Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Première partie. Construire le lien politique entre monarchies constitutionnelles et empire

Consacrer l’Empereur : les plébiscites par acclamation du Second Empire

Juliette Glikman

Texte intégral

  • 1 Persigny V. F. de, « Circulaire sur les élections législatives de 1863 », 8 mai 1863, Le Duc de Per (...)
  • 2 Granier de Cassagnac A., Histoire de la chute du roi Louis-Philippe, de la République de 1848 et du (...)
  • 3 Escodeca de Boisse J.-A. d’, Hommage à Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français, Paris, Impri (...)

1« C’est dans la chaumière du peuple que [l’Empire] a été enfanté1 », rappelle Persigny, ministre de l’Intérieur, en 1863. Le Second Empire, un système plébiscitaire ? En fait, la perception césarienne de la monarchie impériale reste très largement une recréation postérieure à Sedan. En effet, Napoléon III se méfiait d’un fondement issu exclusivement des urnes, système susceptible de céder aux entraînements d’une multitude versatile. Certes, la dynastie se vante de son origine plébéienne, et se félicite d’un gouvernement « sorti des entrailles » du peuple, origine qui lui confère une « assiette plus large et plus grande qu’aucun autre régime2 ». Mais ce gouvernement populaire n’a nullement pour source unique les approbations de décembre 1851 et de novembre 1852. L’assise nationale ne peut se satisfaire de brefs moments électoraux. « La voix de la patrie3 » dispense ses verdicts à travers une relation immédiate et empathique à l’égard du prince. Ce processus de désignation, dont les contours fluctuants dépassent largement la sanction électorale, participe pleinement de la légitimation héréditaire. La logique de l’adhésion emprunte des canaux multiples qui font sens par leur addition, dans une valorisation de l’acclamation dotée d’une dimension providentielle : application au sens propre de la formule appropriée par l’idée impériale, Vox populi, vox Dei.

Vox populi... Des acclamations à valeur prophétique

Voir le prince : les attraits du voyage souverain

  • 4 Archives Nationales (désormais AN), O5/176, Loire, Pétition des pères de famille et des ouvriers l (...)
  • 5 Ollivier E., L’Empire libéral : études, récits, souvenirs, Paris, Garnier frères, t. XII, 1895-1918 (...)
  • 6 Rosanvallon P., Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 19 (...)

2L’Empire, monarchie représentative adaptée aux exigences des temps démocratiques, a pour contrainte de présenter ses titres de mérite à l’affection générale. En effet, le régime puise sa légitimité « dans l’amour du peuple4 ». Une logique fusionnelle est mise en œuvre : si l’empereur n’absorbe pas la totalité des volontés pour les canaliser au service de la société, c’est la nature même du régime qui serait compromise. La coïncidence entre le gouvernement impérial et les attentes de la France fonde le droit dynastique. Louis-Napoléon « comprend la France comme la France le comprend », il va au-devant des vœux de son pays. Or les périodes électorales, plébiscites et élections législatives, sont insuffisantes pour témoigner de l’intensité de ce face-à-face. Napoléon III aurait confié en 1869 que le plébiscite était « la ressource suprême des mauvais jours, le dernier moyen de salut5 » afin de surmonter des temps heurtés. De 1851 à 1870, la période est ponctuée de trois plébiscites, même si l’ambiguïté nimbe les élections législatives, sorte de reconduction tacite de l’appel au peuple. Or, le souverain doit prouver qu’il détient en permanence l’amour de la nation, dans un accord exprimé quotidiennement. Cette immédiateté entre le peuple et son dirigeant explique la valorisation des formes acclamatives, qui attestent d’une communion directe avec le pays. Loin d’être considérées comme marginales, ces modalités participent de l’expression souveraine. Les républicains ont placé le suffrage universel au cœur de leur philosophie6 ; les napoléoniens intègrent le vote à l’éventail d’autres manifestations. Les actes acclamatifs, monuments éphémères, gestes de louange et autres adresses, empruntent aux aspects classiques de la révérence monarchique, mais leur portée est renouvelée par le droit de suffrage.

  • 7 Granier de Cassagnac A., Souvenirs du Second Empire, deuxième partie, Paris, E. Dentu, 1881, p. 148
  • 8 Laurent F., Voyage de Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français dans les départements de l’est (...)

3Ainsi, le voyage officiel entrelace les multiples fils de la légitimité napoléonienne, l’exaltation de la référence démocratique, l’attachement envers le souverain, les souvenirs nostalgiques envers le Premier Empire, la foi dynastique. Loin d’être un intermède festif, il rend visible le vote, l’éclaire et le confirme. C’est le cas du voyage entrepris en septembre-octobre 1852 par Louis-Napoléon. L’Empire existe de fait à l’issue de ce tour de France. Granier de Cassagnac s’attarde longuement à décrire « l’ouragan impérialiste » qui emporte les pas du prince-président, entraîné par la venue de ces « millions de bourgeois, de paysans, de vieillards, de femmes et d’enfants qui [...] sortirent comme de sous terre, inondant les routes et les villes7 ». Et Louis-Napoléon de commenter à son arrivée à Toulouse, « le peuple a fait la brochure ». L’engagement des foules, vanté par les hagiographes, sert à exalter le parcours glorieux de la majesté triomphante. L’image du peuple se portant au-devant de son élu est célébrée à l’envi. Lors de l’entrée à Poitiers, le 14 octobre 1852, la foule est frappée d’une « commotion électrique » à la vue du « sauveur de la France ». La ville a été pavoisée d’aigles, de lettres « N » couronnées, d’inscriptions « Vox populi, vox Dei ». La mise en scène valorise l’élan qui exalte « le sauveur de la France, le pacificateur des partis8 ». Le spectacle équivaut à un couronnement, inscrivant de fait les Napoléon dans la lignée des dynasties ayant régné sur la France.

  • 9 AN, O5/208, Deux-Sèvres, Allonne, 5 octobre 1852.
  • 10 Laurent F., Voyage de Sa Majesté Napoléon III..., op. cit., p. 1.

4L’acclamation précède et prolonge le vote, tout en rassemblant bien au-delà du cercle des 9 millions d’électeurs. D’ailleurs, certaines adresses rédigées en 1852 à l’instigation des municipalités vantent l’adhésion de toute la population, sans distinction de sexe : « Que pourrions-nous vous dire que n’aient déjà dit 20 millions de voix avant nous ? Oui ! la France vous proclame son sauveur9 », se félicite un conseil municipal des Deux-Sèvres. Le voyage de 1852, prémice de l’Empire, « a révélé la France à elle-même. Il a donné une formule à la volonté nationale. C’est de là que date la forme définitive du gouvernement10 », s’extasie le chroniqueur du périple. L’hagiographie met l’accent non sur l’éblouissement des fêtes officielles, mais sur la chaleur spontanée des populations accourues au-devant du cortège. Quelques mois après le périple du couple impérial dans l’ouest de la France, en 1858, dans un espace réputé jusqu’alors fidèle aux Bourbons, un magistrat de la cour impériale de Paris apprécie la valeur de ces célébrations à l’aune d’une validation électorale :

  • 11 Chaix d’Est-Ange G., Les Devoirs du magistrat, Paris, Boisseau et Augros, 1858, p. 12.

« Dans ces voyages qui sont pour [l’empereur] des triomphes, d’unanimes acclamations, comme un nouveau suffrage universel, le suivent et le consacrent11. »

  • 12 Davons A., Voyage de l’Empereur en Normandie et en Bretagne, Paris, Chez l’auteur, 1858, p. 19.

5« L’ovation sans précédent », qui enracine le devenir dynastique dans le fief de la chouannerie, a pour effet de « sceller dans le profond des cœurs les bases de la dynastie napoléonienne12 ». Le voyage rassemble les cœurs, dans des débordements affectifs qui entrent en résonance avec les sentiments les plus intimes.

  • 13 Poulain-Corbion J.-M., Récit du voyage de Leurs Majestés l’Empereur et l’Impératrice en Normandie e (...)
  • 14 Pharaon F., Voyage impérial dans le nord de la France (26-27-28-29-30 août 1867), Lille, L. Danel, (...)

6Le peuple célèbre sa souveraineté, incarnée à travers le prince, par une acclamation qui revêt la valeur d’une élection. Indice significatif, l’affluence est comptabilisée comme des bulletins seraient additionnés. Près de Lyon, en 1852, le prince se porte seul au-devant de 10 000 ouvriers. Les villages alentours auraient été désertés pour jouir du bonheur de l’entrevoir. Parfois, les estimations frôlent l’évaluation fantaisiste. Ainsi, un auteur s’émerveille à l’occasion de l’arrivée à Brest, en 1858, de la « fourmilière de populations » qui accueille le couple impérial13. À Caen, en 1858, une foule de 100 000 personnes serait venue saluer l’empereur et l’impératrice. Le spectacle permanent dans lequel baignent ces apparitions contribue à leur succès : feux d’artifice, fêtes nautiques, feux de Bengale, jeux d’eaux, illuminations en tout genre attisent l’affluence. L’étalage des joies signale l’adhésion nationale, dans une surenchère de « fêtes du patriotisme14 », expression utilisée à l’occasion du voyage à Lille. L’empereur détient son pouvoir à la suite de la délégation du peuple, et cet attribut est apprécié à la faveur de ses apparitions. L’ardeur des manifestations paraît le meilleur gage de sincérité d’une opinion qui peut désormais faire et défaire les grands de la terre.

L’acclamation, une seconde élection

  • 15 AN, O5/144, Ain, Mantenay, 17 octobre 1852.
  • 16 Chautard L., La Démocratie napoléonienne, 27 janvier 1852.

7L’attrait du pouvoir tient d’une double source : le suffrage et l’acclamation. Nulle échelle de valeur entre un cri fervent et une adresse votée solennellement en conseil municipal, sur incitation du préfet. À l’automne 1852, des conseils municipaux inaugurent leur séance en décernant avec solennité à Louis-Napoléon le titre d’empereur, dans un élan d’enthousiasme qui passe outre le processus institutionnel. Cette adhésion institue un Empire de fait, avant même la ratification des urnes. Ainsi, les habitants d’une commune de l’Ain s’enorgueillissent, par la plume de leurs commettants, d’avoir « dès les premiers jours des temps difficiles [...] voté, par acclamation, pour le Glorieux nom de Louis-Napoléon15 ». Si cris et adresses revêtent une dimension civique qui serait l’expression du choix des électeurs, le vote, évalué à travers son caractère acclamatif, est rapproché de l’« ovation16 ».

  • 17 Troplong R.-Th., Documents historiques relatifs au rétablissement de l’Empire. Rapport sur le sénat (...)

8La ferveur des foules concentrées sur le passage du Prince-Président et les vœux prononcés en faveur du rétablissement de l’Empire s’équivalent. L’émotion ressentie à la vue du prince est appréciée à la hauteur d’un « plébiscite anticipé17 », expression confortée par des gestes dont la droiture ne serait pas biaisée par les palabres de la campagne électorale. En effet, cette dynamique est d’autant plus valorisée qu’elle s’exprime sans la médiation de l’écrit, alors que le maniement du bulletin suppose une démarche qui impressionne les populations illettrées. Le conseil municipal de la commune de Roquefort témoigne de ce décalage entre la transparence avouée des ralliements et leur difficile communication :

  • 18 AN, O5/175, Landes, Roquefort, 31 octobre 1852.

« Le 10 décembre 1848, notamment, les hommes illettrés, pour ne pas être trompés par les bulletins qu’on leur remettait, avaient compté qu’il fallait vingt deux lettres pour ceux qui portaient votre nom18. »

  • 19 Rosanvallon P., La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Ga (...)
  • 20 Troplong R.-Th., Documents historiques relatifs au rétablissement..., op. cit., p. 19-20.

9À l’inverse, les manifestations d’enthousiasme dessinent la trajectoire héroïque d’un Napoléon « couronné par la main du peuple ». La sincérité du mouvement n’est jamais mise en doute. Peu importe si, en 1852, le ministre de l’Intérieur, Persigny, avait largement incité les préfets à grossir les rangs. D’ailleurs, les actes de gratitude des conseils municipaux sont autant de rappels de la modestie des racines dynastiques. Les acclamations festives, l’envoi d’adresses, les actes de louange, l’élévation d’arcs de triomphe ou les dessins d’éloge ne sont pas assimilés à des résurgences empruntées à l’Ancien Régime, accusé de cantonner les sujets dans un statut subalterne19. Ces formules d’adhésions participent à l’exclamation de la « pensée nationale », source originelle de l’Empire. C’est d’ailleurs l’argument invoqué par Troplong lors de la présentation du sénatus-consulte proposant le rétablissement de la dignité impériale : les vœux émis par les communes de France ont restauré l’Empire comme forme politique, avant même l’initiative des sénateurs et la ratification issue des urnes. « Le sentiment public » et « l’instinct populaire20 », mystérieuse qualité détenue de façon innée, se combinent, anticipant la sanction légale apposée par le sceau plébiscitaire.

La vertu rédemptrice des vœux napoléoniens

  • 21 Renault B., Histoire de Napoléon III, Empereur des Français, Paris, R. Ruel, 1853, p. 23.

10Les différents modes d’exclamation populaire n’ont pas pour unique effet de proclamer l’Empire, mais ils ont également pour bénéfice de régénérer la nation. À ce titre, ils sont rapprochés d’un véritable « baptême21 ». L’Empire rompt le fil d’une tentative qui, du Directoire à la IIIe République, visait à maîtriser la force anarchique du nombre par la désignation d’une élite dépositaire de sagesse. Tout au contraire, le vote napoléonien, placé du côté de l’empathie et non de la distance raisonnée, témoigne de l’endurance de conviction du peuple. « L’élan spontané des populations » a pour siège le cœur. La sensibilité est un guide plus sûr que la raison, aisément pervertie par des arguties abstraites. L’Empire ne saurait être confondu avec un régime né de passions versatiles ou d’emportements temporaires. Les ralliements sont dotés du mérite d’être continus sur le siècle et universels dans le pays :

  • 22 AN, O5/144, Ain, Leboissey ( ?), sans date (1852).

« Il n’y a pas une commune, pas le plus humble village, qui ne vous adresse l’assurance de son dévouement, l’expression de ses vœux pour le rétablissement de l’Empire22. »

11Ce caractère unanime, reconduit depuis 1804, est doublé d’une validité morale, attestée par la diversité des vecteurs de l’adhésion. La vertu publique est conduite par l’authenticité des sentiments, qui doit s’étaler au grand jour. La souveraineté populaire ne peut être résumée au dogme de la majorité. Le décompte des voix ne suffit pas à régler le problème de la légitimité. L’approbation électorale est un élément nécessaire, mais d’autres impératifs lui sont adjoints afin d’en attester la clairvoyance. Par ses ralliements, exprimant son repentir des errances passées, le peuple s’approprierait les valeurs bénéfiques de la démocratie heureuse :

  • 23 Chautard L., La Démocratie napoléonienne, 27 janvier 1852.

« La nature de ce peuple travailleur [...] finit toujours par comprendre, guidée qu’elle est par son âme généreuse, que sous les utopies subversives que des écrivains, égarés par les passions aveugles, savent revêtir de prisme décevant, se cachent le cataclysme qui tue les nations, et la barbarie qui renverse les lois et la famille23. »

  • 24 AN, O5/190, Morbihan, Vannes, 26 octobre 1852.
  • 25 Idem.
  • 26 AN, O5/187, Meuse, Mondrecourt, 2 octobre 1852.
  • 27 AN, O5/176, Loire, Assailly, 25 octobre 1852.
  • 28 AN, O5/193, Oise, Bazicourt, 16 octobre 1852.

12Le 2 décembre, la société a été préservée d’une dévastation menaçant d’installer la nation dans la détresse la plus absolue. Triomphant du crime, affranchissant les « âmes de cette anarchie morale qui les opprimait en les dégradant24 », Louis-Napoléon met en place les conditions du salut, ramenant « les populations dans des idées d’ordre et de moralité25 ». À ce titre, il surgit en homme providentiel qui a repris une société proche de s’abîmer. Son règne purge la nation des éléments corrompus ; son ascendant « ramène aux sources du bien, en achevant de purifier la génération actuelle des passions anarchiques, des instincts révolutionnaires26 ». Une adresse rédigée en 1852, attribuée aux ouvriers des usines sidérurgiques de Jackson frères, exprime la conviction que « les utopies sociales sont le fléau de l’atelier et la misère pour l’ouvrier27 ». L’hérédité, fondée sur l’assentiment démocratique, établit un âge de prospérité qui profite aux plus humbles. Le ralliement fervent envers le prince témoigne moins de l’autonomie populaire que d’une entreprise de contrition de la part de foules compromises par les « commotions politiques28 ». L’approbation en faveur de l’hérédité certifie la conversion du peuple aux bons principes codifiant la société, respect de la propriété, soutien à l’ordre, défense de la religion, soumission à l’autorité familiale... Le prince est gage de salut puisqu’il propage la rigueur morale, foudroyant les méchants et protégeant les bons :

  • 29 Diffre L., Frédéric Bastiat. Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée, Toulouse, A. Rat (...)

« Le principal devoir des rois est de réprimer les entreprises des membres du corps politique contre le corps lui-même29. »

13Peut-on confier le droit de suffrage à une populace rebelle à l’ordre ? Peut-on concourir vertueusement au gouvernement de la société, si l’on est soi-même la proie d’une « démoralisation subversive » ? Le peuple modérateur est formé des mêmes éléments qui alimentent la multitude capricieuse, prompte à s’embraser. Dotée d’une qualité curative, la geste acclamative acquiert une vertu régénératrice qui permet de purger les classes populaires de leur penchant insurrectionnel :

  • 30 Renault B., Histoire du gouvernement de Louis-Napoléon et proclamation de l’Empire français, Paris, (...)

« Toutes les populations laborieuses de nos campagnes et de nos ateliers, sur lesquelles les factions de toute couleur espéraient s’appuyer pour agiter encore une fois le drapeau sanglant des révolutions [...], se sont subitement transformées en force conservatrice30. »

  • 31 AN, F70/60, N.-B.-J. Dubaret, Mes Adieux. Au bataillon, le 2 octobre (1852) à 9 heures du matin.
  • 32 Diffre L., Frédéric Bastiat..., op. cit., p. 5.

14À l’instar du vote, qui transmue « la mauvaise blouse » en « bonne blouse31 », le cri de « Vive l’empereur ! » participe à la réification morale de l’électeur. En contrepartie, les éléments suspects sont exclus de la communion générale, alors qu’une voie de rédemption est offerte à ceux qui auraient été temporairement égarés par les « utopies les plus décevantes32 ». Il relève du devoir du gouvernement de comprimer les embryons de désordre :

  • 33 AN, O5/210, Tarn-et-Garonne, Albefeuille-Lagarde, 30 octobre 1852.

« Prince ! Votre sainte mission est loin d’être encore terminée. La lave anarchique que nous aimions à croire éteinte bouillonne encore menaçante au fond de l’horrible cratère33. »

15Explication grossière destinée à s’inscrire durablement au service de l’ordre – une thématique similaire est réemployée en mai 1871, au moment de la répression de la Commune de Paris.

  • 34 Granier de Cassagnac A., « Discussion du projet de loi pour la fixation du budget des recettes et d (...)
  • 35 Louis Ch., Le Vote du 20 décembre et ses résultats. Le président. Les assemblées. La presse, Paris, (...)

16Le vote comme l’acclamation en faveur de l’hérédité, attestant de la vertu du grand nombre, étayent des valeurs conservatrices. Non seulement politique et éthique ne sont pas dissociables, mais la morale guide l’action publique. « La religion, la famille, la société sauvée », tels sont les motifs de gratitude34. Au contraire, les partis « démagogiques » sont rejetés du côté de la vilenie. D’où la certitude d’un peuple imprégné des enjeux de sa décision, qui justifie le ralliement de « la population saine, honnête et laborieuse35 ». Le perfectionnement moral de la nation acquiert une valeur normative qui lui permet de s’abstraire du droit positif au profit d’un droit naturel supérieur : respect de la conscience religieuse, soumission à l’autorité familiale, acceptation des hiérarchies sociales. Ces causes premières sont complétées par un agrégat d’idées disparates, qui intègrent orgueil national, libre-arbitre du peuple, respect de la propriété, restauration de la puissance publique, préservation de l’égalité civile... Au-delà de la force brutale du nombre, la notion de « capacité électorale » persiste, permettant d’évaluer la justesse du ralliement à travers ses implications morales.

Vox Dei... La source providentielle de l’autorité impériale

L’établissement d’une dynastie désignée par « la grâce de Dieu »

17Comment l’Empire ressuscité pourrait-il se contenter d’une banale approbation humaine ? L’ascendance divine est seule en droit d’apporter la sanction définitive, restreignant la part du hasard :

  • 36 Guyho C., Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée, le 3 novembre 1855, Amiens, Duval e (...)

« La société, et par conséquent le Pouvoir, sans lequel aucune société ne saurait exister, ni même se comprendre, n’ont pas été originairement faits de main d’homme36. »

  • 37 Après les ruptures introduites par la Révolution, la pratique religieuse progresse au cours du deu (...)

18Dans un pays comme la France, où le catholicisme resta religion d’État jusqu’en 1830, le pouvoir monarchique ne peut s’abstraire de la religion. D’autant que la foi bénéficie au milieu du siècle d’une singulière reconquête37. La pensée politique s’évertue à combiner deux principes. D’une part, la souveraineté populaire place l’action du gouvernement sous le jugement permanent des citoyens. D’autre part, le principe conservateur, suggéré par l’hérédité, fait de l’obéissance un devoir sacré. La désignation revêt un sens qui outrepasse les bornes de la compréhension humaine, et engendre un résultat prodigieux, révélation d’un message transcendant. Suivant cette logique, l’élection n’est pas l’instrument de l’émancipation du corps des citoyens ; elle est le produit de la détermination providentielle. La dynastie, issue de l’urne électorale, se place sous la tutelle de la Providence, et l’élection est le canal par lequel l’autorité, revêtue du sceau de l’évidence, s’impose à tous. Les citoyens instaurent, par leur consentement, une légitimité démocratique fondée sur le souffle divin :

  • 38 Trois-étoiles, Le Premier des titres du chef actuel de la dynastie napoléonienne ou la Providence e (...)

« Ô mon pays ! Tu le vois clairement, la dynastie napoléonienne, dont Napoléon III est actuellement le chef, est non seulement une dynastie nationale, mais elle est, avant tout, une dynastie providentielle, puisqu’elle a pour elle la voix de Dieu, plus encore que la voix du Peuple38. »

19La loi des hommes et la Grâce divine sont les étais du trône impérial :

  • 39 Bardèche C., Hommage à Sa Majesté Napoléon III au sujet de l’Exposition universelle, sans lieu, Rem (...)

« Jouis, France, réjouis-toi,
L’homme que tu aimes a trois Pouvoirs,
Trois noms, trois nombres, il peut porter
Et plus de mille qualités [...]
La voix du peuple est la voix de Dieu39. »

  • 40 Guyho C., Discours prononcé à l’audience..., op. cit., p. 7.

20Si l’autorité échappe à la contingence, la désignation acclamative n’en conserve pas moins sa justification. Elle illustre l’entendement de la volonté divine par le peuple. « L’assentiment national » est le « signe visible qui en notifie à tous la légitimité40 », l’imposant aux consciences les plus récalcitrantes. Le système électif restaure le principe d’autorité tout en affirmant sa perméabilité aux desseins providentiels, mais l’élection n’est pas l’unique signe qui témoigne de l’onction divine de l’autorité temporelle. L’obéissance aux lois, la prospérité économique et la foi dynastique concrétisent la compréhension par le peuple de l’essence divine du pouvoir :

  • 41 Diard H., De la chute et du rétablissement du principe d’autorité. Discours prononcé le 8 novembre (...)

« Un Prince que la France, dans sa détresse, avait acclamé pour chef, a constitué ce gouvernement, avec l’assentiment du pays ; et à l’instant la confiance a succédé à l’inquiétude, l’ordre a ramené le crédit et la sécurité, et le découragement général a fait place à la prospérité publique41. »

  • 42 Ibid., p. 36.

21Sous l’effet de cette désignation, le souffle impérial est revêtu d’une influence miraculeuse : il dissipe les mauvaises pensées, évacue les humeurs malignes. L’exclamation populaire équivaut au reniement des erreurs du passé et engendre le pardon des fautes. Le débat public se serait altéré au contact de mauvais penchants, orgueil, vanité, égoïsme, démesure. À l’opposé, la foi en la dynastie serait la panacée, « instrument de salut de nos discordes civiles42 ». Les enjeux politiques sont traduits à travers des termes moraux tels que répression et pureté, pardon et repentir, égarement et droiture, crime et vertu :

  • 43 Blanc A., À S. M. Napoléon III. Le deux décembre ou les démagogues, Paris, Guillois, 1853, p. 12.

« Puisque que la voix du peuple est la voix souveraine,
Puisqu’il peut à son gré se forger une chaîne,
Ou se doter de liberté ;
Puisqu’on veut aujourd’hui qu’il soit chef de l’empire,
Puisque déjà pour lui frémit plus d’ une lyre,
Puisqu’on l’appelle Bien-aimé !
Qu’il marche droit au but ! [...]
Il faut que la vertu redescende sur terre,
Que le crime effrayé jette au loin sa bannière,
Que l’or se purifie à l’épreuve du feu43. »

22Les thuriféraires de l’autorité impériale se livrent à des exégèses complexes de la formule vox populi, vox Dei :

  • 44 Ravailhe L., Essai sur les lois providentielles et les principes du droit divin déduits de ces lois (...)

« Tous les pouvoirs viennent d’en haut, mais la voix du peuple est la seule preuve d’une mission divine pour le pouvoir suprême. [...] La voix du peuple est donc la voix de Dieu, et lorsque cette voix appelle une famille à gouverner les autres, elle ne fait que manifester un choix que le Tout-Puissant avait déjà fait44. »

23La célébration souveraine magnifie une fidélité proche du sentiment religieux, les voyages s’apparentent à des pèlerinages, la vue du prince appelle au recueillement. Morny, recevant Napoléon III et Eugénie à Clermont en 1862, formule l’approche officielle des actes de louange :

  • 45 CormontCh.-L., Voyage de Leurs Majestés Impériales en Auvergne, Clermont-Ferrand, P. Hubler, 1862, (...)

« Parmi ces populations laborieuses, vivant paisibles au cœur de la France, le sentiment napoléonien n’est pas une opinion, c’est un culte ; la foi politique y revêt presque le caractère de la superstition45. »

  • 46 AN, O5/193, Oise, Choqueuse, 12 octobre 1852.
  • 47 Trois-Étoiles, Le Premier des titres du chef..., op. cit., p. 46.

24Loin d’être le produit de la contingence humaine, le pouvoir issu de l’acclamation populaire conjugue égalité civique et démocratie, sans tolérer aucune entorse à la vérité divine et aux lois morales. De façon significative, Louis-Napoléon est qualifié par certaines adresses d’« élu du peuple qui donne le Droit », de « protégé de Dieu qui donne la Force46 » : désignation acclamative et fondation providentielle se confortent. L’œuvre populaire ne crée pas le souverain, mais l’identifie par le vote et l’intronise par ses ovations : « Dieu tourna le cœur du Peuple vers Louis-Napoléon pour en faire un Empereur47. »

25D’où la dimension nécessairement ostentatoire des témoignages d’adhésion, destinés à rendre visible l’apothéose impériale. La voix du peuple, guidée par les instincts généraux d’une nation épurée de ses mauvais penchants, dévoile les décrets de la divinité. Le gouvernement est le produit de l’émancipation des peuples, mais l’autorité relève essentiellement du don divin. La ferveur unanime désigne moins son favori qu’elle n’admet son titulaire prédestiné :

  • 48 Dubois A., De l’autorité ou du droit et du devoir dans la société, Paris, Vaton, 2e édition 1855, p (...)

« Le droit primitif de l’autorité, le droit divin, appartient à tous, et reste suspendu [...] entre Dieu et l’homme, jusqu’au moment où les suffrages d’un peuple l’ont fixé et concentré entre les mains d’un seul48. »

26« Par la grâce de Dieu et la volonté nationale », devise apposée sur les actes impériaux, place l’ordonnancement du pouvoir sous la tutelle des principes chrétiens, même si le peuple détient la capacité d’identifier son représentant. L’adhésion du grand nombre manifeste ouvertement du caractère sacré de l’autorité. Le conseil municipal de la commune de Donzacq détaille dans son adresse l’élaboration complexe d’une légitimité chrétienne, ressentie comme devant tout au peuple et très peu à l’Église :

  • 49 AN, O5/177, Landes, Donzacq, 31 octobre 1852.

« Héritier de l’Empereur, Sauveur de la France, Élu de la Nation entière, votre pouvoir est, à ses yeux, fort d’une triple légitimité. Instrument de la Providence pour la régénération sociale, vous avez compris la grande mission dont vous êtes chargé pour le salut public. C’est un titre de plus à la couronne que vous accepterez selon la volonté de Dieu et le vœu unanime de votre peuple, pour le bonheur de la France et de l’Europe49. »

27L’idéologie officielle tolère pour unique onction l’acclamation populaire, méprisant l’assentiment des puissants et dédaignant les combinaisons partisanes.

Triompher des ténèbres, terrasser le génie du mal

  • 50 AN, O5/156, Cher, Uzay-le-Venon, 16 octobre 1852.

28Les échos de la vox populi concèdent à l’autorité des attributs miraculeux, proche des prodiges réservés à la monarchie de l’âge classique. Le redressement du pays, aussi bien politique qu’économique, est décrit sous les traits du miracle, faisant passer le pays de « l’ordre au chaos, [de] la lumière aux ténèbres50 ». L’initiative du souverain atteste du triomphe du bien sur le mal, du soleil sur la nuit, de la modération sur le trouble des valeurs. Les actes les plus tacticiens, comme les lois d’amnistie de 1859, sont traduits à travers le vocabulaire du pardon chrétien. L’exilé politique revêt les traits du « damné » à qui le souverain promet la rédemption :

  • 51 Balivet P., L’Empereur visitant les inondés de Lyon, Verdun, Lallemant, 1856.

« Dès que vous apparaissez, puissant et secourable,
On se sent moins chétif, moins nu, moins misérable ;
La sécurité naît, le chagrin est banni.
Dès que vous paraissez, vivante Providence,
Tout ce qui souffre, pleure, aime, travaille ou pense
Vous crie ainsi que moi : Sire, soyez béni51 ! »

  • 52 Lecoq A.-M., « La symbolique de l’État. Les images de la monarchie des premiers Valois à Louis XIV  (...)
  • 53 AN, O5/207, Seine-Inférieure, Saint-Georges-sur-Fontaine, sans date (1852).

29L’empereur s’élève contre les calamités ancestrales – disette, inondation, épidémie – comme il a su triompher des troubles politiques. Il apaise les détresses, « miracle » venu du « cœur ». Vainqueur des désordres, il est désigné l’ange gardien de la nation. Napoléon III gouverne aux sentiments, éteint les haines et éveille à l’amour du bien. Il absorbe les vertus du roi capétien, dont la présence était gage de salut52. Cet antique charisme du roi, dont l’apparition fait s’enfuir les nuages, est restitué à travers les éloges du Second Empire, soucieux de montrer une tutelle qui veille à la concorde : « En un instant, vous avez rendu le ciel brillant et fait disparaître le terrible orage qui semblait vouloir nous engloutir53. » Les qualités irradiées par le dépositaire de la puissance publique se manifestent au cours de ses voyages, qui empruntent aux effets bénéfiques, autant que mystérieux, de la présence efficace du roi de l’époque baroque. Les acteurs acquis à la cause napoléonienne observent, évidence qui ne souffre aucune contestation, le surgissement de la lumière sur les pas de Louis-Napoléon. Le soleil dardant des nuages est l’indice révélateur de la présence de l’empereur, qui échappe aux tourments météorologiques (pluie, orages...). Le salut du ciel répond à l’impulsivité des acclamations populaires et à l’accueil empressé des groupes officiels :

  • 54 P. G., La Napoléonienne, cantate dédiée à Sa Majesté l’Empereur, Lyon, 1854.

« Élu du peuple, il fut l’élu du Ciel,
Sur sa devise on lit : Gloire et Patrie !
Le renier c’est nier le soleil,
Lui qui brisa les fers de l’anarchie.
Napoléon tu seras à jamais,
Le seul espoir, l’orgueil du nom français54 ! »

  • 55 AN, F/1CI/134, dossier Corrèze, Sexcles, 14 octobre 1852.
  • 56 AN, F/1CI/134, dossier Corrèze, Saint-Bazile-de-Meyssac, 15 octobre 1852.
  • 57 Lévy J. (candidat rabbin), Ode à Napoléon III, Strasbourg, Berger-Levrault, 1860, p. 4-5.
  • 58 AN, O5/207, Seine-Inférieure, Bourville, sans date (1852).

30Les vertus bénéfiques du toucher impérial s’appliquent, au sens abstrait, en faveur du corps social qui aspire à guérir de ses meurtrissures : « La France gémissait, Prince, dans les douloureuses étreintes du socialisme, et elle était près de défaillir sanglante et mutilée55. » L’inspiration révolutionnaire réduisait la France à l’état d’un corps souffrant. Contre « la plus affreuse des barbaries qui allait déchirer dans sa rage impie » les sentiments du pays, la commune de Saint-Bazille-de-Meyssac juge le Prince-Président seul capable de fermer « l’ère des révolutions » en « séchant les plaies de l’État par l’hérédité du pouvoir56 ». Guérie des « coups cruels », la France respire à nouveau, capable de « se rétablir à l’ombre57 » du bras impérial recélant des vertus prophylactiques. Les adversaires sont d’abord des « égarés », êtres instables et insensés58. L’hostilité politique est traduite par le vocabulaire médical de l’aliénation. L’anarchie serait un poison prêt à s’insinuer dans le corps de la société, alors que la foi impériale épure le cœur de ses fidèles. Sous le regard complice de la divinité, le souverain contribue à protéger l’harmonie, mission qui l’autorise à pardonner, à éclairer, à châtier. Investi par la volonté générale, Louis-Napoléon prodigue réconfort et guérison :

  • 59 Bousquet J., Épître à Sa Majesté Impériale en lui adressant le chant de la naissance du Prince impé (...)

« Ce Prince, en qui le peuple a mis sa confiance,
Lui que Napoléon berça sur ses genoux,
Lui que le Ciel propice a ramené vers nous,
Second libérateur et suprême ressource,
Pour guérir tous nos maux, pour en tarir la source,
Il revient précédé de pardon et d’ oubli :
Et comme par enchantement, l’ordre s’est rétabli59. »

  • 60 AN, O5/158, Côte-d’Or, Corcelles-les-Monts, 28 septembre 1852.
  • 61 AN, O5/144, Ain, Chaley, 9 octobre 1852.
  • 62 AN, O5/189, Moselle, Sarreinsming, 2 novembre 1852.
  • 63 AN, O5/215, Yonne, conseil municipal de Joigny, 21 octobre 1852.

31L’Empire reprend la symbolique du roi rempart contre le mal, victorieux d’animaux monstrueux. Le souverain est décrit terrassant « l’hydre de la révolution60 », « l’hydre de la démagogie61 », « l’hydre de l’anarchie qui avait ouvert sa gueule hideuse et étendu ses griffes sanglantes62 ». L’iconographie le montre foulant chimères et autres gorgones, « capable de lutter contre le monstre sans se laisser éblouir par l’éclat ou l’épouvante de son regard63 ». Éprouvé par Dieu même, il s’expose au sacrifice suprême, apte à terrasser les colosses, ennemis de la nation :

  • 64 Hatton H., Le Chant du peuple, Waremmes, Horemans, sans date.

« L’hydre sanglant menaçait la patrie,
De ses poisons, de flammes, de poignards,
Quand un géant, au péril de sa vie,
D’un bras nerveux brisa ses mille dards
Dieu qui voyait la France vers l’abîme,
Prête à tomber une seconde fois,
Soutint l’effort de courage sublime
De Napoléon trois64. »

32La mise en scène du corps impérial témoigne de l’aptitude du souverain à s’abstraire des sphères purement humaines. Aux côtés des saints et de la Vierge, dont le culte bénéficie alors d’un regain indéniable, le souverain se présente en intercesseur :

  • 65 Montigny Th. de, Ode pour le prince Louis-Napoléon Bonaparte, Mâcon, Dejussieu, 1852.

« Il est son envoyé, gouvernant en son lieu,
Pour que nos cœurs enfin s’ouvrent à l’espérance.
Il sera surnommé
Napoléon-sauveur ;
Son saint sera chômé
En digne rédempteur65. »

  • 66 Expression empruntée à Hazareesingh S., La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 aoû (...)
  • 67 Cabot C., L’Envoyé de Dieu, Paris, Morris et Cie, 1856.

33Comblant l’espace qui sépare la terre du ciel66, l’Empereur joint les deux domaines, dans la construction d’un imaginaire qui en appelle à la croyance et ne dédaigne pas l’irrationnel. L’empereur est consacré « père de la patrie » moins par le vote que par « la clameur publique67 » après avoir témoigné de sa capacité à terrasser le mal.

  • 68 Merveilleux-Duvignaux P.-E., Du spiritualisme dans le droit. Discours prononcé le 3 novembre 1869 à (...)

34La philosophie du règne associe la souveraineté nationale issue de la Révolution et la croyance providentielle héritée de l’Ancien Régime. Renouant avec les obligations du roi très-chrétien, l’empereur est redevable du salut de son peuple en le sauvegardant des nouvelles hérésies, afin d’assurer l’avènement de la Concorde et de la Paix. L’acclamation unanime témoigne de la droiture recouvrée du cœur populaire. L’originalité des institutions impériales réside dans l’alliance entre la force de la multitude et l’inspiration divine, destinée à assurer la sauvegarde du « patrimoine moral68 » du pays, son âme véritable. L’empereur, élu du peuple et délégué de la Providence, s’impose en « prophète élu ».

Notes

1 Persigny V. F. de, « Circulaire sur les élections législatives de 1863 », 8 mai 1863, Le Duc de Persigny et les doctrines de l’Empire, Paris, Plon, 1865, p. 146.

2 Granier de Cassagnac A., Histoire de la chute du roi Louis-Philippe, de la République de 1848 et du rétablissement de l’Empire (1847-1855), Paris, Plon, 1857, 1er volume, p. 143.

3 Escodeca de Boisse J.-A. d’, Hommage à Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français, Paris, Imprimerie impériale, 1852.

4 Archives Nationales (désormais AN), O5/176, Loire, Pétition des pères de famille et des ouvriers laborieux et prévoyants pour le rétablissement de l’Empire, 1852.

5 Ollivier E., L’Empire libéral : études, récits, souvenirs, Paris, Garnier frères, t. XII, 1895-1918, p. 34-35.

6 Rosanvallon P., Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 349.

7 Granier de Cassagnac A., Souvenirs du Second Empire, deuxième partie, Paris, E. Dentu, 1881, p. 148.

8 Laurent F., Voyage de Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français dans les départements de l’est, du centre et du midi de la France, Paris, Simon Raçon, 1853, p. 507-508.

9 AN, O5/208, Deux-Sèvres, Allonne, 5 octobre 1852.

10 Laurent F., Voyage de Sa Majesté Napoléon III..., op. cit., p. 1.

11 Chaix d’Est-Ange G., Les Devoirs du magistrat, Paris, Boisseau et Augros, 1858, p. 12.

12 Davons A., Voyage de l’Empereur en Normandie et en Bretagne, Paris, Chez l’auteur, 1858, p. 19.

13 Poulain-Corbion J.-M., Récit du voyage de Leurs Majestés l’Empereur et l’Impératrice en Normandie et en Bretagne, Paris, Amyot, 1858, p. 77.

14 Pharaon F., Voyage impérial dans le nord de la France (26-27-28-29-30 août 1867), Lille, L. Danel, 1867, p. 109.

15 AN, O5/144, Ain, Mantenay, 17 octobre 1852.

16 Chautard L., La Démocratie napoléonienne, 27 janvier 1852.

17 Troplong R.-Th., Documents historiques relatifs au rétablissement de l’Empire. Rapport sur le sénatus-consulte soumis aux délibérations du Sénat pour demander le rétablissement de l’Empire, Paris, P. Dupont, 1852.

18 AN, O5/175, Landes, Roquefort, 31 octobre 1852.

19 Rosanvallon P., La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 199.

20 Troplong R.-Th., Documents historiques relatifs au rétablissement..., op. cit., p. 19-20.

21 Renault B., Histoire de Napoléon III, Empereur des Français, Paris, R. Ruel, 1853, p. 23.

22 AN, O5/144, Ain, Leboissey ( ?), sans date (1852).

23 Chautard L., La Démocratie napoléonienne, 27 janvier 1852.

24 AN, O5/190, Morbihan, Vannes, 26 octobre 1852.

25 Idem.

26 AN, O5/187, Meuse, Mondrecourt, 2 octobre 1852.

27 AN, O5/176, Loire, Assailly, 25 octobre 1852.

28 AN, O5/193, Oise, Bazicourt, 16 octobre 1852.

29 Diffre L., Frédéric Bastiat. Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée, Toulouse, A. Ratier, 1869, p. 8.

30 Renault B., Histoire du gouvernement de Louis-Napoléon et proclamation de l’Empire français, Paris, R. Ruel, 1852, p. 36.

31 AN, F70/60, N.-B.-J. Dubaret, Mes Adieux. Au bataillon, le 2 octobre (1852) à 9 heures du matin.

32 Diffre L., Frédéric Bastiat..., op. cit., p. 5.

33 AN, O5/210, Tarn-et-Garonne, Albefeuille-Lagarde, 30 octobre 1852.

34 Granier de Cassagnac A., « Discussion du projet de loi pour la fixation du budget des recettes et dépenses de 1854 », 18 mai 1853, Compte rendu des séances du Corps législatif, session 1853, Paris, Noblet, 1853, p. 429.

35 Louis Ch., Le Vote du 20 décembre et ses résultats. Le président. Les assemblées. La presse, Paris, Ledoyen, 1852, p. 5.

36 Guyho C., Discours prononcé à l’audience solennelle de rentrée, le 3 novembre 1855, Amiens, Duval et Herment, 1855, p. 7.

37 Après les ruptures introduites par la Révolution, la pratique religieuse progresse au cours du deuxième tiers du siècle (Boudon J.-O., Caron J.-C., Yon J.-C., Religion et culture en Europe au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. 152-155).

38 Trois-étoiles, Le Premier des titres du chef actuel de la dynastie napoléonienne ou la Providence et Napoléon III, Bordeaux, A. Pérey, 1869, p. 91.

39 Bardèche C., Hommage à Sa Majesté Napoléon III au sujet de l’Exposition universelle, sans lieu, Remquet, 1855.

40 Guyho C., Discours prononcé à l’audience..., op. cit., p. 7.

41 Diard H., De la chute et du rétablissement du principe d’autorité. Discours prononcé le 8 novembre 1852 à l’audience solennelle de rentrée de la cour d’appel de Riom, Moulins, Desrosiers, 1852, p. 3.

42 Ibid., p. 36.

43 Blanc A., À S. M. Napoléon III. Le deux décembre ou les démagogues, Paris, Guillois, 1853, p. 12.

44 Ravailhe L., Essai sur les lois providentielles et les principes du droit divin déduits de ces lois et dédiés aux amis de l’ordre, Albi, Maurice Papailhiau, 1849, p. 95-96.

45 CormontCh.-L., Voyage de Leurs Majestés Impériales en Auvergne, Clermont-Ferrand, P. Hubler, 1862, p. 14.

46 AN, O5/193, Oise, Choqueuse, 12 octobre 1852.

47 Trois-Étoiles, Le Premier des titres du chef..., op. cit., p. 46.

48 Dubois A., De l’autorité ou du droit et du devoir dans la société, Paris, Vaton, 2e édition 1855, p. 55.

49 AN, O5/177, Landes, Donzacq, 31 octobre 1852.

50 AN, O5/156, Cher, Uzay-le-Venon, 16 octobre 1852.

51 Balivet P., L’Empereur visitant les inondés de Lyon, Verdun, Lallemant, 1856.

52 Lecoq A.-M., « La symbolique de l’État. Les images de la monarchie des premiers Valois à Louis XIV », P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II : La Nation, Le Matériel, Paris, Gallimard, 1997, p. 1 217-1 251.

53 AN, O5/207, Seine-Inférieure, Saint-Georges-sur-Fontaine, sans date (1852).

54 P. G., La Napoléonienne, cantate dédiée à Sa Majesté l’Empereur, Lyon, 1854.

55 AN, F/1CI/134, dossier Corrèze, Sexcles, 14 octobre 1852.

56 AN, F/1CI/134, dossier Corrèze, Saint-Bazile-de-Meyssac, 15 octobre 1852.

57 Lévy J. (candidat rabbin), Ode à Napoléon III, Strasbourg, Berger-Levrault, 1860, p. 4-5.

58 AN, O5/207, Seine-Inférieure, Bourville, sans date (1852).

59 Bousquet J., Épître à Sa Majesté Impériale en lui adressant le chant de la naissance du Prince impérial, Paris, L. Tinterlin, 1856, p. 7.

60 AN, O5/158, Côte-d’Or, Corcelles-les-Monts, 28 septembre 1852.

61 AN, O5/144, Ain, Chaley, 9 octobre 1852.

62 AN, O5/189, Moselle, Sarreinsming, 2 novembre 1852.

63 AN, O5/215, Yonne, conseil municipal de Joigny, 21 octobre 1852.

64 Hatton H., Le Chant du peuple, Waremmes, Horemans, sans date.

65 Montigny Th. de, Ode pour le prince Louis-Napoléon Bonaparte, Mâcon, Dejussieu, 1852.

66 Expression empruntée à Hazareesingh S., La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, Paris, Tallandier, 2007, chapitre VII, « L’espace immense qui sépare le ciel de la terre ».

67 Cabot C., L’Envoyé de Dieu, Paris, Morris et Cie, 1856.

68 Merveilleux-Duvignaux P.-E., Du spiritualisme dans le droit. Discours prononcé le 3 novembre 1869 à l’audience de rentrée de la cour impériale d’Angers, Angers, Lainé frères, 1869, p. 48.

Auteur

Université Paris-Sorbonne, CRH XIXe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540