Version classiqueVersion mobile

La fin de l'Empire romain d'Occident

 | 
Christine Delaplace

Deuxième partie. Les traditions diplomatiques de l'Empire romain. Les héritages (jusqu'en 382)

Chapitre I. Les traditions diplomatiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ambassades et ambassadeurs : les règles de la diplomatie antique

Dans les cités grecques comme dans la Rome républicaine, la constante est donc l’absence d’ambassadeurs et de représentation diplomatique permanents. Ce fait mérite d’être jugé à l’aune du nombre considérable de relations que l’existence de nombreuses cités indépendantes, la mise en place de ligues et de confédérations, les relations avec l’Orient, Rome ou l’Occident devaient produire. Distorsion que les sources ne comblent pas, puisqu’elles ne donnent du ballet incessant des émissaires en tout genre qu’une image fragmentaire et des données statistiques squelettiques. Nous verrons que cette « image en creux » n’est pas sans importance pour l’analyse des rapports de force aux Ve et VIe siècles et qu’il y a lieu de s’en affranchir avant de conclure toute réflexion sur le contenu des traités et l’installation des royaumes romano-barbares.

Si l’on se réfère aux sources athéniennes, les affaires diplomatique...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search