Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Postface

Jean Brihault

Texte intégral

1Curieuse incursion que celle-ci, d’un littéraire parmi un champ d’historiens ; moins curieuse qu’il n’y paraît cependant si l’on veut bien admettre qu’au cours d’une longue carrière s’établissent des complicités et des amitiés qui font fi des frontières disciplinaires et des organisations administratives. Ces complicités, à leur tour, constituent le terreau d’une interdisciplinarité vécue qui nourrira et enrichira nos travaux ultérieurs. C’est, en effet, l’un des privilèges de nos carrières que de s’imbriquer dans nos vies au point que la frontière entre-temps et lieu de travail d’une part et temps et lieu de vie personnelle d’autre part nous est étrangère.

2Et puis, après tout, le littéraire n’est-il pas spécialiste d’histoires ? Sans majuscule, mais au pluriel ! Plus encore, le littéraire, comme l’historien, sait le sens et la portée des mots « engagement » et « émancipation ».

3Ces deux termes sont sans doute ceux qui caractérisent l’objet des recherches conduites par Jacqueline Sainclivier. Ils sont assurément ceux qui ont caractérisé sa manière d’être. Dans ce registre, un troisième doit leur être adjoint sans lequel ils ne sauraient faire sens : c’est celui de « droiture ».

4Si l’on peut se permettre (paradoxe suprême) de « tordre » un peu le mot, il conviendra de lui attribuer trois valences : le caractère rectiligne d’une carrière en tous points remarquable, franchise de l’attitude et du propos, mais surtout exigence morale et vigilance éthique de tous les instants et ceci essentiellement vis-à-vis de soi-même.

5Trop nombreux sont aujourd’hui ceux qui se définissent comme des historiens amateurs ! Je ne grossirai pas leurs rangs en exprimant, sur les travaux de Jacqueline Sainclivier, une opinion qui n’aurait aucune légitimité bien que l’amateur d’Histoire que je suis se soit passionné pour ses ouvrages publiés aux PUR.

6Alors, qu’il me soit permis d’évoquer ici la collègue et l’amie.

7C’est au début de l’année 1996 qu’envisageant de me porter candidat à la présidence de l’Université Rennes 2 – Haute-Bretagne, je sollicitai Jacqueline Sainclivier afin qu’elle acceptât de devenir première Vice Présidente de cet établissement pour les cinq années à venir. Après mûre réflexion et des échanges rigoureux, elle accepta cette proposition et, en conséquence, nous fîmes ensemble cinq années de cheminement universitaire à ces postes particulièrement exposés et exigeants. Au terme de ce parcours, je sollicitai de nouveau Jacqueline Sainclivier en vue de me succéder à la Présidence de l’Université. Cette fois, sans succès.

8Une évocation de ces trois périodes successives – l’avant mandat, le mandat et la proposition rejetée – devrait me permettre de tracer, à grands traits et de manière inévitablement subjective, un portrait de celle qui, aujourd’hui, devient Professeur émérite des Universités.

9Choisir des collègues pour constituer une équipe de direction n’est pas chose aisée. La vie à l’Université Rennes 2 n’a jamais été un long fleuve tranquille et il convient, dans les périodes difficiles d’avoir la certitude de pouvoir s’appuyer non seulement sur une solidarité de tous les instants, mais surtout sur une solidarité qui ne soit pas inconditionnelle, une solidarité critique serait-on tenté de dire, une solidarité qui sache s’exprimer en public et une approche critique qui le fasse hors des regards extérieurs.

10Les modes de fonctionnement de notre établissement me permettaient d’avoir une connaissance assez précise des collègues aux côtés desquels je travaillais. C’est riche de cette connaissance que, sans hésitation et sans envisager la moindre autre possibilité, je sollicitai Jacqueline Sainclivier sachant trouver en elle les qualités indispensables à la fonction.

11Cette droiture que j’évoquai précédemment fut l’élément déterminant. J’avais observé en de nombreuses occasions cette combinaison d’exigences intellectuelles et éthiques qui, me semble-t-il, constituent de manière permanente l’inspiration des comportements et de l’action de Jacqueline Sainclivier. « Rigide » diront d’elle certains, « sale caractère » proclamera parfois l’intéressée ; faux, faux et faux ! J’observe chez elle une manière de procéder qui garantit tout simplement justice et efficacité. L’exigence qu’elle formule immanquablement est que la question soit définie de manière claire, que l’information disponible le soit pour tous, que le débat respecte chacun et ne divague pas, enfin que la réponse soit argumentée et fasse l’objet d’un accord majoritaire. Simple description d’une démarche démocratique ordinaire dira-t-on ! Certes, mais ô combien trop rarement mise en œuvre et de manière encore plus exceptionnelle acceptée comme une règle à laquelle se soumettre soi-même. C’est sur ce constat que Jacqueline Sainclivier s’impose à elle-même les règles dont elle exige le respect de la part des autres, que se fonde mon affirmation de sa droiture et que s’est calé mon choix de partenariat avec elle pour le pilotage politique de l’université.

12Le cours de notre mandat commun devait confirmer ces caractéristiques. Précise et exigeante, elle s’est révélée être un magnifique joueur d’équipe, ou plutôt, d’équipes. Attachée aux trois fonctions dévolues aux enseignants chercheurs, elle est parvenue à tenir sa place, et quelle place, de manière simultanée dans une équipe de recherche, une équipe pédagogique et une équipe politique. Au bout du compte, c’est sans doute parce que ces trois équipes n’en font qu’une à ses yeux qu’elle est parvenue à relever ce (triple) défi. Plus étonnant peut-être aux yeux de ceux qui la fréquentent, elle s’est également montrée élément pondérateur lorsque les esprits s’échauffaient dangereusement. Elle, si prompte en apparence à s’emporter lorsque les bornes sont dépassées, sait lorsque les circonstances l’exigent, calmer ses proches. Je garde un souvenir vivace d’une séance de Conseil d’Administration où j’étais authentiquement sur le point de perdre le contrôle de moi-même. Jacqueline Sainclivier, de manière tout aussi discrète qu’efficace, me ramena au calme. Je dois à la vérité d’avouer que je ressentis un véritable choc en la voyant jouer ce rôle pondérateur : ce n’était pas à cela que j’étais habitué, mais je lui étais reconnaissant d’avoir sauvé la situation et me sentais plus fort de lui découvrir cette capacité jusqu’alors si bien dissimulée.

13Notre collaboration fut également marquée par le rire. Ce rire qui permet sans doute de mettre à distance et de se protéger lorsque les situations deviennent particulièrement tendues, mais qui, dans ce cas, fut surtout celui qui permet de partager. Il ne fut pas réservé au binôme que nous constituions : il fut l’un des traits caractéristiques de l’équipe de direction et Jacqueline Sainclivier apporta sa contribution non-négligeable à cette dimension essentielle du vivre-ensemble.

14La fin de notre bail de cinq années approchant, il me semblait que Jacqueline Sainclivier pouvait et devait tout naturellement envisager la possibilité de présenter sa candidature à la Présidence de l’Université. De nouveau, elle prit le temps de la réflexion, mais un temps bref cette fois, avant de formuler une réponse négative sans appel. Deux des raisons qu’elle me donna ne me surprirent guère : son désir de disposer de plus de temps pour la recherche, son souhait de se consacrer à son enseignement avec assiduité, ce que la position de Présidente ne lui aurait pas permis. D’autres considérations de nature excessivement modeste sur les caractéristiques nécessaires à l’occupation du poste et son inadéquation personnelle à celui-ci ne parvinrent pas à me convaincre. Je savais, par ailleurs, qu’une importante proportion de nos collègues aurait aimé la voir postuler. Elle avait fait preuve de manière trop régulière et trop nette de ses qualités et compétences pendant cinq ans pour que quiconque pût douter de son aptitude à occuper le poste. Son choix fut autre cependant. Elle ne put toutefois, ni ne voulut, se soustraire aux obligations qu’avait générées son parcours antérieur et elle devint rapidement directrice de l’UFR Sciences Sociales où son savoir-faire et l’expérience acquise continuèrent à être mises au service de l’institution.

15De cette époque est née entre Jacqueline Sainclivier et le reste de l’équipe de direction, à commencer par l’auteur de ces lignes, une solide et profonde amitié ; de celles qui n’exigent pas que l’on se retrouve très souvent, mais qui font que les rencontres sont toujours un immense plaisir et que l’échange reprend aussitôt avec confort et avec confiance. Ce trait, me semble-t-il, caractérise le parcours universitaire et humain de Jacqueline Sainclivier et témoigne de l’affectueuse estime que lui portent la plupart de ceux qui ont eu la chance de la fréquenter. Sans doute est-ce cela un parcours réussi.

Auteur

Professeur émérite de Littérature et Civilisation Irlandaises, Président honoraire université Rennes 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540