Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Pleven

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Les années de formation (1901-1939)

Chapitre II. L'étudiant en droit

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le temps des études est une période importante dans la vie et la formation d'un homme. Pour le jeune provincial Pleven, ce fut l'occasion de rencontrer ou de croiser dans les milieux étudiants parisiens beaucoup de jeunes gens appelés comme lui à un bel avenir, dans cet après-guerre et ces “années folles” qui ouvraient des perspectives nouvelles à toute une génération. Tout en menant une vie studieuse, ce fut aussi le temps des premiers engagements militants.

Première année de Droit par correspondance

  • 1 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.
  • 2 Histoire du Maroc, op. cit., chap. 22 et 23.

2Reçu brillamment bachelier en 1917, à 16 ans, René Pleven pouvait envisager un avenir prometteur. Son père, Jules Pleven, était encore en convalescence. “Très fatigué selon le témoignage de son fils1le capitaine Pleven devait reprendre du service au Maroc au début de 1918. Comme chef de bataillon, il y fut chargé de mener des opérations “pénibles” de pacification. Rifains et Berbères du sud acceptaient mal la tutelle française depuis le protectorat imposé au sultan Moulay Hafid le 30 mars 19122.

3Six ans plus tard, du fait de la Première Guerre mondiale, des tribus marocaines résistaient encore à la colonisation française. Depuis 1914, l'armée d'Afrique composée de forces supplétives encadrées par des officiers des Affaires indigènes menait la 2e phase de la conquête du Royaume après la prise de contrôle du Maroc utile. Il s'agissait de mater les tribus rifaines au nord de Taza dans la partie dévolue à la France — le nord du Rif ayant été attribué à l'Espagne — pour assurer en toute sécurité la liaison avec l'Algérie. La percée au centre du Moyen-Atlas ne fut réalisée qu'en 1917 et élargie en 1920. La conquête du Rif, région où le capitaine Pleven était en opérations, ne fut achevée qu'en 1926. Il fallut une véritable armée commandée par le maréchal Pétain, en liaison avec les Espagnols, pour écraser le cadi des Beni Ouriaghel, Abd El Krim, et son éphémère “République du Rif”.

4Par son milieu familial, le lycéen lavallois fut donc très jeune sensibilisé aux réalités coloniales françaises. Vingt-cinq ans plus tard, cette connaissance comptera certainement lorsqu'il lui faudra assurer, de manière improvisée, les responsabilités politiques de commissaire aux Colonies de la France libre.

5À l'été 1917, René Pleven songeait à faire son Droit. Mais sa jeunesse, la situation familiale, la difficulté à trouver une pension, l'incitèrent à préparer la première année par correspondance. Inscrit à l'université de Rennes, il prépara seul les examens tout en travaillant. Dès le 1er septembre 1917, René Pleven fut embauché comme auxiliaire temporaire à la Banque de France de Laval.

  • 3 Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Fayard, 1988, chap. xix.

6En cet automne 1917, après trois années de guerre, le pays tiraillé par le doute était en proie à une profonde crise morale et politique. Le sénateur du Var, Georges Clemenceau faisait plus que jamais figure d'homme providentiel. N'avait-il pas violemment attaqué le ministre de l'Intérieur Malvy, le 22 juillet 1917, le contraignant à démissionner ? N'avait-il pas contribué à la chute du gouvernement Ribot en septembre ? Après un éphémère cabinet Painlevé, le président de la République Raymond Poincaré, avait dû se résoudre à rappeler au pouvoir son vieil adversaire3. En un an, Clemenceau allait devenir le Tigre et le père la Victoire.

7René Pleven était alors bien loin des intrigues politiques parisiennes. Il ignorait qu'il aurait à étudier bientôt les répercussions militaires de cette terrible année 1917, celle de tous les craquements. Pour l'heure, il faisait son apprentissage comme “garçon de recettes” à la Banque de France où il était chargé des papiers de commerce et surtout de la collecte de l'or pour la Défense nationale. Les poilus versaient leur sang, les Français de l'arrière étaient priés d'ouvrir leur bas de laine pour la patrie !

  • 4 Entretien cité du 8 avril 1989.

8Très bien noté par ses supérieurs, l'auxiliaire Pleven vit son traitement augmenter : de 100 francs à l'embauche, à 120 puis 150 francs. Il faut dire que depuis 1914, l'inflation galopait dans le pays. Mais le jeune homme s'estimait bien payé4. Cette première expérience professionnelle au cœur de la banque et de la finance contribua sans doute à orienter la carrière de René Pleven vers les affaires tout en lui donnant le goût de la chose publique. Reçu à ses examens, il s'inscrivit en 1918 en 2e année à la faculté de droit de Paris.

L'étudiant parisien

9Le 11 novembre 1918, la signature de l'armistice à Rethondes mit fin à quatre années d'un conflit sanglant, consacrant la victoire des Alliés.

  • 5 Duroselle (Jean-Baptiste), op. cit., p. 718.
  • 6 Entretien cité du 8 avril 1989

10René Pleven était depuis peu à Paris mais il ne put prendre part aux festivités et à l'allégresse qui secouèrent la capitale et tout le pays ce jour-là5. En effet, comme beaucoup d'autres, il était cloué au lit par la grippe espagnole, par cette terrible épidémie frappant une population affaiblie par la guerre6 Mais l'étudiant provincial partagea sans doute les sentiments de fierté nationale de ses compatriotes. Bien plus tard, à travers ses engagements politiques et ses éditoriaux du Petit Bleu des Côtes-du-Nord, on peut mesurer combien René Pleven fut marqué dans sa foi patriotique par le premier conflit mondial.

  • 7 Sirinelli (Jean-François), Génération intellectuelle. Khâgneux et Normaliens dans l'entre-deux- gu (...)

11Bien qu'issu d'un lycée public, René Pleven s'était installé dans une maison d'étudiants de l'Institut catholique de Paris. Le matin, il suivait des cours de droit en Sorbonne et l'après-midi il fréquentait l'École libre des sciences politiques. Il en sortit diplômé dans les trois premiers de la section “Finances publiques”. Cette école avait été durement frappée par la mobilisation. Les effectifs étaient tombés de 800 en 1914 à 72 en 1915 (dont un tiers d'étrangers). Le nombre d'étudiants parisiens avait diminué de 60 % de 1914 à 19187. Les classes d'âges non mobilisées s'apprêtaient à combler les vides laissés par leurs aînés fauchés dans les tranchées. Des possibilités de renouvellement des élites s'ouvraient.

  • 8 Vincent (Gérard), Sciences-Po. Histoire d'une réussite, Paris, Orban, 1987 et Hélène Coulonjou, “S (...)

12La voie royale de l'excellence bourgeoise pour accéder aux postes dirigeants de la République passait par Sciences-Po, l'école de la rue Saint-Guillaume fondée par Émile Boutmy après la guerre de 18708. Au début du siècle,

13Sciences-Po attire davantage les enfants de fonctionnaires, ce qui est le cas de la famille Pleven, et des professions libérales que ceux de la grande bourgeoisie car il s'agit de valoriser un capital scolaire. De plus, outre ses diplômes très prisés, l'école organise des cours de préparation aux concours des grands corps de l'État avec un fort taux de réussite. René Pleven y prépara le très difficile concours de l'inspection des finances qu'il tenta sans succès en 1924 et 1925. Pour subvenir à ses besoins, il occupa aussi pendant un an, en 1920-1921, un emploi d'auxiliaire temporaire à l'Administration centrale des Finances. Il entrait par la petite porte rue de Rivoli, ignorant qu'il serait appelé à diriger ce prestigieux ministère un quart de siècle plus tard. Mais Boutmy avait aussi voulu que l'École libre des Sciences politiques formât “des collaborateurs de haut niveau pour les hommes d'affaires”. C'est ce chemin que René Pleven allait suivre après s'être frotté au militantisme.

Premiers engagements

  • 9 Sirinelli Jean-François), op. cit., chap. viii, “Le Quartier latin dans les années 1920”.

14Au début des années 1920, le contrôle du quartier latin était un enjeu de taille pour les organisations étudiantes. Contre la Fédération des étudiants républicains, l'Action française et d'autres mouvements d'extrême droite ont developpé leur influence dès l'avant-guerre. Durant les “années folles”, l'AF conserve sa prééminence autour du boulevard Saint-Michel9. Se situant dans le camp des Républicains, l'étudiant Pleven ne semble pas s'être engagé directement dans l'effervescence politique de l'époque. D'ailleurs lorsque l'affaire Scelle provoqua des incidents à la faculté de droit en mars 1925, René Pleven n'était plus étudiant. Ce professeur de Droit pacifiste et de gauche, était en butte à l'Action française qui s'opposait à son recrutement.

  • 10 Sans cacher les divergences qui les opposèrent pendant la guerre d'Algérie, René Pleven déclara à (...)

15S'il ne militait pas dans des organisations politiques étudiantes, le jeune provincial n'en était pas moins très attiré par les débats d'idées de son temps. Il fréquenta un cercle d'études proche des milieux de la Jeune République de Marc Sangnier, la conférence Olivaint. On s'y entraînait à présenter des exposés sur des questions d'actualité devant un auditoire exigeant. Il y fit la connaissance d'un étudiant en histoire, Georges Bidault, futur pilier comme lui des gouvernements de la Quatrième République. En 1983, à la mort de Georges Bidault, il rendit hommage à l'ancien président du CNR, rappelant leur rencontre à la conférence Olivaint “où se réunissaient les étudiants catholiques de toutes origines” au début des années 192010. Il y rencontra aussi du Moulin de Labarthète, le futur chef du cabinet civil du maréchal Pétain à Vichy.

  • 11 Entretien téléphonique avec Mme Françoise Andlauer du 10 décembre 1992.
  • 12 Ibid., informations aimablement communiquées par Gilles Le Beguec et catalogue cité de l'expositio (...)

16Le futur “bleu” des Côtes-du-Nord ne se situe donc pas dans la veine du ricalisme anticlérical, mais déjà dans celle d'un centrisme républicain aucunement hostile à l'Église. Il est vrai que la majorité du Bloc national qui gouverna la France de 1919 à 1924 favorisa la convergence des républicains du centre et de la droite. Mais dans les années 1930, la famille Pleven était abonnée à Londres à l'Aube, le journal démocrate-chrétien auquel collaborait Georges Bidault11.En outre au début des années 1920, René Pleven milita à l'Association catholique de la Jeunesse française (l'AJCF), dont il fut membre du Comité général. Il publia son premier article “Au sujet du Protocole d'arbitrage et de désarmement” le 15 décembre 1924, dans le mensuel Les Annales de la Jeunesse catholique12 Au sommaire de ce numéro figurent des articles de François de Menthon, résistant, fondateur du MRP et garde des Sceaux du général de Gaulle à la Libération et de Paul Vignaux, futur responsable enseignant de la CFTC, puis de la CFDT. Cet engagement militant catholique de jeunesse nuance l'image du “Bleu de Bretagne”, que René Pleven va se forger 20 ans plus tard quand il va s'implanter politiquement dans les Côtes-du-Nord. Même s'il reste attaché à la laïcité et à la République par sa tradition familiale, cet engagement de jeunesse contribue à éclairer les choix et l'évolution de l'homme politique des années 1950 aux années 1980.

  • 13 Le Beguec (Gilles), “Le groupement universitaire pour la société des nations (1922-1939) ”, Provin (...)
  • 14 Entretien de René Pleven avec Odile Rudelle du 7 décembre 1984 pour le colloque Mendès France et l (...)

17Mais ce fut surtout l'intérêt de René Pleven pour la toute nouvelle Société des Nations (SDN), née du traité de Versailles et des idées du président Wilson, qui allait orienter sa carrière et même sa vie familiale. En effet, dans l'hiver 1922-1923, le jeune homme participa aux côtés du jeune journaliste Robert Lange, à la fondation du Groupement universitaire pour la Société des Nations, le GUSDN13.11 s'agissait, sous la houlette de personnalités souvent politiques, d'animer sept commissions d'études chargées de populariser dans la jeunesse étudiante et lycéenne les idéaux de la SDN et de développer des contacts européens (rencontres, conférences). L'association forte de plusieurs centaines d'adhérents — elle en revendiquait 2 500 en 1924 — créa un prolongement international la même année. Des hommes comme le sénateur Henri de Jouvenel, Léon Bourgeois, le recteur Appell, René Cassin soutinrent cette initiative. Par ce biais, René Pleven fréquenta les milieux radicaux ou radicalisants. Plusieurs militants du GUSDN rejoignirent ensuite le parti radical valoisien, et animèrent son aile gauche, celle des “jeunes Turcs”. Pierre Mendès France fréquenta sans doute lui aussi le GUSDN, mais peut-être après l'entrée de René Pleven dans la vie active. Il semble que les deux hommes ne firent connaissance que beaucoup plus tard à Londres14.

18Cette expérience militante compta peut-être dans le choix du positionnement politique dans la mouvance radicale (UDSR-RGR) du futur député de Dinan alors que le général de Gaulle le poussait à rejoindre le MRP naissant. Elle traduit en tout cas un engagement précoce, en faveur de la cause européenne, du futur initiateur de la communauté européenne de défense. En outre, en 1923, le GUSDN était dirigé par un conseil central et un bureau de six membres composé de quatre hommes et de deux femmes: l'une d'elle, secrétaire du bureau avec Robert Lange s'appelait Anne Bompard. La jeune étudiante en droit épousa quelques mois plus tard un autre militant du GUSDN, un certain René Pleven.

19Si le militantisme pour la paix et le rapprochement entre les nations orienta la vie sentimentale de l'étudiant, ils lui permirent aussi de rencontrer un peu plus tard Jean Monnet, secrétaire général adjoint de la SDN.

20Politiquement, René Pleven dit se situer au début des années 1920 dans la mouvance du Briandisme. Comme beaucoup de jeunes gens de sa génération traumatisés par la Grande guerre, il met ses espoirs dans la politique de négociations et de réconciliation incarnée tout au long des années 1920 par “l'apôtre de la paix”, le Nantais Aristide Briand. Le républicain catholique n'est à aucun moment tenté par la gauche marxiste, socialiste et encore moins communiste. Il se situe déjà au centre de l'échiquier politique.

Service militaire et préparation du doctorat en Droit

  • 15 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.

21Licencié en Droit à 19 ans, en 1920, René Pleven s'attela à une thèse de doctorat tout en travaillant au ministère des Finances. Mais pour ce fils d'officier, de la classe 1921, le temps des obligations militaires était venu pour deux ans. Brillant étudiant et fils de Saint-Cyrien, la jeune recrue fut affectée avec le “modeste grade” de caporal à l'état-major du maréchal Pétain dans un bureau au Conseil de la guerre15. N'ayant demandé qu'un sursis de 6 mois, à une époque où une classe d'âge était incorporée en bloc, on ne savait pas très bien que faire de lui.

22Le hasard ou l'appartenance familiale ( ?) firent bien les choses, permettant à René Pleven de poursuivre les recherches pour sa thèse à Paris.

  • 16 Lacouture (Jean), De Gaulle 1. Le rebelle, Le Seuil, 1984, chap. 6, L'impérator, p. 131-133.

23En effet, le vainqueur de Verdun s'était mis en tête vers 1921 d'entreprendre une œuvre littéraire en dressant une sorte de bilan de la guerre qui devait servir à une refonte de l'armée. Ce serait un bon moyen de conforter sa popularité en attendant de succéder à Foch à la tête de l'armée française. À cet effet, Pétain s'entoura d'officiers, commandés par son chef de cabinet le colonel Laure et par son chef d'état-major, le colonel Duchêne, un ami du père de René Pleven... Cette équipe d'hommes de talent formait, selon Jean Lacouture, “une formidable équipe de “nègres” car le maréchal n'était guère porté vers l'écriture”16. Avec d'autres, le caporal Pleven participa à ce travail d'histoire immédiate dans un bureau mansardé du 4 bis du boulevard des Invalides à Paris, au siège du Conseil supérieur de la guerre. Dans des conditions intéressantes, l'appelé Pleven eut donc une tâche de “sous-nègre” au service de celui qu'il allait combattre vingt ans plus tard. Cette étude devait être reprise en 1924, d'après une lettre du maréchal au colonel Bouvar: ”...je voudrais bien reprendre maintenant ma première ébauche du travail initial dans lequel les événements de 1917 figureront pour une partie et qui pourrait prendre comme titre “le soldat à travers les âges”...“. Et c'est pour mener à bien ce projet, qui n'aboutit jamais, que Pétain aurait fait venir près de lui le capitaine de Gaulle comme “porte-plume”, selon Jean Lacouture.

24Dans cette optique, en 1921-1923, René Pleven devait dépouiller des archives de l'année 1917, notamment celles du contrôle postal. Le vainqueur de Verdun souhaitait alors publier un ouvrage sur les mutineries de 1917.

  • 17 L'histoire. 14-18 : Mourir pour la patrie, n° 107, janvier 1988, Jean-Pierre Azéma, “Pétain et les (...)
  • 18 Pedroncini (Guy), Les mutineries de 1917, PUF, 1967.
  • 19 Les conseils de guerre rendirent 35 000 arrêts dont 554 condamnations à mort, 50 exécutées, 1 381 (...)

25L'affaire était d'envergure, car après la désastreuse offensive Nivelle du 16 avril 1917 sur le “Chemin des Dames” (40 000 morts et 90 000 blessés en trois jours), le mécontentement gagna des soldats exténués et écœurés par des offensives toujours plus meurtrières et inutiles17 Entre Reims et Soissons, 30 000 à 40 000 poilus firent une sorte de “grève de la guerre”18. Le 11 mai 1917, le général Pétain prit le commandement du front Nord-Est, rétablit l'ordre et réprima vigoureusement les mutins19. Il améliora la condition des poilus et mit en place une stratégie d'usure de l'adversaire avec le minimum de pertes. Pétain conforta son image de chef “réaliste”, ce qui en fit l'un des grands vainqueurs de la guerre. Publier des ouvrages sur ces thèmes à partir du travail de ses subordonnés était un bon moyen d'entretenir cette popularité.

  • 20 Émission-entretien avec René Pleven sur Radio-Pays de Rance, Dinan, 17 octobre 1982. L'enregistrem (...)

26En 1921, René Pleven fut présenté au capitaine de Gaulle, professeur à Saint- Cyr et protégé de Pétain. Il était loin d'imaginer qu'il lierait son destin à cet officier inconnu dans des circonstances tragiques. 60 ans plus tard, l'ancien caporal et apprenti historien se souvint de cette première rencontre en ces termes : “Un personnage de très grande taille, très haut, enveloppé plus qu'habillé d'un imperméable qui flottait autour d'un corps très maigre. Le capitaine de Gaulle, avec beaucoup de bienveillance, m'a interrogé sur ce que je faisais, sur la méthode que je suivais, il l'a approuvée et quand il a quitté mon bureau en me serrant la main, le colonel Duchêne m'a dit: “Voyez-vous Pleven, j'ai voulu que vous puissiez vous dire plus tard que vous avez serré la main à quelqu'un qui serait l'un des grands chefs de l'armée française”20. Anecdote prémonitoire assurément. Le chemin des deux hommes se croisera à nouveau à Londres en 1940. Mais pour Pleven, Charles de Gaulle n'était plus un inconnu: il connaissait les thèses du théoricien de l'arme blindée d'autant mieux qu'il avait lu ses ouvrages dans les années 1930.

  • 21 Entretien cité du 8 avril 1989.
  • 22 Pleven (René), Les ouvriers de l'agriculture anglaise depuis la guerre, thèse de doctorat de droit (...)

27Durant son service militaire, notre jeune recrue travailla à sa thèse de droit sous la direction du doyen Souchon, professeur d'économie rurale. Son directeur de thèse lui proposa d'étudier la politique sociale du gouvernement Lloyd Georges à travers la situation des ouvriers agricoles d'Angleterre pendant et après la guerre21. Dans l'avant-propos de sa thèse imprimée, René Pleven rend hommage au doyen Souchon décédé au moment de la soutenance. ”M. Souchon nous reçut, selon sa manière affectueuse et simple, nous interrogea, et consentit immédiatement à nous guider22.

28Pour mener à bien ses recherches, il bénéficia aussi de la “bienveillance” du maréchal Pétain en personne. Sur sa recommandation, le jeune homme obtint une bourse pour un séjour de cinq semaines à Londres. Il y séjourna dans un hôtel particulier de la fondation Rothschild réservé aux doctorants. Ce fut son premier contact avec la Grande-Bretagne.

  • 23 Lottman (Herbert R.), Pétain, Le Seuil, 1984, p. 570 et 587.
  • 24 Décret publié au Journal officiel du 27 janvier 1942.

29On peut imaginer qu'un demi-siècle plus tard, devenu garde des Sceaux de Georges Pompidou, René Pleven se souvint de ce premier séjour londonien placé sous les auspices de Pétain. En octobre 1972, il fut saisi par maître Isorni d'une requête en révision du procès en Haute Cour du Maréchal. La réponse qui engageait le gouvernement dans un dossier épineux fut éminemment politique. Non seulement le ministre de la Justice refusait que l'avocat consultât le dossier Pétain aux Archives nationales pour y chercher “des faits nouveaux” autorisant une révision, mais il considéra que le jugement rendu relevait d'une Haute Cour “à la fois exceptionnelle et souveraine“ qu'on ne pouvait pas remettre en cause. ”À travers elle, c'est la nation qui juge“ et donc ”En ce domaine, il n'est pas d'autre révision que l'Histoire"23. Pour comprendre aussi ce refus, il faut rappeler qu'entre temps René Pleven avait été déchu de la nationalité française avec dix autres Français libres par un décret du 24 janvier 1942 signé de Philippe Pétain, chef de l'État français24.

Le docteur en droit

  • 25 Entretien cité du 8 avril 1989

30Le jeudi 11 décembre 1924, René Pleven soutint sa thèse intitulée Les ouvriers de l'agriculture anglaise depuis la guerre en faculté de droit de l'université de Paris. Le jury présidé par le professeur Rolland décerna la mention très honorable au candidat qui aurait pu envisager de préparer l'agrégation de droit. Mais, en ce milieu des années 1920, la carrière universitaire n'offrait que des débouchés extrêmement limités surtout lorsque le patron de thèse avait disparu. De plus, René Pleven était plus attiré par le concours de l'inspection des Finances qu'il avait déjà tenté25.

31Dans l'avant-propos de sa thèse qui porte sur la politique d'amélioration des salaires des ouvriers agricoles de Grande-Bretagne, René Pleven écrit: “Nous avons voulu que le mérite de ce travail, s'il en avait un, résidât dans son objectivité”. De manière novatrice l'auteur analyse la première expérience d'interventionnisme d'un État développé dans le monde rural à la faveur de la guerre, puis l'abandon de cette politique sociale. Il appelle à des études comparatives avec d'autres pays européens. Dans les années 1950, il pourra comparer concrètement cette politique britannique avec la situation française et bretonne lorsqu'il prendra en charge la politique de modernisation des campagnes de l'Ouest.

32À partir d'une bibliographie et de sources exclusivement en anglais, l'ouvrage s'articule autour de 12 chapitres. Les chapitres 1 et 2 présentent un marché du travail agricole dominé en 1914 par la grande propriété foncière (125 000), et analysent les déplorables conditions de vie des 700 000 salariés agricoles d'Angleterre et du pays de Galles qui favorisent l'exode rural. Dès 1913-1914, Lloyd Georges alors chancelier de l'Échiquier a déposé des projets de loi garantissant les salaires des ouvriers gricoles. La guerre rend la question du ravitaillement cruciale surtout avec la guerre sous-marine “à outrance” des Allemands en 1917. “L'agriculture, si négligée jadis, devient du jour au lendemain, pour le Cabinet britannique, une industrie de guerre essentielle...” (p. 51). Formé en 1916, un comité présidé par Lord Selbourne préconise en janvier 1917 une politique résolument interventionniste pour stimuler les producteurs en créant des offices de salaires ou Wages boards.

33Ces propositions aboutissent au vote du Corn production Art le 23 février 1917 (prix garantis pour les fermiers, salaire minimum pour les ouvriers). René Pleven étudie la mise en place de ces divers organismes en 1917 (chap. 4) et leurs incidences financières et sociales (chap. 5 à 7). Mais le système ne fonctionne réellement qu'à la fin de la guerre, ce qui se traduit par une forte augmentation des plaintes ouvrières, en général réglées à l'amiable. Selon l'auteur “le patronat rural s'est soumis plus facilement qu'on aurait pu l'imaginer, à l'état de choses nouveau” (p. 114).

34Autre incidence de ces réformes: “le développement du mouvement syndical” dans les campagnes avec l'appui du Labour party (chap. 8). De 10 000 syndiqués avant guerre, l'Union nationale des travailleurs agricoles est passée à 300 000 sur les 700 000 ouvriers agricoles en juillet 1920. Et en 1919, ces syndicats d'orientation révolutionnaire réclament même une “nationalisation complète du sol”. Mais en pratique, c'est la modération qui l'emporte car plusieurs chefs syndicaux ont été élus députés et le mouvement ouvrier n'a pas trop intérêt à soutenir des revendications qui augmenteraient le coût de la vie. René Pleven, favorable aux réformes selon “son appréciation personnelle” (chap. 10), en conclut que les syndicats jouent un rôle modérateur: “Ainsi, le mouvement syndical, loin d'introduire dans la vie campagnarde, les sentiments haineux de la lutte de classe, semble favoriser, au contraire, l'établissement de relations cordiales entre les entrepreneurs et leurs collaborateurs” (p. 127).

35Remarquons que le vocabulaire utilisé dans cette conclusion est révélateur de la philosophie politique réformiste de l'auteur qui, en qualifiant la lutte de classes comme l'expression de “sentiments haineux”, rejette toute explication marxiste des rapports sociaux. De même, la désignation des salariés comme des “collaborateurs” des “entrepreneurs” c'est-à-dire du patronat, est aussi significative de cette philosophie libérale et de concertation que René Pleven appliquera durant sa carrière politique.

36Mais cette politique économique et sociale efficace pérennisée par l'Agriculture Bill de 1920 (chap. 9), est remise en cause dès 1921 avec le Repeal Bill. La grave récession venue des États-Unis a provoqué l'effondrement des cours des céréales. Dès lors, les prix ne sont plus garantis par l'État : “On a rarement vu dans l'histoire parlementaire britannique volte-face si complète et si prompte” écrit l'auteur. Il dresse un bilan positif des commissions de salaires mais il en souligne une application trop rigide dans les petites et les moyennes exploitations (p. 146-147), récusant les accusations de partialité du Wages Board ou sa responsabilité dans l'essor du chômage. Ce système supprimé en juillet 1921 a réellement permis d'améliorer le sort des ouvriers agricoles anglais.

37Ensuite la politique des comités de conciliation dans les campagnes sur le modèle des mines en 1923-1924 n'empêche pas la chute des salaires, les grèves et la détérioration des conditions de vie.

38Le chapitre de “conclusion”, insiste sur les conséquences sociales de cette nouvelle politique qui pousse à l'exode rural. Si la briéveté de l'expérience n'a pas amélioré les conditions de logement ou d'éducation des ouvriers agricoles, elle a permis une réduction de la durée du travail, conquête définitive, et un essor du mouvement syndical grâce à cette intervention de l'État. Mais l'État, s'il a cherché “à résister aux forces économiques” pour “améliorer le sort des travailleurs“ ne peut modifier ”de façon durable les salaires, à moins de prendre en main toute la vie économique”, ce qui serait trop onéreux. Et René Pleven de conclure sa thèse ainsi : “Mais, à notre avis, ni salaire minimum ni Wages Board, ne pourront contrecarrer l'évolution qui tend à réduire chaque jour le nombre des ouvriers de l'agriculture anglaise”. Une analyse lucide donc, qui a bien mis en évidence les avantages et les limites de l'interventionnisme de l'État dans le cadre d'une économie capitaliste ; des débats auxquels il sera intimement mêlés avec Mendès France à la Libération. René Pleven s'est forgé une philosophie politique à travers son étude.

  • 26 Entretien cité et lettre de Mme Andlauer du 20 novembre 1989.

39Docteur en Droit, mais ayant échoué au concours de l'inspection des Finances à deux reprises (en 1924 et 1925) sans jamais être admissible compte tenu du très faible nombre de postes, René Pleven se “retrouvant sur le sable” avait déjà dû trouver un travail26. Ces deux tentatives traduisent un vif intérêt pour la haute fonction publique, mais il lui faut prendre un autre chemin. Des relations nouées dans les milieux parisiens pendant ses études vont déterminer la vie sentimentale et familiale de René Pleven et l'orienter vers les affaires après quelques travaux alimentaires. Les années parisiennes ont été fructueuses pour la formation intellectuelle, politique et spirituelle du futur homme politique.

Notes

1 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.

2 Histoire du Maroc, op. cit., chap. 22 et 23.

3 Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Fayard, 1988, chap. xix.

4 Entretien cité du 8 avril 1989.

5 Duroselle (Jean-Baptiste), op. cit., p. 718.

6 Entretien cité du 8 avril 1989

7 Sirinelli (Jean-François), Génération intellectuelle. Khâgneux et Normaliens dans l'entre-deux- guerres, Fayard, 1988, p. 27.

8 Vincent (Gérard), Sciences-Po. Histoire d'une réussite, Paris, Orban, 1987 et Hélène Coulonjou, “Sciences-Po : l'école des chefs“, L'histoire, n° 116, novembre 1988, p. 52-57.

9 Sirinelli Jean-François), op. cit., chap. viii, “Le Quartier latin dans les années 1920”.

10 Sans cacher les divergences qui les opposèrent pendant la guerre d'Algérie, René Pleven déclara à l'AFP le 28 janvier 1983 : “Quiconque a connu Georges Bidault et travaillé avec lui, sait qu'il fut un homme dont la rigueur intellectuelle et morale, la foi en la France, le courage, le talent ont honoré et continueront à honorer sa génération”.

11 Entretien téléphonique avec Mme Françoise Andlauer du 10 décembre 1992.

12 Ibid., informations aimablement communiquées par Gilles Le Beguec et catalogue cité de l'exposition René Pleven, p. 7

13 Le Beguec (Gilles), “Le groupement universitaire pour la société des nations (1922-1939) ”, Provinces Contemporaines, n° 1, 1990, Limoges, p. 33-48. Nous tenons à remercier Pascal Plas qui nous a transmis cette étude.

14 Entretien de René Pleven avec Odile Rudelle du 7 décembre 1984 pour le colloque Mendès France et le mendésisme. L'enregistrement est conservé à l'Institut d'histoire du temps présent- CNRS, Paris.

15 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.

16 Lacouture (Jean), De Gaulle 1. Le rebelle, Le Seuil, 1984, chap. 6, L'impérator, p. 131-133.

17 L'histoire. 14-18 : Mourir pour la patrie, n° 107, janvier 1988, Jean-Pierre Azéma, “Pétain et les mutineries de 1917”, p. 80-85.

18 Pedroncini (Guy), Les mutineries de 1917, PUF, 1967.

19 Les conseils de guerre rendirent 35 000 arrêts dont 554 condamnations à mort, 50 exécutées, 1 381 aux travaux forcés et à la détention

20 Émission-entretien avec René Pleven sur Radio-Pays de Rance, Dinan, 17 octobre 1982. L'enregistrement nous a été aimablement communiqué par M. Carlo, professeur d'histoire et de géographie. Dans son ouvrage cité, Jean Lacouture qui a aussi recueilli ce témoignage, paraît situer la rencontre du capitaine de Gaulle et de René Pleven en 1925, lorsque le futur général fut appelé auprès de Pétain. En réalité, elle eut lieu plus tôt, en 1921, l'année où de Gaulle enseigna l'histoire militaire à Saint-Cyr, ainsi que René Pleven nous l'a confirmé.

21 Entretien cité du 8 avril 1989.

22 Pleven (René), Les ouvriers de l'agriculture anglaise depuis la guerre, thèse de doctorat de droit, Paris, Jouve et Cie éditeur, 1924, 183 p. in 8. Un exemplaire est conservé à la bibliothèque de droit de Rennes. Cote 91439.

23 Lottman (Herbert R.), Pétain, Le Seuil, 1984, p. 570 et 587.

24 Décret publié au Journal officiel du 27 janvier 1942.

25 Entretien cité du 8 avril 1989

26 Entretien cité et lettre de Mme Andlauer du 20 novembre 1989.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540