Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Quatrième partie. Figures de guerre. L'armée des oubliés

Chapitre X. Les sacrifiés

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La disparition du père

L’Indochine, à la différence de l’Algérie, n’est pas une colonie de peuplement, mais une colonie d’exploitation. Trop éloignée de la métropole, elle n’est qu’une tête de pont de l’impérialisme français perdue en Extrême-Orient. Son existence est liée à des intérêts économiques autour desquels se tisse un réseau nébuleux de scandales financiers que l’opinion publique suit épisodiquement comme un feuilleton exotique. Les Français ne se sont pas sentis autant concernés et meurtris par la guerre d’Indochine que par la guerre d’Algérie. Certes, devant l’ampleur du conflit, l’envoi du contingent en renfort a bien été plusieurs fois évoqué, mais jamais appliqué. Pré carré militaire, l’Indochine n’a donc vu combattre que des engagés volontaires. Or, le militaire de carrière est un être à part dans les représentations collectives : il est celui dont le devoir implique le sacrifice, tandis que l’appelé apparaît davantage comme une victime non consentante.

...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540