Version classiqueVersion mobile

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Un aspect de la forme de la ville dans l’Occident romain : la topographie des lieux de l’artisanat sous la République et le Haut-Empire

Maria Luisa Bonsangue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour tenter de définir la forme de la ville à l’époque romaine, il peut être intéressant d’analyser un élément à la fois général et spécifique de la morphologie et du paysage urbains : la topographie des lieux de l’artisanat. Ce sujet a connu depuis les années 1990 un véritable renouvellement historiographique qui nous a permis d’enrichir nos connaissances sur les capacités productives de la ville romaine, sur la place des artisans dans les sociétés civiques et sur les évolutions sociales des cités inscrites dans l’espace urbain. Les observations qui suivent s’insèrent dans ce renouvellement et visent à proposer une synthèse des apports les plus récents de la recherche. Que faut-il entendre, avant tout, par artisanat urbain ? On s’appuiera sur une définition large du terme « artisanat », comprenant les métiers de la production de biens manufacturés destinés à la vente ainsi que l’artisanat alimentaire, les métiers de l’hôtellerie et ceux offrant à la clientèle des services de répara...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search