Version classiqueVersion mobile

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Première partie. Construire le lien politique entre monarchies constitutionnelles et empire

Le charivari politique : un rite de surveillance civique dans les années 1830

Emmanuel Fureix

Texte intégral

  • 1 Fureix E., « Rites protestataires : un nouvel espace public et politique (1820-1848) ? », M. Pigene (...)
  • 2 Robert V., Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), Paris, Publ (...)
  • 3 Fureix E., La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ V (...)
  • 4 Robert V., « Quand les libéraux cherchaient à mobiliser l’opinion : cavalcades et banquets de l’ann (...)

1Les monarchies censitaires voient converger un apprentissage institutionnel de la vie parlementaire et une intense politisation informelle, hors des cadres institués. Cette convergence s’est manifestée à travers des rites dérivés d’une sociabilité coutumière mais adaptés à la représentation politique moderne1. Banquets2, enterrements d’opposition3, sérénades4, charivaris politiques participent tous d’un espace de protestation lié à la vie parlementaire naissante, un espace étendu, à des degrés divers, au-delà du microcosme des électeurs. Plus particulièrement, le charivari politique, qui atteint son apogée au début des années 1830, s’est construit comme un rite de surveillance civique des autorités, et singulièrement des députés, dont il sanctionnait la conduite une fois la session parlementaire écoulée.

  • 5 Charivari viendrait du grec « karebaria », qui signifie « lourdeur de tête, mal de tête », ou « ch (...)
  • 6 Fincardi M., Derisioni notturne. Racconti di serenate alla rovescia, Santa Maria Capua Vetere, Spar (...)
  • 7 Gauvard C., Altan G., « Les conduites de bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge : le cha (...)

2Le charivari, aux origines étymologiques contestées5, désigne l’envers de la sérénade ou de l’aubade, soit un concert discordant et tonitruant, un fracas de poêles, casseroles, chaudrons, cornets, éventuellement accompagné d’insultes et de chansons, devant le domicile d’une personne visée pour avoir rompu « l’ordre normal des choses6 ». Rituel attesté avec une grande fréquence dès la fin du Moyen Âge en Occident, aux XIVe et XVe siècles, il vise alors surtout les veufs et veuves remariés ou en cours de remariage7. Il se déroule la nuit tombée, rassemble des jeunes hommes, déguisés ou non, et se termine généralement par une réintégration dans la communauté villageoise de la personne visée, contre le versement d’une somme d’argent ou une invitation à boire. Le rituel se perpétue au cours des siècles suivants, en s’étendant aux maris battus ou cocus (les « cornards »), prenant parfois la forme de la promenade à l’envers sur un âne – l’asouade – de la victime représentée en effigie, à laquelle peuvent s’ajouter des jets de détritus ou de cadavres d’animaux devant son domicile.

  • 8 Ibid.
  • 9 Weber E., La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983 (...)
  • 10 Desplat C., Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du XVIe au XXe siècle, Paris, Berger- (...)

3Les anthropologues ont dégagé des interprétations de longue durée de ces rites charivariques. Ces derniers sanctionnent les violations des règles de l’échange matrimonial, à l’intérieur de sociétés fortement endogamiques, et plus généralement les violations des normes sexuées et sexuelles. Il s’agit donc alors d’un mode de régulation sociale intra-communautaire, expression de frustrations juvéniles masculines8. Ce type de justice charivarique perdure, malgré la résistance des autorités civiles et religieuses, jusqu’à la fin du XIXe siècle dans les campagnes françaises9, voire jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle en Gascogne et au pays basque10.

  • 11 Tilly C., “Charivaris, repertoires and urban politics”, J. Merriman (dir.), French cities in the Ni (...)

4Mais il est un autre usage du charivari, qui nous intéressera ici, esquissé au cours du premier XIXe siècle, déjà repéré par Charles Tilly mais peu étudié en tant que tel11. Le charivari peut aussi se produire dans des espaces urbains et sur un terrain proprement politique. L’urbanisation et la politisation du charivari s’opèrent en France au cours des années 1820-1830, consacrant à la fois une permanence des formes, et une discontinuité des fonctions du rite. Le charivari se met alors à sanctionner la transgression d’une norme politique, à désigner un adversaire dont on cherche la délégitimation voire l’expulsion (et non plus la réintégration communautaire). L’horizon du rite, par ailleurs, de local ou de communautaire, devient, au moins partiellement, national. Le charivari se fait, en un mot, rite de surveillance démocratique dans une société non démocratique.

  • 12 Archives nationales (désormais AN), F7 6779-6783 ; Archives départementales de la Haute-Vienne, de (...)
  • 13 À travers les comptes-rendus de la Gazette des Tribunaux ainsi que la brochure consacrée au procès (...)
  • 14 Essentiellement L’Ami de la religion et du roi, Le Journal des débats, Le National, La Tribune des (...)
  • 15 « Aide-toi, le ciel t’aidera » : comptes-rendus des sessions législatives ; compte-rendu de la sess (...)

5Nous nous proposons d’étudier ici ce glissement vers le politique d’un rite coutumier, autour de 1830. Les sources convoquées pour écrire cette histoire sont essentiellement administratives et policières (rapports de préfets, de gendarmerie, de police)12, marginalement judiciaires13, auxquelles s’ajoutent, classiquement, presse politique (et satirique) nationale et départementale14, brochures de circonstance, recueils biographiques et compilations d’érudits15. Les charivaris politiques, nous le montrerons, coïncident alors avec une valorisation de la souveraineté populaire et une critique du dévoiement de la représentation politique, dans un contexte encore révolutionnaire. Ces rites tonitruants font entendre une « voix du peuple » caractérisée par l’hybridité. Formellement emprunté à des usages communautaires devenus déjà archaïques, le charivari politique s’adapte à des modalités de contrôle civique très élaborées, et voit participer des groupes sociopolitiques aux contours et aux intérêts différents.

Genèse et forme d’un rite politique

  • 16 Le maire d’un village du Var désigne le charivari, dès 1821, comme un « désordre digne des temps d (...)
  • 17 Kroen S., Politics and Theater..., op. cit., p. 134 sq.
  • 18 LeGallo Y., Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Par (...)
  • 19 Kroen S., Politics and Theater..., op. cit., p. 134 ; Alexander R., Rewriting the French Revolution (...)
  • 20 Le Journal des débats, 29 août 1820. Cf. également Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., p (...)
  • 21 « L’on appelle maintenant une brestoise un charivari. L’on en a fait les honneurs à M. Bellart. » (...)

6Pourchassé par les autorités à titre d’archaïsme violent16, le charivari traditionnel commence à se politiser dans les années 1820. Les premiers charivaris à dimension politico-religieuse s’opposent à la reconquête missionnaire de l’espace public17. Ainsi à Brest, en octobre 1819, 3 000 personnes se rassemblent devant la résidence de l’évêque de Quimper et le charivarisent plusieurs jours durant, en réaction à la mission en cours, aux cris de « À bas les missionnaires ! Vive le roi ! Point de jésuites !... Nos pasteurs nous suffisent18 ». Le rite est efficace, puisque les exercices de mission sont suspendus et que les jésuites finissent par quitter la ville, reçus de nouveau par des charivaris à Quimper et à Morlaix19. D’autres charivaris, encore peu nombreux, visent des députés ultraroyalistes, en contrepoint de sérénades accordées à des députés libéraux. Ainsi, toujours à Brest en août 1820, au retour de la session qui avait vu l’adoption de la loi du double vote, deux députés ultras, Bellart et Bourdeau – par ailleurs procureurs généraux – sont successivement charivarisés aux cris de « À bas le traître, à bas le côté droit, qu’il parte à l’instant ! », quand leur collègue libéral Guilhem (ancien girondin) reçoit une agréable sérénade aux cris de « Vive les députés du côté gauche20 ! » La répétition du rite dans la même ville fait désigner, en 1820, le charivari comme une « brestoise21 ».

Vers une campagne nationale de charivaris

  • 22 Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., p. 133-146.
  • 23 Tilly C., “Charivaris, repertoires and urban politics”, art. cit.
  • 24 D’après un article de la Tribune des départements évoqué par Robert V., « Quand les libéraux... », (...)

7Autour de 1830, la politisation et la « nationalisation » du charivari deviennent plus palpable, mais selon une chronologie en décalage avec celle des banquets et sérénades libéraux – organisés en campagne nationale au printemps 1830, à la suite de l’Adresse des 221 hostile à Charles X22. En avril 1830, un député des Pyrénées-Orientales, de Lazerme, est certes charivarisé par de jeunes libéraux de Perpignan pour n’avoir pas voté l’Adresse des 22123, mais il semble que la pratique soit encore reçue avec méfiance par les libéraux24. Nationalisation et politisation des références, urbanisation du cadre, exclusion de l’adversaire de la communauté civique : les composantes du charivari politique sont en germes, mais avec une faible récurrence jusqu’en 1830 inclus.

  • 25 Recensement effectué à partir des sources citées en introduction.
  • 26 Tchernoff I., Le parti républicain sous la monarchie de Juillet, Paris, Pédone, 1901, p. 227.
  • 27 « La Société Aide-toi, le ciel t’aidera va changer définitivement son nom contre Aide-toi, le chau (...)
  • 28 « Voici la seconde partie d’un ouvrage commencé l’année dernière, et que nous nous proposons de co (...)

8À partir de 1831, une fois le ministère de résistance Casimir Perier mis en place (le 8 mars), puis une nouvelle Chambre des députés élue (le 5 juillet), le charivari devient clairement un instrument de protestation contre le ralliement d’anciens libéraux partisans de la révolution de Juillet à la politique d’ordre et de « résistance ». Il s’apparente à un rite de recharge révolutionnaire contre le pouvoir « juste-milieu », oublieux des promesses de Juillet. En un mois et demi, entre la fin avril et la mi-juin 1831, 12 charivaris visent des députés « ministériels ». La mobilisation sonore s’intensifie encore l’année suivante. En 1832, 94 charivaris politiques sont ainsi attestés sur le territoire national25 – l’accélération autour de la reprise de session parlementaire (en mai-juin 1832) n’étant nullement fortuite. Sans doute peut-on, à l’instar des banquets, parler d’une campagne nationale de charivaris, articulée au tempo parlementaire (en particulier au retour de session). Son orchestration est probable, autour de la société Aide-toi, le ciel t’aidera. Devenue républicaine après la révolution de Juillet, cette association était animée notamment par Armand Carrel, Étienne Garnier-Pagès et Godefroy Cavaignac, et comportait des comités locaux dans 35 départements26. Incriminée à mots couverts dans un article du journal satirique Le Figaro27, elle s’était ouvertement donné pour mission le contrôle civique des députés et publiait des comptes-rendus de sessions parlementaires relatant sans concession les trahisons de certains députés et les charivaris qui leur avaient été infligés28.

  • 29 Arnold Van Gennep fait d’ailleurs observer le caractère « à peu près universel » du charivari cout (...)

9Ces charivaris, nous y reviendrons, prennent prioritairement pour cibles des représentants politiques et des administrateurs, exerçant sur eux un contrôle civique fondé sur l’humiliation publique. Sur 94 charivaris recensés en 1832, 49 visent des députés (généralement à leur retour dans leur département, à l’issue de la session parlementaire), 22 des préfets ou sous-préfets, 9 des magistrats, 8 des notabilités locales (maires, officiers de la garde nationale, journalistes locaux, etc.), 6 des évêques ou des prêtres. Ils se répartissent de manière relativement homogène sur le territoire français (urbain), selon une logique plus politique et parlementaire que « folklorique29 ».

Dispositif rituel et sonore

  • 30 Marcel-Dubois C., « La para-musique dans le charivari français contemporain », J. Le Goff, J.-D. Sc (...)
  • 31 Sarrut G., Saint-Edme B., Biographie des hommes du jour, op. cit., t. 1, p. 49.

10Les formes prises par le charivari politique s’inspirent, pour l’essentiel, de la tradition coutumière, quelque peu simplifiée. Au cœur de ce rite, se déploie un tintamarre devant le domicile ou le lieu de séjour de la personne visée. Le dispositif sonore se veut une métaphore de l’opinion publique populaire. Le charivari devient ainsi explicitement la « voix du peuple ». La réprobation est signifiée à l’aide d’ustensiles de cuisine (casseroles, poêles, chaudrons, etc.), mais aussi de cornets à bouquin (cuivres), trompettes, crécelles, clochettes, grelots et sifflets. Le tintamarre est produit à la fois par des objets quotidiens détournés de leur usage ordinaire, et des instruments de musique désaccordés à dessein. L’ethno-musicologue Claudie Marcel-Dubois, à propos de ces sons charivariques, parle de « para- » ou de « contre-musique30 ». Des animaux peuvent agrémenter ce dispositif : à Estagel (Pyrénées-Orientales), en 1833, un charivari produit par un troupeau d’ânes et d’ânesses accueille le député de l’Hérault et académicien Viennet, ancien pourfendeur des jésuites et auteur en 1829 d’une « épître aux mules de dom Miguel » : « Ces pauvres bêtes, excitées de tous côtés, animées par le voisinage, se prennent à braire à une force étourdissante31 ! »

  • 32 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 269.

11À ce vacarme s’ajoute une parole articulée, limitée dans son répertoire : insultes et cris, chansons satiriques, composées par des versificateurs, et chansons révolutionnaires (Carmagnole, Marseillaise, Chant du départ). Les huées désignent et disqualifient l’adversaire politique : « À bas le moine ! À bas le cafard ! » – visant le procureur général de Grenoble jugé proche des légitimistes – « À bas le sanguinaire ! », contre le préfet de l’Isère, « À bas le patriote apostat, à bas l’écrivain vendu, l’orateur acheté ! À bas le traître, le traître à son pays, le traître à la Pologne, le traître à l’Italie ! À bas le séide du juste-milieu », contre Thiers, « À bas le ventru ! À bas le marchand de toile ! À bas le fournisseur de pantalon ! », à propos d’un député du Maine-et-Loire, négociant et actionnaire du journal orléaniste local. Plus sophistiquée, une chanson détourne un discours à la Chambre d’un député ministériel de l’Aude, Jacques-Alphonse Mahul : « Les fonctionnaires de l’ordre politique sont la chair de la chair et les os des os du ministère », devient ainsi « Du ministère, c’est le compère, les os des os, et la chair de la chair32 ».

  • 33 AN, F7 6779, dossier Corrèze.
  • 34 Aide-toi, le ciel t’aidera..., op. cit., p. 71.
  • 35 Ibid., p. 133.
  • 36 Les rapports administratifs tendent à construire une sociologie de la foule informée par des stéré (...)
  • 37 Le Mémorial des Pyrénées, 5 juin 1832.
  • 38 Ainsi le charivari qui vise le député Humann à Strasbourg est-il d’abord formé par des étudiants e (...)
  • 39 Lors du charivari de Maurs (Cantal) contre le préfet, lors du conseil de révision, le 23 septembre (...)
  • 40 L’Ami de la religion et du roi, t. 72, p. 278.

12Le charivari se déroule généralement la nuit tombée, encadré par des jeunes hommes. Il dure le plus souvent quelques heures (beaucoup moins en cas d’insuccès), et s’accompagne quelquefois d’un cortège à travers la ville. Il se démultiplie alors : ainsi, à Tulle, en 1831, le soir de l’élection à la députation de Pierre-Joseph Bedoch, ancien révolutionnaire et opposant libéral à la Restauration, rallié au « juste milieu », l’heureux élu est charivarisé aux cris de « À bas les carlistes ! À bas les jésuites ! À bas les électeurs qui ont voté pour Bedoch ! », puis le cortège tonitruant se rend aux domiciles de ses présumés électeurs pour leur réserver le même sort33. Le charivari peut en outre se répéter plusieurs jours consécutifs, même en cas de déplacement de la victime : ainsi Thiers est-il charivarisé successivement à Aix, Marseille, Brignoles, Toulon, en avril 183234 et le député ministériel Amilhau subit-il sept charivaris successifs à Toulouse, dans le Tarn (à Lavaur) et l’Ariège (à Pamiers) en avril et mai 183235. Le rite rassemble des foules d’ampleur variable, de quelques dizaines à quelques milliers de personnes, foules à la sociologie composite – que les sources ne permettent pas de définir avec précision36 – incluant électeurs et non électeurs, hommes et femmes, adultes et enfants37. Ces foules témoignent d’une forme parmi d’autres de politisation croisée, avec participation des classes populaires (petits artisans, mais aussi commis, ouvriers, décrotteurs, individus « déguenillés » ou « mal vêtus ») et d’élites radicales et républicaines (étudiants38, une fraction de la bourgeoisie, notamment des officiers de la garde nationale39), auxquelles s’ajoutent parfois des exilés politiques – des Italiens à Moulins, lieu d’un important dépôt de réfugiés40.

  • 41 Le National, 24 avril 1832.

13Le dispositif spatial inverse les frontières officielles du privé et du public, du populaire et du politique : la foule, plutôt dominée par les subalternes lorsqu’elle est nombreuse, envahit l’espace public et politique, tandis que le représentant du peuple ou de l’État reste confiné à la sphère privée. Cette confrontation se déroule sans interaction, la victime étant le plus souvent réduite au silence, parfois à la fuite. Seuls quelques cas de réaction vive sont attestés. Le député Roul, à Bordeaux, lance un pot de fleurs sur ses charivariseurs41, et Bugeaud, à Périgueux, aurait harangué en ces termes ses jeunes opposants, tuant dans l’œuf le charivari en cours :

  • 42 D’après le Journal des débats, 30 mai 1832.

« Vous croyez agir en hommes libres ! Vous n’êtes que des esclaves, esclaves d’hommes qui vous trompent et exploitent vos passions pour arriver à vous opprimer un jour ; esclaves des sociétés populaires qui vous soufflent l’erreur et les mauvaises passions ; esclaves des factieux qui vous mènent par le bout du nez. Allez, vous êtes indignes de la liberté puisque vous savez si mal en user42. »

  • 43 Archives départementales du Rhône, 4 M 499.
  • 44 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 257.
  • 45 AN, F7 6782, dossier Bas-Rhin, et F7 6781, dossier Loire-Inférieure.
  • 46 AN, F7 6779, dossier Ariège.
  • 47 La qualification juridique d’un charivari non rébellionnaire est celle de « tapage injurieux » ou (...)
  • 48 AN, F7 6782, dossier Moselle.

14Le rite met à distance le corps de l’adversaire, à l’inverse du lynchage, et en ce sens relève d’un répertoire non violent. Le registre satirique ou carnavalesque – les charivariseurs portent quelquefois des masques ou des lunettes43, des caricatures circulent, plus rarement, au sein des cortèges – participe de ce refoulement de la violence physique. Quelquefois cependant des cris de menace sont proférés : « À la lanterne ! », à l’adresse du baron de Schonen, ancien opposant libéral à la Restauration, ou du député Parant à Metz44, et des violences matérielles peuvent viser le domicile du charivarisé, et, notamment, briser ses fenêtres, ainsi à Strasbourg contre le député Humann en 1831, ou la porte de son hôtel, ainsi à Nantes pour le nouveau préfet Duval en 183245. Des cadavres d’animaux peuvent, rarement, être attachés à la porte du charivarisé46 – emprunt, là encore, au rite coutumier. Plus fréquemment, des heurts se produisent avec les agents de la « force publique » (gardes nationaux, gendarmes et/ou soldats selon les cas) dépêchés sur place afin de disperser la foule, en vertu de la loi sur les attroupements du 12 avril 1831. Le charivari dérive alors en rébellion – entraînant une possible condamnation, plus sévère que celle, dérisoire, pour « tapage nocturne47 ». Des pierres sont ainsi jetées sur les troupes venues réprimer un charivari contre le député Parant, à Metz, en avril 1832, et des réverbères sont brisés. Après trois sommations, la foule finit toutefois par se disperser48. Toutefois, aucun charivari ne dégénère en insurrection, et d’une certaine manière le charivari participe à la régulation de la violence civile, en humiliant l’adversaire sans l’atteindre physiquement.

Contrôle civique, justice et souveraineté populaires

  • 49 Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., passim.

15Les significations liées à l’invention d’un rite relèvent de plusieurs niveaux. Elles renvoient à la fois aux énoncés des acteurs eux-mêmes, dans les justifications qu’ils donnent de leurs gestes. Elles renvoient aussi, plus largement, à des imaginaires sociaux et politiques qui rendent ce rituel efficace – à l’instar du banquet à l’âge romantique49 – sans que ces imaginaires soient toujours explicités par les acteurs. Elles sont aussi, bien sûr, construites ex post par le chercheur attentif à ce qui n’est pas nécessairement formulé par les contemporains. Il est particulièrement intéressant, à propos de la politisation des charivaris, de reconstituer ces sens possibles en ne négligeant aucun des trois niveaux que nous venons de décrire.

Une manifestation d’opinion et d’opprobre

  • 50 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 34.
  • 51 Archives départementales de la Gironde, 1 M 352, circulaire du ministre de l’Intérieur d’Argout au (...)
  • 52 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 22.
  • 53 L’écho de la fabrique, op. cit.

16Les charivaris politiques peuvent être lus en premier lieu comme des manifestations d’opinion. Leurs défenseurs insistent sur le fait que « la musique est un mode de publication d’une opinion50 », quand leurs adversaires y voient au contraire une entrave à la liberté des opinions et des votes51. Le charivari entre de facto dans le cadre de l’action collective comme manifestation d’opinion. Il est perçu par les contemporains comme une extension de l’espace public de délibération et de critique. « Insurrection de lèche-frites », « monomanie musicale52 », « infernale symphonie », le charivari politique serait même selon ses défenseurs « devenu partie intégrante de nos institutions53 ». Un érudit contemporain, auteur d’une monographie sur les charivaris d’ancien et de nouveau types, écrit en 1833 :

  • 54 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 14.

« Depuis peu, Dame politique, qui a tout envahi, ne s’est-elle pas avisée aussi de prendre la queue de la poêle et l’anse du chaudron, pour régaler de leur doux tintin de fort braves gens, jadis coryphées des droit du peuple, mais qui, ayant éprouvé certains désappointements dans leurs vues de salut public et de retour à l’ordre, ont pu puiser dans ces bruyantes symphonies d’utiles réflexions sur la stabilité de la faveur populaire54. »

  • 55 Fureix E., « Rites protestataires... », art. cit.
  • 56 Tilly C., « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande- (...)

17De fait, la politisation de ce rite sonore coïncide avec une ouverture inédite de l’espace public depuis la fin du XVIIIe siècle : à l’aube des années 1830, de la presse satirique à la presse ouvrière naissante, des sociétés politiques aux cours et conférences publiques, des conflits autour des signes et symboles au carnaval et aux mascarades politiques, des banquets aux enterrements politiques, les conflits politiques s’expriment à travers un répertoire informel et symbolique désormais national et largement démocratisé55. Cette inflexion du répertoire d’action collective autour de 1830 a longtemps été sous-estimée, au profit du tournant de 184856.

  • 57 Sur cet aspect, mais hors du champ politique, cf. Bonnain-Moerdyk R. et Moerdyk D., « À propos du (...)
  • 58 Chappey J.-L., Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation des Lum (...)

18Mais le charivari n’exprime pas seulement, par des sons discordants, une opinion collective, il proclame aussi par une performance publique l’opprobre d’un individu jugé indigne. À ce titre, il est utilisé et perçu comme un mécanisme de justice populaire, antithèse de l’aubade ou de la sérénade57. Il vise une mise à l’index de l’adversaire, par la marque durable qu’il est censé lui infliger. Cette dernière est redoublée par la presse et les brochures biographiques qui en ce premier XIXe siècle font et défont la réputation des « hommes célèbres », en particulier des députés58. Le charivari politique s’inscrit dans des formes collectives – ici non communautaires – de régulation de l’honneur, dont les normes sont énoncées – de manière fugace – au cours du rituel, en particulier dans les insultes proférées.

La sanction d’une trahison

  • 59 Serna P., La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de (...)
  • 60 Brelot C.-I., La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Belles Lettres (...)

19Le motif dominant, à cet égard, est celui de la trahison du représentant ou de l’administrateur. Le charivari vise prioritairement les députés qui ont abdiqué leur adhésion à la révolution au profit d’un « juste-milieu » fait de résistance et de retour à l’ordre. Le charivari, à cet égard, prolonge sur un autre mode la critique des girouettes que les débuts de la Restauration avaient particulièrement illustrée59. La condamnation charivarique est renforcée lorsqu’elle s’accompagne d’une sérénade décernée à l’adversaire du charivarisé. Parmi de multiples exemples, à Arbois, en novembre 1832, le baron Delort, rallié à la « résistance », est accueilli par un « furieux charivari », quand son rival, le général Bachelu, opposant libéral, est célébré par des illuminations et des feux de joie60.

  • 61 Philipon C., « Armes du peuple ; armes du juste-milieu », La Caricature, 17 mai 1831. Cette caricat (...)
  • 62 Charivari contre le nouveau préfet, Duval, qui s’était illustré lors de la répression de l’émeute (...)
  • 63 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 256.

20Les cris proférés définissent les contours de l’adversaire politique, érigé en traître : « À bas le juste-milieu ! » ; « À bas la poire ! », entend-on lors du charivari décerné à Lyon au député Jars ; « À bas le juste milieu ! À bas le député ministériel ! », contre le général Simmer, à Clermont ; « À bas la seringue ! », contre le député ministériel de la Vienne Dupont-Minoret – la seringue étant devenue, dans le langage de la caricature, un des emblèmes du juste-milieu61. La Révolution de Juillet fait figure de référence sacrée en fonction de laquelle juger les individus qui s’y sont ralliés avec force pour mieux la trahir ensuite. Il arrive, significativement, que des « décorés de Juillet », révolutionnaires de 1830 détenteurs d’une récompense civique, figurent parmi les justiciers charivariseurs – ainsi à Nantes en octobre 183262. À Caen, le procès d’un décoré de Juillet accusé d’avoir troublé un service divin à l’église Saint-Pierre donne le signal d’un charivari vengeur infligé au curé de la paroisse63.

  • 64 Sarrut G., Saint-Edme B., Biographie des hommes du jour, op. cit., t. 3, p. 394.
  • 65 Ainsi le Compte-rendu de la session classe-t-il les députés en trois catégories : « députés votant (...)
  • 66 Cette loi du 21 avril 1832 établit le principe de rassemblement des réfugiés étrangers dans des vi (...)

21La justice charivarique vise plus particulièrement la trahison d’un pacte électoral, explicite lorsqu’une circulaire aux électeurs ou une profession de foi (alors rare) a été manifestement violée par son auteur – ce fut le cas du député Simmer, dans le Puy-de-Dôme64. Mais les députés visés le sont surtout en fonction de leur participation à l’élaboration de lois jugées liberticides ou réactionnaires : les votes émis lors de la précédente session parlementaire – non officiellement recensés jusqu’en 1848, mais observés de près par la presse d’opposition et par la société Aide toi, le ciel t’aidera !65 –, les discours prononcés à la Chambre ou les rapports sur les lois en discussion, constituent autant d’indices en fonction desquels sont évalués les députés, loués par une sérénade ou au contraire conspués par un charivari. Ainsi le député de la Moselle Parant est-il charivarisé plusieurs jours, à Metz, en tant que rapporteur de la loi sur les réfugiés d’avril 1832, jugée liberticide par le contrôle étroit qu’elle institue sur les exilés politiques66. Il est conspué aux cris de « Au renégat ! Au persécuteur des Polonais ! », « À bas l’assassin des Polonais ! », dans une ville qui avait manifesté sa sympathie pour la cause polonaise. Lui-même affilié au « comité polonais », Parant apparaît comme un traître aux yeux des défenseurs de la Grande Émigration :

« Le ministère et M. Parant ont voulu soumettre les Polonais au même régime que les vagabonds et les repris de justice, et quoique la majorité de la Chambre se soit associée à ce système, le ressentiment public en demande avec raison aux auteurs du projet, et au rapporteur qui y a irrévocablement attaché son nom »,

  • 67 Le National, 26 avril 1832.
  • 68 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 258.
  • 69 Compte rendu de la session..., op. cit., p. 69.

22peut-on lire dans la presse réformiste67. Le mois suivant, il est charivarisé pour le même motif – mais plus modestement – à Bourges, où il officie en tant que procureur général68. C’est aussi la fraternité à l’égard des peuples opprimés qui explique, pour partie, le sort réservé à Thiers, lors de son passage à Aix et à Marseille : « À bas le traître ! Le traître à son pays, à la France, le traître à la Pologne, le traître à l’Italie ! », peut-on entendre sur son passage. Les libéraux lui reprochent avec force d’avoir affirmé « qu’une Pologne libre et indépendante était une chimère et que le ministère avait bien mérité du pays en l’abandonnant69 ».

Justice et morale populaires

  • 70 Journal de l’Ain, 2 mai 1832.
  • 71 Daumier H., « Gargantua », La Caricature, 15 décembre 1831.
  • 72 Compte rendu de la session..., op. cit., p. 206.
  • 73 Archives départementales de la Haute-Vienne, 1 M 138. Dumont Saint-Priest, charivarisé à Limoges l (...)
  • 74 Le 9 juin 1833. AN, F7 6782.
  • 75 Le 4 juin 1831. AN, F7 6782.
  • 76 Le 14 juin 1831. AN, F7 6779.
  • 77 Le Revenant, 3 novembre 1832.
  • 78 Lévêque P., Une société provinciale : la Bourgogne sous la monarchie de Juillet, Paris, Éditions de (...)
  • 79 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 32.

23Mais il est à propos de Thiers un autre motif d’incrimination populaire : l’opportunisme politique, les faveurs officielles voire la corruption. « À bas l’écrivain vendu, l’orateur acheté ! », peut-on entendre à Aix le 23 avril à son passage, « À bas le petit Poucet ! À bas le Gil Blas70 ! » à Marseille le 26 avril. Le charivari croise ici un thème qui innerve alors fortement la caricature et la satire politique – songeons au célèbre Gargantua d’Honoré Daumier, où le roi bourgeois ingurgite des sacs d’or fournis par le peuple, et défèque des brevets et décorations71. Il se nourrit d’une indignation collective face aux ascensions sociales brutales et aux faveurs accordées par le régime dans le cadre d’une politique de clientèle. Ainsi à Angers, le député ministériel Augustin Giraud, industriel du Maine-et-Loire, est-il charivarisé aux cris de « À bas le ventru ! À bas le marchand de toile ! À bas le fournisseur de pantalons ! », accusé d’avoir corrompu des électeurs et accordé des faveurs : il aurait « fait donner des places, des décorations à ses parents, alliés, amis, connaissances, etc.72 ». Les charivaris politiques visent alors à mettre à nu ces relations d’échanges masquées, en contestant frontalement les logiques d’attribution des récompenses publiques. L’octroi de la Légion d’honneur à des notables locaux jugés indignes donne lieu à une série de charivaris, décernés au préfet du Pas-de-Calais Talleyrand (cousin du « diable boiteux »), à un député ministériel de la Haute-Vienne, aux cris de « À bas les décorés73 ! », à des officiers de la garde nationale à Nevers74 et à Strasbourg75, à un médecin de Caen (par des étudiants en médecine)76, et à un « marchand de pâtés » parisien77... L’élévation à la pairie, lorsqu’elle est jugée imméritée ou suspecte, peut aussi susciter des charivaris réprobateurs. À Dijon, en octobre 1832, à la nouvelle de la nomination du chevalier de Berbis comme pair de France, ce dernier est charivarisé aux cris de « À bas Berbis, à bas les chouans, à bas les carlistes78 ! ». Le soupçon de complot ourdi dans l’ombre peut ajouter à l’indignation collective : le préfet Talleyrand est ainsi sanctionné par un charivari pour avoir (notamment) participé à un bal organisé par un légitimiste79.

  • 80 Thompson E. P., “The moral economy of English crowd in the Eighteenth Century”, Past and Present, n (...)
  • 81 Thompson E. P., « Rough music : le charivari anglais », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations(...)
  • 82 Gatto G., « Jeunes, dérision et violence en milieu urbain. Milan au début du XIXe siècle », J. Le G (...)
  • 83 AN, F7 6780, dossier Isère.
  • 84 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 266.
  • 85 À l’occasion du charivari infligé au député des Basses-Pyrénées le général Harispe.
  • 86 Le Mémorial des Pyrénées, 5 juin 1832.

24Les charivaris viennent aussi sanctionner des décisions administratives jugées arbitraires ou des sentences judiciaires perçues comme iniques. Ils relèvent alors d’une justice populaire fondée sur l’évaluation sensible d’une décision contraire aux droits naturels ou coutumiers ou encore à l’« économie morale » chère à E. P. Thompson80. Ce dernier, dans le cas du charivari anglais, note ainsi le glissement d’une morale « domestique » à une morale « publique », sanctionnant des « fonctionnaires municipaux impopulaires », des juges ou des compagnons « jaunes » dans le cadre de conflits du travail81. On en retrouve des traces dans les pratiques charivariques du premier XIXe siècle à Milan82. Dans la France des années 1830, c’est l’inféodation du pouvoir judiciaire et administratif à la politique de résistance impulsée par le gouvernement de Juillet qui donne lieu à de tels charivaris réprobateurs. Ces derniers s’inscrivent dans une contestation plus générale de la subordination de la fonction publique à la politique officielle. Procureurs généraux et juges peuvent faire l’objet de charivaris protestataires à l’issue de discours intempestifs contre l’opposition ou de jugements iniques. Le procureur général Moine en avril 1831 est ainsi charivarisé à Grenoble après un violent discours contre l’agitation des étudiants en droit de la ville, aux cris de « À bas le moine ! À bas le cafard83 ! », puis deux ans plus tard à Châlons-sur-Saône aux cris de « À bas le procureur général qui a préféré une place à la qualité de citoyen84 ! ». De même, les juges ayant condamné à deux ans de prison un charivariseur accusé de « rébellion » contre l’autorité85 sont-ils eux-mêmes charivarisés à Bayonne en 183286. Le charivari se fait alors justice de second degré, légitimée par la souveraineté populaire.

  • 87 Mgr de Poulpiquet, ancien émigré, et successeur de Mgr de Crouseilhes, évoqué plus haut en 1819 à (...)
  • 88 AN, F7 6780, dossier Finistère.
  • 89 Rapport du colonel chef de la 19e légion de gendarmerie, le 14 mai 1831 : « Hier soir le 13, entre (...)
  • 90 AN, F7 6779, dossier Aude.
  • 91 Enjalbert H., Histoire de Rodez, Toulouse, Privat, 1981, p. 240.
  • 92 Le Journal des débats, 19 mars 1832.

25Des nominations ou révocations arbitraires dans l’ordre administratif constituent un autre motif de charivari public. Le remplacement du préfet du Finistère en 1831, imputé à l’intervention de l’évêque de Quimper87, suscite un charivari contre ce dernier, aux cris de « À bas la calotte ! À bas les carlistes88 ! ». La même année, la révocation du préfet du Rhône Paulze d’Ivoy imputée au maire Prunelle à Lyon vaut à ce dernier plusieurs charivaris tonitruants89. Symétriquement, le préfet de l’Aude est charivarisé à Carcassonne en mai 1832 à la suite de la révocation du maire de la ville90, et le préfet de l’Aveyron en août 1835 en raison de la révocation du maire de Rodez, « libéral qui devenait républicain91 ». Enfin, certains charivaris résultent d’une décision administrative perçue comme attentatoire à une liberté coutumière, traditionnellement reconnue. Ainsi à Grenoble, en mars 1832, à la suite d’une mascarade politique hostile à Casimir Perier et Louis-Philippe, l’interdiction d’un bal masqué par le très autoritaire préfet de l’Isère (Maurice Duval) conduit les opposants à organiser un charivari sous les fenêtres de la préfecture, violemment dispersé et réprimé sur ordre dudit préfet92.

Contrôle civique et souveraineté populaire

26Ces diverses manifestations de justice populaire ont en commun de rendre visible un espace de vigilance civique. Lorsque le charivari vise un représentant politique (maire ou député), il postule, pour les non-électeurs, un lien de représentation extra-légal. Les charivariseurs imposent un contrôle civique qui concurrence la relation officielle entre mandants et mandataires. La théorie du « gouvernement représentatif » – réduit à une minorité censitaire et élitaire – s’en trouve bouleversée. Implicitement, la souveraineté populaire se situe donc au cœur de l’espace de contrôle civique institué par le charivari.

27Les autorités et les doctrinaires l’ont d’ailleurs parfaitement compris. Les commentaires des journaux orléanistes, les correspondances et circulaires administratives, les plaidoiries judiciaires des adversaires des charivaris politiques convergent à cet égard : les charivariseurs usurpent une souveraineté qu’ils ne possèdent pas, et là réside le vrai scandale. Ainsi peut-on lire dans le Journal de Toulouse, le 23 avril 1832, après les charivaris imposés au député ministériel Amilhau :

« Un député ne doit compte de sa conduite qu’aux électeurs qui l’ont nommé, et sans parler de ce que ces tristes scènes ont de révoltant pour elles-mêmes, cette manifestation d’une improbation étrangère est une véritable usurpation. »

  • 93 Mémorial des Pyrénées, 24 mai 1832.
  • 94 Archives départementales de la Haute-Vienne, 1 M 138.

28Les charivaris violeraient le « choix des majorités régulièrement constatées » et inciteraient à la guerre civile93. Une circulaire du ministre de l’Intérieur d’Argout, le 22 juin 1833, définit les charivaris politiques comme des « atteintes à l’indépendance des Chambres, à la liberté des votes et des opinions, au respect des personnes, et à la tranquillité publique94 ».

  • 95 L’Écho de la fabrique, 15 avril 1832.
  • 96 L’Écho de la fabrique, 2 septembre 1832.

29Du côté des opposants au « juste-milieu », la vox populi est au contraire sacralisée, dans un contexte où le pouvoir monarchique est accusé d’avoir violé la souveraineté populaire manifestée en juillet 1830. Ainsi le journal ouvrier lyonnais L’Écho de la fabrique fait-il l’éloge du charivari politique en raison, précisément, de son « origine prolétaire95 ». Il défend la thèse de la « légalité du charivari considéré comme expression de justice populaire96 ». Lors du procès intenté aux charivariseurs du préfet Talleyrand, leur défenseur soutient également la légitimité plébéienne d’un rite par ailleurs pourchassé au nom de la modernité :

  • 97 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 35.

« La noblesse et la générosité des sentiments n’est pas aristocrate, elle est plébéienne ; elles doivent avoir le droit de se publier à la face du pays. Le chaudron est une presse populaire, le charivari est une tribune plébéienne97. »

30Le paradoxe n’est qu’apparent. Le charivari matrimonial relève de l’archaïsme, quand le charivari politique relève de la sphère publique de la raison :

  • 98 Ibid., p. 20-21.

« Bien entendu, il n’est pas question de ressusciter le charivari de l’ancien régime contre les mariages bien ou mal confectionnés. [...] Le siècle est trop avancé pour cela98. »

31Plus précisément, il institue, contre une parole d’autorité, venue d’en haut et souvent trompeuse, une parole populaire sacralisée ; contre une rhétorique parlementaire usée, la vox populi des chaudrons :

  • 99 Ibid., p. 35.

« Oui, le charivari est une conquête de la civilisation, il permet à l’honnête homme du peuple de confondre le sophiste vendu ; il égalise les forces intellectuelles, il abat l’aristocratie de l’exorde ou de la péroraison, il abat la féodalité du bavardage parlementaire99. »

Une souveraineté encadrée ?

  • 100 AN, F7 6782, dossier Haut-Rhin.
  • 101 Ponteil F., L’opposition politique..., op. cit., p. 167.
  • 102 AN, F7 6781, dossier Landes.
  • 103 On observe à plusieurs reprises les réticences de la garde nationale à réprimer les charivaris pol (...)

32Les charivaris inscrivent la souveraineté populaire dans un espace public informel. Pour autant, cette souveraineté ne trouve pas à s’exprimer spontanément, elle est inscrite dans des cadres sociopolitiques qui lui donnent sens. Ces cadres sont difficiles à restituer, même si une série d’indices convergents permettent de les esquisser. Au cœur de l’organisation du rituel se trouvent la Société Aide-toi, le Ciel t’aidera, déjà évoquée, et son réseau national, mais aussi la Société des amis du peuple, à propos de charivaris à Colmar en avril et juin 1832100, une « société républicaine » à Strasbourg, dans le quartier de la Krutenau101, mais aussi des factions locales associées à des personnalités d’opposition ou une sociabilité « partisane » – les « affidés du Café national » à Bayonne102 – ainsi que certains gardes nationaux, susceptibles de fournir notamment des musiciens103. Cette organisation plus ou moins souterraine permet non seulement la mobilisation de groupes et parfois de foules frondeuses, mais surtout rend possibles des procédures sophistiquées de contrôle démocratique. Dans le cas des députés charivarisés, seule une société politique organisée comme Aide-toi le Ciel t’aidera est en mesure d’évaluer la trajectoire des représentants au cours de la session parlementaire écoulée, leurs votes et leurs discours.

33En aval, les charivaris sont relayés par une presse opposante, réformiste, républicaine ou ouvrière, qui les inscrit comme des formes d’action collective légitimes, voire comme des événements à part entière. Ainsi le journal Le National voit-il apparaître une rubrique « sérénades et charivaris » au cours du printemps 1832. De même, La Glaneuse, à Lyon, recense les charivaris dans les « éphémérides du juste milieu » en 1832. Quant au journal éponyme Le Charivari, il se fait fort de relayer avec gourmandise ces rites-événements :

  • 104 Le Charivari, 22 juin 1833.

« On a remarqué que depuis l’annonce du prochain retour de nos ventrigoulus dans leurs foyers, il n’y a plus eu en province de charivaris pour mariages de veufs. Toutes les casseroles sont déjà louées pour d’autres destinations104. »

  • 105 Le Charivari, 30 juin 1833.

34Il publie même une « sentence charivarique » en juin 1833 qui condamne les députés ministériels à trois peines graduées : le « charivari compliqué, universel et perpétuel », le « charivari local, de jour comme de nuit », et le charivari nocturne simple105. À cet égard, la presse satirique ne métaphorise pas simplement une réalité sociale, elle l’institue ou en tout cas la conforte au sein de l’opinion publique.

  • 106 Certeau M. de, L’invention du quotidien 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
  • 107 Nous nous inspirons dans les lignes qui suivent de la description fine qu’en fait Félix Ponteil (L (...)

35Ces formes d’encadrement n’épuisent pas la compréhension du rituel. Les charivaris les plus massifs permettent au contraire de mettre au jour des mécanismes d’instrumentalisation réciproque. Ils ne sont pas seulement des rites fabriqués par les élites républicaines, ni, symétriquement, des rites de résistance des dominés, dans la tradition des subaltern studies. Ils manifestent une relation dialectique entre une pratique « populaire » devenue archaïsante, un contrôle civique « savant », et un réinvestissement « populaire ». Et incarnent ainsi un « art de faire106 » capable de croiser des langages, des interprétations et des intérêts très différents. Le cas des charivaris infligés au député Humann, les 3, 4 et 5 juin 1831 à Strasbourg, est à cet égard particulièrement éclairant107. Il est initié par quelques centaines de jeunes gens, surtout des étudiants en droit et en médecine, à l’occasion de la dissolution de la Chambre des députés et de l’élection d’une nouvelle assemblée selon la loi électorale de mars 1831. Il s’agit donc pour ces jeunes gens déjà fortement politisés de dénoncer les restrictions de cette nouvelle loi, et de condamner la trahison d’un député autrefois libéral, rallié au parti de la résistance et hostile à tout abaissement du cens électoral. Mais au cours du cortège charivarique du 3 juin, se joignent des groupes plus larges, atteignant quelque 4 000 personnes après quelques heures. Le lendemain, une semblable agrégation se manifeste, où apparaissent des « ouvriers du commerce et des ateliers ». Leurs motivations reposent moins sur le droit électoral ou les prises de position du député Humann, que sur des rumeurs accusant ce dernier d’accaparer les grains, d’accentuer la cherté du pain, de fixer les salaires ouvriers à 80 centimes, et d’élever le prix du sel. C’est cette coalescence d’intérêts et de représentations qui permet, précisément, au rituel de fonctionner, dans une dissonance féconde.

36Le charivari institue un tribunal de surveillance civique à l’âge du « gouvernement représentatif ». Il s’adapte à un moment post-révolutionnaire où les promesses de Juillet s’évanouissent. Mais il correspond aussi à une mise en cause du fonctionnement général de la représentation-délégation, et à l’exigence implicite d’une administration impartiale et séparée du politique. Il fait émerger une « voix du peuple » sacralisée et une souveraineté populaire aux contours flous. L’âge d’or du charivari politique correspond donc, dans ces années 1830, à un triple contexte social, politique et symbolique qui le rend concrètement et symboliquement efficace : une contestation multiforme du régime, l’affirmation de la souveraineté populaire, et la valorisation de la satire plébéienne – dont le journal Le Charivari est emblématique. L’intrication du cri populaire et d’un savoir critique sur le travail parlementaire permet d’intégrer ce rite à une sphère politique moderne, pétrie de symbolique.

37L’année 1832 voit apparaître une véritable campagne nationale de charivaris, jusque-là restée inaperçue, qui faillit se reproduire l’année suivante. Les autorités cherchent alors tout à la fois à dissuader préventivement les charivariseurs et à les réprimer fortement en cas de troubles, désignés comme des rébellions. Une circulaire aux préfets du ministre de l’Intérieur d’Argout, en juin 1833, tente ainsi de désamorcer une nouvelle campagne charivarique :

  • 108 Archives départementales de la Gironde, 1 M 352, circulaire du ministre de l’Intérieur d’Argout au (...)

« Monsieur le préfet, je viens d’être informé que des excitations, parties de Paris, ont pour objet de faire organiser dans les départements à l’époque du retour de MM. les députés, des scènes de désordre, dont le scandale est grave, quoique déguisé sous le nom vulgaire de charivari. Le gouvernement est résolu à les empêcher par tous les moyens qui sont à sa disposition... Je vous recommande donc très instamment de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir, autant qu’il vous sera possible, ces agitations, ou, si vous ne pouvez les empêcher, pour les réprimer avec la plus grande énergie. Rappelez aux autorités civiles les obligations qui leur sont imposées, concertez-vous au besoin avec les autorités militaires, faites savoir à MM. les commissaires de police que leur responsabilité est engagée108. »

  • 109 Weber E., La fin des terroirs..., op. cit., p. 577. Il cite, pour les années 1848-1849, un charivar (...)

38Le rite poursuit donc son histoire mais avec une moindre intensité au cours des années 1840, réapparaît notamment à l’occasion de la révolte antifiscale de 1841, mais aussi sous la IIe République, en 1848-1849109. Cette histoire à bas bruit (si l’on ose dire) reste à écrire. À la fin du XIXe siècle, il semble que le charivari réapparaisse davantage à titre de mobilisation sociale, autour de grèves notamment, et de manière tout à fait ponctuelle. Cette mutation coïncide avec l’avènement de la manifestation moderne, déracinée de ses fondements coutumiers (l’enterrement ou le charivari), et l’affirmation d’un nouveau répertoire d’action collective. Pour autant, le charivari a connu de récentes et spectaculaires résurgences, hors de France, dans le cadre d’une réinvention de tradition et selon des modalités un peu différentes, diurnes et proches du cortège manifestant : cacerolazos (« casserolades ») dans l’espace hispanique, en Argentine en 2001, 2012 et 2015, à Madrid en 2004, au Venezuela en 2012, charivaris lors des mouvements étudiants au Québec en 2012, « révolution des casseroles » en 2009 en Islande, etc. L’histoire de ce rituel dépend à la fois des configurations de l’espace public de l’opinion, et de réalités anthropologiques et culturelles plus profondes.

Notes

1 Fureix E., « Rites protestataires : un nouvel espace public et politique (1820-1848) ? », M. Pigenet et D. Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France, de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, p. 46-57.

2 Robert V., Le temps des banquets. Politique et symbolique d’une génération (1818-1848), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

3 Fureix E., La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 323-402.

4 Robert V., « Quand les libéraux cherchaient à mobiliser l’opinion : cavalcades et banquets de l’année 1830 », M. Carrez et V. Robert (dir.), Visages de la manifestation en France et en Europe, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2010, p. 13-28.

5 Charivari viendrait du grec « karebaria », qui signifie « lourdeur de tête, mal de tête », ou « chaly-baryon » (bruit obtenu en frappant sur des vases métalliques appelés « chalybs »), ou encore du piémontais « chiavramarito », déguisement en chèvre ou bouc.

6 Fincardi M., Derisioni notturne. Racconti di serenate alla rovescia, Santa Maria Capua Vetere, Spartaco, 2005, p. 9. Voir également Le Goff J., Schmitt J.-D. (dir.), Le charivari, Paris, Mouton, 1982.

7 Gauvard C., Altan G., « Les conduites de bruit et leur signification à la fin du Moyen Âge : le charivari », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 29, n ° 3, 1974, p. 693-704.

8 Ibid.

9 Weber E., La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, p. 571-581.

10 Desplat C., Charivaris en Gascogne. La « morale des peuples » du XVIe au XXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1982 ; Itçaina X., « Désordre public et ordre social. Charivari et politique en Labourd intérieur », L. Le Gall, F. Ploux, et M. Offerlé (dir.), La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, XIXe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 199-208.

11 Tilly C., “Charivaris, repertoires and urban politics”, J. Merriman (dir.), French cities in the Nineteenth century, Londres-Melbourne-Sidney, Hutchinson, 1982, p. 73-91. La bibliographie ultérieure sur le sujet est essentiellement américaine : Sahlins P., Forest Rites. The War of the Demoiselles in Nineteenth-Century France, Cambridge, Harvard University Press, 1994, p. 115-121 ; Kroen S., Politics and Theater. The Crisis of Legitimacy in Restoration France, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 134-137 et 291-292 ; Forbes A. W., The Satiric Decade. Satire and the Rise of Republicanism in France, 1830-1840, Lanham, Lexington Books, 2010, p. 177-220.

12 Archives nationales (désormais AN), F7 6779-6783 ; Archives départementales de la Haute-Vienne, de la Gironde et du Rhône, série M.

13 À travers les comptes-rendus de la Gazette des Tribunaux ainsi que la brochure consacrée au procès d’un charivari, Procès du charivari donné à M. le baron de Talleyrand, préfet du Pas-de-Calais, Arras, chez G. Souquet, juin 1832.

14 Essentiellement L’Ami de la religion et du roi, Le Journal des débats, Le National, La Tribune des départements, Le Charivari, Le Revenant, L’Écho de la fabrique, La Glaneuse, Le Mémorial des Pyrénées.

15 « Aide-toi, le ciel t’aidera » : comptes-rendus des sessions législatives ; compte-rendu de la session de 1831, pour faire suite aux notes et jugements sur la Chambre de 1830, Paris, Paulin, 1832 ; Sarrut G., Saint-Edme B., Biographie des hommes du jour, Paris, Henri Krabe, 1835-1838, 4 volumes ; Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari... suivie du complément de l’histoire des charivaris : jusqu’à l’an de grâce 1833, par Éloi-Christophe Bassinet, Paris, Delaunay, 1833.

16 Le maire d’un village du Var désigne le charivari, dès 1821, comme un « désordre digne des temps d’ignorance et de barbarie » (cité par Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, p. 160).

17 Kroen S., Politics and Theater..., op. cit., p. 134 sq.

18 LeGallo Y., Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, Les éditions ouvrières, 1991, vol. 2, p. 725.

19 Kroen S., Politics and Theater..., op. cit., p. 134 ; Alexander R., Rewriting the French Revolutionary Tradition. Liberal opposition and the Fall of the Bourbon Monarchy, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 124.

20 Le Journal des débats, 29 août 1820. Cf. également Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., p. 112.

21 « L’on appelle maintenant une brestoise un charivari. L’on en a fait les honneurs à M. Bellart. » (Lettre de l’abbé Poulpiquet à Mgr de Crouseilhes, 13 août 1820, citée par Le Gallo Y., Clergé, religion et société..., op. cit., p. 740.

22 Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., p. 133-146.

23 Tilly C., “Charivaris, repertoires and urban politics”, art. cit.

24 D’après un article de la Tribune des départements évoqué par Robert V., « Quand les libéraux... », art. cit.

25 Recensement effectué à partir des sources citées en introduction.

26 Tchernoff I., Le parti républicain sous la monarchie de Juillet, Paris, Pédone, 1901, p. 227.

27 « La Société Aide-toi, le ciel t’aidera va changer définitivement son nom contre Aide-toi, le chaudron t’aidera... Tous les chaudronniers de France aident la Société Aide-toi, le ciel t’aidera » (Le Figaro, 11 mai 1832).

28 « Voici la seconde partie d’un ouvrage commencé l’année dernière, et que nous nous proposons de continuer pour chaque session. C’est l’analyse et le relevé fidèle des discours, et des votes de tous les députés qui ont figuré à la Chambre de 1831. Nous croyons fournir ici aux électeurs tous les éléments d’un jugement équitable sur leurs mandataires, et au pays sur ses législateurs. C’est au corps électoral de voir si ses délégués ont loyalement accompli le mandat qu’ils avaient reçu de lui... Nous n’avons d’autre intention que de mettre le pays à même de surveiller, avec nous, les majorités parlementaires auxquelles ses affaires sont confiées. » (Aide-toi, le ciel t’aidera : comptes-rendus des sessions législatives. Compte rendu de la session de 1831..., op. cit., 1832, p. 1.)

29 Arnold Van Gennep fait d’ailleurs observer le caractère « à peu près universel » du charivari coutumier en France (Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1980, tome premier, vol. II, p. 614-615).

30 Marcel-Dubois C., « La para-musique dans le charivari français contemporain », J. Le Goff, J.-D. Schmitt, Le charivari, op. cit., p. 45-53.

31 Sarrut G., Saint-Edme B., Biographie des hommes du jour, op. cit., t. 1, p. 49.

32 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 269.

33 AN, F7 6779, dossier Corrèze.

34 Aide-toi, le ciel t’aidera..., op. cit., p. 71.

35 Ibid., p. 133.

36 Les rapports administratifs tendent à construire une sociologie de la foule informée par des stéréotypes et un imaginaire du complot (ourdi par une poignée de « républicains » accompagnés d’une masse d’« oisifs ») ; quant aux sources judiciaires, elles ne renseignent que sur quelques individus engagés généralement dans des échauffourées avec des forces de l’ordre.

37 Le Mémorial des Pyrénées, 5 juin 1832.

38 Ainsi le charivari qui vise le député Humann à Strasbourg est-il d’abord formé par des étudiants en droit et en médecine. AN, F7 6782.

39 Lors du charivari de Maurs (Cantal) contre le préfet, lors du conseil de révision, le 23 septembre 1833 (AN, F7 6779, dossier Cantal).

40 L’Ami de la religion et du roi, t. 72, p. 278.

41 Le National, 24 avril 1832.

42 D’après le Journal des débats, 30 mai 1832.

43 Archives départementales du Rhône, 4 M 499.

44 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 257.

45 AN, F7 6782, dossier Bas-Rhin, et F7 6781, dossier Loire-Inférieure.

46 AN, F7 6779, dossier Ariège.

47 La qualification juridique d’un charivari non rébellionnaire est celle de « tapage injurieux » ou « nocturne ». Ses auteurs sont passibles d’une peine maximale de 5 jours de prison et de 15 francs d’amende, au titre des articles 479 et 480 du Code pénal de 1810.

48 AN, F7 6782, dossier Moselle.

49 Robert V., Le temps des banquets..., op. cit., passim.

50 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 34.

51 Archives départementales de la Gironde, 1 M 352, circulaire du ministre de l’Intérieur d’Argout aux préfets, 22 juin 1833,

52 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 22.

53 L’écho de la fabrique, op. cit.

54 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 14.

55 Fureix E., « Rites protestataires... », art. cit.

56 Tilly C., « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle, n ° 4, octobre 1984, p. 89-108.

57 Sur cet aspect, mais hors du champ politique, cf. Bonnain-Moerdyk R. et Moerdyk D., « À propos du charivari : discours bourgeois et coutumes populaires », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 32, n ° 2, 1977, p. 381-398.

58 Chappey J.-L., Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms, réputation des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Champ Vallon, 2013.

59 Serna P., La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

60 Brelot C.-I., La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Belles Lettres, 1992, t. 1, p. 538.

61 Philipon C., « Armes du peuple ; armes du juste-milieu », La Caricature, 17 mai 1831. Cette caricature circule lors d’un charivari à Strasbourg le 4 juin 1831, ainsi que le rapporte une note de police : « On voit promener à travers la ville une caricature représentant d’un côté les armes du juste milieu, des seringues qui font feu avec de l’eau ; de l’autre, les armes du peuple : les pavés » (citée par Ponteil F., L’opposition politique à Strasbourg sous la monarchie de Juillet (1830-1848), Paris, Hartmann, 1932, p. 162).

62 Charivari contre le nouveau préfet, Duval, qui s’était illustré lors de la répression de l’émeute de Grenoble cette même année. AN, F7 6781, dossier Loire-Inférieure.

63 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 256.

64 Sarrut G., Saint-Edme B., Biographie des hommes du jour, op. cit., t. 3, p. 394.

65 Ainsi le Compte-rendu de la session classe-t-il les députés en trois catégories : « députés votant contre le ministère », « députés votant tantôt pour, tantôt contre le ministère », « députés à tendance légitimiste, votant avec le ministère », et « députés votant avec le ministère ». On peut y lire (op. cit., p. V) : « Voici la seconde partie d’un ouvrage commencé l’année dernière, et que nous nous proposons de continuer pour chaque session. C’est l’analyse et le relevé fidèle des discours, et des votes de tous les députés qui ont figuré à la Chambre de 1831. Nous croyons fournir ici aux électeurs tous les éléments d’un jugement équitable sur leurs mandataires, et au pays sur ses législateurs. C’est au corps électoral de voir si ses délégués ont loyalement accompli le mandat qu’ils avaient reçu de lui. [...] Nous n’avons d’autre intention que de mettre le pays à même de surveiller, avec nous, les majorités parlementaires auxquelles ses affaires sont confiées. »

66 Cette loi du 21 avril 1832 établit le principe de rassemblement des réfugiés étrangers dans des villes choisies par le gouvernement, et leur expulsion du royaume en cas de trouble à l’ordre public. Voir Diaz D., « Les réfugiés politiques étrangers dans la France des années 1830. De la redéfinition des figures d’autorité à la contestation des normes », Hypothèses, n ° 1, 2011, p. 267-278.

67 Le National, 26 avril 1832.

68 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 258.

69 Compte rendu de la session..., op. cit., p. 69.

70 Journal de l’Ain, 2 mai 1832.

71 Daumier H., « Gargantua », La Caricature, 15 décembre 1831.

72 Compte rendu de la session..., op. cit., p. 206.

73 Archives départementales de la Haute-Vienne, 1 M 138. Dumont Saint-Priest, charivarisé à Limoges le 19 juin 1831.

74 Le 9 juin 1833. AN, F7 6782.

75 Le 4 juin 1831. AN, F7 6782.

76 Le 14 juin 1831. AN, F7 6779.

77 Le Revenant, 3 novembre 1832.

78 Lévêque P., Une société provinciale : la Bourgogne sous la monarchie de Juillet, Paris, Éditions de l’EHESS, 1983, p. 489.

79 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 32.

80 Thompson E. P., “The moral economy of English crowd in the Eighteenth Century”, Past and Present, n ° 50, 1971, p. 76-136.

81 Thompson E. P., « Rough music : le charivari anglais », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 27, n ° 2, 1972, p. 285-312.

82 Gatto G., « Jeunes, dérision et violence en milieu urbain. Milan au début du XIXe siècle », J. Le Goff et J.-D. Schmitt (dir.), Le charivari, op. cit., p. 267-272.

83 AN, F7 6780, dossier Isère.

84 Peignot G., Histoire morale, civile, politique et littéraire du charivari..., op. cit., p. 266.

85 À l’occasion du charivari infligé au député des Basses-Pyrénées le général Harispe.

86 Le Mémorial des Pyrénées, 5 juin 1832.

87 Mgr de Poulpiquet, ancien émigré, et successeur de Mgr de Crouseilhes, évoqué plus haut en 1819 à l’occasion d’un autre charivari.

88 AN, F7 6780, dossier Finistère.

89 Rapport du colonel chef de la 19e légion de gendarmerie, le 14 mai 1831 : « Hier soir le 13, entre 9 et 10 heures du soir, un rassemblement composé de plusieurs centaines de personnes a eu lieu sous les fenêtres de M. Prunelle, maire de cette ville et député, arrivant de Paris. Des cris offensants se sont fait entendre, c’est à lui qu’on attribue la cause de la révocation de M. Paulze d’Yvoy, préfet de ce département » (AN, F7 6782, dossier Rhône).

90 AN, F7 6779, dossier Aude.

91 Enjalbert H., Histoire de Rodez, Toulouse, Privat, 1981, p. 240.

92 Le Journal des débats, 19 mars 1832.

93 Mémorial des Pyrénées, 24 mai 1832.

94 Archives départementales de la Haute-Vienne, 1 M 138.

95 L’Écho de la fabrique, 15 avril 1832.

96 L’Écho de la fabrique, 2 septembre 1832.

97 Procès du charivari donné..., op. cit., p. 35.

98 Ibid., p. 20-21.

99 Ibid., p. 35.

100 AN, F7 6782, dossier Haut-Rhin.

101 Ponteil F., L’opposition politique..., op. cit., p. 167.

102 AN, F7 6781, dossier Landes.

103 On observe à plusieurs reprises les réticences de la garde nationale à réprimer les charivaris politiques, voire une tentation de participation. Ainsi, à Nantes, en juin 1832, une partie de la garde nationale a-t-elle « voté une sérénade au général Solignac et un charivari au général Bonet » (AN, F7 6781, dossier Loire-Inférieure). Et à Chalons-sur-Saône, des officiers et sous-officiers de la garde nationale « seraient allés jusqu’à porter les ordres pour les charivaris et les émeutes » (Lévêque P., Une société provinciale..., op. cit., p. 498).

104 Le Charivari, 22 juin 1833.

105 Le Charivari, 30 juin 1833.

106 Certeau M. de, L’invention du quotidien 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

107 Nous nous inspirons dans les lignes qui suivent de la description fine qu’en fait Félix Ponteil (L’opposition politique..., op. cit., p. 159-167).

108 Archives départementales de la Gironde, 1 M 352, circulaire du ministre de l’Intérieur d’Argout aux préfets, le 22 juin 1833.

109 Weber E., La fin des terroirs..., op. cit., p. 577. Il cite, pour les années 1848-1849, un charivari strasbourgeois contre un député conservateur impopulaire, un charivari à Belley contre Adolphe d’Angeville, et un charivari dans le Lot contre le député de Saint-Priest.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search