Versión clásicaVersión móvil

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Troisième partie. Traductions d'un idéal

La ville tragique a-t-elle une forme ? L’exemple de Thèbes chez Euripide

Sylvie Perceau

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

La tragédie grecque, qui est athénienne, porte le plus souvent à la scène des mythes extérieurs à l’histoire d’Athènes, en particulier les mythes de la cité de Thèbes1, terre du dieu emblématique du genre, Dionysos. On a pu dire que, du fait de l’abondante matière mythologique qui la caractérise, Thèbes constitue pour Athènes une sorte d’anti-cité2. Comme l’écrit Isocrate qui, dans sa Panathénaïque (121-123), y fait allusion sans la nommer, Thèbes est le lieu « des crimes les plus marqués par leur impiété et leur barbarie […]. Les meurtres de frères, de pères […] les incestes, les enfants procréés dans les seins mêmes auxquels les pères devaient le jour […] les cécités et tant d’autres violences si nombreuses que jamais l’embarras ne prend les écrivains qui ont coutume chaque année de porter à la scène les calamités de ce temps-là ».

Écrites aux alentours de 410 avant J.-C. alors que la guerre du Péloponnèse (qui oppose depuis bientôt vingt ans Sparte à Athènes) n’est toujours pas fi...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search