Versión clásicaVersión móvil

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Formes et déformations de la ville égéenne. Akrotiri et les villes minoennes au prisme de l’historiographie récente

Raphaël Orgeolet y Maia Pomadère

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Esquisser la « forme de la ville » est un exercice d’autant plus périlleux pour les périodes très anciennes que les sources manquent et que nous n’avons pas le loisir de croiser différents supports : nos données sont essentiellement archéologiques ; l’iconographie est peu abondante, tandis que les textes font défaut. Les lacunes de la documentation posent à la fois la question de l’objectivité de la forme que l’on reconnaît à la ville, mais aussi, et dans une dimension plus essentielle, celle de sa définition.

Dépourvus de sources textuelles, nous ne pouvons aborder la question de la ville protohistorique que munis des concepts et des définitions modernes, aux risques d’un travers téléologique et de l’anachronisme. Cela peut être aggravé, dans le cas des recherches menées dans le monde égéen, par le poids de la culture classique, qui impose ses modèles : la ville grecque classique est souvent la référence à l’aune de laquelle on mesure le degré d’urbanité des agglomérations plus anci...

Autores

Aix-Marseille Université (France) – UMR 7269 LAMPEA.
Université de Picardie-Jules Verne, Amiens (France) – EA 4284 TrAme.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search