Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La pêche industrielle de La Rochelle

 | 
Henri Moulinier

Préface

Bruno Marnot and Mickaël Augeron

Full text

1Issu de sa thèse de doctorat, le livre d’Henri Moulinier est important à double titre. D’abord parce qu’il retrace l’histoire d’une activité qui a joué un rôle majeur dans l’économie de La Rochelle au XXe siècle et qui a profondément façonné sa sociologie et certains quartiers environnant le port. Ensuite parce qu’il apporte sur le plan historiographique une contribution de premier ordre à l’histoire des pêches françaises contemporaines. Cette histoire est encore aujourd’hui très largement méconnue ou tout du moins sous-estimée par les habitants de l’ancienne capitale huguenote. Les recherches d’Henri Moulinier s’inscrivent dans la lignée des quelques travaux pionniers dont dispose désormais l’histoire maritime des XIXe et XXe siècles. Le rôle joué par la cité rochelaise dans l’apparition et l’essor de la pêche industrielle en France avait certes été signalé dans plusieurs ouvrages, mais sans qu’on disposât jusqu’ici d’une étude complète dans sa durée et ses modalités de développement. C’est désormais chose faite grâce à Henri Moulinier.

2Rochelais de longue date, ayant de surcroît exercé des fonctions édilitaires au sein de la municipalité, l’auteur connaît d’autant plus cette activité halieutique qu’il en a fréquenté le milieu professionnel. De là sont venus l’idée et le désir de restituer cette tranche d’histoire et de mémoire locales, en s’appuyant sur le dépouillement systématique d’un vaste corpus archivistique. En plus de cette abondante documentation, l’historien a également su tirer le meilleur parti de la mémoire des « anciens » – les derniers témoins et acteurs de cette épopée – en leur donnant la parole au gré des nombreux entretiens qu’il a précieusement réalisés, tout en exploitant judicieusement les très nombreux enregistrements effectués au fil des années par les services du Musée maritime de La Rochelle. Il faut ainsi rendre hommage à Henri Moulinier d’avoir intégré à sa démarche cette plus-value inestimable.

3Sur le fond, ce travail comporte trois apports majeurs. Le premier réside dans le fait que son auteur nous livre une connaissance claire et précise de l’histoire de la pêche industrielle rochelaise. Claire parce qu’il restitue une histoire qui traverse le XXe siècle selon un découpage chronologique pertinent, qui s’écarte toutefois du classique schéma naissance-essor-déclin. Précise parce qu’il prend bien soin d’illustrer ses propos par des exemples concrets et des détails qui ne sauraient relever de la simple anecdote. Le démarrage de la pêche industrielle rochelaise s’est fait en deux temps. Mais elle prend son véritable essor dans les années 1920, celui-ci étant ensuite contrarié par la conjoncture calamiteuse des années 1930 et finalement anéanti par la guerre et l’Occupation. La dernière phase ne fut pas celle d’un déclin qui aurait surgi au lendemain de la Libération, mais celle d’un redémarrage, dont les effets atteignent leur apogée vers 1963-1965. Ce renouveau est toutefois plus apparent que réel. Le port rochelais est déjà en perte de vitesse par rapport à bien d’autres ensembles portuaires. Son activité subit même une longue agonie après le milieu des années 1960, en raison certes de la crise pétrolière mais aussi – et peut-être même surtout – à cause de difficultés structurelles. Le déclin, qui se lit tant au niveau de la flotte de pêche qu’au niveau des cargaisons de poissons débarquées, se poursuit jusqu’aux années 1990. Henri Moulinier démontre l’existence d’un modèle économique original de la pêche rochelaise, avec le développement exceptionnel des sociétés quirataires, dont il révèle tour à tour les avantages et les dangers. La nature profondément spéculative du capitalisme halieutique local explique en partie certains échecs, comme l’absence de construction de nouvelles infrastructures dans le cadre de la loi sur la modernisation de la pêche de 1920, ou plus sûrement sa responsabilité dans le déclin final.

4Le deuxième apport réside dans le pari, parfaitement réussi, de présenter une « histoire totale » de la pêche industrielle rochelaise : une histoire économique, certes, qui fait le lien entre macro et micro-économie – avec une description pointilliste de l’évolution des entreprises – mais aussi une histoire environnementale qui rappelle, une fois de plus, que les problématiques de l’épuisement de la ressource sont anciennes. Cette dernière prouve également – après d’autre travaux récents – que cette approche est désormais inévitable quand on aborde l’histoire de la pêche, et pas seulement parce qu’elle renvoie à de préoccupations très contemporaines en matière de préservation des espèces halieutiques. Henri Moulinier porte une attention minutieuse à l’évolution des techniques, qui était attendue puisque l’avènement de la pêche industrielle est un avatar tardif de la révolution industrielle. Les pages consacrées à l’intérêt précoce des armateurs de La Rochelle pour les innovations techniques dans les années 1920 constituent un des points forts de l’ouvrage. Elles montrent combien la « modernisation » de la flotte locale, soutenue par de puissants investissements (parfois extérieurs à la ville et même à la région), est un des fondements de la réussite économique du modèle rochelais. Enfin, renouant avec une tradition qui était passée de mode, le chercheur aborde la dimension sociale de cette histoire, en faisant une mise au point tout à fait éclairante sur le rôle prépondérant des marins bretons dans la composition des équipages jusque dans la seconde moitié du XXe siècle.

5Enfin, Henri Moulinier ne se contente pas de livrer une histoire strictement locale, qui tirerait une grande partie de son intérêt dans la seule mise en perspective comparatiste de l’évolution économique rochelaise par rapport au contexte français. On ne saurait en effet comprendre la percée de la pêche industrielle, à La Rochelle ou ailleurs, sans prendre la mesure de l’essor de la consommation du poisson et des moyens de transport modernes pour l’acheminer. Cependant, au-delà de ces tendances structurelles, l’historien économiste a su également montrer les effets de la conjoncture sur les aléas de l’économie halieutique. Il a su scruter, avec une constante attention, l’évolution de la pêche industrielle rochelaise en l’évaluant à la lueur de celle des autres ports de pêche européens, notamment anglais qui ont longtemps fait figure de référence, mais aussi, bien sûr, des établissements français, en particulier ceux de Lorient et de Boulogne, par rapport auxquels le port aunisien n’a cessé de se positionner.

6L’activité halieutique demeure certes présente à La Rochelle mais elle peine à retrouver un nouveau souffle. De fait, Henri Moulinier montre qu’une page est définitivement tournée en 1994 quand le port quitte le bassin des Chalutiers, au cœur de la ville, pour le site excentré de Chef-de Baie, à proximité du port de commerce de La Pallice et de quelques industries (PME) de transformation du poisson. On pourra s’interroger longtemps sur les motivations profondes de la municipalité dans le choix de doter la pêche locale d’un équipement moderne, à un moment où l’activité déclinait, mais où la ville rêvait aussi d’un autre destin économique et in fine d’une autre identité… davantage tournée vers le tourisme et la plaisance qui lui est en grande partie associée ! Par conséquent, c’est aussi une histoire dans son intégralité chronologique qui est ici livrée à la curiosité et à la réflexion du lecteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540