Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Quatrième partie. De la guerre aux débats

De l’histoire orale à une « idéologie du témoignage » : autopsie d’une régression

Laurent Douzou

Texte intégral

  • 1 Bulletin du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 209, janvier-février 1974.

1En 1973, cinq ans après Pierre Laborie, Jacqueline Sainclivier devenait correspondante départementale du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM)1, la même année que François Marcot, un an avant Jean-Marie Guillon, lui-même suivi de peu dans cette fonction par Christian Bougeard. Rappeler ces faits, c’est mettre en lumière le rôle déterminant que le CH2GM joua dans l’éclosion d’une génération d’universitaires. C’est aussi souligner combien les uns et les autres travaillèrent main dans la main des années durant, sans que cela empêche chacun d’emprunter des voies qui lui étaient propres. C’est enfin retrouver une période antérieure à la loi de janvier 1979 qui commença à desserrer l’étau qui emprisonnait les archives et obligeait les chercheurs à faire flèche de tout bois pour contourner cet obstacle.

  • 2 Henri Michel, maître d’œuvre du CH2GM, avait été de la petite équipe qui, aux lendemains mêmes de (...)

2Le sujet de cette contribution est directement lié au contexte que je viens d’évoquer. Il a trait à ce qu’on appelait alors l’histoire orale. À une date où les acteurs-témoins étaient encore nombreux et très attentifs aux travaux relatifs à l’histoire qu’ils avaient façonnée, les historiens devaient composer avec cette mémoire vivante2. En même temps, ils entraient dans la carrière au moment précis où l’histoire orale devenait une composante de la panoplie méthodologique de l’examen du temps présent.

  • 3 Sainclivier J., La résistance en Ille-et-Vilaine, 1940-1944, Rennes, PUR, 1993.
  • 4 Ibid., p. 3.
  • 5 Ibid., p. 13.

3Publiant, en 1993, La résistance en Ille-et-Vilaine3, Jacqueline Sainclivier remerciait les résistants qui, en la recevant, lui avaient permis « de préciser cet historique de la Résistance ou même simplement de l’écrire4 ». Elle avait pu « rencontrer ou recevoir les témoignages écrits de 75 Résistants » dont elle affirmait qu’ils étaient « irremplaçables pour la connaissance interne de la Résistance5 ». La dette qu’elle avait contractée ne l’empêchait pas de relever les limites inhérentes au témoignage oral :

  • 6 Ibid., p. 13.

« Cette érosion du temps fut surtout ressentie pour la datation des faits ; plus insidieusement, elle a pu se faire sentir dans une certaine idéalisation de cette période ou au contraire dans un durcissement des attitudes ; cela a entraîné des oublis, inconscients le plus souvent6. »

4Elle signalait, par ailleurs, qu’elle avait aussi essuyé des refus de témoigner. Et elle concluait :

  • 7 Ibid., p. 13.

« Ces divers obstacles nous ont parfois empêchés d’avoir une vue générale de tous les mouvements et réseaux ayant existé en Ille-et-Vilaine et ont conduit à des lacunes7. »

5En somme, tout en manifestant une exigence scientifique qui devait devenir sa marque, Jacqueline Sainclivier prêtait aux sources orales une utilité de premier ordre. Depuis lors, cette position, largement partagée à l’époque, a graduellement changé au point qu’il faut se justifier, voire se défendre, en 2014 d’user de sources orales. Je voudrais ici réfléchir à cette évolution d’une part, revenir sur les questions, ressassées mais toujours perçues comme neuves, que pose le recours aux témoins d’autre part.

L’émergence de l’histoire orale dans le monde académique

  • 8 Salgado Andrade E., « Oral History in Mexico », International Journal of Oral History, vol. 9, no 3 (...)
  • 9 Joutard Ph., La Légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 150.
  • 10 Thompson P., « The Development of Oral History in Britain », Oral History. An Interdisciplinary Ant (...)
  • 11 Morrissey C. T., « Why Call It’Oral History’? Searching for Early Usage of a Generic Term », Oral H (...)
  • 12 Editorial: « Allan Nevins and Oral History », International Journal of Oral History, vol. 9, no 1, (...)

6Que l’inventeur en ait été le prêtre espagnol Bernardino de Sahagun au Mexique (1499 ?-1590)8, Antoine Court (1695-1760) dans les Cévennes9, Samuel Johnson en 177310, Winslow C. Watson (1803-1884) en 186311 ou encore Allan Nevis à Columbia en 194812, l’histoire orale, telle qu’on la conçoit aujourd’hui, prit son envol à dater du tournant des années 1960-1970 : c’est en 1967 que fut créée aux États-Unis l’Oral History Association, en 1973 que naquit en Grande-Bretagne l’Oral History Society. Il en fut de même en 1974 au Canada, en 1975 en Australie. Dans ces mêmes années, des initiatives analogues prirent place au Mexique, en Argentine, au Brésil, au Chili, au Danemark, en Allemagne de l’Ouest, aux Pays-Bas, en Inde, en Irlande, en Israël, etc. La première conférence internationale d’histoire orale eut lieu à Essex en Angleterre en 1978 et c’est en 1980 que fut fondé l’International Journal of Oral History. La méthodologie relative à l’histoire orale trouva même place dans l’enseignement dispensé par la vénérable Faculté d’histoire d’Oxford en 1988.

  • 13 Il y a profusion de preuves de cette attitude. On pourra se reporter à Ronald J. Grele, qui dirige (...)
  • 14 Meyer E., « Oral History in Mexico and Latin America », Oral History Review, no 4, 1976, p. 56-61.
  • 15 Thompson P., « The Development of Oral History in Britain », Oral History. An Interdisciplinary Ant (...)
  • 16 Portelli A., « Oral History in Italy », Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. (...)
  • 17 Alors qu’Alessandro Portelli et Luisa Passerini étaient reconnus dans les milieux portant l’histoi (...)
  • 18 R. J. Grele relève que les premiers programmes d’histoire orale n’étaient pas abrités par les dépa (...)
  • 19 « An Interview with Charles T. Morrissey », by K’Meyer T. E., Oral History Review, 24/2 Winter 199 (...)
  • 20 Dès 1938, dans The Gateway to History, Allan Nevins appelait de ses vœux la collecte des témoignag (...)
  • 21 Le journaliste Louis « Studs » Terkel (1912-2008), membre de la gauche radicale américaine qui ava (...)

7Cette vogue se heurta partout aux préventions et au scepticisme des historiens universitaires pour lesquels les sources écrites constituaient le fondement de toute étude sérieuse13. Aux États-Unis, au Mexique14, au Royaume-Uni15, en Italie16, cette tension exprima les difficultés de l’histoire académique, institutionnalisée, labellisée, à accepter l’histoire orale. De ce fait, les chantres de cette histoire furent souvent aux marges des institutions, aussi bien en Italie17 qu’aux États-Unis18. Ces préventions s’expliquaient en partie par l’habitus disciplinaire d’une histoire conçue comme un modèle de scientificité et de distance. À cela s’ajoutait le fait que l’histoire du temps présent n’avait pas acquis pignon sur rue, ce que Charles Morrissey, figure marquante de l’histoire orale aux États-Unis, caractérisait bien en quelques mots : « Plus la période que vous étudiez est récente, moins vous êtes professionnel parce que vous êtes dans le domaine de la mémoire vivante19. » Par ailleurs, l’histoire orale, bien qu’elle ait vu le jour dans son acception moderne sous couvert d’une meilleure connaissance des élites20, était dans les années 1960-1970 souvent associée à des positions politiques et idéologiques progressistes21 et avait tendance, de ce fait, à privilégier les témoignages de celles et ceux qui n’avaient ordinairement pas voix au chapitre.

  • 22 « An Interview with Charles T. Morrissey », by K’Meyer T. E., Oral History Review 26/1 Winter-Spri (...)
  • 23 Ibid., p. 91.

8Sous le coup de ces facteurs mêlés qui conjuguaient leurs effets, l’histoire orale eut du mal à exister et à affirmer sa légitimité. Ses partisans eurent de ce fait tendance à constituer une communauté aussi bien nationalement qu’internationalement. Cette sorte de confrérie afficha une « extraordinaire collégialité22 » qui faisait dire à Charles Morrissey que la rencontre annuelle des spécialistes d’histoire orale aux États-Unis ne ressemblait en rien à celle de l’American Historical Association « où tout le monde a l’air d’être taillé sur le même modèle, groupés dans le hall, portant le même type de costume. Avec l’histoire orale, le folkloriste veut débattre avec l’historien ou le linguiste sur la signification de la preuve ou la valeur d’une preuve subjective et ainsi de suite23 ». Le tout, au début du mouvement, dans un climat informel, intellectuellement ouvert, sur fond d’un feu de joie allumé sur la plage et de discussions animées poursuivies jusque tard dans la nuit que Morrissey évoquait rétrospectivement avec nostalgie.

  • 24 Tuchman B., « Distinguishing the Significant from the Insignificant », Radcliffe Quarterly 56 (Octo (...)
  • 25 O’Farrell P., « Oral history: facts and fiction », Oral History Association of Australia Journal, 1 (...)

9Sur le fond, les préventions exprimées à l’endroit de l’usage des sources orales obligèrent ses zélateurs à réfléchir aux arguments qu’on leur opposait. Il est frappant de constater qu’ils intégrèrent très précocement les difficultés inhérentes à la démarche qu’ils adoptaient. Dès 1972, Barbara Tuchman, lauréate du prix Pulitzer, mit en garde contre les lieux communs (trivia) qu’une pratique assidue et immodérée des témoignages oraux risquait d’engranger24 : tant d’efforts déployés pour mettre au jour des lieux communs, était-ce bien la peine ? En 1979, Patrick O’Farell estimait que l’histoire orale se mouvait vers le monde de l’image, de la mémoire sélective, des reconstructions a posteriori, de la pure subjectivité et affirmait : « Où cela nous mènera-t-il ? Pas vers l’histoire mais vers le mythe25. »

Le cas français : des questions à l’histoire orale à l’histoire orale en question

  • 26 Bertaux D., « L’Histoire Orale en France : Fin de la Préhistoire », International Journal of Oral H (...)
  • 27 Joutard Ph., Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 16-17.
  • 28 Joutard Ph., La Légende des Camisards, op. cit.
  • 29 Joutard Ph., Histoire et mémoires..., op. cit., p. 137.
  • 30 Ibid., p. 137. Philippe Joutard a également évoqué le séisme que fut cette enquête dans Ces voix qu (...)

10En ce temps où l’histoire orale faisait figure de ressource neuve, voire de panacée, dans de nombreux pays, la France épousait le mouvement et la mode au point que Daniel Bertaux pouvait estimer que l’année 1980 marquerait probablement « la fin de la préhistoire pour l’histoire orale en France26 », c’est-à-dire la levée d’un interdit de fait qui avait été rigoureusement observé. « La discipline historique a un lien privilégié avec l’écrit : elle s’est constituée comme science à partir d’une critique de la tradition orale, d’où la méfiance spontanée de beaucoup d’historiens vis-à-vis de la source orale27 », écrit Philippe Joutard. Auteur en 1977 d’un ouvrage qui illustre ce que la tradition orale peut apporter d’essentiel à la compréhension d’un phénomène sur la longue durée28, fruit d’une enquête orale commencée dix ans plus tôt dans les Cévennes sur le souvenir laissé par la guerre des Camisards, cet historien de formation classique avait tenté l’aventure sans grande conviction. « Rien », écrit-il, « ne me prédisposait à me lancer dans ce travail, à plus forte raison sur la tradition orale, dont je contestais et l’existence dans nos pays alphabétisés depuis longtemps et l’intérêt historique29. » Et pourtant, poursuit-il, « dès la première journée, j’ai compris que je ne m’arrêterais pas de sitôt et que mon travail tout entier en serait bouleversé30 ». De fait, son maître-ouvrage parut au moment où l’histoire orale commençait à frayer son chemin en France.

  • 31 Problèmes de méthode en histoire orale, table ronde, 20 juin 1980, IHTP, 1981.

11Cette reconnaissance eut pour cadre l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) nouvellement créé. En juin 1980, y fut organisée une table ronde qui réunissait la fine fleur des chercheurs qui s’étaient frottés, en histoire, en sociologie, en anthropologie et en science politique, à la question du témoignage oral dont François Bédarida, Daniel Bertaux, Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard, Marie-Claire Lavabre, Philippe Lejeune, Yves Lequin, Jacques Ozouf, Mona Ozouf, Gérard Namer, Luisa Passerini, Jean-Noël Pelen, Jean Peneff, François Portet, Antoine Prost, Nicole Racine, Madeleine Reberioux, René Rémond, Jean-Pierre Rioux, Dominique Schnapper, Paul Thompson, Lucette Valensi, Dominique Veillon, Danièle Voldman31. La réunion dédiée aux « problèmes de méthode en histoire orale » avait été préparée par une série de petits groupes de travail depuis novembre 1979 et la tonalité en fut très positive, voire enthousiaste.

  • 32 Vilanova M., « The Struggle for a History without Adjectives: A Note on Using Oral Sources in Spain (...)
  • 33 Schnapper D., « Questions impertinentes aux “historiens oraux” », Commentaire, no 23, 1983, p. 655- (...)
  • 34 Dominique Schnapper avait mis sur pied et dirigé avec Danièle Hanet une vaste enquête sur la Sécur (...)
  • 35 Schnapper D., loc. cit., p. 660.

12Cette dynamique se poursuivit puisque l’IHTP, dont le directeur François Bédarida pensait qu’il lui revenait d’accompagner l’éclosion de cette nouvelle pratique32, publia en 1982 un répertoire des chercheurs spécialisés en histoire orale, enrichit sa bibliothèque des publications ad hoc, organisa avec le Centre de Recherche et d’Étude sur l’Histoire Orale et les Parlers régionaux le IVe colloque international d’histoire orale à Aix en septembre 1982. Dominique Schnapper y fit entendre une voix dissonante en posant des « questions impertinentes aux “historiens oraux”33 ». Rompue à la technique de l’entretien34, elle contestait radicalement que l’histoire orale fût une discipline nouvelle dans la mesure même où l’entreprise de connaissance et d’élaboration d’une intelligibilité qui l’animait ne la distinguait en rien de l’histoire dite traditionnelle. Elle livrait ce diagnostic : « En France où il n’existe pas l’équivalent des historiens traditionnels anglais, où les historiens sont plus familiers avec les sciences humaines, la bataille fut gagnée avant d’être livrée35. »

13Cet optimisme – assis sur l’idée que « l’histoire orale » s’inscrivait dans le mouvement général de l’élargissement du « territoire de l’historien » et ne méritait en conséquence ni excès d’indignité, ni excès d’honneur –, fut démenti par les faits. Ce fut patent lors de la deuxième table ronde organisée par l’IHTP le 20 juin 1986. Évoquant la dissémination de l’histoire orale, Jean-Pierre Rioux saluait

  • 36 Questions à l’histoire orale. Table ronde du 20 juin 1986, Cahiers de l’IHTP, no 4, juin 1987, p.  (...)

« les concours constants, critiques et amicaux qui ont été donnés en tous lieux aux chercheurs de l’IHTP, d’Aix à Lille, de Göttingen à Turin, Rome ou Barcelone, de la rue Saint-Guillaume à la Californie, en passant par d’honorables sous-préfectures françaises où ce fut plaisir d’aller discuter un brin avec des groupes fervents qui font, comme on dit, du “terrain”36 ».

14Sans préjuger de la façon dont lesdits groupes fervents reçurent cette expression de gratitude, il est intéressant de noter que leur mention précédait le constat que l’histoire orale s’était « banalisée » :

  • 37 Ibid., p. 6.

« Il nous faudra, je crois, débattre à fond de cette conséquence heureuse de l’acharnement des pionniers, mais aussi des lassitudes qui étalent la vague. Entre le banal, le tacite et l’indifférent, l’histoire orale pourrait bien s’installer dans le statut d’humble servante de la science historique la plus pérenne, devenir une science auxiliaire à peine un peu plus bavarde que d’autres37. »

15Et de s’interroger :

  • 38 Ibid., p. 6.

« Faudrait-il donc convenir un peu tristement qu’il n’y a peut-être plus beaucoup à dire de l’histoire orale ? Dépossédée, récupérée, ailes brisées dans ses rêves d’affirmation d’une « autre » histoire, elle passerait au rayon des accessoires techniques pour création de sources, avec des magasiniers vêtus de gris38. »

  • 39 Ibid., p. 7.

16L’ordre du jour de la table ronde de 1986 privilégiait les questionnements sur les objets d’une « histoire orale opératoire, et non plus une méthode adolescente en quête d’identité et de légitimation39. » Dans ses conclusions, François Bédarida exprimait ses réticences à l’endroit de l’histoire orale :

  • 40 Ibid., p. 108-109.

« Il faut en revenir aux objets de l’histoire. Tout s’agencerait-il dans un balancement entre la micro-histoire et la macro-histoire ? Certes, l’histoire est polyphonique et multidimensionnelle. Certes, il y a pluralité des temporalités. Mais il est bien évident que tout historien fixe des hiérarchies et il doit les avouer, les reconnaître clairement. Que l’on ait une hiérarchie dans laquelle la micro-histoire prend le pas sur la macro-histoire, c’est parfaitement acceptable mais à condition d’annoncer la couleur [...]. C’est une façon de faire de l’histoire. Elle est parfaitement légitime, à condition qu’on reconnaisse qu’elle prend le pas dans la hiérarchie sur une autre conception qui avait cours jusque-là.
On peut avoir aussi, une conception différente, qui consiste à dire que toutes ces approches nouvelles sont extrêmement fécondes, extrêmement riches de suggestions, qu’elles donnent une dimension remarquable à l’histoire. [...] On peut toutefois penser [...] qu’en matière de date, une date comme 1933, qui met en jeu le sort de centaines et de centaines de millions d’hommes et l’avenir de l’humanité, est plus importante que la perception que les Allemands ont eue de leur guerre. C’est une autre approche et c’est un domaine d’interprétation, mais on peut considérer que, finalement, cette histoire-là, tout enrichie qu’elle est par l’autre, est la plus importante pour les historiens. C’est une affaire de hiérarchie, et de hiérarchie clairement énoncée et reconnue40. »

  • 41 Jean Moulin et le Conseil National de la Résistance, Paris, IHTP, 1983, p. 53.

17Le fait est que le regard posé sur l’histoire orale avait beaucoup évolué en six ans. Peut-être cette prise de distance avait-elle à voir avec la conférence prononcée par Daniel Cordier le 9 juin 1983 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne avec le soutien de l’IHTP. Cette conférence sur Jean Moulin et le Conseil National de la Résistance provoqua des remous parce que l’histoire qu’elle dessinait sur la foi des archives dont Cordier était détenteur ne coïncidait pas avec les souvenirs des résistants présents. Eugène Claudius-Petit, Henri Noguères, Christian Pineau, Jean-Pierre Levy affirmèrent ne pas avoir reconnu la Résistance qu’ils avaient vécue dans l’exposé de Cordier. Ce dernier tint son cap, affirmant par exemple au cours de la discussion : « Je connais évidemment ce que Jean Moulin pensait du Front National, mais mon témoignage n’a aucune valeur particulière. Par conséquent, il faut se référer aux documents41. » En réalité, la conférence et les débats qui la suivirent établirent une opposition radicale entre les archives écrites et les témoignages des survivants. Ce n’était pas parole contre parole mais archives contre paroles.

  • 42 Voldman D. (dir.), Les Cahiers de l’IHTP, no 21, novembre 1992.

18Si l’on a cet épisode à l’esprit, le changement de cap de l’IHTP à l’endroit de l’histoire orale s’explique probablement mieux. En 1986, la tumultueuse rencontre de la Sorbonne avait laissé des traces. De fait, en 1992, lorsque l’IHTP publia un bilan de sa pratique, ce fut sous un titre assorti d’un point d’interrogation : « La bouche de la vérité ? La recherche historique et les sources orales42. » Dans son avant-propos, Danièle Voldman prenait acte des positions fortement divergentes sur ce chapitre des chercheurs de l’IHTP. L’enthousiasme du début des années 1980 avait fait place à une grande circonspection et, en lieu et place de la « synthèse des acquis de la recherche dans le domaine de l’histoire orale » sollicitée par la Direction de la recherche et de l’innovation du ministère de l’Équipement qui était à l’origine de cette publication, le laboratoire proposait une polyphonie qui n’était pas une défense et illustration de l’histoire orale.

  • 43 « L’Institut d’histoire du temps présent fondé en 1979 joua un rôle important dans cette plus fort (...)
  • 44 Pour ne citer qu’un exemple parmi quantité d’autres, Raphaëlle Branche a fait usage des témoignage (...)

19Pourquoi focaliser l’analyse sur l’IHTP et l’évolution vis-à-vis de l’histoire orale qu’on discerne à travers ses publications ? Parce que, ce laboratoire ayant fait figure de creuset de la pratique des sources orales en France43, son évolution traduisit l’attitude dominante qui graduellement s’imposa en ce domaine. Si l’usage des témoignages a acquis droit de cité dans quantité d’études dédiées à l’histoire du temps présent44, la vision d’une nouvelle façon d’écrire l’histoire – qui correspondait à l’appellation d’histoire orale –, s’est estompée.

  • 45 Tous Parisiens et membres ès qualité ou collaborateurs de longue date de l’IHTP.

20Dans le même temps, les témoins furent de plus en plus considérés avec réticence. Il arriva même que la suspicion dans laquelle ils étaient tenus aboutît à une mise en cause radicale de leurs dires, de leurs oublis, de leurs silences, des moutures successives et parfois contradictoires de leurs souvenirs. Tel fut le cas en mai 1997 lorsque les époux Aubrac, désireux de voir réduits à néant les soupçons de trahison qu’un livre directement inspiré d’une reconstruction à charge prêtée à Klaus Barbie jetait sur eux, sollicitèrent des historiens45 dans le cadre d’une table ronde où toutes les questions pourraient leur être posées. La séance, pénible et stérile, se mua en une confrontation extrêmement tendue qui avait plus à voir avec une procédure judiciaire qu’avec un échange entre historiens et acteurs mués en témoins. Il y eut là une manière de mise à mort symbolique des témoins.

De l’histoire orale en question à la dénonciation d’une « idéologie du témoignage »

  • 46 Rousso H., La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012 (...)

21L’étape ultime du cheminement qui vient d’être retracé, se trouve sous la plume d’Henry Rousso, membre depuis l’origine et ancien directeur de l’IHTP. Dans un ouvrage paru en 2012, il aborde la question du statut du témoignage dans l’écriture de l’histoire et affirme que « le monde universitaire s’est clivé, une partie développant une véritable idéologie du témoignage qui magnifie le témoin et la victime, sacralise leur parole46... » Passons sur cette dichotomie tranchée qu’on aurait bien du mal à retrouver dans les travaux de deux camps que Henry Rousso crée et oppose de façon réductrice. On retrouve surtout là la critique bien connue qui consiste à pointer l’absence de distance qui serait consubstantielle au recours aux témoins : cette critique est au fondement de la suspicion dans laquelle a été tenue l’histoire orale. Mais Henry Rousso va plus loin. Il affirme que, non contente de les croire sur parole, la mouvance qui fait appel aux témoins

  • 47 Ibid., p. 254.

« affiche une fausse humilité à leur égard laquelle masque, de mon point de vue, un populisme scientifique dont l’objectif n’est pas, comme dans tout populisme, le désir de défendre la cause des “oubliés de l’Histoire” mais bien celui plus ou moins conscient de parler – fort – à leur place47 ».

22De sorte que, sous la plume de Henry Rousso, s’opère le glissement d’une critique du témoignage vers une réprobation à l’endroit d’une instrumentalisation du témoignage. Au fond, utiliser le témoignage, ce serait souvent l’instrumentaliser.

  • 48 Ibid., p. 255.
  • 49 Ibid., p. 255.

23Ce faisant, Henry Rousso vise large puisque son propos concerne « certaines querelles historiographiques récentes, notamment en France, sur l’attitude des combattants de la Grande guerre, sur l’héroïsation de la Résistance, sur l’ampleur de l’impensé colonial et son lien avec la question de l’immigration. » Il voit dans la position de ceux qui ont recours aux témoins, la mise en œuvre d’une « idéologie du témoignage qui, pour une part, se présente comme l’avatar d’une radicalité idéologique qui a perdu ses références historiques traditionnelles et cherche de nouveaux damnés de la terre48 »... Les déçus et orphelins d’une gauche qui a vu s’effondrer le mur de Berlin et, avec lui, ses espoirs et ses repères, chercheraient de nouveaux damnés de la terre. Et Henry Rousso d’énoncer sa propre position : « Je pense que le véritable respect que l’historien doit au témoin, ou plutôt encore une fois, à l’acteur de l’histoire, c’est de le considérer dans un face-à-face, dans un dialogue amical ou polémique, qui n’empêche en rien d’avoir du respect pour ce qu’il fut dans le passé, tout en se laissant l’entière liberté de critiquer ses interprétations de l’histoire, y compris de la sienne propre49. »

  • 50 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 903.

24Le problème de cette analyse menée sabre au clair est qu’elle n’est étayée sur aucune référence précise ; on eût aimé que la redoutable dérive que l’auteur pointait du doigt fût illustrée... Il y aurait deux écoles, en somme, d’une part « les mystiques de la fusion affective50 » avec les témoins dont les motivations seraient politiques et non scientifiques, d’autre part les âmes fortes qui, tout en respectant les témoins, ne craindraient pas de les contredire. La fracture entre les deux camps est nette et ne laisse aucune place à la nuance. Or, il se trouve que la nuance est fondamentale dans la bonne définition du problème auquel le recours aux témoins confronte tout historien.

  • 51 Ainsi, parmi les parutions récentes, Paroles de nos anciens. Les gagne-misère 1920-1960, Paris, Om (...)

25Il existe certes des publications qui reproduisent sans appareil critique les paroles d’un passé enfui51. C’est une option, pas nécessairement stérile, mais ce n’est pas celle que prennent les historiens des champs que vise Henry Rousso. En caricaturant l’opposition entre zélateurs enamourés et utilisateurs critiques du témoignage, il construit une grille qui disqualifie les premiers. Or, dans tous les pays du monde, les partisans de l’utilisation des témoignages, précisément parce qu’ils savent les objections qu’on leur oppose, plus encore parce qu’ils sont conscients de la difficulté de l’exercice auquel ils se prêtent, prennent beaucoup de soin à jauger la parole qu’ils exploitent. Il en résulte qu’ils se reconnaîtraient sans difficulté dans la position que Henry Rousso présente comme sienne et qui est, en réalité, le minimum requis de toute pratique scientifique. Aucun des historiens ainsi visés ne fonde son étude sur la reproduction respectueuse de témoignages qui ne feraient pas l’objet de la moindre évaluation. Aucun n’ignore les sources écrites. S’intéresser à ce que les acteurs ont pensé – et pensent qu’ils ont pensé – en leur for intérieur n’implique aucunement qu’on fasse fides écrits qui existent, quand il en existe.

26Mais le concept – si l’on ose dire – de « populisme scientifique » a ceci d’intéressant qu’il pointe, volens nolens, l’objet du débat qui est, à tous égards, fondamental et renvoie à ce que disait déjà François Bédarida en 1986. Il s’agit de l’opposition entre une histoire réputée scientifique et une approche qui serait intime/personnelle, entre une discipline pure et dure et une pratique affective et biaisée.

Une dispute scolastique sans fin et stérile

  • 52 International journal of oral history, vol. 6, no 1, février 1985.
  • 53 « People’s History and Social Science History », p. 5-18.
  • 54 « Between Social Scientists: Responses to Louise A. Tilly », p. 19-39.
  • 55 Yow V., « “Do I Like Them Too Much?”: Effects of the Oral History Interview on the Interviewer and (...)

27Ce débat n’est pas spécifiquement franco-français. Nulle part, il n’a été aussi clairement posé que dans l’International journal of oral history en 198552, au moment où les vents changeaient en France. À un article de Louise A. Tilly, défendant une conception classique de l’histoire53, ont répondu Paul Thompson, Luisa Passerini, Isabelle Bertaux-Wiame et Alessandro Portelli54. Il y a là des échanges qui montrent le degré d’élaboration de la réflexion des défenseurs des sources orales. À titre anecdotique, on peut retenir la réplique imagée d’Alessandro Portelli aux critiques de Louise A. Tilly disant en substance que l’on ne demande pas au sprinteur Carl Lewis de battre le record du monde du saut en hauteur... Sur le fond, les tenants de l’histoire orale font valoir que leur pratique leur a permis de mesurer l’écart entre les faits et les représentations, et par là de prendre conscience du rôle des représentations. Il en découle pour eux une forme de relativisme qu’ils appliquent à toute tentative d’écriture de l’histoire. Ils sont de ce fait plus enclins à privilégier les interprétations que les explications. Plutôt que de croire aux structures objectives, ils croient aux actions mues par la subjectivité humaine, par la place qu’occupent les acteurs sur la scène sociale, etc. La question qu’ils posent est, au fond, de savoir que faire de ce qui contrevient aux analyses savantes que l’on construit. Dans un article paru en 1997 dans l’Oral History Review, significativement intitulé « Do I Like Them Too Much ? », Valerie Yow illustre bien cet axe de défense et de réflexion en évoquant les éléments que les analyses dictées par une approche traditionnelle ne prennent pas en compte. À l’image, explique-t-elle, de « ces “conversations de couloir”, comme les qualifiait l’anthropologue Paul Rabinow, ces remarques auxquelles on se laisse aller sur un mode souvent anecdotique à propos de ses propres réactions confronté à sa recherche avec un collègue dans le couloir, quand on est sur le point d’entrer dans la pièce où on discutera des questions qui importent vraiment à la recherche55. »

  • 56 Voir le remarquable article de M. Vilanova, « À la recherche des majorités invisibles, un parcours (...)
  • 57 Portelli A., « What Makes Oral History Different », first published 1979, inPerks R. and A. Thomson(...)

28Voilà qui nous met à distance d’un supposé « populisme scientifique » et permet de souligner que le déplacement de regard qu’implique la fréquentation assidue, raisonnée et critique des témoins incite à s’interroger sur sa propre pratique, sur ce qu’écrire veut dire, sur le registre d’écriture à choisir pour être en adéquation avec son objet de recherche56. Cet exercice d’humilité a également l’avantage d’aller au-delà de cette belle mais trompeuse symétrie entre des écrits invariables et fiables d’une part, des témoignages oraux changeants et friables d’autre part. Alessandro Portelli a raison de soutenir que les assertions fausses d’un témoin peuvent être vraies psychologiquement et que la vérité qu’elles tissent peut être aussi importante pour qui veut comprendre que des faits établis de façon irréfutable57.

29En même temps, dans sa réponse à Louise A. Tilly, Alessandro Portelli adopte une posture qui oppose deux types d’histoire irréductibles l’une à l’autre, deux disciplines parallèles au même titre que le sprint et le saut en hauteur qui se côtoient sur le stade sans concourir l’un contre l’autre. Or, de mon point de vue, l’historien, s’il fallait l’assimiler à un athlète, serait idéalement un décathlonien, cette espèce rare capable de vitesse, de puissance, d’endurance, d’explosivité, etc. Ces athlètes ont toujours un ou plusieurs points faibles qu’ils travaillent sans relâche à améliorer tout en sachant pertinemment qu’ils devront composer avec leurs lacunes. Plutôt que la vision clivée et très connotée idéologiquement d’un univers historien partagé entre top down et bottom up ou entre « savants » et « militants », avec l’inévitable condescendance qui en découle, on peut rêver de concilier des approches au premier regard difficilement compatibles.

  • 58 Portelli A., loc. cit.: « Orality and writing, for many centuries now, have not existed separately: (...)
  • 59 Joutard Ph., J. Poujol, P. Cabanel, Cévennes. Terre de Refuge, 1940-1944, Montpellier, Presses du L (...)

30Au demeurant, Alessandro Portelli souligne lui-même que « l’oral et l’écrit, depuis des siècles, n’ont pas existé séparément : si beaucoup de sources écrites sont fondées sur l’oralité, l’oralité moderne elle-même est saturée d’écrit58. » Et l’on pense alors, bien sûr, aux travaux de Philippe Joutard, qu’ils soient le fruit d’un collectif59 ou qu’ils portent sa seule marque. La complexité qu’ils mettent au jour tout en la rendant intelligible résulte d’un incessant va-et-vient entre l’oral et l’écrit. Il est assez étonnant, plus de 35 ans après la parution de La Légende des Camisards dont le sous-titre était Une sensibilité au passé, d’avoir à démontrer inlassablement ce que cet ouvrage établissait avec force :

  • 60 Joutard Ph., La Légende des Camisards, op. cit., p. 347.

« D’abord seule forme d’expression de l’admiration populaire pour des ancêtres qui ont redonné confiance à de modestes paysans, la tradition orale est la principale raison de la multiplication des ouvrages cévenols sur la question, mais cette littérature ainsi apparue nourrit à son tour la tradition orale en même temps qu’elle la dévalorise. Cette dernière a cependant réussi à se maintenir jusqu’à nos jours, grâce à son mode de transmission dans le cadre étroit de la famille. Aujourd’hui, elle est moins menacée par le mépris ou le manque d’intérêt que par la dislocation des structures cévenoles traditionnelles, l’abandon des mas et l’éloignement des paysages familiers qui lui donnaient son support le plus concret60. »

31Et Philippe Joutard de conclure :

  • 61 Ibid., p. 356.

« Cette culture populaire n’est pas sans influencer la culture savante : l’érudit n’obéit pas toujours aux impératifs de la “science”, il voudrait plus souvent qu’on ne le croit retrouver les récits de son enfance61. »

32Tout est dit là des interactions subtiles entre l’écrit et l’oral, de la dialectique qui les oppose et les unit à la fois, de l’école d’humilité que constitue la pratique de la tradition ou des sources orales, de la découverte des limites d’une scientificité rassurante mais sujette à caution. Philippe Joutard aurait-il donné la parole aux témoins pour mieux la leur retirer et avancer masqué ? Il faut le (re)lire pour constater l’inanité d’un tel questionnement.

  • 62 On se reportera aux appréciations contrastées de Philippe Joutard et Florence Descamps sur la ques (...)

33Concluons : si Jacqueline Sainclivier et ses amis Christian Bougeard, Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie, François Marcot ont innové par leurs objets et leurs méthodes de recherche, éclairant la sociologie de la Résistance, élaborant des concepts mieux à même de rendre compte de la complexité et du foisonnement de la période des années troubles, scrutant les textes avec des outils sophistiqués, etc., ils le doivent probablement en partie au fait d’avoir été confrontés aux acteurs-témoins de l’histoire qu’ils tentaient de comprendre et de rendre intelligible. Si la greffe de l’histoire orale telle qu’on l’entendait en France à l’orée des années 1980 n’a pas pris62, si sa dimension militante a fait long feu, qui peut sérieusement soutenir que les sources orales n’ont pas contribué à conditionner et modeler le renouveau historiographique auquel les correspondants du CH2GM ont apporté leur pierre ?

Notes

1 Bulletin du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 209, janvier-février 1974.

2 Henri Michel, maître d’œuvre du CH2GM, avait été de la petite équipe qui, aux lendemains mêmes de la Libération, avait lancé la plus vaste enquête orale jamais entreprise en France. Une enquête aujourd’hui aussi méconnue et oubliée que celle du New Deal’s Federal Writers’ Project (FWP) examinée par J. Hirsch, « Before Columbia: the FWP and American Oral History Research », The Oral History Review, vol. 34, no 2 (Summer-Autumn 2007), p. 1-16. Elle n’est ainsi pas mentionnée dans l’ouvrage récent dirigé par Fabrice d’Almeida et Denis Maréchal, L’histoire orale en questions, Paris, Ina Éditions, 2013.

3 Sainclivier J., La résistance en Ille-et-Vilaine, 1940-1944, Rennes, PUR, 1993.

4 Ibid., p. 3.

5 Ibid., p. 13.

6 Ibid., p. 13.

7 Ibid., p. 13.

8 Salgado Andrade E., « Oral History in Mexico », International Journal of Oral History, vol. 9, no 3, November 1988, p. 215-220.

9 Joutard Ph., La Légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, p. 150.

10 Thompson P., « The Development of Oral History in Britain », Oral History. An Interdisciplinary Anthology, edited by Dunaway D. K. and Baum W. K. (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 352.

11 Morrissey C. T., « Why Call It’Oral History’? Searching for Early Usage of a Generic Term », Oral History Review, 1980, vol. 8, no 1, p. 20-48.

12 Editorial: « Allan Nevins and Oral History », International Journal of Oral History, vol. 9, no 1, February 1988.

13 Il y a profusion de preuves de cette attitude. On pourra se reporter à Ronald J. Grele, qui dirigea l’Oral History Research Office à l’Université de Columbia et fut président de l’Oral History Association, « Directions for Oral History in the United States », Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. and Baum W. K. (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 62-84: « As American academic historians attempted to professionalize themselves and make their study more “scientific” in the last decades of the nineteenth century, their view of their task was increasingly a view which limited them to the study of written records. This bias, as well as the research seminar and the definition of the historian as a holder of a Ph. D., they imported from Germany. Thus armed they set out to develop a new kind of history in which oral recollections would play no role » [p. 63].

14 Meyer E., « Oral History in Mexico and Latin America », Oral History Review, no 4, 1976, p. 56-61.

15 Thompson P., « The Development of Oral History in Britain », Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. and W. K. Baum (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 351-362.

16 Portelli A., « Oral History in Italy », Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. and W. K. Baum (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 391-416.

17 Alors qu’Alessandro Portelli et Luisa Passerini étaient reconnus dans les milieux portant l’histoire orale, le monde académique italien les confinait dans des positions secondes qui reflétaient la faiblesse institutionnelle du courant qu’ils incarnaient pourtant de façon spectaculaire et talentueuse.

18 R. J. Grele relève que les premiers programmes d’histoire orale n’étaient pas abrités par les départements d’Histoire mais dans les bibliothèques et dépôts d’archives des universités et qu’ils n’avaient de ce fait que peu d’effet sur la formation des historiens [« Directions for Oral History in the United States », Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. and W. K. Baum (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 64].

19 « An Interview with Charles T. Morrissey », by K’Meyer T. E., Oral History Review, 24/2 Winter 1997, p. 77-78: « The more recent you are, the less professional you are because you’re within living memory. »

20 Dès 1938, dans The Gateway to History, Allan Nevins appelait de ses vœux la collecte des témoignages de « men once prominent in politics, in business, in the professions, and in other fields; information that every obituary column shows to be perishing ». De fait, le premier entretien effectué par Allan Nevins, le 18 mai 1948, à Manhattan concernait le banquier et responsable associatif New yorkais George McAneny. [International Journal of Oral History, vol. 9, no 1, February 1988, editorial: Allan Nevins and Oral History, p. 3].

21 Le journaliste Louis « Studs » Terkel (1912-2008), membre de la gauche radicale américaine qui avait été partie prenante du « Federal Writers Project » du temps du New Deal, influença ainsi fortement les tenants de l’histoire orale aux États-Unis. Au Royaume-Uni, Paul Thompson, dont l’ouvrage Voice of the Past publié en 1978 donna force et légitimité à une histoire sociale vue d’en bas, incarna aussi cette tendance.

22 « An Interview with Charles T. Morrissey », by K’Meyer T. E., Oral History Review 26/1 Winter-Spring 1999, p. 91.

23 Ibid., p. 91.

24 Tuchman B., « Distinguishing the Significant from the Insignificant », Radcliffe Quarterly 56 (October 1972), repris dans Oral History. An Interdisciplinary Anthology,Dunaway D. K. and W. K. Baum (eds), 2nd edition, AltaMira, 1996, p. 94-98.

25 O’Farrell P., « Oral history: facts and fiction », Oral History Association of Australia Journal, 1982-1983, no 5, p. 3-9.

26 Bertaux D., « L’Histoire Orale en France : Fin de la Préhistoire », International Journal of Oral History, vol. 2, no 2, June 1981, p. 121.

27 Joutard Ph., Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 16-17.

28 Joutard Ph., La Légende des Camisards, op. cit.

29 Joutard Ph., Histoire et mémoires..., op. cit., p. 137.

30 Ibid., p. 137. Philippe Joutard a également évoqué le séisme que fut cette enquête dans Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, p. 121-124. Cette longue enquête lui permit de mener 123 entretiens auprès d’informateurs dont l’âge s’échelonnait de 102 à 25 ans.

31 Problèmes de méthode en histoire orale, table ronde, 20 juin 1980, IHTP, 1981.

32 Vilanova M., « The Struggle for a History without Adjectives: A Note on Using Oral Sources in Spain », The Oral History Review, vol. 24, no 1 (Summer, 1997), p. 83.

33 Schnapper D., « Questions impertinentes aux “historiens oraux” », Commentaire, no 23, 1983, p. 655-660.

34 Dominique Schnapper avait mis sur pied et dirigé avec Danièle Hanet une vaste enquête sur la Sécurité sociale de 1975 à 1979, fondée sur 367 entretiens conduits par 6 enquêtrices auprès de 200 personnes, qui avait donné lieu à la publication d’un rapport, « Histoire orale ou archives orales », Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1980.

35 Schnapper D., loc. cit., p. 660.

36 Questions à l’histoire orale. Table ronde du 20 juin 1986, Cahiers de l’IHTP, no 4, juin 1987, p. 5.

37 Ibid., p. 6.

38 Ibid., p. 6.

39 Ibid., p. 7.

40 Ibid., p. 108-109.

41 Jean Moulin et le Conseil National de la Résistance, Paris, IHTP, 1983, p. 53.

42 Voldman D. (dir.), Les Cahiers de l’IHTP, no 21, novembre 1992.

43 « L’Institut d’histoire du temps présent fondé en 1979 joua un rôle important dans cette plus forte implication des historiens. François Bédarida en fut le premier directeur. [...] il comprenait parfaitement l’intérêt de l’histoire orale et pesa de tout son poids pour développer celle-ci au sein de l’Institut, mais aussi dans la communauté historienne. » [Joutard Ph., Histoire et mémoires..., op. cit., p. 147-148.]

44 Pour ne citer qu’un exemple parmi quantité d’autres, Raphaëlle Branche a fait usage des témoignages dans sa thèse, publiée chez Gallimard en 2001 sous le titre La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962. À propos des entretiens qu’elle a menés, elle écrit ceci, p. 444 : « Ces entretiens ont constitué une des sources importantes de mon travail ; ils permettent de s’approcher de réalités trop souvent absentes des autres archives. »

45 Tous Parisiens et membres ès qualité ou collaborateurs de longue date de l’IHTP.

46 Rousso H., La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012, p. 254.

47 Ibid., p. 254.

48 Ibid., p. 255.

49 Ibid., p. 255.

50 Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 903.

51 Ainsi, parmi les parutions récentes, Paroles de nos anciens. Les gagne-misère 1920-1960, Paris, Omnibus, 2013, 785 p., de Gérard Boutet qui se définit plus comme un raconteur d’histoires que comme un historien. Il y a aussi le genre des récits de vie dont la place dans l’édition n’est nullement secondaire.

52 International journal of oral history, vol. 6, no 1, février 1985.

53 « People’s History and Social Science History », p. 5-18.

54 « Between Social Scientists: Responses to Louise A. Tilly », p. 19-39.

55 Yow V., « “Do I Like Them Too Much?”: Effects of the Oral History Interview on the Interviewer and Vice-Versa », Oral History Review 24/1 (Summer 1997), p. 55-56: « They were, as anthropologist Paul Rabinow, has described them, “corridor talk” – the remarks you made about your reactions to your research while you were standing with a colleague in the corridor. You were about to go into the room where you would discuss the really important research matters. »

56 Voir le remarquable article de M. Vilanova, « À la recherche des majorités invisibles, un parcours espagnol du second XXe siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 1997, no 55, p. 136 : « Les sources orales brisent la solitude protégée des archives, le monde fermé de l’écrit, une vision statique de l’historien. De nombreux concepts préalables, élaborés difficilement par l’étude bibliographique, volent en éclat. »

57 Portelli A., « What Makes Oral History Different », first published 1979, inPerks R. and A. Thomson (eds.) The Oral History Reader, second edition, Londres, Routledge, 2006.

58 Portelli A., loc. cit.: « Orality and writing, for many centuries now, have not existed separately: if many written sources are based on orality, modern orality itself is saturated with writing. »

59 Joutard Ph., J. Poujol, P. Cabanel, Cévennes. Terre de Refuge, 1940-1944, Montpellier, Presses du Languedoc/Club cévenol, 1987.

60 Joutard Ph., La Légende des Camisards, op. cit., p. 347.

61 Ibid., p. 356.

62 On se reportera aux appréciations contrastées de Philippe Joutard et Florence Descamps sur la question du succès ou de l’échec de l’histoire orale en France dans L’histoire orale en questions, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540