Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Deuxième partie. Représentation républicaine, République en représentation

La représentation politique de « proximité ». L’entre-deux électoral dans les professions de foi électorales de député(e)s (1958-2007)

Magali Guaresi

Texte intégral

  • 1 Manin B., Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996 ; Rosanvallon P., Le sac (...)
  • 2 Loonis V., « Les déterminants de la réélection des députés français de 1871 à 2002 », Histoire et M (...)
  • 3 Guilhaumou J., Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses univers (...)
  • 4 Pour un point récent sur la notion de ressources politiques, voir Guionnet C., « Fluctuation et lé (...)
  • 5 Barbet D., et Mayaffre D., « 2007 : Débats pour l’Élysée », Mots. Les langages du politique, no 89, (...)

1Si l’on peut considérer le scrutin électoral législatif comme le moment fondateur de la représentation politique, l’élection d’un(e) candidat(e) procède le plus souvent d’une légitimité construite dans la durée, dans l’entre-deux électoral que constitue le mandat1. On connaît, sous la Ve République, le phénomène de la prime aux sortants ou encore le poids du capital politique dans la sélection des candidat(e)s aux élections2. La période électorale est le moment central de la valorisation des ressources politiques acquises et entretenues entre deux scrutins. Énoncées et instituées pendant l’« événement discursif » qu’incarnent les campagnes électorales3, les caractéristiques invoquées par les candidat(e)s construisent les contours de la représentation politique légitime à un moment donné et définissent les liens qui unissent député(e)s et représenté(e)s4. Plus que jamais pendant la période charnière de l’élection, le discours se doit d’être « performant politiquement » et « la performance politique ne peut se concevoir sans langage5 ». Dès lors, l’appréhension historique des facteurs de légitimité élaborés entre deux élections par les élu(e)s de la nation passe naturellement par l’analyse discursive des textes électoraux.

  • 6 L’étude pionnière d’Antoine Prost l’a démontré. Prost A., Analyse du vocabulaire des proclamations (...)
  • 7 Deloye Y., « Se présenter pour représenter. Enquête sur les professions de foi électorales de 1848  (...)
  • 8 Dans la perspective austinienne, l’énoncé « je suis candidat(e) » est performatif. Il ne se conten (...)
  • 9 Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Genève, Delachaux et (...)
  • 10 Poirmeur Y. et Mazet P. (dir.), Le métier politique en représentations, Paris, L’Harmattan, 1993.

2La profession de foi, discours électoral emblématique, est à ce titre un observatoire privilégié6. « Présentation de papier » de l’impétrant(e), des valeurs qui l’animent, de la nature du système représentatif qu’il/elle défend, elle est pour, reprendre les mots d’Yves Deloye, « constitutive de l’activité de représentation politique7 ». Surtout, elle peut être comprise comme un seuil entre le temps de l’exercice d’un mandat et le début d’un nouvel épisode électoral. Acte discursif fondateur de la candidature, la profession de foi ouvre la campagne et performe le(-a) locuteur(-rice) en candidat(e) officiel-le8. Elle est aussi l’aboutissement du temps du mandat consacré à la construction ou au maintien d’une image – on pourrait même parler d’un ethos – de représentant(e)9. En cela, la profession de foi dessine en creux non seulement une promesse de représentation mais également les formes de l’acte de représentation déjà mis en œuvre par les dépositaires de la souveraineté du peuple. Les ressources, les actions, les engagements déployés entre deux élections fondent un modèle de légitimité politique et prescrivent la nature du lien tissé entre représentant(e)s et représenté(e)s10.

  • 11 Plus postulée que définie, la proximité est connotée positivement à la faveur de ses vertus présum (...)
  • 12 La logométrie est une méthode de lecture, quantitative et qualitative, de toutes les unités textue (...)
  • 13 Le corpus de travail comprend la quasi-intégralité des professions de foi de 1er tour des femmes é (...)

3Si la promesse électorale énoncée par les candidat(e)s est en partie programmatique et nationale, l’importance du vocabulaire de la présentation de soi et des ressources capitalisées entre deux élections, dans la circonscription, au plus près de l’électorat est partie prenante des modes de légitimité politique et des rôles parlementaires. Alors que la représentation nationale s’est fondée sur le modèle de la distanciation des élu(e)s, sur le primat de l’intérêt général de la nation sur les considérations particularistes, le discours électoral de la Ve République est traversé par une rhétorique de la « proximité », quantitativement imposante11. L’analyse logométrique12 appliquée à corpus textuel rassemblé sur la base d’hypothèses de travail relatives au genre (gender) en politique mettra en évidence le rôle de la représentation de proximité déployée dans l’entre-deux électoral dans la construction d’une figure d’élu(e) légitime au fil des cinquante années de la République et de sa féminisation progressive13.

  • 14 Citons pour exemple les travaux de Régine Robin, Jacques Guilhaumou, de Maurice Tournier et de man (...)
  • 15 Lebart A. et Salem A., La statistique textuelle, Paris, Dunod, 1994 ; Muller C., Initiation aux mét (...)

4L’objectif fixé de chercher les traces de l’entre-deux électoral dans un corpus textuel vaste nécessite le recours à des méthodes d’analyses textuelles, assistées par ordinateur, éprouvées depuis trente ans en histoire14. Notre démarche ne consistera pas à définir a priori des modalités de référence à l’entre-deux électoral mais tâchera au contraire de faire émerger des tendances discursives à partir d’une analyse systématique et non supervisée de l’ensemble des unités textuelles du corpus. Conformément au postulat de la statistique différentielle convoquée dans cet article au titre de la méthode, le comportement discursif des sous-ensembles du corpus (sexués, politiques ou chronologiques) est apprécié au regard d’une norme discursive constituée par le corpus15. L’analyse logométrique de la structure thématique du corpus politique en notre possession permettra d’évaluer le poids de la référence à l’entre-deux électoral dans les professions de foi. Une analyse contextualisée de l’ensemble des passages repérés par la logométrie autorisera une description de leurs emplois dans la présentation et l’argumentation politique. Ils seront dans un dernier temps mis à l’épreuve de la chronologie et d’une approche genrée mettant en dialogue la rhétorique de la proximité et la féminisation du champ politique.

La référence à l’entre-deux électoral dans les Professions de foi de la Ve République

5Ritualisée, la profession de foi s’impose comme un sous-genre du discours politique. Ses fonctions sont clairement définies et sa forme strictement encadrée par le code électoral. En un nombre de signes limités, rarement plus de quatre pages au format A4, les candidat(e)s doivent se présenter mais également synthétiser l’ensemble des enjeux de campagne. Si l’individualité politique, à travers des traits discursifs originaux, trouve la place de s’exprimer, la profession de foi semble néanmoins traversée d’indépassables. La référence à l’entre-deux électoral en fait partie.

Structure du discours électoral sous la Ve République

  • 16 Logiciel libre (Interface de R pour les analyses multidimensionnelles de textes et de questionnair (...)
  • 17 Reinert M., « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexi (...)
  • 18 Mayaffre D., « De l’occurrence à l’isotopie. La co-occurrence en lexicométrie », Syntaxe et Sémanti (...)
  • 19 Le calcul des spécificités est l’un des calculs historiques de la logométrie. Il vise à repérer le (...)

6La classification descendante hiérarchique, implémentée dans le logiciel d’analyse textuelle Iramuteq16, permet à l’historien de saisir la structure fondamentale des discours électoraux de la Ve République17. À partir d’un calcul statistique de la co-occurrence, c’est-à-dire de la co-présence simultanée de deux mots dans une unité textuelle prédéfinie – ici le paragraphe – Iramuteq définit des classes ou des thématiques également appelées « mondes lexicaux » constitutifs du corpus analysé18. Ces classes sont différenciées par une distribution propre du vocabulaire du corpus. Ainsi les énoncés rassemblés au sein d’une même classe sont-ils similaires entre eux, et aussi différents que possible des énoncés d’une autre classe. Après traitement informatique, sept classes, assorties d’un pourcentage quantifiant leur poids respectif dans l’ensemble, sont détectées dans le corpus. Le tableau ci-dessous (tableau 1) reproduit une partie des mots dits « spécifiques » de chacune des classes relevées, présentées dans l’ordre significatif de leur repérage et de leur généalogie19.

Tableau 1. – Structure lexicale et thématique des Professions de foi (1958-2007).

7Sans prétendre épuiser la richesse de ces listes de mots – qui donnent une description tabulaire de la structure discursive ou thématique des professions de foi sous la Ve République – il faut distinguer trois groupes de classes : le premier regroupe un vocabulaire de politique électorale locale d’une part et nationale d’autre part ; le second groupe rassemble les mots renvoyant à des thématiques d’aménagement du territoire et d’infrastructures ; le dernier traite des problèmes économiques et sociaux. Seul le premier groupe retient, au regard du sujet de l’étude, notre attention. De manière plus précise, des disparités sont à constater au sein même du premier groupe de classes qui nous intéresse ici : la classe 1 marquée par un vocabulaire de l’élection locale (« maire », « terrain », « circonscription ») et de la présentation de soi (« proche », présent », « attentif »), se différencie de la classe 5 qui traite, quant à elle, des enjeux électoraux des élections législatives dans une optique nationale (« majorité », « président », « élection », « république ») ; elle se démarque également de la classe 7 où est attesté un vocabulaire de l’élection mais également un vocabulaire plus politique au sens partisan et idéologique du terme (« communiste », « démocratique », « changement », « dictature »).

Un constat quantitatif : le poids de la référence à l’entre-deux électoral local

  • 20 Pour ne citer que les ouvrages les plus récents : Garrigues J. (dir), Histoire du Parlement de 178 (...)

8Un constat quantitatif préside à cette analyse : 21 % du corpus électoral dit l’inscription locale des candidat(e)s à la députation. Les études consacrées aux élu(e)s de la nation ont bien souvent mis en évidence la tension fondatrice du mandat de député(e), toujours tiraillé(e) entre sa circonscription et Paris, entre l’exigence de représentativité et celle de distinction, entre la proximité et la prise de distance20. S’il est le détenteur de la délégation de la souveraineté nationale, le(a) député(e) n’en est pas moins élu(e) par un scrutin territorialisé. À la fois représentant(e) de l’ensemble de la nation, sa réélection dépend du vote des habitants d’une zone géographique définie dont les intérêts s’avèrent parfois spécifiques. Surtout – les proximités statistiques établies entre les mots des classes 1, 5 et 7 le montrent –, les législateur-rice-s sont les élu(e)s d’un territoire mais également de partis dont ils partagent les ambitions nationales.

9Néanmoins l’importance, en terme quantitatif, de la référence à l’ancrage territorial révèle l’obligation des élu(e)s d’apparaître proches des citoyenne-s, comme si la légitimité issue de la distinction conférée par l’élection ne suffisait pas ou plus. Ils énoncent ainsi un cinquième de leur présentation de soi et de leur promesse de représentation autour d’un système de compétences développées dans leur circonscription, au contact rapproché avec leurs administré(e)s. Statistiquement caractéristiques de la classe 1, les extraits ci-dessous illustrent les traits discursifs de la thématique et permettent de qualifier la stratégie rhétorique développée :

« Profondément enracinée sur ces terres de la rive droite, élue locale depuis plus de vingt ans et maire de Floirac, je me suis efforcée pendant cinq ans en tant que députée d’être à votre écoute et proche de vos véritables préoccupations » [Lacuey, 2002, Parti socialiste, Gironde].
« Comme conseillère générale, je tiens des permanences régulières, je rends compte de mon action. Je m’engage à agir de même comme député de la 3e circonscription. Je saurai me tenir à votre écoute et défendre vos intérêts » [Perol Dumont, 1997, PS, Haute-Vienne].
« Femme de conviction, engagée dans le mouvement associatif syndicaliste, élue municipale aux Andeylys, je connais et partage les difficultés que rencontrent nos citoyens » [Picard, 1997, PS, Eure].
« Électrices, électeurs, vous me connaissez depuis ma jeunesse. Militant d’action sociale depuis treize ans, conseiller municipal puis adjoint enfin maire de notre Saint-Brieuc et conseiller général » [Rault, 1958, centre droit, Côtes du Nord].

  • 21 Le Bart D. et Lefebvre R. (dirs.), La proximité en politique. Usages, Rhétoriques, Pratiques, Renne (...)
  • 22 Il est compté dans la liste des mots caractéristiques de la classe 2. La « proximité » est égaleme (...)
  • 23 Une des composantes de la trinité aristotélicienne, l’ethos renvoie à l’ensemble des manières du d (...)

10Ancrage local, présence, interconnaissance, écoute ou encore « action concrète » établissent les contours de la représentation dans les textes des candidat(e)s. La légitimité des futur(e)s représentant(e)s de la nation s’assoit sur le concept flou et polysémique étudiée par Christian Le Bart et Rémi Lefebvre ou encore par Pierre Rosanvallon de la « proximité21 ». Désignant à la fois le familier, le proche, le connu ou le semblable, la proximité est au cœur de la légitimité démocratique de la contemporanéité. Bien que le mot ne soit pas compté parmi les termes spécifiques de la classe 1, il transparaît en filigrane derrière un grand nombre de ceux qui y sont recensés (« proche », « terrain », « présent », « contact », « disponibilité », « local »...)22. Sans toujours être explicitement énoncé, une partie significative du discours électoral s’attache à construire un ethos de représentant(e)s proche de l’électorat23.

Des usages de la « proximité » dans l’auto-légitimation politique

11La lecture contrôlée et systématique de l’ensemble des extraits constitutifs de la classe 1 permise par le recours au concordancier permet de décrire plus finement les modalités de l’autolégitimation à l’œuvre dans les présentations de soi des candidat(e)s à la députation.

L’attachement à un territoire commun

12La rhétorique de la proximité développée par les candidat(e)s repose sur la revendication d’un ancrage local dans la circonscription convoitée. L’appartenance à un même territoire construit une expérience commune a minima mais néanmoins très valorisée. L’ancrage territorial ancien ou la communauté de vie dans un espace partagé produit une identification entre les député(e)s et ceux et celles qu’ils/elles prétendent représenter. De la même manière que le président de la République française apparaît comme le primus inter pares, le(a) député tend à se définir comme le(a) premier(e) parmi les habitant(e)s de sa circonscription. La première manière de dire ses liens avec la circonscription est d’invoquer son histoire familiale et de se présenter comme un(e) enfant du pays :

« Je parcourais la région de Vimeu, berceau de ma famille, où allait se dérouler ma vie simple mais laborieuse » [Marcelle Delabie, 1958, Centre gauche, Somme].
« Chère madame, chère mademoiselle, cher monsieur, vous me connaissez depuis longtemps. Je suis née ici d’une famille d’agriculteurs. Je vis ici depuis toujours » [Nicole Ameline, 1997, centre droit, Calvados].

13L’expression d’un attachement à une terre passe également par l’évocation de mandats anciens, preuves d’un engagement solide sur le territoire partagé avec les électeur(rice) s :

« Électrice, électeur, je me présente à vous avec confiance, vous me connaissez depuis 21 ans. Député des Côtes du Nord puis député de cet arrondissement de Loudéac, j’y ai consacré toutes mes forces et mon travail » [Madeleine Dienesch, 1967, Centre Droit, Côte-du-Nord].
« Électeurs et électrices, député de circonscription en 1967 et depuis 1973, maire adjoint depuis 1959 et maire depuis 1971, je connais bien la population, les travailleurs de cette circonscription » [Gouhier, 1978, PCF, Seine-Saint-Denis].
« Dans notre circonscription, je vous propose de conduire cette action en confiance. Vous me connaissez. Nous nous connaissons. Nous avons tissé depuis 1988 des relations extrêmement fortes basées sur la proximité et l’amitié » [Christian Estrosi, 2002, UMP, Alpes-Maritimes].

14L’enracinement dans une circonscription permet à l’impétrant(e) – en plus d’insister sur une interconnaissance (« nous nous connaissons ») – de développer une distinction avec les étranger(e)s ou les parachuté(e)s. Loin d’être présenté comme un indicateur de localisme, de particularisme ou de clochemerlisme, l’inscription géographique et politique dans un territoire et les liens qu’elle est supposée impliquer avec les habitant(e)s dans l’entre-deux électoral, est une des ressources valorisées par les candidat(e)s pour construire leur légitimité de futur(e)s représentant(e)s. Le discours électoral témoigne en même temps qu’il perpétue l’aporie fondatrice de la représentation de la nation, à la fois une et indivisible, et émanant d’un territoire parcellisé.

La représentation de proximité comme exhibition de la présence physique de l’élu

  • 24 Sintomer Y., « Le sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raisons (...)

15Les mots de la première classe s’appliquent également à construire la représentation sur le mode de « l’exhibition » de la présence de l’élu(e) auprès de l’électorat24. Les mots « terrain », « permanence », « présent », « contact » s’a t tachent à mettre en scène les parlementaires auprès de leurs administré(e)s. De manière éloquente Gabrielle Louis-Carabin en 2002 (UMP-Guadeloupe) insiste sur la nécessité d’incarner par le corps visible de l’élu le lien de délégation de souveraineté né de l’élection :

« Le député n’est pas un personnage invisible ou intouchable, au contraire, l’élu de la nation doit rester [...] proche de sa population » [Louis-Carabin, 2002, UMP, Guadeloupe].

16Surtout, la rhétorique de la proximité physique développée autour du syntagme figé « élu de terrain », traduit en même temps qu’elle établit les modalités de la représentation parlementaire qui ont cours sous la Ve République. Implicitement, se diffuse l’idée que la distance géographique, c’est-à-dire l’éloignement de l’élu(e) retenu(e) dans les Palais de la République parisiens, impliquerait une distance symbolique entre les représentant(e)s et les représenté(e)s. Les premier(e)s, coupé(e)s de la « réalité » n’étant alors plus en mesure de comprendre les second(e)s. La proximité physique avec les citoyens et la connaissance des « réalités de terrain » seraient les remèdes de cet éloignement. Le contact direct avec les électeur(rice) s est conçu comme la condition sine qua non d’une représentation parlementaire pensée comme un porte-parolat. C’est parce que l’élu(e) a été témoin de certaines situations, qu’il/elle a eu à gérer des difficultés, qu’il/elle a eu à écouter des plaintes et des revendications, qu’il/elle est légitime pour parler, au nom de ses administré(e)s ou à leur place, dans l’hémicycle. C’est précisément cette conception de la représentation que défendent nombre de candidat(e)s à la députation. Un extrait de la profession de foi de Michel Herbillon, candidat dans le Val de Marne en 2002, est à cet égard éclairant :

« Je continuerai à privilégier le contact direct sur le terrain avec les Charentonnais et les Maisonnais et les Mauritiens car c’est à mes yeux la seule manière de connaître vos préoccupations pour pouvoir les relayer à l’assemblée nationale et trouver des réponses à vos problèmes » [Herbillon, 2002, UMP, Val-de-Marne].

  • 25 Selon P. Leroux, la campagne de terrain (dont témoignent et que construisent les professions de fo (...)

17Nombreux sont ainsi les candidat(e)s à énumérer les temps de rencontre avec leur électorat, construisant symboliquement un lien de représentation articulé à la rencontre physique25 :

« Bilan d’un mandat au service des Hauts-alpins, à l’écoute de tous sur le terrain avec 150 permanences à mon bureau de Briançon ou dans les cantons avec plus de 2000 rendez-vous et 7000 dossiers d’interventions traités » [Ollier, 1993, Gaullisme, Hautes-Alpes].
« Il s’est mis au service de toutes celles et tous ceux qui ont souhaité s’adresser à lui ; ainsi il a tenu près de 250 permanences, reçu plus de 1300 personnes suivi plus de 2500 dossiers, traité plus de 12 000 courriers » [Cuq, 1997, Gaullisme, Yvelines].

18La présence physique du mandataire dans la circonscription dans l’entre-deux électoral est un critère si central dans l’argumentaire de légitimation qu’elle cristallise parfois la compétition entre les différent(e)s impétrant(e)s. Ainsi Michel Françaix (1997, PS, Oise) accuse son adversaire, le député sortant, Ernest Chénière (RPR, élu de 93 à 97), d’être « absent du terrain depuis 4 ans » et d’« ignore[r] les préoccupations des familles et les problèmes de notre circonscription. » Sylvia Pinel (PS, Tarn et Garonne, 2007), face au candidat sortant Jacques Briat, use d’arguments comparables :

« Depuis trop longtemps, la circonscription est négligée par le député sortant qui a oublié que le rôle d’un parlementaire est de soutenir les dossiers du département et d’être disponible pour les administrés. Il ne suffit pas d’apparaître tous les cinq ans [...] pour faire un bon député. »

19De manière plus nuancée, certains candidats, à l’instar de Daniel Boisserie cité plus bas, abordent néanmoins la difficulté d’être à la fois un élu présent dans sa circonscription et un législateur assidu au Palais-Bourbon :

« Je m’attache dans cette vaste circonscription à trouver le juste équilibre entre l’action sur le terrain et le travail à l’assemblée, ma présence et mes interventions au sein de la commission des affaires économiques » [Boisserie, 2007, PS, Haute-Vienne].

L’attention à la particularité

20Dans les professions de foi, la présence physique s’accompagne également d’une attention particulière à la situation des électeur(rice)s de la circonscription. Les compétences d’attention, de disponibilité et d’efficacité mises en œuvre entre deux scrutins sont érigées au rang de ressources politiques :

« Vous connaissez [...] combien je suis à l’écoute de vos préoccupations individuelles ou collectives » [Paillé, 2002, UMP, Deux-Sèvres].
« Députée, je serai toujours proche de vous, attentive à vos problèmes et j’aurai la même énergie pour me battre pour vous à vos côtés pour améliorer la vie de chacun et porter vos préoccupations au plus haut niveau » [Gillot, 1997, PS, Val-d’Oise].
« Je relève aujourd’hui le défi d’être demain votre député proche de vous, et de préoccupations. Je suis à votre écoute et à votre service pour vous aider à résoudre les problèmes que vous rencontrez dans votre vie quotidienne » [Martinez, 1993, Gaullisme, Hautes-Alpes].

21Ces énoncés répondent à la présomption de demande – qui transparait en creux – de sollicitude, d’écoute et de gestion du quotidien que réclamerait l’électorat. Loin de s’en tenir à un discours de l’intérêt général, les candidat(e)s glosent sur l’intérêt qu’ils/elles ont porté aux soucis de leurs électeur(rice)s, considéré(e)s parfois individuellement, et sur les efforts qu’ils/elles ont déployés pour y répondre. Certain(e)s candidat(e)s n’hésitent pas à pousser cette logique de la représentation particulière à l’extrême à l’image d’Anne-Marie Idrac qui en 1997 affirme à renfort de terme individualisant « votre député doit représenter avec intégrité chacun des habitants de nos douze communes » [Idrac, 1997, Centre-Droit, Yvelines].

  • 26 Pour reprendre l’expression de Costa C et Kerrouche O. dans Qui sont les députés français ?..., op (...)
  • 27 D’abord parce qu’un(e) élu(e) n’est jamais assez proche : il/elle ne peut évidemment se trouver co (...)

22La relation entre les futures législateur(rice)s et les citoyen(ne) s s’organise pour une grande part autour de la fiction, sans doute périlleuse, de la recherche d’une action politique personnalisée, localisée, sur demande presque. La rhétorique de la proximité érige la posture clientélaire au rang de critère légitimant et ramène les élu(e)s de la nation à un rôle « d’assistantes sociales26 » au risque de créer une certaine frustration chez les citoyen(ne) s27.

Proximité et « féminisation » de la représentation parlementaire : deux discours en réponse à la crise de la représentation de la fin du XXe siècle

Le discours de la proximité à l’épreuve du temps

  • 28 L’analyse factorielle des correspondances (AFC), initiée notamment par Benzécri, est un outil épro (...)

23Si la référence à l’acte de représentation de proximité mis en œuvre dans l’entre-deux électoral traverse l’ensemble des professions de foi de la Ve République, elle ne semble pas avoir le même poids ni recourir uniformément aux mêmes ressorts discursifs sur l’ensemble des douze législatures étudiées. Les classes 1 et 7, en plus d’incarner deux registres du discours électoral, signifient une opposition entre le début de la Ve République et les dernières années du régime. La représentation factorielle de la distribution des textes, divisés en législature, en fonction de la fréquence d’emploi des mots spécifiques des classes 1 et 7 montre clairement le tournant qui s’opère dans le discours électoral des années 198028.

  • 29 Salem A., « Les séries textuelles chronologiques », Histoire et Mesure, vol. 6, no 1/2, p. 149-175.

24Bien qu’un continuum discursif (i. e. historique) se dessine – les textes rédigées à des dates rapprochées partagent plus de vocabulaire commun que les textes écrits lors d’élections plus éloignées dans le temps – un changement se matérialise dans le discours au cours des années 198029. À droite du graphique, les textes du début du régime sont sous-investis par la rhétorique de proximité. Un extrait de la profession de foi de Suzanne Ploux (gaulliste, Finistère), en 1967 est révélateur de la position nuancée de cette rhétorique à l’époque :

« Comme à mon sens, la tâche d’un député est aussi de représenter la circonscription, j’ai voulu garder un contact régulier avec vous afin de rapporter à Paris les doléances. »

  • 30 Cette AFC est produite par le logiciel de logométrie Hyperbase développé à Nice (BCL-université Ni (...)

Figure 1. – Distribution chronologique des professions de foi en fonction de l’emploi des mots de la classe 1 et 7 dans le corpus (1958-2007)30.

  • 31 Ce constat a été fait par de nombreux historiens dont Mayaffre D., Paroles de président. Le discou (...)

25Cette phrase dessine en creux une conception surplombante de la représentation nationale, qui doit « aussi » (mais pas essentiellement ou seulement) donner des gages de représentativité aux citoyen(ne) s. Par ailleurs, au début de la Ve République, la représentation politique est encore fortement arrimée à une dimension idéologique dont témoignent les grands substantifs dont se nourrissait le discours politique d’alors : « dictature », « démocratique », « grandeur », « institution », « peuple ». À gauche de la figure ci-dessus, ces grands substantifs politiques se raréfient au profit d’un vocabulaire de la proximité31. Là où le discours se désidéologise explicitement, il foisonne d’une rhétorique gestionnaire du ici et maintenant (« concrètement », « disponibilité », « préoccupation », « proche »). Le discours de la présence et de l’empathie prend peu à peu la place du discours sur la société.

  • 32 Selon Pierre Rosanvallon, « la figure du représentant est au carrefour de deux principes contradic (...)
  • 33 Lefebvre R., « Rhétorique de la proximité et crise de la représentation », Cahiers lillois d’économ (...)

26Alors que la légitimation de la République et de ses acteurs politiques s’est accompagnée jadis d’un travail de dé-légitimation de tout ce qu’évoquait la proximité – localisme, provincialisme, clientélisme – ces dernières décennies les candidat(e)s à la députation puisent dans l’action locale et les représentations positives qui lui sont attachées des ressources de légitimations qui leur font de plus en plus défaut au niveau national. Incapable de discourir sur l’avenir de la société, d’indiquer des perspectives, de montrer une voie, le discours électoral se confine à la gestion de l’immédiat et ne propose plus qu’une politique de l’écoute. Sans risquer de surévaluer la nouveauté de la rhétorique de la « proximité » – il faut admettre avec Pierre Rosanvallon qu’elle est sans doute aussi ancienne que la représentation politique elle-même32 – on peut néanmoins conclure à une montée en puissance du discours de la proximité, érigé en indépassable discursif ces dernières décennies, et inséparable de la « crise de la représentation » telle qu’elle s’est diffusée comme représentation sociale dominante dans l’espace public33. La proximité est d’autant plus invoquée par les candidat(e)s à la députation que la différenciation sociale entre représentant(e)s et représenté(e)s est tangible ; la proximité ne faisant sens que par rapport à un monde politique jugé trop « distant ».

Féminisation de l’Assemblée nationale et « domestication » de la représentation

27La mesure, toujours permise par le logiciel Iramuteq, de la contribution des textes de candidates à la première classe du discours électoral qui nous intéresse ici, montre une légère sur-représentation de ces derniers dans la constitution de la thématique de la représentation de proximité.

28Les femmes, de plus en plus nombreuses à siéger à l’Assemblée nationale à partir de la fin de la République, portent de manière spécifique la représentation de proximité. Ce constat quantitatif heuristique interroge l’historien-ne sur les liens entre la féminisation et la rhétorique de la proximité qui s’impose au fil des législatures. Les extraits tirés des professions de foi de femmes caractéristiques de la classe 1 sont informatifs quant aux processus politico-discursifs à l’œuvre :

  • 34 Si elle est au cœur de notre analyse, notons que la classe 1 (regroupant un vocabulaire faisant ré (...)

Figure 2. – Contribution des textes de femmes versus des textes d’hommes à la Classe 1 (vocabulaire de la proximité)34.

« Plus à l’écoute, plus près des préoccupations quotidiennes, les femmes peuvent renouveler l’approche des problèmes. L’élu est au service des citoyens et doit s’y consacré pleinement » [Guichard Kunstler, PS, Doubs].
« Mon expérience professionnelle me montre que les femmes par leurs compétences mais aussi par leur engagement et leur sens du dialogue mettent en œuvre les changements » [Touraine, 1997, PS, Indre-et-Loire].

  • 35 Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours..., op. cit.

29Les candidates énoncent volontiers le lien qui les unit avec les citoyen(ne) s sur une approche empathique, proche et concrète de la représentation. Mieux, elles font de leur sexe la cause de cette conception. Les impétrantes se distinguent par des comparaisons (dont le second pendant désigne implicitement les hommes) qui les présentent comme les mieux placées pour mettre en œuvre une représentation de proximité, supposément réclamée par les français(e)s. En se fondant sur un ethos préalable de « femmes » teinté de qualités développées dans le cadre domestique, elles construisent une image d’actrices politiques différentes, prêtes à faire de la politique autrement et surtout à développer une attitude d’écoute, de prise en charge concrète, de soin à l’égard des citoyen(ne) s35. Une attitude qui ne va pas sans risquer de réactiver une vision essentialiste des femmes ou encore d’enfermer les candidates dans une image sexuée :

« L’entrée des femmes à l’assemblée nationale voulue par le PS permettra de gouverner autrement et de mettre la politique à l’écoute de notre société » [Touraine, 1997, PS, Indre-et-Loire].
« Femme, mère de famille, j’ai la préoccupation de faciliter la vie quotidienne, par une attention plus grande aux réalités concrètes, j’ai la volonté de permettre à nos familles de vivre dans une société plus juste, plus solidaire, plus unie » [Touraine, 1997, PS, Indre-et-Loire].

30Si les femmes participent statistiquement plus que les hommes à l’établissement d’une représentation de proximité, c’est que le discours de la féminisation de la politique la soutient. Qui mieux que les femmes pour répondre aux qualités d’écoute, de gestion concrète et quotidienne attendues ? Le discours de la proximité qui érige les qualités domestiques au rang de ressources politiques dans le discours électoral pose les candidates en position d’intermédiaires privilégiés entre la sphère publique et la sphère privée, c’est-à-dire entre la représentation parlementaire et la société civile. Cette éthique de la sollicitude dont les femmes seraient porteuses – et qu’elles auraient développée dans la famille et dans la société civile – est présentée comme un des moyens appelés à résorber le fossé entre les citoyenne-s et les élu(e)s.

  • 36 Paoletti M., « Domestiquer la représentation politique. Les professions de foi pour les élections l (...)
  • 37 Paoletti M, « Les effets paritaires sur la proximité », D. LeBart et R. Lefebvre (dir.), La proximi (...)
  • 38 Les politologues ont parlé d’un « salto du stigmate ». Voir. Achin D. et alii., Sexes, genre et po (...)

31L’un et l’autre discours entendent répondre à la crise de la représentation et se renforcent mutuellement en contribuant à redéfinir les qualités attendues d’un représentant parlementaire sous la Ve République. En effet, pour reprendre l’analyse convaincante de Marion Paoletti, c’est en partie parce que la « proximité » est devenue un mot d’ordre politique que les compétences « domestiques » présumées des femmes ont été avancés comme des arguments en faveur du vote de la loi de la parité instituant, pour la première fois de l’histoire de la République française, une universalité mixte36. Et réciproquement, c’est parce que le débat paritaire a contribué à valoriser la proximité que son usage est devenu central. L’écho entre les deux types de discours procède de deux phénomènes rhétoriques congruents : le discours de la « proximité » repose essentiellement sur une série d’opposition entre des principes postulés comme positifs contrairement à d’autres préjugés négatifs (proche/loin ; concret/abstrait ; disponibilité/non disponibilité ; dévouement/ambition) qui rejoint de manière stéréotypée les oppositions entre féminin et masculin réactivées lors des débats sur la réforme paritaire37. Les dernières élections de la décennie 1990 et les premières de la suivante ont été l’occasion d’une redéfinition des qualités dites féminines – traditionnellement exclues de la sphère civique – en vertus politiques38.

  • 39 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1 (...)

32Les critères de légitimité mis en avant dans les professions de foi construisent en même temps qu’ils traduisent les évolutions des modalités de la représentation politique sous la Ve République. Si la tension entre distinction et représentativité est consubstantielle des fonctions électives, apparaître proches des représenté(e)s s’apparente, au fil de la période, à un impératif, à une contrainte de rôle toujours plus pressente. La démocratie représentative semble reposer de moins en moins sur une mise à distance des intérêts particularistes des populations des circonscriptions d’élection. La distance entre l’élu(e) (pourtant inévitablement distingué(e) par l’élection) et les représenté(e)s n’est plus considérée comme un gage d’égalité de traitement ou d’impartialité ou comme une nécessité pour que s’exprime l’intérêt général ; au contraire un consensus se forme autour de l’idée que la compréhension de la société et l’action politique efficace ne se peut passer de la proximité développée au fil des mandats. Pour reprendre les catégories de Luc Boltanski et Laurent Thevenot39 exposées dans leur ouvrage De la justification. Les économies de la grandeur, il semblerait que la cité domestique s’impose sur la cité civique. Alors que la cité civique est ordonnée autour d’un principe supérieur commun, le primat de la volonté générale, elle pose la grandeur comme règlementaire et représentative, la cité domestique au contraire valorise la proximité et construit le lien entre les êtres comme un lien familial où les « grands » ne trouvent une justification de leur position que dans la volonté de protéger les plus « faibles ».

Notes

1 Manin B., Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996 ; Rosanvallon P., Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992.

2 Loonis V., « Les déterminants de la réélection des députés français de 1871 à 2002 », Histoire et Mesure, vol. 21, no 1, 2006, p. 221-254.

3 Guilhaumou J., Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

4 Pour un point récent sur la notion de ressources politiques, voir Guionnet C., « Fluctuation et légitimation des ressources politiques : ce que nous apprennent les études sur le genre », M. Gateau, M. Navarre et F. Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, EUD, 2013 (chap. II).

5 Barbet D., et Mayaffre D., « 2007 : Débats pour l’Élysée », Mots. Les langages du politique, no 89, 2009, p. 5-9.

6 L’étude pionnière d’Antoine Prost l’a démontré. Prost A., Analyse du vocabulaire des proclamations électorales 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF, 1974.

7 Deloye Y., « Se présenter pour représenter. Enquête sur les professions de foi électorales de 1848 », M. Offerlé (dir.), La profession politique, XIXe-XXe, Paris, Belin, 1999, p. 231-254.

8 Dans la perspective austinienne, l’énoncé « je suis candidat(e) » est performatif. Il ne se contente pas de déclarer mais modifie le réel et actualise une situation (voir. Austin J., Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, [trad.] 1970).

9 Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours : la construction de l’ethos, Genève, Delachaux et Niestlé, 1999.

10 Poirmeur Y. et Mazet P. (dir.), Le métier politique en représentations, Paris, L’Harmattan, 1993.

11 Plus postulée que définie, la proximité est connotée positivement à la faveur de ses vertus présumées (renforcement des liens sociaux, efficacité...) ; elle peut être géographique, sociale ou encore affinitaire. Son inconsistance, mais sa centralité aussi, se révèle dans les débats contemporains sur le cumul des mandats ; l’argument de la proximité étant avancé tour à tour par les pro et anti cumul.

12 La logométrie est une méthode de lecture, quantitative et qualitative, de toutes les unités textuelles (forme graphique, lemme, catégorie grammaticale...) d’un corpus. Pour une mise au point méthodologique, lire Mayaffre D., « Analyse du discours politique et logométrie : point de vue pratique et théorique », Langage et Société, no 114, 2005, p. 92-111.

13 Le corpus de travail comprend la quasi-intégralité des professions de foi de 1er tour des femmes élues députées lors des douze scrutins uninominaux de la Ve République (les textes de l’élection de 1986 qui s’est déroulée au scrutin de liste se trouvent ainsi exclus du corpus) ; un échantillon symétrique du point de vue géographique et politique de professions de foi d’hommes élus députés à la même période a été sélectionné. L’ensemble compte près de 500 000 occurrences pour plus de 700 textes.

14 Citons pour exemple les travaux de Régine Robin, Jacques Guilhaumou, de Maurice Tournier et de manière plus générale du Laboratoire de Saint Cloud autour de la revue Mots. Les Langages du politiques ou encore, plus récemment, ceux de Damon Mayaffre.

15 Lebart A. et Salem A., La statistique textuelle, Paris, Dunod, 1994 ; Muller C., Initiation aux méthodes de la statistique linguistique, Paris, Champion, 1992.

16 Logiciel libre (Interface de R pour les analyses multidimensionnelles de textes et de questionnaires) développé à Toulouse par Pierre Ratinaud.

17 Reinert M., « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Les Cahiers de l’analyse des données, vol. VIII, 1983, no 2, p. 187-198 ; Marchand P. et Ratinaud P., Être français aujourd’hui. Les mots du « grand débat » sur l’identité nationale, Paris, Les liens qui libèrent, 2012.

18 Mayaffre D., « De l’occurrence à l’isotopie. La co-occurrence en lexicométrie », Syntaxe et Sémantique, no 9, 2008, p. 53-72.

19 Le calcul des spécificités est l’un des calculs historiques de la logométrie. Il vise à repérer le vocabulaire statistiquement sur-utilisé (ou sous-utilisé) dans un sous (e)nsemble textuel par rapport à la distribution du vocabulaire dans le corpus global, constituant une norme d’utilisation endogène. De manière générale, on rappellera ici une des règles majeures du traitement logométrique : le traitement s’effectue dans le cadre d’une sémantique différentielle (le sens se créé par différence) et d’une statistique endogène. Le corpus constitue une norme sémantique et statistique, et c’est par contraste avec cette norme (ici l’ensemble du corpus de professions de foi de notre corpus) qu’une partie du corpus (ici les énoncés rassemblés dans la classe 1) se caractérise.

20 Pour ne citer que les ouvrages les plus récents : Garrigues J. (dir), Histoire du Parlement de 1789 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2006 ; Costa O., Kerrouche E., Qui sont les députés ? Enquête sur une élite inconnue, Paris, Presses de Sciences po, 2007 ; El Gammal J., Être parlementaire. De la Révolution à nos jours, Paris, Armand Colin, 2013.

21 Le Bart D. et Lefebvre R. (dirs.), La proximité en politique. Usages, Rhétoriques, Pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005 ; Rosanvallon P., La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Le Seuil, 2008.

22 Il est compté dans la liste des mots caractéristiques de la classe 2. La « proximité » est également un référentiel de politiques publiques mises en place. Dans une optique de concision, cet aspect ne sera pas développé dans le présent article.

23 Une des composantes de la trinité aristotélicienne, l’ethos renvoie à l’ensemble des manières du dire qui participe à l’élaboration d’une image crédible et valorisante du locuteur ou de la locutrice (voir Amossy R., (dir.), Images de soi dans le discours..., op. cit).

24 Sintomer Y., « Le sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raisons politiques, vol. 50, no 2, 2013, p. 13-34 ; Chartier R., « Le sens de la représentation », La vie des idées, Paris, 22 mars 2013.

25 Selon P. Leroux, la campagne de terrain (dont témoignent et que construisent les professions de foi) doit sans doute être comprise comme l’un des prolongements (et peut être comme le paroxysme) de la relation de service élu/électeur menée tout au long du mandat. Leroux P., « Ré(e)nchanter les campagnes. Paradoxes et ambiguïtés de l’usage de la proximité », C. Le Bart et R. Lefebvre (dir.), La proximité en politique. Usages, Rhétoriques, Pratiques, Rennes, PUR, 2005.

26 Pour reprendre l’expression de Costa C et Kerrouche O. dans Qui sont les députés français ?..., op. cit.

27 D’abord parce qu’un(e) élu(e) n’est jamais assez proche : il/elle ne peut évidemment se trouver constamment dans sa circonscription au contact avec la population pour des raisons d’emplois du temps et il/elle n’a pas les moyens d’offrir une solution à chaque problématique individuelle (d’autant plus que les ressources clientélaires au niveau local : logements, emplois... se tarissent). Cette rhétorique de la proximité risque de créer plus de frustration que de satisfactions sur le temps long ; les attentes de l’électorat, en partie construites par les professions de foi, ne trouvant finalement aucune réponse.

28 L’analyse factorielle des correspondances (AFC), initiée notamment par Benzécri, est un outil éprouvé en logométrie (cf. Lebart L. et alii., Statistique exploratoire multidimensionnelle, Paris, Dunod, 1995).

29 Salem A., « Les séries textuelles chronologiques », Histoire et Mesure, vol. 6, no 1/2, p. 149-175.

30 Cette AFC est produite par le logiciel de logométrie Hyperbase développé à Nice (BCL-université Nice Sophia Antipolis) par Brunet E. et Vanni L.

31 Ce constat a été fait par de nombreux historiens dont Mayaffre D., Paroles de président. Le discours présidentiel de de Gaulle à Chirac, Paris, Honoré Champion, 2005.

32 Selon Pierre Rosanvallon, « la figure du représentant est au carrefour de deux principes contradictoires : un principe de distinction et un principe d’identification ». Principe de distinction d’une part, (les électeurs choisissent le « meilleur ») l’élection sépare irrémédiablement le représentant du représenté. Mais tout représentant est tenu pour justifier de son mandat de donner des gages de représentativité : proximité géographique, sociale, interpersonnelle...). Rosanvallon P., La légitimité démocratique..., op. cit.

33 Lefebvre R., « Rhétorique de la proximité et crise de la représentation », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, no 35-36, 1er et 2e semestres 2000, p. 111-132.

34 Si elle est au cœur de notre analyse, notons que la classe 1 (regroupant un vocabulaire faisant référence à une représentation de proximité dans le mandat) n’est pas celle qui réagit le plus nettement à la variable sexe de notre corpus. Le retour au texte indique néanmoins un lien particulier entre les présentation de soi des candidates et la rhétorique de la proximité.

35 Amossy R. (dir.), Images de soi dans le discours..., op. cit.

36 Paoletti M., « Domestiquer la représentation politique. Les professions de foi pour les élections législatives de 2002 », Mots, Les langages du politique, no 77, 2005, p. 29-39.

37 Paoletti M, « Les effets paritaires sur la proximité », D. LeBart et R. Lefebvre (dir.), La proximité en politique..., op. cit.

38 Les politologues ont parlé d’un « salto du stigmate ». Voir. Achin D. et alii., Sexes, genre et politique, Paris Économica, 2007.

39 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Structure lexicale et thématique des Professions de foi (1958-2007).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Figure 1. – Distribution chronologique des professions de foi en fonction de l’emploi des mots de la classe 1 et 7 dans le corpus (1958-2007)30.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90783/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Figure 2. – Contribution des textes de femmes versus des textes d’hommes à la Classe 1 (vocabulaire de la proximité)34.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90783/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC-BCL.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540