Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Deuxième partie. Représentation républicaine, République en représentation

L’antiracisme dans les années 1930 : un nouveau terrain de rencontre entre citoyens et élus politiques

Emmanuel Debono

Texte intégral

  • 1 Winock M., La France et les Juifs de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004 ; Schor R., L’antisémi (...)
  • 2 Debono E., Aux origines de l’antiracisme. La LICA, 1927-1940, Paris, CNRS Éditions, 2012.

1À la fin des années 1920, le journaliste Bernard Lecache (1895-1968) fonde la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA, actuelle Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme). Son action est à ses débuts dirigée contre les manifestations antijuives qui éclatent ponctuellement en Europe centrale et orientale. La résurgence de l’antisémitisme en France, après une période d’accalmie consécutive à la Première Guerre mondiale1, l’amène à recentrer son action sur la situation nationale avant que l’arrivée du parti nazi au pouvoir, en 1933, ne mobilise ses forces. Avec près de 50 000 membres à la veille de l’entrée en guerre de la France, en septembre 1939, la Ligue s’efforce par un intense travail de propagande de rassembler juifs et non juifs autour des idées de fraternité et d’égalité des races2.

2L’antiracisme militant est à cette époque une nouveauté : non pas l’antiracisme en tant que tel, mais bien ce dessein de faire de la lutte contre le racisme – qui s’incarne alors principalement aux yeux de la LICA dans la haine du juif – un principe de politique à part entière. Ce projet est donc celui d’une institutionnalisation de l’antiracisme et il requiert nécessairement l’assistance et l’aide des représentants politiques. Cette étude se propose de montrer comment antiracisme et politique interfèrent dans ce champ d’action nouvellement venu dans le paysage associatif, et d’exposer les modes d’expression de la vox populi engagée sur ce terrain.

  • 3 Mendelsohn E., The Jews of East central Europe between the world wars, Bloomington, University Pres (...)
  • 4 Kochan L., Les juifs en Union soviétique depuis 1917, Paris, Calmann-Lévy, 1971 ; Marie J.-J., L’an (...)

3On date généralement les débuts de l’antiracisme aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale : on devrait au projet exterminateur nazi d’avoir entraîné son affichage au premier rang des préoccupations des institutions démocratiques, nationales ou supranationales (ONU). En réalité, il émerge après la Grande Guerre, dans le sillage de la recomposition des frontières de l’Europe et des minorités malmenées3. Il repose également sur la volonté de quelques hommes qui réagissent aux pogromes et aux mesures discriminatoires en vigueur dans certains pays d’Europe, en particulier en Pologne et en Roumanie. De ce contexte fortement marqué par l’idée de pacifisme, naît le projet de mettre sur pied une organisation permanente dont le but serait de ne pas laisser sans réponse les agressions visant les juifs. Les militants qui s’affichent au premier rang de ce combat font prévaloir une lecture politique du phénomène antisémite nourrie par leur sensibilité progressiste : les fondateurs militent à la SFIO, ou en sont proches ; d’autres sont membres du parti communiste ou tout simplement séduits par l’expérience bolchevique. Cette dernière, dans l’URSS naissante, ne s’est-elle pas notamment caractérisée par la condamnation du racisme au plan juridique et par des mesures bienveillantes à l’égard des juifs4 ? L’interprétation du phénomène antisémite qui domine chez ces militants désireux de le contrer est celle d’une instrumentalisation de la haine raciale par les grands intérêts économiques : elle aurait vocation à détourner le ressentiment des masses exploitées en direction de boucs-émissaires, qu’ils empruntent la forme du capitaliste ou du prolétaire juif, ce dernier étant accusé de constituer une concurrence déloyale sur un marché du travail tendu.

4Centré à l’origine sur la lutte contre l’antisémitisme, l’antiracisme de la LICA englobe progressivement d’autres victimes de la haine raciale. Partisane d’une politique réformiste et émancipatrice de la France dans ses colonies, l’organisation dénonce les manifestations les plus visibles du racisme colonial.

  • 5 Noiriel G., Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, hu (...)

5Il faut souligner la forte politisation de cet antiracisme. Au-delà d’une vision manichéenne qui fixe les ennemis à droite, au sein des forces conservatrices et nationalistes, et les amis à gauche, ce militantisme est amené à recouper sans cesse le champ politique : mobiliser des représentants politiques pour asseoir la légitimité du combat, faire entendre une protestation à l’encontre de gouvernements étrangers, en appeler aux autorités publiques pour maintenir la sécurité des minorités menacées, réclamer l’adoption d’une législation antiraciste, porter aide et assistance aux réfugiés et aux immigrés... Les interpénétrations ne manquent pas et sont, pour ainsi dire, naturelles : la LICA trouve sans difficulté sa place dans un paysage politico-associatif de gauche qui est celui du pôle humanitaire, pour reprendre l’expression de Gérard Noiriel, en opposition au pôle « national-sécuritaire » incarné par la droite5.

  • 6 Voir par exemple la réaction d’hostilité du consistoire de Paris à la suite de la participation de (...)
  • 7 Voir Debono E., Aux origines de l’antiracisme..., op. cit., chapitre 7, « L’antiracisme comme proj (...)

6Cet antiracisme militant est également porteur d’un projet de société. Il aspire à couler les fondations d’une république antiraciste au-delà des principes contenus dans la devise de la nation. Sa doctrine articule étroitement l’enjeu du rapprochement des hommes avec les questions économiques, sociales et politiques. Ainsi, la lecture du Droit de Vivre, organe de la ligue, reflète-t-elle l’ensemble de ces préoccupations et l’on comprend assez bien les interrogations de ceux qui s’étonnent, de façon souvent fort critique, des détours empruntés par le militantisme antiraciste. « Placer la défense des juifs sous la bannière de la révolution sociale, est-ce vraiment rendre service à ces derniers ? », s’interrogent certains observateurs hostiles aux modalités de cet engagement6. De fait, ce dernier requiert le soutien de leaders d’opinion, d’hommes d’influence et d’autorité. La ligue, qui rame à contre-courant dans une société où stéréotypes et préjugés s’inscrivent dans le registre de l’opinion librement exprimable, a besoin de ces appuis et, pour tout dire, ne peut les contourner. La parole d’un homme de foi, celle d’un grand écrivain ou d’un artiste, comme l’affichage de toutes celles et de ceux qui prêtent leur plume ou leur voix à la Ligue à un moment donné, ne suffisent certes pas, seules, à transformer les intentions en actes, les mots en règles de conduite. La LICA constitue malgré tout, pour la première fois, une tribune officielle faisant entendre dans la durée une parole condamnant la haine raciale. S’il est certain que la lutte contre le fascisme et le nazisme oriente pour une large part l’antiracisme et en restreint la portée, il est non moins certain que sont jetées ici les bases d’un volet complémentaire de la culture républicaine7.

7Si la question est posée de savoir comment les dépositaires de la souveraineté du peuple sont amenés à rencontrer le champ de l’antiracisme, la réponse est très simple en ce qui concerne la LICA dans les années 1930 : ils répondent à des sollicitations de sa part qui se traduisent diversement.

  • 8 Voir par exemple celles exprimées dans le journal Le Cri des Peuples à la fin des années 1920, qui (...)

8Face à une population majoritairement – mais non exclusivement – juive, qui s’émeut de la résurgence de la menace antisémite, les élus sont invités à intervenir dans les réunions publiques organisées par la Ligue et ses sections. Lorsqu’elle compose une tribune d’orateurs, la ligue s’efforce ainsi de convoquer des personnalités influentes et symboliques : hommes de Lettres, artistes, hommes d’Église, hommes politiques issus des divers courants de la gauche... Parmi ces derniers, les élus occupent une place stratégique en vertu de leur légitimité. Ils incarnent la souveraineté populaire, représentent l’autorité et s’érigent en garants de la loi et de la morale républicaines. Les réunions de la LICA qui accueillent députés, sénateurs, maires, conseillers généraux ou municipaux se comptent par centaines au cours de la décennie. En avril 1933, un meeting se tient par exemple à Paris salle Bullier, quelques semaines après l’arrivée d’Hitler à la chancellerie allemande. La tribune comprend quatre députés : Henri Fontanier (SFIO), Jean Zay (radical), Gaston Bergery (radical) et Jean-Michel Reinatour (gauche indépendante). Non spécialistes de la défense des Juifs ou de la cause antiraciste, ces orateurs dénoncent le capitalisme qu’ils accusent d’engendrer le fascisme. Conformément à certaines positions critiques à gauche à l’égard des traités de l’après-guerre, Bergery en appelle à la révision du Traité de Versailles8. En juin 1939, la Ligue organise un ultime meeting de masse au Cirque d’Hiver. Face à une assistance de plusieurs milliers de personnes, se succèdent à la tribune Jacques Duclos (communiste), Georges Monnet (socialiste), Lucien Bossoutrot (radical-socialiste), Marcel Régis (SFIO), Gaston Monnerville (radical)... Le Front populaire moribond, que la LICA a appelé de ses vœux et n’a jamais cessé de soutenir, survit encore dans les grands rassemblements antihitlériens qu’elle met sur pied. Entre 1933 et 1939, l’association ouvre ses portes à ces élus qui structurent avec plus ou moins de finesse leurs discours politiques autour de l’idée du danger de la haine raciale. Ils s’y moulent parfaitement, en vertu de sa conception élargie de la lutte antiraciste.

  • 9 Le Droit de Vivre, juin 1933.
  • 10 Le Droit de Vivre, 11 juillet 1936.
  • 11 Le Droit de Vivre, 30 janvier 1937.
  • 12 Le Droit de Vivre, 5 mars 1938.
  • 13 Le Droit de Vivre, 31 décembre 1938.

9 Le Droit de Vivre valorise la présence des politiques. L’organe de la ligue souligne dans ses colonnes l’implication des personnalités et incruste leurs déclarations en gros caractères. Le journal offre de la même manière une tribune aux élus qui y exposent leur vision d’une actualité liée à la lutte contre le racisme. Leurs contributions constituent des engagements forts sur ce terrain. Au-delà de leurs considérations sur la politique nationale ou sur la situation internationale, ils révèlent leurs préoccupations au sujet de la question des préjugés et de la haine raciale. Les politiques se plient ainsi, avec plus ou moins de spontanéité, à l’exercice d’un discours plus ou moins convenu, réaffirmant le principe de l’égalité entre les citoyens, nonobstant leurs origines ou leur appartenance religieuse. L’édition de juin 1933 donne ainsi à lire en première page un article de Gaston Bergery qui établit notamment que la théorie raciale « n’est qu’une forme faussement scientifique du chauvinisme le plus ancien9 ». Dans la livraison du 11 juillet 1936, Jean Pierre-Bloch, député de l’Aisne (socialiste), nie l’existence d’un problème judéo-arabe10. Le 30 janvier 1937, Marcel Régis, député d’Alger (socialiste), soutient le projet Blum-Viollette qui vise à accorder la citoyenneté française à 20 000 indigènes d’Algérie11. Le Droit de Vivre du 5 mars 1938 contient une tribune sur le même sujet de Marius Dubois, député d’Oran12. Le 31 décembre 1938, François de Tessan, député de Seine-et-Marne (radical-socialiste), appelle à prendre des mesures d’urgence en faveur des persécutés d’Allemagne13. Le 21 janvier 1939, Gratien Candace, vice-président de la Chambre des députés (radical), appelle à l’« union des races », dans un texte où il affirme notamment :

  • 14 Le Droit de Vivre, 21 janvier 1939.

« Il n’y a pas de races inférieures, il y a des races attardées que les races évoluées doivent aider à monter vers les sommets de la civilisation14. »

10Le 4 février 1939, le député de Savoie (radical), Pierre Cot, appelle à rejoindre le camp des antiracistes. Ces quelques exemples montrent comment la LICA et son journal deviennent à cette époque le réceptacle d’une parole antiraciste officielle. Si elle pouvait être entendue auparavant en ordre dispersé, elle ne s’était encore jamais donnée à lire sous une forme systématique et aussi affirmative.

  • 15 Le Droit de Vivre, avril 1932.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

11En devenant une instance gardienne des valeurs de la République, la LICA endosse un rôle de vigie, exigeant, le cas échéant, des comptes de ceux qui ont reçu un mandat par le suffrage électoral. Il peut de fait s’agir de représentants qui ne se situent pas strictement à gauche. La ligue interpelle un élu, jette l’opprobre sur un groupe de députés, amenant ces derniers – ou non – à clarifier certains de leurs positionnements. Le Droit de Vivre offre ainsi à lire des justifications de politiques mis sur la sellette en raison de leurs discours ou de leurs fréquentations, et qui redoutent d’être relégués dans le camp des « racistes ». En 1931 par exemple, elle tance les membres du groupe d’Action démocratique et sociale de la Chambre des députés qui ont admis en leur sein le député d’Oran, le docteur Jules Molle, antisémite notoire. Molle est certes décédé en janvier mais l’organisation ne se prive pas d’adresser, en mars, une lettre aux vingt-neuf membres qui composent le groupe parlementaire, les invitant à formuler leur opinion sur la question de l’antisémitisme en Algérie. La LICA reçoit rapidement les éclaircissements de neuf d’entre eux : ils seront publiés par extraits un an plus tard, à l’approche des élections législatives de 1932, comme pour rappeler les uns et les autres à leurs déclarations. On peut ainsi lire la mise au point d’André François-Poncet, qui « réprouve l’antisémitisme, ainsi que les actions ou les manifestations qu’il peut inspirer15 ». Celle du docteur Péchin, député du XIIe arrondissement, qui demande à la Ligue de le « compter parmi les adversaires de l’antisémitisme16 ». Léon Lauvray, député d’Eure-et-Loir, assure qu’il a des amis de toutes les religions et qu’il n’a jamais fait preuve d’antisémitisme. Émile Peter, député de la Moselle, est catégorique : « Je vous assure que je ne suis pas antisémite, mes concitoyens israélites pourront vous en donner des preuves17. » Jean Fabry, député du Xe arrondissement parisien, demande pour sa part à rencontrer Bernard Lecache et lui expose, au cours d’un entretien, ses sentiments fraternels envers les juifs.

12Dans son combat contre les préjugés, la LICA n’épargne pas ses alliés de gauche. Interviewé dans Loire, un hebdomadaire paraissant à Orléans, Jacques Duclos se serait laissé aller à « déplore[r] que beaucoup d’Israélites [étaient] juifs avant d’être Français ». Le Droit de Vivre qui rapporte ce propos le 8 août 1936 interpelle Duclos : « De tels propos, évidemment, ne peuvent être relevés à la légère et sans contrôle. La parole est à Jacques Duclos... » La réponse du responsable communiste est immédiate et publiée la semaine suivante dans les colonnes du Droit de Vivre :

  • 18 Le Droit de Vivre, 15 août 1936.

« En d’autres circonstances, je ne daignerais pas faire une rectification, sachant fort bien que nul homme sérieux ne peut me soupçonner, ni moi ni mes camarades de parti d’antisémitisme, mais cependant, afin d’éviter toute équivoque, je tiens à démentir les propos qui m’ont été prêtés et que votre journal a reproduit. L’antisémitisme est un produit hitlérien et s’il y a des adversaires déterminés de l’hitlérisme, c’est bien nous, aussi n’ai-je besoin d’ajouter qu’aussi bien en ce qui concerne le problème de la liberté que le problème des races, nous sommes à l’opposé des doctrines hitlériennes18. »

13Duclos a-t-il ou non prononcé des mots ambigus, qui circulent si facilement dans la société française, à gauche comme à droite ? L’incident offre au moins l’occasion d’un positionnement ferme sur la question.

14Lorsque l’organisation prend pied dans une ville, elle se tourne naturellement vers ses alliés de la sphère politico-associative de gauche. À l’évidence, la dynamique de rassemblement populaire fait beaucoup pour le rapprochement entre la ligue et les élus. À partir de 1934, la LICA est en effet absorbée dans la nébuleuse antifasciste dont elle est un élément moteur ; sa proximité avec les partis de gauche et ses élus s’en trouve renforcée. Les exemples sont nombreux et il faut ici aussi se limiter à quelques évocations. Les élus peuvent se voir offrir la présidence d’honneur ou la présidence exécutive d’une section. La section strasbourgeoise est ainsi confiée à Marcel-Edmond Naegelen, maire-adjoint de la ville. Adjoint au maire de la ville de Lens, Marcel Dupuich est aussi le président de la section lensoise, de 1937 à 1940, et membre du comité central en 1937. Le maire de Valenciennes, Léon Millot, accepte la présidence d’honneur de la section de sa ville ; celui de Saint-Étienne, Louis Soulié, préside la section stéphanoise. Le maire de Belfort, Pierre Dreyfus-Schmidt, aide à la constitution d’une section dans sa commune. André Maroselli, sénateur-maire de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), facilite l’installation d’un groupement dans la sienne. On repère aussi des manifestations plus volontaires encore, comme celle du maire de Propriano (Corse), Dominique Lovichi, qui saisit ainsi Bernard Lecache à l’hiver 1938 :

  • 19 Archives de la LICA (Mémorial de la Shoah), dossier 1632, lettre de D. Lovichi, 10 décembre 1938.

« Mon concours vous est acquis pour la défense d’une si bonne cause. La Corse est un pays hospitalier, et il y a sûrement de la place pour un grand nombre de proscrits19. »

15La convergence des intérêts entre élus et ligueurs est particulièrement forte en Algérie où la droite nationaliste se montre virulente à l’égard du gouvernement de Front populaire et entretient une vive agitation antisémite. Comme en attestent les listes des comités directeurs et d’adhérents conservées dans les archives de la LICA, les sections algériennes ouvrent grand leurs portes à de nombreux conseillers municipaux et généraux. Lors du passage de Bernard Lecache en Algérie au printemps 1937, les maires des villes visitées honorent souvent de leur présence ses conférences.

16Le même constat vaut pour les instances centrales de la Ligue. Sa direction cultive des relations assez fortes avec un certain nombre d’élus, notamment de députés, dont l’engagement au sein de la Ligue est plus que symbolique. L’adhésion à la LICA relève d’un engagement politique plus large connecté aux exigences de la lutte contre le fascisme et le nazisme. Cette présence se renforce au fil des années. Qu’en est-il à la veille de la guerre ? Pour l’année 1939-1940, on note la présence des élus suivants au comité central : Marius Dubois, Gaston Monnerville, Marcel-Edmond Naegelen, André Philip, Jean-Pierre Bloch, Marcel Régis, Albert Rigal, soit 7 députés sur 30 membres au total.

17La ligue peut compter sur le concours actif d’un grand nombre d’élus qui, en s’engageant à ses côtés, sont en conformité avec leurs convictions politiques. Ils participent à ses meetings, contribuent à la rédaction du Droit de Vivre, mais ils sont surtout, en particulier après la victoire du Front populaire, ceux qui facilitent les contacts entre la LICA et le pouvoir – et ils vont être très nombreux –, ceux qui s’efforcent de satisfaire les revendications de la Ligue (réfugiés, loi antiraciste, réformes coloniales...). Au-delà de ces collaborateurs directs, la LICA peut compter sur des députés « amis » par lesquels elle fait transiter ses requêtes. La liste n’est pas secrète car l’organisation rend hommage tout au long de la décennie à ceux qui facilitent et soutiennent son action. Passées les élections du printemps 1936, l’organe publie par exemple une liste d’élus qu’il nomme « les députés du Droit de Vivre » : le comité central compte quatre députés ; 14 autres députés sont membres de la LICA, auxquels il faut ajouter une liste de quarante « amis de la LICA » qui ont affiché leur sympathie active à l’égard de l’organisation et qui vont constituer un vivier qu’elle ne manquera pas de solliciter. Il faut ajouter que la ligue compte à la même époque, dans son comité d’honneur, Léon Blum, Édouard Daladier, Édouard Herriot et Anatole de Monzie.

  • 20 Archives de la LICA, dossier 204, Lettre de Charles Saint-Venant à Bernard Lecache, 6 février 1939

18Au niveau local, l’organisation obtient des interventions similaires de la part des élus qui s’engagent à ses côtés. Des mesures très concrètes répondant à ses attentes sont prises, allant de l’accueil des réfugiés à l’interdiction des réunions politiques des groupements antijuifs. Charles Saint-Venant, député-maire socialiste de Lille et président d’honneur de la section locale, prend en février 1939 un arrêté interdisant une intervention publique de Jean-Charles Legrand, le chef du Front de la Jeunesse, groupuscule antijuif20.

  • 21 Archives de la LICA, dossier 2125, compte-rendu de la Conférence internationale contre le racisme (...)

19La LICA poursuit un objectif d’institutionnalisation de l’antiracisme. Au-delà des mesures ponctuelles, elle attend que la sphère publique s’imprègne des idéaux antiracistes. Elle se montre satisfaite sur ce point quand des représentants du pouvoir répondent à ses invitations au moment de ses congrès, fédéraux ou nationaux, qui sont aussi l’occasion de tenir de grands banquets républicains. Pendant les expériences gouvernementales du Front populaire, elle organise ainsi quelques grandes manifestations honorées par la présence des représentants du pouvoir. En ces occasions, des discours forts sont prononcés. C’est la première fois que des personnalités politiques de premier ordre sont amenées à afficher des convictions antiracistes dans un cadre qui leur est dédié. La ligue donne naturellement un écho important à ces déclarations dont certaines sont d’ailleurs radiodiffusées. Lors d’une conférence internationale, en septembre 1936, Léo Lagrange, ministre des Sports et des Loisirs, attaque le racisme et l’antisémitisme, déclarant qu’« il n’est pas de transaction possible avec ceux qui spéculent sur l’abrutissement des hommes21 ». En novembre 1936, lors du banquet de la LICA qui clôt le VIIe congrès national, Pierre Cot (ministre de l’Air), Raoul Aubaud (sous-secrétaire d’État à l’Intérieur), Maurice Viollette (ministre d’État) et François de Tessan (sous-secrétaire d’État de la Présidence du Conseil) condamnent unanimement le racisme. On note la présence significative dans la salle de huit gardes républicains en grande tenue. Dans son discours, Pierre Cot explique notamment la position du gouvernement auquel il appartient :

  • 22 Le Droit de Vivre, 12 décembre 1936.

« Pour nous, la lutte contre l’antisémitisme n’est pas seulement un devoir, mais la meilleure façon de défendre nos intérêts immédiats et nos intérêts nationaux22. »

20Le 9 décembre 1936, l’ensemble de ces discours est radiodiffusé par le poste de la Tour Eiffel et par Radio-Coloniale.

  • 23 Le Droit de Vivre, 2 octobre 1937.
  • 24 Ibid.
  • 25 Le Droit de Vivre, 27 novembre 1937.

21En septembre 1937, Maurice Viollette apporte lors d’une manifestation « l’expression de l’hommage du Gouvernement de la République23 ». Il évoque la civilisation comme une œuvre commune, dénonçant le racisme, pire que l’esclavage de l’Antiquité « car il n’y a pas de possibilités d’affranchissement24 ». Le VIIIe Congrès de la LICA, en novembre 1937, est ouvert par Marc Rucart, ministre de la Santé, qui condamne à son tour le racisme. C’est le ministre de la Marine militaire, César Campinchi, qui préside son banquet de clôture à l’Aéroclub25.

22La LICA élabore un discours d’édification d’une république antiraciste. L’organisation aspire à faire coïncider ses aspirations avec la réalité. Elles sont celles d’une société où le racisme serait interdit, banni de l’espace publique mais aussi, à terme, de la sphère privée. Ce discours prétend ériger les élus républicains et derrière eux les partis, les syndicats et les associations, en solide rempart contre l’antisémitisme. Dans les années 1930, l’organisation jouit d’un contexte très favorable. Après les élections législatives de 1936, la LICA, qui s’est fortement mobilisée pour la victoire de la gauche et qui a reçu, sur sa sollicitation, les soutiens de nombreux députés, exulte. Bernard Lecache écrit alors ces mots dans Le Droit de Vivre, qui en disent long sur la place qu’il assigne à l’antiracisme :

« Combien de fois m’a-t-on posé la question ? J’avais paraît-il, mon rôle à jouer au Palais Bourbon. Mon “intelligence” devait sauver le pays. Mais le pays sera sauvé sans moi. Le pays s’est sauvé tout seul. Je ne suis pas député ? Je le suis trois-cent-quatre-vingt fois. 380 candidats ont été élus sur le programme du Front Populaire, jusques et y compris ceux d’entre eux qui songent à le tourner. 380 hommes sont, aujourd’hui, les prisonniers du peuple français. »

23La situation est en réalité moins idoine. Une profonde déception règne à la LICA à la fin des années 1930. En 1938-1939, dans un contexte de délitement du Front populaire, la direction de l’organisation a le sentiment d’être ostracisée par ses alliés politiques : la collaboration avec les partis serait un échec. Ce que constatent les militants en 1939 ? L’antisémitisme n’a cessé de progresser en France la décennie durant. Rien n’est venu contrecarrer la persécution d’État en vigueur outre-Rhin depuis 1933 et, plus largement, la politique agressive du Reich. Les militants sentent la pleine légitimité de leur action mais éprouvent bien souvent un sentiment d’isolement qui tournera chez certains au sentiment d’échec au moment de la mobilisation de septembre 1939.

24Il est vrai que de nombreux élus ont fait défection au cours du temps, notamment pour des raisons politiques – par le choix du rapprochement franco-allemand – mais aussi, on peut l’imaginer, en raison d’une adhésion en définitive superficielle au combat antiraciste. Cet amer constat vaut aux élus concernés d’être cloués au pilori dans les pages du Droit de Vivre. Ceux qui ont finalement accédé à l’idée de la nécessité d’un dialogue avec l’Allemagne, ceux qui ont pris leurs distances avec le front antifasciste se voient implacablement accusés de trahison.

25L’insatisfaction de la Ligue face aux limites de l’engagement associatif se lit probablement plus encore à travers l’idée soulevée par Lecache lors d’un conseil national extraordinaire, en 1939, de présenter des candidats LICA à la députation. Le président estime alors qu’il ne faut plus attendre des autres formations qu’elles intègrent la parole antiraciste mais qu’elle doit être au contraire le point de convergence de tous les éléments désireux de prendre part au combat. Il est en fait clairement question d’une autonomisation de la ligue à l’égard des partis. Lecache en souligne les avantages :

  • 26 Archives de la LICA, dossier 1591, lettre de Lecache à Alfred Sternlicht, 7 mars 1939.

« S’il y a une liste nationale antiraciste, quelles possibilités d’agitation admirable à travers toute la France, dans tous les départements français, pour la popularisation de nos idées ! Quelles possibilités de faire venir au Parlement des hommes à nous, ayant pris des engagements directs et formels à l’égard de notre organisation, et qui défendraient nos couleurs à la tribune législative26 ! »

26La démarche n’est pas nouvelle pour la LICA qui a eu l’occasion de pratiquer en 1935 et 1936 un antiracisme électoral sans toutefois prévoir l’entrée de ligueurs à l’Assemblée nationale. Il y a assurément ici un tournant stratégique qui n’est d’ailleurs pas sans déplaire à certains militants. Un cadre demande par exemple un moratoire sur une question qui ne se pose pas à ses yeux :

  • 27 Le Droit de Vivre, 8 avril 1939, compte-rendu du congrès national extraordinaire du 2 avril 1939.

« Je fais le serment que le jour où l’antiracisme disparaîtra du programme du parti socialiste, je démissionnerai de ce parti27. »

27Les diverses réserves exprimées invitent le conseil à reporter l’examen de la proposition au Xe congrès national dont la guerre provoquera l’ajournement.

  • 28 Sur la création du MRAP, cf. Debono E., « MRAP », P.-A. Taguieff (dir.), Dictionnaire historique e (...)

28Le sentiment d’isolement et d’échec de la LICA doit probablement être nuancé. En dépit des ratés et de ses imperfections structurelles, la ligue parvient indéniablement à enclencher, en quelques années, un processus d’institutionnalisation de l’antiracisme. L’amorce de son inscription dans les discours politiques est nette même si elle est brutalement contrariée par la guerre. Au lendemain du conflit mondial, le militantisme reprend et se trouve renforcé dans sa légitimité par la dimension raciale de la guerre. Dans l’après-guerre, la stratégie demeure la même pour la LICA et pour les nouveaux venus, et notamment le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP) créé en 194928 : la lutte contre le racisme passe par une association aussi étroite que possible des élus aux activités des organisations.

  • 29 On songe par exemple aux critiques de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, à l’encontre (...)

29Une étude reste à mener sur la durée au sujet de cette stratégie et de cette institutionnalisation de l’antiracisme, en scrutant particulièrement l’assimilation par les politiques des éléments de discours antiracistes ou, au contraire, leur rejet explicite par d’autres. Si les affinités politiques ont joué un rôle de premier plan dans les années 1930 pour attirer des élus aux côtés des ligueurs, elles ne semblent plus constituer, à partir des années 1970, la principale clé d’explication de cet engagement. Stimulé par des événements nationaux et internationaux qui ont conduit à sa diversification, l’objet antiraciste a pris une place à part entière dans les discours républicains. Il s’est autonomisé et a fini par ne plus nécessairement répondre aux seules impulsions des organisations antiracistes. Cette place acquise, qui n’est pas sans poser de problème en raison de l’instrumentalisation possible de l’antiracisme, n’a toutefois rien de définitif29 : exprimer son indépendance à l’égard d’un champ de principes jugés envahissants et liberticides, sorte de nouveau communisme ou d’expression privilégiée de la « bien-pensance », est devenu courant en politique et, plus généralement, dans les débats qui agitent notre société. Un défi se pose aujourd’hui au paysage fragmenté de l’antiracisme militant, pour affronter le regain des racismes qui travaillent la France et la crise de légitimité dont il est l’objet.

Notes

1 Winock M., La France et les Juifs de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004 ; Schor R., L’antisémitisme en France dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe, 2005 (1re édition 1992) ; Landau P.-E., Les Juifs de France et la Grande Guerre. Un patriotisme républicain, Paris, CNRS Éditions, 2008.

2 Debono E., Aux origines de l’antiracisme. La LICA, 1927-1940, Paris, CNRS Éditions, 2012.

3 Mendelsohn E., The Jews of East central Europe between the world wars, Bloomington, University Press, 1983.

4 Kochan L., Les juifs en Union soviétique depuis 1917, Paris, Calmann-Lévy, 1971 ; Marie J.-J., L’antisémitisme en Russie de Catherine II à Poutine, Paris, Tallandier, 2009.

5 Noiriel G., Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007, p. 120-121.

6 Voir par exemple la réaction d’hostilité du consistoire de Paris à la suite de la participation de la LICA à la grève du 12 février 1934 dans Weinberg David E., Les Juifs à Paris de 1933 à 1939, Paris, Calmannn-Lévy, 1974.

7 Voir Debono E., Aux origines de l’antiracisme..., op. cit., chapitre 7, « L’antiracisme comme projet politique ».

8 Voir par exemple celles exprimées dans le journal Le Cri des Peuples à la fin des années 1920, qui estiment notamment que le traité nourrit le chauvinisme allemand.

9 Le Droit de Vivre, juin 1933.

10 Le Droit de Vivre, 11 juillet 1936.

11 Le Droit de Vivre, 30 janvier 1937.

12 Le Droit de Vivre, 5 mars 1938.

13 Le Droit de Vivre, 31 décembre 1938.

14 Le Droit de Vivre, 21 janvier 1939.

15 Le Droit de Vivre, avril 1932.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Le Droit de Vivre, 15 août 1936.

19 Archives de la LICA (Mémorial de la Shoah), dossier 1632, lettre de D. Lovichi, 10 décembre 1938.

20 Archives de la LICA, dossier 204, Lettre de Charles Saint-Venant à Bernard Lecache, 6 février 1939.

21 Archives de la LICA, dossier 2125, compte-rendu de la Conférence internationale contre le racisme et l’antisémitisme.

22 Le Droit de Vivre, 12 décembre 1936.

23 Le Droit de Vivre, 2 octobre 1937.

24 Ibid.

25 Le Droit de Vivre, 27 novembre 1937.

26 Archives de la LICA, dossier 1591, lettre de Lecache à Alfred Sternlicht, 7 mars 1939.

27 Le Droit de Vivre, 8 avril 1939, compte-rendu du congrès national extraordinaire du 2 avril 1939.

28 Sur la création du MRAP, cf. Debono E., « MRAP », P.-A. Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, 2013.

29 On songe par exemple aux critiques de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, à l’encontre des « droits-de-l’hommistes » protestant contre son projet de loi sur la sécurité intérieure (entretien au journal Le Monde, 24 octobre 2002).

Auteur

École Normale Supérieure Lyon, LARHRA.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540