Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Conclusion

Jean-Paul Pellegrinetti

Texto completo

1En 1955, dans un article intitulé « Électeurs, partis, élus », Raymond Aron écrivait :

  • 1 Aron R., « Électeurs, élus, partis » [1955], Id., Les Sociétés modernes, textes rassemblés et intro (...)

« Un régime politique, non tel qu’il est défini par les textes mais tel qu’il fonctionne effectivement, est constitué par un ensemble de conduites, liées les unes aux autres1. »

2Ainsi, un régime ne se réduit pas à une somme d’institutions qui lui donnent corps ; il constitue aussi une forme sociale. Telle est la piste que s’est proposé d’explorer cet ouvrage, en proposant une histoire de la manière dont se vivent les régimes politiques à travers une des questions centrales qui se posent à eux, celle de la représentation, qui signe le lien qui unit les différents acteurs à l’œuvre, du sommet à la base.

3En s’intéressant à l’entre-deux électoral, les études proposées se décentrent par rapport au moment fondamental qu’est le vote, tout en ne pouvant en nier le caractère inaugural, fondateur. L’exemple des « lettres aux électeurs » le prouve. L’élection fournit l’occasion par laquelle s’instaure – ou se renouvelle – la promesse de représentation ; aussi l’approche du lien de représentation s’ancre-t-elle dans un cadre et un temps institutionnels dont on peut difficilement s’abstraire.

4Beaucoup d’études le rappellent, l’idée sous-tend l’ouvrage : la dépolitisation caractéristique de ces dernières décennies, se traduisant par une désaffection des urnes marque une profonde « crise de la représentation ». Cependant, que penser, à la lumière des travaux historiques ici présentés, de cette délégitimation du vote ?

  • 2 Lefort C., L’Invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard, 1981, (...)
  • 3 Voir Garrigues J., Les Hommes providentiels. Histoire d’une fascination française, Paris, Le Seuil (...)

5Certes, sur le plan des conduites et des relations sociales, le vote ne constitue pas véritablement une rencontre humaine, entre un homme et un peuple comme il est coutume de le dire. Si le citoyen s’exprime, c’est en tant que tenant d’une généralité, d’un corps plus large, non en tant qu’individu. Claude Lefort évoque même le vote comme « point zéro de la socialité2 ». L’égalité de tous les électeurs doit gommer les relations de hiérarchie. Cela réduit le risque représenté par des relations directes, avec la part d’intérêt, de calcul et les inégalités qui les sous-tendent. On a ainsi vu la menace que peut faire peser sur le fonctionnement des régimes et de leurs institutions le poids des hommes forts : si un Pierre Soulé use de son aura pour parler au nom des sans-voix, les critiques adressées à Gambetta, ce « commis-voyageur » de la démocratie, l’assimilent volontiers à un dictateur. Telles sont d’ailleurs peut-être les deux faces de certains hommes providentiels3. Que dire alors des pratiques électorales dans des régimes personnels, comme le Second Empire ?

  • 4 Fonvieille-Vojtovic A., Paul Ramadier (1888-1961). Élu local et homme d’État, Paris, Publications d (...)
  • 5 Ibid.

6Sur ce plan, il ne semble pas exister de « sens de l’histoire ». Au XXe siècle ainsi, malgré l’ancrage de la démocratie, les pratiques pouvaient prêter à confusion. Ainsi, Ramadier parvint à établir « un lien quasi-sentimental entre l’élu et ses électeurs qui l’identifient comme l’un des leurs4 » mais cette proximité devait entraîner une « réciprocité des soutiens5 » qui privait certaines pratiques d’une véritable transparence démocratique. L’avènement de la IVe République a montré qu’il s’agissait d’une préoccupation de la classe politique mais le parti pouvait remplacer l’homme fort.

  • 6 Rosanvallon P., La Légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Le Seuil, (...)

7Pierre Rosanvallon fait de la proximité l’un des éléments cardinaux de la légitimité démocratique6. Le présent ouvrage, qui couvre une période longue de deux siècles, montre quelle fut la genèse de cette idée et les obstacles à surmonter pour la mettre en pratique.

8Des monarchies constitutionnelles à la Ve République, les temporalités se sont heurtées mais des permanences et mutations se dégagent dans les rapports entre le peuple et le personnel élitaire.

9Ainsi, alors que la révolution de 1830 ferme définitivement la parenthèse de la contre-révolution, celle de 1848 reflète la rencontre du peuple avec les élus, et plus largement avec la démocratie et la république. Dès lors, cette légitimité du peuple n’est pratiquement jamais remise en question en tant que telle.

10De l’avènement du second Empire à nos jours, le peuple n’est pas considéré comme un élément abstrait et éloigné, mais au contraire comme une source permanente de pouvoir et de légitimité, depuis les proclamations de Napoléon III jusqu’aux professions de foi des députés de la Ve République.

11Cela étant, le peuple est également vu comme un acteur de la politique, plus en certaines périodes qu’en d’autres. D’une façon ouverte, comme lorsque des élus s’associent à lui pour donner naissance à un front antiraciste dans les années 1930 ; d’une façon moins évidente, quand l’on prétend, sous la IVe République, agir en son nom sur les questions migratoires.

  • 7 Lire notamment sur le sujet, Pellegrinetti J.-P., « Boire, manger, célébrer et voter : fêtes et ba (...)
  • 8 Ihl O., La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 168.

12Avec l’implantation de la IIIe République, une culture, un modèle et de nouvelles formes de sociabilité se développent à l’échelle nationale7. L’utilisation de pratiques politiques festives, qui concernent l’ensemble du territoire à partir des célébrations du 14 juillet, joue un rôle important dans les rencontres entre le peuple et les élus. Mises en place par le biais de notabilités locales, mais s’adressant à l’ensemble de la population avertie par une campagne d’affichage annonçant le programme des festivités, les fêtes politiques correspondent à un moment de la libéralité synonyme de réjouissances multiples, d’activités ludiques et de rencontres avec les notabilités politiques. C’est aussi le moment particulier où l’élu se doit de prononcer un discours, savant mélange de l’éloge de la liesse populaire, des bienfaits du régime en place et d’enjeux personnels plus électoralistes. Comme le souligne Olivier Ihl, « la fête est avec le vote, le jour où l’élu rencontre sa commune8 ».

13Ces formes de pratiques politiques soulignent, d’une manière explicite, combien la fin du XIXe siècle correspond à une période transitionnelle de parrainage élitaire démocratique qui progressivement va évoluer vers un socle horizontal, plus égalitaire, fondé davantage sur les progrès de la citoyenneté, le développement des partis politiques et la diffusion d’une opinion nationale.

  • 9 Voir par exemple Tardieu A., La Révolution à refaire, t. I : Le souverain captif, Paris, Flammario (...)

14Les méthodes ont certes changé : les adresses aux électeurs ou la mise en scène du pouvoir connaissent des évolutions ou, à tout le moins, des adaptations. La politique s’est professionnalisée avec les décennies, ce qui fait que même l’entre-deux électoral a eu tendance à connaître une codification croissante9. On mènerait d’ailleurs un utile prolongement en s’intéressant aux mutations du lien entre élus et électeurs avec l’essor de la démocratie locale et de la démocratie participative, métamorphosées en profondeur par Internet. Comme l’écrivent fort justement Rémi Lefebvre et Magali Nonjon :

  • 10 Lefebvre R., Nonjon M., « La démocratie locale en France : ressorts et usages », Sciences de la Soc (...)

« Le discours de la proximité, rhétorique du rapprochement, accompagne et légitime ainsi le renouveau de la démocratie locale. À travers les nouveaux dispositifs de participation, il s’agit bien de rapprocher les élus ou le pouvoir des citoyens, de réduire la distance entre les citoyens et la décision10... »

15Cet ouvrage fait ainsi alterner les points de vue – l’exemple du charivari démontrant le peuple se mettant en mouvement – et montre, à travers les liens entre représentants et représentés, l’évolution des rapports entre élites et peuple, séparés par une distance que l’on cherche à réduire. Car c’est aussi une histoire qui doit être attentive aux espaces.

  • 11 Voir Martin L. P., Pellegrinetti J.-P., Guedj J. (dir.), La République en Méditerranée. Diffusions (...)

16L’ouvrage se concentre sur la France, quoi qu’une contribution se penche sur l’itinéraire d’un homme politique entre les deux rives de l’Atlantique. Il s’agit essentiellement d’une France métropolitaine, afin de renforcer le souci de cohérence. Mais d’utiles comparaisons pourraient être menées sur des expériences extérieures11 ou sur la situation coloniale, qui pose avec une plus grande acuité encore la question de la distance. Toutefois, dans les frontières mêmes de la France métropolitaine, la représentation politique articule à sa manière les espaces et les met en un certain sens en concurrence. Car le lien d’un homme à ceux qui l’ont élu instaure une promesse qui prend les traits d’une dette. Les élus ne représentent-ils donc que ceux à qui ils doivent leur place ? Cela ne met-il pas en péril l’homogénéité nationale ? Les professions de foi de la Ve République démontrent à quel point l’ancrage local est considéré comme un quasi unique gage de légitimité. Cette image remontait plus loin dans le temps et fut particulièrement bien étudiée par Mattei Dogan qui évoquait à ce propos un « horizon arrondissementier » :

  • 12 Dogan M., « La stabilité du personnel parlementaire sous la IIIe République », Revue française de s (...)

« Les députés étaient [...] des “gens du cru”. Inconnus ailleurs, à la fin de la législature, ils se représentaient dans la même circonscription. Théoriquement, ils étaient des “représentants de la Nation”, pratiquement ils l’étaient de leur arrondissement. Sans doute l’organisation du suffrage exige la division du territoire national en circonscriptions, mais celles-ci, à cause de leur petitesse, devinrent des fiefs électoraux. Il existe une certaine incompatibilité entre les intérêts de l’arrondissement et les véritables problèmes nationaux. Beaucoup de parlementaires attachaient, par souci de la réélection, plus d’importance aux premiers qu’aux seconds12. »

17Le renouveau de la démocratie locale ne constitue-t-il pas une résurgence de ce phénomène ? Il semble, dès lors, fort enrichissant de se questionner sur les contours, les enjeux et les conséquences d’une démocratie locale solidaire d’une certaine forme d’autonomie à la fois territoriale et politique. Ainsi, cette démocratie de proximité ne conduit-elle pas à une fragilisation et à une fissuration du processus démocratique national ?

18Ce présent ouvrage apporte, en privilégiant le temps long, quelques jalons à l’ensemble du questionnement posé tout au long de cette réflexion et constitue une approche originale des liens qui unissent le peuple à l’élu, à partir de l’étude de l’entre-deux électoral dans la France contemporaine.

Notas

1 Aron R., « Électeurs, élus, partis » [1955], Id., Les Sociétés modernes, textes rassemblés et introduits par Serge Paugam, Paris, PUF, 2006, p. 741.

2 Lefort C., L’Invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard, 1981, p. 148.

3 Voir Garrigues J., Les Hommes providentiels. Histoire d’une fascination française, Paris, Le Seuil, 2012.

4 Fonvieille-Vojtovic A., Paul Ramadier (1888-1961). Élu local et homme d’État, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 227.

5 Ibid.

6 Rosanvallon P., La Légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Le Seuil, 2008.

7 Lire notamment sur le sujet, Pellegrinetti J.-P., « Boire, manger, célébrer et voter : fêtes et banquets républicains en Corse à la fin du XIXe siècle », Annales du Midi, no 280, octobre-décembre 2012, p. 489-505.

8 Ihl O., La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, p. 168.

9 Voir par exemple Tardieu A., La Révolution à refaire, t. I : Le souverain captif, Paris, Flammarion, 1936 et, du même auteur, La Révolution à refaire, t. II : La profession parlementaire, Paris, Flammarion, 1937. Pour une mise au point plus récente : Julliard J., Contre la politique professionnelle, Paris, Le Seuil, 1977.

10 Lefebvre R., Nonjon M., « La démocratie locale en France : ressorts et usages », Sciences de la Société, no 60, octobre 2003, p. 20 (dossier sur « Démocratie locale et Internet »). Souligné dans le texte.

11 Voir Martin L. P., Pellegrinetti J.-P., Guedj J. (dir.), La République en Méditerranée. Diffusions, espaces et cultures républicaines en France, Italie et Espagne, XVIIIe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2012.

12 Dogan M., « La stabilité du personnel parlementaire sous la IIIe République », Revue française de science politique, vol. 3, no 2, avril-juin 1953, p. 344.

Autor

Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC, ANR ICEM.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540