférant la location Société rochelaise à Pargel96 », confirmant ainsi que la Société Pargel a bien été locataire de locaux appartenant à la Société de O. Dahl, jusqu’à ce transfert. À la Libération, soutenu par l’avocat rochelais Paul Ramadier, qui occupe un poste important au ministère de la Justice, et par le nouveau préfet Henri Faugère, O. Dahl est amnistié. Il retrouve la présidence du Syndicat des armateurs à la pêche.

  • 97 Lettre de la Présidence du gouvernement provisoire, 30 novembre 1945 (archives familiales Castaing (...)
  • 98 Diplôme à F.-J. Castaing, signé du directeur général des études et recherches, accompagnant la let (...)

69Un autre armateur, F.-J. Castaing, est cité, lui, pour son « effort en vue de la Libération du sol français97 ». Cela lui vaut une reconnaissance officielle de la République de « soldat sans uniforme des Forces Françaises Combattantes, [qui] a participé, en territoire occupé par l’ennemi, au glorieux combat pour la libération de la Patrie98 ».

70Au début de l’occupation de la ville, à partir du 23 juin 1940, ceux qui passent à l’action sont peu nombreux. Le plus célèbre est Léonce Vieljeux, président de la Compagnie maritime Delmas-Vieljeux, alors maire de la cité et colonel dans l’armée française. Il refuse ce 23 juin 1940 de discuter avec un lieutenant allemand, « officier subalterne » et de hisser le drapeau victorieux. Il ne cède pas. Révoqué comme maire le 20 septembre 1940, il est expulsé du département sur l’exigence des Allemands. Il devient membre du réseau Alliance. Arrêté le 14 mars 1944, avec son petit-fils et ses neveux, il est envoyé au camp de Struthoff, où il est exécuté à l’âge de quatrevingts ans, dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944, en même temps que 300 hommes et 92 femmes.

  • 99 Louis Prunier est né le 16 janvier 1887. Mécanicien, secrétaire du Syndicat des officiers mécanici (...)

71Peu à peu, des groupes s’organisent. Le plus important porte le nom d’Honneur et Patrie, installé à La Rochelle, qui se rattache à l’hiver 1943 à l’OCM (Organisation Civile et Militaire). Ce groupe recrute des personnes de tous métiers dont des marins. L’état-major compte Edmond Grasset, le Colonel Lisiack et Jean Garnier. Les activités d’Honneur et Patrie sont tournées vers la libération du territoire. Le réseau fournit des renseignements précieux à Londres sur les forces d’occupation. Après une période d’interruption, les Allemands autorisent la reprise de la pêche mais imposent des conditions draconiennes, en particulier la confiscation des postes émetteurs-récepteurs qui équipent les bateaux afin d’empêcher la réception des émissions de radio anglaises. La charge de transmettre des messages à Londres revient à Louis Prunier99, directeur de l’Association rochelaise de pêche à vapeur (ARPV) et conseiller départemental. Il est considéré d’après un rapport des Renseignements généraux comme ayant une attitude correcte vis-à-vis du gouvernement de Vichy. Il est probable qu’il a profité de ses fonctions pour récupérer plusieurs postes. En témoignent les deux postes retrouvés chez lui lors de son arrestation. Le groupe s’occupe aussi d’obtenir des armes, grâce aux parachutages, et entraîne les hommes au combat. Une autre de ses activités consiste à aider les personnes recherchées (aviateurs alliés abattus, prisonniers évadés ou réfractaires au STO).

  • 100 « Résistance sur le continent », Site Libération-Seudre-Oléron, 11 août 2008.

72À la fin de l’année 1943, soixante-dix-sept membres sont arrêtés, transférés au Fort du Hâ à Bordeaux et jugés par un tribunal militaire allemand ; 21 sont condamnés à mort. Ils sont fusillés le 11 janvier 1944, Louis Prunier le 1er février 1944. Trente-huit sont condamnés à la déportation, vingt-six d’entre eux y trouvant la mort100.

  • 101 Guillet Michel, « Avec son drapeau pour toujours », Sud Ouest, 24 mars 1986. André Bobinec, fils d (...)

73Eugène Bobinec, marin pêcheur, fils de marin pêcheur originaire de l’île de Groix, né à La Rochelle, s’implique aussi dans la résistance. Après avoir soutenu les Républicains espagnols en transportant, avec son petit coureauleur La Sirène, des vivres et des armes, membre du PCF dissous, il prépare les premiers tracts clandestins rochelais qu’il distribue sur la grande place de Verdun à La Rochelle le 23 juin 1940, jour de l’entrée des troupes allemandes. Il rejoint l’Organisation Spéciale (OS), puis les Francs-Tireurs et Partisans (FTP), prépare le déraillement à la pointe de Roux à Aytré d’un train allemand transportant des torpilles. Il devient responsable de la zone nord du département pour les FTP, remplaçant Tasset après son arrestation. Arrêté à son tour par la section des affaires politiques (SAP) de Vichy, il est interné au fort du Hâ à Bordeaux, torturé, condamné à mort, transféré au camp de Mathausen. Il est libéré le 5 mai 1945 par les troupes américaines101.

  • 102 Joncour Y., Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 48-55.

74Des marins pêcheurs rejoignent l’Angleterre. Certains sont emmenés par des navires anglais, après avoir vu leur chalutier coulé par eux pour dissuader les chalutiers français de ramener du poisson pour nourrir les troupes allemandes. C’est le cas des équipages de la Slack en mars 1942 et du Nungesser et Coli, en avril de la même année, qui souvent s’engagent dans les Forces françaises libres. D’autres chalutiers sont attaqués, sans être coulés, par des avions anglais et américains, telles l’Île-de-France et la Marie-Gilberte en mars 1942. Certains navires gagnent eux-mêmes l’Angleterre tel le thonier rochelais le Silencieux en août 1942. Des équipages décident eux-mêmes de rejoindre la France libre. L’un échoue, celui du Denise Simone en février 1943, le patron refusant de céder la barre. Incarcéré au retour à La Rochelle, l’équipage sera cependant libéré. L’autre réussit, celui de La Tempête le 6 août 1943. Six marins et cinq clandestins se jouent des Allemands102.

  • 103 AM La Rochelle, Dossier sur les résistants, « Henriette Michel, Mitraillette ! », Charente-Maritim (...)

75Des femmes participent aussi à la résistance rochelaise, telle Henriette Michel, petite vendeuse de sardine dès l’âge de dix-huit ans. Elle est surnommée Mitraillette car, dans le Bar des Bretons que tient son mari, membre d’un réseau de résistance, dans le quartier Saint-Jean, elle cache des armes dans la cheminée et des grenades dans sa machine à coudre103.

  • 104 Desquesnes R., Les poches de résistance allemandes sur le littoral français : août 1944-mai 1945, (...)

76Le 7 mai 1945, après avoir appris par la radio la capitulation du Reich, le contre-amiral allemand commandant la poche de La Rochelle négocie sa propre reddition. Le 8 mai au matin, les troupes françaises entrent dans la cité. Tôt le 9 mai au matin, Schirlitz signe l’acte officiel de capitulation et remet ses armes au commandant Meyer104. La Rochelle est libérée.

*

  • 105 Le Bouëdec G., Le Brigand D., Lorient-Keroman, op. cit., p. 42. Annexes 6 et 7.

77Après une période d’essor de la pêche, particulièrement des armements industriels, grâce au développement de grandes sociétés et au fort progrès des techniques de pêche, la crise frappe la France, son économie, sa pêche, dans les années 1930. La France subit la crise plus tardivement, retardée par des mesures protectionnistes, à partir de 1931. Les lois sociales votées en 1936, mais aussi la dévaluation du franc la même année, alourdissent les bilans des armements à la pêche. La hausse du prix du charbon importé de Grande-Bretagne pèse lourdement dans les frais d’exploitation des chalutiers à vapeur qui composent toujours une proportion importante de la flotte française et singulièrement de la flotte rochelaise. Cette crise économique, qui contrarie l’essor des pêches maritime, ne doit pas escamoter une autre cause, plus spécifique à la pêche, la réduction des apports de poisson liée à la raréfaction des fonds de pêche qui frappe particulièrement le golfe de Gascogne. Elle oblige les plus grands chalutiers de La Rochelle, équipés de moyens de congélation à bord, à aller pêcher plus au nord vers la Grande Sole et vers les côtes africaines du Maroc et de la Mauritanie. Certes, l’exigence de mesures pousse le gouvernement à intervenir. Le marasme de la pêche française laisse place à une certaine reprise des apports des chalutiers hauturiers en 1938, en bénéficiant de la défection des navires espagnols lors de la Guerre d’Espagne. Mais à La Rochelle, la crise de la flotte des chalutiers à vapeur frappe de manière précoce et forte. Le nombre de ses unités industrielles à vapeur chute de près de 60 %, passant de 80 en 1928 à 34 en 1938. Les apports de poisson baissent aussi. Les armements industriels locaux se concentrent. Alors que des armements disparaissent, trois sociétés résistent et dominent le port en 1938. C’est à cette période que l’activité du port concurrent de Lorient-Keroman atteint 33 066 t en 1938, dépassant largement celle de La Rochelle, avec 18 708 t la même année105.

78La guerre d’Espagne, puis la Seconde Guerre mondiale, réduisent fortement les activités de pêche des navires, espagnols puis français. Dès le début de la guerre, puis lors de l’Occupation, la Marine française, puis les forces allemandes réquisitionnent de nombreux chalutiers. Nombre d’entre eux disparaissent, coulés par des mines, des bombes, mais aussi des torpilles lancées par des sous-marins allemands. Une collaboration économique, imposée par les autorités allemandes, acceptée par des armateurs tel O. Dahl, se met en place. D’autres Rochelais, cependant, armateurs et marins pêcheurs, entrent en résistance, au péril de leur vie souvent. La Poche de La Rochelle et ses ports sont enfin libres après la reddition des Allemands, le 7 mai 1945. La pêche locale redémarre.

Notes

1 Vauclare C., « Naissance d’une industrie », M. Mollat, Histoire des pêches maritimes françaises, op. cit., p. 282.

2 Lenhof J.-L., Les hommes en mer, De Trafalgar au Vendée Globe, op. cit., p. 525.

3 Ibid., p. 279, Statistiques des pêches maritimes.

4 « Le chalutier rochelais La Coubre ramène à La Pallice 27 fugitifs et 10 marins du chalutier Ramon », Charente Inférieure, 25 juillet 1939.

5 Musée maritime de La Rochelle, Fonds Y. Joncour, Le Yacht no 2840, 23 août 1937, p. 483.

6 Joncour Y, Grignon M., Drames de mer 1939-1945 en Charente-Maritime, p. 11.

7 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1936 et 1938.

8 Bonnet É., Mille ans à Bouhet, op. cit.

9 Musée maritime La Rochelle, Fonds privé Y. Joncour, op. cit., Notes personnelles.

10 Fonds privé Véron F., Registre des assemblées générales de la Société H. Véron.

11 AD 17, 106 J, Fonds privé J.-C. Menu, Rapport du Conseil de surveillance pour le 2e semestre 1926.

12 Savés J., « 28 avril 1925, Churchill surévalue la livre sterling », Herodote. net, 20 novembre 2013.

13 Fonds privé F. Véron, op. cit., AG du 24 août 1929.

14 Ibid., années 1932-1939, pour l’ensemble de ces assemblées.

15 Ibid., AG du 21 septembre1935, liste des créanciers et fournisseurs de la société.

16 Fonds privé Véron F., op. cit., AG extraordinaire du 23 novembre 1935.

17 AD 17, 6 U 5, art. 196, Tribunal de commerce de La Rochelle, Bilan de la Société H. Véron, 30 juin 1936.

18 Ibid., Dossier de la liquidation de la Société H. Véron.

19 Ibid., Avis du Juge commissaire au Président du Tribunal, 6 juillet 1936.

20 Fonds privé Véron F., op. cit., AG du 28 septembre 1936.

21 Ibid., AG du 11 août 1938.

22 AD 17,164 J, Réunion de la sous-commission de l’OSTPM., op. cit., 7 juin 1929.

23 Ibid., Chalutiers de La Rochelle, Rapport du CA à l’AG, 23 avril 1931.

24 Ibid., Situations mensuelles de l’armement Castaing, 1932.

25 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes.

26 AD 17, série J, Archives privées du Syndicat des marins de La Rochelle (ASM LR), Le Petit Parisien, « Une crise de la pêche à voile à La Rochelle », 30 décembre 1929.

27 Ibid., art. cit.

28 Ibid., La Petite Gironde, « La Rochelle, la situation difficile du commerce de la marée », 7 janvier 1930.

29 Ibid., Le Réveil économique, supplément, décembre 1929.

30 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, 29 février 1939, p. 4.

31 AM La Rochelle, 15 W 53, Liste des mareyeurs et des expéditeurs de La Rochelle, 1935.

32 Rocheau A., « Petite histoire de la halle à marée », La pêche, un port de l’Atlantique : La Rochelle, brochure d’accompagnement d’une exposition pédagogique, 1976, p. 20.

33 Ibid., p. 5.

34 Société pour l’approvisionnement des consommateurs d’huiles combustibles, Standard française des pétroles, Raffinerie du midi, Société Lille Bonnières et Colombes, Compagnie industrielle des pétroles.

35 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, op. cit., p 5-6.

36 Roncayolo M., Le monde et son histoire, Nos contemporains, t. IX, Paris, Bordas Laffont, 1968, p. 421.

37 Ibid., p. 421-424.

38 Roncayolo M., Le monde et son histoire, Nos contemporains, t. IX, op. cit., p. 441.

39 CCI du Morbihan, Dossier d’accompagnement d’une exposition pour le 60e anniversaire du port de Lorient-Kéroman, juin-octobre 1987.

40 AD 17, 41 ETP, dossier 163, no IV, chemise 5, Castaing F.-J., président du syndicat des armateurs de chalutiers à vapeur de La Rochelle, Lettre au président de la chambre de commerce de La Rochelle, 14 octobre 1936.

41 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicats des armateurs des chalutiers à vapeur, « La situation critique de la pêche maritime », Mémorandum du comité central des armateurs, 1937 (date non précisée), p. 1.

42 Ibid., loc. cit.

43 Ibid., loc. cit.

44 Ibid., p. 3.

45 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicat des armateurs à la pêche de La Rochelle, Courrier du Comité central des pêches maritimes, Compte rendu du conseil d’administration du 13 octobre 1931.

46 AD 17, 164 J, op. cit., Lettre du CCPM du 21 décembre 1931.

47 Ibid., Compte-rendu du CA du CCPM du 12 janvier 1932.

48 Ibid., Compte-rendu du CA du CCPM du 16 février 1932.

49 Ibid., Compte-rendu du comité central des armateurs à la pêche, 14 janvier 1932.

50 Ibid., Dossier importations de poissons.

51 Vauclare C., « Naissance d’une industrie », M. Mollat (dir.), op. cit., p. 282-283.

52 AD 17, 164 J, « La situation critique de la pêche maritime », Comité central des armateurs de France.

53 CCI du Morbihan, Dossier d’accompagnement d’une exposition, 60e anniversaire du port de Lorient-Kéroman, juin-octobre 1987, p. 46.

54 Ibid., Dossier d’accompagnement, exposition pour le 60e anniversaire du port de Lorient-Kéroman, op. cit, p. 2.

55 Le Danois É., « L’appauvrissement des fonds de pêche », Revue des travaux, OSTPM, décembre 1931, p. 412.

56 AD 17, 164 J, Rapport du Conseil de surveillance de l’ARPV du 2e semestre 1928.

57 Dardel É., Les pêches maritimes, Paris, PUF, 1946, p. 62.

58 AD 17, 41 ETP 928, Pêches et produits de la mer, Lettre de F.-J. Castaing au président de la chambre, 14 octobre 1936.

59 Belloc G., « Poissons de chalut, Etude monographique du merlu, 1re partie », Revue des travaux de l’Office des pêches, 1929, p. 154.

60 Le Danois E., « L’appauvrissement des fonds de pêche », Revue des travaux de l’OSTPM, op. cit., p. 413.

61 Bellocq G., Note sur la croissance du merlu, variations ethniques et sexuelles, op. cit., p. 27.

62 OSTPM, Comptes rendus du 10e Congrès des pêches et industries maritimes, Alger, 1927, op. cit., p. 161.

63 AD 17 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1918 à 1938.

64 OSTPM, Comptes rendus du 10e Congrès des pêches et industries maritimes, op. cit., p. 174.

65 L’OSTPM remplace alors le service scientifique des pêches maritimes géré par le ministère des TP.

66 Archives historiques de l’OSTPM, Fiche de présentation de l’OSTPM.

67 Belloc G., « Poissons de chalut, Étude monographique du merlu, première partie », Revue des travaux de l’Office des pêches, 1929, p. 154.

68 Archives historiques de l’OSTPM, Fiche de présentation de l’OSTPM, op. cit.

69 Ibid., Fiche de présentation de l’OSTPM.

70 Papy L., La côte atlantique de la Loire à la Gironde, t. 2, Bordeaux, Delmas, 1941, p. 159.

71 AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des ports maritimes, op. cit.

72 AD 17, 41 ETP 897, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle, op. cit.

73 Ibid., p. 2.

74 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, La Rochelle, éd. par leur soin, 2001, p. 17.

75 Ibid., p. 19.

76 Ibid., p. 20.

77 Ibid., p. 25, Rapport du patron du chalutier Richelieu.

78 Ibid., Rapport du patron du Joselle, 14 juillet 1940.

79 Genet Christian, Moreau Louis, Les deux Charentes sous l’occupation et la résistance, Gémozac, La Caillère, 1987, p. 102.

80 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 115 à 122.

81 Adam Paul, « Les bouleversements des pêches contemporaines – 1945-1985 », M. Mollat, op. cit., p. 298.

82 Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 134 et suivantes.

83 Camenen J., Regards sur une vie de marin pêcheur, op. cit., p. 111.

84 Fichou J.-C., Les pêcheurs bretons durant la Seconde Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2009, p. 179-180.

85 Labour J.-L., Archives personnelles, Dossier O. Dahl, « Note sur mes activités pour le développement de l’industrie de la pêche maritime », p. 3, 1945.

86 Ibid., « Note sur les rapports que la Maison Oscar Dahl et Cie (Pêcheries de l’Atlantique) à dû entretenir avec les autorités occupantes pendant la guerre », non datée (1945), 18 p.

87 Ibid., p. 3.

88 ADCM, 41 ETP 880, Chemise I-4/2, Société TIPO, Pargel, Société rochelaise de pêche, Lettre du préfet de la Charente-Inférieure au président de la chambre de commerce de La Rochelle, 22 juin 1942.

89 Labour J.-L., op. cit., Dossier O. Dahl et AD 17, Jx 195/2, Le Réveil de l’Aunis, 10 avril 1946, p. 1.

90 Le Réveil de l’Aunis, 10 avril 1946, art. cit, p. 1.

91 Ibid., p. 1.

92 Archives nationales de France, Série AJ 40, La France sous l’occupation allemande de 1939 à 1945. Recherches effectuées par Madame Boisdeferre, Pierre Cezard et Christian Wilsdorf, transmises par Richard PILLARD, ancien lieutenant de pêche sur l’Angoumois.

93 AD 17, 164 J, Fonds du Syndicat des armateurs à la pêche de La Rochelle. Comprend 6 chemises portant manifestement sur cette période, mais elles sont toutes les 6 vides de documents. Leurs titres sont : Télégrammes Allemands, Rustungskommando, Tarifs de livraisons Rustunkommando, Rustungskommando : feuilles d’expéditions, Lieferschein Wehrmacht, Cantines indiquées par la Rutungskommando.

94 AD 17, 41 ETP 880, Chemise I-4/2, Lettre du président de la chambre de commerce de La Rochelle au directeur des domaines de la Seine, 28 novembre 1952.

95 Ibid., Lettre de l’armement O. Dahl, signée par le représentant de la société des Pêcheries de l’Atlantique J. Babinet, au président de la chambre de commerce, 19 septembre 1945.

96 Ibid., Lettre du président Hangar à poisson no 4, location Pargel à Maître Appraillé, 28 septembre 1945.

97 Lettre de la Présidence du gouvernement provisoire, 30 novembre 1945 (archives familiales Castaing).

98 Diplôme à F.-J. Castaing, signé du directeur général des études et recherches, accompagnant la lettre du gouvernement provisoire.

99 Louis Prunier est né le 16 janvier 1887. Mécanicien, secrétaire du Syndicat des officiers mécaniciens de la Marine marchande. Arrêté en septembre ou octobre 1943, Incarcéré au pénitencier de Saint-Martin-de-Ré, il est fusillé au camp de Souge, en Gironde, le 1er février 1944 (Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge fusillés de 1940 à 1944, Le bord de l’eau, 2014). Un quai du bassin des chalutiers porte son nom.

100 « Résistance sur le continent », Site Libération-Seudre-Oléron, 11 août 2008.

101 Guillet Michel, « Avec son drapeau pour toujours », Sud Ouest, 24 mars 1986. André Bobinec, fils d’Eugène Bobinec, Entrevue, 19 décembre 2013.

102 Joncour Y., Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 48-55.

103 AM La Rochelle, Dossier sur les résistants, « Henriette Michel, Mitraillette ! », Charente-Maritime magazine no12, 2007.

104 Desquesnes R., Les poches de résistance allemandes sur le littoral français : août 1944-mai 1945, Rennes, Ouest-France, 2011, p. 74 et 103.

105 Le Bouëdec G., Le Brigand D., Lorient-Keroman, op. cit., p. 42. Annexes 6 et 7.

Table des illustrations

Légende Graphique 2. – Tonnage de poisson débarqué à La Rochelle, en milliers de t. (1913-1940). Source : CCI La Rochelle et AD 17, 41 ETP 934, Statistique des pêches.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Tableau 35. – Évolution des apports des grandes sociétés d’armement rochelaises en t (1928-1939). Sources : Sacré Perrine, op. cit., p. 52. AD 17, 41 ETP 840 à 850, Statistiques du port de la Rochelle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 36. – Nombre d’armements des 4 plus grands ports de pêche français (1930-1938). Source : AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, 1930 et 1938.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tableau 37. – Comparaison des armements de La Rochelle, Ré et Oléron (1930-1938). Source : AD 17, 41 ETP 934, Statistiques des pêches maritimes, op. cit., 1930 et 1938.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Tableau 40. – Résultats des chalutiers des Pêcheries de l’Atlantique (janvier 1943). Source : Musée maritime de La Rochelle, Joncour Y. Grignon M., Drames de la mer 1939-1945 en Charente-Maritime, op. cit., p. 169
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/91693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540