Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Pleven

 | 
Christian Bougeard

Troisième partie. Un des ténors de la Quatrième République

Chapitre VIII. L'enracinement politique breton (1944-1950)

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 21-22.

1René Pleven quitta donc le gouvernement à la fin janvier 1946 en même temps que le général de Gaulle, par fidélité sans doute, mais aussi parce qu'il n'appartenait pas à l'une des forces du tripartisme. Interrogé par André Malraux sur son envie de rester dans le prochain gouvernement durant “les parlottes” entre ministres — c'est l'expression qu'il employait en 1980 — qui suivirent l'annonce de la démission du général, René Pleven avait répondu par la négative1. De toute façon, il avait trop épousé la politique du général en matière économique et financière pour pouvoir rester, d'autant plus que son successeur aux Finances, André Philip, était l'un des responsables du départ de De Gaulle et l'un des plus farouches opposants à la politique économique et financière défendue par René Pleven en 1945.

2René Pleven se retrouvait député des Côtes-du-Nord où il devait se faire accepter. En quelques années, il devint l'une des principales personnalités politiques de Bretagne.

Les retrouvailles avec le pays de Dinan (septembre 1944-1945)

  • 2 Faure (Edgar), Mémoires I, Avoir toujours raison... c'est un tris grand tort, Pion, 1982, p. 289.
  • 3 Entretien de René Pleven qui ne souhaitait pas s'étendre sur ce point avec l'auteur, le 8 avril 19 (...)

3Une dizaine de jours après son retour en France, à peine confirmé dans ses fonctions ministérielles, René Pleven vint en visite officielle à Dinan, les 9 et 10 septembre 1944. Sa mère y avait vécu la guerre douloureusement : un fils dans la France libre, l'autre à Vichy. En effet, son plus jeune fils Hervé, avocat du barreau de Paris qui s'était lié durant ses études avec son collègue Edgar Faure2, avait servi Vichy. Il avait travaillé au cabinet de Paul Marion, ministre de l'Information, un ultra en rupture de PPF (le parti collaborationniste de Doriot) mais aussi un partisan de la dérive policière du régime. Pour ces fonctions, Hervé Pleven avait été arrêté à la Libération dans le cadre de l'épuration. Emprisonné à Fresnes, il mourut tragiquement en prison à l'automne 1944, “étouffé dans une bousculade”3.

  • 4 Décret n° 1022 du 20 mai 1943. Journal officiel de la France Libre. René Pleven fut décoré de la C (...)

4Cependant, le 9 septembre 1944, c'était un homme auréolé de son action, Compagnon de la Libération depuis le 20 mai 1943 “pour sa volonté inflexible de poursuivre la lutte” dès juin 1940, son “dévouement de tous les instants” et son “désintéressement absolu”4 qui retrouvait cinq ans après sa mère et la petite cité dinannaise. C'était aussi un inconnu. La municipalité avait fait appel à un cousin pour le reconnaître au moment de l'accueillir.

  • 5 Bougeard (Christian), Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des anné (...)

5Dinan, libérée depuis un mois, venait de connaître des moments agités, dans le prolongement des affrontements politiques d'avant-guerre. En effet, lorsque le député-maire depuis 1928 Michel Geistdœrfer, révoqué par Vichy en décembre 1940, membre du Comité Départemental de Libération (CDL) au titre du mouvement de Résistance l'Organisation Civile et Militaire (OCM) avait voulu récupérer sa mairie, il avait trouvé en face de lui des FFI refusant de s'effacer. Mais le conflit avait été réglé rapidement par Henri Avril, le président du CDL5.

  • 6 AD Côtes-d’Armor. JP 21 / A. Dinan républicain, n° 5, 14 septembre 1944.
  • 7 Ibid., Le Républicain de Dinan, 20 septembre 1945. Le journal de Geistdœrfer a changé de titre.

6L'ancien député-maire radical socialiste de Dinan, partisan du Front populaire voulait reconstruire son parti à gauche. Il était partisan de l'alliance avec les socialistes et les communistes. Michel Geistdœrfer avait invité le ministre des Colonies à Dinan pour deux inaugurations symboliques : une rue dédiée au général de Gaulle, l'autre au Dinannais Ange Dubreuil, le premier fusillé des Côtes-du-Nord le 5 décembre 1940, à la suite d'une altercation avec des Allemands. L'allocution de Geistdœrfer donna le ton du patriotisme de la Libération. Il évoqua la mémoire du sergent Gombault fusillé par les Prussiens en 1871 pour une raison similaire, ce sergent dont René Pleven était le petit neveu. On avait raccroché à la hâte à la mairie un tableau relatant cet acte d'héroïsme enlevé sur ordre de l'occupant6. René Pleven qui avait voulu faire auparavant le tour de la ville à pied, répondit par un discours ferme aux accents gaulliens. Il appelait les Bretons à mener à bien l'épuration, à lutter contre le marché noir tout en faisant un effort pour ravitailler les villes et à achever la guerre. C'était aussi un appel à l'ordre : “France d'abord. Tous au travail dans l'ordre et dans l'union”. L'orateur n'oublie pas la dimension sociale sur ces terres radicales “car l'ordre, c'est avant tout la justice sociale”. Dans le sillage du général et de l'esprit du temps, le ministre des Colonies cherchait à se positionner au centre gauche. Si on en croit son hôte, Michel Geistdœrfer, René Pleven n'aurait pas caché qu'il serait heureux “de venir faire de la politique avec lui”, précisant qu'il n'était pas de droite mais “républicain” de toujours et “même laïque”7. Apparemment, dans un département très marqué par la Résistance, René Pleven acceptait le patronage d'une forte personnalité de gauche pour entamer son implantation dans une région gallèse beaucoup plus modérée que la région bretonnante. Désormais, chaque fois que ses fonctions ministérielles lui en laissaient le temps, René Pleven venait dans les Côtes-du-Nord.

Les débuts de l'implantation politique : le Conseil général

  • 8 Bougeard (Ch.), op. cit., p. 1535 et Le Républicain de Dinan, 22 février 1945

7Lorsqu'en février 1945, le CDL des Côtes-du-Nord réorganisa un Conseil général provisoire en attendant les élections, Michel Geistdeorfer proposa son “ami René Pleven” pour le canton de Dinan-est détenu par la droite avant- guerre. En fait, René Pleven avait directement fait acte de candidature auprès du président du CDL. Cette nomination fiit “unanimement acclamée” lors du congrès départemental des comités locaux de Libération à Saint-Brieuc8.

  • 9 Bougeard (Ch.), op. cit., p. 1714-1726.

8Mais avec les élections municipales, un fossé se creusa entre l'autoritaire Michel Geistdœrfer et René Pleven car la liste de gauche du maire sortant fut battue par une liste se réclamant de la Résistance mais comptant en fait des hommes de droite. Pour Geistdœrfer, le nouveau maire Aubert qui avait appartenu à la délégation spéciale mise en place par Vichy était “un maire vichys- sois, clérical et accidentel”. Aussi reprochait-il à la fin de l'été à René Pleven d'être resté au-dessus de la mêlée, de ne pas avoir pris parti dans le conflit gauche-droite et d'entretenir de bonnes relations avec la nouvelle municipalité, en un mot de “se refuser à parler politique” quand il venait à Dinan9.

9Pourtant, la situation conflictuelle de Dinan était exceptionnelle car dans les Côtes-du-Nord, les élections municipales avaient largement confirmé les nominations des nouveaux conseillers de la Libération et marqué un net glissement à gauche, surtout en pays bretonnant où la Résistance des FTP avait été importante.

  • 10 Ibid., p. 1727-1733. Le Républicain de Dinan, 27 septembre 1945

10De toute façon, le ministre de l'Économie et des Finances fut élu le 23 septembre 1945, dès le premier tour, conseiller général du canton de Dinan-est avec 52,8 % des voix, un mandat électif qu'il allait détenir jusqu'en 1976. Mais s'il était élu sous l'étiquette “républicain socialiste”, il avait battu un candidat de la SFIO grâce à l'électorat modéré voire de droite. Dès le début de sa carrière politique, René Pleven se trouvait placé en porte-à-faux entre ses conceptions réformatrices et une partie de sa base électorale. Geistdœrfer qui se désistait pour un communiste dans le canton voisin, notait dans Le Républicain de Dinan du 27 septembre : “Il est élu. Evidemment, c'est ce qu'il désirait. Mais il est élu uniquement par la droite. Est-ce aussi ce qu'il désirait ?”10.

11La même ambiguïté originelle plana après son élection comme député lors de la mise en place du bureau du Conseil général. Sans être ouvertement candidat à la présidence, René Pleven obtint 17 voix, celles du MRP et de la fraction de droite des radicaux contre le Dr Le Quéré (28 voix). Le radical-socialiste Le Quéré obtint le soutien du PCF (12 élus grâce aux candidatures uniques et au désistement des socialistes), de la SFIO (6 sièges) et de la fraction de gauche d'un radicalisme qui avait du mal à se reconstituer. Déjà placé en position centriste par le glissement vers les partis marxistes de l'électorat de gauche, il restait peu d'espace à René Pleven pour se situer au centre gauche de l'échiquier départemental comme les premières élections législatives allaient le montrer.

L'élection comme député des Côtes-du-Nord (21 octobre 1945)

12Le 21 octobre 1945 le ministre des Finances entrait à la première Assemblée constituante comme unique élu de la liste de la Résistance républicaine et démocratique avec 48 350 voix en moyenne et 18,1 % des suffrages exprimés. Tout en siégeant sur les bancs de la nouvelle UDSR, le Français libre s'était présenté sous l'étiquette “républicain socialiste”.

  • 11 Ibid., p. 1800-1814.

13Les électeurs des Côtes-du-Nord avaient massivement approuvé lors du référendum organisé le même jour la naissance d'une Quatrième République (98 % de oui). En revanche la réponse à la seconde question sur la limitation des pouvoirs de l'Assemblée fut plus réservée : 64,5 % de oui seulement, 10 % de moins que la moyenne bretonne11.Ce résultat reflétait déjà le poids électoral acquis par le PCF dans les villes et surtout dans la partie bretonnante des Côtes-du- Nord en raison de son rôle très actif dans la Résistance. D'ailleurs, bouleversant le rapport des forces d'avant-guerre, le PCF obtenait d'emblée deux députés sur sept avec 27,3 % des suffrages. Comme au niveau national, il dépassait nettement la SFIO : un siège et 21,4 % des voix.

  • 12 Bougeard (Ch.), ”Naissance et développement du MRP en Bretagne”, colloque IHTP- CNRS cité, décembr (...)

14En l'absence d'une liste de droite, un nouveau parti en position centriste et présentant de jeunes résistants, tirait bien son épingle du jeu. Le MRP obtenait trois députés et 33,2 % de l'électorat. Ces démocrates chrétiens relativement progressistes à la Libération pouvaient compter sur de nombreux appuis (du clergé, des écoles confessionnelles, du puissant quotidien régional Ouest- France, de la CFTC et de la JAC) pour capter le vote catholique, une partie du vote féminin mais aussi celui des modérés et d'une droite discréditée12.

15René Pleven quant à lui, sans parti politique structuré, très pris par ses fonctions ministérielles, ne pouvait compter que sur son image de collaborateur du général de Gaulle qu'il avait accompagné lors de son voyage à Saint-Brieuc et à Guingamp le 21 juillet 1945. Il comptait aussi sur sa capacité à fédérer les débris d'un radicalisme en cours de réorganisation qui avait obtenu 17 sièges sur 48 au Conseil général.

16Le parti radical-socialiste, “injustement accablé de toute part, volatilisé” (Geistdœrfer), attaché au retour à la Troisième République, n'avait pu présenter sa propre liste. Aussi René Pleven avait-il attiré des notables radicaux à titre personnel sur la sienne dont certains nettement de gauche comme le numéro deux Pierre Sérandour, député radical-socialiste de Front populaire à Guingamp- sud en 1936. Si Sérandour avait voté les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, il s'était engagé dès 1941 dans la Résistance en animant le réseau Praxitèle. Le troisième candidat, Louis Martin appartenait à la Jeune République, la fraction de gauche des démocrates chrétiens qui n'avait pas encore rejoint le MRP. Il s'était illustré au début d'août 1944 comme maire de Plémet en négociant la reddition d'une colonne de parachutistes allemands.

17Accrochés par des FFI, des SS avaient exécuté plusieurs otages en se repliant avant de se rendre. La présence de Louis Martin à ses côtés pouvait laisser espérer à René Pleven qu'il attirerait la fraction de gauche de l'électorat catholique tout en rassurant des électeurs inquiets de l'anticléricalisme des radicaux.

  • 13 Le Républicain de Dinan, 18 octobre 1945 et entretien de l'auteur avec Pierre Bourdellès du 14 mai (...)

18Comme le ministre n'avait aucune attache politique dans le département, il avait suivi les conseils du président du CDL devenu préfet, Henri Avril et choisi d'authentiques résistants pour sa liste. Henri Avril, ancien député radical qui avait adhéré à la SFIO à la Libération, lui avait indiqué Pierre Bourdellès, le maire radical de Louannec, dirigeant du syndicat agricole CGA et administrateur de la caisse régionale du Crédit Agricole des Côtes-du-Nord, présidée par un autre ancien député radical-socialiste13. Au total, la liste Pleven comptait en 1945, quatre conseillers généraux, deux membres de l'UDSR, deux radicaux-socia- listes, un radical, un Jeune République et une commerçante estampillée France Combattante. Cette liste soigneusement élaborée pour attirer un électorat centriste était clairement placée au centre gauche de l'échiquier et considérée comme telle. Ainsi Michel Geistdœrfer appelait-il à voter pour elle, pour que le département et Dinan restent à gauche.

19Le programme ménageait l'avenir en se prononçant à la fois pour la laïcité de l'école et pour la liberté de l'enseignement, en affirmant aussi, contre les projets du PCF, la nécessité de deux assemblées avec un Sénat rénové et démocratisé. Cette liste Pleven dépassait 20 % des suffrages dans 17 cantons sur 48, principalement dans l'est du département et dans les cantons côtiers du Trégor. Elle reflétait un électorat modéré, en concurrence avec le MRP, car les anciens bastions de gauche du radicalisme avaient voté pour le communisme dans les régions de tradition bleue les plus avancées ou pour le socialisme dans les zones laïques. Le député Pleven une fois revenu sur le terrain allait devoir tenir compte de son électorat et même en faire les frais en 1946.

  • 14 Debré (Michel), Trois Républiques pour une France, Mémoires I, Combattre, Albin Michel, 1984, p. 2 (...)

20La prégnance de la Résistance intérieure l'avait d'ailleurs frappé à son retour en France. Lors d'une visite au commissaire de la République Michel Debré à Nantes en 1944, il lui avait déclaré en présence de Résistants : “Il ne faudrait pas nous oublier, nous les Français de Londres, car nous avons eu aussi notre part de périls” ressentant l'exaltation des sacrifices des combattants de l'intérieur comme une minoration du courage des “gaullistes de l'extérieur”14.

  • 15 Who's who in France, 1975-1976, p. 110 et 1115.

21Or, sur ce point, le nouveau député des Côtes-du-Nord n'avait pas à avoir de complexes, car sa famille comptait sans doute l'une des plus fortes densités de Compagnons de la Libéradon : ses deux gendres et lui-même. En effet, sa fille aînée Françoise, avait épousé le 30 mai 1945, Louis Andlauer, officier aviateur, fils de général et combattant du groupe Lorraine en 1943-1944. Sa seconde fille, Nicole allait épouser le fils du général Mangin, Stanislas Mangin, formé à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr et descendant du général Cavaignac. La tradition militaire et républicaine de la famille Pleven s'en trouvait confortée d'autant plus que la carrière du jeune homme n'était pas banale. Prisonnier évadé en août 1940, il avait été nommé deux fois chef de Cabinet de préfets de Vichy en 1941, deux fois démissionnaire. Dès le printemps 1941, il avait mis sur pied un réseau gaulliste, effectué des missions entre Londres et la France avant de diriger comme adjoint la section de contre-espionnage de l'état-major particulier du général de Gaulle en 1942, puis de commander un peloton de la 1er division française libre en 1943-1944. À la Libération, Stanislas Mangin occupait les fonctions de directeur-adjoint de la surveillance de territoire15

22Depuis plus d'un an qu'il sillonnait la France de voyages officiels en visites de travail, René Pleven qui avait quitté le pays depuis quinze ans, avait pu prendre la mesure de l'opinion de ses compatriotes marqués par l'Occupation, ne serait-ce qu'en adhérant à un petit parti qui se voulait le continuateur de l'esprit de la Résistance.

René Pleven et l'UDSR

  • 16 L'année politique. 1944-1945, p. 514.

23À l'Assemblée constituante, le ministre de l'Économie et des Finances du gouvernement provisoire sortant s'inscrivit au groupe de la Résistance démocratique et socialiste (28 membres plus deux apparentés) présidé par Antoine Avinin, un résistant lyonnais membre de la Jeune République16.

  • 17 Williams (Philip), La vie politique sous la Quatrième République, A. Colin, 1971, p. 284-287.
  • 18 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 26-28.

24Cette nouvelle force politique était directement issue de la Résistance. Des Résistants de l'intérieur et de l'extérieur qui ne se reconnaissaient pas dans les partis politiques reconstitués, souhaitaient se regrouper dans une formation souple prolongeant la fraternité du combat. En premier lieu, la plupart de ces hommes entraient en politique sans aucune appartenance connue ; ils rejetaient les anciens partis considérés comme étant en partie responsables de la défaite. L'UDSR rassemblait des personnalités se situant au centre gauche, voire à gauche à la Libération mais de sensibilités diverses : socialiste comme Francis Leenhardt, son premier secrétaire général et Henri Ribière, son secrétaire adjoint ;chrétienne comme Eugène Claudius-Petit, représentant des Mouvements Unis de Résistance de zone sud au CNR ; laïque et “gaulliste” de la première heure avec Jacques Soustelle, René Capitant, Jacques Baumel et André Malraux17 Il s'agissait donc à l'origine d'un rassemblement de personnalités résistantes aux convictions souvent différentes, d'hommes voulant reconstruire le pays derrière le général de Gaulle en transcendant les clivages partisans. Selon René Pleven leur slogan était : “Le Parti de ceux qui ne sont pas partisans”18. En 1945, René Pleven qui admirait Léon Blum mais trouvait la SFIO trop marxiste, se situait semble-t-il à la charnière d'un socialisme modéré et humaniste et du gaullisme. D'ailleurs, le flou de ses étiquettes aux élections cantonales et législatives de 1945 semble indiquer quelques hésitations. Sans doute aurait-il adhéré au projet d'Union travailliste en gestation à la fin 1944 si une telle formation avait vu le jour en France.

  • 19 Berstein (Serge), ”Charles de Gaulle et André Malraux, du MLN au RPF, rupture et continuité” in De (...)

25Somme toute, l'UDSR se définissait négativement contre les grands partis de l'heure. Les premiers leaders du parti s'étaient affirmés contre la tutelle du PCF sur les mouvements de Résistance au début 1945. On se souvient de l'intervention d'André Malraux, l'ancien compagnon de route du PCF, le 26 janvier 1945 au premier congrès du Mouvement de Libération Nationale (MLN), qui fit échouer le projet de fusion de ce mouvement avec le Front National (FN), contrôlé par les communistes. Au sein du MLN qui regroupait alors l'essentiel de la Résistance non communiste, l'opposition à cette proposition de fusion considérée comme une absorption avait été menée par Jacques Baumel et Eugène Claudius-Petit, appuyés par des socialistes comme Leenhardt. Au congrès, la “motion Malraux” défendant cette position l'emporta par 250 voix contre 11919

  • 20 L'AP 1944-1945, p. 227-231.

26Dans un second temps, en juin 1945, pour couper court au ralliement au FN de certains groupements (dans le Rhône), le comité directeur du MLN prit l'initiative. Il proposa une fédération de mouvements (Libération-Nord, l'OCM) avec la SFIO et la Jeune République pour former l'Union démocratique et socialiste de la Résistance à une condition : le rejet du retour à la Troisième République, écartant ainsi les radicaux-socialistes. La minorité du MLN rejoignit donc le FN et les communistes au sein du Mouvement unifié de la Renaissance Française tandis que le 25 juin, cinq mouvements de Résistance se fédéraient dans la nouvelle UDSR, encouragés par la SFIO qui comptait bien chaperonner ce nouveau parti20. À l'approche des élections générales de l'automne, les partis politiques l'emportaient définitivement sur les mouvements de Résistance sauf au sein de l'UDSR.

  • 21 De Gaulle (Charles), Lettres, notes et carnets iv, op. cit., p. 99.
  • 22 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 24-25.

27N'appartenant pas à ces mouvements, René Pleven passe pour l'un des fondateurs de l'UDSR. Pourtant, absorbé par ses responsabilités ministérielles, il ne semble pas avoir joué de rôle majeur dans la naissance de ce petit parti charnière. Sinon on voit mal comment le général de Gaulle aurait pu revenir à la charge dans une lettre du 6 octobre 1945, pour que son ministre prît la tête d'une liste MRP dans les Côtes-du-Nord en accord avec Georges Bidault. Le général insista : “Je ne vois pas, permettez-moi de vous le dire, ce qui vous empêcherait (ni quant au passé, ni quant au présent, ni quant à l'avenir) de prendre la tête d'une liste MRP. J'avoue même, soit dit entre nous, que je verrais volontiers ce jeune parti ou mieux ce jeune mouvement déjà très important bénéficier d'un homme comme vous”21. Sourd aux conseils politiques du général, René Pleven avait déjà constitué une liste avec des radicaux des Côtes- du-Nord, fidèle à la tradition familiale démocratique et républicaine, celle des Bleus, héritée de la Révolution22. Car il savait qu'en Bretagne, le MRP ne pouvait être qu'une formation confessionnelle voire cléricale, relayant de fait les anciens partis de droite. En réalité, c'était une nouvelle force centriste qui était en cours d'organisation dans la région et d'ailleurs René Pleven n'allait pas tarder à être victime de sa stratégie politique en juin 1946. Assurément, il n'avait pas choisi la facilité du tripartisme car il était en désaccord comme de Gaulle et les radicaux avec la constitution en préparation.

  • 23 Ibid., p. 26-27.

28De février à mai 1946, René Pleven qui avait prouvé comme ministre son habileté parlementaire s'affirma comme l'une des principales personnalités de l'UDSR. Lors du premier congrès du parti en mai 1947, il en fut élu président sans l'avoir désiré parce qu'il représentait, selon lui, “un lieu géométrique”, à la croisée des courants et des sensibilités23Sans doute aussi en raison de ses qualités de conciliateur à la fois sur le plan interne mais aussi du fait de son positionnement à la charnière de la SFIO et du radicalisme. Ce petit groupe parlementaire avait donc “une position d'influence”.

  • 24 L'AP 1946, p. 74-77.

29D'ailleurs afin de pouvoir jouer ce rôle, l'UDSR et les radicaux avaient combattu le projet de loi électorale dont le système proportionnel et la rigidité favorisaient les grands partis. Refusant les listes bloquées au nom de la liberté de choix des électeurs, René Pleven avait défendu un amendement rejeté sur la possibilité du panachage24. Mais le système de représentation proportionnelle prôné par la majorité gouvernementale fut largement adopté. Dès lors l'UDSR s'éloignait des socialistes pour se rapprocher des radicaux dans les débats institutionnels.

  • 25 Ibid., p. 90-91 et 106-107.
  • 26 AD Côtes-d’Armor. 1 W 12. Rapports des Renseignements généraux (RG).

30L'ancien ministre des Finances intervint aussi dans les débats économiques. Il critiqua le projet de nationalisation des assurances, trouvant que la liste était trop longue et donnant sa préférence à un système coopératif. Dans le débat, il parvint à faire rayer quatre sociétés réduisant la nationalisation à onze groupes. Ces interventions lui vaudront les critiques des communistes et contribueront à le faire considérer comme un partisan du libéralisme économique, hostile à l'intervention de l'État. Celui qui avait nationalisé les grandes banques mettait en avant des raisons techniques, mais en même temps dans la discussion des crédits militaires, il obtenait que les sociétés aéronautiques nationalisées publiassent chaque année leur bilan25 Mais pour exister face aux grands partis, René Pleven devait se donner les moyens de faire connaître ses idées. Il lança un journal d'abord, et organisa à partir du MLN une fédération de l'UDSR dans les Côtes-du-Nord en 1946 ensuite26.

31Tout d'abord, le 13 janvier 1946, un congrès départemental du MLN (environ 100 personnes) s'était tenu à Saint-Brieuc sous la présidence du conseiller général de Lézardrieux Yves Jézéquel, le co-listier UDSR d'octobre 1945 et de 1946. Plusieurs personnalités dont le Dr Despas qui avait soutenu le ministre dans son journal La Liberté des Côtes-du-Nord étaient membres d'un mouvement, le MLN, à l'influence bien réduite. Mais en attendant leur congrès national, les délégués décidèrent de conserver de bonnes relations avec l'UDSR mais aussi avec la SFIO et la Jeune République. Prenant la parole au banquet qui suivit, René Pleven sentant sans doute que le moment n'était pas encore venu d'en prendre le contrôle, conseilla “aux membres du mouvement d'éviter les discussions politiques”.

  • 27 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1709-1713.

32Cependant une organisation départementale UDSR vit le jour le 8 février 1946. Les adhérents en étaient encore trop peu nombreux, si bien que René Pleven se rapprocha du parti radical-socialiste au sein du Rassemblement des gauches républicaines, le RGR, pour les élections de juin 1946. Et ce ne fut qu'à l'automne 1946 que l'UDSR s'organisa véritablement en fédération dans les Côtes-du-Nord avec 150 à 200 adhérents27. Le parti du “radical-plé- venisme” naissant selon la formule de Claude Saunier ne faisait décidément pas le poids à côté du PCF, de la SFIO ou du MRP (respectivement 15 075, 5 000 et 6 000 adhérents selon les RG). Il faudra deux ans à la fédération pour devenir une force reconnue et un parti de notables : le second congrès départemental d'avril 1948 réunissait 150 délégués dont “beaucoup d'élus municipaux”. Ce parti prenait la relève du radicalisme à côté et en concurrence avec les radicaux notamment parce que René Pleven s'était doté d'un journal pour faire connaître ses idées.

Le Petit Bleu des Côtes-du-Nord

  • 28 La collection complète du Petit Bleu des Côtes-du-Nord est consultable aux Archives départementale (...)

33Le premier numéro du Petit Bleu des Côtes-du-Nord parut le 27 mars 1946. En écrivant l'éditorial, son directeur politique René Pleven ignorait que quarante années durant, chaque semaine, jusqu'au numéro 2078 du 18 janvier 1986, il signerait la majeure partie des éditoriaux du journal28. En effet, durant ses périodes gouvernementales, l'éditorialiste Pleven, tenu par le devoir de réserve, laissait la place à T.-R. Gautier pour commenter l'actualité, c'est-à-dire à lui- même sous ce pseudonyme ou à des amis. Dans les années 1950-1960, les commentateurs politiques de la presse et des radios nationales citaient souvent les prises de position de René Pleven donnant à sa feuille de quatre pages une audience allant bien au-delà de sa diffusion départementale.

34Le premier numéro reproduisait le fac-similé de “son ancêtre”, et reprenait le titre du Petit Bleu de Dinan créé en 1903 auquel son oncle Charles Pleven avait collaboré. Il en revendiquait la filiation et l'héritage. “Dans l'arc-en-ciel politique des Côtes-du-Nord”, René Pleven se proposait “d'exprimer l'opinion des Bleus” précisant : ce “ne sera l'organe ni d'un homme ni d'un parti” et se donnant comme ligne de conduite “la sincérité”, “l'objectivité” et le refus de “la propagande” pratiquée peu ou prou selon lui par les grands partis. Bientôt, le bandeau de titre sera complété à droite d'un encadré Le Petit Bleu “dit... ce que les autres taisent” et d'une rubrique d'informations brèves en page deux : “À chacun sa vérité”.

35Le journal fut quoi qu'en dise l'éditorial, plus le journal d'un homme que d'un courant politique. L'écriture, le financement, l'impression (aux Presses Bretonnes de Saint-Brieuc puis à l'imprimerie Peigné de Dinan) furent principalement une affaire familiale exprimant les prises de position de son directeur politique. Jusqu'à sa mort accidentelle le 15 septembre 1962, Jeanne Sicard, la fidèle collaboratrice depuis Alger, assura les fonctions de directrice gérante, relayée de 1962 à 1966 par Anne Pleven, l'épouse du député de Dinan. Depuis cette date, la fille aînée, Françoise Andlauer a repris le flambeau, assumant la pérennité du journal à partir de 1986. Sa mère, Anne Pleven s'occupait de la rubrique “La semaine dans le monde”.

  • 29 Des extraits significatifs ont été publiés dans Le monde contemporain vu par Lt presse régionale d (...)

36Naturellement, en 45 ans d'existence, Le Petit Bleu accueillit de nombreuses autres signatures : celles de députés de l'UDSR comme Pierre Bourdan en 1946-1947, Claudius-Petit, voire Houphouët-Boigny, celles des colistiers du RGR, celles du géographe Maurice Le Lannou ou de divers spécialistes. Sous la Quatrième République, le journal joua le rôle d'organe de la fédération UDSR des Côtes-du-Nord, publiant certains grands discours du président du Conseil. Mais avant tout, ce journal était le relais de René Pleven — le plus souvent il écrivait ses éditoriaux dans le train qui le ramenait à Paris le dimanche soir — à la fois en direction de ses électeurs et de la classe politique française ; un outil pour prendre position sur l'actualité nationale et internationale et sur l'évolution de la société française. À ce titre, c'est une source irremplaçable pour l'historien qui veut analyser les engagements et les évolutions politiques de René Pleven en échappant aux pièges de la mémoire et d'une histoire reconstruite29.

  • 30 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. Note des RG, 30 janvier 1948.
  • 31 Entretien de l'auteur avec Mme Andlauer du 10 décembre 1986.
  • 32 AD Côtes-d'Armor. 1 W 13. Note du 1er février 1952

37En 1946, année de nombreuses élections, la diffusion du Petit Bleu atteignit 7 000 exemplaires par semaine en moyenne, pour s'établir ensuite à 6 000 en 194730. Au milieu des années 1980, la diffusion était comparable31. Financièrement, les abonnements, la diffusion en kiosque et les annonces légales en pages trois et quatre ont permis bon an mal an d'équilibrer recettes et dépenses. De même, les comptes rendus de fêtes, de kermesses, d'activités sportives — que le député lui-même ne dédaignait pas de rédiger après y avoir assisté — et les éditions par arrondissement ont fidélisé un lectorat dépassant la sensibilité politique propre du Petit Bleu. Au début de 1952, afin d'étendre encore son audience, le journal lança un supplément en breton, Ar Glazik. Selon les Renseignements généraux, ce “geste très remarqué dans les milieux breton- nants” aurait renforcé “le prestige d'homme d'État” de celui qui “a su rompre avec les traditions gouvernementales hostiles à toute forme de régionalisme”32. Une telle appréciation confirme l'intérêt du directeur du journal pour la langue et la culture bretonnes, déjà illustré par la rubrique “Légendes et Histoires bretonnes” au moment où il s'engage à la tête du Comité d'Études et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB).

38Faute d'un parti structuré, à partir du printemps 1946 Le Petit Bleu des Côtes- du-Nord fut donc le principal outil de l'implantation politique de l'ancien ministre.

De l'échec de juin à la réélection de novembre 1946

  • 33 Le Petit Bleu, 20 avril, 27 avril, 4 mai 1946

39Or, dès les premiers numéros, René Pleven n'avait pas caché son hostilité à la chambre unique voulue par le PC et la SFIO dans le projet de constitution en préparation à l'Assemblée constituante. Farouche partisan des deux chambres, il ne préconisait cependant pas le retour au Sénat de la Troisième République défendu par les radicaux mais une seconde assemblée démocratisée qui aurait pu être élue au suffrage universel. Cette deuxième chambre aux pouvoirs limités serait composée de représentants de la métropole et de tous les territoires français d'Outre-Mer33. L'ancien organisateur de la conférence de Brazzaville était partisan d'une véritable assemblée de l'Union française pour bien montrer au monde que ces territoires “ne sont point tenus ensemble par les liens de l'impérialisme et de la force”. Ce serait une assemblée s'inspirant du “principe du Conseil des nationalités en URSS”. Somme toute, cette vision des choses loin d'être révolutionnaire et décolonisatrice était réformiste montrant l'intérêt du député pour une évolution progressive de l'ancien empire colonial.

40Mais surtout pour René Pleven, le projet de chambre unique proposé par la gauche était fort dangereux pour la démocratie car (elle) “nous conduit à la dictature, dictature d'un Parti, puis du Comité directeur de ce parti, puis de l'homme qui domine ce comité, puis de la police de cet homme”. Sans le nommer, le parti communiste était visé. Aussi appela-t-il à voter “NON ! ” au référendum du 5 juin 1946, non à cette constitution “bâclée”, “mal faite”, “redoutable pour la liberté” qui réduisait le chef de l'État à un rôle de “figurant”. Il avait mené la bataille sur ces thèmes à l'Assemblée constituante en compagnie de son collègue de l'UDSR Alexandre Varenne. Dans l'appel en six points à voter non, le député soulignait en outre que le texte remettait en cause la séparation des pouvoirs, répondant au PCF “nous préférons quelques semaines de régime provisoire à des années de dictature”. Dans les Côtes-du-Nord, il se séparait désormais de la SFIO pour se rapprocher des radicaux.

  • 34 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1822-1824.

41Le 5 mai 1946, le non l'emporta en France avec 53 % des voix et 61 % en Bretagne où le MRP était très influent. Département plus à gauche, les Côtes- du-Nord marquaient nettement leur différence : le non ne l'emportait que de 990 voix (50,18 %) et pas de 7 000 à 8 000 voix (selon les prévisions des RG). C'était un beau succès pour les deux partis marxistes qui ne laissait pas d'inquiéter René Pleven. Seule consolation, le non l'emportait plus largement dans les villes et en pays gallo avec le meilleur résultat de 55 % dans l'arrondissement de Dinan34.

42Les élections à la deuxième Assemblée constituante du 2 juin 1946, allaient se révéler bien périlleuses pour l'ancien ministre du général de Gaulle car une cinquième liste de droite était sur les rangs, celle du Parti républicain de la Liberté, le PRL, conduite par un ancien préfet déporté.

  • 35 Le Républicain de Dinan, 30 mai 1946.

43Aussi dès le 20 avril 1946, René Pleven avait-il conclu un accord avec l'un des principaux responsables du parti radical, le Dr Le Quéré, le président du Conseil général considéré comme “socialisant”, pour constituer une liste sous sa conduite. Cet accord prévoyait de laisser la troisième place à un conseiller général de la Jeune République mais le courant de gauche du parti radical, partisan d'une liste homogène et de la direction de la liste, s'y opposa. Finalement, la liste du RGR qui ne comptait que deux anciens co-listiers de 1945 (Bourdellès 3' et Jézéquel 7e) faisait la part belle aux radicaux. Hostile à cette solution, le radical de gauche Michel Geistdœrfer appela à voter républicain sans soutenir de liste précise35. Ce fut l'une des raisons de la défection des voix radicales qui se portèrent sur les listes communistes ou socialistes. En outre, durant la courte campagne électorale, les attaques communistes furent très virulentes contre l'ancien ministre des Finances accusé de ne pas avoir dit la vérité sur la situation financière du pays. De même, la SFIO ne le ménageait plus, le rendant responsable de l'inflation.

44Aussi au soir du 2 juin 1946, René Pleven était-il nettement battu : sa liste n'ayant recueilli que 24 593 voix, 8,8 % seulement. Défaite sévère se soldant par la perte de près de la moitié de son électorat de 1945 malgré une hausse de la participation de 3,1 %. Assurément, le PRL avec 5,7 % avait attiré l'électorat modéré et une fraction de celui de droite mais surtout les trois grands partis avaient progressé. Le MRP qui craignait de perdre un de ses 3 sièges avait en fait gagné 1,7 %, ainsi que le PCF (+ 0,9 %, 2 sièges) et la SFIO (+ 1 %), ce qui permettait aux socialistes d'enlever un deuxième siège. Le bipartisme triomphait dans le département. La SFIO rejointe par quelques conseillers généraux radicaux grignotait les terres radicales. René Pleven était bien victime de la loi électorale qu'il avait dénoncée (point 1 de son programme) mais aussi de ses alliances.

  • 36 Le Petit Bleu, 8 juin 1946.

45Le 8 juin 1946, dans un long éditorial “Le fond des choses”, René Pleven tirait les leçons politiques d'un échec36. Ses engagements clairs dans les débats des semaines précédentes en font d'abord un échec personnel comme pour son “ami Soustelle” de l'UDSR en Mayenne. Mais, il constate aussi l'échec des candidats du RGR dans tout l'Ouest, le radicalisme étant laminé entre les partis marxistes et le MRP ou la droite. Mais le principal responsable selon lui est bien le MRP. Les milieux catholiques avec leur journal Le Renouveau ont fait campagne contre la liste Pleven-Le Quéré considérée comme trop laïque. Pourtant le point 3 du programme du RGR se prononçait “contre tout monopole de l'enseignement” et le maintien des lois républicaines en vigueur en 1939. De même, la veille du scrutin, La Voix de L'Ouest un journal catholique régional dirigé par l'abbé Chéruel, un prêtre résistant des Côtes-du-Nord, dénonçait l'absence d'un candidat de la Jeune République qui “accentue fâcheusement le caractère de conservatisme social et de laïcité négative” d'une liste conduite “par un grand commis de l'État en réserve, et dont nous souhaitons l'élection... à une voix près”. Drôle d'arithmétique électorale à laquelle le battu répond vertement, opposant à l'accusation de conservatisme social son action passée tout en regrettant que le MRP devienne un parti confessionnel et en refusant pour sa part le mélange du politique et du religieux.

46En réalité, c'était toute la difficulté de se situer au centre gauche qui était en jeu, lorsque l'espace politique disponible à gauche était limité. Le MRP dans les Côtes-du-Nord campait lui aussi électoralement sur une zone allant du centre gauche (à Saint-Brieuc notamment où un courant socialisant était très actif) à la droite.

47Le vaincu allait-il désormais renoncer à la vie politique pour retourner à une carrière dans les affaires ? Nullement. Il s'engageait à poursuivre le combat car écrit-il, c'est “le drapeau déployé” en luttant loyalement pour nos idées que “nous avons été battus”. Confronté à un département politiquement difficile en 1946, René Pleven ne fut-il pas tenté de changer d'implantation ? Des personnalités de l'UDSR comme Alexandre Varenne, député de Clermont-Ferrand, ministre d'État dans le gouvernement Bidault formé en juin 1946 ou Maurice Violette, député-maire de Dreux et ancien ministre socialiste du Front populaire, lui proposèrent la seconde place sur leur liste à l'automne 1946. Mais René Pleven refusa ces offres notamment parce qu'il n'avait aucun lien avec ces régions.

  • 37 Entretien de René Pleven avec l'auteur 22 août 1989.

48Ses racines bretonnes étaient d'autant plus fortes qu'il avait constaté le retard de développement des campagnes et qu'il souhaitait consacrer sa carrière politique à la modernisation des Côtes-du-Nord37.

49Les cinq mois d'absence du parlement furent mis à profit pour tisser et approfondir des liens avec les élus et la population départementale. Pendant trente ans, l'ancien homme d'affaires qui avait parcouru le monde allait sillonner les petites routes sinueuses des Côtes-du-Nord, à bord de sa traction avant 11 CV, puis d'une 2 CV Citroën, de fêtes sportives en kermesses, d'inaugurations officielles en comices agricoles. En effet, l'électeur exigeant ne goûtait rien moins que la présence de son député dans son village ou son discours à l'issue d'un banquet. René Pleven fit ce rude apprentissage en quelques mois loin des lambris ministériels et des cercles parisiens du pouvoir, sans être assuré de pouvoir retrouver un siège.

  • 38 Le Petit Bleu, 12 octobre 1946.

50Ses convictions politiques ne dévièrent pas pour autant. Lorsque le second projet de constitution tripartite fut connu, l'ancien ministre se prononça vigoureusement contre, dans son éditorial du 12 octobre 1946 : “NON, franchement NON ! ”38. Il y défendait les positions du général de Gaulle sur les pouvoirs présidentiels du discours de Bayeux du 16 juin 1946, critiquant les attaques socialistes — celles de Léon Blum — ainsi que les “arguments” du MRP en faveur du oui. Dans le cadre du RGR, René Pleven prenait nettement ses distances avec le tripartisme et avec la SFIO qui le critiqua au printemps 1947 en le rendant responsable du dérapage inflationniste. À l'UDSR, il restait dans le sillage de De Gaulle qui condamna solennellement le projet de constitution à Épinal le 22 septembre 1946.

  • 39 Ibid., 19 octobre 1946

51Le 13 octobre, le oui l'emporta par lassitude avec seulement 36,1 % des inscrits dans le pays. Dans les Côtes-du-Nord où le tripartisme se partageait tous les sièges de député, malgré 32,5 % d'abstentionnistes, le oui fut nettement supérieur avec 43,7 % des inscrits. Avec 22,5 % (76 462 voix), le non n'était pas négligeable non plus en particulier dans l'arrondissement de Dinan (38,2 % de oui pour 24 % de non). De tels résultats furent néanmoins interprétés par René Pleven comme “une éclatante victoire morale”, celle de De Gaulle et de Herriot contre le PCF et le MRP39. Surtout, il insistait déjà sur le fait qu'il faudrait réviser cette constitution donnant naissance à la Quatrième République sans se douter que moins de quatre années plus tard, il dirigerait un gouvernement du nouveau régime dont il venait de rejeter les bases constitutionnelles.

52Dans les jours qui suivirent, René Pleven se mit en campagne à la tête d'une liste RGR, suite à son investiture le 16 octobre par le comité national du cartel des Gauches Républicaines. Deux thèmes furent mis en avant : “Sus au tri- partisme ! ” et contre la loi électorale. Ce fut l'occasion de dénoncer auprès de l'électorat modéré et laïque l'alliance objective du PCF et du MRP. La composition de la liste Pleven était substantiellement modifiée par rapport à celle de juin : non seulement, le Dr Le Quéré laissait la deuxième place au cultivateur radical Pierre Bourdellès mais le maire de la Libération de Saint-Brieuc, le modéré Charles Royer, membre du CDL figurait en troisième position. Cette nouvelle répartition avec trois radicaux-socialistes pour deux UDSR et un modéré tirait plus nettement vers le centre droit la liste Pleven qui n'avait plus à affronter une liste du PRL.

53La campagne fut plus rude, les communistes prenant pour cible “Pleven-la- misère” dans leur presse à la veille du scrutin. Néanmoins, l'ancien ministre fut réélu à l'Assemblée nationale le 10 novembre 1946 avec 33 989 voix (moyenne de sa liste), soit 12,35 % des suffrages exprimés, une augmentation de 40 % par rapport à juin. Dans les Côtes-du-Nord, le rapport des forces politiques restait le même avec une progression du MRP (36,2 %) et du PCF (31,5 %), mais un recul de la SFIO (19,95 %) qui perdait le siège acquis en juin. Le Petit Bleu en présentant une longue biographie de “son élu” ne pouvait que se réjouir, insistant sur le gain de près de 10 000 voix mais oubliant de rappeler que René Pleven était loin de retrouver ses résultats d'octobre 1945. Le déficit était de 14 363 voix. C'était sans doute en partie des voix radicales de gauche qui correspondaient à peu près aux gains du PCF qui avait aussi grignoté l'électorat socialiste.

54Pourtant, René Pleven pensait avoir pris des voix à tous les partis, et surtout à la SFIO, une analyse peut-être vraie dans des villes comme Guingamp mais difficilement recevable dans son ensemble. L'homme, habituellement réservé, ne put s'empêcher de laisser éclater sa joie dans son éditorial en adressant “le plus vibrant merci” aux militants de sa campagne et en publiant un tableau des communes dans lesquelles la progression était la plus marquée. Avec près de 20 % des voix dans le pays de Dinan, son enracinement personnel était conforté.

55Désormais, la bâtisse familiale de la rue Chateaubriand à Dinan allait pendant des années voir défiler notables ou électeurs, qui en quête d'une subvention pour sa commune, qui ayant besoin d'une lettre de recommandation pour un emploi, une bourse ou un prêt. Dans son sobre bureau, meublé d'une bibliothèque, d'un classeur fichier, d'une tablette en verre et de quelques fauteuils, décoré d'un buste de Chateaubriand, de deux gravures chinoises et de deux tableaux, le député Pleven recevait ses concitoyens en général le jeudi matin.

L'affirmation du parlementaire : un adversaire résolu des communistes

56De retour au Palais-Bourbon, René Pleven élu président de l'intergroupe parlementaire du RGR prit une part active au travail de l'Assemblée nationale et de ses commissions. En outre, il assurait la présidence de la commission des territoires d'Outre-Mer du commissariat général du 1“ Plan de modernisation et d'équipement dirigé par son ami Jean Monnet.

  • 40 L'AP 1947, p. 26-27.

57Dès le 7 février 1947, dans le Bulletin Économique de la Presse française associée, René Pleven rappelait ses fonctions passées aux Finances. Selon lui, la courageuse décision du gouvernement Blum pour casser la hausse des prix en décrétant une baisse autoritaire de 5 % sur tous les prix coûterait 20 milliards de francs à l'État dans un premier temps, 40 milliards ensuite par le biais des produits subventionnés40, car cette politique déflationniste était difficilement conciliable avec le maintien du niveau de vie des travailleurs et le financement de l'ambitieux 1” Plan, du moins par un budget largement déficitaire. C'était aussi l'occasion de rappeler son opposition à une politique économique par trop dirigiste conformément aux thèses de ses amis du RGR.

  • 41 Le Petit Bleu, 15 mars 1947.

58Peu après, n'oubliant pas ses électeurs, il déposait le 20 février une proposition de loi concernant le remplacement des véhicules réquisitionnés à la Libération41.

  • 42 L'AP 1948, p. 97-98. Cette brochure nous a été communiquée par Charles Tillon.

59L'année suivante en juin 1948, René Pleven intervint dans le débat sur la gestion de la SNECMA, la société nationalisée qui connaissait de graves difficultés financières et devait sans cesse faire appel aux avances de l'État. Afin de réorganiser la société dans laquelle le PCF et la CGT occupaient de fortes positions, le gouvernement et la commission des Finances avaient préparé une réforme des statuts. Le 22 juin, René Pleven s'en fit le rapporteur mais trouva en face de lui une virulente opposition des députés communistes conduits par Charles Tillon. L'ancien ministre de l'Air, tenant la tribune pendant trois heures, défendit sa gestion passée et mit en cause ses successeurs accusés de “saboter l'aéronautique française”, de “vouloir vendre la Snecma à Ford” et de “chasser les communistes” des usines. Le débat violent, émaillé d'incidents, dura quatre jours avant l'adoption du projet gouvernemental par 345 voix contre 192. Une brochure, Où en est l'aviation française ? publiée par le parti communiste, dénonçait “le complot contre les ailes françaises” et traitait Pleven de “compère du gouvernement”, même si Charles Tillon reconnaissait que la plupart des maux diagnostiqués par le rapporteur correspondait à la réalité dont il rendait le gouvernement responsable42.

60La guerre froide avait séparé les deux anciens ministres du général de Gaulle et en avait fait des adversaires résolus. Dans son journal, René Pleven ne se privait jamais de critiquer durement les dirigeants communistes qui le lui rendaient bien. Par exemple, dès le 10 août 1946, dans son éditorial “La réponse de Thorez”, il montrait que sauf sur les questions du contrôle international de la Ruhr et sur le rattachement de la Sarre à la France, le PCF épousait “presque complètement les vues” de Molotov à la Conférence des Quatre. L'évolution du PCF en 1947 élargit le fossé.

  • 43 L'AP 1947, p. 39-40.

61Alors que les communistes étaient encore au gouvernement, le fils d'officier s'était manifesté lors du débat parlementaire sur l'Indochine à la mi-mars 1947. Depuis le bombardement sanglant du port d'Haïphong qui avait fait 6 000 morts le 24 novembre précédent et la guerre engagée après le coup de force du Viet-Minh sur Hanoï le 19 décembre, le parti communiste était de plus en plus mal à l'aise. Or, au cours du débat, lorsque le président du Conseil Ramadier rendit hommage au corps expéditionnaire français un incident éclata : René Pleven fit remarquer que François Billoux, le ministre communiste de la Défense nationale restait assis à son banc. Si, à l'issue du débat, les ministres communistes votèrent l'ordre de confiance par solidarité ministérielle, les députés du groupe s'abstinrent43. La coalition tripartite battait de l'aile.

  • 44 Le Petit Bleu, 15 mars 1947.

62Simultanément l'ancien ministre des Colonies précisait dans son journal ses positions sur “l'Indochine et l'Union française”44. Certes, il fallait riposter militairement aux extrémistes du Viet-Minh “armés et encadrés, selon lui, par des milliers de Japonais” (en 1944-1945) mais la résolution de la crise ne pouvait être résolue “par le seul emploi de la force” sinon on se réserverait “les plus cruels lendemains”. Le futur ministre de la Défense ne croyait pas si bien dire. Pour Pleven, la solution résidait dans la mise en place de l'Union française “à l'égard de peuples que nous avons nous-mêmes entraînés vers les conceptions libérales et libératrices qui sont celles de la France”. Mais pour ce faire, on ne pouvait négocier qu'avec des représentants du peuple vietnamien librement désignés, c'est-à-dire pas avec le Viet-Minh. Ces libertés reconnues aux pays groupés dans l'Union française constituaient “la vraie indépendance”, l'Outre- Mer n'étant plus conçue par la France comme un Empire mais comme “une sorte de société des Nations groupées par un pacte d'union autour de l'idéal politique et humain contenu dans la Déclaration des droits de l'Homme et le préambule de notre Constitution”. Il concluait sur son “absolue conviction” que ce n'est que par “cette construction juridique et constitutionnelle entièrment nouvelle que la France pourra garder la direction politique et morale de ce que l'on nommait autrefois l'Empire et dont la structure doit s'adapter au mouvement de l'Univers”.

63L'organisateur de la conférence de Brazzaville défendait donc une conception ouverte et démocratique de l'Union française, rejetant un colonialisme dépassé mais refusant aussi de reconnaître comme l'ensemble de la classe politique française que le Viet-Minh était en mesure de cristalliser les aspirations nationales de nombreux Vietnamiens. L'ironie du sort ou plutôt les choix de la carrière politique voudront que ce libéral sur la question coloniale occupe le ministère de la Défense au moment de Diên Biên Phû.

  • 45 auriol (Vincent), Journal du septennat, I, 1947, A. Colin, 1970, p. 29.
  • 46 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. RG 17 janvier 1947.
  • 47 Rioux (Jean-Pierre), La France de la Quatrième République, t. 1, Le Seuil, 1980, p. 171.
  • 48 Auriol (Vincent), Journal I, op. cit., p. 76.

64Sans doute ignora-t-il que deux mois plus tôt, le 18 janvier 1947, sa nomination comme haut-commissaire en Indochine avait été évoquée lors d'un entretien à l'Élysée entre le nouveau président de la République Vincent Auriol et Léon Blum 45 ? Au même moment le bruit courait dans les Côtes-du-Nord que René Pleven pourrait revenir au gouvernement comme ministre de la Marine marchande46. Mais il n'en fut rien et le nouveau gouvernement Ramadier préféra nommer le radical “fort gaullien” Bollaert en Indochine. Il partageait la même analyse que Pleven : instaurer “l'ère de l'amitié” dans le cadre de l'Union française tout en refusant de négocier avec le gouvernement Ho Chi Minh considéré comme non représentatif47. De toute façon, dans l'intervalle, René Pleven s'était personnellement entremis au nom du RGR et sans doute des gaullistes de l'UDSR pour convaincre son ami Leclerc d'accepter de remplacer d'Argenlieu à la tête de l'Indochine, mais en vain ”48.

  • 49 Destrem (Maja), L'aventure de Leclerc, op. cit., p.l 1 et Le Petit Bleu, 6 décembre 1947

65Le 29 novembre suivant, ce fut encore Pleven qui déposa à l'Assemblée nationale une résolution adoptée à l'unanimité rendant hommage à son compagnon des “trois glorieuses africaines”, Leclerc, “le dernier chevalier” disparu la veille dans un accident d'avion dans le Sahara. Le général de Gaulle étant absent de Paris, le ministre des Armées Pierre-Henri Teitgen avait demandé à l'ancien ministre d'annoncer la terrible nouvelle à la veuve du chef de la 2' DB qui était en préparatifs pour célébrer le troisième anniversaire de la libération de Strasbourg49. René Pleven succéda au général Leclerc à l'Académie des sciences d'Outre-Mer.

66Mais au-delà de l'émotion personnelle, l'année 1947 fut l'occasion pour René Pleven de durcir le ton à l'encontre des communistes dans le cadre de “la guerre froide”. Dans son éditorial du 20 décembre 1947, après l'échec de la conférence de Londres qui figea les deux blocs en adversaires pour de longues années, il expliqua la nouvelle réalité géopolitique. Il y faisait remarquer le parallélisme entre l'isolement de Molotov à Londres et celui du PCF au parlement.

  • 50 L'AP 1947, p. 94-95 et Le Petit Bleu, “Où allons-nous ?”, 24 mai 1947

67En mai 1947, le responsable de l'intergroupe du RGR avait surtout considéré la révocation des ministres communistes comme un remaniement du cabinet. D'ailleurs lors de la réunion du 7 mai du groupe RGR, il n'avait pas souhaité provoquer une crise ministérielle malgré ses critiques à l'égard de la politique de l'Union française et celles des radicaux contre la politique économique dirigiste. Finalement le RGR décida de soutenir le gouvernement Ramadier remanié sans poser de conditions particulières et sans obtenir de nouveaux portefeuilles. Mais les divergences sur la politique économique s'aggravèrent vite : René Pleven reprocha au gouvernement de céder des augmentations de salaires sous la pression des nombreuses grèves du mois de mai, encouragées par la CGT50 ”.

68À partir de l'automne 1947, face aux vastes mouvements de grèves organisés par la CGT transformée “en colonie du parti communiste”, le directeur politique du Petit Bleu durcit encore le ton le 6 décembre 1947. Il est vrai que cet éditorial “Les saboteurs” fut écrit en pleine grève générale paralysant l'économie française et mettant en cause l'avenir de la Quatrième République. Tout en décrivant les mesures d'urgence décrétées par le gouvernement Schuman, il dénonçait “l'obstruction” des communistes cherchant “à discréditer le parlement”. Il posait ensuite une série de questions sur les objectifs “de ce déchaînement de fureur au Parlement, de violence et de sabotage dans le pays”. La crise politico-sociale lui permettait de justifier le bien-fondé du dépôt d'un texte de loi du RGR, cinq mois auparavant, tendant à réglementer le droit de grève dans la fonction publique (préavis de huit jours et vote de la grève à bulletin secret obligatoire). En même temps, il répondait aux socialistes du Populaire qui l'avaient accusé de s'en prendre au droit de grève, que les mesures prises dans l'urgence pour contrer l'agitation sociale comportaient des dispositions dangereuses que le Parlement avait amendées. Mais naturellement, le républicain René Pleven approuvait les mesures répressives y compris militaires prises pour casser le mouvement social de la CGT et du PCF.

  • 51 Le Petit Bleu. 10 avril 1948.

69Devenu président du Conseil en 1950, il allait patronner des mesures de répression anticommunistes dont nous reparlerons. Dans la lutte idéologique de cette “guerre froide” entre l'Est et l'Ouest, l'ancien directeur d'une société américaine n'eut bien sûr aucune difficulté à choisir son camp. À la fin 1947 et au début de 1948, il se réjouit de la mise en œuvre du plan Marshall, “le plan de quatre ans des démocraties” (10 avril 1948). Dressant un tableau très sombre de l'état d'une économie française pas encore sortie du temps des pénuries, il expliquait que l'aide américaine était “une nécessité vitale” pour les Européens en dépit de la propagande du Kominform, le bureau de liaison des PC de l'Est et de l'Ouest. Elle était conçue davantage dans l'intérêt des pays à reconstruire que comme “volonté de coloniser l'Europe” économiquement comme en témoignait l'importance des dons dans les crédits Marshall. En dernière analyse, dans la réussite du Plan Marshall, c'était “la liberté et l'indépendance de la France, de la Grande-Bretagne, de tous leurs voisins” qui étaient en jeu et au-delà “l'œuvre la plus exaltante à offrir aux Français qui regardent l'avenir : rebâtir notre patrie, en bâtissant l'Europe”51.

70On le voit dans ces années décisives, René Pleven ferraillait dur contre les thèses communistes tout en affirmant ses convictions démocratiques, atlantistes et européennes. Ces engagements guideraient toute sa carrière politique. Mais comment se situait-il par rapport à la troisième force en gestation et surtout par rapport au RPF, le parti gaulliste ?

La Présidence de l'UDSR : entre le RPF et la troisième force

71En avril 1947, le petit groupe de “comploteurs” qui espérait ramener le général au pouvoir vit ses efforts aboutir avec la création par de Gaulle du RPF, le Rassemblement du Peuple Français, une nouvelle formation politique ouvertement hostile au régime. Parmi eux : des hommes venant de l'UDSR comme Jacques Soustelle et André Malraux. Sans avoir participé à ces conciliabules parisiens, René Pleven fut certainement informé de ce qui se tramait du fait de ses amitiés et de ses responsabilités à l'UDSR.

  • 52 L'AP 1947, p. 99 et Bulletin de Paris X Nanterre, p. 20-26.

72En effet, les 25 et 26 mai 1947, un premier congrès national réuni à Paris transforma la fédération des mouvements issus de la Résistance en parti politique classique, l'UDSR (23 députés). René Pleven fut porté à la présidence sans l'avoir véritablement cherché52. Son audience politique et son passé beaucoup plus que le poids de la fédération des Côtes-du-Nord (environ 300 adhérents) explique cette désignation à la tête d'un parti qui se voulait alors à mi-chemin entre le MRP et les radicaux et les socialistes. Ce centre gauche cherchant à regrouper les travaillistes se voulait “un État tampon” selon la définition de Pierre Bourdan, “un liant” y compris avec les indépendants quelques années plus tard selon René Pleven lui-même. Mais en raison du fort courant gaulliste qui demeurait au sein de l'UDSR, ce premier congrès autorisa la double appartenance de ses militants avec le RPF, mais à titre personnel et sans engager le parti lui-même.

  • 53 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. RG 1947-1948.

73Quelle fut alors l'attitude de l'ancien fidèle du général de Gaulle à l'égard d'un RPF qui était en plein essor ? À la fin de 1947, il était considéré par les Renseignements généraux des Côtes-du-Nord comme “l'un des dirigeants du RPF” (7 novembre), ce qui est inexact, puis comme l'un des “sympathisants” (28 décembre), enfin “comme le soutien le plus convaincu du gaullisme” (28 janvier 1948)53. En réalité, aucun élément précis ne permet d'être aussi affirma- tif. Le député des Côtes-du-Nord n'a participé à aucune réunion des fondateurs du RPF dans son département, même s'il a soutenu des listes du RGR comportant quelques RPF aux élections municipales de novembre 1947 contre des listes d'union de la gauche comme à Dinan ou des notables radicaux comme l'ancien député André Cornu (1932-1936) qui a adhéré au RPF.

  • 54 Le Petit Bleu, 1er novembre 1947.
  • 55 L'AP 1947, p. 199. Le gouvernement Ramadier n'a plus que 20 voix de majorité. 18 des 23 députés de (...)

74Cependant, la forte poussée électorale RPF de novembre 1947 avait ébranlé le député des Côtes-du-Nord, favorable comme de Gaulle à une révision de la constitution. II n'était pas loin de penser que le gouvernement Ramadier minoritaire serait bien inspiré de faire appel aux renforts du général s'il voulait se priver de l'appui communiste, car affirmait-il de manière ambiguë : “La France a besoin, en ce moment plus que jamais, d'un gouvernement en étroite communion avec la plus grande majorité possible du pays” quelques jours après que de Gaulle eut réclamé la dissolution de l'Assemblée nationale54. De même, le 30 octobre, une interpellation de dernière minute du leader de l'UDSR sur le sens et les motifs du remaniement ministériel de Ramadier n'avait-elle pas failli faire tomber le cabinet, renversé quelques jours plus tard 55 ? Drôle de manière de renforcer la cohésion nationale à la veille d'une grave crise politico- sociale !

  • 56 Kergoat (Jacques), Il y a quarante ans, la troisième force, Le Monde, 11 mai 1988

75On peut donc dire qu'au début de 1948, René Pleven flirta avec le RPF sans jamais franchir le pas. En même temps, il était plus que réservé envers le bureau exécutif de la troisième force issu d'un accord SFIO-MRP et mis en place le 10 janvier 1948. L'UDSR y était pourtant représentée par un proche de François Mitterrand56

  • 57 Bulletin, de Paris X Nanterre, p. 22-23.

76D'ailleurs trente deux ans plus tard, René Pleven ne niait pas cette proximité de vues de l'époque57. Conservant “une profonde affection” pour le général de Gaulle, il considérait que son éloignement du pouvoir “était profondément dommageable pour le pays”. Cette analyse explique l'initiative personnelle de l'ancien Français libre pour établir un “pont” entre le RPF et la majorité républicaine de plus en plus menacée par des dissensions internes et par le contexte international.

  • 58 L'AP 1948, p. 19 et 35-36.

77Ainsi, à deux reprises en février et en mars 1948, René Pleven avait-il sauvé le gouvernement Schuman58. Une première fois, en raison du coup de Prague, René Pleven était intervenu dans le débat sur la question de confiance pour annoncer que l'UDSR qui voulait émettre un vote hostile s'abstiendrait. La seconde fois dans un débat houleux sur un prélèvement exceptionnel défendu par son ami René Mayer — un ancien de l'équipe Monnet de Londres —, les quelques voix de l'UDSR qu'il apportait accordèrent un sursis au gouvernement. L'Année politique commentait ainsi l'événement : “Cette reconnaissance (du gouvernement) lui crée des devoirs ; elle le rend tributaire des éléments qui se situent à la charnière de la troisième force et du groupe gaulliste”. Peut- être est-ce cette situation qui poussa René Pleven à jouer les conciliateurs avec les gaullistes, un rôle dans lequel il excellait ?

78De plus, le 7 mars 1948, le général de Gaulle dans un discours à Compiègne se disait “prêt pour assurer la direction du pays vers son salut et sa grandeur”, un discours interprété par certains commentateurs comme une revendication du pouvoir, par d'autres comme un geste de rapprochement avec le régime. René Pleven décida de saisir la balle au bond.

Rapprocher de Gaulle et le régime ?

  • 59 Ibid., p. 37-39 et Charlot (Jean), Le gaullisme d'opposition, Fayard, 1983, p. 121.
  • 60 Le Monde, 13 mars 1948.

79Le 11 mars 1948 une interview du député de Dinan au Parisien libéré, au lendemain du suicide de Jan Masaryk à Prague, eut un grand retentissement59. Minimisant les divergences entre le RPF et la majorité gouvernementale, René Pleven ne proposait rien moins que l'établissement d'une large entente entre les gaullistes et la troisième force, c'est-à-dire une collaboration de tous les républicains dans “un gouvernement aussi fort que possible”, Robert Schuman, des MRP, des socialistes étant “des patriotes et des républicains sincères. Rien sauf des malentendus ou des préjugés, ne peut séparer durablement ces hommes de celui qui libéra la patrie et restaura la République”60

  • 61 Charlot (J.). op. cit., p. 122.

80Auparavant, René Pleven avait rencontré de Gaulle mais en omettant de l'avertir de son initiative. Le général y répondit par la méfiance et une irritation qu'il confia à ses proches dont Georges Pompidou61. Les relations s'étaient tendues, de Gaulle estimant que son proche collaborateur l'avait trahi pour suivre Blum. René Pleven avait rétorqué au général : “La fidélité n'implique pas la destruction de ce qui existe”. Si le comité directeur de l'UDSR approuva “chaleureusement” le 13 mars l'initiative de son président et souhaita l'ouverture “de conversations loyales pour un accord constructif entre le RPF et les partis politiques”, les autres partis la rejetèrent aussitôt.

  • 62 Cahiers du communisme, n° 4, avril 1948, p. 436.
  • 63 L'AP 1948, p. 54-56.
  • 64 Charlot G.), op. cit., p. 122-124

81Pour Jacques Duclos ne s'embarrassant pas de nuances, cette démarche du “député gaulliste Pleven” faisait partie d'un vaste complot visant à ramener de Gaulle au pouvoir “dans des conditions en apparence légales susceptibles de désarmer la vigilance des masses”, l'ancien chef des Français libres suivrait ensuite l'exemple d'Hitler en 1933...62. Les partis de la troisième force se divisèrent : le comité directeur de la SFIO parla “d'une interview trop habile”, mais déclina l'offre en appelant les républicains à soutenir le gouvernement ; le MRP refusa de saisir la perche. Quant au RPF, il garda le silence comme le souligna René Pleven au 2e congrès national de l'UDSR, le 17 mai suivant. Tenant ses assises à Marseille (16-18 avril), le RPF n'avait pas répondu directement mais en adoptant une motion favorable au scrutin majoritaire, ce parti allait dans le même sens que les propositions de Pleven. Aussi ce dernier réitéra- t-il ses propositions le 25 avril au cours d'un banquet du RGR à Rambouillet, éludant l'exigence d'élections générales formulée par de Gaulle à Marseille. Finalement, le “refus catégorique et définitif” de la SFIO et le rejet du MRP torpillèrent l'opération Pleven63. Le président de l'UDSR parlera même en mai au 2' congrès de son parti de “l'impression un peu nauséeuse” laissée par “les manifestations de méfiance et d'hostilité systématique au général de Gaulle” du MRP qui se voulait en 1945 le “parti de la fidélité”64. Pourtant une rencontre nocturne et secrète des deux hommes eut encore lieu le 1er juin 1948. De Gaulle comptait sur Pleven pour empêcher la ratification des accords de Londres sur la future République Fédérale d'Allemagne. Ils furent votés malgré l'abstention du député de Dinan.

  • 65 Bulletin de Paris X Nanterre, p.22-23.
  • 66 Purtschet (Christian), Le RPF 1947-1953, Éd. Cujas, 1965, p. 124.

82Selon Pleven en 1980, son initiative d'élargissement de la majorité était prématurée car de Gaulle n'appréciait guère que son second de Londres se moulât si aisément dans le système65 En “démocrate”, Pleven préférait “se servir de l'outil même s'il était mauvais” tandis que de Gaulle porté par une lame de fond — le RPF aurait compté plus d'un million d'adhérents au printemps 194866 — voulait détruire le régime.

  • 67 Bulletin de Paris X Nanterre, p. 22-23.
  • 68 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1853-1856 et Le Petit Bleu. 13 novembre 1948.

83L'échec de cette tentative de conciliation contribua à distendre les liens entre les deux compagnons. Si de Gaulle conserva son affection pour Pleven, les deux hommes se virent moins mais “sans jamais se disputer67. Cette prise de distance avec les gaullistes qui a valeur d'émancipation, prit quand même plusieurs mois. En novembre 1948, René Pleven soutint dans les Côtes-du-Nord la liste RGR-Indép-RPF au Conseil de la République composée de l'UDSR Yves Jézéquel, du radical Cornu et d'un MRP de droite qui venait de rompre avec son parti pour adhérer au RPF. “Victoire sans tache” donc au second tour des candidats plévenistes contre les listes SFIO-MRP et communiste. Le député de Dinan se plaçait au centre droit en alliance avec la droite sur l'échiquier départemental. Cette coalition “des voix républicaines anti-marxistes” refusait “de chasser le général de Gaulle de la République parce qu'il réclame une Constitution plus favorable au bon fonctionnement des pouvoirs publics et à l'autorité de l'État”68. Les trois nouveaux sénateurs adhérèrent à l'intergroupe du RPF comme 40,6 % des élus.

  • 69 L'AP 1948, p. 75-76.
  • 70 Le Petit Bleu. 22 mai 1948.

84Entre-temps, au niveau national, l'UDSR comptant 35 fédérations avait tenu son second congrès à Paris (15-17 mai 1948). La position centrale occupée par son petit groupe parlementaire en agrandissait l'influence car la survie de la majorité de troisième force dépendait de son soutien. Plusieurs tendances s'affrontèrent dans le parti : des gaullistes comme Capitant —le fondateur de l'Union gaulliste en 1946 — qui lorgnaient vers le RPF aux partisans de la participation à la troisième force comme le ministre Mitterrand. Mais le président Pleven parvint à naviguer à vue et à concilier les deux courants en surfant sur la vague et en limitant les défections (scission de Jean Nocher dans la Loire). Finalement, le congrès de l'UDSR accorda un nouveau sursis au gouvernementSchuman dans une motion votée à l'unanimité. Il posait une seule condition : le maintien des élections cantonales à la date prévue en octobre 194869. René Pleven dans un effet de tribune se paya même le luxe d'affirmer : “l'UDSR veut être le parti de la gauche non-marxiste que n'a pas voulu devenir après la guerre le parti SFIO70 ; une affirmation pour le moins en décalage avec ses alliances politiques dans les Côtes-du-Nord ! De toute façon, comme principal trait d'union de sa petite formation, il sortait renforcé de ce deuxième congrès.

  • 71 Ibid., 28 août 1948 et l'AP 1948, p. 133-136.

85Mais bientôt, en août 1948, une crise éclata avec la troisième force lorsqu'un député du MRP proposa l'ajournement des élections cantonales jusqu'au vote d'une réforme. À l'Assemblée, René Pleven mena la bataille au nom du RGR contre cette proposition finalement adoptée par la SFIO et le MRP grâce à l'appui des suffrages communistes. Dénonçant les “Tricheurs et Fuyards”, le directeur politique du Petit Bleu s'en prenait à “la violation de la loi républicaine”71.

  • 72 L'AP 1948, p. 178 et 205.

86Décidément durant cet été 1948, le chef de l'UDSR en délicatesse avec une troisième force divisée mena la vie dure au gouvernement Marie. Sur la question indochinoise, il obligea le président du Conseil à confirmer que la France maintiendrait la présence française dans le cadre de la solution Bao Daï, avant que le débat de fond redouté ne fût repoussé. Le député des Côtes-du-Nord s'affirmait comme l'un des principaux parlementaires de cette première législature d'après-guerre. Et d'ailleurs après la chute du gouvernement Marie, l'échec de la tentative Schuman, 16 députés de l'UDSR sur 23 votèrent contre l'investiture de Henri Queuille le 10 septembre 1948 qui prit pourtant deux ministres de l'UDSR. René Pleven naviguait toujours à la charnière du RPF et de la majorité gouvernementale. Par exemple, le 5 octobre, il fit différer le retrait des ministres au comité directeur de l'UDSR jusqu'à la rentrée parlementaire, tout en faisant écarter le 20 novembre une motion du “gaulliste” Capitant réclamant la dissolution immédiate de l'Assemblée72.

87Intervenant au congrès du parti radical, en décembre, le président de l'UDSR approuva à nouveau la double appartenance politique face au rejet de “la bigamie” préconisé par Edouard Herriot mais ne put empêcher les prémices d'une scission au sein de sa propre formation.

  • 73 L'AP 1948 et 1949, p. 222-223 et 101-102.

88Le 9 décembre 1948, René Capitant suivi de onze députés UDSR- RPF avait constitué un sous-groupe désavoué par la direction du parti. Les relations se détériorèrent entre les deux courants. Au 3' congrès du parti à Paris (10-12 juin 1949), François Mitterrand mena l'attaque contre “les indisciplinés”, dénonçant “la rigueur et le sectarisme” du RPF. Et à une forte majorité, le parti décida qu'à partir du 14 juillet la double appartenance ne serait plus possible. Le groupe Capitant se considéra comme exclu même si des hommes comme Jean Marin, membre du conseil national du RPF restèrent ; il fut même porté à la vice-présidence de l'UDSR73. Le petit parti issu de la Résistance clarifia donc sa position politique avant les radicaux dans le cadre des reclassements politiques en cours. Par la force des choses et à son corps défendant, René Pleven fut contraint de choisir son camp non sans avoir souhaité un ultime élargissement de la majorité vers les gaullistes après les élections cantonales de 1949. Bientôt, dans son parti formé d'individualités souvent ministres comme Claudius-Petit, une nouvelle confrontation allait se développer en particulier avec François Mitterrand.

  • 74 L'AP 1949, p. 60 et 76.
  • 75 Williams (Ph.), op. cit., p. 286

89Durant ce congrès, le président Pleven n'en critiqua pas moins “l'immobilisme” du gouvernement Queuille qui serait jugé sur sa capacité à assainir les entreprises nationalisées et à réformer la sécurité sociale. Il s'agissait toujours de soutien conditionnel pour marquer la différence d'un parti dont le groupe parlementaire était réduit à 14 députés dont 5 d'Outre-Mer. C'était un peu un baroud d'honneur avant l'intégration de René Pleven à une troisième force soumise à la pression des indépendants. Désormais, il participa aux réunions du “grand conseil de la majorité”, ce que Soustelle avait refusé au nom du RPF74. Dans une majorité toujours précaire, l'UDSR, placée “au centre de gravité de l'Assemblée”, allait jouer un rôle dépassant très largement son audience réelle. D'où cette remarque de l'historien américain Philip Williams : “Comme certains partis charnières sous la Troisième République, l'UDSR était trop faible pour qu'on la craignît et trop indispensable pour qu'on l'ignorât”75 Les chemins du retour au pouvoir semblaient ouverts à son président, une fois l'hypothèque gaulliste levée, surtout après son succès dans les Côtes-du-Nord.

De la présidence du Conseil général des Côtes-du-Nord à celle du CELIB

90Déjà, les élections municipales de 1947 avaient montré une progression du RGR et des modérés dans les Côtes-du-Nord, même si les réflexes du tripartisme l'avaient encore emporté à Saint-Brieuc ainsi que des unions socialo- communistes dans l'ouest du département. Mais les élections au Conseil de la République avaient révélé l'échec de la coalition des partis de la troisième force, la SFIO et le MRP. Militants et électeurs n'acceptaient guère l'alliance des “laïques” avec les “cléricaux”. Au niveau départemental, le RPF ne représentait pas un réel danger politique même si le radical Cornu, président du Conseil général en 1946-1947, s'était présenté comme candidat de l'intergroupe RPF à la présidence du Conseil de la République en janvier 1949. Une telle conjoncture politique ne pouvait que favoriser les desseins de René Pleven.

  • 76 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1856-1862

91En effet, les élections cantonales des 20 et 27 mars 1949 marquées dans le pays par de nombreuses triangulaires, s'étaient soldées par les progrès du RGR (plus 3 sièges) et surtout des indépendants (plus 7 sièges) dans les Côtes-du- Nord. À gauche, les socialistes et les communistes divisés perdaient chacun cinq sièges, le MRP deux tandis que le RPF n'en gagnait que deux. La majorité politique du Conseil général sortait profondément modifiée de ces élections pour le plus grand profit de René Pleven, lui-même76 non soumis à réélection.

92Depuis l'automne 1947, le Conseil général des Côtes-du-Nord était présidé par un socialiste appuyé par le PCF. En mai 1949, le RGR proposa la candidature de René Pleven qui fut élu au second tour (29 voix sur 48) après désistement en sa faveur du MRP. La nouvelle majorité départementale n'excluait que les communistes car tous les partis obtinrent des postes dans le bureau, y compris le RPF. Si bien qu'en septembre 1950, devenu président du conseil, René Pleven fut réélu à la présidence par 38 voix contre 7 et même par 41 voix sur 46 en 1952, après les élections cantonales d'octobre 1951 qui accentuèrent le glissement à droite au profit des indépendants. Mais en 1950, une mini-crise éclata lorsque les deux conseillers RPF s'abstinrent de réélire le président. Les conseillers de la République modérés du département en profitèrent pour rompre avec le mouvement gaulliste. Seul UDSR à présider un Conseil général en France, René Pleven allait conserver son fauteuil de 1949 à 1976.

93Sous sa houlette, et grâce à ses fonctions ministérielles permettant de décrocher plus facilement des subventions et des aides, René Pleven poursuivit l'œuvre de modernisation entreprise à la Libération : achèvement de l'électrification, travaux routiers, adductions d'eau dans les communes rurales, construction d'écoles et bientôt modernisation des structures agraires par les débuts du remembrement... Une action de modernisation de longue haleine qui concerna l'ensemble de la Bretagne.

  • 77 Nicolas (Michel), Histoire du mouvement breton, Éd. Syros, 1982, p. 111-158 et Histoire générale d (...)

94En effet, dans la cadre de la restructuration de l'économie bretonne d'après- guerre, l'idée d'unir les efforts de toutes les forces vives de la région germa sur un terreau politique plutôt favorable. Les notables encadraient une société rurale encore largement marquée par le poids de l'Église et présidaient à un vote majoritairement à droite. Pour maintenir leur tutelle, ces notables souhaitaient organiser et contrôler le processus de modernisation qui intégrait davantage l'espace breton dans l'espace national voire international77.

  • 78 Martray (Joseph), L'épopée du CELIB (1950-1969), Éd. France Empire, 1983, chap. 2 à 5.

95Le lamballais Joseph Martray joua un grand rôle dans la gestation et le développement du Comité d'Études et de Liaison des Intérêts Bretons, le CELIB. Dès 1948, cet ancien membre du “Comité Consultatif de Bretagne” mis en place par Vichy animait une revue se voulant l'organe “du mouvement breton tout entier” qui prônait le développement de la région dans le cadre de l'Union Fédéraliste des Communautés Européennes. Des idées qui ne pouvaient que séduire René Pleven, élu d'une région touchée par une véritable hémorragie humaine et sensible à l'idée d'un plan national d'aménagement du territoire. En 1949-1950, Joseph Martray sensibilisa des élus bretons. Aux élections législatives de 1951, de nombreux parlementaires de tous les partis, sauf les communistes, acceptèrent de soutenir “un programme commun d'intérêt régional”78.

96Le comité créé à Quimper en juillet 1950 fut conforté par un dîner-débat des principaux parlementaires bretons à Paris, le 25 juillet 1951, sous la présidence de René Pleven. S'il n'avait pas participé lui-même aux deux réunions constitutives de 1950, ce fut en raison de ses responsabilités gouvernementales mais un membre de son cabinet en suivit les travaux. Le 5 août, une assemblée plénière dans le Morbihan adoptait les statuts du CELIB et en proposait unanimement la présidence à René Pleven qui l'accepta quelques jours avant de redevenir président du Conseil. Il était assisté de quatre députés bretons : Paul Ihuel (MRP du Morbihan), André Morice (Radical) de Nantes, F. Tanguy- Prigent (SFIO) et J. Halléguen (RPF) du Finistère. Le député de Dinan allait présider aux destinées de cet efficace groupe de pressions breton pendant 21 ans.

  • 79 AD Côtes-d'Armor. 1 W 13. RG, 1er février 1952.

97En février 1952, les Renseignements généraux estimaient que l'acceptation de René Pleven de présider le CELIB avait dissipé la “méfiance des premiers temps” et amené les premiers résultats probants79. Le 30 mars 1953, à Saint-Brieuc, 400 personnalités bretonnes acceptèrent la préparation d'un plan d'aménagement, de modernisation et d'équipement de la Bretagne de quatre ans en présence du nouveau commissaire au Plan, Étienne Hirsch, peu enclin à accepter une planification régionale. Le CELIB ouvrait la voie à une expérience originale de développement régional. Ce groupe de pressions breton engageait le combat pour la modernisation et l'industrialisation d'une des régions françaises restée à l'écart de l'essor économique du xixe siècle.

  • 80 Ibid., 1 W 12. RG, 1er avril 1950.
  • 81 Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours, Actes du colloque de Saint-Brieuc, Archives dé (...)

98En définitive, l'enracinement politique de René Pleven s'était élargi en cinq ans à la fois par un travail en profondeur sur le terrain et par une importante activité parlementaire. Dans les Côtes-du-Nord, au tournant des années 1950, l'UDSR était en plein essor : 350 délégués dont de nombreux élus, puis 500 aux congrès départementaux de 1950 et 1951 pour la première fédération de France avec celle de la Nièvre animée par François Mitterrand. Mais le rayonnement du “radical-plévenisme” s'étendait bien au-delà de son parti attirant toute une nébuleuse de notables, du parti radical-socialiste en pleine atonie aux divers modérés et indépendants. Le 1er avril 1950, les Renseignements généraux analysaient ainsi la situation politique des Côtes-du-Nord : “Le plévenisme entame fortement la masse influençable des indépendants, se grossit de nombreux transfuges du MRP, parti qui ne représente jamais les aspirations politiques de la droite (une droite qui fut passablement inquiète du gauchissement social du MRP et de ses alliances SFIO, une droite qui s'accroche aujourd'hui au seul parti dont la politique se dépouille de tout anticléricalisme). L'UDSR paraît être appelée à jouer un rôle charnière d'agent de fusion entre le centre droit et le centre gauche”80. On ne pouvait mieux analyser le positionnement politique et la force d'attraction du “plévenisme”, dans le prolongement de l'action des grands notables républicains de la première moitié du xxe siècle. En se référant aux Bleus de Bretagne, René Pleven se voulait l'héritier d'une tradition politique, sans pour autant en reprendre les combats d'antan, notamment sur la laïcité. Entre les Rouges et les Blancs, la gauche et la droite, il n'y avait pas beaucoup d'espace politique disponible dans les Côtes- du-Nord, d'autant plus que le MRP “chassait” aussi sur les terres centristes dans les années 1945-194981

99Mais l'aura de René Pleven lui permettait de ratisser large au centre face au déclin du tripartisme et de préparer des alliances avec la droite dont il drainait déjà une partie de l'électorat dit modéré. Le retour au gouvernement à l'automne 1949 allait naturellement renforcer cette influence.

Notes

1 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 21-22.

2 Faure (Edgar), Mémoires I, Avoir toujours raison... c'est un tris grand tort, Pion, 1982, p. 289.

3 Entretien de René Pleven qui ne souhaitait pas s'étendre sur ce point avec l'auteur, le 8 avril 1989.

4 Décret n° 1022 du 20 mai 1943. Journal officiel de la France Libre. René Pleven fut décoré de la Croix de la Libération par le général de Gaulle 2 jours plus tard en même temps que le colonel Passy, Fourcaud et Pierre Brossolette

5 Bougeard (Christian), Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse de doctorat d'État, université de Rennes 2, 1986, p. 1517-1519.

6 AD Côtes-d’Armor. JP 21 / A. Dinan républicain, n° 5, 14 septembre 1944.

7 Ibid., Le Républicain de Dinan, 20 septembre 1945. Le journal de Geistdœrfer a changé de titre.

8 Bougeard (Ch.), op. cit., p. 1535 et Le Républicain de Dinan, 22 février 1945

9 Bougeard (Ch.), op. cit., p. 1714-1726.

10 Ibid., p. 1727-1733. Le Républicain de Dinan, 27 septembre 1945

11 Ibid., p. 1800-1814.

12 Bougeard (Ch.), ”Naissance et développement du MRP en Bretagne”, colloque IHTP- CNRS cité, décembre 1989, et ”Le MRP des Côtes-du-Nord sous la ive République”, Mélanges J. Charpy, 1991, p. 432-442

13 Le Républicain de Dinan, 18 octobre 1945 et entretien de l'auteur avec Pierre Bourdellès du 14 mai 1988.

14 Debré (Michel), Trois Républiques pour une France, Mémoires I, Combattre, Albin Michel, 1984, p. 24.

15 Who's who in France, 1975-1976, p. 110 et 1115.

16 L'année politique. 1944-1945, p. 514.

17 Williams (Philip), La vie politique sous la Quatrième République, A. Colin, 1971, p. 284-287.

18 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 26-28.

19 Berstein (Serge), ”Charles de Gaulle et André Malraux, du MLN au RPF, rupture et continuité” in De Gaulle-Malraux, Pion, 1987, p. 102-107.

20 L'AP 1944-1945, p. 227-231.

21 De Gaulle (Charles), Lettres, notes et carnets iv, op. cit., p. 99.

22 Bulletin de Paris X Nanterre, op. cit., p. 24-25.

23 Ibid., p. 26-27.

24 L'AP 1946, p. 74-77.

25 Ibid., p. 90-91 et 106-107.

26 AD Côtes-d’Armor. 1 W 12. Rapports des Renseignements généraux (RG).

27 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1709-1713.

28 La collection complète du Petit Bleu des Côtes-du-Nord est consultable aux Archives départementales des Côtes-d'Armor.

29 Des extraits significatifs ont été publiés dans Le monde contemporain vu par Lt presse régionale de Bretagne. 1944-1985, 2 volumes, Rennes, AD de Bretagne-CRDP, 1985-1986.

30 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. Note des RG, 30 janvier 1948.

31 Entretien de l'auteur avec Mme Andlauer du 10 décembre 1986.

32 AD Côtes-d'Armor. 1 W 13. Note du 1er février 1952

33 Le Petit Bleu, 20 avril, 27 avril, 4 mai 1946

34 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1822-1824.

35 Le Républicain de Dinan, 30 mai 1946.

36 Le Petit Bleu, 8 juin 1946.

37 Entretien de René Pleven avec l'auteur 22 août 1989.

38 Le Petit Bleu, 12 octobre 1946.

39 Ibid., 19 octobre 1946

40 L'AP 1947, p. 26-27.

41 Le Petit Bleu, 15 mars 1947.

42 L'AP 1948, p. 97-98. Cette brochure nous a été communiquée par Charles Tillon.

43 L'AP 1947, p. 39-40.

44 Le Petit Bleu, 15 mars 1947.

45 auriol (Vincent), Journal du septennat, I, 1947, A. Colin, 1970, p. 29.

46 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. RG 17 janvier 1947.

47 Rioux (Jean-Pierre), La France de la Quatrième République, t. 1, Le Seuil, 1980, p. 171.

48 Auriol (Vincent), Journal I, op. cit., p. 76.

49 Destrem (Maja), L'aventure de Leclerc, op. cit., p.l 1 et Le Petit Bleu, 6 décembre 1947

50 L'AP 1947, p. 94-95 et Le Petit Bleu, “Où allons-nous ?”, 24 mai 1947

51 Le Petit Bleu. 10 avril 1948.

52 L'AP 1947, p. 99 et Bulletin de Paris X Nanterre, p. 20-26.

53 AD Côtes-d'Armor. 1 W 12. RG 1947-1948.

54 Le Petit Bleu, 1er novembre 1947.

55 L'AP 1947, p. 199. Le gouvernement Ramadier n'a plus que 20 voix de majorité. 18 des 23 députés de l'UDSR ont voté contre le gouvernement

56 Kergoat (Jacques), Il y a quarante ans, la troisième force, Le Monde, 11 mai 1988

57 Bulletin, de Paris X Nanterre, p. 22-23.

58 L'AP 1948, p. 19 et 35-36.

59 Ibid., p. 37-39 et Charlot (Jean), Le gaullisme d'opposition, Fayard, 1983, p. 121.

60 Le Monde, 13 mars 1948.

61 Charlot (J.). op. cit., p. 122.

62 Cahiers du communisme, n° 4, avril 1948, p. 436.

63 L'AP 1948, p. 54-56.

64 Charlot G.), op. cit., p. 122-124

65 Bulletin de Paris X Nanterre, p.22-23.

66 Purtschet (Christian), Le RPF 1947-1953, Éd. Cujas, 1965, p. 124.

67 Bulletin de Paris X Nanterre, p. 22-23.

68 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1853-1856 et Le Petit Bleu. 13 novembre 1948.

69 L'AP 1948, p. 75-76.

70 Le Petit Bleu. 22 mai 1948.

71 Ibid., 28 août 1948 et l'AP 1948, p. 133-136.

72 L'AP 1948, p. 178 et 205.

73 L'AP 1948 et 1949, p. 222-223 et 101-102.

74 L'AP 1949, p. 60 et 76.

75 Williams (Ph.), op. cit., p. 286

76 Bougeard (Ch.), thèse citée, p. 1856-1862

77 Nicolas (Michel), Histoire du mouvement breton, Éd. Syros, 1982, p. 111-158 et Histoire générale de la Bretagne et des Bretons t. 1, s.d. de Yannick Pelletier, Nouvelle Librairie de France, 1990, Ch. Bougeard, p. 181-197.

78 Martray (Joseph), L'épopée du CELIB (1950-1969), Éd. France Empire, 1983, chap. 2 à 5.

79 AD Côtes-d'Armor. 1 W 13. RG, 1er février 1952.

80 Ibid., 1 W 12. RG, 1er avril 1950.

81 Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours, Actes du colloque de Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d'Armor, 1991, 4' partie. Héritages et mutations du xxe siècle : des Bleus aux Rouges.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540