Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entre-deux électoral

 | 
Adeline Beaurepaire-Hernandez
, 
Jérémy Guedj

Première partie. Construire le lien politique entre monarchies constitutionnelles et empire

Convaincre et conquérir. « Les lettres aux électeurs » dans la diffusion des idées libérales sous la Restauration

Vivien Faraut

Texte intégral

  • 1 Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, s. l., s. d. Le fait qu’un exemplaire soit ac (...)
  • 2 Archives Nationales, F7, 6741, dossier Maine-et-Loire. Lettre du préfet du Maine-et-Loire au Minis (...)
  • 3 Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, op. cit.

1Alors que les élections de 1830 se profilent, 300 exemplaires d’une feuille intitulée Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier1 circulent dans le département du Maine-et-Loire2, demandant aux électeurs de ce collège électoral d’accorder leurs suffrages au candidat Paillard-Ducléré3. La feuille en question n’est pas un cas isolé. En effet, ce document fait partie de ce qui sera désigné par la suite sous le terme de Lettre aux électeurs.

2Conçue sous la forme d’une lettre ouverte à destination des électeurs d’un espace défini (collège électoral d’arrondissement, de département par exemple), il est possible de les trouver sous d’autres dénominations : « avis aux électeurs » ou encore « derniers mots aux électeurs ». Les terminologies diffèrent, mais la structure est toujours la même : un texte composé de deux ou trois feuilles pour les plus courts à une dizaine pour les plus longs. Certaines lettres sont anonymes ; certaines s’engagent pour un candidat précis alors que d’autres livrent seulement une réflexion partisane sur la situation politique. Chaque lettre est rédigée par un individu à destination de l’ensemble de la population détentrice de la capacité électorale. Ces lettres semblent avoir diverses missions pour leur garant parmi lesquelles figurent la volonté de créer (puis maintenir) un lien entre le potentiel futur député et ses électeurs.

  • 4 Il s’agit des candidats soutenus, jusqu’en 1827, par la gauche. À partir de cette date, aux partis (...)
  • 5 Cette loi, promulguée en 1820, a mis fin à « l’épidémie libérale » qui touchait alors la Chambre d (...)

3Ces lettres aux électeurs ne sont pas une innovation de la Restauration. L’usage de ce type document s’étend des lendemains de la Révolution jusqu’au début de la IIIe République. Dans le cas de la Restauration, 77 lettres ont été identifiées. Leur production s’échelonne entre 1820 et 1830. Le choix s’est porté sur les seules lettres en faveur des candidats libéraux4, même s’il en existe de semblables pour la droite. Ces lettres ont en commun d’avoir été produites lors des élections qui se sont tenues sous le régime de la loi du double vote5. Plus précisément, le corpus comprend des lettres rédigées et diffusées à l’occasion des élections partielles de 1820, 1822, 1828 et 1829 ; ainsi que des élections générales de 1824, 1827 et 1830.

  • 6 Agulhon M., La Reìpublique au village : Les populations du Var de la Reìvolution à la IIe Reìpubliq (...)

4Prise isolément, chacune des lettres est la promesse d’un engagement personnel d’un citoyen en faveur d’un autre, que ce dernier soit mentionné ou non. Prises ensemble, ces lettres sont les témoignages du développement des idées libérales dans la France de la Restauration. Elles sont également un marqueur de la capacité d’appréhension et de reformulation des idées politiques chez les auteurs de ces lettres. Enfin, les lettres sont un instrument de diffusion des idées libérales et peuvent être un vecteur de la « descente de la politique vers les masses6 ». Pour apprécier cela, les éléments de construction du discours politique seront scrutés dans un premier temps, pour ensuite ouvrir vers une étude diachronique du discours, à l’aune des grands moments de la vie politique nationale que constituent les élections de 1824, 1827 et 1830.

Les éléments du discours politique

  • 7 Mayaffre D., « Dire son identité politique. Étude du discours politique au XXe siècle », Cahiers de (...)
  • 8 Ibid., p. 256.

5Par la teneur de son propos, la lettre aux électeurs s’inscrit dans l’éventail des discours politiques. La lettre aux électeurs, qui se présente sous forme d’une lettre ouverte, s’adresse à ceux qui sont appelés à siéger dans les collèges électoraux. Le document produit entend, comme tout discours politique, répondre à des objectifs particuliers. La définition générale du discours politique avancée par Damon Mayaffre souligne qu’il a pour but de « construire un espace linguistique dans lequel le groupe pourra se constituer, se reconnaître et exister7 ». Pour comprendre la forme de cet espace, il est important de répondre à deux questions : « Qui parle ?, à qui8 ? » De plus, s’agissant d’un discours politique écrit et diffusé, se pose également la question des buts particuliers que ce dernier peut avoir.

Les configurations des auteurs

6Le premier élément donné à voir aux lecteurs est celui de l’identité du rédacteur de la lettre, le « Qui parle ? » L’analyse des signatures en fin de document atteste d’une pluralité des formes employées. Le tableau ci-dessous a été établi suivant les différentes configurations rencontrées dans le corpus.

Tableau 1. – Répartition des lettres aux électeurs selon la qualité revendiquée par l’auteur.

7La proportion de lettres ne contenant aucune mention du rédacteur représente plus de la moitié du corpus (51,95 %). Cette part importante indique la volonté des auteurs de proposer un discours qui ne soit pas imputable aux représentants d’une tendance politique particulière. L’absence de mention explicite permet d’ouvrir le texte au plus grand nombre de lecteurs dans la mesure où l’on ne peut y attacher une faction politique particulière. En somme, c’est le discours qui compte et non le producteur de ce dernier.

  • 9 Le fait d’être électeur, sous la Restauration, implique de posséder un capital foncier.

8En parallèle, un second type de lettres représente 38,96 % du corpus. Il s’agit des lettres dont les auteurs ont soin de rappeler qu’ils sont des pairs de ceux qui vont les lire. Cet ensemble se scinde en deux sous-catégories : les lettres anonymes dont l’auteur indique, en fin de document, qu’il possède la qualité d’électeur, et celles dont l’auteur signe en nom propre, en rajoutant la mention « électeur ». Ces deux ensembles représentent respectivement 29,87 % et 9,09 % du corpus. L’importante fréquence de lettres contenant uniquement la mention « électeur » souligne l’effacement de l’auteur, en tant qu’individu, au profit d’une caractéristique qui marque le statut social de l’individu9. Dans les cas de figures mentionnés jusqu’ici, le discours se construit à partir d’une relation qui se définit dans l’anonymat, ne se fondant pas sur des critères distinctifs discriminants comme la revendication d’une profession particulière ou un nom de famille connoté politiquement.

  • 10 Goyet,Aux électeurs constitutionnels de la Sarthe, s. l., 1820.
  • 11 Il s’agit du journal Le Propagateur qui paraît entre février 1818 et mars 1820.
  • 12 Harpaz E., Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe. Correspondance (1818-1822), Genève, Droz, 1973.

9Les lettres aux électeurs dans lesquelles les auteurs signent en leur nom propre représentent 16 % du corpus. Là encore, on note différentes configurations possibles : la revendication de la capacité électorale de l’auteur (9,09 % des cas totaux), la revendication du fait que l’on ne soit pas électeur (1,3 %) et enfin, l’absence de mention (6,49 % des cas). à l’opposé des configurations repérées précédemment, les auteurs signent (et revendiquent) leur propos. Une lettre adressée aux électeurs de la Sarthe10, à l’occasion du renouvellement d’un cinquième de la Chambre des députés en novembre 1820, est rédigée par un certain Goyet. Ce dernier occupe une place particulière au sein de l’opposition libérale sarthoise : rédacteur d’un journal libéral11, il entretient également une correspondance avec la quasi-totalité de l’état-major libéral parisien : Benjamin Constant, les marquis Lafayette et Voyer d’Argenson entre autres12. Les électeurs savent donc, clairement, qui est celui dont le nom figure en bas de la lettre. La signature en nom propre permet de faire peser sur la lettre le statut social du rédacteur. En se présentant clairement, l’auteur légitime sa prise de parole. En ce sens, l’auteur « démasqué » peut devenir un interlocuteur privilégié pour ceux qui sont intéressés par les idées qu’il véhicule. En somme, l’auteur devient une figure politique définie qui semble être en retrait des acteurs traditionnels.

10Cette analyse des configurations de signature des lettres a mis en avant deux grandes stratégies distinctes reposant sur l’identification personnelle ou non. Le « Qui parle ? » définit la seconde question qui détermine le discours politique : le « à qui [le discours s’adresse] ? »

Les espaces de diffusion des lettres aux électeurs

11Dans notre corpus, les 71 lettres proviennent de 44 départements ; six autres sont à destination de l’ensemble des électeurs du royaume, et trois autres sont transversales à deux départements au moins.

  • 13 Maurice Agulhon, à propos de ce clivage, précise qu’il est apparu dès l’Empire et a été confirmé d (...)
  • 14 Nous reprenons ici les conclusions d’Olivier Tort dans le chapitre 3 « Géographie électorale de la (...)
  • 15 Il ne s’agit pas des seuls cas existant mais, citons pour exemple une lettre à destination des éle (...)
  • 16 Tort O., La droite française..., op. cit., p. 67.

12La carte synthétise la répartition géographique du phénomène. Un constat s’impose : il existe une opposition, en termes de répartition, entre la France méridionale et septentrionale. Le nord de la France est plus sensible au phénomène, à l’inverse des départements du sud. Mais, au-delà de ce clivage nord-sud, déjà repéré en de multiples occasions dans l’histoire sociale de la France13, une comparaison entre, d’une part, les terres d’ancrage de la droite14 et, d’autre part, celles où l’on trouve des lettres aux électeurs, souligne la stratégie politique employée par ceux qui prennent la plume. En effet, les espaces traditionnels de la droite que sont les départements du sud et la Bretagne sont très peu touchés par le phénomène, à l’exception des grands centres urbains à l’intérieur de ces espaces. Ainsi, les électeurs des villes de Marseille ou de Lyon, par exemple, sont sollicités par l’un de leurs concitoyens15. Cette attention particulière dont ils font l’objet s’explique, en partie, par l’indécision qui règne dans ces villes durant la période concernée. En ce sens, comme l’a souligné Olivier Tort, ces espaces sont l’objet d’enjeux électoraux constants16.

Carte 1. – Répartition spatiale des lettres aux électeurs sous la Restauration (1820-1830).

  • 17 Il s’agit du document Des élections prochaines, dans les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, (...)

13En parallèle de ces espaces, les électeurs d’un certain nombre de départements qui n’ont pas été acquis par un camp politique particulier sont sollicités. Ainsi, les départements du nord de la France, ceux à proximité de la Manche font l’objet d’une attention particulière. Mais l’absence de lettres aux électeurs est aussi révélatrice des buts de cette « opération de communication ». Les départements qui sont les terres traditionnelles du libéralisme, notamment l’Alsace, le grand ouest, ne sont que très peu visés par les lettres. Les auteurs de ces dernières peuvent s’adresser plus généralement aux électeurs. Une seule lettre à destination des votants des départements des Haut et Bas-Rhin est produite. Elle se scinde en trois parties distinctes : 1) Réflexion sur la vie politique nationale, 2) Candidats à élire dans le Bas-Rhin, 3) Candidats à élire dans le Haut-Rhin17.

14Dans certains départements, le faible nombre, voire l’absence, de lettres peut aussi s’expliquer par une forme de renoncement à convaincre les électeurs. Cette hypothèse se confirme lorsque l’on observe l’absence de lettres dans les terres d’ancrage traditionnel de la droite française comme la région toulousaine ou les départements du sud de la France.

  • 18 Dans les départements des Haut et Bas-Rhin, les députés de la Chambre introuvable appartenaient ma (...)

15Tout indique, dans la répartition géographique observée, la stratégie employée par la gauche française. En effet, le nombre peu élevé de lettres dans les départements ancrés durablement à gauche souligne un besoin moins important de convaincre l’électorat. Les premières lettres en notre possession suggèrent que l’usage de ce procédé, sous la Restauration, est apparu au tournant de la décennie 1820. À cette époque, les départements français ont, pour la plupart, choisi leur camp politique. L’impérieuse nécessité de convaincre se fait moins sentir, par exemple, dans les départements de l’actuelle Alsace18, que dans ceux où les deux grandes tendances politiques qui traversent la Restauration peinent à s’implanter durablement. De même, dans les terres traditionnelles de la droite, la lettre aux électeurs est nettement moins employée.

Un instrument pour contrer la candidature officielle ?

  • 19 Quero L. et Voilliot D., « Travail électoral et pratiques administratives dans le cadre du suffrage (...)
  • 20 Voilliot C., La candidature officielle..., op. cit., p. 66.
  • 21 Ibid., p. 155.
  • 22 Ibid., p. 51-52.
  • 23 Ibid., p. 57-58.

16La lettre aux électeurs, en tant que discours politique, s’adresse à ceux qui détiennent le droit de vote. Cependant, elle s’inscrit également dans les instruments de lutte contre les ministères successifs, qui n’hésitent pas à recourir à la pratique de la candidature ministérielle (désignée sous le terme de candidature officielle sous le Second Empire). Les travaux sur la question du recours à cette pratique19 ont mis au jour les mécanismes employés par les agents de l’État lors de la préparation des élections. Pratique dont l’objectif est de favoriser l’élection d’un candidat préalablement désigné par le pouvoir en place. Elle tend à se généraliser sur l’ensemble de la période, et a des répercussions importantes sur l’existence parlementaire d’une opposition libérale. Primitivement mise en œuvre aux lendemains de la dissolution de la Chambre introuvable, dans le but d’endiguer toute menace ultraroyaliste au Palais Bourbon, elle est constamment employée par la suite afin d’assurer la victoire des candidats soutenus par le ministère en place20. En observant les leviers actionnés par les agents de l’État, Christophe Voillot indique que l’une des caractéristiques repose sur la capacité des agents de l’État à contrer les autres candidats ; et, dans le même temps, réussir à « faire venir » et « faire voter » pour leur candidat21. L’auteur précise que cette technique repose également (et principalement) sur l’activation de liens interpersonnels favorisant le « faire voter » en faveur du candidat désigné22. Réseaux interpersonnels mobilisables et mobilisés qui sont complétés par la publication de consignes de vote par les préfets et sous-préfets23. La lettre aux électeurs peut se lire comme un mode d’opposition à cette pratique pour diverses raisons. Tout d’abord, elle dénonce la candidature ministérielle. À ce titre, une lettre à destination de l’ensemble du corps électoral français pour les élections de 1824 stipule :

  • 24 Bibliothèque Nationale de France, Anonyme, Dernier avis aux électeurs de 1824, Paris, Gaultier-Lag (...)

« En vain les dépositaires du pouvoir emploient-ils les machinations les plus odieuses, les mesures les plus illégales pour écarter de la députation des hommes dont les principes et la vie entière garantissent aux Français des mandataires incorruptibles ; en vain les circulaires ministérielles menacent-elles de destitution les fonctionnaires publics qui seraient assez coupables pour voter d’après les consciences24. »

  • 25 Ibid.

17On voit bien, dans ce cas, qu’il ne s’agit pas de dénoncer uniquement une pratique mais bien de porter à la connaissance de tout le mode de fonctionnement de cette dernière. Et l’auteur de la lettre de placer sous les auspices de la Nation, la nécessité de ne pas voter pour les candidats ministériels : « [La Nation] vous enjoint surtout de vous accorder pour repousser unanimement les candidats ministériels25. »

  • 26 Ces cinq qualités ont été mises en avant par le logiciel d’analyse textuel IRaMuTeQ comme étant fr (...)
  • 27 Il n’existe pas à proprement parler, dans le corpus étudié, de qualités (ou de défauts) qui soient (...)

18Enfin, le « faire voter », pilier essentiel de la candidature officielle, est également un élément central des lettres aux électeurs. À cette différence que les moyens mis en œuvre pour y arriver sont opposés. Ainsi, les liens interpersonnels ne priment plus, et l’on veut convaincre par l’argumentation. Cette dernière se fonde sur la mise en exergue des qualités que doit posséder le candidat. Cinq qualités sont présentées comme nécessaires pour être un bon député : honneur, probité, indépendance, dignité et patriotisme26. L’exaltation de ces valeurs s’insère dans une stratégie de délégitimation de l’adversaire politique. Cela fait voir le candidat ministériel comme ne possédant pas intrinsèquement les qualités nécessaires27.

19La rhétorique développée dans les lettres, dans l’optique de « faire voter », s’appuie également sur l’insertion de l’action locale dans une dimension nationale. En ce sens, là où les agents du pouvoir œuvrent pour faire du vote en faveur du candidat un marqueur d’appartenance à une communauté établie (autour de cet agent), les auteurs des lettres opposent une conception différente. Les individus appelés à se réunir dans l’arrondissement électoral de Château-Gontier (dans le département de l’actuelle Mayenne), ont ainsi pu lire :

  • 28 Archives Nationales, F7 6741, dossier 10, Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, s. (...)

« Les Collèges électoraux sont destinés à manifester les vœux, les besoins et les craintes de la nation : ils forment le grand conseil du pays28. »

20Ce qui transparait à l’occasion de cette phrase, c’est le rappel d’un des piliers fondamentaux de la Restauration : l’alliance du roi et de la nation (qui choisit librement ses représentants) et dont la Chambre des députés est le symbole. C’est aussi un exemple éclairant de la volonté d’insertion du caractère local de l’acte électoral dans la vie politique nationale.

L’évolution du discours : retour sur trois configurations électorales distinctes

  • 29 Nous avons écarté les lettres qui n’ont pas été produites à ces dates (soit 21 lettres aux électeu (...)
  • 30 Ordonnance rédigée par Louis XVIII.
  • 31 Sous la pression de la droite, et notamment du président du conseil Villèle, cette loi est adoptée (...)
  • 32 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration, 1814-1830, Paris, Perrin, 1996, p. 393-3 (...)

21Parmi l’ensemble des lettres aux électeurs disponibles, vingt-sept ont pu être identifiées comme ayant été produites à l’occasion d’un renouvellement complet de la Chambre des députés29. Il s’agit des années 1824, 1827 et 1830. Ces trois élections ont lieu dans des configurations politiques particulières. Elles ont en commun de se dérouler sous le règne de Charles X ainsi que sous des ministères de droite : celui de Joseph de Villèle pour les années 1824 et 1827 ; et celui du prince Jules de Polignac pour 1830. De plus, toutes ces élections résultent d’une ordonnance royale de dissolution de la Chambre basse. Mais, au-delà de ces points communs, chacune s’inscrit dans une situation politique singulière. Les élections de 1824 font suite à la dissolution de la Chambre des députés par l’ordonnance du 24 décembre 182330. Ce scrutin est également le premier à se dérouler sous le régime de la septennalité31 et offre à Villèle une Chambre dans sa mouvance politique. Les élections de 1827 sont le résultat de la dissolution de la Chambre ordonnée par Charles X, le 6 novembre de cette année-là. À ce moment, la « Chambre retrouvée » de 1824 n’est plus un appui politique suffisamment stable pour Villèle. Ce dernier doit faire face à une opposition venant de sa droite au Palais Bourbon32. Enfin, les scrutins de juin et juillet 1830 occupent une place bien particulière dans l’histoire parlementaire française. Ils sont le résultat de la dissolution de la Chambre ordonnée le 21 avril 1830. Cette dissolution de la Chambre libérale élue en 1827 est la réponse de Charles X à l’Adresse des 221.

  • 33 Sur la méthode voir Cibois P., L’analyse factorielle : analyse en composantes principales et analy (...)
  • 34 L’Analyse Factorielle des Correspondances a été réalisée via le logiciel IRaMuTeQ.

22Trois configurations politiques et trois styles diffèrent dans les lettres aux électeurs. L’Analyse Factorielle des Correspondances33 effectuée à partir des trois ensembles de textes souligne la diversité des procédés rhétoriques employés dans les lettres, et ce, en fonction des années de production34. Le tableau suivant résume les dix occurrences les plus employées pour chacune des années d’élection.

1824

1827

1830

1

Aristocratie

Liste

Majorité

2

Président

Jésuite

Adresse

3

Département

30

Prérogative

4

Écrire

Prochain

Couronne

5

Vos

inscrire

Concours

6

Nommer

Année

Charte

7

Bulletin

Juré

Ministère

8

Février

Septembre

Chambre

9

Leurs

Chambre

Passion

10

Devoir

Liberté

Motif

Tableau 2. – Les dix occurrences caractéristiques par année.

  • 35 À l’exception de l’occurrence « chambre ». Cependant, son emploi diverge. Nous y reviendrons par l (...)

23Les dix occurrences propres à chaque année d’élections sont différentes35. Le lexique employé diffère entre chacune des périodes électorales. Ce changement pouvant répondre à des changements de stratégie pour les auteurs et, par extension, pour les représentants du courant politique libéral.

1824 : les vertus pédagogiques du discours

  • 36 Pour les répercussions de l’affaire, Malandrain G., L’Affaire Louvel ou l’introuvable complot. Évé (...)
  • 37 En deux ans, la France a été traversée par une demi-douzaine d’affaires de conspirations et autres (...)
  • 38 Tous ont récusé leur implication. Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op (...)
  • 39 Sur l’expulsion de Manuel voir : Caron J.-C., « Les mots qui tuent. Le meurtre parlementaire de Ma (...)

24En 1824, l’occurrence la plus employée par les rédacteurs est « aristocratie » avec une importante utilisation par rapport au reste du corpus considéré. Cette désignation de la figure de l’opposant se retrouve également dans l’utilisation du pronom possessif « leurs ». Les auteurs ont massivement recours à ce dernier afin de mettre en lumière les caractères particuliers de l’opposant. Mais les lettres aux électeurs de 1824 insistent davantage sur des aspects de l’action de vote. Les occurrences renvoyant à la procédure électorale sont multiples : « président » pour rappeler aux électeurs sous l’autorité de quelle personne va se dérouler la réunion du collège électoral ; « bulletin » ou encore le verbe « écrire » qui renvoie à l’action clé de la journée. Le suremploi du substantif « département » implique la nécessité de rappeler le cadre dans lequel évolue son lectorat. Enfin, le dernier trait saillant, dans le discours de 1824, est autour des occurrences « février » et « devoir ». L’emploi de ces termes soulignant l’importance de la journée du 26 février 1824, jour de convocation des collèges électoraux pour voter. Le discours proposé est donc résolument technique, il ne cherche pas foncièrement à convaincre du bienfondé du vote en faveur du candidat libéral. Plusieurs explications peuvent être avancées. La situation de la gauche française en général, et de l’extrême-gauche en particulier sont difficiles. La politique répressive des lendemains de l’assassinat du duc de Berry (14 février 1820) a marqué un virage important pour la Restauration36. La vague de conspirations et autres complots ayant déferlé sur la France entre 1820 et 182237 a été un second élément déstabilisateur, et notamment l’attitude des principaux leaders parlementaires libéraux, alors accusés d’être membres de la Charbonnerie française38. Mais c’est l’année 1823 qui aura le plus de répercussions puisque, avant la dissolution de la Chambre basse prononcée en fin d’année, le succès de l’armée française lors de l’intervention en Espagne a déjà marqué une étape décisive. Pour les libéraux, il s’agit d’un échec, au moins à deux niveaux : d’une part, la droite française réunie autour de Villèle triomphe, et d’autre part, les libéraux se retrouvent dans une situation délicate, notamment à la suite de l’expulsion d’un de leurs orateurs, J.-A. Manuel, de la Chambre des députés39.

1827 : dénoncer et proposer

  • 40 Pinkney D. H., La révolution de 1830 en France, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 1 (...)
  • 41 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 396.
  • 42 Cette loi, réclamée par l’opposition libérale, entendait contrer l’administration qui n’inscrivait (...)
  • 43 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 383.
  • 44 La thèse d’une conspiration est répandue depuis 1826 et la parution de l’ouvrage du comte de Montl (...)
  • 45 Dernier avis aux électeurs, Paris, Guiraudet, 1827.

25Si une attention particulière est portée au déroulement des procédures électorales dans les lettres aux électeurs de 1824, les documents produits à l’occasion des élections générales de 1827 accentuent le discours un peu plus en amont du jour de l’élection. En ce sens, les auteurs des lettres l’inscrivent dans la droite ligne de celui prôné par la société d’obédience libérale Aide-toi, le ciel t’aidera40. Cette dernière a pour but de contrer « les magouilles gouvernementales41 ». Les occurrences « liste », « inscrire » sont sur employées dans cette partie du corpus. Tout comme « 30 » renvoyant, avec « septembre », au dernier jour du dernier mois où celui qui paie 300 francs de cens peut se faire inscrire sur les listes électorales. Enfin, les substantifs « juré » et « année » apparaissent également à de nombreuses reprises ; ils sont des références à la loi sur le jury qui prévoit la publication annuelle, par le préfet, des listes électorales au sein desquels seront choisis les jurés42. Les personnes n’y figurant pas mais qui remplissent les conditions nécessaires pour voter, ont un mois pour demander la régularisation de leur situation. Sept occurrences parmi les dix plus significatives des lettres aux électeurs de 1827 renvoient aux conditions nécessaires pour pouvoir voter. En parallèle, d’autres occurrences fortes sont employées. S’il avait été question, en 1824, de désigner l’aristocratie comme figure de l’opposant aux libéraux, cette figure va changer pour prendre les traits du « jésuite ». En effet, les lettres aux électeurs vont développer et transmettre l’idée, déjà répandue dans la société, d’un ministère inféodé à l’ordre fondé par Loyola. La dénonciation d’un ennemi dans la figure du jésuite renvoie à « un argumentaire largement répandu dans l’opposition sur l’existence d’un parti prêtre vivant dans une sorte de semi clandestinité et qui préside aux destinées du royaume, tenant sous sa coupe le ministère [Villèle] et Charles X43 ». Ici, ce parti prêtre s’incarne dans la figure du jésuite. Les lettres faisant mention d’une « menace » jésuitique n’hésitent pas à majorer l’ampleur de la conspiration qui menace la France44. Pour accentuer l’imminence du danger, la plupart des députés de la IIIe législature de la Restauration sont qualifiés de « valets des jésuites45 ».

  • 46 En 1824, l’on constate un écart réduit, égal à-6, ce qui signifie grossièrement que l’occurrence e (...)
  • 47 Dernier avis aux électeurs, op. cit. Notons cependant que le projet de loi n’a jamais été présenté (...)
  • 48 Sur la crise actuelle et sur les élections de 1830, Saumur, A. Dego, 1830.
  • 49 Les lettres aux électeurs de 1827 consacrent majoritairement le rôle que doit jouer la Chambre hér (...)
  • 50 Waresquiel E. de, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs hér (...)
  • 51 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 365.
  • 52 Le terme est employé par Waresquiel E. de, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 196.
  • 53 Dernier avis aux électeurs, op. cit.

26Contrairement à 1824, les lettres relatives aux élections suivantes entendent agrandir l’échelle dans laquelle se situe le lecteur/électeur. L’occurrence « Chambre » est sensiblement plus employée que précédemment46. L’emploi de cette occurrence renvoie à deux types d’idées : premièrement, il est question de dénoncer la politique menée par la Chambre en fin de mandat, et notamment son accointance avec le ministère en place : « Le ministère comptait pour nous imposer le droit d’aînesse, sur l’appui de la chambre septennale [des députés]47. » En mettant en lumière la proximité qui semble exister, l’auteur de cette lettre souhaite donner une impression de rupture politique en cas de victoire des libéraux. Pour ce faire, il écrit que « l’opposition l’emportera sur le parti ministériel [...], cette opposition dans la chambre élective pourra être d’autant plus véhémente qu’elle s’appuiera sur le vœu de la nation48 ». Deuxièmement, l’occurrence est également associée à des termes comme « pair » ou « héréditaire49 ». L’incorporation de l’action de la Chambre haute dans les lettres aux électeurs permet, par contraste, de souligner la passivité de son homologue du Palais Bourbon. C’est le rôle d’opposition joué par les Pairs de France qui est souligné dans les textes50. Ce rôle durera jusqu’à l’ordonnance du 5 novembre 1827 qui crée 76 nouveaux pairs de France51. La nomination de ces « maudits52 » doit, suivant la volonté de Villèle, lui permettre de retrouver une majorité. La manœuvre du président du conseil est dénoncée dans une lettre à destination de l’ensemble de l’électorat français : « La Chambre des Pairs a sauvé le pays mais désormais c’est un appui sur lequel il ne faut plus compter en punition de sa généreuse conduite53. »

  • 54 Cette loi entendant s’attaquer à la presse mais également aux brochures et autres pamphlets. Pour (...)

27Enfin, la notion de « liberté » est largement convoquée par les auteurs de lettres. Elle est associée à deux aspects particuliers : la religion et la presse. Ces deux éléments, s’ils sont des constantes de l’engagement libéral sous la Restauration, ont été mis à mal durant les années 1824-1827. La liberté de religion est garantie par l’article 5 de la Charte. Or, à diverses reprises, le Législateur a proposé des lois rompant avec le principe d’égalité entre les cultes : la loi sur le sacrilège en est le plus parfait exemple. Mais c’est surtout la liberté de la presse que les rédacteurs appellent de leurs vœux. Cette liberté a pu être sauvegardée durant la session parlementaire précédente par le rejet de la loi dite « de justice et d’amour54 ». Ce sont deux piliers du libéralisme de la Restauration qui sont mis en lumière. A contrario, l’usage d’occurrences relatives à la procédure électorale en elle-même disparait, la réflexion des auteurs se déplace vers le terrain des conditions pour pouvoir pratiquer le vote ; la figure de l’ennemi mute. Mais, l’évolution principale des lettres de 1827 se situe dans le développement d’un discours insérant l’élection dans un temps long, celui de l’évolution politique française, et non dans un temps court, celui de la réunion du collège électoral.

1830 : les revendications idéologiques

28La préparation des élections de 1830 revêt un caractère spécifique dans la vie politique française en général, et dans les lettres aux électeurs en particulier. La tactique employée par les libéraux répond à deux objectifs : renforcer leur poids au Palais Bourbon et réaffirmer le rôle de la Chambre des députés face au pouvoir royal. Les lettres aux électeurs sont cette fois encore diffusées sous le patronage de la société Aide-toi le ciel t’aidera. La rupture avec la campagne électorale précédente est plus importante dans le discours produit. Après avoir observé un premier recul sur la question des modalités pratiques du vote, les lettres de 1830 abandonnent cet aspect en tant que thème central.

  • 55 Cette adresse étant elle-même une réponse au discours d’ouverture de la session parlementaire par (...)
  • 56 Aux électeurs du petit collège de Nevers, Nevers, Delavau, 1830.
  • 57 Sur la crise actuelle..., op. cit.
  • 58 « Vous Messieurs étrangers aux passions, vous ne consulterez que vos consciences », Lettre à messi (...)

29L’ordonnance de dissolution ayant été établie en réponse à l’adresse55 de 1830, c’est donc, en toute logique, que l’occurrence « adresse » est sur employée. Elle renvoie évidemment à celle des 221. Son usage permet d’emblée de fixer les enjeux du vote, du moins dans les départements où le député qui l’a votée se représente : « Les 221 qui ont voté l’adresse doivent d’abord réunir tous les suffrages constitutionnels56. » Par la figure du député signataire, c’est la notion d’indépendance qui est mise en exergue. Une indépendance qui doit permettre à la Chambre basse de s’affirmer comme contre pouvoir politique. L’on retrouve la rhétorique de 1827 sur la nature de la relation entre ministère et Chambre des députés couplée à la volonté de combattre les processus de candidature ministérielle. C’est dans cette optique que les auteurs appellent leurs concitoyens à rationaliser leur vote, puisqu’il est également question d’éteindre toute « passion » chez les électeurs. Les auteurs prêchent pour un vote qui soit le résultat d’un acte consciemment réfléchi et non le résultat d’une prise de position qui n’ait pas d’assises objectives. Un électeur de Saumur écrit aux autres membres du collège électoral « que le véritable ami de son pays doit en arrivant au collège électoral se dépouiller de toute passion57 ». Ce témoignage n’est pas isolé puisqu’on en retrouve un similaire à Charenton où le rédacteur de la lettre en appelle à la conscience de l’électeur58.

  • 59 Rosanvallon P., La monarchie impossible. Les Chartes de 1814 et de 1830, Paris, Fayard, 1994, p. 75
  • 60 Constant et Guizot par exemple, vont s’atteler à formaliser des réflexions quant à cette dernière. (...)

30Le discours proposé en 1830 est l’occasion pour les libéraux de porter à la connaissance des électeurs la conception de la relation au sein du triptyque composé par la Chambre des députés, le roi et le ministère. Nous touchons ici un point essentiel des revendications portées par les libéraux : celui de la responsabilité ministérielle face à la Chambre des députés. Primitivement demandée par les ultras de la Chambre Introuvable afin de contrer le président du conseil Decaze59, elle va être revendiquée par les penseurs libéraux60. C’est à l’occasion des élections de 1830 que les auteurs de lettres vont diffuser cette revendication de manière explicite à l’ensemble des électeurs, en la situant dans la brèche ouverte par l’adresse des 221 :

  • 61 Lettre d’un électeur du département du Loiret à ses concitoyens, s. l., 1830.

« En signalant l’incompatibilité de la chambre élective avec le ministère, [les députés] ont exprimé la pensée du pays, posé un grand principe qui découle de la Charte61... »

31Ou encore :

  • 62 Sur la crise actuelle..., op. cit.

« Si le ministère eût été changé immédiatement [après la lecture au Roi de l’adresse], si celui qui l’aurait remplacé n’eût pas convenu à cette chambre qui vient d’être dissoute, nul doute qu’elle n’eût encore dit au Roi que ces nouveaux ministres n’avaient pas sa confiance62. »

  • 63 Sans pour autant être révélateur d’un sous-emploi, les années 1824 et 1827 sont respectivement cré (...)
  • 64 Électeurs, Marseille, Feissat aîné et Demonchy, 1830.
  • 65 Rosanvallon P., La monarchie impossible..., op. cit., p. 89.

32L’argumentation proposée se déplace donc sur un terrain beaucoup plus idéologique qu’auparavant, avec la disparition d’occurrences renvoyant à l’action de vote. Les auteurs des lettres professant un discours qui entend opposer le roi et la Chambre sur l’interprétation qu’en ont les deux entités. L’usage important du terme « Charte » est inédit, eu égard à son emploi pour les années 1824 et 182763. Les électeurs de Marseille, par exemple, se voient rappeler la nécessité de conserver l’œuvre de Louis XVIII : « Sans Charte où est l’ordre, le repos, la stabilité, la sûreté des citoyens et du monarque64. » L’idée véhiculée est celle d’un attachement total à l’édifice constitutionnel, notamment en tant que socle du régime parlementaire, par opposition à l’attitude d’un Charles X qui n’interprète pas la Charte « dans le sens du gouvernement parlementaire65 ».

33Afin de mieux apprécier les évolutions du discours, l’usage des pronoms personnels est révélateur des mutations du rapport auteur/lecteurs. Le graphique ci-dessous indique l’évolution de l’emploi des pronoms personnels « nous » et « vous ».

Graphique 1. – Courbes de l’évolution de l’usage des pronoms personnels suivant les trois années d’élection.

  • 66 Mayaffre D., « Dire son identité politique... », art. cit., p. 57.

34Durant les trois années considérées, les courbes se sont inversées. Le pronom personnel « vous », majoritairement employé en 1824 ne l’est plus en 1830. A contrario, le pronom personnel « nous » suit une courbe inverse pour être, en 1830, plus que majoritairement employé. Cette inversion est en partie imputable à l’évolution générale du discours décrite précédemment. Mais surtout, l’usage du pronom personnel « nous » confère au locuteur une proximité qu’il n’osait jusqu’alors. Son emploi est révélateur d’un changement important opéré dans les six dernières années de la Restauration. Résumant l’usage, dans le discours politique, du « nous », Damon Mayaffre rappelle que « le « nous » est fondamentalement politique [...] et d’évidence identitaire ». Et l’auteur de définir plus précisément : « Il a pour vocation, dans la langue politique, de construire une identité collective, de constituer une communauté, [...] de substituer à l’individualité du locuteur l’identité plurielle politique du groupe66. » Dans le cas présent, l’augmentation de l’emploi du « nous » au détriment d’un « vous » marquant une différence entre celui qui produit et celui qui lit. Il y a une évolution dans la façon de concevoir la relation entre rédacteur/électeur, et notamment dans l’affirmation d’une identité partisane qui englobe l’ensemble des personnes qui sont en contact avec le document.

35La lettre aux électeurs occupe une place particulière dans la relation entre le futur député et les électeurs. Cette place tient particulièrement au fait que la lettre est un objet polysémique : médium de diffusion d’un message politique, elle est également un outil d’apprentissage à la vie politique. Conçue dans l’optique de créer un espace de réflexion politique qui ne réponde pas à la logique traditionnelle de la période, les élites (le plus souvent parisiennes) vers les électeurs départementaux, elle permet de créer et d’entretenir des liens originaux entre candidat libéral et électeurs dans lesquels des valeurs fondamentales sont érigées en principes. Mais la lettre aux électeurs n’est pas un texte figé. En ce sens, elle évolue constamment, elle mute, sous l’effet du contexte socio-politique français. Si elle joue un rôle pédagogique, dans un premier temps, en contribuant à expliquer la technologie électorale, elle va peu à peu, se transformer. Cette transformation résulte de l’émergence d’une gauche libérale sûr de son fait, à la suite de la victoire électorale de 1827, mais surtout aux lendemains de la retentissante adresse des 221. C’est en effet à cette période que la sensibilisation de la population électorale aux questions politiques majeures de la période se manifeste clairement. Mais derrière cette évolution de la rhétorique se cache, à notre sens, un outil de lutte contre les ministères en place. Tout au long de la période considérée, l’usage de ce média permet de construire la figure d’un « idéal-type » de l’homme politique, proche de ceux qui lui ont accordé leurs suffrages.

Notes

1 Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, s. l., s. d. Le fait qu’un exemplaire soit accolé à la lettre du préfet renseigne sur la date de production.

2 Archives Nationales, F7, 6741, dossier Maine-et-Loire. Lettre du préfet du Maine-et-Loire au Ministère de l’Intérieur, 22 juin 1830.

3 Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, op. cit.

4 Il s’agit des candidats soutenus, jusqu’en 1827, par la gauche. À partir de cette date, aux partisans de ce bord politique s’ajoute également le courant animé par le vicomte de Chateaubriand. Voir Girard L., Les libeìraux français : 1814-1875, Paris, Aubier, 1985 ; Jardin A., Histoire du libeìralisme politique de la crise de l’absolutisme à la constitution de 1875, Paris, Hachette, 1985.

5 Cette loi, promulguée en 1820, a mis fin à « l’épidémie libérale » qui touchait alors la Chambre des députés entre 1817 et 1819.

6 Agulhon M., La Reìpublique au village : Les populations du Var de la Reìvolution à la IIe Reìpublique, Paris, Le Seuil, 1979, p. 259. Précisons également que les masses dont il sera question, renvoient à l’électorat de la Restauration, soit 80 000 à 100 000 personnes sur l’ensemble de la période.

7 Mayaffre D., « Dire son identité politique. Étude du discours politique au XXe siècle », Cahiers de la Meìditerraneìe, no 66, juin 2003, p. 249.

8 Ibid., p. 256.

9 Le fait d’être électeur, sous la Restauration, implique de posséder un capital foncier.

10 Goyet,Aux électeurs constitutionnels de la Sarthe, s. l., 1820.

11 Il s’agit du journal Le Propagateur qui paraît entre février 1818 et mars 1820.

12 Harpaz E., Benjamin Constant et Goyet de la Sarthe. Correspondance (1818-1822), Genève, Droz, 1973.

13 Maurice Agulhon, à propos de ce clivage, précise qu’il est apparu dès l’Empire et a été confirmé dès les lendemains de la Restauration. Voir Agulhon M., « Conscience nationale et conscience régionale en France de 1815 à nos jours », Id., Histoire vagabonde, t. II : Idéologie et politique dans la France du XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1988, p. 156.

14 Nous reprenons ici les conclusions d’Olivier Tort dans le chapitre 3 « Géographie électorale de la droite » : de Tort O., La droite française : aux origines de ses divisions, 1814-1830, Paris, CTHS, 2013, p. 61-78.

15 Il ne s’agit pas des seuls cas existant mais, citons pour exemple une lettre à destination des électeurs marseillais : Électeurs, Marseille, Feissat aîné et Demonchy, 1830 ; pour les électeurs lyonnais : Électeurs du département du Rhône..., op. cit.

16 Tort O., La droite française..., op. cit., p. 67.

17 Il s’agit du document Des élections prochaines, dans les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, s. l., 1820.

18 Dans les départements des Haut et Bas-Rhin, les députés de la Chambre introuvable appartenaient majoritairement à la minorité ministérielle.

19 Quero L. et Voilliot D., « Travail électoral et pratiques administratives dans le cadre du suffrage censitaire. Enquête sur un refus », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 26-27, décembre 2003, p. 131-147 ; Voilliot C., La candidature officielle : une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Rennes, PUR, 2005.

20 Voilliot C., La candidature officielle..., op. cit., p. 66.

21 Ibid., p. 155.

22 Ibid., p. 51-52.

23 Ibid., p. 57-58.

24 Bibliothèque Nationale de France, Anonyme, Dernier avis aux électeurs de 1824, Paris, Gaultier-Laguionie, 1824, 13 p.

25 Ibid.

26 Ces cinq qualités ont été mises en avant par le logiciel d’analyse textuel IRaMuTeQ comme étant fréquemment associés à l’occurrence « député ».

27 Il n’existe pas à proprement parler, dans le corpus étudié, de qualités (ou de défauts) qui soient accolés aux candidats ministériels.

28 Archives Nationales, F7 6741, dossier 10, Aux électeurs de l’arrondissement de Château-Gontier, s. d., s. l.

29 Nous avons écarté les lettres qui n’ont pas été produites à ces dates (soit 21 lettres aux électeurs) ainsi que celles n’ayant aucune date permettant de les identifier clairement (soit 29 lettres).

30 Ordonnance rédigée par Louis XVIII.

31 Sous la pression de la droite, et notamment du président du conseil Villèle, cette loi est adoptée pour remplacer celle qui était en vigueur depuis les premiers temps de la Restauration et qui prévoyait, en outre, le renouvellement annuel d’un cinquième des députés de la Chambre selon un processus établi. Cette première loi a entrainé, notamment entre 1817 et 1819, une augmentation sensible de députés libéraux.

32 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration, 1814-1830, Paris, Perrin, 1996, p. 393-394. Le gouvernement est également divisé autour de l’ancien maire de Toulouse (Tort O., La droite française..., op. cit., p. 180).

33 Sur la méthode voir Cibois P., L’analyse factorielle : analyse en composantes principales et analyse des correspondances, Paris, Presses universitaires de France, 2000.

34 L’Analyse Factorielle des Correspondances a été réalisée via le logiciel IRaMuTeQ.

35 À l’exception de l’occurrence « chambre ». Cependant, son emploi diverge. Nous y reviendrons par la suite.

36 Pour les répercussions de l’affaire, Malandrain G., L’Affaire Louvel ou l’introuvable complot. Événement, enquête judiciaire et expression politique dans la France de la Restauration, Thèse d’histoire, Université de Paris-XII, 2005.

37 En deux ans, la France a été traversée par une demi-douzaine d’affaires de conspirations et autres complots, Spitzer A. B., Old hatred and young hopes : the French carbonari against the Bourbon restoration, Cambridge, Harvard university press, 1971.

38 Tous ont récusé leur implication. Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 342.

39 Sur l’expulsion de Manuel voir : Caron J.-C., « Les mots qui tuent. Le meurtre parlementaire de Manuel (1823) », Genèses, vol. 83, no 2, août 2011, p. 6-28.

40 Pinkney D. H., La révolution de 1830 en France, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 13-14.

41 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 396.

42 Cette loi, réclamée par l’opposition libérale, entendait contrer l’administration qui n’inscrivait pas sur les listes les électeurs qui atteignaient de justesse les 300 francs de cens.

43 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 383.

44 La thèse d’une conspiration est répandue depuis 1826 et la parution de l’ouvrage du comte de Montlosier. Elle repose également sur la dénonciation de l’existence de sociétés secrètes ultra comme celle des Chevaliers de la Foi. Ibid., p. 382.

45 Dernier avis aux électeurs, Paris, Guiraudet, 1827.

46 En 1824, l’on constate un écart réduit, égal à-6, ce qui signifie grossièrement que l’occurrence est six fois moins employée que la moyenne. En 1827, cet indicateur est de + 2,49.

47 Dernier avis aux électeurs, op. cit. Notons cependant que le projet de loi n’a jamais été présenté à la Chambre des députés car rejeté par la Chambre des Pairs, il est tout bonnement retiré.

48 Sur la crise actuelle et sur les élections de 1830, Saumur, A. Dego, 1830.

49 Les lettres aux électeurs de 1827 consacrent majoritairement le rôle que doit jouer la Chambre héréditaire. Les autres sessions retenues ici ne font que peu de mention de cette dernière.

50 Waresquiel E. de, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration, 1814-1831, Paris, Fayard, 2006., p. 172-195.

51 Waresquiel E. de et Yvert B., Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 365.

52 Le terme est employé par Waresquiel E. de, Un groupe d’hommes considérables..., op. cit., p. 196.

53 Dernier avis aux électeurs, op. cit.

54 Cette loi entendant s’attaquer à la presse mais également aux brochures et autres pamphlets. Pour une description sommaire de ce que prévoyait le projet de loi, voir : Waresquiel E. et B. Yvert, Histoire de la Restauration..., op. cit., p. 397-389.

55 Cette adresse étant elle-même une réponse au discours d’ouverture de la session parlementaire par le roi.

56 Aux électeurs du petit collège de Nevers, Nevers, Delavau, 1830.

57 Sur la crise actuelle..., op. cit.

58 « Vous Messieurs étrangers aux passions, vous ne consulterez que vos consciences », Lettre à messieurs les électeurs du département d’Eure-et-Loir sur les prochaines élections, s. l., A. Henry, 1830.

59 Rosanvallon P., La monarchie impossible. Les Chartes de 1814 et de 1830, Paris, Fayard, 1994, p. 75.

60 Constant et Guizot par exemple, vont s’atteler à formaliser des réflexions quant à cette dernière. Ibid., p. 87-88.

61 Lettre d’un électeur du département du Loiret à ses concitoyens, s. l., 1830.

62 Sur la crise actuelle..., op. cit.

63 Sans pour autant être révélateur d’un sous-emploi, les années 1824 et 1827 sont respectivement créditées d’un écart-réduit de – 0,952 et – 1,8313 alors que, a contrario, en 1830, cette valeur est de 3,13.

64 Électeurs, Marseille, Feissat aîné et Demonchy, 1830.

65 Rosanvallon P., La monarchie impossible..., op. cit., p. 89.

66 Mayaffre D., « Dire son identité politique... », art. cit., p. 57.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Répartition des lettres aux électeurs selon la qualité revendiquée par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Carte 1. – Répartition spatiale des lettres aux électeurs sous la Restauration (1820-1830).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Graphique 1. – Courbes de l’évolution de l’usage des pronoms personnels suivant les trois années d’élection.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Université de Nice Sophia-Antipolis, CMMC.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540