Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Troisième partie. Un conflit inscrit dans le XXe siècle

Chapitre VIII. L’Algérie des fantômes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le spectre de la défaite ou l’Algérie, Hamlet colonial

La guerre d’Indochine se clôt avec les accords de Genève le 21 juillet 1954. À peine plus de trois mois plus tard, le 1er novembre 1954, débute la guerre d’Algérie. Le Corps expéditionnaire est transféré d’un front à l’autre, enchaînant les guerres déclarées pour une seule et même cause : l’indépendance des pays colonisés.

Il n’est donc pas étonnant que le vocable « Indochine » soit souvent utilisé dans les films portant sur la guerre d’Algérie pour laisser entendre, au sens littéral de l’expression, une filiation possible entre les deux guerres de décolonisation. Il s’agit pour les officiers français, déplacés d’un théâtre des opérations à l’autre, de laver l’honneur de l’armée en évitant à tout prix de connaître la honte d’une nouvelle débâcle. L’écho de la guerre d’Indochine résonne en Algérie comme une cloche de lépreux, rappelant par sa seule énonciation la menace de la défaite. Le terme, lourd d’une mémoire ancien combattant...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540