Version classiqueVersion mobile

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Que voyait-on de Rome au XVIe siècle ? La perception de la Ville à travers les vues gravées et le Journal de voyage de Michel de Montaigne

Emmanuel Lurin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’expérience nous enseigne que la forme d’une ville, et plus généralement celle d’un lieu, ne se limitent pas à l’ensemble des représentations que l’on en a reçues. Aucun discours, ni même aucune image ne sauraient rendre compte de la manière dont chaque ville nous apparaît vraiment, ni de tout ce qu’elle peut représenter en termes de sensations, de pensées et de suggestions diverses pour un sujet qui en fait une fois l’expérience. Car la forme de la ville, comme l’indique le sens premier du mot, avant d’être une image ou un concept attachés historiquement à un lieu, est avant tout, et pour chacun d’entre nous, une affaire d’expérience. Rappelons que le mot forma, en latin, peut désigner aussi bien le moule que la figure moulée, le plan de la maison que son volume extérieur, soit l’apparence d’une chose comme ce qui détermine sa matière et l’ordonne intérieurement. Il en va de la perception des lieux comme des autres aspects de la réalité physique : notre compréhension du monde repo...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search