Version classiqueVersion mobile

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Formes urbaines et nécessités de la défense du territoire dans le Nord-Est iranien (IXe-XIe siècles)

Camille Rhoné

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Entre le milieu du IXe et le milieu du XIe siècle, l’Iran nord-oriental (Khorassan et Transoxiane) est aux mains de dynasties sultaniennes – saffaride, samanide ou ghaznévide – qui jouissent d’une indépendance de fait à l’égard du pouvoir central des califes abbassides de Bagdad1. Ces dynasties justifient leur indépendance par la nécessité de défendre le monde islamique (Dār al-islām) contre la menace barbare émanant des steppes turkes. Au sein de l’Iran nord-oriental, même si le pouvoir sultanien prétend gérer toute la région, bon nombre de villes se caractérisent par de fortes tendances autonomistes2. Dans un contexte où l’espace est largement segmenté en raison de la présence de vastes déserts et de reliefs montagneux, le rôle des villes en matière d’occupation du sol et de contrôle du territoire est particulièrement important3 (fig. 1). Les centres urbains concentrent les enjeux politiques et économiques ; ils interviennent dans l’exploitation des ressources...

Auteur

Professeur du second degré – UMR 8167 Orient et Méditerranée.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search