Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bataille

 | 
Franck Mercier
, 
Yann Lagadec
, 
Ariane Boltanski

Auray, 1364 : un champ de bataille au cœur de la mémoire bretonne

Laurence Moal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme zone de conflit, les champs de batailles médiévales n’offrent généralement plus de trace visible mais parfois, des croix ou des chapelles rappellent au visiteur l’intensité du combat qui s’y est déroulé, comme à Pontvallain, dans la Sarthe, où la tradition locale rapporte que Bertrand du Guesclin avait fait dresser une croix de bois, la Croix-Brette, sur la sépulture des soldats morts au combat1. C’est également le cas sur le site de la bataille d’Auray du 29 septembre 1364 où Jean Le Boulc’h, maire de Brec’h, décide en 1842 d’élever une croix de granit en remplacement d’une croix ancienne, non loin de la Chartreuse, construite sur le lieu probable de la bataille.

Sur le socle sont inscrits ces quelques mots, aujourd’hui presque illisibles : « En mémoire de la bataille de Jean de Montfort et Charles de Blois en 1364, renouvelée par Jean Le Boulc’h, maire de Brec’h, en 1842. » C’est une façon pour le maire de Brec’h de récupérer sur son territoire une bataille que le nom associe...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540