Version classiqueVersion mobile

René Pleven

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Les années de formation (1901-1939)

Chapitre I. Une famille de tradition républicaine

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le siècle avait un peu plus d'un an lorsqu'au printemps 1901 René Pleven naît à Rennes. Dans sa torpeur provinciale, la capitale bretonne abritait de nombreuses garnisons. Jules Pleven, un jeune officier de 26 ans y était affecté. Il était comblé par la naissance de ce premier fils que son épouse Valérie Andrée Synave venait de mettre au monde, ce 15 avril 1901. Une longue vie de près de 92 années commençait pour ce nourrisson qui serait appelé à participer à l'histoire politique de la France dans des moments difficiles. Mais pour mieux évaluer cette carrière politique, ses orientations et ses évolutions, il convient de préciser les influences et le milieu familial qui ont façonné l'enfant, l'adolescent, l'élève qui fait ses études secondaires avant et pendant la Première Guerre mondiale.

L'enfance rennaise

  • 1 Denis (Michel), Rennes. Berceau de la liberté, Rennes, Éd. Ouest-France, 1989, 280 p.

2Ancienne capitale de la province de Bretagne, siège du Parlement sous l'Ancien Régime, Rennes fut une ville agitée par l'opposition ouverte entre les ordres privilégiés et le Tiers-État lors de la réunion des États de Bretagne à la fin de 1788 et au début de 1789. Le 26 janvier, la Journée des Bricoles et l'affrontement sanglant du lendemain se sont soldés par la mort de deux jeunes aristocrates. Aussi, la cité bretonne a-t-elle pu faire figure au tout début de la Révolution française de “berceau de la liberté”1, avec ses députés bretons — les Lanjuinais, les Le Chapelier... — et leur club breton qui préfigura celui des Jacobins. Plus d'un siècle après, alors que le souvenir de ces événements s'est estompé, René Pleven vient au monde dans une famille de militaires certes, mais de tradition bleue, c'est-à-dire républicaine dans une région où l'Église catholique a une profonde influence et où les aristocrates blancs ont résisté sur leurs terres aux progrès de la République.

  • 2 Meyer (Jean) (s.d.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1984, chap. xi.

3En 1901, Rennes n'a plus qu'une fonction administrative de banale préfecture du département d'Ille-et-Vilaine, vivant davantage de ses activités commerciales alimentées par les campagnes environnantes et de son importante population de fonctionnaires que de ses activités industrielles. Après avoir connu une croissance démographique moyenne depuis le milieu du xixe siècle, la cité qui compte 74 676 habitants logés dans 6 386 maisons au recensement de 1901, paraît beaucoup moins dynamique durant La Belle Époque2.

4La démographie de Rennes est alors caractérisée par une surmortalité générale, notamment infantile, qui est compensée par l'exode rural alimenté grâce à un dense réseau de tramways départementaux. L'activité industrielle rennaise est alors limitée à quelques grandes entreprises dont l'Arsenal, l'imprimerie Oberthür, les ateliers liés à un important nœud ferroviaire, et la fondation en 1899 par des abbés démocrates du journal L'Ouest Éclair. Cette activité s'appuie surtout sur un tissu de petites et moyennes entreprises relevant souvent de l'artisanat, en particulier dans le bâtiment. Mais c'est le commerce, en liaison avec les riches campagnes du bassin de Rennes, qui active une cité où les échoppes tenues par les épouses d'ouvriers ou de cheminots sont nombreuses (plus de 2 000), sans oublier l'important secteur de luxe destiné aux propriétaires fonciers vivant en ville et aux divers rentiers.

5De même, dans la vie quotidienne, magistrats et militaires — Rennes est le siège de la Cour d'appel et de la 10e armée — comptent avec les enseignants. Car de 1886 à 1914, on recense de 4 400 à 5 000 militaires de la 19e division d'infanterie. Parmi eux, se trouve le lieutenant Jules Pleven. En outre, le rayonnement intellectuel de la cité avec ses facultés réunies en université en 1896 et ses nombreux journaux, dépasse largement sa zone d'influence économique. En 1900, la population estudiantine compte 1 590 personnes dont 566 en droit, une faculté à laquelle René Pleven alors domicilié à Laval s'inscrira en 1917, faisant sa première année par correspondance.

6D'ailleurs, lorsque l'enfant René Pleven est en âge d'être scolarisé, de gros efforts ont été accomplis dans les domaines scolaires et universitaires dans le cadre de la lutte pour l'enseignement public. C'est l'œuvre des municipalités républicaines et de la gauche radicale dirigées par Le Bastard (1880-1892) puis influencées par le député Le Hérissé. Alors que les établissements religieux et leurs pensionnats dominent largement l'enseignement secondaire qui scolarise un peu moins de 2 000 élèves vers 1900, les efforts des municipalités de gauche ont permis d'accueillir 5 245 enfants dans les écoles primaires publiques en 1911.

  • 3 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.

7Naturellement, la famille Pleven a inscrit ses deux fils à l'école primaire du Lycée, reconstruit en 1887, et s'ouvrant sur la large avenue qui conduit à la gare et qui s'appelle aujourd'hui l'Avenue Janvier du nom du maire de Rennes de 1908 à 1923. René Pleven a fréquenté le “petit lycée”, c'est-à-dire les classes primaires d'un établissement baptisé Chateaubriand, puis lycée Zola, jusqu'au milieu de la classe de 6e. L'affectation de son père à Laval le fera alors changer d'école 3Ce lycée comme la ville se souviennent encore, à n'en pas douter, de l'affaire Dreyfus, quelques années après la crise boulangiste qui déchira les milieux républicains.

  • 4 Bredin (Jean-Denis), L'Affaire, Julliard-Presses Pocket, 1985, quatrième partie, “La vérité en mar (...)

8En effet, sans doute pour son calme, la ville de Rennes a été choisie pour abriter la révision du procès du capitaine condamné en 1894 à la déportation à l'île du Diable pour une trahison commise en réalité par Esterhazy, un officier protégé par la haute hiérarchie militaire. Le 3 juin 1899, la Cour de cassation a cassé et annulé le jugement inique du 28 décembre 1894 et renvoyé l'accusé Alfred Dreyfus devant le Conseil de guerre de Rennes qui doit le rejuger. C'est la première victoire remportée par les dreyfusards, les Zola, les Clemenceau, les Jaurès...4. L'ancien député de Rennes, Waldeck-Rousseau, est président du Conseil depuis peu, marquant l'évolution vers la gauche du régime républicain, lorsque se déroule, du 7 août au 9 septembre, le nouveau procès dans la grande salle de théâtre du Lycée. À l'extérieur, la situation est très tendue : “Rennes a l'apparence d'une ville assiégée” écrira Mathieu Dreyfus, le frère du prévenu, car les rues environnantes sont bouclées par des troupes à pied et à cheval et près de 200 gendarmes.

9À Rennes, la droite est antidreyfusarde tandis que la gauche éclate : les opportunistes penchent pour Dreyfus mais une partie des radicaux suivant Le Hérissé est antidreyfusarde, ce qui ne l'empêchera pas d'être réélu député en avril 1902 par 59,1 % des Rennais. L'unité de la gauche rennaise ne va se refaire que sur la politique anticléricale de Combes à partir de 1905

  • 5 Histoire de Rennes, op. cit., p. 422-424.

10Cependant, conduits par des professeurs de faculté, les dreyfusards ont mené le combat pour la vérité et la justice en 1898-1899. Le doyen de la faculté de lettres Dottin, un catholique pratiquant qui rompt alors avec l'Église, l'historien Henri Sée, le professeur de littérature allemande Victor Basch qui sera assassiné avec son épouse en 1944 par la Milice lyonnaise, sont bruyamment pris à partie par des étudiants de droite jusque sous leurs fenêtres. Mais s'appuyant sur la Ligue des droits de l'homme et du citoyen et sur l'association des Bleus de Bretagne — un héritage politique revendiqué par René Pleven 45 ans plus tard — les dreyfusards soutenant le gouvernement organisent le 14 juillet 1899 un grand banquet républicain démocratique. Il se tient à l'Hôtel des Trois Marches qui est devenu le quartier général des dreyfusards parisiens pendant le procès5.

  • 6 Sur le déroulement du procès de Rennes, nous renvoyons à Jean-Denis Bredin, op. cit., p. 495-554

11La tension monte encore d'un cran lorsque l'on apprend que l'un des avocats de Dreyfus et d'Émile Zola, Me Labori, a été victime d'une tentative d'assassinat à l'aube du 14 août sur les bords de la Vilaine. Mais malgré l'âpreté de la défense, la réaction de corps de l'armée et le réquisitoire du commandant Carrière aboutissent à une nouvelle condamnation de Dreyfus à dix ans de détention avec des circonstances atténuantes (par cinq voix contre deux)6. Victoire apparente pour l'armée, mais le gouvernement veut en finir avec cette Affaire qui divisait le pays depuis trop longtemps. La grâce présidentielle est accordée à Dreyfus le 19 septembre 1899. Le combat pour sa réhabilitation se poursuivit plusieurs années encore.

  • 7 Elgey (G.), op. cit., p. 310.

12Or, les péripéties rennaises de l'affaire Dreyfus intéressent la famille de René Pleven pour plusieurs raisons. Elles ont sans doute contribué à forger les convictions politiques du jeune homme. Bien des années plus tard, il épousera la fille de Raoul Bompard, le seul magistrat à avoir démissionné pour protester contre la condamnation de Dreyfus7. Mais surtout, son père a été mêlé de près au second procès de Rennes.

  • 8 Toutes les informations sur les origines de la famille proviennent d'un entretien de l'auteur avec (...)

13En effet, en 1899 Jules Pleven classé selon son fils comme officier républicain, fut chargé avec un autre officier polytechnicien de tenir compagnie au capitaine Dreyfus pendant son procès, à la fois pour le distraire, le surveiller et le protéger car on craignait un attentat8. Une des distractions favorites de ces officiers consistait alors à résoudre des problèmes de mathématiques, pendant que l'inculpé était détenu aux arrêts de rigueur à la prison de Rennes ou dans un appartement près de la cathédrale. Le lieutenant Pleven resta ensuite en relation avec la famille Dreyfus d'autant plus qu'il avait signé au cercle militaire une pétition au ministre de la Guerre en faveur du condamné. De tels événements inscrits dans la mémoire familiale, ajoutés à d'autres souvenirs républicains plus anciens, façonnèrent l'éducation politique de l'enfant qui passait ses vacances à Dinan, le véritable berceau de la famille, et à Dinard.

Les racines rurales et bretonnes

  • 9 Ibid.

14La famille Pleven plonge ses racines dans le terroir des Côtes-du-Nord, du moins pour la branche paternelle. Elle est un bel exemple d'ascension sociale en trois ou quatre générations grâce au travail et à la foi dans les mérites de l'instruction9.

15D'abord, une précision sur l'écriture et la prononciation du patronyme : la famille tient beaucoup à l'écriture sans accent de la première syllabe et à la prononciation en {en} et non en {ain} car l'écriture dans ce cas en serait différente.

  • 10 Archives départementales des Côtes-d'Armor (AD C.-A.) 7 E 262 / 15. Quintin.

16Le grand-père de René Pleven est né à Quintin, dans cette cité négociante située à une vingtaine de kilomètres de Saint-Brieuc, presque à la limite du pays gallo et du pays bretonnant. Aux xviie et xviiie siècles, la cité médiévale s'est enrichie grâce au contrôle d'une industrie rurale très florissante des toiles de Bretagne, exportées par Saint-Malo. Mais lorsque Jean-Marie Toussaint Pleven vint au monde le 28 mars 1824 à 9 heures du soir, la crise frappe déjà la traditionnelle industrie des toiles concurrencée par la Révolution industrielle qui démarre dans d'autres régions de France. Cette année-là, 159 actes de naissance ont été enregistrés par le maire Garnier10. Jean-Marie est le fils de Joseph- Jean Pleven, un “propriétaire” âgé de 45 ans et de Jeanne-Marie Cotrel, 33 ans, elle aussi considérée comme “propriétaire” à Quintin. Socialement cette précision est intéressante car elle traduit un certain niveau de richesse dans une ville où les laboureurs, les tisserands et les artisans sont nombreux. Les Pleven n'appartiennent pas à la couche restreinte des négociants. Toutefois, Joseph- Jean Pleven est instruit car il sait écrire et signer d'une belle signature.

17L'arrière-grand père de René Pleven était en fait un laboureur-artisan, à la fois propriétaire et fermier de terres dans une région de petite propriété, et forgeron. Dans cette contrée relativement riche de polyculture où l'élevage était encore peu développé, Joseph-Jean Pleven possédait deux chevaux pour mener son train de culture, aidé de son fils.

18Le jeune Jean-Marie qui avait fait des études, s'intéressa très tôt à la politique dans cette région de Loudéac-Quintin qui avait envoyé au parlement un opposant à la Monarchie de Juillet, l'avocat Alexandre Glais-Bizoin, député républicain des Côtes-du-Nord depuis 1831. Selon le souvenir familial pieusement transmis, à 6 ans, en 1830, son père l'aurait emmené avec lui à Saint-Brieuc à la fête célébrant la chute de Charles x pour voir hisser le drapeau tricolore sur l'Hôtel de Ville. C'est dire si la tradition républicaine et bleue est ancrée dans cette famille, alors que l'influence de la noblesse terrienne, incarnée par les de Robien à Quintin, restait forte dans la région.

  • 11 Lettre de René Pleven à l'auteur du 17 novembre 1984

19Jean-Marie Pleven participa d'ailleurs lui-même aux prémices de la Révolution de 1848, puisqu'il fut l'un des délégués des Côtes-du-Nord à se rendre à pied et en voiture à Paris, pour la campagne des banquets. L'interdiction d'un de ces banquets à Paris, puis son maintien par les opposants républicains, déclencha la Révolution de Février. René Pleven se souvient d'avoir vu dans son enfance la fameuse carte d'invitation de son grand-père11. La famille Pleven s'enorgueillit aussi de compter parmi ses ancêtres, Libéral Préauchat qui fut maire de Morlaix sous la Convention.

  • 12 Minois (Georges) (s.d.), Les Côtes-du-Nord de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d'Angély, Éd. (...)

20Quant à Jean-Marie Pleven, après les espoirs déçus de la Seconde République, la victoire du parti de l'Ordre dans les Côtes-du-Nord en 1849 et l'installation de l'Empire (bien que Glais-Bizoin fut réélu à Saint-Brieuc en 1863)12, il partit s'installer dans la région dinannaise, le futur fief électoral de son petit-fils.

21C'est là, vers la quarantaine, qu'il épousa une demoiselle Eugénie Gombault, issue d'une famille nombreuse d'artisans (peintres en bâtiment et miroitiers), originaire de la région de Cherbourg. Jean-Marie Pleven postula alors pour un poste d'employé municipal comme agent-voyer dans l'importante commune de Ploubalay, non loin de Dinard ; une commune dont le maire M. de Pontbriand faisait de gros efforts pour moderniser l'agriculture et la production de la pomme à couteau dans les riches terroirs du Val de Rance.

  • 13 Histoire des Côtes-du-Nord, op. cit., p. 286-291.

22Le couple eut quatre enfants : trois fils et une fille décédée en bas-âge. Le fils aîné, Charles Pleven fit des études de droit, passa son doctorat, et fut un avocat et militant républicain à Dinan. En 1903, il participa au lancement d'un journal Le Petit Bleu de Dinan — un titre repris 43 ans plus tard par son neveu —, afin de soutenir le nouveau député de la gauche radicale, le docteur Baudet, dans une contrée longtemps dominée par des aristocrates conservateurs… Le docteur Baudet, maire et conseiller général de Caulnes, prenait la relève au cours d'une élection partielle d'un député républicain, le maire de Dinan Jacquemin qui avait battu le député légitimiste sortant en 1889 dans la première circonscription de Dinan, celle du Val de Rance13.

  • 14 Siegfried (André), Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Colin, (...)

23Ce “pays” de Dinan constituait une région politique particulière sur la bordure orientale des Côtes-du-Nord, nettement séparée de la région briochine par un bloc blanc et conservateur au cœur du pays gallo. La sensibilité politique avait évolué depuis les débuts de la Troisième République. En décembre 1875 en plein Ordre moral, le sous-préfet de Dinan en dressait le tableau suivant : “... les campagnes sont conservatrices, la ville centre gauche mais le pays est travaillé par les bonapartistes et les républicains”. Quarante ans plus tard, à la veille de la Première Guerre mondiale, André Siegfried dans son Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, soulignait la curiosité de l'esprit politique de cette circonscription : “Les deux cantons de Dinan et les communes de la côte dans le canton de Ploubalay votent à gauche. Caulnes et Evran, cantons ruraux au fond réactionnaires, se laissent souvent entraîner dans le même sens que Dinan, quand la lutte religieuse n'est pas violente et quand le candidat républicain est populaire. Dans ce “département de Dinan”, on n'est en somme ni radical, ni royaliste”14. Et Siegfried concluait de l'évolution politique du pays gallo que les “gains sérieux de la République” n'étaient notables que dans “le canton semi-marin de Ploubalay”, celui-là même où travaillait le grand-père de René Pleven, tandis que les cantons situés au sud de la ville de Dinan inclinaient tout au plus vers la République.

24C'est dans ce milieu républicain et dans une région où les tenants de la République ne l'ont pas encore emporté, que naquît le second fils de Jean- Marie Pleven, Jules, le 23 octobre 1875. Un troisième fils, Jean, plus jeune, devait quitter la Bretagne pour un emploi dans le commerce au Bon Marché à Paris et être tué le 6 septembre 1916 sur la Somme comme sergent au 47e régiment d'infanterie.

25Lors de la guerre de 1870 contre la Prusse, un fils de la famille maternelle, le sergent Gombault, s'était illustré avec sa compagnie : blessé, fait prisonnier par les Prussiens, interné dans une forteresse bavaroise, il avait été condamné à mort pour tentative d'évasion vers la Suisse mais sauvé in extremis par la signature de l'armistice et une protestation du gouvernement de Thiers. Le combat républicain et les convictions patriotiques ont bercé l'enfance de René Pleven dont le grand-père en vieux “quarante-huitard” avait pris sa retraite à Dinan.

  • 15 Nous n'avons pas la date exacte.

26Avec ses revenus modestes, la famille Pleven avait dû faire des sacrifices pour payer des études supérieures aux deux aînés, des études de droit à Rennes pour Charles, la préparation de Saint-Cyr pour Jules. Ce dernier avait fait ses études au vieux collège de Dinan où il avait obtenu la première partie du baccalauréat, avant d'aller grâce à une bourse, passer la seconde partie en maths élémentaires au lycée de Saint-Brieuc et y préparer l'entrée à Saint-Cyr où il fut admis en 1894 ou 1895 dans la promotion Tananarive15. L'enracinement de sa famille dans les Côtes-du-Nord explique le choix de ce département quand René Pleven chercha une circonscription électorale pour se présenter à la Libération.

Les racines lorraines et lyonnaises

27Par sa mère, Valérie Andrée Synave, née à Saint-Malo le 27 juin 1876, René Pleven a des origines familiales dans l'Est de la France. Les ancêtres de cette branche de la famille ont parcouru les routes de France avant de se fixer dans la région de Dinan, de s'intéresser aux affaires et de connaître une certaine aisance leur permettant d'accéder à la petite bourgeoisie.

  • 16 Poitrineau (Abel), “Le tour de France des compagnons”, L'histoire, n° 119, février 1989, p. 26-33

28À l'origine, on trouve un certain André, de Noménie en Lorraine, issu d'une famille de propriétaires paysans. Après l'école primaire, il avait appris le métier de charron. À la mort du père, on partagea les biens de famille, ce qui donna au jeune homme un important pécule de 30 000 francs qu'il plaça chez un notaire de Dinan quand il décida de se fixer dans cette ville. En effet, le charron André avait entrepris son tour de France dans la grande confrérie du compagnonnage comme des dizaines de milliers de jeunes artisans au xixe siècle, allant de ville en auberge compagnonnique, se conformant à des régies strictes, avant d'aboutir à Dinan vers 184916.

29André décida d'y ouvrir une carrosserie pour construire et réparer des charrettes pour les paysans des environs. Célibataire, il vivait en demi-pension à l'hôtel de Bretagne qui était un relais pour les voyageurs et pour les premiers touristes venus goûter le site, le charme médiéval et le calme des bords de Rance. C'est là qu'il fit la connaissance d'une jeune lingère, “très sérieuse” nous dit René Pleven de son arrière grand-mère, une demoiselle Salmon, fille de petits fermiers de la commune voisine de Quévert. Elle savait lire et compter mais pas écrire, lors de son mariage avec André, mais elle tint les cordons de la bourse lorsque la modeste carrosserie André prit de l'ampleur, embauchant trois ou quatre compagnons, se lançant dans le commerce du machinisme agricole qui commençait à se répandre dans les campagnes bretonnes. Le travail et la bonne gestion permirent au couple d'acheter quelques terrains, près du centre de la ville. Là, on bâtit des demeures dont l'une Ker André fut occupée plus tard par le député René Pleven. Le couple eut trois enfants, Romain (mort en bas-âge), Marie-Joséphine et Bertand André, mort assez jeune après des études agitées à Paris.

30Le carrossier André avait ouvert un compte dans une maison de banque familiale, la Banque de Villeneuve dont le berceau était à Quintin et qui avait une succursale à Dinan à la fin du Second Empire. Par ce truchement, sa fille Marie- Joséphine fit la connaissance d'un employé de la banque, un certain Tancrède Synave qu'elle épousa. Tancrède Synave était né en 1847 d'une mère lyonnaise et d'un père italien, un colporteur venant des États du pape. Puis il était “monté” à Paris en 1869, en compagnie d'un ami lyonnais, Brison employé au Crédit Lyonnais. Travaillant chez un artisan en peinture, le jeune Synave avait assisté aux premières loges à la chute de l'Empire et participé à une manifestation en faveur de la nouvelle République. Son ami Brison, désormais employé à la Société Générale, parvint à le faire embaucher comme correspondant par la Banque de Villeneuve à Dinan. Prospectant la région, le Sieur Synave fut bientôt chargé d'ouvrir un bureau de change à Saint-Malo, une ville vivant de la pêche à la morue mais aussi de ses activités touristiques à proximité de la station balnéaire de Dinard qui commençait à attirer les touristes anglais.

31Tancrède Synave partageait son temps au début des années 1870 entre le bureau de Dinan, ville où il se maria, et celui de Saint-Malo où naquît sa fille Valérie-Andrée en juin 1876. Puis sa carrière dans des postes de direction de la Société Générale le conduisit de Rennes à Dijon, de Perpignan au Havre et enfin à Paris où il mourut en 1918. Ce grand-père voyageur et banquier, amateur de littérature et de musique et naturellement républicain, contribua peut- être à donner le goût des affaires à René Pleven même si d'autres influences furent déterminantes dans les années vingt.

32Au demeurant, la cité dinannaise, la deuxième ville des Côtes-du-Nord en 1901 avec 10 531 habitants, constitua toujours la base de repli de la famille Pleven. C'était le point d'ancrage des parents de René Pleven obligés de mener une vie de villes de garnison, d'abord à Rennes puis à Laval.

Les années lavalloises

  • 17 Faure (Edgar), Mémoires, I, Pion, 1982, p. 289.

33Au cours de l'année 1911, le capitaine Jules Pleven fut muté au 124e régiment d'infanterie à Laval, quittant les rives de la Vilaine pour celles de la Mayenne. Mais bientôt il se porta volontaire pour le premier régiment étranger et l'aventure coloniale au Maroc, laissant à Laval son épouse et ses deux fils, car un second fils, Hervé, était né. Hervé Pleven devait faire lui-aussi des études de droit, s'incrire au barreau de Paris, se lier à l'époque avec un certain Edgar Faure... 17 et connaître un destin tragique.

  • 18 Histoire du Maroc, Hatier, 1967, chap. 22 et 23.

34Le Maroc traversait depuis plusieurs années une période troublée sous le règne du sultan Moulay Abdelaziz dans un contexte de grave crise financière qui renforçait les appétits des impérialismes européens, en particulier allemands et français18. Après la première crise marocaine de 1906, la France entreprit une occupation militaire du Maroc oriental à partir de l'Algérie. L'influence française se développa dans le pays en concurrence avec les intérêts allemands. Après la seconde crise marocaine de 1911, sous la pression militaire, la France imposa son protectorat au sultan Moulay Hafid par le traité de Fès du 30 mars 1912. La première étape de la conquête du Maroc commençait, celle du “Maroc utile” des plaines et des villes sous le commandement de Lyautey. Jules Pleven fut d'abord envoyé à Sidi Bel Abbès en Algérie, en 1913, à la tête de troupes supplétives et il participa à la prise de Taza. L'officier républicain ne voyait apparemment pas de contradiction entre son idéal démocratique et la soumission d'un peuple indépendant.

35Lorsque la Première Guerre mondiale éclata, le capitaine Pleven fut maintenu au Maroc avant de demander à partir pour le front, ce qui advint au début de l'année 1916 avec le 4e régiment de tirailleurs. Et c'est au printemps de la même année, au cours d'une attaque sur la Somme, qu'il fut grièvement blessé, quelques mois avant que son jeune frère ne fut tué. Il lui faudra près d'un an de convalescence à Laval pour récupérer, pendant que René Pleven préparait son baccalauréat. Les Pleven, comme pratiquement toutes les familles françaises, étaient durement frappés par la terrible guerre de 1914-1918 qui marqua durablement l'adolescent René.

36À Laval, la famille Pleven s'était installée rue de Joinville (actuellement rue du général de Gaulle), en plein centre de la ville. Le logement était situé dans l'une des artères commerçantes, débouchant vers l'est sur la Place de l'Hôtel-de-Ville et la Mayenne, non loin du château, et près de la caserne Corbineau vers l'ouest en direction de Rennes. C'était le cœur historique de la vieille ville et le principal axe de circulation. Par les petites rues médiévales, le jeune lycéen n'avait que quelques centaines de mètres à parcourir pour escalader les ruelles jusqu'à la place de la cathédrale s'ouvrant sur la rue du lycée Ambroise Paré.

  • 19 Salbert (Jacques) (s.d.), La Mayenne des origines à nos jours, Saint-Jean d'Angély, Éd. Bordessoul (...)

37La préfecture de la Mayenne s'était transformée sous le Second Empire au rythme de la canalisation de la rivière, de l'ouverture de nouvelles rues et boulevards et de l'arrivée du chemin de fer, qui avait permis l'essor de nouveaux quartiers vers la gare construite sur la route de Paris19.

  • 20 Denis (Michel), Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne (xixe-xxe siècles), Librairie C. (...)

38En 1914, Laval était une petite ville de la France de l'Ouest dont la population stagnait depuis les années 1886 après un doublement tout au long du xixe siècle. En 1906, la cité comptait 29 751 âmes mais déjà le solde migratoire positif des dix années précédentes ne compensait qu'à peine un excédent naturel négatif20. C'est donc dans une petite ville de province endormie que René Pleven passa son adolescence.

39Le centre ville vivait de ses activités commerciales et de sa fonction administrative et militaire, mais c'était aussi la résidence privilégiée des “propriétaires”, ces rentiers enrichis par la révolution agricole. Dans les bas quartiers, près de la magnifique basilique d'Avesnières, le long de la Mayenne, une industrie textile déclinante constituait la principale activité manufacturière de la cité. Vers 1900, elle employait près de 2 000 personnes dans les filatures et les tissages.

40Le patronat de l'industrie textile s'était affirmé républicain dans ce département de Jean Chouan où l'aristocratie terrienne, encore royaliste, vivait dans ses nombreux châteaux. Cette contre-société dominait largement la vie politique et sociale des campagnes mayennaises.

  • 21 La Mayenne..., op. cit., p. 344-352.

41René Pleven allait s'éveiller à la vie politique au sortir d'une guerre scolaire particulièrement rude en Mayenne où la laïcisation avait été tenue en échec : de 1906 à 1914, le nombre d'écoles “libres” était en effet passé de 169 à 229, tenues par des religieuses sécularisées21. Celui qui, comme président du Conseil dans les années 1950-1951, aura à affronter le rebondissement de la querelle scolaire, avec l'offensive des partisans de l'école confessionnelle, avait pu en observer de très près les enjeux et les passions dans son enfance. Mais lui-même était un “produit” des lycées laïques.

42En 1906, tous les députés mayennais étaient hostiles au gouvernement radical, même si les circonscriptions de Laval étaient représentées par des catholiques ralliés à la République ou par des républicains libéraux. Pourtant vers 1914, une convergence centriste tendait à rapprocher les notables par conservatisme social puis au nom de l'Union sacrée. Seuls, à gauche un parti radical minoritaire et à l'extrême droite une coterie aristocratique, refusaient encore cette évolution. Contre l'enracinement de la République, ces opposants d'extrême droite avaient fondé en 1908 une section de l'Action française. Voilà la petite ville paisible, enjolivée par un grand ensemble paysager le long de la Mayenne, dans laquelle le fils d'officier breton affecté au Maroc fit ses études secondaires.

  • 22 Arch. départ, de la Mayenne. 1 T 178. Laval. Palmarès du lycée (1901-1927).

43René Pleven fréquenta donc le lycée public de Laval de la 6e à la terminale, un établissement destiné principalement aux enfants de la bourgeoisie républicaine et à quelques élèves boursiers. Dans l'environnement politico-religieux de la Mayenne, les effectifs des classes étaient réduits dans ce petit lycée comme en témoignent les résultats aux examens : en 1914, 13 élèves seulement, répartis en une 3e A et une 3e B, avaient été reçus au certificat d'études secondaires du 1er degré dont René Pleven ; ils n'étaient plus que six à obtenir la 2nde partie du baccalauréat de philosophie en 191722.

  • 23 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989 et notice biographique dactylographiée. San (...)

44Selon les souvenirs de l'élève Pleven, l'enseignement du lycée dirigé par le proviseur Aubril était dispensé par des “professeurs très bons”. L'élève externe, selon les bulletins imprimés de distribution des prix, se définit modestement comme un “élève moyen”, inscrit par ses parents dans une section de sciences- langues. Tout juste se souvient-il d'avoir reçu le prix Denis en 1916, prix spécial en histoire et géographie, attribué en 1ere ; un prix créé par l'industriel des tissages de Fontaine-Daniel, ancien sénateur et président du Conseil général de la Mayenne. Pourtant, une notice biographique anonyme, rédigée sans doute en 1946, précise que René Pleven dans ses années lavalloises remporta de nombreux prix d'excellence pendant six ans, en histoire, en philosophie, et qu'il fut prix d'honneur de l'Association des anciens élèves du lycée de Laval23. Les palmarès annuels de la 5e à la terminale confirment que le cursus scolaire du jeune René fut des plus brillants. Celui qui obtint la 1ere partie du baccalauréat Sciences- langues, à 15 ans et avec la mention “assez bien”, avait en fait l'habitude de rafler le prix d'excellence des externes, les félicitations et les tableaux d'honneur. Le tableau de ses résultats est des plus éloquents. Son frère Hervé entré en 6e en 1913 (1er bac en 1919), tout en ayant des résultats honorables, devait se contenter d'accessits là où son aîné avait obtenu des premiers prix (Cf. tableau page 27).

45Assurément, l'adolescent René Pleven acquit au lycée républicain lors de ses années lavalloises les éléments de base de sa future carrière tant dans les affaires qu'à l'étranger. Il y développa son goût de l'art oratoire et de l'écriture doublé d'un grand intérêt pour l'histoire et, pourquoi pas, la politique.

Les prix de René Pleven au lycée de Laval

Les prix de René Pleven au lycée de Laval

Sources : Bulletin annuel du palmarès des prix (AD Mayenne)

Quels rapports avec l'Action française ?

  • 24 Denis (Michel), Les Royalistes..., op. cit., p. 516. L'auteur s'appuie sur les Lettres passe- mura (...)

46Dans cette ville modérée, républicaine certes mais isolée, au centre de campagnes conservatrices longtemps soumises aux châtelains royalistes, quelles influences politiques allaient forger la personnalité du jeune homme ? Fut-il sympathisant, voire adhérent de la Ligue d'Action française comme le suggère l'historien Michel Denis, sous prétexte qu'il en fréquenta la permanence24 ?

  • 25 Interview de René Pleven par une équipe d'historiens de l'université de Nanterre du 21 janvier 198 (...)

47Sans doute, comme beaucoup de jeunes de l'avant-guerre, René Pleven fut- il intéressé par les idées maurrassiennes, mais la tradition familiale républicaine et la proximité de l'Affaire Dreyfus à laquelle son père avait été mêlé permettent d'en douter. Interrogé en 1980 par des historiens sur ce point important, René Pleven s'est expliqué sur ses relations avec la section de Laval de l'Action française animée par un officier pendant la guerre. Le local en était situé rue de Joinville, près du domicile du jeune homme qui déclarait en 1980 : “Pour revenir du lycée, je passais toujours devant la permanence de l'AF, ouverte à tous. Le journal était d'ailleurs affiché à la vitrine. Il m'arrivait de le lire... Un jour, un homme très sympathique (le lieutenant colonel Bernard de Vezins) m'a invité à entrer. J'ai souvent par la suite conversé avec lui ; il m'a invité, en vain, à adhérer... L'AF jouissait d'ailleurs à cette époque, en 1916-1917, auprès de jeunes comme moi — surtout moi qui, en avance dans mes études, me trouvait bloqué à “l'arrière” par mon âge — d'un grand prestige, du fait de ses campagnes contre les “traîtres”, pour la répression des “menées défaitistes”... C'est aussi simple que cela”25. Le fils d'officier dont le père avait été gravement blessé ne fut donc pas insensible aux sirènes patriotiques et nationalistes, sans aller toutefois jusqu'à franchir le pas. D'autres influences l'orienteront vers d'autres directions quand il sera étudiant à Paris.

  • 26 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 20 juin 1989.

48L'histoire de la famille Pleven, que nous nous sommes efforcé de retracer en dégageant les influences familiales, politiques et sociales qui ont participé à la formation du futur homme politique, est celle d'une ascension sociale continue tout au long du xixe et au début du xxe siècle. C'est celle de l'entrée dans les classes moyennes, grâce au labeur, au sens de l'épargne, et aux “capacités” chères à Gambetta, qui se réalise en même temps que la République se consolide au rythme des crises politiques et des guerres. René Pleven définit lui-même l'appartenance de sa famille à “la classe moyenne, pas riche mais pas pauvre non plus”, une famille qui “avait le goût de la qualité et pas de l'épate” et qui accordait une grande importance à l'instruction26 ; en un mot un exemple de famille reflétant la lente mutation en cours de la société française.

49C'est aussi un terreau breton mais ouvert sur le monde, républicain et patriote, qui nourrit les ambitions du jeune homme au moment où il va entreprendre des études supérieures.

Notes

1 Denis (Michel), Rennes. Berceau de la liberté, Rennes, Éd. Ouest-France, 1989, 280 p.

2 Meyer (Jean) (s.d.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1984, chap. xi.

3 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989.

4 Bredin (Jean-Denis), L'Affaire, Julliard-Presses Pocket, 1985, quatrième partie, “La vérité en marche”.

5 Histoire de Rennes, op. cit., p. 422-424.

6 Sur le déroulement du procès de Rennes, nous renvoyons à Jean-Denis Bredin, op. cit., p. 495-554

7 Elgey (G.), op. cit., p. 310.

8 Toutes les informations sur les origines de la famille proviennent d'un entretien de l'auteur avec René Pleven du 20 juin 1989, et des nombreuses précisions apportées par sa fille aînée, Mme Françoise Andlauer. Qu'elle en soit ici remerciée.

9 Ibid.

10 Archives départementales des Côtes-d'Armor (AD C.-A.) 7 E 262 / 15. Quintin.

11 Lettre de René Pleven à l'auteur du 17 novembre 1984

12 Minois (Georges) (s.d.), Les Côtes-du-Nord de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean d'Angély, Éd. Bordessoules, 1987. Voir Christian Bougeard, du xixe au xxe siècle. “Permanences et changements (1848-1985)”.

13 Histoire des Côtes-du-Nord, op. cit., p. 286-291.

14 Siegfried (André), Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Colin, 1913, réédition 1964, p. 121 et 126.

15 Nous n'avons pas la date exacte.

16 Poitrineau (Abel), “Le tour de France des compagnons”, L'histoire, n° 119, février 1989, p. 26-33

17 Faure (Edgar), Mémoires, I, Pion, 1982, p. 289.

18 Histoire du Maroc, Hatier, 1967, chap. 22 et 23.

19 Salbert (Jacques) (s.d.), La Mayenne des origines à nos jours, Saint-Jean d'Angély, Éd. Bordessoules, 1984. Voir Michel Denis, “Une contre-société (1815-1880)” et “La Mayenne conservatrice (1880-1939)”, p. 295-362.

20 Denis (Michel), Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne (xixe-xxe siècles), Librairie C. Klincsieck, 1977, p. 442

21 La Mayenne..., op. cit., p. 344-352.

22 Arch. départ, de la Mayenne. 1 T 178. Laval. Palmarès du lycée (1901-1927).

23 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 8 avril 1989 et notice biographique dactylographiée. Sans date. 4 p.

24 Denis (Michel), Les Royalistes..., op. cit., p. 516. L'auteur s'appuie sur les Lettres passe- murailles de Charles Maurras et de Xavier Vallat pour l'affirmer.

25 Interview de René Pleven par une équipe d'historiens de l'université de Nanterre du 21 janvier 1980, Bulletin du Centre d'Histoire de la France contemporaine, université Paris X Nanterre, n° 1, 1981, p. 25. Le texte en a été revu par René Pleven avant publication.

26 Entretien de René Pleven avec l'auteur du 20 juin 1989.

Table des illustrations

Titre Les prix de René Pleven au lycée de Laval
Légende Sources : Bulletin annuel du palmarès des prix (AD Mayenne)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9075/img-1.png
Fichier image/png, 29k

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search