Version classiqueVersion mobile

La forme de la ville

 | 
Stéphane Bourdin
, 
Michel Paoli
, 
Anne Reltgen-Tallon

Introduction

Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les peuples [du Brésil] sont éparpillés çà et là et n’habitent pas dans des maisons, mais dans des grottes ou des cabanes composées de branchages et de feuilles de palmier ; et parce que cette manière de vivre ainsi dispersés fait que les esprits de ces gens-là restent dans la sauvagerie et leurs mœurs dans l’âpreté, et crée de grandes difficultés pour la prédication de l’Évangile […], les Portugais et les pères de la Compagnie de Jésus usent d’une extrême diligence pour les réunir en des lieux plus opportuns où, vivant de façon civile, ils puissent être plus aisément endoctrinés dans la foi par ces pères et gouvernés par les officiers du roi. »
Giovanni Botero, Des causes de la grandeur des villes [1588], éd. Descendre R., Paris,
Éditions Rue d’Ulm, 2014, p. 12.

Si l’on est persuadé dès l’Antiquité que la ville dispose (ou doit disposer) d’une forme reconnaissable, celle-ci demeure en grande partie une représentation. La ville possède certes une dimension matérielle – même si les gé...

Auteurs

Agrégé d’histoire et ancien membre de l’École française de Rome, maître de conférences en histoire et archéologie du monde romain à l’université de Picardie-Jules Verne, membre de l’unité de recherche TrAme (EA 4284) et directeur des études pour l’Antiquité à l’École française de Rome. Ses recherches portent sur l’organisation politique et sociale des peuples de l’Italie préromaine.
Normalien et agrégé d’italien, professeur des universités en littérature et civilisation italiennes à l’université de Picardie-JulesVerne, où il dirige l’unité de recherche TrAme (EA 4284). Il est spécialiste de la Renaissance italienne et particulièrement de Leon Battista Alberti et de l’Arioste.
Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire et ancienne pensionnaire de la Fondation Thiers, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Picardie-Jules Verne et membre de l’unité de recherche TrAme (EA 4284). Ses recherches portent sur l’histoire religieuse occidentale de la fin du Moyen Âge.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search