Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue et ses frontières

 | 
Sylvie Daubresse
, 
Bertrand Haan

Deuxième partie. La primauté des solidarités locales, communautaires et corporatives

Les généraux de la Cour des monnaies (1589-1594). Neutralité professionnelle ou engagement politique ?

Olivier Poncet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les magistrats de la Cour des monnaies sont demeurés tout au long des années 1589-1594 très largement fidèles au mouvement ligueur. Il s’agit là d’une attitude relativement singulière parmi les autres cours souveraines, de la capitale comme de province1. Cette cohésion ligueuse justifierait rétrospectivement l’opinion que François de Clary, avocat du roi au Grand Conseil, exprima en 1591 dans une célèbre remontrance où il accusait les juges des cours souveraines d’avoir non seulement permis mais encore légitimé la rébellion des ligueurs :

« Combien pensez-vous, Messieurs, que la présence des magistrats a formé la Ligue, a conforté la Ligue, a qualifié la Ligue ? Certes, c’est par eux que la Ligue a osé faire juger au peuple que sa revolte estoit juste et légitime, voyant un si grand nombre de magistrats qui representoyent le roy, qui n’avoyent leur autorité que du roy, à qui le prince avoit faict part des plus vives estincelles de sa lumiere, se tenir de son costé contre le prince. [...

Auteur

Professeur à l’École nationale des chartes, où il enseigne l’archivistique, la diplomatique et l’histoire des institutions de l’époque moderne. Ses recherches actuelles portent sur la genèse pratique de la notion d’État en France à la fin des guerres de Religion à travers l’expérience du gouvernement ligueur du duc de Mayenne (1589-1595) et sur les usages polymorphes de l’acte notarié dans les sociétés française et romaine des XVIe-XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540