Version classiqueVersion mobile

La fin de l'Empire romain d'Occident

 | 
Christine Delaplace

Troisième partie. 382-418 : le rôle des chefs goths dans les guerres civiles de l'Empire romain

Chapitre VI. 411-418. Une armée gothique au service de Rome dans le cadre de la réorganisation de l’Occident

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour comprendre l’évolution de la géostratégie des Goths à partir du moment où ils prirent conscience de l’inanité de demeurer en Italie, sans contrat militaire et sans approvisionnement alimentaire, il faut peut-être préalablement se tourner à nouveau vers la situation de l’Espagne. En effet, le rôle officiel assigné aux Goths à partir de 416, mais très vraisemblablement, nous le verrons, dès 414, donc trois ans seulement après leur départ d’Italie, fut lié à la surveillance de la péninsule Ibérique1. On peut en conclure que la géostratégie de ceux que l’historiographie, à partir de Jordanès, appelle les Wisigoths, fut dès l’établissement du « royaume de Toulouse », tournée vers le contrôle de l’Espagne, d’abord dans le cadre de cette mission militaire qui leur fut confiée par l’empereur d’Occident jusqu’en 476, ensuite dans le cadre de leur autonomie reconnue par Constantinople. Comme nous l’avons démontré dans le chapitre précédent, en 411, il n’y eut pas de traité conclu entre R...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search