Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Reims : la part de l’Antiquité dans la forme urbaine. Éléments de réévaluation des héritages médiévaux et modernes

Claire Pichard et Ricardo Gonzalez-Villaescusa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La conscience du passé antique de la ville de Reims remonte au moins au XVIIe siècle1. Ce passé est reconnu et plus ou moins lu dans la forme urbaine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, notamment à la suite des travaux de Kalas, architecte de la ville2. On soulève alors l’idée de la permanence d’un quadrillage viaire antique. Mais les différents aménagements effectués par les ingénieurs des Ponts et Chaussées du XVIIIe siècle et les architectes d’avant la Première Guerre mondiale ne s’inscrivent pas explicitement dans une histoire urbaine. Bien qu’ils soulignent les lignes directrices de l’urbanisme gallo-romain, ces aménagements participent surtout au mouvement d’embellissement classique des villes du siècle des Lumières3. Après la Première Guerre mondiale, alors que l’essentiel du centre-ville de Reims a été détruit par les bombardements4, la préoccupation des urbanistes n’est pas davantage d’inscrire la ville dans son passé, mais d’adapter son plan aux temps nouveaux, en ...

Auteurs

Université de Nice-Sophia-Antipolis (France) – UMR 7264 CEPAM.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540