Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Ligue et ses frontières

 | 
Sylvie Daubresse
, 
Bertrand Haan

Première partie. Des divisions omniprésentes des frontières mouvantes

Le clergé français et les états généraux de Blois en 1588 : théologiens ligueurs contre prélats de cour ?

Thierry Amalou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Évoquer la question des débats qui agitèrent la chambre du clergé aux états de Blois suppose de mettre à distance critique l’interprétation des historiens contemporains proches du pouvoir royal. Ces derniers cherchèrent surtout à expliquer, sinon à justifier, l’assassinat des Guise par Henri III, un « coup de majesté1 » qui selon eux aurait été provoqué par l’attitude des députés des trois ordres. Ainsi Étienne Pasquier évoque les « dépités députés » sous l’emprise du duc de Guise2. Jacques-Auguste de Thou donne également l’image d’une assemblée sous l’influence politique de la Ligue : « Cependant tous les députés des provinces étoient arrivés mais la plupart étoient livrés à la Ligue. C’est ce qui trompa le roi qui s’étoit imaginé pouvoir recouvrer dans cette assemblée l’autorité qu’il avoit perdue3. » Le même historien oppose la fidélité exemplaire pour le roi d’un prélat de cour – Renaud de Beaune, archevêque de Bourges, orateur du clergé à Blois qui devait plus tard instruire et...

Auteur

Maître de conférences à l’université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), UMR 8066.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540