Version classiqueVersion mobile

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Première partie. Construire le lien politique entre monarchies constitutionnelles et empire

Mr Soulé goes to Washington. Itinéraire d’un représentant entre deux mondes, à l’heure de l’avènement du suffrage universel en Louisiane et en France (1844-1848)

Marieke Polfliet

Texte intégral

  • 1 Tocqueville A. de, De la démocratie en Amérique, Paris, Charles Gosselin, 1835, 2e partie, p. 37.

« Chez les peuples où le principe de l’élection s’étend à tout, il n’y a pas, à proprement parler, de carrière publique. Les hommes n’arrivent en quelque sorte aux fonctions que par hasard, et ils n’ont aucune assurance de s’y maintenir... Aux États-Unis, ce sont les gens modérés dans leurs désirs qui s’engagent au milieu des détours de la politique. Les grands talents et les grandes passions s’écartent en général du pouvoir, afin de poursuivre la richesse1. »

  • 2 Keyssar A., The Right to Vote: The Contested History of Democracy in the United States, New York, B (...)

1Cette citation de Tocqueville, extraite de La Démocratie en Amérique, reflète la célèbre observation du caractère « démocratique » de la représentation et du système électoral américain. Cependant, ce constat est essentiellement valable pour les petites communautés rurales du Nord-Est des États-Unis au fonctionnement particulièrement démocratique. En effet, les études récentes du système politique américain de la première moitié du XIXe siècle remettent de plus en plus en question l’idée même d’une démocratisation en profondeur de la société américaine par le seul fait de la diffusion du suffrage universel, en soulignant les limitations du droit de vote tout comme celles du sens à donner aux pratiques électorales, ou encore de la conscience politique du citoyen américain moyen2.

2Le cas de la Louisiane constitue l’archétype des limites des conclusions proposées par Tocqueville : cet État entré dans l’Union en 1812, après avoir été acheté à la France en 1803, a dans un premier temps connu une organisation politique de caractère plus oligarchique que démocratique. La constitution de la Louisiane en vigueur de 1812 à 1845 est fondée sur une représentation fortement censitaire, qui limite le droit de suffrage aux seuls propriétaires (essentiellement fonciers et/ou d’esclaves). La liberté assurée en Louisiane, comme dans le reste des États-Unis, en terme d’opinions, d’expression, d’association, qui fait contraste avec la situation française à la même époque, ne va donc pas de pair, pendant plusieurs décennies, avec le suffrage universel.

3Dans cette période, la Louisiane se situe par ailleurs dans un espace atlantique franco-américain, marqué par le maintien d’un fort apport migratoire français. Émerge alors un personnel politique franco-américain au carrefour entre vie politique française et américaine, dont Pierre Soulé est l’archétype. Ce personnage apparaît, dans la problématique de cet ouvrage, comme l’incarnation des multiples dimensions de la représentation politique. L’épisode électoral se présente dans son cas, sinon comme négligeable, du moins comme secondaire par rapport aux autres traits que prend la représentation. Issu d’une famille de petits notables ariégeois, né en 1801, il s’engage dans les premières années de la Restauration au sein de la presse d’opposition parisienne. Poursuivi pour ses opinions républicaines et anticléricales, il s’exile aux États-Unis et devient un célèbre avocat à La Nouvelle-Orléans, où il s’essaie à la politique en tant que cadre du parti démocrate louisianais dans les années 1840. Contrairement au portrait que fait Tocqueville du représentant américain, il devient un homme politique professionnel tout en ayant fait fortune, et défend des valeurs républicaines dans les affaires publiques françaises comme américaines.

4Le moment que l’on abordera dans cet article est volontairement limité dans le temps, afin d’illustrer les multiples dimensions de l’intermède électoral, entre la première élection de Pierre Soulé à des fonctions publiques en 1844 en tant que représentant à la convention constitutionnelle de Louisiane, et sa seconde nomination en tant que Sénateur des États-Unis en 1849. Les qualités de représentant de Soulé ont cependant été acquises et exercées en dehors du contexte électoral, ou à la marge de celui-ci : ses principaux postes électifs sont issus d’un vote censitaire, ou d’une élection indirecte. Pour autant, Soulé se veut représentant du peuple et avocat du suffrage universel, tant il explore des déclinaisons variées de la représentation : en tant que Français naturalisé installé à La Nouvelle-Orléans, il représente successivement le peuple louisianais dans les institutions de l’État, le peuple américain au Sénat, mais se veut également défenseur des immigrants aux États-Unis, porte-parole du peuple français victorieux lors de la révolution de 1848, voire des peuples européens opprimés, et atteint le sommet de sa carrière en étant nommé – en 1853, au-delà de la période que nous évoquerons – ambassadeur des États-Unis en Espagne, devenant par ce biais représentant à l’étranger de l’État américain.

5Cet itinéraire entre plusieurs univers politiques, français et américain, permet d’explorer les questions qui sont à l’honneur dans cet ouvrage. On s’interrogera sur la nature du lien entre le représentant et ceux qu’il représente, dans la mesure où ce lien déborde le processus de désignation électorale. En quoi la défense du suffrage universel par Soulé lui permet-elle de devenir le porte-parole des sans-voix qui, par définition, ne l’ont pas élu ? On s’interrogera également sur le poids des circonstances, à l’heure de l’émergence des partis politiques en Louisiane, qui lui ont offert, en peu d’années, la possibilité de gravir les échelons de la représentation du niveau local au niveau national.

6On évoquera d’abord le rôle de Pierre Soulé en tant que défenseur du suffrage universel en Louisiane, alors même que sa première fonction de représentant est issue du suffrage censitaire. Parce qu’il estime représenter un peuple bien plus large que celui qui l’a élu, on explorera les fondements de sa popularité et de son lien à la population louisianaise, mais également aux immigrés, notamment français : son itinéraire de citoyen naturalisé, ses fonctions d’avocat, son rôle actif dans la franc-maçonnerie et son engagement comme porte-parole du parti démocrate sont autant d’éléments qui lui assurent une assise populaire large et multidimensionnelle. Enfin, on verra comment sa nomination au Sénat des États-Unis en 1847, pour assurer un mois d’intérim, et son bref passage à Washington, constituent un véritable baptême pour le représentant. C’est au retour de ce mandat qu’il affermit son lien avec le peuple américain tout comme avec les Français vivant aux États-Unis, à travers les banquets et les assemblées publiques qui lui sont dédiés. La concomitance de ces célébrations avec l’avènement de la IIe République en France le consacre en tant que figure nationale incarnant la rencontre d’idéaux républicains franco-américains.

Un représentant des sans-voix : la défense du suffrage universel en Louisiane en 1845

7Lors des débats de la convention constitutionnelle de la Louisiane de 1845, dont l’un des objets principaux est l’extension du droit de suffrage, Pierre Soulé déclare :

  • 3 Rapports officiels des débats de la Convention de la Louisiane, La Nouvelle-Orléans, J. Bayon, 1845 (...)

« Je ne puis oublier qu’avant tout notre gouvernement est dans son essence un gouvernement représentatif, et conséquemment qu’il en faut avant tout venir à se demander quels sont ceux qui doivent être représentés3. »

  • 4 « Dans toute élection de représentants, chaque citoyen des États-Unis, mâle et blanc qui aura alor (...)
  • 5 Sacher J. M., A Perfect War of Politics: Parties, Politicians, and Democracy in Louisiana, 1824-186 (...)
  • 6 (77 délégués démocrates contre 32 whigs et 3 sans affiliations) : Sacher J. M., A Perfect War of P (...)

8Le mandat des députés à cette convention est ambigu : ce sont en effet les électeurs selon les termes de la Constitution de 1812 qui les ont élus, texte qui n’octroie le droit de vote qu’aux propriétaires de terres vendues par le Congrès, ou d’individus payant une taxe de l’État, portant essentiellement sur la propriété foncière et servile4. Cependant, le mandat pour réformer cette constitution est explicite, le référendum de 1843 ayant donné 80 % de oui en faveur de la révision. Des débats ont néanmoins lieu entre les élus à la Convention sur le périmètre de leur mandat, allant de changements marginaux à une réécriture complète5, et c’est ce dernier choix qui est réalisé. Ils y ont été poussés pendant la campagne électorale, moment d’expression de l’opinion : si les deux partis, whig et démocrate, avaient un programme prédéfini – celui du parti démocrate étant explicitement en faveur du suffrage universel et de l’augmentation des postes électifs – suite à l’expression de l’électorat par voie de presse, le parti démocrate abandonne certains éléments de son programme ne trouvant pas de support populaire, comme l’élection du pouvoir judiciaire, alors que les whigs doivent renoncer à restreindre la convention à de simples modifications marginales de la constitution. La victoire démocrate justifie encore la réécriture complète de la constitution6.

  • 7 Bow J. D. B. de, Statistical view of the United States... being a compendium of the seventh census (...)
  • 8 McCormick R. P., “New Perspectives on Jacksonian Politics”, American Historical Review, vol. 65, 19 (...)
  • 9 Il y a alors 19 226 libres de couleur et 23 398 esclaves : les hommes blancs adultes de plus de 20 (...)
  • 10 Abeille de La Nouvelle-Orléans, 2 juillet 1844.

9La Louisiane compte, en 1840, 352 400 habitants dont presque un tiers réside à La Nouvelle-Orléans (102 193) qui est alors la troisième ville des États-Unis7. Compte tenu de l’évolution démographique de la Louisiane, dont la population est multipliée par six entre les deux constitutions de 1812 et 1845, les exclus du suffrage sont de plus en plus nombreux. On estime qu’environ 40 % de la population adulte masculine et blanche a le droit de vote en Louisiane, mais ce taux est moindre pour La Nouvelle-Orléans, d’environ un quart, du fait du nombre d’immigrants non naturalisés, ainsi que d’un nombre de propriétaires limité8. Les restrictions sur le suffrage font que le comté de La Nouvelle-Orléans n’a vu que 5 321 électeurs voter pour l’élection présidentielle en 18409. Lors de l’élection de la convention constitutionnelle, Pierre Soulé, qui se présente pour la ville de La Nouvelle-Orléans, réunit ainsi 1 106 voix10.

  • 11 Freeman A., “The Early Career of Pierre Soulé”, Louisiana Historical Quarterly, vol. 25, 1942, p. 9 (...)
  • 12 La série d’articles intitulée « Le Cardinal et le Capucin » publiée dans Le Nain a été condamnée à (...)

10La position défendue par Soulé lors de la Convention est intéressante, en ce qu’elle se fonde sur son itinéraire migratoire et politique. Républicain de la première heure en France, sa carrière politique a été marquée par des activités subversives en tant que rédacteur au Nain Jaune en 1823, parallèlement à son inscription au barreau de Paris11. Ses écrits contre le gouvernement et l’Église lui valent un procès en 1825, qui se solde par une amende et une peine de prison qui l’incitent à quitter la France, pour la Grande-Bretagne puis les États-Unis où il arrive en 182612. Il est d’abord décidé à rentrer en France après un séjour louisianais ; il écrit à son frère en 1830 :

  • 13 Soulé L., Notice sur Pierre Soulé..., op. cit., p. 22-24.

« Je ne m’arrêterai pas encore ici. Je reparaîtrai sur la scène ou je fis mes débuts. Le temps aura vieilli mon expérience, augmenté ma fortune, sans glacer ni ma tête ni mon cœur13. »

11Il amasse une fortune à la fois par ses succès en tant qu’avocat, mais aussi par ses investissements bancaires et immobiliers. Son retour en France, planifié pour 1837, échoue du fait de la crise bancaire qui touche alors les États-Unis et balaye une partie de sa fortune. Il s’engage alors plus avant dans le combat politique aux côtés des démocrates, dont le credo anti-aristocratique séduit Soulé.

  • 14 Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 109-113.
  • 15 Keyssar A., The Right to Vote..., op. cit., p. 24-25.

12Le début des années 1840 est ainsi en Louisiane un moment de profond changement politique du fait de la composition de l’État qui devient un État d’immigration, et où la pression de la base se fait sentir14. L’enjeu du suffrage universel en Louisiane se cristallise ainsi autour de la question des nouveaux citoyens américains, plus que sur le critère censitaire qui a été majoritairement abandonné dans tous les autres États de l’Union15. Le rôle de Soulé dans la convention est ainsi lié à sa défense d’un électorat encore virtuel, celui des nouveaux immigrants et futurs citoyens des États-Unis. Lors des débats de la convention, Soulé se fait ainsi l’interprète d’un peuple qui ne se limite pas à son millier d’électeurs. Il rappelle :

  • 16 Rapports officiels des débats..., op. cit., p. 82.

« Je me conforme au désir le plus pur du peuple, qui nous a délégué ses pouvoirs afin que nous vinssions nous consulter en son nom sur les grands principes de législation... Je suis [...] convaincu, plus que jamais, que le gouvernement sous lequel nous vivons consacre l’égalité la plus absolue, et qu’il prend sa source dans la volonté de tous, qui ne sauraient en aucun cas dépendre de la volonté d’un petit nombre16. »

13Une mesure proposée par les nativistes consiste à faire attendre les nouveaux citoyens naturalisés deux années supplémentaires avant d’exercer le droit de vote. Soulé, lui-même naturalisé, s’y oppose et rappelle qu’il fut l’un d’entre eux :

  • 17 Ibid.

« J’ai pour vous réfuter une expérience de 19 années de résidence en Louisiane [...], j’ose sans crainte placer le naturalisé à côté du natif, et soutenir qu’avec le même degré d’intelligence le premier n’aura pas grand peine à en savoir bientôt autant que le second... Je dis que toutes les nations civilisées sont au moins égales sous le rapport de l’intelligence, et que mesure pour mesure, l’étranger qui nous vient de ces nations est aussi habile qu’un enfant du sol17. »

  • 18 Freeman A., “The Early Career of Pierre Soulé”, art. cit., p. 1 038.
  • 19 7 367 au lieu de 3 065. Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 310.

14La nouvelle Constitution votée en 1845 entre en vigueur pour les élections de janvier 1846, qui élisent les membres de la Législature et du Sénat de l’État : Pierre Soulé et les démocrates y font une entrée triomphante18. L’effet du changement de règle électorale a triplé le nombre d’électeurs votant pour Soulé, qui l’emporte avec 3 607 votes. Dans le comté d’Orléans, pour l’élection du gouverneur la même année, on compte deux fois plus d’électeurs qu’en 184219. Cependant, l’exercice par Soulé de son mandat électif, et son interprétation bien particulière de sa mission de représentant, nécessite de mettre en avant son rôle dans la période qui a précédé son élection, laquelle explique que son envergure dépasse même les fonctions auxquelles il a été appelé.

En amont du représentant : les sources pré-électorales de la notoriété d’un avocat français, franc-maçon et pilier du parti démocrate

15Soulé, avant même d’occuper des fonctions électives, se fait très souvent porte-parole du peuple, sous des acceptions multiples, que ce soit dans le cadre de son activité juridique, de ses affiliations maçonniques ou de son adhésion au parti démocrate. Sa place d’orateur dans des assemblées politiques et de porte-parole des candidats de son parti, associée à son métier même d’avocat qui en fait un représentant des intérêts de sa clientèle, lui a donné une très importante assise populaire dans la décennie qui précède ses prises de fonction officielles en tant que représentant de la Louisiane, puis des États-Unis.

16Arrivé à La Nouvelle-Orléans en 1826, il se forme à l’anglais et au droit local, qui présente de fortes similarités avec le droit français, le Code civil louisianais ayant été rédigé sur le modèle du code Napoléon. Il bénéficie du patronage de Louis Casimir Moreau Lislet, juriste réfugié de Saint-Domingue, rédacteur du code civil de la Louisiane et figure centrale du monde juridique de La Nouvelle-Orléans. À ce titre, il intègre grâce à ses talents d’orateur le groupe des avocats à succès de la ville. Outre sa défense des particuliers, il s’illustre au nom d’une certaine conception du bien public en devenant le défenseur d’instances locales, telles que le conseil des marguilliers de la paroisse Saint-Louis en 1842, ou de la municipalité de La Nouvelle-Orléans en 1844.

  • 20 Le 5 septembre 1842 a lieu une nouvelle élection des marguilliers, pour laquelle Le Bon Sens appel (...)
  • 21 Séance du 8 août 1842, Conseil des Marguilliers de l’Église Saint-Louis, Schisme de l’Église Saint (...)
  • 22 Séance du 23 août 1812, Conseil des Marguilliers de l’Église Saint-Louis, Schisme de l’Église Sain (...)
  • 23 Loewenstein L. J., History of the St Louis Cathedral of New Orleans, New Orleans, Times Democrat, 1 (...)

17En 1842 en effet, un conflit oppose les laïcs gestionnaires de la cathédrale Saint-Louis aux instances catholiques : en effet, à la mort du curé de la paroisse, l’évêque d’origine française de La Nouvelle-Orléans nomme un nouveau curé sans consulter les paroissiens. Les marguilliers, qui sont élus par ces paroissiens et sont majoritairement d’origine française, se posent en représentants de la « société civile20 » de La Nouvelle-Orléans et entrent alors en conflit avec l’évêque, lui reprochant des pratiques anti-démocratiques. Ils l’accusent d’avoir « méconnu l’opinion publique en nommant à un emploi aussi important qu’est celui de Curé de la Cathédrale un ecclésiastique dont le nom est à peine connu de la masse de la communauté21 ». Par ailleurs, le curé choisi est un Français non naturalisé et les marguilliers lui reprochent de « [mépriser les] institutions » démocratiques, en ne reconnaissant « d’autre autorité que celle du souverain du pays dans lequel il a pris naissance22 », c’est-à-dire Louis-Philippe. La situation qui s’envenime, par voie de pamphlets mais aussi d’affrontements physiques, débouche sur un combat judiciaire : Pierre Soulé, connu dès le début de sa carrière pour son antipathie vis-à-vis de l’institution catholique, se fait naturellement le défenseur des marguilliers dans le procès qui remonte jusqu’à la cour suprême de Louisiane23. Bien que les marguilliers perdent le procès, la présence de Soulé du côté du peuple symbolise la fracture croissante entre les hiérarchies traditionnelles et les évolutions démocratiques réclamant une capacité d’auto-gouvernement, y compris dans les affaires religieuses.

18La municipalité nomme par ailleurs des avocats pour la défendre dans les contentieux auxquels elle pourrait être exposée ; un journal rédigé par un Français de La Nouvelle-Orléans, Le Tocsin, loue en 1844 les qualités de Soulé à représenter la municipalité :

  • 24 Le Tocsin, 25 avril 1844.

« P. Soulé a plus, si nous pouvons ainsi parler, que des droits à la nomination faite le 22. Il a tant et si souvent défendu le faible contre le fort, il a tant et si souvent opposé à l’arbitraire ses convictions profondes et sa parole puissante que nous ne comprenons pas comment les whigs eux-mêmes n’avaient point confié la défense de la municipalité à ce célèbre avocat24. »

  • 25 The Historic New Orleans Collection, Étoile Polaire Records, Registre de L’Étoile Polaire, 17 nove (...)
  • 26 Howard Tilton Memorial Library, Tulane University, Freemasons records, MSS 895, Tableaux de L’Étoi (...)

19Soulé bénéficie en outre du parrainage de Moreau Lislet pour prendre une place éminente dans la franc-maçonnerie louisianaise, particulièrement marquée par l’influence française en raison de l’apport au début du siècle des réfugiés de Saint-Domingue, et renforcée après 1815 par l’arrivée d’opposants français à la Restauration puis à la monarchie de Juillet. L’Étoile Polaire, loge fondée en 1794 et qui réunit les notables créoles et français de La Nouvelle-Orléans, offre ainsi à Soulé une occasion d’ascension : il prend la tête en 1833 de la loge écossaise25, qui accueille de façon privilégiée les réfugiés politiques libéraux venus d’Europe. Le processus de nomination des officiers de la loge est électif ; il est élu Vénérable de la loge en 1833 et devient en même temps officier de la Grande Loge de Louisiane26.

  • 27 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, La Nouvelle-Orléans, 340PO/D/1, Lettre de Barbier Gru (...)

20De plus, sa notoriété s’accroît encore notamment parmi les Français de la ville par son engagement, conformément aux vertus prônées par la franc-maçonnerie et la philanthropie, dans la création d’une société française de bienfaisance dans le contexte de l’épidémie de fièvre jaune qui sévit en 1841. Il en prend la présidence en 1848, et sa notoriété dépasse alors l’Atlantique : la famille d’un ouvrier originaire d’Arras, arrivé à La Nouvelle-Orléans en 1849 mentionne que ce dernier « fait partie d’une société fraternelle établie dans la ville dont le président est français, je crois que c’est le plus fort avocat de La Nouvelle-Orléans, [et] sénateur de la Louisiane27 ».

  • 28 « Dans les assemblées des élections l’orateur pour la démocratie a été l’avocat Soulé de Toulouse, (...)

21Enfin, il fait ses premières armes au sein du parti démocrate et dès l’élection du gouverneur de 1834, il est l’orateur principal du candidat démocrate contre le candidat whig, lui aussi représenté par un avocat venu de France, Étienne Mazureau28. Les observateurs créditent Soulé d’un talent oratoire supérieur. À l’époque où les partis politiques se consolident à l’échelle nationale et finissent par structurer la vie politique des États, on observe néanmoins, du fait du caractère restreint de l’électorat, la persistance du jeu des personnalités et des interconnaissances, qui l’emportent encore sur les affiliations partisanes. Pour autant, lorsque se développent les nominations de candidats par les partis, ces mêmes candidats ne font pas encore campagne pour eux-mêmes : d’autres en sont chargés pour leur compte. C’est ce qui explique que de 1834 à 1844, Pierre Soulé se fasse d’abord une réputation comme orateur du parti démocrate sans être pour autant candidat.

22Parce que Soulé incarne par ses fonctions d’avocat le défenseur du faible et du bien public, et par la franc-maçonnerie et la philanthropie le tenant des idées libérales et de la bienfaisance, il façonne sa popularité et sa notoriété et s’assure ainsi de son succès auprès de la part francophone de la population de La Nouvelle-Orléans. Mais sa réussite en tant qu’homme d’affaires, son habileté juridique et oratoire, et sa capacité à s’imposer comme un pilier du parti démocrate lui offrent une dimension au sein de l’État qui dépasse la ville, et expliquent ses victoires en 1844 et 1846. Cependant, la notoriété locale ne suffit pas à faire le représentant à l’échelle nationale : son accession à Washington est ici bien plus affaire d’intrigues partisanes que de légitimation démocratique. C’est alors la fonction qui semble faire le représentant.

Le Sénat fait le représentant : l’intermède sénatorial, fondement de la figure politique nationale franco-américaine

  • 29 Tocqueville A. de, De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 34.

« Lorsque vous entrez dans la salle des représentants à Washington, vous vous sentez frappé de l’aspect vulgaire de cette grande assemblée [...] À deux pas de là s’ouvre la salle du Sénat, dont l’étroite enceinte renferme une grande partie des célébrités de l’Amérique. [...] Ce sont d’éloquents avocats, des généraux distingués, d’habiles magistrats, ou des hommes d’État connus. Toutes les paroles qui s’échappent de cette assemblée feraient honneur aux plus grands débats parlementaires d’Europe. D’où vient ce bizarre contraste ? [...] L’une et l’autre cependant émanent du peuple, l’une et l’autre sont le produit du suffrage universel [...], je ne vois qu’un seul fait qui l’explique : l’élection qui produit la Chambre des représentants est directe ; celle dont le Sénat émane est soumise à deux degrés29. »

23Les circonstances qui amènent Pierre Soulé à devenir sénateur des États-Unis sont en effet liées au suffrage indirect mis en avant par Tocqueville, qui renforce là encore le paradoxe d’une assise électorale moins directement fondée sur le suffrage universel que sur son ancrage notabiliaire et partisan. Pour ajouter au paradoxe, la fonction de sénateur que l’avocat français occupe pendant un mois, du 3 février au 3 mars 1847, est une fonction intérimaire, en remplacement du sénateur Alexander Barrow décédé en cours de mandat. Pourtant, c’est l’« intermède sénatorial » entre les fonctions qu’il occupe pendant ce mois de 1847, et le poste qu’il reprend en mars 1849, soit un intervalle de deux ans, qui permet à Soulé d’atteindre le sommet de sa popularité sans qu’il occupe de fonction officielle : son baptême à Washington en a fait un représentant.

24Pierre Soulé est nommé sénateur des États-Unis le 19 janvier 1847 par la Chambre et le Sénat de Louisiane, à la faveur des victoires démocrates qui ont obtenu la majorité dans les deux chambres. Pour autant, le vote de nomination (59 voix, contre 52 à son adversaire whig, dans une assemblée comptant 26 sénateurs et 87 représentants de la Louisiane) reste serré et n’a rien d’un plébiscite. Lors de son arrivée au Congrès, il prononce quelques discours éloquents, notamment au sujet de la guerre contre le Mexique dans laquelle les États-Unis se sont engagés. Le Courrier de la Louisiane, journal démocrate, souligne surtout ses vertus de désintéressement, le désignant comme

  • 30 Courrier de la Louisiane, 4 mars 1847.

« l’homme distingué à qui [la démocratie louisianaise] confère, sans sollicitation aucune de sa part, la plus haute distinction politique à laquelle il pouvait prétendre [...], doué d’un talent assez robuste pour résister à tous les parés que pourraient lui lancer ses amis – voire même pour survivre aux plaisanteries de ses adversaires30 ».

  • 31 Gaillardet F., L’aristocratie en Amérique, Paris, E. Dentu, 1883, p. 209.
  • 32 Ibid., p. 210.

25Il résiste en effet à ce baptême du feu, et en dépit de la courte durée de son mandat, son retour de Washington est triomphal. Il consacre son itinéraire de représentant franco-américain, étant célébré par les communautés françaises qui se trouvent sur son chemin, comme à New York, où il se rend en 1847 et où les Français organisent un banquet à sa gloire31. Il incarne pour eux le Français naturalisé, parti de rien et ayant accédé aux plus hautes fonctions. Au dîner en son honneur à son arrivée à La Nouvelle-Orléans, un toast est porté « à l’homme qui vient de prouver qu’un citoyen naturalisé peut servir et honorer autant l’État qu’un citoyen natif32 ».

26Pendant cet intermède, la dimension française de Soulé prend une nouvelle envergure avec la nouvelle de la révolution de 1848 et la proclamation de la IIe République, qui vient également consacrer le suffrage universel. À cette occasion, Soulé se définit comme citoyen transatlantique, faisant porter sa voix jusqu’en Europe. Il insiste ainsi, auprès des Français de New York qui l’invitent dès lors tous les 24 février à célébrer la révolution, sur son attachement à la France :

  • 33 Lettre de Pierre Soulé aux Français de New York, Washington, 23 février 1851, Courrier des États-U (...)

« Les liens et les obligations qui m’attachent à ma patrie adoptive ne m’ont jamais rendu oublieux de ce que je dois à celle qui me donna le jour. J’ai toujours été fier de me revendiquer d’elle, et je vis heureux de savoir qu’il n’y a rien dans les exigences de la position que j’occupe qui puisse jamais me commander de lui devenir étranger... Quand vous saluerez de vos acclamations de grand cataclysme de février si peu compris et si étrangement calomnié, qui a tant remué le vieux monde et doit finir par le régénérer, souffrez que je [...] joigne mes vœux aux vôtres pour la consolidation et la perpétuité de la grande œuvre qui en est sortie33. »

27Lors des grandes célébrations données à La Nouvelle-Orléans en l’honneur de la nouvelle République française au printemps 1848, il est à la tête de l’organisation des assemblées et banquets successifs, se faisant porte parole de la population « franco-américaine » de La Nouvelle-Orléans, ce vocable désignant la population d’origine française de la ville héritée de la période coloniale, appelée créole, autant que les migrants français naturalisés. Ses discours sont publiés et diffusés dans la presse locale : en particulier, son discours du 14 avril qui rend hommage à la France. Il y fait vœu de républicanisme et de patriotisme :

  • 34 Discours de M. Pierre Soulé à l’Assemblée Publique tenue en l’honneur de la République française, (...)

« Mais si tu accueilles, ô France, les vœux que d’un pôle à l’autre, font pour ta gloire et ton bonheur les hommes libres de tous les pays, tu ne repousses pas l’humble culte de l’exilé, qui sans être infidèle à d’autres devoirs, d’autres amours, n’oubliera jamais que tu es sa mère et que tu fus sa première patrie34. »

  • 35 « Tu ne laisseras pas la Pologne, cette incorrigible complice de ta gloire et de tes grandeurs, ex (...)

28À ce titre, en se présentant comme un « homme libre », il dépasse les frontières nationales pour promouvoir des valeurs universelles. Il en vient ainsi à exhorter la France à un interventionnisme actif pour libérer les autres peuples européens, notamment la Pologne, l’Irlande ou encore l’Italie35.

  • 36 Son mandat de sénateur s’étend du 3 mars 1849 au 11 avril 1853 : Sacher J. M., A Perfect War of Po (...)

29Il a ainsi suffi du bref intervalle de 1847-1848 pour faire de Pierre Soulé une figure politique majeure, dont l’aura de représentant est moins liée à son exercice effectif des fonctions sénatoriales, qu’à la validation a posteriori d’une popularité toujours fondée sur ses talents d’orateur. Les événements de 1848 en France, qui consacrent le succès des idées qu’il défend depuis deux décennies, lui permettent d’être intronisé représentant symbolique des Français vivant aux États-Unis tout en se revendiquant américain patriote. Sa popularité lui vaut une réélection au Sénat en 1849 alors même que le parti démocrate n’est plus majoritaire à la législature de la Louisiane36.

30L’itinéraire de Pierre Soulé, bien qu’empreint de singularité, éclaire plus largement la période de transition politique, en Louisiane comme en France, que constitue la fin des années 1840, lorsque la pression populaire en faveur de formes de représentation démocratique se fait de plus en plus forte. Soulé, parce que sa personnalité et les convictions qu’il avance sont favorables à la promotion de l’égalité des citoyens et de l’universalité du vote, en France comme aux États-Unis, voit une fenêtre d’opportunités s’ouvrir entre 1844 et 1848. Dans cet intermède constitué de fonctions électives de courte durée, il récolte les fruits d’une carrière louisianaise largement axée depuis une décennie sur des formes de représentation en dehors du champ électoral, qu’elles soient associatives, maçonniques, judiciaires ou partisanes. Sa capacité à cultiver une adhésion au pacte civil américain, et un attachement aux mouvements libéraux en Europe, en fait un porte-parole des sans-voix, et des peuples en voie d’émancipation, autant au niveau local qu’au niveau fédéral voire international. Pour autant, les évolutions de la décennie 1850 sont moins brillantes que sa fulgurante ascension : lors d’un séjour en France en 1850, il ne cache pas sa déception vis-à-vis des évolutions de la IIe République et sa méfiance vis-à-vis de Louis-Napoléon Bonaparte. Son investissement dans la campagne démocrate de Franklin Pierce, élu président en 1852, lui vaut un poste d’ambassadeur en Espagne en 1853. Consécration de ses capacités de représentant, devenant l’incarnation de l’État américain, cette fonction révèle alors les limites du personnage. Plus politique que diplomate, il échoue à négocier l’émancipation de Cuba de la domination espagnole, et ses antipathies vis-à-vis du Second Empire se soldent par un duel avec le marquis de Turgot, ambassadeur de France à Madrid, qui lui vaut son rappel en 1853. Un nouvel intermède, bien moins brillant, s’ouvre alors pendant quelques années sous forme de traversée du désert jusqu’à la veille de la guerre de Sécession.

Notes

1 Tocqueville A. de, De la démocratie en Amérique, Paris, Charles Gosselin, 1835, 2e partie, p. 37.

2 Keyssar A., The Right to Vote: The Contested History of Democracy in the United States, New York, Basic Books, 2000; Bensel R. F., The American Ballot Box in the Mid-Nineteenth Century, New York, Cambridge University Press, 2004; Altschuler G. D. et Blumin S. M., Rude Republic: Americans and Their Politics in the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2000.

3 Rapports officiels des débats de la Convention de la Louisiane, La Nouvelle-Orléans, J. Bayon, 1845, p. 82.

4 « Dans toute élection de représentants, chaque citoyen des États-Unis, mâle et blanc qui aura alors atteint sa 21e année et résidé une année avant le jour de l’élection dans le comté ou il se présente pour voter, et qui dans les derniers six mois avant ladite élection, aura payé une taxe d’État, jouira des droits d’électeur [ainsi que tout] citoyen qui aura acquis des terres du Congrès... », article 2, section 8, Constitution ou forme du gouvernement de l’État de la Louisiane, La Nouvelle-Orléans, Thierry, 1812.

5 Sacher J. M., A Perfect War of Politics: Parties, Politicians, and Democracy in Louisiana, 1824-1861, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2003, p. 109-113.

6 (77 délégués démocrates contre 32 whigs et 3 sans affiliations) : Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 109.

7 Bow J. D. B. de, Statistical view of the United States... being a compendium of the seventh census to which are added the results of every previous census, beginning with 1790, Washington, Beverley Tucker, 1854, p. 192.

8 McCormick R. P., “New Perspectives on Jacksonian Politics”, American Historical Review, vol. 65, 1960, p. 288-301.

9 Il y a alors 19 226 libres de couleur et 23 398 esclaves : les hommes blancs adultes de plus de 20 ans sont 23 371 : Compendium of the Enumeration of the Inhabitants and Statistics of the United States, Washington, Thomas Allen, 1841, p. 60-62.

10 Abeille de La Nouvelle-Orléans, 2 juillet 1844.

11 Freeman A., “The Early Career of Pierre Soulé”, Louisiana Historical Quarterly, vol. 25, 1942, p. 970-1 127.

12 La série d’articles intitulée « Le Cardinal et le Capucin » publiée dans Le Nain a été condamnée à la destruction « pour outrages à la morale publique et religieuse, par arrêt de la Cour Royale de Paris, en date du 23 juin 1825, confirmatif d’un jugement du Tribunal de police correctionnelle de la Seine, du 29 avril précédent, condamnant Pierre Soulé, homme de lettres, à 4 mois de prison et 300 fr. d’amende », Le Moniteur Universel, 30 novembre 1825, cité dans Drujon F., Catalogue des ouvrages, écrits et dessins de toute nature poursuivis, supprimés ou condamnés depuis le 21 Octobre 1814 jusqu’au 31 Juillet 1877, Paris, E. Rouveyre, 1879, p. 68-69 ; Soulé L., Notice sur Pierre Soulé, avocat à La Nouvelle-Orléans, Sénateur de la Louisiane à Washington, Lagarde et Sebille, 1901, p. 14-15.

13 Soulé L., Notice sur Pierre Soulé..., op. cit., p. 22-24.

14 Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 109-113.

15 Keyssar A., The Right to Vote..., op. cit., p. 24-25.

16 Rapports officiels des débats..., op. cit., p. 82.

17 Ibid.

18 Freeman A., “The Early Career of Pierre Soulé”, art. cit., p. 1 038.

19 7 367 au lieu de 3 065. Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 310.

20 Le 5 septembre 1842 a lieu une nouvelle élection des marguilliers, pour laquelle Le Bon Sens appelle à « ne [...] pas laisser empiéter le clergé sur le temporel » et à ce que « les marguilliers, aidés de la population catholique, tiennent bon et qu’ils prouvent qu’un intrus ne peut sans être châtié de sa témérité déranger l’harmonie qui doit régner entre les pasteurs et leurs ouailles », Le Bon Sens, 4 septembre 1842.

21 Séance du 8 août 1842, Conseil des Marguilliers de l’Église Saint-Louis, Schisme de l’Église Saint-Louis, Nouvelle-Orléans. Pièces et documents officiels publiés dans la contestation qui a eu lieu entre MM. les Marguilliers et Mgr l’Évêque Ant. Blanc, La Nouvelle-Orléans, s. n., 1842, p. 4.

22 Séance du 23 août 1812, Conseil des Marguilliers de l’Église Saint-Louis, Schisme de l’Église Saint-Louis..., op. cit., p. 5-7.

23 Loewenstein L. J., History of the St Louis Cathedral of New Orleans, New Orleans, Times Democrat, 1882, p. 42-49; Pasquier M., “When Catholic Worlds Collide: French Missionaries and Ecclesiastical Politics in Louisiana, 1803-1845”, O. White et J. P. Daughton (dir.), In God’s Empire: French Missionaries in the Modern World, Oxford, Oxford Universsity Press, 2012, p. 29-45.

24 Le Tocsin, 25 avril 1844.

25 The Historic New Orleans Collection, Étoile Polaire Records, Registre de L’Étoile Polaire, 17 novembre 1833.

26 Howard Tilton Memorial Library, Tulane University, Freemasons records, MSS 895, Tableaux de L’Étoile Polaire.

27 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, La Nouvelle-Orléans, 340PO/D/1, Lettre de Barbier Gruel au consul de France à La Nouvelle-Orléans, Arras, s. d. [1850].

28 « Dans les assemblées des élections l’orateur pour la démocratie a été l’avocat Soulé de Toulouse, dont l’éloquence de ses discours a largement été applaudie, d’après la justice de ses exposés, et celui pour l’aristocratie l’orgueilleux Mazureau, avocat général, dont les talents ne peuvent se comparer » : The Historic New Orleans Collection, Saint Geme papers, MSS 100, Jean Boze à Henri de Saint-Gême, « Suite du bulletin arrêté le 6 et 7 juin 1834 », Folder 240.

29 Tocqueville A. de, De la démocratie en Amérique, op. cit., p. 34.

30 Courrier de la Louisiane, 4 mars 1847.

31 Gaillardet F., L’aristocratie en Amérique, Paris, E. Dentu, 1883, p. 209.

32 Ibid., p. 210.

33 Lettre de Pierre Soulé aux Français de New York, Washington, 23 février 1851, Courrier des États-Unis Édition des steamers européens, 5 mars 1851.

34 Discours de M. Pierre Soulé à l’Assemblée Publique tenue en l’honneur de la République française, Extra de la Chronique, 14 avril 1848.

35 « Tu ne laisseras pas la Pologne, cette incorrigible complice de ta gloire et de tes grandeurs, expirer de rage et de désespoir. [...] Tu ne détourneras pas tes regards de cette Irlande que tient garrotée l’ombrageuse jalousie de ses maitres. [...] Et tu auras plus que d’impuissants soupirs pour cette Italie que ses ennemis n’ont laissée vivre que pour s’en repaître. [...] Puissent les flots du grand fleuve se mêlant à ceux de l’océan, bondir au devant des brises chaudes et amies qui s’élèvent de ces rivages et t’apporter de l’autre côté des mers nos sympathies et nos acclamations ! », discours de M. Pierre Soulé à l’Assemblée Publique tenue en l’honneur de la République française, Extra de la Chronique, 14 avril 1848.

36 Son mandat de sénateur s’étend du 3 mars 1849 au 11 avril 1853 : Sacher J. M., A Perfect War of Politics..., op. cit., p. 146-147.

Auteur

Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search