Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Premiere partie. Expressions identitaires

D’Orient en Occident. Remarques sur la morphologie urbaine des villes phéniciennes et puniques

Hédi Dridi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les caractères spécifiques des villes phéniciennes et puniques, le passage suivant de Strabon est incontournable1 :

« La première ville de cette section du littoral est Malaca, à la même distance du mont Calpé que Gadeira […] Mænacé [Mαινάκη] est plus éloignée du mont Calpé, elle a été détruite de fond en comble et le peu de vestiges qui en ont subsisté sont ceux d’une ville grecque [τὰ δ’ἴχνη σώζουσα Ἑλληνικῆς πόλεως], tandis que Malaca [Μάλακα], beaucoup plus proche du mont Calpé, est phénicienne d’apparence [Φοινικικὴ τῷ σχήματι]2. »

Strabon, qui ne connaissait pas la péninsule Ibérique mais qui a certainement eu l’occasion de voir des cités phéniciennes à l’occasion de ses voyages, de même que sa source, probablement Posidonios de Rhodes qui, lui, a visité la Péninsule3, semblent affirmer à travers ce passage qu’un certain nombre de caractères morphologiques particuliers distinguaient les cités phéniciennes (ici l’actuelle Malaga par rapport à Maina...

Auteur

Université de Neuchâtel (Suisse) – UMR 8167 Orient et Méditerranée.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540