Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Cinquième partie. Limites du concept

Limites du concept

Texte intégral

1Dans cette ultime partie ont été réunies les études dont les résultats invitent à réfléchir aux limites du concept de forme appliqué au phénomène urbain, et ce non pas pour nuancer, dans un mouvement de balancier aux allures rhétoriques par trop scolaires, les conclusions précédentes, mais plutôt pour finir sur une note excluant tout esprit de système et permettant de prendre aussi en compte la fluidité qui, en tant que propre aux organismes vivants, caractérise également les réalités urbaines : la forme de la ville n’est pas immuable, et il existe maints exemples de ruptures dans l’histoire de la fabrication de tel ou tel tissu urbain ; au-delà, par ailleurs, de ces phénomènes de discontinuité, et précisément en raison du caractère changeant des villes, c’est la définition même de ce que peut être une forme urbaine qui est parfois problématique ; enfin, dans un dernier ordre d’idées, on ne saurait ignorer la difficulté qu’il peut y avoir, même lorsque l’existence d’une forme de la ville est avérée, à percevoir celle-ci de façon exacte ou, plus encore, complète.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site