Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Quatrième partie. De la guerre aux débats

Éloquence du silence

Pierre Laborie

Texte intégral

1L’histoire – entendue comme un savoir constitué sur le passé – se méfie des objets inconsistants et des mots fourre-tout à usage interchangeable. Pour des raisons exposées depuis longtemps, de nombreux historiens, notamment du politique et du très contemporain, relaient cette méfiance et la justifient. L’écriture, la crédibilité et la lisibilité de l’histoire buteraient sur trop d’obstacles quand les objets semblent se dérober comme des boules de mercure, quand des signes explicites et des traces visibles ne témoignent pas suffisamment de leur existence.

  • 1 Hannah Arendt insiste sur la distinction indispensable entre explication et compréhension. Pour el (...)
  • 2 10 novembre 1946, inCamus A., L. Guilloux, Correspondance, 1945-1959, Paris, NRF, Gallimard, 2013.

2Dans son expression collective – les zones obscures de la psychologie individuelle ne sont pas concernées ici – le silence est un de ces objets, parmi les plus caractéristiques. Il n’est pas mécaniquement réductible aux apparences de sa manifestation immédiate, la mesure de son importance tient surtout à celle de ses conséquences, sa lecture et son élucidation exigent plus que le pourquoi des explications causales habituelles. Il est lui-même une interrogation sur ce que comprendre veut dire1. L’intelligibilité du silence pose en effet, fondamentalement, le problème du sens, du sens implicite, de ses faux-semblants, de ses énigmes : « Il s’agit finalement beaucoup moins d’explication que de signification » écrivait Louis Guilloux dans une lettre à Albert Camus, à propos d’un suicide. Il ajoutait : « Mais là aussi, nous retombons dans un silence2. »

Intentions et questions

  • 3 « Lorsque, dans le silence de l’abjection, l’on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave (...)

3Il n’y a là qu’un survol rapide de questions connues et d’ordre général. Elles méritent cependant attention quand on tente, en historien, de réfléchir sur les pratiques sociales et, particulièrement, sur les stratégies et les conduites collectives face aux régimes d’oppression ou d’occupation par la contrainte. Avec, en tête, des questions simples : la protestation notoire, l’action clandestine revendiquée, l’insurrection ouverte et la révolte armée sont-elles les seules réponses à considérer comme preuves significatives de la réalité d’un mouvement de refus et de son étendue ? L’histoire des historiens doit-elle ne prendre en compte que ce qui peut-être saisi à partir de marques mesurables, de mouvements organisés et de forces quantifiables ? La France des années noires offre, sur ce point, un terrain d’observation éloquent avec, étalées dans le temps, une infinie diversité d’approbations, de démissions ou de réactions collectives. Le silence y est omniprésent, tout au long de la guerre, sous des formes multiples. Questionner les phases et les expressions de cette pluralité suffit déjà à récuser les jugements sommaires dans lesquels il est régulièrement enfermé, comme si le coup d’éclat et le génie de Chateaubriand l’avaient associé à jamais à l’abjection3. Certes, personne ne niera que des bouches muettes, peureuses ou résignées, puissent indiquer des approbations serviles, jusqu’à la veulerie et l’indignité. Elles ne mentent pas, mais elles ne disent que des moments et des parcelles de vérité, sur le sentiment de l’opinion comme sur le silence. Il peut être cela ou autre chose, et aller, à l’inverse, de la simple indifférence à l’hostilité, jusqu’à devenir une arme d’autant plus efficace que fuyante, presque insaisissable.

4L’écriture de l’histoire implique l’invention, a posteriori, de notions ou même de mots que les contemporains n’ont jamais entendus ou lus. Leur emploi conditionne l’intelligence du passé mais, pour ce qui concerne la France occupée, il pose presque autant de problèmes qu’il n’en résout. On le constate avec les usages actuels de vichysto-résistants, justes, ou autres staliniens, résistantialistes, résistancialisme, etc. Des termes, toutefois, témoignent d’un temps, sans en être prisonniers. Le silence, mot de toujours, appartient au présent et renseigne sur le passé dont il est un des miroirs. Un miroir à faces multiples où les reflets découpent la même image et la reproduisent en variant les angles.

  • 4 Pour Claude Levi-Strauss, le silence ne peut pas être objet de connaissance. Pour Jorge Semprun il (...)
  • 5 « Silences de la mémoire, mémoires du silence », in Les Français des années troubles, Paris, Le Se (...)
  • 6 La remarque ne vaut pas que pour le silence. On pense à la peur, peut-être au ressentiment, à la c (...)

5Il y a certainement beaucoup d’illusions à vouloir faire parler le silence, à trop le solliciter, à trop attendre de lui, et les mises en garde ne manquent pas4. De toute façon, l’intention du propos n’est pas de prolonger ou d’approfondir une réflexion esquissée ailleurs5. S’il s’agit bien d’un retour sur le silence, il n’est qu’un détour pour évoquer des problèmes posés par l’étude du mental et de la sensibilité collective dans l’approche de la période. Sans constituer une clé passe-partout, il ouvre un chemin d’accès aux troubles et aux confusions du temps parce qu’il est lui-même, à la fois, un reflet et un révélateur de sa complexité. Il est le lieu des contradictions, des bifurcations, de la dissimulation, du secret, des brouillages, une sorte de mot-témoin, de mot-problème, dont la banalité résume une multitude de situations et d’incohérences apparentes qu’il faut essayer de démêler6. Les interrogations abondent devant ces imbrications. Si elles suscitent des doutes et appellent des exigences de méthode, elles encouragent aussi à affirmer quelques convictions. C’est pour remettre brièvement les uns et les autres en mémoire, et en débat, que le silence a été à nouveau convoqué.

Le silence, un rapport au monde et au temps

  • 7 Mirabeau s’est inspiré de Mgr de Beauvais en déclarant « Le silence des peuples est la leçon des r (...)

6Pour Le Robert – la même idée est reprise partout –, le silence est le fait de ne pas entendre, de ne pas exprimer son opinion, ses pensées, ses sentiments, de ne pas répondre et de ne pas divulguer ce qui est secret ou enfoui. Les définitions courantes associent ainsi le mutisme à l’absence d’expression. Ce point de vue réducteur n’est évidemment pas celui que l’historien tire de son expérience. Il n’a rien de neuf et pourrait être illustré par ce que Mgr Jean-Baptiste de Beauvais énonçait le 27 juillet 1774 dans son oraison funèbre de Louis XV : « Le peuple n’a pas sans doute le droit de murmurer ; mais sans doute aussi il a le droit de se taire et son silence est la leçon des rois. » Quinze ans plus tard, Mirabeau reprendra la phrase en la ramassant dans une sentence qui ajoutera à sa notoriété7.

7Contrairement à la vision superficielle habituellement répandue, le silence est bien un moyen et une modalité d’expression. Il n’est pas absence de parole ou d’opinion, il n’est pas impossibilité ou refus de dire, il n’est pas oubli. Il est façon de dire, sans faire toujours entendre et signifier la même chose. Il est un des modes de réception de l’événement et, surtout quand les voix sont bâillonnées, une réponse aux pressions du pouvoir, aux injonctions des mots d’ordre, au matraquage insistant des slogans de la propagande. Sans pour autant ne traduire qu’un désaccord. Le silence peut être aussi une forme d’obéissance docile et il l’a assurément été à certains moments sous Vichy, soit de manière tacite, soit par idéologie et adhésion consciente. Nombreux sont les travaux qui interprètent ainsi le silence des Français face aux deux statuts des Juifs, à l’automne 1940 et en juin 1941, en n’y voyant qu’approbation, voire satisfaction. Avec cependant une question à l’adresse de ceux qui y trouvent la preuve d’un antisémitisme enraciné dans la société : pourquoi se taire si on approuve, quand on a justement la possibilité d’approuver ? Pourquoi se taire sur ce qui serait souhaité et attendu – la « punition » des juifs désignés comme responsables du malheur de la France – quand rien n’y contraint ? Que veut dire alors le silence ?

  • 8 Marcot F. (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006. P. Laborie (...)
  • 9 Épisode raconté par René Char dans les Feuillets d’Hypnos, 1943-1944, in Œuvres complètes, Paris, (...)
  • 10 Suchon S., Résistance et liberté, Dieulefit 1940-1944, Die, Éditions A Die, 1994 ; Hanus P. et L. T (...)

8À défaut de réponse – il y aurait sans doute à creuser du côté de l’indifférence et de ses raisons – la question mérite au moins d’être posée. Moins d’incertitude, en revanche, pour constater que c’est surtout quand la privation de liberté interdit la parole que le silence devient un moyen de passer outre et d’exprimer ce qui ne peut pas l’être ailleurs. Dans la France de Vichy et de l’Occupation, les exemples abondent. Le silence impressionnant des foules qui, de 1940 à 1944, accompagnent les obsèques d’aviateurs alliés, de résistants ou d’otages, envoie un message sans équivoque8. Il en est de même, à divers titres, pour le silence des villageois de Céreste (Alpes-de-Haute-Provence) qui restent sourds aux menaces des occupants en train de traquer un chef de la Résistance9, pour celui des paysans qui répondent par des mimiques étonnées aux questions des miliciens et autres sur l’emplacement de tel ou tel maquis, pour celui des habitants de Moissac (Tarn-et-Garonne) qui taisent pendant des années la présence de centaines d’enfants juifs, pour les silencieux de Dieulefit (Drôme), de Prélenfrey (Isère), des hameaux des Cévennes protestantes et de nombreux autres lieux où des persécutés trouvent refuge. De même encore pour les Cantaliens de Mauriac complices muets d’un subterfuge qui leur permet de vivre dans un îlot de liberté et d’échapper aux représailles pendant près de trois mois au cours de l’été 194410... Dans le film Le Chagrin et la Pitié, à une question de Marcel Ophuls qui s’étonnait de la non découverte de caches d’armes pourtant connues de tous dans la population environnante, Alexis et Louis Grave répondent : « Ils se taisaient. » Il faut être atteint de surdité profonde pour ne pas entendre ces silences-là et passer outre...

  • 11 Journal des années noires, 1940-1944, Paris, NRF, Gallimard, 1947.
  • 12 J’emprunte l’expression à Cabanel P., Histoire des Justes en France, Paris, Armand Colin, 2012.
  • 13 Cahiers du Témoignage chrétien, no IX, juillet 1942.
  • 14 Les textes des déclarations publiques de Mgr Saliège et autres sont désormais largement connus et (...)

9Non seulement le silence parle, mais il reflète des émotions et des sentiments complexes dont il est presque seul à pouvoir témoigner. Il traduit une sensibilité qui exprime un rapport au monde, une façon de le penser tel qu’il est perçu au moment où il l’est, dans la fragilité d’un contexte changeant. Jusqu’en 1941, chez des gens qui ont pu se tromper mais dont les intentions étaient insoupçonnables, le silence a été volontairement choisi comme la seule expression possible de la dignité, comme le rejet intransigeant de toute compromission avec les nouveaux maîtres du pays. C’est le cas dans des milieux proches de Témoignage chrétien, pour Bruno de Solages, le recteur de l’Institut catholique de Toulouse, proche de l’archevêque Mgr Saliège qui écrit le 16 mars 1941 : « Il n’y a pas que l’imprimé qui compte. Les silences parlent. » C’est le cas chez des protestants comme André Chamson qui magnifie le sens du retrait sur la montagne avant de rejoindre la Résistance ; chez le non-croyant Jean Guéhenno qui dit « s’enfoncer dans le silence » dès le début de l’Occupation, refuse de publier en dépit des sollicitations et écrit le 20 septembre 1940 : « Qu’on nous laisse à notre souffrance. La conscience de notre servitude est tout ce qui nous reste de l’honneur11. » On sait que la force du témoignage par le silence a été « porté à incandescence12 » par Vercors dans Le Silence de la mer, écrit en 1941 et qui paraît clandestinement aux Éditions de Minuit en février 1942. Témoignage double puisqu’il parle d’un temps où se taire obstinément face à l’occupant, croiser son regard avec des « yeux de verre », pouvait, en effet, tenir lieu de ligne de conduite. Les événements de 1942 – le retour et les déclarations pro-allemandes de Laval, le port obligatoire de l’étoile jaune dans la zone occupée, les rafles de l’été – rendent le message anachronique. Le silence devient équivoque puis men songe. Il faut le déchirer, il faut rompre le silence désormais complice de Vichy et de son indignité13. Le 23 août, la déclaration publique de Mgr Saliège montre le chemin. Il sera suivi par quelques évêques de la zone sud dont Mgr Théas (diocèse de Montauban) qui dira plus tard en citant Ésaïe : « Je n’ai pas voulu être un chien muet14. »

Solidarités

  • 15 Pour un bref aperçu, voir Kedward H. R., « Silence », in Dictionnaire historique de la Résistance, (...)
  • 16 La Bataille du silence. Souvenirs de Minuit, Paris, Presses de la Cité, 1967. Réédité aux Éditions (...)
  • 17 Sainclivier J., « Solidarité », Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 982.

10Des secrets de la clandestinité à la torture et à la mort, le silence, dans sa plurivocité, appartient à l’univers du refus et du choix de la Résistance. Les travaux de Roderick Kedward en dessinent une véritable typologie15 et c’est sous le titre de La Bataille du silence que Vercors publie ses mémoires de guerre en 196716. Souvent associé à la tragédie et au deuil, le silence crée aussi du lien social. Face aux épreuves de la répression, il scelle le ciment d’une solidarité morale et matérielle. Elle s’organise autour de celles et ceux qui se retrouvent seuls, sans nouvelles des leurs, qu’ils se cachent dans la nuit du combat, ou qu’ils soient engloutis dans celle de la prison et de la déportation. Jacqueline Sainclivier souligne la force et le réconfort de ce maillage souterrain tout en rappelant la difficulté de vivre ce silence imposé au quotidien, au milieu des proches et autres qui ne doivent rien savoir17.

  • 18 René Char, en rappelant l’épisode de Céreste où le silence du village lui a valu la vie sauve, par (...)
  • 19 L’édition d’un travail de recherche cinquante ans après les faits, en 1995, dans une publication s (...)

11Des solidarités collectives plus larges, au-delà des organisations structurées, ont pu se construire dans et par le silence. Certaines coulent de source et on pense aux attaches tissées dans les villes et les villages qui ont vécu des expériences identiques ou proches de celles citées plus haut. Il y est question de vie et de mort autour de secrets partagés, de connivence muette, d’un écheveau serré de fils confiants dont aucun ne doit céder, dont un peut décider du sort de tous18. Le silence a pu également fabriquer des solidarités d’une autre nature, moins réconfortantes, lourdes au point de devenir parfois structurantes d’un enfermement. Entre le 18 et le 31 août 1944, à Pamiers (Ariège), libéré par des unités FTP, un tribunal du peuple aux méthodes expéditives a ordonné la mort de 42 personnes, dont huit femmes. Les exécutions par fusillade, publiques, se sont déroulées dans un climat de carnaval tragique auquel adhérait une partie de la population, entre voyeurisme et fureurs. Ces événements disparaissent très vite des souvenirs évoqués de la Libération, dans, du moins, ce que la mémoire collective locale en retient et transmet. Les autorités, pourtant issues d’un courant de la Résistance qui n’approuve pas les méthodes suivies à Pamiers entrent dans cette logique : le préfet de l’Ariège déclare le 5 octobre 1944 que la Libération s’est déroulée dans « une atmosphère de calme et de dignité ». Les journaux font de même et ceux proches des FTP s’en tiennent à de vagues allusions sur la « ruée populaire » qui a permis « de régler leur compte à quelques traîtres et collabos assassins ». À Pamiers, le temps de l’événement s’est arrêté définitivement le 31 août 1944. Le silence est devenu mémoire. Il n’est en aucune façon le signe de l’oubli, certainement pas une perte de mémoire, exactement l’inverse. Ses usages ont fabriqué une mémoire du silence qui va peser et souder une communauté pendant plusieurs années, sans que le phénomène puisse être interprété comme une approbation des faits19. Il y a une sorte de paradoxe à observer que c’est la difficulté à rompre le silence qui fait découvrir et mesurer l’importance de sa portée.

Recherche et problème du sens

  • 20 Cf. les travaux pionniers de Fabrice Virgili et, plus généralement, la réflexion collective à laqu (...)
  • 21 Je renvoie au livre récent de Mary Louise Roberts qui rompt précisément avec un très long silence. (...)
  • 22 Des descendants de républicains espagnols exilés en France, qui affirment défendre leur héritage, (...)

12L’intelligibilité des pratiques sociales – entendons les tentatives pour y parvenir – implique d’en rechercher le sens, rarement évident en l’absence de liberté d’expression. La réflexion sur le silence peut y contribuer : il y a des choses à apprendre de ses significations multiples, de leur enchevêtrement et de leurs variations dans le temps. Le silence collectif est un mode de réception qui charge l’événement de sens, jusqu’à le transformer, jusqu’à faire parfois de lui un autre événement. Soit par déplacement, soit par l’attribution d’une nouvelle valeur. Les situations rapportées dans les pages précédentes évoquent ou suggèrent ces glissements. Il n’y a aucune difficulté à comprendre que, dans la « France allemande », la présence d’une foule silencieuse aux obsèques d’un aviateur anglais abattu en mission donne une dimension exceptionnelle à un fait de guerre ordinaire. Mutation de sens encore plus radicale si la mission du pilote était de bombarder une agglomération... Sans reprendre le dossier des dénis de justice au moment de l’épuration, le silence sur le châtiment des femmes tondues, et leur silence sur leur propre histoire, ont aidé fortement à re-construire la véritable signification de ces humiliations20. En faisant un tri arbitraire dans les très nombreux exemples qui viennent à l’esprit, les mêmes remarques pourraient être faites à propos du comportement de certains libérateurs, de la prostitution et de la question des viols21, à propos du silence sur les conditions d’accueil des réfugiés espagnols au moment de la retirada (février 1939) ou sur l’internement des républicains dans des camps dont l’appellation est devenue un enjeu de mémoire22. Ou encore, à propos du silence sur le retour de déportation des juifs survivants. Silence qui, depuis sa mise en évidence, en particulier par Simone Veil, fait événement et sens. Le fait lui-même – le nombre infime de rescapés – passant au second plan derrière la portée prêtée au silence.

13Autant le silence doit être questionné, autant ses interprétations ne peuvent pas céder à la facilité de nouvelles schématisations. Surtout quand, avec le recul, il est jugé coupable par le présent. Un silence de très longue durée sur un fait ou un phénomène de société pose indéniablement problème ; en faire un événement central parce que longtemps dissimulé risque en revanche de cautionner une relecture du passé historiquement discutable. Ni les interrogations sur le sens commun des évidences, ni la réflexion sur la complexité du social ne protègent de la tentation permanente d’une instrumentalisation du passé. Cette précaution prise, pour les historiens qui tentent de comprendre les phénomènes d’opinion et les ressorts des systèmes de représentations, le silence représente sans doute une des manifestations les plus éloquentes de leur opacité, de leurs contradictions, parfois de leur incohérence affichée. Parce qu’elle exemplifie les façons de traduire un rapport complexe au réel, nombreux sont les enseignements à tirer d’un passage à l’école du silence. J’en retiendrai un seul parce qu’il est l’objet de malentendus répétés dans l’analyse du sentiment ou des comportements collectifs : la lecture du silence convainc de ne plus confondre consensus et consentement. Dans un pays occupé, en situation de contrainte, et plus encore sous la terreur, d’innombrables raisons amènent à choisir de se taire. Elles renvoient au sens que chacun donne à son propre silence dans une opinion collectivement exprimée par le silence. Elles ne permettent pas de réduire le consensus supposé du silence à une interprétation et une signification univoque. C’est en s’efforçant de saisir la fonction que le silence remplit dans le contexte mouvant où il se manifeste qu’il faut en chercher le sens.

  • 23 Beauvois Y et C. Blondel (éd.), Qu’est-ce qu’on ne sait pas en histoire ?, Lille, Presses universit (...)
  • 24 Azouvi F., Le Mythe du grand silence, Paris, Fayard, 2012, pour donner un seul exemple.

14Ces quelques considérations sur le silence devraient faire place aux silences des historiens, au silence sur le silence. Vaste programme... L’historien turinois Gianni Perona avait courageusement ouvert la voie à la fin du siècle dernier, à l’occasion de rencontres à l’UNESCO et d’un colloque autour de « Qu’est-ce qu’on ne sait pas23 ? » Le chantier reste ouvert et les raisons de le constater ne manquent pas. Pour ceux d’entre nous qui consacrent leurs recherches à la compréhension des années 1940, et en faisant le choix de s’en amuser plutôt que de polémiquer, comment ne pas s’interroger sur le silence qui a marqué la réception du Dictionnaire historique de la Résistance en 2006 ? Comment ne pas s’étonner de celui qui continue à l’égard de livres récents24 ? De celui qui touche spécialement les travaux de jeunes chercheurs inventifs et contraste avec une reconnaissance scientifique, voire officielle, généreusement accordée à d’autres ?

***

  • 25 J’emprunte l’expression au titre d’un article sur Albert Camus, Le Monde, 8 novembre 2013.

15Pour conclure sur une note optimiste – l’histoire ne cesse d’apprendre qu’elle continue... –, encourager les historiens à s’intéresser aux taiseux, à s’en faire les « porte-silence25 », égratignera au moins l’idée courante, mais courte, affirmant que la vérité de l’Histoire n’est faite que du silence des morts.

  • 26 Vivette Perret, Lettre à Louis Guilloux à la mort de celui-ci, inCamus A., L. Guilloux, Correspond (...)

16Un dernier sourire, enfin. Les amis de Louis Guilloux disaient qu’il entendait tout « à demi-mot, et même les silences26 ». Puisqu’il va sans dire, et admis depuis des millénaires, que tous les Bretons se ressemblent : heureux historiens bretons...

Notes

1 Hannah Arendt insiste sur la distinction indispensable entre explication et compréhension. Pour elle l’important n’est pas le pourquoi de ce qui a eu lieu, mais le sens de ce qui est advenu.

2 10 novembre 1946, inCamus A., L. Guilloux, Correspondance, 1945-1959, Paris, NRF, Gallimard, 2013.

3 « Lorsque, dans le silence de l’abjection, l’on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave ou la voix du délateur... » Les phrases célèbres de Chateaubriand qui visaient Napoléon (sans le nommer) ont été publiées dans Le Mercure de France, en juillet 1807 (t. 29).

4 Pour Claude Levi-Strauss, le silence ne peut pas être objet de connaissance. Pour Jorge Semprun il relève de la seule vérité de l’expérience, indicible, intransmissible, cf. L’Écriture ou la Vie, Paris, NRF, Gallimard, 1994.

5 « Silences de la mémoire, mémoires du silence », in Les Français des années troubles, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 2003. « Silence », in Les mots de 39-45, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2006. Le chagrin et le venin, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2014.

6 La remarque ne vaut pas que pour le silence. On pense à la peur, peut-être au ressentiment, à la compassion, à l’absence... avec, pour ces derniers, des problèmes de saisie qui risquent d’être encore plus dissuasifs.

7 Mirabeau s’est inspiré de Mgr de Beauvais en déclarant « Le silence des peuples est la leçon des rois » lors de la visite de Louis XVI à la Constituante, le 15 juillet 1789.

8 Marcot F. (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006. P. Laborie, Le chagrin et le venin, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2014.

9 Épisode raconté par René Char dans les Feuillets d’Hypnos, 1943-1944, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1983.

10 Suchon S., Résistance et liberté, Dieulefit 1940-1944, Die, Éditions A Die, 1994 ; Hanus P. et L. Teulières (dir.), Vercors des mille chemins, Péronnas (Ain), Comptoir d’édition, 2013 ; Martres E., Le Cantal de 1939 à 1945. Les troupes allemandes à travers le Massif Central, Cournon d’Auvergne, Éditions de Borée, 1993. L’historien François Boulet prépare un livre sur Moissac.

11 Journal des années noires, 1940-1944, Paris, NRF, Gallimard, 1947.

12 J’emprunte l’expression à Cabanel P., Histoire des Justes en France, Paris, Armand Colin, 2012.

13 Cahiers du Témoignage chrétien, no IX, juillet 1942.

14 Les textes des déclarations publiques de Mgr Saliège et autres sont désormais largement connus et commentés. Le mot de Mgr Théas est rapporté par Patrick Cabanel, supra.

15 Pour un bref aperçu, voir Kedward H. R., « Silence », in Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 981.

16 La Bataille du silence. Souvenirs de Minuit, Paris, Presses de la Cité, 1967. Réédité aux Éditions de Minuit en 1992, repris dans Le Silence de la mer et autres œuvres, Omnibus, 2002.

17 Sainclivier J., « Solidarité », Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 982.

18 René Char, en rappelant l’épisode de Céreste où le silence du village lui a valu la vie sauve, parle de « mille fils confiants dont pas un ne devait se rompre ». Les Feuillets d’Hypnos, op. cit.

19 L’édition d’un travail de recherche cinquante ans après les faits, en 1995, dans une publication scientifique à audience restreinte, (Pays pyrénéens et pouvoirs centraux, XVIe-XXe siècle), avait été encore mal acceptée. Pour plus de détails sur ces événements, je me permets de renvoyer à « Entre histoire et mémoire, un épisode de l’épuration en Ariège : le tribunal du peuple de Pamiers », in Les Français des années troubles, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 2003.

20 Cf. les travaux pionniers de Fabrice Virgili et, plus généralement, la réflexion collective à laquelle il participe aux côtés de Danièle Voldman, Luc Capdevila et François Rouquet. Voir par exemple, sous la signature de ces quatre historiens, Hommes et femmes dans la France en guerre, 1914-1945, Paris, Payot, 2003.

21 Je renvoie au livre récent de Mary Louise Roberts qui rompt précisément avec un très long silence... Des GI’s et des femmes. Amours, viols et prostitution à la Libération, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 2014. Pourquoi ne cite-t-il pas le livre de J. Robert Lilly, La face cachée des GI’s publié chez Payot en 2004 ?

22 Des descendants de républicains espagnols exilés en France, qui affirment défendre leur héritage, tiennent absolument à ce que le nom de « camp de concentration » s’applique aux camps d’internement dans lesquels la IIIe République finissante et le régime de Vichy ont enfermé des anciens combattants de la guerre d’Espagne, militants ou proches de l’extrême-gauche. Les camps de Rivesaltes (Pyrénées orientales), du Vernet (Ariège) et de Gurs (Basses-Pyrénées, aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques) sont parmi les plus connus.

23 Beauvois Y et C. Blondel (éd.), Qu’est-ce qu’on ne sait pas en histoire ?, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998.

24 Azouvi F., Le Mythe du grand silence, Paris, Fayard, 2012, pour donner un seul exemple.

25 J’emprunte l’expression au titre d’un article sur Albert Camus, Le Monde, 8 novembre 2013.

26 Vivette Perret, Lettre à Louis Guilloux à la mort de celui-ci, inCamus A., L. Guilloux, Correspondance, 1945-1959, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540