Version classiqueVersion mobile

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Troisième partie. Traductions d'un idéal

La ville tragique a-t-elle une forme ? L’exemple de Thèbes chez Euripide

Sylvie Perceau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La tragédie grecque, qui est athénienne, porte le plus souvent à la scène des mythes extérieurs à l’histoire d’Athènes, en particulier les mythes de la cité de Thèbes1, terre du dieu emblématique du genre, Dionysos. On a pu dire que, du fait de l’abondante matière mythologique qui la caractérise, Thèbes constitue pour Athènes une sorte d’anti-cité2. Comme l’écrit Isocrate qui, dans sa Panathénaïque (121-123), y fait allusion sans la nommer, Thèbes est le lieu « des crimes les plus marqués par leur impiété et leur barbarie […]. Les meurtres de frères, de pères […] les incestes, les enfants procréés dans les seins mêmes auxquels les pères devaient le jour […] les cécités et tant d’autres violences si nombreuses que jamais l’embarras ne prend les écrivains qui ont coutume chaque année de porter à la scène les calamités de ce temps-là ».

Écrites aux alentours de 410 avant J.-C. alors que la guerre du Péloponnèse (qui oppose depuis bientôt vingt ans Sparte à Athènes) n’est toujours pas fi...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search