Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cour sous l'empereur Claude

 | 
Anne-Claire Michel

Troisième partie. La cour, lieu de pouvoir et de symbole du pouvoir

La cour, lieu de pouvoir et de symbole du pouvoir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’existence de la cour, nous l’avons vu, ne repose sur aucune définition officielle et juridique. Son existence n’est pas institutionnalisée ; ses contours sont flous et sa hiérarchie est constamment redéfinie. Elle s’affirme néanmoins comme un des centres de la vie politique romaine. Les historiens travaillant sur la structure curiale de l’époque moderne ont insisté sur la nécessité de la visibilité de celle-ci qui est au cœur même de son essence et de son efficacité : la cour a besoin d’être visible pour que sa composition, sa hiérarchie interne et sa puissance soient connues et reconnues par tous. Des travaux récents ont également envisagé la cour comme un lieu de collaboration et de négociation entre un monarque et son aristocratie1.

À la suite de ces recherches, les Antiquisants2 se sont interrogés sur la pertinence de cette grille de lecture pour la cour impériale romaine. Dans leur sillage, nous nous sommes demandée si, à l’époque de Claude, bien qu’il n’existât pas de société...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540