Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Deuxième partie. Représentation républicaine, République en représentation

Gambetta en représentations : commis-voyageur ou homme providentiel ?

Jean Garrigues

Texte intégral

1S’il est un père fondateur de la IIIe République qui s’est particulièrement donné en représentations, c’est bien Gambetta, surnommé par ses contemporains « le commis-voyageur » de la démocratie.

  • 1 Guilhaumou J., Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses Univers (...)

2De 1871 jusqu’à son élection à la présidence de la Chambre des députés en février 1879, il n’a cessé de parcourir la France, non seulement lors des campagnes électorales décisives de février à mars 1876 et de juin à octobre 1877, mais de manière récurrente et presque systématique, hors des périodes électorales, afin d’expliquer la République aux Français. Prononçant des dizaines de discours devant des audiences parfois considérables, jusqu’à 3 ou 4 000 personnes, il a pris une part décisive à cet « événement discursif majeur1 » qu’est la fondation de la IIIe République. Mais ce faisant, il s’inscrivait dans la continuité d’un personnage qui était pourtant le repoussoir de tous les républicains, leur bête noire, à savoir Louis-Napoléon Bonaparte devenu Napoléon III, et qui, lui aussi, avait sillonné le pays de long en large, en tant que prince-président puis en tant qu’Empereur, pour se faire voir et pour se faire aimer des Français.

3Cette généalogie encombrante pose d’emblée la question centrale de notre réflexion sur les ressorts de la représentation non-électorale. Il s’agit en effet de comprendre pourquoi et comment Gambetta a été amené à aller à la rencontre des Français. Bien évidemment, il rejette l’héritage césarien et providentialiste de Louis-Napoléon Bonaparte, qui entendait avant tout se faire connaître de son peuple, en tant qu’incarnation de la légende impériale et sauveur d’une France secouée par la crise du milieu du XIXe siècle. Ce qu’il s’agit de faire connaître pour Gambetta, ce n’est pas sa personne, son aura, son charisme, son autorité, mais ce sont les valeurs, les principes et les objectifs du régime qu’il défend, c’est-à-dire la République.

4Alors que l’entreprise bonapartiste visait à une reconnaissance personnelle, dans la perspective du coup d’État, Gambetta se fait d’abord et avant tout le « commis-voyageur » d’une idée, d’un projet politique, alors même que la République est menacée par le gouvernement d’ordre moral. S’il s’agissait avant tout pour Louis-Napoléon de mettre en scène sa propre gloire, Gambetta essaie de convaincre par la force de persuasion du discours. Si Louis-Napoléon jouait la carte de l’homme providentiel, Gambetta la rejette explicitement au nom de la démocratie.

5Mais, à son corps défendant, les idées et le programme de la démocratie s’incarnent inévitablement dans le discours et dans la représentation de celui qui les porte. La promotion du régime républicain passe par le truchement de la scène oratoire, où prédominent la rhétorique, la gestuelle, l’image, le jeu des acteurs. Dans ce théâtre de la réunion publique, se joue une subtile dialectique entre la présentation et la représentation, d’où émerge une figure d’incarnation, plus ou moins fantasmée, qui fait resurgir la fascination séculaire pour l’homme providentiel.

  • 2 Voir par exemple Arnous-Rivière E., Le dictateur Gambetta, ou le geai paré des plumes du paon, Par (...)

6Cette dérive est d’autant plus dangereuse pour Gambetta que son autoritarisme pendant la Guerre de 1870 l’a fait assimiler pour beaucoup, à droite comme à gauche, à une sorte d’apprenti dictateur2. C’est donc un véritable enjeu pour lui que d’apparaître comme le porte-parole des républicains, et non comme leur chef. Et c’est une problématique qui sera le fil conducteur de cette réflexion. Comment Gambetta conçoit-il son rôle de représentant de la République ? Comment est-il perçu par ceux qui viennent le voir et l’entendre ? Quels sont les effets politiques de cette représentation ? À ces questions plus complexes qu’il n’y paraît, nous donnerons une réponse dialectique. Si Gambetta s’est bien pensé et présenté comme le « commis-voyageur » de la démocratie, il n’a pas pu empêcher que se forge autour de lui une sorte de légende d’homme providentiel.

Le « commis-voyageur de la démocratie »

  • 3 Reinach J., Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, t. V, Paris, G. Charpentier, p. 152.

7Il est très clair, aux yeux de Gambetta, que les tournées de discours qu’il entreprend à partir de 1871 relèvent, c’est son expression, d’un « apostolat » républicain3.

  • 4 L’Irlandais Daniel O’Connell (1775-1847), surnommé « l’Émancipateur », organisa à travers toute l’ (...)
  • 5 Spuller E., Lettres à Gambetta, avril-juin 1871, dans Revue de Paris, 1er juin 1900, p. 455-461.

« Jusqu’à ce que la République soit proclamée, lui écrit son ami Eugène Spuller le 9 mai 1871, ton rôle m’apparaît comme celui d’un O’Connell républicain4. De ville en ville nous irons, semant la parole républicaine dans les banquets, dans les meetings improvisés5. »

  • 6 La République française, 18 novembre 1871.
  • 7 Cité dans Le Figaro, 22 avril 1872.

8C’est donc à cette mission que Gambetta s’attelle à partir de l’automne 1871, en commençant le 16 novembre par la ville de Saint-Quentin, dans l’Aisne, évacuée par les Allemands. Au centre de la salle du cirque où il s’exprime, un buste de la République, portant le bonnet phrygien, entouré de drapeaux tricolores, marque la direction de son combat. Ses premières phrases sont d’ailleurs pour appeler à « l’établissement définitif de la République », « effective, vivante, la seule digne de nous réunir6... » Puis, après s’être consacré au lancement de son journal La République française, dont le premier numéro est publié le 7 novembre 1871, il reprend son bâton de pèlerin au printemps 1872, invité le 7 avril à Angers par les républicains du Maine-et-Loire. C’est à cette époque que ses adversaires de droite le surnomment perfidement le « commis-voyageur » de la démocratie. « Je n’en rougis pas ; je suis en effet un voyageur et un commis de la démocratie. Ma commission, je la tiens du peuple », leur répond-il7. S’il est plutôt en retrait à l’Assemblée Nationale, laissant à Thiers et ses amis les premiers rôles, c’est en province, au cœur du pays profond, que Gambetta va porter la bonne parole, au gré des demandes qui lui sont faites par les municipalités, les comités ou les associations républicaines.

  • 8 Selon La République française, 16 juillet 1872.

9Le voici au Havre le 16 avril 1872, pour un banquet de 600 personnes, puis le 24 juin à Versailles au banquet commémoratif de la naissance de Lazare Hoche, le 14 juillet en Seine-et-Marne à celui de La Ferté-sous-Jouarre, qui rassemble 1 800 personnes sous une pluie battante8, puis dans le département de la Loire du 14 au 15 septembre, enfin dans celui de la Savoie du 22 au 25 septembre. Il se considère en quelque sorte comme l’éclaireur, le fer de lance d’une petite armée d’orateurs chargée de porter la bonne parole républicaine aux quatre coins de France :

  • 9 Discours du 22 septembre 1872, dans Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. III, p. 23.

« Dès aujourd’hui, dit-il à ses partisans de Chambéry, le 22 septembre, mettons-nous à l’œuvre, faisons des prosélytes, allons partout dans les villes, dans les campagnes, dans les marchés, dans les cercles, les réunions, les veillées ; parlons, causons ; démontrons, faisons connaître qui nous sommes ; malgré les calomnies et les injures, ne craignons pas de dire ce que nous voulons : asseoir la République sur les institutions démocratiques9. »

  • 10 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. IV, p. 319.
  • 11 Discours de Nantes, 16 mai 1873.

10Il s’agit bien d’aller à la rencontre des Français pour les informer, pour les éduquer, pour leur faire prendre conscience que par leur vote ils peuvent influer « sur l’impôt, sur l’instruction, sur l’armée, sur la guerre, sur la justice, sur la liberté, sur l’éducation, sur l’indépendance de la commune, sur celle du département10 ». Il se fait le missionnaire d’une « religion, qui pourrait être la véritable », ou en d’autres termes d’une pédagogie républicaine qui « s’applique à prendre un homme ignorant, rempli de préjugés, défiant, soupçonneux, égoïste, et rien que par la persuasion, par la douceur, par la pénétration » à « l’amener à soi, à l’élever, à lui faire comprendre ce qu’il y a de beau, ce qu’il y a de grand dans l’homme, et surtout dans ses rapports avec ses semblables au triple point de vue de la famille, de la cité et de la patrie11 ».

11L’un des objectifs essentiels de ces tournées gambettistes est de rendre rassurante une République qui fait encore peur à beaucoup de ruraux, effrayés par les événements récents de la Commune de Paris. Par ailleurs, il lui faut rassembler tous les républicains, du plus conservateur au plus radical, autour d’un projet commun. Spuller le lui rappelle dans une lettre du 5 juin 1871 :

  • 12 Spuller E., Lettres à Gambetta..., op. cit.

« C’est sur toi principalement que retombe la lourde mission d’unir les forces éparses du parti républicain aujourd’hui si profondément atteint, de discipliner les esprits, de relever les espérances, d’apaiser les ressentiments, de consoler les douleurs, de calmer les impatiences, et surtout de réconcilier ces Frances qui luttent l’une contre l’autre avec tant de passion furieuse. Pourquoi tout ce labeur effrayant s’impose-t-il à toi ? Parce que toi seul, ami, sait espérer quand tous se désolent. Parce que tu as déjà montré, seul entre tous les républicains et entre tous les Français, que l’indomptable énergie du caractère ne peut s’allier qu’à l’indéfectible amour de la justice et de la patrie12. »

  • 13 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. II, 2e partie, p. 169-189.

12C’est pourquoi il en appelle à Saint-Quentin à la « fondation du grand parti républicain national », désignant par là « l’union de tous les Français », et qui permettra à la nation de « se tourner vers l’Europe, se faire rendre ce qui lui appartient et la place qui lui est due13 ».

Le pédagogue de la République

  • 14 Le Temps, 28 septembre 1872.

13Pour réaliser ce grand parti républicain, il entend s’appuyer sur cette « couche sociale nouvelle » évoquée lors de son fameux discours de Grenoble, prononcé le 26 septembre 1872 devant plus de 6 000 partisans, et qu’il voit émerger « sur toute la surface du pays », prête à « expérimenter la forme républicaine », soit « un nouveau personnel politique électoral, un nouveau personnel du suffrage universel », appelé selon lui à prendre la place des vieux notables de la monarchie ou de l’Empire. C’est un parti ouvert pour une République ouverte, une génération « contenue, intelligente, propre aux affaires » comme aux « compromis » et aux « transactions » politiques, et qui n’appelle nullement à la révolution sociale comme le prétendent ses adversaires14. Dans son discours de Saint-Quentin, il y inclut même les « hommes du passé », ces légitimistes qu’il invite à « s’adapter, à l’heure qu’il est, aux intérêts de la France moderne », ainsi que les « conservateurs libéraux », les orléanistes, car il y a « aussi parmi eux de véritables et sages conservateurs ». Le 7 avril 1872 à Angers, dans le fief du ténor monarchiste Mgr Freppel, il rappelle que la politique républicaine est « protectrice de l’ordre, de la liberté et de tous les intérêts », et refuse l’idée que « cette partie de la France » soit considérée comme « une citadelle que les préjugés garent pour en empêcher l’accès à toutes les idées autres que celles du passé ».

14Aux militants venus l’écouter, il développe une pédagogie de la modération, ce que ses adversaires de la gauche radicale, tel Georges Clemenceau, dénoncent comme de l’« opportunisme ». Par exemple lors d’une réunion organisée dans sa circonscription de Ménilmontant, le 27 octobre 1876, devant 4 000 personnes, il entend « examiner ce qui peut nous diviser et ce qui doit nous réunir », et se prononce pour « la politique du suffrage universel « les négociations », « une politique de transaction, une politique de résultats », « contre la bataille, contre la violence », le « tumulte de la rue », les « mouvements désordonnés » qui à ses yeux nuisent à l’image de la République. Acceptant d’être taxé d’opportunisme, il y voit une méthode efficace qui « consiste à ne s’engager jusqu’au bout dans une question que lorsqu’on est sûr d’avoir, sans conteste, la majorité du pays avec soi ». C’est pourquoi il revendique « une politique d’opportunité » dont « l’axiome fondamental est « rassurer les intérêts et rallier les esprits ». Cette stratégie des petits pas doit permettre à ses yeux de réaliser les éléments du programme républicain, qui tiennent une place importante dans chacun de ses discours. À Saint-Quentin par exemple, le 16 novembre 1871, il proclame que « la plus urgente de toutes les réformes » est de mettre en place « l’éducation nationale », c’est-à-dire l’instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque, promise en 1869 dans le programme de ses électeurs de Belleville, et qui fera l’objet des lois Ferry de 1881 et 1882. Comme à tous les pères fondateurs de la République, la laïcisation de la société française lui apparaît comme une priorité, ce dont témoigne par exemple la tonalité très anticléricale de son discours de Romans, le 18 septembre 1878 :

« J’ai le droit de dénoncer le péril que fait courir à la société française, telle qu’elle est constituée et telle qu’elle veut l’être, l’accroissement de l’esprit non seulement clérical, mais vaticanesque, monastique, congréganiste et syllabiste, qui ne craint pas de livrer l’esprit humain aux combinaisons les plus grossières en les masquant sous les combinaisons les plus subtiles et les plus profondes, les combinaisons de l’esprit d’ignorance cherchant à s’élever sur la servitude générale. »

15En revanche, la politique des républicains modérés comme Gambetta est peu volontariste en matière de réformes sociales, car ils sont persuadés que l’harmonisation découlera naturellement de la républicanisation.

16C’est ce qu’il formule en ces termes dans son discours du Havre, le 18 avril 1872 :

« Croyez qu’il n’y a pas de remède social, parce qu’il n’y a pas une question sociale [...] pas de panacée sociale, il y a tous les jours un progrès à faire, mais non pas de solution immédiate, définitive et complète. »

17Cette doctrine du réformisme prudent, confinant pour certains au laissez-faire, est tout à fait caractéristique de la pensée libérale des républicains modérés, dont Gambetta se fait ici le porte-parole. Elle est conforme aux attentes de son public provincial, composé de petits artisans, commerçants et paysans, attachés avant tout à la propriété privée et à l’individualisme. C’est ce qui explique, au-delà de ses immenses qualités de tribun, le succès de la parole gambettiste.

18À cet égard, on notera à quel point Gambetta se montre toujours soucieux d’échapper aux manifestations d’admiration, voire d’idolâtrie, qui montent de la foule. À Bordeaux par exemple, il s’exclame, le 26 juin 1871 : « N’applaudissez pas, Messieurs ! L’heure est beaucoup trop solennelle pour que nous ayons, les uns et les autres, d’autres paroles que celles de l’estime et de la confiance réciproque. » De même à Angers, le 7 avril 1872, où il refuse les applaudissements parce qu’ils sont « inutiles entre hommes libres. » Ou à Grenoble, le 26 septembre 1872 :

« Mes chers amis, je vous remercie de vouloir bien me donner cette marque publique de sympathie ; mais permettez-moi de vous le dire, j’ai cru remarquer qu’ici et ailleurs, – mais ici surtout, – vous criez plus souvent : Vive Léon Gambetta ! que Vive la République ! Et c’est le seul chagrin que vous me faites. »

19Lors d’une réunion dans le XXe arrondissement, le 22 avril 1873, il estime que « la véritable place d’un homme d’État, c’est de rester dans le rang, au milieu de ceux qui vous ont porté, qui vous ont soutenu, pour les éclairer, les instruire, les modérer quand ils s’emportent, les exciter quand ils perdent courage, pour les gouverner enfin. » À Avignon, le 9 février 1876 :

« Messieurs, privons-nous de ces applaudissements bruyants, de ces manifestations. Nous sommes ici pour causer de nos affaires, pour nous entendre ensemble ; eh bien, il y a entre nous assez de liens de sympathie mutuelle pour qu’il ne soit pas besoin de les exprimer à chaque fin de phrase. »

20Et à Valence, le 18 septembre 1878, alors qu’il est déjà devenu une figure officielle, accueillie comme telle, il répond à ceux qui l’acclament :

« Criez : Vive la République !... Permettez-moi de vous rappeler ce que je vous ai toujours dit : qu’il fallait se garder du prestige des personnalités et qu’il n’y a rien de plus dangereux que de faire d’un homme une idole... J’ai réclamé mon rang dans la démocratie pour la servir et non pour me placer au-dessus d’elle. »

  • 15 Déloye Y., « Le charisme contrôlé. Entre grandeur et raison : la posture publique de Léon Gambetta  (...)
  • 16 Chanlaine P., Gambetta, Père de la République, Paris, Tallandier, 1932, p. 133.

21En permanence, il en appelle à la « retenue démocratique » qui se défie de la personnalisation du sauveur15. Pourtant, force est d’observer, presque malgré lui, l’« effet magique » de l’éloquence gambettiste16, qui fait de lui une icône aux yeux de la plupart des Français de l’époque.

L’aspirant dictateur

  • 17 Peuple souverain, 4 octobre 1872.
  • 18 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. XI p. 304.

22Rappelons d’abord qu’à la différence des « tournées » de Louis-Napoléon Bonaparte ou des voyages présidentiels des années futures, son succès ne doit rien aux préparations préfectorales, bien au contraire. « Sa voix, étouffée » à l’Assemblée Nationale, « dans l’étroit théâtre de Versailles », reprend, « sous le ciel libre, au contact de la foule émue, toute son ampleur et toute sa puissance17 ». Il n’écrit jamais ses discours, hormis leur début et leur fin, se fiant à son instinct de l’improvisation et aux réactions de la foule, qui le porte. « Sa langue est celle du XVIe siècle, nous dit Joseph Reinach, le parler large et plein qui puise ses mots dans le riche et robuste lexique du peuple, les pousse en avant, drus et nombreux, sans autre méthode que celle qui est nécessaire à marquer le progrès des idées, étale les images, surabonde de belle humeur, et appelle toutes les choses par leur nom18. » Camille Pelletan décrit en 1877 ses discours comme une bataille, « calme d’abord, s’animant par degrés, jusqu’à ce que la lutte s’irrite, jusqu’à ce qu’enfin, le combat définitivement engagé, il se jette avec toute sa passion oratoire dans la mêlée, secouant sa tête au-dessus de la foule soulevée ». Bien souvent, il sort de la tribune ruisselant, épuisé, exsangue, voire crachant le sang. On peut dire de lui qu’il s’est donné corps et âme à la République.

  • 19 Le Pays, 22 septembre 1872.
  • 20 Arnous-Rivière E., Le dictateur Gambetta..., op. cit., p. 3 ; Fulbert-Dumonteil J.-C., Partis polit (...)

23Ce talent de tribun et ce don absolu de lui-même fascinent les foules. Mais c’est précisément ce charisme exceptionnel qui suscite les critiques de ses détracteurs, l’accusant d’utiliser ses tournées républicaines comme une marche triomphale vers le pouvoir. C’est un thème récurrent à droite, depuis qu’il s’est posé en septembre 1870 comme le défenseur de la patrie. Nombreux sont les ouvrages et les brochures polémiques qui le décrivent comme un aventurier sans scrupules, voué à sa seule gloriole. Certains vont même jusqu’à dire qu’il prépare à l’avance son auditoire, mettant en scène un « concert d’adulation préparé pour caresser les oreilles du grand homme », d’embaucher des « “braillards commandés” pour faire la claque19 ». À leurs yeux, il n’est qu’un « geai paré des plumes du paon », « capable de tout espérer et de tout oser, mais aussi incapable de direction qu’avide de commandement », et n’ayant « pratiqué dans l’exercice de la souveraineté absolue aucune des vertus qui font les grands hommes20 ». On l’interpelle en ces termes :

  • 21 Rémy G., pseudonyme Élio, Léon Gambetta devant l’opinion publique, Nantes, Imprimerie Plédran, 1875 (...)

« Vous êtes bien coupable, M Gambetta, car vous n’êtes pas un homme d’État et ne le serez jamais ; mais vous êtes un homme de sens, et un grand orateur [...] de ceux qui ne veulent servir que leur ambition21. »

24Au Théâtre du Vaudeville, à partir de février 1872, se joue une pièce de théâtre de Victorien Sardou intitulée Rabagas, du nom du héros, décrit comme

  • 22 Dreyfus R., « Les premières armes de Gambetta », Revue de France, 15 décembre 1932, p. 675.

« un joli bateleur de phrases [...] avocat jovial, grand tarisseur de chopes, qui, sur toute chose, a son discours monté comme un feu d’artifice qui s’allume avec sa pipe22 ».

25Comme par hasard, l’interprète de Rabagas s’est fait la tête de Gambetta.

  • 23 Lavergne B., Les deux présidences de Jules Grévy, 1879-1887, Paris, Fischbacher, 1966, p. 98.
  • 24 La Cloche, 7 octobre 1872.
  • 25 Le Mot d’Ordre, 7 avril 1880.
  • 26 Archives de la Préfecture de Police, B/a 22, rapport du 11 octobre 1878.
  • 27 APP, B/a 918, rapport du 27 avril 1875.

26Les critiques viennent aussi de la gauche et de l’extrême gauche, qui ne pardonnent pas à Gambetta son « opportunisme » ainsi que sa volonté de rassembler les républicains derrière lui. L’ancien président du Conseil Jules Simon, l’un de ses rivaux malheureux pour le leadership républicain, dira qu’il « rapportait tout à lui » et qu’il « arrangeait toute la politique en fonction de son égoïsme23 ». Mais les attaques les plus frontales sont celles des radicaux, tel l’ancien communard Louis Ulbach, fustigeant « ces parodies un peu césariennes, ce recrutement par l’enthousiasme, cette usurpation du sentiment public, au profit d’un seul24 ». Un autre ancien communard, Henry Maret, écrit dans son journal Le Mot d’ordre : « La bassesse humaine a toujours besoin d’une idole. [...] On n’a plus Bonaparte, on n’a plus Rouher, on n’a plus Morny, mais on a Gambetta25. » Des rapports de police signalent que l’on « critique généralement très vivement, surtout dans le monde républicain, les ovations que se fait faire M. Gambetta », que l’on « trouve qu’il va un peu loin » et que l’on « se demande avec inquiétude quels projets cachent ses voyages que d’aucuns comparent avec ceux du Prince Napoléon en 185226 ». D’autres estiment qu’il est « absolument passé à l’état de Dieu27 ». Certains élus radicaux, tels Louis Blanc ou Alfred Naquet, refusent même de siéger à ses côtés à une tribune. C’est dire à quel point il est rejeté par l’extrême gauche, qui voit en lui un aspirant dictateur.

L’homme providentiel

  • 28 Fiaux L., M. Gambetta, second président de la République française, Paris, Armand Le Chevalier, 187 (...)

27Ces critiques sont-elles fondées ? Il est vrai que la popularité de Gambetta devient rapidement exceptionnelle, au point que semble émerger une sorte de culte gambettiste, fondé d’abord sur son rôle patriotique en 1870 puis sur sa capacité à défendre la République contre les conservateurs. Citons parmi d’autres cette brochure d’octobre 1871, qui le réclame pour succéder à Thiers à la tête de l’État : « Si la nation doit brutalement repousser les hommes dits providentiels, elle ne peut pas ne point se servir de ses meilleurs et plus grands citoyens28. » Ou ce poème à la gloire du sauveur patriote publié en 1872 par Émile Corra :

  • 29 Corra E., Dies Irae, Paris, Lemerre, 1872, p. 137.

« Parce qu’il s’est trouvé, dans cette ignominie,
Et dans ces trahisons, un être de génie,
Qui ne voulut jamais arrêter son effort,
Car dans notre péril, seul, il s’est senti fort29. »

28Ou cette Lettre d’un paysan quercynois à Gambetta, publiée en juin 1881 :

  • 30 Lettre d’un paysan quercynois à Gambetta, Aurillac, A. Pinard, juin 1881, p. 3-4.

« Avec enthousiasme nous vous saluons, intrépide champion, vaillant tribun, illustre citoyen ! Elle est belle, oh oui ! Elle est belle et bienfaisante, la République, votre œuvre !... Aux heures sombres, alors que la France était à deux pas de sa ruine, vous nous êtes apparu comme une étoile dans une nuit profonde pour nous montrer en l’illuminant, le port à l’horizon30. »

29Citons encore cette chanson écrite, trois ans après sa mort, par le célèbre duo formé de Gaston Villemer et Lucien Delormel, spécialistes renommés des hymnes revanchards :

  • 31 « L’Alsace et la Loraine au tombeau de Gambetta » dans Chansons d’Alsace-Lorraine, Paris, Marpon e (...)

« Dans les grands jours de deuil où la France envahie,
Succombait affolée aux pieds des oppresseurs,
Lui seul ressuscitant l’âme de la patrie,
Pour le sol mutilé demandait des vengeurs31. »

  • 32 La France. Notes d’un Américain recueillies et mises en forme par A. de Rougemont, New York, The Wr (...)
  • 33 Cité dans Bury J. P., Gambetta and the making of the Third Republic, Londres, Longman, 1973, p. 27 (...)

30Un témoignage plus surprenant est celui d’un Américain à Paris, contemporain de Gambetta, et qui le compte, aux côtés de Victor Hugo, Ferdinand de Lesseps et Louis Pasteur, parmi les « quatre noms [qui] représentent les aptitudes et le caractère de la nation », pour sa « vaillance, l’amour indompté de la patrie », parce qu’il « savait montrer au peuple le vrai chemin, l’y conduire, l’y entrainer », parce qu’il « a sauvé l’honneur du pays » et parce qu’il « a fait la république32 ». À ces témoignages imprimés on peut ajouter les manifestations spontanées de la foule, qui l’acclame lors de chacune de ses sorties, par exemple au Grand Théâtre lyrique de Marseille le 16 février 1876, où il assiste à la représentation du Moïse de Rossini. Lorsque Pharaon s’exclame « Voilà le soleil, il paraît et tout s’incline dans la nature », les spectateurs se lèvent, les acteurs s’arrêtent et tout le monde crie : « Vive Gambetta ! Vive la République33 ! » Au soir du 16 mai 1877, après que le maréchal de Mac-Mahon a fait démissionner Jules Simon, Gambetta raconte à sa maîtresse Léonie Léon « l’immense acclamation du peuple de Paris » qui l’a accueilli à son arrivée au Grand-Hôtel, où allait se tenir la réunion plénière des gauches :

  • 34 Lettres de Gambetta, 1868-1882..., op. cit.

« J’ai failli être étouffé sous l’enthousiasme de la foule ; les cris de vive la République, vive Gambetta remplissaient l’air... C’est à grand-peine que j’ai obtenu que l’on se retirât sans bruit, après l’assurance donnée que le droit était en bonnes mains et que le triomphe final viendrait couronner leurs vœux34. »

  • 35 Le Temps, 23 novembre 1877.

31Réélu à Belleville dès le premier tour du 14 octobre, il vérifie sa popularité exceptionnelle au soir du 21 novembre 1877, lorsque la foule des Parisiens l’acclame à la sortie d’une représentation d’Hernani à laquelle il vient d’assister en compagnie de l’auteur, Victor Hugo35. Est-ce le héros Gambetta que l’on acclame, aux côtés de l’autre grand homme de la gauche, ou le porte-drapeau de la République qui vient de triompher ? Ce qui est sûr, c’est qu’une forme de messianisme républicain se cristallise à cette époque sur le commis-voyageur de la démocratie.

  • 36 Le Temps, 13 et 14 octobre 1878.

32Dans cette perspective, la tournée-marathon qu’il effectue dans le Rhône, pendant les vacances parlementaires de l’été 1878, nous apparaît comme son sacre républicain, alors même qu’il n’occupe aucune fonction exécutive. C’est ainsi qu’à Andacette, dans la Drôme, commune fondée six ans plus tôt par son ami Pierre Isidore Christophle, des arcs de triomphe sont dressés, comme pour un roi ou pour un empereur, avec les inscriptions « Vive Gambetta ! Vive la République ! ». Parti de Valence « au milieu d’une énorme affluence », un millier de personnes l’ayant accompagné sur le quai de la gare, il arrive un peu plus tard à Romans, où se presse « la population des campagnes environnantes », des petites filles lui présentant des bouquets de dix pas en dix pas tandis que des fleurs sont lancées des fenêtres. À Grenoble, le 9 octobre 1878, lors du banquet auquel assiste son père, un toast est porté à « l’illustre défenseur » de la République, qui reçoit des bouquets de fleurs tricolores. Le 12 octobre, lors de son départ, une foule « énorme » l’escorte vers la gare, où il doit prendre le train le ramenant vers Paris. À La Tour-du-Pin, où fait halte son train, plus de trois mille personnes « ont envahi les quais de la gare et tous les alentours », ainsi qu’à Bourgoin où, malgré la nuit, la foule se masse autour du train et ne cesse de l’acclamer jusqu’à son départ36. Ce n’est pas une période électorale, Gambetta à cette époque ne brigue pas la présidence du Conseil, et pourtant il incarne aux yeux de tous la République.

33Un peu moins de deux ans plus tard, le 8 août 1880, alors qu’il accompagne, en tant que président de la Chambre des députés, le président de la République Jules Grévy à Cherbourg, la presse note que les cris de « Vive Gambetta ! » l’emportent sur ceux de « Vive Grévy ! » Sa sortie nocturne dans les rues de la ville, à l’issue des cérémonies officielles, provoque une véritable émeute, telle que sa voiture ne peut plus avancer ni reculer. Sous les acclamations, il improvise alors une harangue, vers dix heures du soir, au milieu de la fête et des illuminations, tandis que le chef de l’État est déjà rentré à son hôtel. « Ne faisons point de personnalité », demande Gambetta à ses admirateurs, les priant de réserver leurs acclamations pour le président de la République. Mais, le lendemain soir, une foule immense crie son nom à l’entrée du café du Grand Balcon, où il prend la parole. Et Le Temps, journal pourtant favorable à Grévy, reconnaît que

  • 37 Le Temps, 9, 10 et 11 août 1880.

« c’était un spectacle indicible que celui de ces cinquante mille personnes poussant le même cri sous l’impression du plus irrésistible courant de sympathie qui ait jamais passionné une foule37 ».

34Lorsque Grévy finit par l’appeler à la présidence du Conseil, le 14 novembre 1881, c’est un héros populaire qui arrive au pouvoir. Est-ce à dire qu’il apparaît comme un homme providentiel, paré de la dimension messianique qui accompagne le sauveur ? Les difficultés rencontrées par son prédécesseur Jules Ferry, attaqué notamment par la gauche radicale, le posent en tout cas plus que jamais comme le recours.

« Un homme plaide, un homme est nommé député, se trouve mêlé à des catastrophes publiques, monte au pouvoir et voilà qu’en dix années cet homme grandit démesurément, emplit la France, emplit le monde de sa personne, beaucoup plus que Voltaire »,

  • 38 Zola É., « Gambetta », Le Figaro, 13 décembre 1880.

35écrit Émile Zola, le comparant à un « Dieu », qui « semble devoir disposer à jamais de nos destinées38 ». C’est en tout cas ce que suggèrent les rédacteurs de l’Almanach Gambetta, le décrivant « au faîte de la puissance » :

  • 39 Almanach Gambetta, Paris, Librairie Nationale, 1881, p. 27.

« Celui vers qui toutes les lorgnettes convergent, questionnant sa sérénité silencieuse, en attendant que toutes les mains se tendent vers lui, et que toutes les bouches lui crient : “Sauvez-nous ! Nous périssons”39. »

36C’est aussi l’objet d’une caricature du fameux magazine britannique Punch qui se demande, lorsqu’il arrive au pouvoir : « Léon ou Napoléon Gambetta, c’est toute la question. »

37Les tournées que Léon Gambetta a effectuées dans toute la France, de la fin 1871 à la fin 1881, ont joué un rôle considérable dans la républicanisation des campagnes françaises. Inaugurant à Nice un monument à la gloire du tribun, le 26 avril 1909, son ancien adversaire radical Georges Clemenceau, alors président du Conseil, saluera sa « puissance irrésistible d’attraction, de concentration, d’impulsion », le charisme tribunicien de celui qui « se donnait pour prendre, c’est-à-dire pour que l’auditoire se donnât à son tour. » Un autre président du Conseil, Raymond Poincaré, se souviendra lui aussi, un demi-siècle plus tard :

  • 40 Discours du 31 mars 1912 aux Jardies.

« Nous autres, adolescents, qui voyions en Gambetta la personnification de la République, nous nous répétions les passages les plus ardents des discours d’Amiens, de Belleville, du Château d’Eau40. »

  • 41 Girard H., Histoire illustrée de la Troisième République, Paris, Librairie contemporaine, 1884, p.  (...)
  • 42 Discours d’Eugene Spuller, Inauguration du monument Gambetta, 13 juillet 1888, Paris, Quantin, 1888 (...)

38Critiqué de son vivant par une grande partie de la classe politique qui lui reprochait son autoritarisme, il apparaît après sa disparition, le 31 décembre 1882, comme la statue du Commandeur de l’unité et de l’efficacité républicaine. En témoigne une Histoire illustrée de la Troisième République, publiée peu de temps après sa mort, et qui le présente non seulement comme le parangon du « patriotisme », le « meilleur » des Français, mais aussi comme un grand « républicain et démocrate », dont on « on ne conçoit pas, vraiment, que certains l’aient accusé de rêver la dictature41 ». C’est ainsi que la mythogénie gambettiste évacue d’emblée la dimension césariste de la légende messianique pour n’entretenir que l’incarnation patriotique, associée au dévouement absolu à la République et a la dimension prophétique de son action. « Il est là maintenant et pour toujours », « le regard tourné vers l’avenir rayonnant de cette jeune démocratie républicaine », déclare son ami Eugene Spuller lors de l’inauguration du monument de la place du Carrousel, « donné en exemple à notre jeunesse comme un patriote digne des beaux temps de l’antiquité, comme un républicain pur et sans tâche, comme un homme généreux et grand, qui fait honneur à notre humanité42 ».

  • 43 Genevois H., ABC de la démocratie. Les enseignements de Gambetta, Paris, Chamuel, 1895, p. X.

39C’est pourquoi l’ABC de la démocratie, fondé en 1895 sur « les enseignements de Gambetta », se propose « de rendre à la France ce trésor d’idées et de sentiments, qu’il avait puisés dans le fonds commun des idées et des sentiments français43 ». Lors du pèlerinage annuel de ses admirateurs à Sèvres, dans sa résidence des Jardies, Joseph Reinach affirme qu’il n’y a

  • 44 Reinach J., La vie politique de Léon Gambetta, suivie d’autres essais sur Gambetta, Paris, Félix Al (...)

« pas d’autre exemple, ni dans notre histoire, ni dans celle d’aucun autre pays, d’un homme d’État qui ait marqué si profondément sa trace dans l’âme de sa nation qu’après un quart de siècle [...] son pays ne puisse être secoué d’une crise sans que le regret : “Ah s’il était là !” ne sorte de toutes les bouches44 ».

  • 45 Discours de Gaston Thomson aux Jardies, 28 mars 1920.
  • 46 Le Petit Journal, 26 avril 1905.
  • 47 Ibid., 15 mars 1938.
  • 48 Le Temps, 7, 8, 9 avril 1938.

40Il n’est pas une gravure, pas un dessin de la fin du XIXe siècle qui ne le fasse figurer au panthéon des grands hommes de l’histoire républicaine, aux côtés des héros de la Révolution française, voire de Napoléon. Le musée de la ville de Cahors, dont il était originaire, conserve de nombreux objets produits à son effigie avant 1914, des bustes sculptés, des médaillons, des assiettes, qui attestent, sinon d’un culte, au moins d’une vraie popularité. De Cahors où il est né jusqu’à Nice où il repose, de ville en ville, comme à Paris, à Bordeaux, à Tours, à Cavaillon, des bronzes et des marbres, « élevés par le culte pieux de la démocratie », marquent en quelque sorte les étapes de sa glorieuse existence45. Plus de cent mille personnes se pressent le 25 avril 1905 à Bordeaux, aux abords des allées de Tourny, « aux balcons des maisons, sur les toits en terrasses, jusque sur les cheminées », afin d’assister à l’inauguration de sa statue par le président de la République Émile Loubet, entouré par neuf ministres46. De même célèbre-t-on le centenaire de sa naissance en avril 1938 parce qu’il est « le modèle du patriote républicain47 ». Cette commémoration nationale se déroule simultanément dans plusieurs grandes villes, notamment à Cahors et Nice, et la manifestation de clôture a lieu aux Jardies, où les discours appellent à suivre l’exemple de « l’union française et républicaine » légué par Gambetta48. C’est ainsi que tout au long de la IIIe République, la mise en représentation du « commis-voyageur » de la démocratie aura gardé valeur d’incarnation républicaine.

Notes

1 Guilhaumou J., Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006.

2 Voir par exemple Arnous-Rivière E., Le dictateur Gambetta, ou le geai paré des plumes du paon, Paris, Dentu, 1871.

3 Reinach J., Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, t. V, Paris, G. Charpentier, p. 152.

4 L’Irlandais Daniel O’Connell (1775-1847), surnommé « l’Émancipateur », organisa à travers toute l’Irlande une campagne de réunions publiques, qualifiées de “monster meetings” tant le public y était nombreux, afin de faire abroger l’Acte d’Union avec l’Angleterre.

5 Spuller E., Lettres à Gambetta, avril-juin 1871, dans Revue de Paris, 1er juin 1900, p. 455-461.

6 La République française, 18 novembre 1871.

7 Cité dans Le Figaro, 22 avril 1872.

8 Selon La République française, 16 juillet 1872.

9 Discours du 22 septembre 1872, dans Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. III, p. 23.

10 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. IV, p. 319.

11 Discours de Nantes, 16 mai 1873.

12 Spuller E., Lettres à Gambetta..., op. cit.

13 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. II, 2e partie, p. 169-189.

14 Le Temps, 28 septembre 1872.

15 Déloye Y., « Le charisme contrôlé. Entre grandeur et raison : la posture publique de Léon Gambetta », Communications no 69, 2000, p. 157-172.

16 Chanlaine P., Gambetta, Père de la République, Paris, Tallandier, 1932, p. 133.

17 Peuple souverain, 4 octobre 1872.

18 Discours et plaidoyers politiques, op. cit., t. XI p. 304.

19 Le Pays, 22 septembre 1872.

20 Arnous-Rivière E., Le dictateur Gambetta..., op. cit., p. 3 ; Fulbert-Dumonteil J.-C., Partis politiques. Les Septembrisés, Paris, Amyot, 1872, p. 74.

21 Rémy G., pseudonyme Élio, Léon Gambetta devant l’opinion publique, Nantes, Imprimerie Plédran, 1875 p. 22-23.

22 Dreyfus R., « Les premières armes de Gambetta », Revue de France, 15 décembre 1932, p. 675.

23 Lavergne B., Les deux présidences de Jules Grévy, 1879-1887, Paris, Fischbacher, 1966, p. 98.

24 La Cloche, 7 octobre 1872.

25 Le Mot d’Ordre, 7 avril 1880.

26 Archives de la Préfecture de Police, B/a 22, rapport du 11 octobre 1878.

27 APP, B/a 918, rapport du 27 avril 1875.

28 Fiaux L., M. Gambetta, second président de la République française, Paris, Armand Le Chevalier, 1871.

29 Corra E., Dies Irae, Paris, Lemerre, 1872, p. 137.

30 Lettre d’un paysan quercynois à Gambetta, Aurillac, A. Pinard, juin 1881, p. 3-4.

31 « L’Alsace et la Loraine au tombeau de Gambetta » dans Chansons d’Alsace-Lorraine, Paris, Marpon et Flammarion, 1885, p. 134-135.

32 La France. Notes d’un Américain recueillies et mises en forme par A. de Rougemont, New York, The Writer’s publishing Company, 1886, p. 148-150.

33 Cité dans Bury J. P., Gambetta and the making of the Third Republic, Londres, Longman, 1973, p. 278.

34 Lettres de Gambetta, 1868-1882..., op. cit.

35 Le Temps, 23 novembre 1877.

36 Le Temps, 13 et 14 octobre 1878.

37 Le Temps, 9, 10 et 11 août 1880.

38 Zola É., « Gambetta », Le Figaro, 13 décembre 1880.

39 Almanach Gambetta, Paris, Librairie Nationale, 1881, p. 27.

40 Discours du 31 mars 1912 aux Jardies.

41 Girard H., Histoire illustrée de la Troisième République, Paris, Librairie contemporaine, 1884, p. 716.

42 Discours d’Eugene Spuller, Inauguration du monument Gambetta, 13 juillet 1888, Paris, Quantin, 1888, p. 6-15.

43 Genevois H., ABC de la démocratie. Les enseignements de Gambetta, Paris, Chamuel, 1895, p. X.

44 Reinach J., La vie politique de Léon Gambetta, suivie d’autres essais sur Gambetta, Paris, Félix Alcan, 1918, p. 306.

45 Discours de Gaston Thomson aux Jardies, 28 mars 1920.

46 Le Petit Journal, 26 avril 1905.

47 Ibid., 15 mars 1938.

48 Le Temps, 7, 8, 9 avril 1938.

Auteur

Université d’Orléans, POLEN.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540