Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Première partie. Mémoire sélective, sinistre mémoire

Chapitre II. Claude Bernard-Aubert : voyage au bout de l’enfer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme Pierre Schoendoerffer, Claude Ogrel (dit Claude Bernard comme opérateur en Indochine, dit Claude Bernard-Aubert en tant que réalisateur depuis 1956) voit dans le Service Presse Information (SPI) de l’armée, son ultime chance de faire du cinéma1. Il s’engage donc dès 1948, à peine âgé de 18 ans, pour six mois de classe à l’issue desquels le choix lui est donné entre une incorporation en Allemagne ou en Indochine. « Pour le climat » dit-il, pour changer d’horizon maintenant qu’il n’a plus d’attache en métropole (sa mère est morte en 1945), il gagne l’Indochine en janvier 1949. Il officie tout d’abord à Radio France-Hanoï, où il anime douze heures hebdomadaires de direct. Un jour, un professeur du lycée Albert Sarraut de Hanoï, lui demande s’il serait possible de programmer une série d’émissions historiques. Claude Bernard-Aubert se lance dans la reconstitution radiophonique, narrant la libération de Paris ou l’assassinat de Henri IV.

La fermeture de la station en 1950 lui donne l...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540