Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre d'Indochine dans le cinéma français

 | 
Delphine Robic-Diaz

Première partie. Mémoire sélective, sinistre mémoire

Chapitre I. Pierre Schoendoerffer, héraut d’Indochine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’origine alsacienne, élevé dans la confession protestante, Pierre Schoendoerffer est né le 5 mai 1928 à Chamallière dans le Puy-de-Dôme1. Enfant, il dévore, entre autres, les romans de Conrad et Kipling et rêve d’aventures. Passionné par la mer, il embarque en 1947, à l’âge de 19 ans, sur un caboteur suédois en partance pour les mers du Nord ; mais partager le quotidien des héros des lectures de sa jeunesse ne saurait suffire à son âme d’artiste. Si très vite l’écriture le tente autant qu’il la redoute, il choisit pourtant de s’essayer dans un premier temps à la caméra. Sa nouvelle vocation se heurte alors à l’autarcie du monde du cinéma. En 1951, alors qu’il perd peu à peu espoir, Le Figaro publie un article de Serge Bromberger rendant hommage au « soldat de l’image », Georges Kowal, mort en Indochine. Schoendoerffer comprend qu’il tient sa dernière chance de devenir cameraman. Il passe deux semaines à étudier les appareils de prise de vue dans le magasin du principal revendeur de...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540