Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cour sous l'empereur Claude

 | 
Anne-Claire Michel

Deuxième partie. La cour comme milieu social prosopographie de la cour claudienne

Chapitre V. Continuités et ruptures dans la composition de la cour entre 41 et 54

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’analyse du corpus prosopographique a montré le poids de l’héritage des précédents principats, ainsi que celui du respect des hiérarchies sociales et politiques préexistantes, dans la composition de la cour de Claude. Ce dernier accède au pouvoir, en janvier 41, grâce aux prétoriens qui le proclament empereur, contre l’avis d’une partie des sénateurs qui auraient souhaité élire un nouveau prince. En 54, la tradition rapporte qu’avec la soutien du préfet du prétoire et d’autres membres de la structure aulique, Agrippine aurait assassiné Claude pour assurer le pouvoir à son fils Néron, au détriment de Britannicus, fils de Claude et de Messaline. Les deux bornes du principat de Claude attestent dès lors une contestation, non du principat, mais de la personne du prince par le cœur même des élites de l’Empire. Elles illustrent le fait qu’étant en grande partie un milieu imposé, la cour doit être surveillée et peut être à l’origine des oppositions au prince et de sa chute1.

Claude a-t-il ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540