Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Deuxième partie. Reflets du pouvoir politique

Regiae aedes : le prince au miroir de sa ville

Marco Folin
Traduction de Isabelle Bouvrande

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que la forme physique d’une ville ne fasse que refléter son ordre politique (en particulier les rapports entre le souverain et ses sujets), c’est une idée que l’on trouve déjà clairement énoncée chez Aristote et qui est développée dans le De re aedificatoria de Leon Battista Alberti. Ce dernier explique que « la cité des tyrans diffère de celle des rois » et que, selon que le pouvoir du souverain est absolu ou modéré, « l’ensemble des édifices et les villes elles-mêmes ne sont pas les mêmes » (« omnia aedificia tum et urbem ipsam1 »).

Les pages qui suivent graviteront autour de deux hypothèses de base : la première est qu’à l’époque de la Renaissance, la correspondance entre le type de régime constitutionnel en vigueur et l’aspect matériel de la cité n’était pas une simple métaphore politique, mais représentait un objectif stratégique extrêmement concret, au nom duquel il était possible de porter des projets visant à transformer l’image urbaine en tablant sur le renouvellement du pal...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540