Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Premiere partie. Expressions identitaires

Entre ville et campagne. Le rôle d’une abbaye extra muros dans le développement d’une ville épiscopale

Sheila Bonde et Clark Maines

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est en 1551 que fut prise la décision d’élargir les fortifications de la ville épiscopale de Soissons1. Cette décision entraîna la destruction de plusieurs grandes institutions religieuses, dont l’église collégiale Notre-Dame-des-Vignes et une partie du prieuré clunisien de Saint-Pierre-à-la-Chaux, sur le flanc nord de la ville, ainsi que la paroissiale de Saint-Rémi, sur son flanc ouest. Au chapitre des maisons régulières, il existait quatre abbayes importantes, toutes situées à l’extérieur des remparts lors de leur fondation. Les abbayes de Saint-Crépin-le-Grand et de Saint-Médard restèrent hors de l’enceinte de la ville jusqu’à leur destruction à la Révolution française2. L’abbaye de Saint-Léger, également fondée à l’extérieur de la ville, avait été incorporée dans la fabrique urbaine dès le XIIIe siècle3 (fig. 1). Quant à l’importante abbaye augustinienne de Saint-Jean-des-Vignes, déjà fortifiée, mais toujours située hors des remparts, elle était menacée de destruction par la ...

Auteurs

Brown University, Providence, Rhode Island (États-Unis).
Wesleyan University, Middletown, Connecticut (États-Unis).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540