Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Deuxième partie. L'imaginaire colonial

Chapitre IV. Stéréotypie : les identités de l’Autre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La congaye ou l’éternel repos du soldat

La représentation de la guerre d’Indochine procède d’un double mécanisme de cristallisation et d’occultation. Elle dit pour mieux taire, mais tait aussi pour mieux dire. Il ne s’agit pas tant d’une perte de mémoire que d’un trou de mémoire, la mémoire de l’événement existe, mais elle est lacunaire, morcelée, émiettée. Par un tour de passe-passe filmique, le cinéma français crée le manque, il détourne les yeux des spectateurs du sujet alors qu’il occupe l’écran.

Première gamme de leurres destinés à traiter de la guerre d’Indochine à l’insu du public, les signifiants coloniaux. Ils réactivent une mémoire collective imaginaire suffisamment lointaine, intégrée et déréalisée pour que sa charge ne menace pas de faire sauter le tabou.

« Con gaï », francisé en « congaye », signifie en vietnamien « jeune fille », mais en intégrant le français des colonies le terme a perdu en fraîcheur et en innocence pour une connotation péjorative persistante : la congay...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540