Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Cinquième partie. La guerre éclipsée

Chapitre XV. Ellipse : la mémoire captive de Pierre Schoendoerffer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Omettre sans oublier de dire

Le 7 mai 1954, à l’annonce du cessez-le-feu à Diên Biên Phu, il fut demandé aux soldats de détruire leurs armes et munitions, Pierre Schoendoerffer, opérateur du Service Cinématographique des Armées détruisit ce qu’il considérait être « ses » armes et « ses » munitions : sa caméra et des rouleaux de pellicule. Il n’avait donc plus les moyens d’enregistrer la réalité du camp dans lequel il fut détenu pendant les semaines qui suivirent. L’absence de représentation audiovisuelle des camps dans ses films peut, dès lors, symboliquement s’interpréter comme le rappel de cet état de fait.

« Pour être reçu un témoignage doit être approprié, c’est-à-dire dépouillé autant que possible de l’étrangeté absolue qu’engendre l’horreur. Cette condition drastique n’est pas satisfaite dans le cas des témoignages de rescapés. Une raison supplémentaire de la difficulté à communiquer tient au fait que le témoin a été lui-même sans distance aux événements ; il n...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540