Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Ligue et ses frontières

 | 
Sylvie Daubresse
, 
Bertrand Haan

Première partie. Des divisions omniprésentes des frontières mouvantes

Le service de Dieu et le bien de l’État. Fidélités et engagements nobiliaires en 1589

Nicolas Le Roux

Texto completo

  • 1 R. Descimon et J. J. Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594(...)
  • 2 S. Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion: The Guise Affinity and the Catholic Ca (...)
  • 3 H. Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937, 2 vol.
  • 4 N. Le Roux, « The Catholic Nobility and Political Choice during the League : The Case of Claude de (...)
  • 5 O. Carpi et J. J. Ruiz Ibáñez, « Les noix, les espions et les historiens. Réflexion sur la prise d (...)
  • 6 L. Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publicatio (...)
  • 7 J.-M. Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996.

1Les premiers historiens des troubles de la fin du XVIe siècle ont vu dans la Ligue une construction destinée à servir les intérêts des princes de la maison de Lorraine et de leurs clients, une sorte de parti opposé à la troupe des mignons d’Henri III, qui étaient accusés d’accaparer l’accès à la grâce du roi. Depuis, la force mobilisatrice des arguments religieux a été réévaluée, de même que le rôle structurant des relations de fidélité dans les choix partisans1. En Haute-Normandie, les princes de la maison de Lorraine ont pu mobiliser des agents très actifs en utilisant leur poids féodal2. En Bourgogne, le duc de Mayenne a réussi à nouer des liens étroits avec une partie de la noblesse et des notables des villes, à commencer par ceux de Dijon3. Les rivalités locales entre lignages jouèrent un rôle important dans les prises de parti, comme on l’a vu en Berry avec l’opposition entre les Montigny et Claude de La Chastre4. Dans certaines provinces frontalières, les ingérences étrangères ont joué un rôle essentiel, qu’il s’agisse de celle des Espagnols dans le Sud-Ouest et en Picardie, et plus tard en Bretagne, ou des Savoyards en Dauphiné et en Provence5. En Champagne, les Guise ont pu rassembler un noyau de clients, mais même dans cette province où ils étaient bien implantés, ils ne purent contrôler l’ensemble des villes et entraîner derrière eux la majorité des nobles6. En se fondant sur les registres de l’ordre de Saint-Michel, Jean-Marie Constant a montré que la noblesse militaire a été très largement favorable à la cause royale, y compris dans des régions où les Guise étaient puissants, mais il a aussi révélé que ceux qui ne prenaient pas parti, les « rieurs », étaient très nombreux7.

2Ce tableau global doit peut-être être précisé. Il s’agira dans notre propos de percer les ressorts de la mobilisation aristocratique, en analysant, dans un premier temps, les raisons du choix ligueur. Au lendemain de l’assassinat des Guise, les fidèles de la maison de Lorraine ont commencé à prendre les armes, mais les engagements ne furent pas tous immédiats, et au cours du printemps de 1589, le roi parvint à mobiliser une grande partie des cadres de son armée et des dignitaires de sa Maison. Après avoir dessiné les contours du camp royal, on se demandera si le régicide provoqua un véritable remodelage des partis.

Les racines de la ligue aristocratique

3La Ligue, dans sa composante nobiliaire, s’est formée autour du duc de Guise à partir de 1584. Elle pouvait s’inspirer de plusieurs précédents, notamment les ligues établies dans le Sud-Ouest en 1563, ou encore la ligue dite de Péronne, créée en Picardie en 1576. L’esprit ligueur a perduré au cours des années suivantes. La correspondance d’Henri III garde ainsi la trace de références à des ligues qui ne sont pas précisément identifiées, mais qui correspondent à des associations catholiques concernant la noblesse du nord du royaume.

  • 8 Calendar of State Papers, Foreign Series, of the Reign of Elizabeth, Londres, Longman, 1863-1950, 2 (...)
  • 9 Ibid., t. XIX, p. 230 (Stafford à Walsingham, Paris, 2/12 janvier 1585).
  • 10 A. Mousset (éd.), Dépêches diplomatiques de M. de Longlée, résident de France en Espagne (1582-159 (...)
  • 11 V. Vázquez de Prada, Felipe II y Francia (1559-1598). Política, Religión y Razón de Estado, Pampel (...)

4Henri de Guise entendait non seulement apparaître comme le premier rempart face à l’hérésie, mais encore faire pression sur le roi pour obtenir des responsabilités de premier plan. Le duc avait par ailleurs un besoin vital d’accéder aux ressources de la Couronne pour renflouer ses caisses et entretenir ses clients. Au lendemain de la mort du duc d’Anjou, frère cadet d’Henri III et dernier héritier de la Couronne à professer la foi catholique, le duc de Guise commença à mobiliser ses parents et ses clients. Dès l’automne de 1584, on savait que les princes lorrains ralliaient leurs partisans, auxquels ils fournissaient armes et chevaux, et à Paris même, on notait des mouvements suspects à l’hôtel de Guise, où se rassemblaient de nombreuses personnes8. Cette mobilisation fut encouragée par les Espagnols, qui craignaient une intervention française aux Pays-Bas. Alors qu’Alexandre Farnèse avait entamé le siège d’Anvers en juillet 1584, de nombreux seigneurs français ne cachaient pas leur désir de se lancer dans une nouvelle guerre contre l’Espagne, et le duc d’Épernon engageait le roi à suivre cette voie9. L’alliance entre les Espagnols et les princes de la maison de Lorraine fut scellée en janvier 1585, à l’occasion d’une assemblée tenue à Joinville, le fief des Guise, où Philippe II était représenté par Juan de Moreo et Jean-Baptiste de Tassis, ce dernier venant d’abandonner ses fonctions officielles d’ambassadeur auprès du roi de France. Les soupçons d’une participation espagnole au mouvement se firent jour rapidement. Dès la mi-avril, le résident français en Espagne, le sieur de Longlée, affirmait, d’une part, que les Espagnols encourageaient le soulèvement des Guise par l’intermédiaire de Tassis, et, d’autre part, que la question religieuse n’était pour eux qu’un prétexte10. Conformément à l’accord passé à Joinville, le duc de Guise aurait perçu un premier versement de 300 000 écus au début de mai11.

  • 12 N. Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1 (...)
  • 13 E. C. Davila, Histoire des guerres civiles de France contenant tout ce qui s’est passé de plus mem (...)

5Outre les ducs d’Aumale, d’Elbeuf et de Mercœur, qui faisaient tous partie de la maison de Lorraine, plusieurs grands seigneurs se virent sollicités pour participer au mouvement catholique. Ces hommes se sentaient tenus à l’écart par le roi. D’O et Saint-Luc étaient d’anciens favoris disgraciés, tandis que Brissac et Guy de Lanssac, fils de personnages étroitement liés à la cour, avaient vainement tenté d’obtenir la confiance d’Henri III12. Certains avaient suivi le duc d’Anjou et, à la mort de celui-ci, se sont trouvés sans maître. Aussi cherchaient-ils à faire pression sur le roi pour obtenir des charges et des commandements. L’Italien Davila a décrit cette composante nobiliaire de la Ligue comme un ensemble de gentilshommes « de condition relevée » qui, parce qu’ils étaient « fort mal satisfaits de la puissance des Mignons du roy » se jetèrent dans la Ligue, « les uns par depit, et les autres sous esperance de nouveautez ; se persuadant que par la revolution des choses presentes, leur Fortune deviendroit meilleure, et qu’ils pourroient arriver enfin au but de leurs pretentions13 ». Et Davila d’insister sur la figure du duc de Nevers, puissant seigneur d’origine italienne qui se rallia au mouvement. Le gouverneur de Berry, La Chastre, celui de Lyon, Mandelot, le Provençal Vins, et François de Balsac d’Entragues en Orléanais suivirent également.

  • 14 R. de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, 1585, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1964, p. 24 (...)
  • 15 BNF, ms. fr. (= Bibliothèque nationale de France, fonds français, ms.) 5045, fol. 105-107 (article (...)

6Ces seigneurs vouaient effectivement une haine féroce aux favoris, spécialement au duc d’Épernon. L’ambassadeur de Savoie, René de Lucinge, décrit le mouvement comme un agrégat de mécontents ayant trouvé en la personne du duc de Guise un meneur qu’ils étaient prêts à suivre tant qu’il serait en mesure d’obtenir pour eux des avantages14. Pris au dépourvu, le monarque céda aux exigences des ligueurs, et un traité fut signé le 7 juillet 158515. L’édit de Nemours, qui en entérinait les dispositions, révoqua les mesures de tolérance et écarta le roi de Navarre de la succession à la Couronne. Quant aux princes catholiques, ils obtenaient des pensions et des places de sûreté, ce qui avait jusqu’alors été réservé aux protestants.

  • 16 S. Carroll, op. cit. ; N. Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse de cour et autorité locale. La Norman (...)
  • 17 BNF, ms. fr. 3359, fol. 54 et 58 (Estrées au roi, Amiens, 29 mars et 5 avril 1588).

7Les ligueurs perdirent progressivement l’avantage lié à leur prise d’armes. Il fallut attendre plusieurs années pour que leur faction soit de nouveau en état d’imposer ses décisions aux rois. La mort du duc de Joyeuse lors de la bataille de Coutras permit au duc de Guise d’apparaître comme le seul chef de guerre capable de s’opposer aux forces huguenotes et à leurs alliés germaniques. Le duc de Guise parvint d’ailleurs à défaire les mercenaires allemands protestants à Vimory et à Auneau, à l’automne de 1587. Le duc entendait récolter les fruits de ces victoires, mais les tensions s’aggravèrent quand le monarque accorda à Épernon l’amirauté et le gouvernement de Normandie, charges auparavant détenues par Joyeuse. Épernon ne disposait pas de réseaux lui permettant de s’imposer dans cette province où la maison de Lorraine bénéficiait, au contraire, de relais importants16. Dans la Picardie voisine, les ligueurs, menés par le duc d’Aumale, étaient également en position de force, et ils parvinrent même à s’emparer des faubourgs d’Abbeville en mars 158817. Début mai, les ligueurs lancèrent un assaut contre Boulogne et se saisirent de la ville basse.

  • 18 S. Carroll, « The Revolt of Paris, 1588: Aristocratic Insurgency and the Mobilization of Popular S (...)

8Henri III n’était plus en mesure d’empêcher son adversaire de venir à Paris. Bravant les ordres du roi, le duc de Guise y fit son apparition le 9 mai 1588. Trois jours plus tard, les troupes royales entrèrent dans la capitale, mais la milice, encouragée par les partisans du duc de Guise, prit les armes18. Après s’être enfui de Paris, le roi finit par accepter les demandes des rebelles. L’édit d’Union, qui formalisait cet accord, fut enregistré par le parlement de Normandie le 19 août, et par celui de Paris deux jours plus tard. Ce texte, qui confirmait les dispositions de l’édit de Nemours, devait permettre aux catholiques de s’unir pour assister le roi dans son entreprise de rétablissement de l’Église. Le monarque renouvelait le serment du sacre, par lequel il s’était engagé à vivre et à mourir dans la religion catholique et à extirper les hérésies. Pour leur part, les sujets juraient de conserver la fidélité due à leur souverain, et de se départir des ligues et associations dans lesquelles ils étaient entrés. Ces serments eurent une importance considérable dans l’imaginaire d’unité religieuse qui animait les activistes catholiques.

La mobilisation ligueuse

  • 19 É. Barnavi, Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585-15 (...)

9Les assassinats du duc et du cardinal de Guise à Blois, les 23 et 24 décembre 1588, entraînèrent une spectaculaire mobilisation du parti catholique. Orléans, Paris et Amiens manifestèrent immédiatement leur engagement contre le roi19. Comme le duc de Mayenne se trouvait dans son gouvernement de Bourgogne, les ligueurs parisiens confièrent le gouvernement de la capitale au duc d’Aumale. Au cours des années précédentes, le duc avait mobilisé la noblesse catholique en Picardie, et il entretenait des relations avec les Espagnols. Après avoir supervisé la mise en défense de la ville, il adressa au pape une lettre dans laquelle, après avoir dénoncé le meurtre de ses cousins, il soulignait la force du parti catholique en faisant une comparaison avec les événements de la Saint-Barthélemy :

  • 20 R. Cooper, « The Aftermath of the Blois Assassinations of 1588 : Documents in the Vatican », Frenc (...)

« Les Catholiques sont bien plus forts pour s’en ayder que les heretiques n’estoient en l’an 1572, qui ont bien pu neanmoins se rassembler. Et n’avons rien de foiblesse en nous, sinon que nos plus grands ennemis se meslent entre nous, prenans mesme visage de Catholicques, pour couvertement praticquer la ruyne de nostre religion20. »

  • 21 BNF, ms. ital. (= fonds italien, ms.) 2254, fol. 344v° (Lucinge au duc de Savoie, Paris, [fin janv (...)
  • 22 Épitaphes des deux Frères martyrs, par un Gentil-homme angevin, Paris, D. Millot, 1589.
  • 23 Les cruautez sanginaires, exercées envers feu Monseigneur le Cardinal de Guise […]. Avec la remonst (...)

10Sans détenir de charge officielle, la duchesse de Montpensier se lança elle aussi dans la mobilisation de Paris. La sœur des Guise, qui avait activement participé à la collecte de fonds pour la Ligue en 1585, arpenta la ville avec les jeunes enfants du duc de Guise afin d’émouvoir les Parisiens. Le Savoyard Lucinge décrit son ardeur vengeresse et le « courage masle » qui l’animait21. Dans un libelle paru au début de 1589, où l’appel au régicide n’est pas caché, Madame de Montpensier est présentée comme l’esprit vengeur qui saurait faire payer la mort de ses frères et sauver le royaume des desseins iniques du roi22. Alors qu’Henri III apparaît comme une figure démoniaque, la duchesse est identifiée à la courageuse Judith, ou encore à Thomyris, la reine du peuple des Massagètes qui a pris les armes contre Cyrus et fait décapiter le roi des Perses pour venger la mort de son fils. Madame de Montpensier a peut-être contribué de manière décisive à l’engagement des princes lorrains dans la révolte armée. La duchesse de Nemours, mère des victimes de Blois, fut également présentée par les imprimés ligueurs comme une princesse avide de justice, dénonçant les cruautés d’un tyran inhumain possédé par Satan23.

  • 24 BNF, ms. fr. 3977, fol. 27 (pouvoir du duc de Mayenne aux sieurs de Rosne et de Saint-Paul pour co (...)

11Madame de Montpensier partit ensuite retrouver son frère Mayenne en Bourgogne. Mayenne est-il devenu ligueur malgré lui ? Les premières dispositions prises par ce dernier visaient à assurer sa propre sécurité et à préserver le patrimoine de la maison de Lorraine. Dès le 8 janvier, il confiait le commandement de la Champagne et de la Brie à deux fidèles de sa maison : Chrétien de Savigny, seigneur de Rosne, un Lorrain d’assez belle extraction, qui était un proche du duc de Guise, et Antoine de Saint-Paul, un Champenois d’origine plus modeste, qui représentait le duc à Reims24.

  • 25 F. Bonnardot (éd.), Registres des délibérations du Bureau de la ville de Paris, 1499-1628, Paris, (...)
  • 26 BNF, ms. fr. 5045, fol. 180v° (« Relazione del seg. Manelli secretario dell Illustrissmo cardinal (...)
  • 27 Archivo Segreto Vaticano, Nunziatura di Francia, vol. 34, fol. 28 et 31 (Mayenne au pape, Paris, 2 (...)

12Il n’est pas certain que Mayenne ait eu l’intention de se rendre à Paris avant que sa sœur ne le rejoignît, même si la municipalité lui avait écrit dès le 1er janvier 1589, dans le but de l’inciter à se rendre aussitôt dans la capitale et à s’engager dans la « sainte cause » pour la gloire de Dieu25. Mayenne rassembla rapidement une petite armée estimée à 3 000 fantassins et 400 cavaliers dans le courant du mois de février26. Il entrait dans un temps miraculeux, où chaque succès sur les forces royales allait être interprété comme un signe de la Providence, et dans les lettres qu’il adressait au pape, les premières victoires de l’Union sont présentées comme des preuves de la protection accordée par Dieu à son combat27.

  • 28 BNF, ms. fr. 4715, fol. 13 (La Vieuville à Nevers, [Mézières, vers le 20 mai 1589]).
  • 29 Sur le poids des villes en Champagne, voir M. W. Konnert, Local Politics in the French Wars of Rel (...)

13Les liens de clientèle unissant les capitaines à la maison de Lorraine se révélèrent prépondérants dans les engagements en faveur de l’Union, mais les inimitiés locales jouèrent aussi un rôle essentiel dans les prises de position. En Champagne, Antoine de Saint-Paul, chercha à établir son pouvoir par la force, alors qu’il disposait de moyens opérationnels réduits, estimés à seulement 300 chevaux et 800 piétons en mai 158928. Bien que Reims, Troyes, Chaumont et Épernay se soient déclarées en faveur de la Ligue, Saint-Paul ne parvint jamais à maîtriser l’ensemble de la province, car il était regardé avec suspicion par la noblesse locale qui, dans son ensemble, préféra se tenir à l’écart des engagements militaires29.

  • 30 BNF, ms. ital. 2254, fol. 345 (Lucinge au duc de Savoie, Paris, [fin janvier 1589]).

14En Berry, c’est un autre fidèle de la maison de Lorraine, Claude de La Chastre, qui joua un rôle déterminant dans la mobilisation ligueuse. Après avoir secondé le duc de Nevers à la tête de l’armée de Poitou, il se rendit au début de janvier à la cour, où il assura le roi de sa fidélité, espérant peut-être la monnayer contre une charge de maréchal de France30. À Bourges, on pensait que La Chastre temporiserait, alors que le duc de Mayenne le faisait « praticquer » en lui proposant des charges importantes, comme l’écrivait un habitant de Bourges :

  • 31 BNF, ms. fr. 5045, fol. 174 (lettre de Bourges, 7 février 1589).

« Monsieur nostre gouverneur, Dieu mercy, est en ce pays et sera demain en cette ville. Le duc du Mayne l’a fait praticquer et offrir le gouvernement d’Orleans avec celuy de Bourges, la premiere charge de l’armée avec honorable entretenement. Je croy qu’il se tiendra en son gouvernement et ne montera à cheval pour l’un ny l’autre party, du moins il temporisera pour veoir le cours du marché. Si le roy va en son armée, comme l’on dit, la royne viendra icy, et y doit Sa Majesté faire venir une chambre du Parlement et la Chambre des comptes. Cela profiteroit grandement à la ville et à ceux qui demandent le repos. Le parlement de Paris, Chambre des comptes et toutes les justices de Paris sont interdites par le roy qui separe le Parlement en trois partie [sic] à Melun, Poitiers et Bourges. Sad. Majesté a envoyé un pouvoir à Messieurs de Toré et Danville pour faire la guerre en France aux Parisiens. Ils leveront environ deux mil hommes de pied et iiiic chevaux pour retenir les Parisiens en l’enclos de leur ville. Monsieur d’Espernon a fait partir de sa garnison xvc harquebusiers pour venir trouver le roy, mais ilz veullent avoir de l’argent et il n’y en a point31. »

15L’épistolier ajoutait que le roi de Navarre, qui poursuivait son avancée, comptait s’emparer de Châtellerault, si bien que le roi allait se trouver de plus en plus faible. Et de conclure : « Si on oste ainsi toutes les plumes de l’oyseau, il sera bien tost despouillé. » Dix jours plus tard, le même observateur soulignait l’isolement du roi et le renforcement du parti ligueur :

  • 32 Ibid., fol. 174r°-v° (lettre de Bourges, 17 février 1589).

« Nous n’avons autres nouvelles que tous les jours revoltes de toutes partz. Bourdeaus, Tholouse, Rouen, Chartres, Gien et infinies autres se sont declarez. Le roy d’un autre costé a proscript led. duc et tous ses adherens, et par le ban qui a esté publié à sa court les declare criminelz de lese Majesté au premier chef, et leurs corps et biens confisquez. Et comme les choses changent d’heure à autre, Loignac, gentilhomme fort favori du roy, autrement l’un des mignons dont Termes est l’autre mignon aussi favorisé, ce Loignac reconnoissant que le roy ne pouvoit effectuer ce qu’il luy promettoit des gouvernemens d’Anjou et le Mayne pour ce qu’ilz sont revoltez, s’aydant de l’autorité de son maistre, l’a habandonné et s’est saisy du chasteau d’Amboise et des prisonniers, lesquelz Sa Majesté les aiant envoyé demander par l’Archant, capitaine des gardes, Loignac a fait response qu’ilz estoient aussi bien en sa garde que de nul autre, et comme gouverneur d’Amboise qu’il est il en rendra compte. Tellement que le roy n’a plus les prisonniers en sa puissance, et fort desnué de gens de conseil. Il est à Bloys où il assemble ses forces. Celles du duc d’Espernon y sont arrivées, et celles qu’avoient levées les srs de Toré et Danville en la France s’y acheminent s’ilz ne trouvent quelque embusche. Nous branslons icy dans le manche, et croy à la fin que l’on suyvra le bransle. Et en un mot tout est perdu. On ne recevra ny argent du roy ny d’autre, et le revenu des bourgeois sera dissipé et mangé par les gens de guerre. Les Parisiens à la fin ont nommé M. du Mayne pour leur chef et gouverneur, et parlent de par le roy. Les arrestz sont intitulez Henry etc., mais on oste la qualité de Pologne. On seelle aussi aux armes de France et si on n’a point fait autrement. Les Suisses s’arment pour courir sus au duc de Savoye, et s’ilz font la conqueste de Savoye, la mettront entre les mains du roy, en paiant les fraiz de la guerre et rendant leurs bailliages qu’ilz avoient renduz aud. duc. Les deputez de Berne ont esté à la court et promis xiiM Suisses soldoiez pour six mois, à la charge que le roy leur baillera deux mil Francois soldez pareil temps. Et si d’une part et d’autre sont tenuz davantage seront soldoyez par celuy qui les retiendra32. »

  • 33 Declaration de monsieur de La Chastre aux habitans de Bourges, le 4 avril, Paris, D. Millot, 1589.

16De retour en Berry, La Chastre mit en défense les places de la vallée du Cher. Pendant ce temps, Bourges était animée par les prédications ardentes des clercs et les défilés des compagnies de pénitents, bleus ou gris, ou d’élèves des jésuites vêtus de blanc. Le 4 avril, La Chastre se présenta devant l’assemblée des habitants, à laquelle il aurait déclaré avoir fait le choix de combattre pour la religion catholique parce que les partisans du roi s’étaient alliés aux hérétiques. Un imprimeur parisien dévoué à la cause catholique publia aussitôt cette déclaration33. Il est difficile de savoir si La Chastre prononça effectivement le moindre mot de ce texte qui fournissait un modèle de justification de l’engagement ligueur, bien qu’aucun appel explicite au renversement du roi n’y figure.

  • 34 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, (...)

17En Provence, les partisans du roi, commandés par Bernard de La Valette, le frère du duc d’Épernon, étaient assez rares. Le parti catholique se trouvait placé sous l’autorité d’Hubert de Vins et de la comtesse de Sault, veuve d’un grand seigneur. Vins se rendit à Aix dès qu’il apprit la nouvelle de la mort des Guise, puis entra dans Marseille, où fut organisée une grande procession conduite par le consulat et le clergé. Le baron se vit acclamer par la foule. À Aix, comme à Marseille, la pression populaire se révéla capitale dans le choix en faveur de la Ligue. L’adhésion de Marseille à l’Union fut officialisée lors de l’assemblée générale du 5 avril34.

  • 35 BNF, ms. fr. 3422, fol. 76 (le duc Mercœur au duc de Nevers, Nantes, 8 janvier 1589). R. H. Hardin (...)

18Nantes bascula aussi dans la Ligue. Dès le mois de janvier, le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, fit savoir au duc de Nevers qu’il n’avait pas l’intention de fournir des troupes ou des munitions aux forces royales « car l’accident dernierement arrivé à Blois a tellement desdegné et refroydy la noblesse qu’il est fort difficille de les faire monter à cheval35 ». Le coup de force ligueur fut mené par un groupe de magistrats municipaux et d’officiers de la milice dirigé par Mme de Mercœur. Un conseil de l’Union fut aussitôt institué, mais cette Ligue nantaise se montra avant tout fidèle aux choix du duc de Mercœur.

  • 36 BNF, ms. fr. 3977, fol. 17 (le Bureau de Ville de Paris au duc de Nevers, Paris, 8 janvier 1589).

19Les autorités parisiennes firent appel au duc de Nevers, grand seigneur dont l’engagement catholique ne faisait aucun doute. Le 8 janvier, le Bureau de Ville lui écrivit pour l’inviter à se déclarer pour l’Union. Les échevins en appelaient à la vengeance du cruel assassinat commis sur les personnes du cardinal et du duc de Guise, et ils comptaient désormais sur le duc de Nevers pour défendre les bons chrétiens contre le roi de Navarre36. Nevers ne se décida à répondre que le 28. Il convenait que la mort des Guise représentait une perte inestimable pour les catholiques, mais il se montrait confiant dans la volonté d’Henri III d’extirper l’hérésie. Aussi aspirait-il à l’Union derrière le roi. En se soulevant contre leur souverain légitime, les ligueurs allaient provoquer la perte de la France :

  • 37 BNF, ms. fr. 3977, fol. 43v° (le duc de Nevers au Bureau de Ville de Paris, Tours, 28 janvier 1589 (...)

« Chacun voudra estre roy où il y aura auctorité […]. Bref, chacun sera comme ratz en paille, qui fera augmenter le particulier intherestz et oublier le general de la religion et du bien du royaume, dont l’on ne pensera plus que à se establir en ce que l’on tiendra et s’agrandir sur ses voisins et compatriotes, qui fera naistre une jalouzie incroiable parmy chacun et une deffiance sy grande parmy tous les catolicques qu’ilz seront à touttes heures à se coupper la gorge et à se ruyner les ungs les aultres au lieu d’estre unis pour extirper l’heresye et les hereticques, et conserver ce beau et grand empire en sa splandeur37… »

La noblesse royaliste

  • 38 BNF, ms. fr. 5045, fol. 180-181 (« Relazione del seg. Manelli secretario dell Illustrissmo cardina (...)

20Dans un rapport composé au début de 1589, Giovanni Maria Manelli, qui était le secrétaire du cardinal de Gondi, estime que les plus grands seigneurs étaient favorables à Henri III. Il précise que les Bourbons, Longueville, Luxembourg, Rambouillet, Palaiseau et d’Entragues s’arment pour le service du roi, et que celui-ci pourra compter sur sa noblesse pour consolider son autorité dans les provinces. Il estime que le roi ne se servira des huguenots qu’en cas d’extrême nécessité. De son côté, Navarre, qui est à la tête de 3 000 fantassins et 600 cavaliers d’élite, tente chaque jour de nouvelles entreprises en Poitou, tout en demandant la paix. Manelli précise que ce prince n’est pas suivi seulement par les huguenots, mais également par ceux qui veulent s’engager « per la causa del Stato et non della Religione ». Le secrétaire italien conclut en affirmant qu’il y a désormais quatre factions en France : celle du roi, qui rassemble les deux tiers de la noblesse et les plus riches seigneurs, et va recevoir l’aide des Suisses ; celle du duc de Mayenne, à laquelle appartiennent la noblesse la plus pauvre et une grande partie du peuple séditieux ; celle du roi de Navarre, qui est composée de huguenots et de beaucoup de catholiques « per ragione di stato » ; et enfin, celle des ecclésiastiques, qu’il dissocie de la ligue nobiliaire38.

  • 39 Ibid., fol. 183-184 (mémoire en italien : liste des villes).
  • 40 BNF, ms. fr. 5045, fol. 185-186 (mémoire en italien : liste des seigneurs).

21Selon Manelli, la Ligue contrôle Paris, le nord et l’est de l’Île-de-France39. La Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Champagne sont globalement ligueuses. La Bourgogne, le Lyonnais et la Provence sont entièrement à l’Union, de même que l’Auvergne – à l’exception d’Issoire –, le Berry, la Sologne et le Nivernais. Le roi tient seulement le Bourbonnais, la Touraine, l’Anjou, et le roi de Navarre le Poitou et la Guyenne. Le Dauphiné et le Languedoc sont partagés entre les partis. Manelli donne les noms de 119 grands seigneurs appartenant aux différents camps. Les choses sont cette fois à l’avantage du roi. Il indique 59 personnages fidèles au roi (49,58 %), parmi lesquels cinq princes, quatre maréchaux de France, l’amiral, deux maréchaux de camp, le capitaine général de l’artillerie, six mestres de camp d’infanterie, les quatre capitaines des Gardes, le grand écuyer, le premier écuyer, le premier maître d’hôtel, et la plupart des gouverneurs et lieutenants généraux. Le parti du roi de Navarre est réduit à six grands seigneurs (5,04 %). Les gens suivant le duc de Mayenne, enfin, sont 54 (45,38 %), en tête desquels figurent les princes de la maison de Lorraine40.

22Le roi comptait sur le prestige des princes du sang pour tenir les provinces. Ainsi, en Basse-Auvergne, il remplaça le comte de Randan par le prince de Dombes, fils du duc de Montpensier, dès le mois de février. Il retira ensuite le gouvernement de Bretagne au duc de Mercœur, pour le confier au comte de Soissons. Ce dernier était le cousin germain d’Henri de Navarre, aux côtés duquel il avait combattu en 1587, avant de revenir au service d’Henri III. Les sinuosités de son parcours révèlent les difficultés que rencontraient certains princes à concilier intérêt personnel, fidélité au roi, convictions religieuses et attachements lignagers. Le comte de Soissons se rendit en Basse-Normandie, où il parvint à faire monter à cheval une partie de la noblesse. Le 23 mars 1589, à La Croix-du-Perche, il défit une troupe ligueuse qui venait de quitter Le Mans.

  • 41 S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (...)

23Henri III ne se contentait pas de recourir aux seuls princes du sang pour rallier les catholiques à sa cause. Dans certaines provinces, il prit le risque de confier le commandement à des hommes de guerre expérimentés dont la fidélité lui était acquise, au risque de mécontenter les notables locaux. Ce fut le cas en Dauphiné, où le Corse Alphonse d’Ornano succéda au lieutenant général Maugiron, mort en février. Mais le gouverneur de Grenoble, Charles d’Albigny, n’accepta pas cette nomination et, finalement, d’Ornano fut chassé de la capitale dauphinoise le 4 mai41.

  • 42 BNF, ms. fr. 3422, fol. 104-105 (Montigny au duc de Nevers, Sancerre, 31 mars 1589).

24En Berry, le roi ne confia pas l’autorité à un homme dépourvu d’attaches dans la province ; il désigna le sieur de Montigny, qui s’enferma aussitôt dans Sancerre. Ce capitaine était animé d’un esprit de service particulièrement vif : il se disait convaincu que Dieu soutenait son maître et jurait de combattre pour le souverain et pour la patrie jusqu’à son dernier souffle, en se déclarant meilleur catholique que le « plus grand ligueur qui soit en France42 ». Cela eut pour effet de renforcer l’engagement ligueur de La Chastre.

  • 43 BNF, ms. ital. 2254, fol. 278 (Lucinge au duc de Savoie, [Paris, 13 mars 1589]).

25Le roi parvint aussi à rallier à sa cause le puissant duc de Montmorency. Au début de janvier 1589, il lui rendit officiellement le titre de gouverneur de Languedoc, qui lui avait été retiré quelques années plus tôt en raison de son alliance avec les huguenots. Mais cette décision exaspéra le vieux maréchal de Joyeuse, qui assumait jusque-là le commandement de la province. Un peu plus tard, Henri III alla jusqu’à promettre à Montmorency la dignité de connétable, et il offrit à son fils celle de grand maître, autrefois tenue par le duc de Guise43. Montmorency poursuivit sa lutte contre les forces ligueuses, mais, conscient que sa puissance reposait sur ses bases provinciales, il ne prit pas le risque de quitter le Languedoc.

  • 44 BNF, ms. fr. 5045, fol. 187 (nouvelles de Langres, 4 août 1589).

26Henri III a réussi le tour de force de mobiliser une partie importante de la noblesse militaire au printemps de 1589, après son alliance avec Henri IV. Les deux rois ont ainsi pu prendre la tête d’une forte armée capable de soumettre Paris. On s’attendait à ce que la capitale tombe rapidement. Le 5 août, un partisan du roi vivant à Langres assurait que Paris tomberait dans les quinze jours, car le roi – dont il ignorait le décès – disposait de près de 5 500 chevaux, d’un grand nombre de fantassins et avait le soutien des gentilshommes : « Toute la noblesse vient trouver le roy, recognoissant sa faulte, dont monsieur d’humaine [Mayenne] est fort depité, et les Parisiens fort estonnez, qui hastent les forces que monsieur de Nemours a amassées en ces quartiers, qui ne sont telles ne si fortes qu’il esperoyent. » L’auteur de cette lettre se réjouissait de la déroute des forces ligueuses autour de Paris et du fait que Mayenne ait été contraint de s’enfermer dans la capitale. Et de conclure : « En somme la ligue commence fort à baisser les cornes44. »

Les réactions au régicide

  • 45 BNF, ms. fr. 3422, fol. 134 (Catherine de Clèves, duchesse de Guise, au duc de Nevers, [Paris, aoû (...)
  • 46 BNF, ms. fr. 3419, fol. 93 (La Chastre au duc de Nevers, Paris, 8 août 1589).

27L’assassinat d’Henri III rebattit les cartes. Les partisans de l’Union catholique ont vu le crime de Saint-Cloud comme un événement digne des plus grands miracles bibliques. À leurs yeux, il semblait évident que le jacobin Jacques Clément, quand il avait frappé le tyran Henri de Valois, était l’instrument de la Providence45. Désormais, il ne faisait plus aucun doute que Dieu avait choisi de protéger cette Jérusalem assiégée qu’était la capitale ligueuse et de terrasser le roi félon. L’un des principaux capitaines de la Ligue, Claude de La Chastre, témoigne lui aussi de l’esprit d’exaltation qui prévalait à Paris. Dans une lettre adressée au duc de Nevers, il présente le régicide comme un « œuvre miraculeux de Dieu qui donne congnoissance à ung chacun qu’il veult deffendre la cause des catholiques et son Eglise46 ».

28Justifié dans son combat par l’assassinat d’Henri III, Mayenne entendait jouer sur les divisions du camp royal pour rallier à sa cause les anciens serviteurs du monarque défunt qui refusaient de suivre le Béarnais. Dès le 5 août, il publia une déclaration appelant tous les bons catholiques à le rejoindre. La mort du roi, évoquée brièvement, y apparaît comme un témoignage de la toute-puissance divine. À présent que la relation particulière qui les unissait au roi était rompue, aucune obligation n’empêchait plus les anciens partisans d’Henri III de rejoindre l’Union qui combattait pour « la cause generale de la religion et de l’Etat ».

  • 47 Archives nationales, Minutier central, VIII, 406, fol. 212 (reconnaissance par la duchesse de Nemo (...)

29Cet appel à la noblesse eut assez peu d’écho. Parmi les grands seigneurs fidèles au roi, on remarque surtout la défection de Louis de L’Hospital, seigneur de Vitry, qui ne supporta semble-t-il pas l’idée de servir un prince hérétique, alors qu’il se sentait attaché à Henri III par une fidélité personnelle. Dès le 12 août, il promettait de livrer la ville de Dourdan, dont il était le gouverneur, à la duchesse de Nemours, et cinq jours plus tard, il avançait 600 écus à Mayenne pour subvenir aux frais de l’armée catholique47.

  • 48 BNF, ms. ital. 1738, fol. 42v° (dépêche de Giovanni Mocenigo, Tours, 4 août 1589).
  • 49 R. S. Love, « Winning the Catholics : Henri IV and the Religious Dilemma in August 1589 », Canadia (...)

30Le camp royal fut frappé de stupéfaction quand il apprit qu’Henri III avait été assassiné. Bien qu’Henri III les ait invités à reconnaître le roi de Navarre et à lui jurer fidélité sans condition, ses compagnons négocièrent leur ralliement au nouveau monarque48. Ils exigèrent du Béarnais qu’il promette de ne rien innover en matière religieuse et se fasse instruire dans la religion romaine. C’est pourquoi, le 4 août, Henri IV signait à Saint-Cloud une déclaration dans laquelle il se pliait aux conditions imposées par les capitaines catholiques49. En tant que père de tous ses sujets, il se présentait comme le protecteur de la religion catholique, et se disait prêt à réunir un concile dans les six mois pour se faire instruire dans cette religion. Il assurait ensuite qu’il maintiendrait les seigneurs catholiques dans leurs charges et, en échange, ceux-ci le reconnaissaient comme roi selon les lois fondamentales du royaume et lui juraient service et obéissance.

  • 50 BNF, ms. fr. 15591, fol. 89 (les princes au grand-duc de Toscane, Neuilly-Saint-Front, 18 août 158 (...)

31Les seigneurs qui avaient reconnu le nouveau roi se posaient en garants de la légitimité monarchique. Ils s’adressèrent aux princes étrangers pour expliquer leur position. Dans une lettre composée pour le grand-duc de Toscane, ils affirment avoir le devoir d’assurer la conservation de l’État et de la religion catholique50. Ces capitaines se présentent comme les membres d’un « conseil de France » habilité à prendre des décisions et à se faire représenter par le duc de Luxembourg-Piney qui viendrait sous peu exposer leurs raisons au pape. La lettre a toutes les caractéristiques d’un document officiel puisqu’elle est contresignée par un secrétaire d’État.

  • 51 BNF, coll. Dupuy 61, fol. 36v° (Matignon au roi, Bordeaux, 18 août 1589).
  • 52 BNF, ms. fr. 4716, fol. 35 (déchiffrement d’une lettre adressée au duc de Nevers, [1589]).

32À Bordeaux, le maréchal de Matignon dut imposer aux notables de reconnaître le nouveau monarque. Devant les magistrats du Parlement, il prononça un discours engagé qui présentait l’avènement du Béarnais comme incontestable, bien que ce prince fût encore protestant, car il n’y a aucun interrègne en France et que les rois prennent leur fonction dès la mort de leur prédécesseur51. Étant l’un des principaux officiers de la Couronne, le maréchal ajoutait qu’il avait le devoir de s’opposer à ceux qui ne reconnaîtraient pas le roi, et il assurait son nouveau maître qu’il emploierait sa vie pour maintenir le repos public. Il eut cependant du mal à établir son autorité, et le parlement de Guyenne continua un moment à faire ses expéditions au nom d’Henri III52.

  • 53 A. Boltanski, Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, (...)
  • 54 BNF, ms. fr. 4716, fol. 11 (le duc de Nevers à la duchesse de Guise, s. l., 31 août 1589).
  • 55 Ibid., fol. 99 (le duc de Nevers au comte de Soissons, Clamecy, 30 août 1589).

33Si bon nombre de serviteurs d’Henri III ont transféré leur fidélité à Henri IV sans difficulté parce qu’ils se considéraient comme tenus par un devoir d’obéissance absolu, le sentiment qui domine dans leurs lettres est l’accablement. Retiré sur ses terres nivernaises, le duc de Nevers se tenait dans l’expectative53. Ce grand seigneur recevait des lettres de toutes parts, écrites tant par des ligueurs que par des partisans du roi. À la duchesse de Guise, sa belle-sœur, qui l’invitait à rejoindre l’union catholique, il répondit en des termes très clairs qu’il ne pouvait se réjouir de la mort d’Henri III et qu’il déplorait le chaos dans lequel le royaume avait sombré54. Le duc avait le sentiment que Dieu cherchait à l’éprouver ; il subissait un temps d’épreuves destiné à châtier les pécheurs55.

  • 56 Ibid., p. 5.
  • 57 S. Carroll, Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2006; M. N (...)

34Pour justifier leur ralliement au nouveau souverain, les officiers royaux se présentèrent comme prêts à poursuivre les commanditaires supposés de la mort d’Henri III. Les seigneurs de la cour promettaient d’assister le nouveau souverain dans son combat contre les « rebelles et ennemis » qui voulaient usurper l’État, à la condition préalable qu’il accomplisse son devoir de justicier56. L’appel à la vengeance s’accordait avec l’éthique aristocratique de la vertu57. Le transfert de fidélité à Henri IV devenait une obligation morale, puisqu’en s’engageant à châtier les auteurs du régicide, ce prince devenait le bras armé de Dieu et l’agent de Sa justice. La mobilisation autour de l’impératif de vengeance eut un impact certain, comme le note l’ambassadeur vénitien Mocenigo.

La recomposition des partis

  • 58 BNF, ms. fr. 3421, fol. 33 (Giovanni Maria Manelli au duc de Nevers, Nevers, 28 août 1589).
  • 59 « Relatione delle Divisioni di Francia. 1589 », Tesoro Politico. Cioè Relationi. Instruttioni. Tra (...)
  • 60 J. Balsamo, « Les origines parisiennes du Tesoro politico (1589) », Bibliothèque d’Humanisme et Re (...)

35Un bilan dressé par un Italien quelques semaines après le régicide, intitulé Relatione delle Divisioni di Francia, établit le rapport de force entre royaux et ligueurs. Son auteur est très probablement Giovanni Maria Manelli, qui avait déjà composé une relation de ce type au début de l’année. Manelli était en contact non seulement avec les Gondi, mais également avec le duc de Nevers, dont il souligne la puissance. On sait qu’il séjourna à Nevers à la fin d’août 1589, avant de partir à Rome58. Cette Relatione fut éditée dans le Tesoro politico, une compilation de pièces, notamment de relations diplomatiques vénitiennes, publiée à Paris vers la fin de septembre 1589. L’ouvrage fut réédité à Paris en 1593 et en 159859, puis à Milan en 1600-1601 et à Vicence en 1602, avant d’être publié en traduction française à Paris en 1608 et en 161160.

36Dans ce texte, Manelli note que la France est divisée en deux factions, celle des « populaires catholiques unis et associés », qui reconnaissent pour roi le cardinal de Bourbon, et celle des royalistes, « composée pour la plus grande partie des nobles catholiques et de huguenots », qui suivent Henri de Bourbon. L’opposition entre « populaires » et « nobles » dit la volonté de l’auteur de discréditer les ligueurs. L’Italien précise que toute la France est divisée, que seules quelques villes disent qu’elles se soumettront au nouveau roi quand il sera catholique, et que certains gentilshommes restent incertains, attendant de voir à qui la fortune se montrera la plus favorable pour prendre parti. Il établit ensuite la liste des princes européens favorables à l’Union : le pape, le Roi Catholique, les ducs de Savoie, de Lorraine, de Ferrare, de Parme, d’Urbino et de Bavière, les Électeurs de Cologne, de Mayence et de Trèves, les cantons catholiques de Suisse. Puis les soutiens d’Henri de Navarre : la reine d’Angleterre, le roi d’Écosse, les ducs de Saxe et de Wurtemberg, Casimir de Palatinat, la maison de Bouillon, les cantons protestants, la république de Venise et, « comme beaucoup croient », le grand-duc de Toscane et le duc de Mantoue.

37Manelli insiste sur l’engagement majoritairement royaliste de la haute noblesse. Si le cardinal de Bourbon est reconnu comme roi par les ligueurs, tous les autres princes du sang sont dans le camp royal : le tout jeune prince de Condé, âgé d’un an ; le prince de Conti, le comte de Soissons et le cardinal de Vendôme ; François, duc de Montpensier, et son fils Henri, prince de Dombes ; Henri d’Orléans, duc de Longueville, et son frère François, comte de Saint-Pol. On peut ajouter le jeune Charles, grand prieur de France, fils naturel de Charles IX. Parmi les grands seigneurs fidèles au roi figure également Charles-Robert de La Marck, comte de Maulévrier. Les principaux officiers de la Couronne sont dans le camp royal : les maréchaux de Montmorency, de Biron, de Matignon et d’Aumont, le duc d’Épernon et son frère La Valette. En revanche, en Languedoc, le maréchal de Joyeuse est ligueur et le maréchal de Retz (Albert de Gondi, frère du cardinal) se tient en retrait.

38Les princes d’origine étrangère sont majoritairement favorables à l’Union. Figurent dans cette catégorie tous les membres de la maison de Lorraine, à commencer par le duc Charles III, ses fils Henri, marquis de Pont-à-Mousson, et Charles, évêque de Metz. Puis leurs cousins, les fils du comte de Vaudémont : le duc de Mercœur, le comte de Chaligny et le marquis de Chaussin. Ensuite les Lorraine-Guise : Charles, duc de Guise, né en 1571, qui est alors prisonnier à Tours, et ses jeunes frères : Louis, né en 1575, qui est destiné à l’Église ; Claude, né en 1578, prince de Joinville ; et François, né en 1589. Puis les Lorraine-Maine : Charles, duc de Mayenne, et ses fils Henri, né en 1578, et Charles-Emmanuel, né en 1581. Puis les branches cadettes : Charles, duc d’Aumale, et son frère le chevalier d’Aumale, et le duc d’Elbeuf, prisonnier à Loches. Enfin, les Savoie-Nemours, c’est-à-dire les fils de Jacques de Savoie-Nemours et d’Anne d’Este, qui sont les demi-frères du duc de Mayenne : Charles-Emmanuel, duc de Nemours, né en 1567, et son frère Henri, marquis de Saint-Sorlin, né en 1572. On peut noter la grande jeunesse des membres de la maison de Lorraine.

39Le cas de Louis de Gonzague, duc de Nevers, est considéré comme spécifique. L’auteur du mémoire assure que si ce grand seigneur très catholique n’appartient pas à l’Union, il n’a pas pour autant rejoint l’armée du roi.

40Suit une répartition des forces province par province, de laquelle résulte le décompte suivant : 175 seigneurs et 122 villes pour la Ligue ; 200 seigneurs et 83 villes pour le roi ; et 16 hommes et 11 cités suivant le duc de Nevers. La haute noblesse reste donc fidèle au roi dans les mêmes proportions qu’au début de l’année : 55,24 %, en comptant les fidèles du duc de Nevers. Il n’y aurait donc pas de véritable remodelage des partis après le régicide. En revanche, les villes ont basculé dans la Ligue à 56,48 %. Les nobles ligueurs dominent en Bourgogne (17 contre 11), dans le Maine (9 contre 5), en Auvergne (10 contre 6), en Provence (5 contre 2), en Languedoc (7 contre 3) ou en Auvergne (10 contre 6). Ils font jeu égal avec les royaux en Normandie (7 contre 8), où les ducs d’Aumale et d’Elbeuf sont bien implantés, en Berry (11 contre 10), où La Chastre est à la tête d’un réseau important, mais aussi en Dauphiné (3 contre 4) et en Lyonnais (9 contre 8). Ils sont en revanche très minoritaires en Île-de-France (11 contre 22), en Nivernais (5 contre 23, en prenant en compte les fidèles du duc de Nevers), en Bourbonnais (5 contre 10), dans le Centre (Touraine, Blaisois, Beauce, Perche) (14 contre 19), dans le Sud-Ouest (15 contre 19), mais aussi en Champagne (10 contre 16), en Picardie (25 contre 30) ou en Bretagne (5 contre 9), provinces où la maison de Lorraine est pourtant puissante.

  • 61 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 325-332.

41Ce décompte permet de nuancer l’estimation des forces antagonistes réalisée par Jean-Marie Constant, qui, à partir des registres de l’ordre de Saint-Michel, a estimé à 38,58 % la proportion des royaux contre 16,87 % celle des ligueurs. Il a en effet décompté 236 royalistes pour 102 ligueurs61. Les ligueurs font jeu égal avec les royaux seulement en Bretagne et en Picardie, et ils sont surclassés par les fidèles du roi dans toutes les autres provinces : il y a huit fois plus de royaux que de ligueurs en Guyenne, Gascogne et Languedoc, trois fois plus en Lyonnais, Normandie et Île-de-France, et deux fois plus en Orléanais, Champagne, Provence et Bourgogne. Les deux sources s’accordent sur le poids des relations de fidélité dans l’engagement des nobles dans la Ligue. Les fidèles de la maison de Lorraine rejoignirent largement l’Union, spécialement en Bourgogne, en Picardie, en Champagne et en Normandie. Des familles se coupèrent en deux, comme ce fut le cas en Bourgogne, où l’aîné des Saulx-Tavannes était royaliste et le cadet ligueur.

42Jean-Marie Constant a également souligné le poids considérable des « rieurs », qu’il estime à 44,54 % de l’ensemble des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel. Ces nobles qui se tiennent à l’écart des partis n’apparaissent pas dans le rapport italien, mais le duc de Nevers y est cependant présenté comme le chef d’un tiers parti dominant le Nivernais. Beauvais-Nangis, ancien ligueur et éphémère amiral de France, est pour sa part évoqué comme retiré dans sa maison. Manelli note enfin que le duc de Retz et son fils, le marquis de Belle-Île, deux seigneurs très puissants en Bretagne, s’intéressent uniquement à défendre leurs « etats », c’est-à-dire leurs terres et leurs intérêts particuliers.

43Bien que son prestige ne fût pas comparable à celui du duc de Guise, Mayenne a réussi à mobiliser un nombre considérable de gentilshommes au lendemain du régicide. La position d’Henri IV était donc particulièrement délicate à l’automne de 1589. Si les victoires d’Arques et d’Ivry ont convaincu quelques capitaines de rejoindre l’armée, le nombre de cités hostiles au nouveau monarque restait considérable. C’est ce qui explique la difficulté et la longueur de la reconquête royale.

Notas

1 R. Descimon et J. J. Ruiz Ibáñez, Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005 ; A. Boltanski et L. Bourquin, « La noblesse et la Ligue : historiographie et pistes de recherche », Europa Moderna, no 1, 2010 [http:/uropamoderna.com]. Voir aussi É. Haddad, « Nobles Clienteles in France During the Sixteenth and Seventeenth Centuries : A Historiographical Approach », French History, vol. 20/1, 2006, p. 75-109.

2 S. Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion: The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

3 H. Drouot, Mayenne et la Bourgogne. Étude sur la Ligue, 1587-1596, Paris, Picard, 1937, 2 vol.

4 N. Le Roux, « The Catholic Nobility and Political Choice during the League : The Case of Claude de La Châtre (1585-1594) », French History, vol. 8/1, 1994, p. 34-50.

5 O. Carpi et J. J. Ruiz Ibáñez, « Les noix, les espions et les historiens. Réflexion sur la prise d’Amiens (11 mars 1597) », Histoire, Économie et Société, t. 23/3, 2004, p. 323-348 ; S. Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007 ; H. Le Goff, La Ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; S. Gal, Charles-Emmanuel de Savoie. La politique du précipice, Paris, Payot, 2012 ; F. Micallef, Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

6 L. Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

7 J.-M. Constant, La Ligue, Paris, Fayard, 1996.

8 Calendar of State Papers, Foreign Series, of the Reign of Elizabeth, Londres, Longman, 1863-1950, 26 vol., t. XIX, p. 125 (Stafford à Walsingham, Paris, 29 octobre/8 novembre 1584).

9 Ibid., t. XIX, p. 230 (Stafford à Walsingham, Paris, 2/12 janvier 1585).

10 A. Mousset (éd.), Dépêches diplomatiques de M. de Longlée, résident de France en Espagne (1582-1590), Paris, Plon-Nourrit, 1912, p. 125-126 et 129-134 (Longlée à Henri III, Saragosse, 14 et 23 avril 1585).

11 V. Vázquez de Prada, Felipe II y Francia (1559-1598). Política, Religión y Razón de Estado, Pampelune, Ediciones Universidad de Navarra, 2004, p. 285.

12 N. Le Roux, La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2001 (rééd. « Les classiques de Champ Vallon », 2013) ; Id., « Guerre civile, entreprises maritimes et identité nobiliaire : les imaginations de Guy de Lanssac (1544-1622) », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 65/3, 2003, p. 529-569.

13 E. C. Davila, Histoire des guerres civiles de France contenant tout ce qui s’est passé de plus memorable soubs le Regne de quatre Rois, Francois II. Charles IX. Henry III. et Henry IV. surnommé le Grand iusques à la Paix de Vervins inclusivement, trad. fr. de I. Baudouin, Paris, P. Rocolet, 1644, 2 vol., t. I, p. 443.

14 R. de Lucinge, Lettres sur les débuts de la Ligue, 1585, éd. A. Dufour, Genève, Droz, 1964, p. 24 (25 mars 1585).

15 BNF, ms. fr. (= Bibliothèque nationale de France, fonds français, ms.) 5045, fol. 105-107 (articles accordés au nom du roi entre la reine mère et les cardinaux de Bourbon et de Guise, et les ducs de Guise et de Mayenne, Paris, 7 juillet 1585). X. Le Person, « Practiques » et « practiqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002 ; N. Le Roux, « Mettre la main à la plume. Information, mobilisation et conciliation à l’aube de la Ligue », J. Foa et P.-A. Mellet (dir.), Le bruit des armes. Mises en formes et désinformations en Europe pendant les guerres de Religion (1560-1610), Paris, Honoré Champion, 2012, p. 233-257.

16 S. Carroll, op. cit. ; N. Le Roux, « Pouvoir royal, noblesse de cour et autorité locale. La Normandie au temps d’Henri III », A. Boltanski et A. Hugon (dir.), Les Noblesses normandes (XVIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 93-110.

17 BNF, ms. fr. 3359, fol. 54 et 58 (Estrées au roi, Amiens, 29 mars et 5 avril 1588).

18 S. Carroll, « The Revolt of Paris, 1588: Aristocratic Insurgency and the Mobilization of Popular Support », French Historical Studies, vol. 23/2, 2000, p. 301-337.

19 É. Barnavi, Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, 1585-1594, Louvain, Nauwelaerts, 1980, p. 130 ; O. Carpi, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion (1559-1597), Paris, Belin, 2005, p. 132.

20 R. Cooper, « The Aftermath of the Blois Assassinations of 1588 : Documents in the Vatican », French History, vol. 3/4, 1989, p. 420-421 (le duc d’Aumale à Sixte Quint, Paris, 31 décembre 1589).

21 BNF, ms. ital. (= fonds italien, ms.) 2254, fol. 344v° (Lucinge au duc de Savoie, Paris, [fin janvier 1589]). N. Le Roux, « Justice, Justice, Justice, au nom de Jésus-Christ. Les princesses de la Ligue, le devoir de vengeance et l’honneur de la maison de Guise », A. Nayt-Dubois et E. Santinelli-Foltz (dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2009, p. 439-458.

22 Épitaphes des deux Frères martyrs, par un Gentil-homme angevin, Paris, D. Millot, 1589.

23 Les cruautez sanginaires, exercées envers feu Monseigneur le Cardinal de Guise […]. Avec la remonstrance faicte au Roy, par Madame la Duchesse de Nemours, sur le massacre de ses enfans, s. l., 1589.

24 BNF, ms. fr. 3977, fol. 27 (pouvoir du duc de Mayenne aux sieurs de Rosne et de Saint-Paul pour commander en Champagne, Dijon, 8 janvier 1589). Sur ces personnages : L. Davillé, « Chrétien de Savigny, sieur de Rosne (1550 ?-1596) », Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 4e sér., t. 10, 1912, p. xix-xxxi ; L. Bourquin, « Pratiques politiques et image de la noblesse ligueuse : l’exemple d’Antoine de Saint-Paul », Histoire, Économie et Société, t. 9/2, 1990, p. 185-195.

25 F. Bonnardot (éd.), Registres des délibérations du Bureau de la ville de Paris, 1499-1628, Paris, 1883-1958, t. IX, p. 221 (la Ville de Paris au duc de Mayenne, Paris, 1er janvier 1589).

26 BNF, ms. fr. 5045, fol. 180v° (« Relazione del seg. Manelli secretario dell Illustrissmo cardinal Gondi, partito di Francia alli xj et arrivato in Praga a xxij di febraro 1589 »).

27 Archivo Segreto Vaticano, Nunziatura di Francia, vol. 34, fol. 28 et 31 (Mayenne au pape, Paris, 22 février et 14 mars 1589).

28 BNF, ms. fr. 4715, fol. 13 (La Vieuville à Nevers, [Mézières, vers le 20 mai 1589]).

29 Sur le poids des villes en Champagne, voir M. W. Konnert, Local Politics in the French Wars of Religion : The Towns of Champagne, the Duc de Guise, and the Catholic League, 1560-95, Aldershot, Ashgate, 2006.

30 BNF, ms. ital. 2254, fol. 345 (Lucinge au duc de Savoie, Paris, [fin janvier 1589]).

31 BNF, ms. fr. 5045, fol. 174 (lettre de Bourges, 7 février 1589).

32 Ibid., fol. 174r°-v° (lettre de Bourges, 17 février 1589).

33 Declaration de monsieur de La Chastre aux habitans de Bourges, le 4 avril, Paris, D. Millot, 1589.

34 W. Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, trad. fr., Paris, Éd. de l’EHESS, 1992 (1991), p. 287 sqq.

35 BNF, ms. fr. 3422, fol. 76 (le duc Mercœur au duc de Nevers, Nantes, 8 janvier 1589). R. H. Harding, « Revolution and Reform in the Holy League : Angers, Rennes, Nantes », Journal of Modern History, t. 53/4, 1981, p. 379-416 ; E. C. Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », Sixteenth-Century Journal, t. 23/1, 2002, p. 109-128 ; Id., Authority and Society in Nantes during the French Wars of Religion, 1559-98, Manchester, Manchester University Press, 2006.

36 BNF, ms. fr. 3977, fol. 17 (le Bureau de Ville de Paris au duc de Nevers, Paris, 8 janvier 1589).

37 BNF, ms. fr. 3977, fol. 43v° (le duc de Nevers au Bureau de Ville de Paris, Tours, 28 janvier 1589).

38 BNF, ms. fr. 5045, fol. 180-181 (« Relazione del seg. Manelli secretario dell Illustrissmo cardinal Gondi, partito di Francia alli xj et arrivato in Praga a xxij di febraro 1589 »).

39 Ibid., fol. 183-184 (mémoire en italien : liste des villes).

40 BNF, ms. fr. 5045, fol. 185-186 (mémoire en italien : liste des seigneurs).

41 S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1598), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2000.

42 BNF, ms. fr. 3422, fol. 104-105 (Montigny au duc de Nevers, Sancerre, 31 mars 1589).

43 BNF, ms. ital. 2254, fol. 278 (Lucinge au duc de Savoie, [Paris, 13 mars 1589]).

44 BNF, ms. fr. 5045, fol. 187 (nouvelles de Langres, 4 août 1589).

45 BNF, ms. fr. 3422, fol. 134 (Catherine de Clèves, duchesse de Guise, au duc de Nevers, [Paris, août 1589]).

46 BNF, ms. fr. 3419, fol. 93 (La Chastre au duc de Nevers, Paris, 8 août 1589).

47 Archives nationales, Minutier central, VIII, 406, fol. 212 (reconnaissance par la duchesse de Nemours d’une promesse faite le 12 août 1589 de verser 2 000 écus à Vitry pour lui livrer Dourdan, 29 août 1591) ; BNF, ms. fr. 26157, no 67 (acquit patent du duc de Mayenne pour le remboursement des 600 écus prêtés le 17 août 1589, La Fère, 31 décembre 1591). Le ligueur Rozée donne le nom de trois autres seigneurs qui quittèrent le parti royal : Dampierre, Boucart et Gobert (BNF, ms. fr. 23296, p. 42).

48 BNF, ms. ital. 1738, fol. 42v° (dépêche de Giovanni Mocenigo, Tours, 4 août 1589).

49 R. S. Love, « Winning the Catholics : Henri IV and the Religious Dilemma in August 1589 », Canadian Journal of History, t. 24/3, 1989, p. 361-379 (p. 374-375).

50 BNF, ms. fr. 15591, fol. 89 (les princes au grand-duc de Toscane, Neuilly-Saint-Front, 18 août 1589).

51 BNF, coll. Dupuy 61, fol. 36v° (Matignon au roi, Bordeaux, 18 août 1589).

52 BNF, ms. fr. 4716, fol. 35 (déchiffrement d’une lettre adressée au duc de Nevers, [1589]).

53 A. Boltanski, Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Droz, 2006, p. 460-476.

54 BNF, ms. fr. 4716, fol. 11 (le duc de Nevers à la duchesse de Guise, s. l., 31 août 1589).

55 Ibid., fol. 99 (le duc de Nevers au comte de Soissons, Clamecy, 30 août 1589).

56 Ibid., p. 5.

57 S. Carroll, Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2006; M. Nassiet, La Violence, une histoire sociale. France, XVIe-XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

58 BNF, ms. fr. 3421, fol. 33 (Giovanni Maria Manelli au duc de Nevers, Nevers, 28 août 1589).

59 « Relatione delle Divisioni di Francia. 1589 », Tesoro Politico. Cioè Relationi. Instruttioni. Trattati. Discorsi vari. Di Ambasciatori. Pertinenti alla Cognitione & Intelligenza delli Stati, Interessi, & Dipendenze de i più gran Prencipi del Mondo. Nuovamente Impresso, A beneficio di chi si diletta intendere, & pertinentemente discorrere le cose di Stato, Nell’Accademia Italiana di Colonia, terza impressione, 1598, p. 283-312.

60 J. Balsamo, « Les origines parisiennes du Tesoro politico (1589) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 58/1, 1995, p. 7-23 ; A. E. Baldini, « Origini e fortuna del Tesoro politico alla luce di nuovi documenti dell’Archivio del Sant’Ufficio », Studia Borromaica, vol. 14, 2000, p. 155-174 ; S. Testa, « Per una interpretazione del Thesoro politico (1589) », Nuova rivista storica, vol. 85, 2001, p. 347-362 ; Id., « Alcune riflessioni sul Thesoro politico (1589) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 64/3, 2002, p. 679-687 ; Id., « Did Giovanni Maria Manelli publish the Thesoro politico (1589) ? », Renaissance Studies, vol. 19/3, 2005, p. 380-393 ; Id., « From the “Bibliographical Nightmare” to a Critical Bibliography. Tesori politici in the British Libray, and Elsewhere in Britain », Electronic British Library Journal, no 1, 2008, p. 1-33.

61 J.-M. Constant, La Ligue, op. cit., p. 325-332.

Autor

Professeur d’histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2 (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190). Ses travaux portent sur le pouvoir monarchique, la société de cour, la culture nobiliaire et la violence. Il a publié notamment La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Champ Vallon, 2001 ; Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III (1er août 1589), Gallimard, 2006 ; Les Guerres de Religion (1559-1629), Belin, 2009, et Le Roi, la Cour, l’État, de la Renaissance à l’Absolutisme, Champ Vallon, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site