Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La Ligue et ses frontières

 | 
Sylvie Daubresse
, 
Bertrand Haan

Première partie. Des divisions omniprésentes des frontières mouvantes

Le clergé français et les états généraux de Blois en 1588 : théologiens ligueurs contre prélats de cour ?

Thierry Amalou

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Évoquer la question des débats qui agitèrent la chambre du clergé aux états de Blois suppose de mettre à distance critique l’interprétation des historiens contemporains proches du pouvoir royal. Ces derniers cherchèrent surtout à expliquer, sinon à justifier, l’assassinat des Guise par Henri III, un « coup de majesté1 » qui selon eux aurait été provoqué par l’attitude des députés des trois ordres. Ainsi Étienne Pasquier évoque les « dépités députés » sous l’emprise du duc de Guise2. Jacques-Auguste de Thou donne également l’image d’une assemblée sous l’influence politique de la Ligue : « Cependant tous les députés des provinces étoient arrivés mais la plupart étoient livrés à la Ligue. C’est ce qui trompa le roi qui s’étoit imaginé pouvoir recouvrer dans cette assemblée l’autorité qu’il avoit perdue3. » Le même historien oppose la fidélité exemplaire pour le roi d’un prélat de cour – Renaud de Beaune, archevêque de Bourges, orateur du clergé à Blois qui devait plus tard instruire et...

Autor

Maître de conférences à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), UMR 8066.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540