Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Quatrième partie. De la guerre aux débats

Une autre guerre ? Résistance et violences (France, 1940-1944)

Cécile Vast

Texte intégral

« La révolte bute inlassablement contre le mal, à partir duquel il ne lui reste qu’à prendre un nouvel élan. »
Albert Camus, L’homme révolté.

1Aujourd’hui, travailler sur l’histoire de la Résistance est devenu presque un peu suspect. La méfiance l’emporte et les raisons de la dégradation du statut de l’objet « Résistance » sont diverses : disparition des acteurs-témoins, recul des questionnements socioculturels au profit d’un positivisme factuel revendiqué comme seule méthode d’analyse crédible, primat de l’explication sur la compréhension... Par ailleurs, le terrain a déjà été largement défriché depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale par deux générations d’historiens dont celle, particulièrement prolifique, de Jacqueline Sainclivier. « En somme, vous êtes un peu les petits-enfants d’Henri Michel », s’amusait un jour, non sans une certaine ironie, l’un de nos aînés. Pour un jeune chercheur, en effet, s’aventurer hic et nunc dans ce domaine ressemble à une sorte de défi. « Mais il n’y a plus rien à apprendre sur la Résistance ! », s’étonne-t-on encore parfois. Sans compter qu’il lui faut en permanence lutter contre les soupçons d’empathie aveuglante et d’angélisme béat censés annihiler toute la légitimité critique de son travail. Le risque est plus grand encore lorsque le sujet d’étude porte sur les enjeux idéologiques et éthiques de l’engagement clandestin. L’enquête vaut cependant la peine d’être tentée.

  • 1 Sur ces débats qui ont traversé toutes les tendances de la Résistance, communistes et non communis (...)

2Les images de l’été 1944 et de la Libération associent la Résistance à la lutte armée et parfois aux excès de l’épuration extra-judiciaire. Elles biaisent cependant le regard. Si, dans la culture politique de l’extrême-gauche, la violence est revendiquée comme un outil révolutionnaire, de vifs débats animent très tôt les mouvements de résistance sur les conditions et les limites de ses usages1. C’est justement parce que l’exercice de la violence n’allait pas forcément de soi qu’il oblige à interroger le rapport de la Résistance à la guerre. Mais de quelle guerre parle-t-on ?

  • 2 Selon une estimation récente publiée sur le site internet du Ministère de la Défense, les pertes d (...)
  • 3 Green J., La fin d’un monde, Paris, Fayard, 1996 [journal rédigé en juin et juillet 1940].
  • 4 Sainclivier J., « Les notables face à la lutte armée », inMarcot F. (dir.), La Résistance et les Fr (...)

3Sa réalité et ses désastres submergent brusquement la vie des Français en mai et juin 1940. L’agression du territoire national, les combats meurtriers2 et les exactions multiples contre les civils confrontent le pays à une violence physique, matérielle et symbolique. En quelques semaines, la défaite militaire puis l’Occupation parachèvent un effondrement alors vécu telle la « fin d’un monde3 ». Toutefois, comme le constate Jacqueline Sainclivier à propos des « notables », ces derniers sont « comme le reste de la population, confrontés moins à la guerre en elle-même qu’au traumatisme de 19404 ». Les premiers refus ne peuvent se comprendre sans mesurer l’ampleur du sentiment d’humiliation et de la crise identitaire. Ils dessinent l’horizon d’une revanche, d’une reconquête et d’une libération future du territoire occupé. La signature de l’armistice, le 22 juin 1940, et la propagande orchestrée sur la « correction » des occupants, apportent dans l’immédiat l’illusion d’un éloignement des combats. Le choix de résister induit au contraire le maintien dans un état de guerre, quelles que soient les formes d’engagement. Dans ce contexte, l’utilisation du mot guerre appelle quelques précisions.

Remarques liminaires

  • 5 L’expression de « contre-mémoires » est utilisée par Pierre Laborie pour qualifier les manifestati (...)

4La question des relations de la Résistance à la violence n’est pas neuve : sous l’Occupation, puis aux lendemains de la Libération, elle sert même d’argument aux nostalgiques de Vichy et de la collaboration pour la délégitimer. Ainsi, au moment où se développent rapidement des « contre-mémoires » hostiles à son héritage5, François Mauriac s’inquiète des fausses équivalences :

  • 6 « Tous les morts dans le même sac », Le Figaro, 12 février 1948.

« Tous les morts n’ont pas la même signification, ni la même valeur, et la réconciliation des Français ne doit pas se faire aux dépens de l’honneur des nôtres qui ont donné leur vie : nous ne voulons pas la fonder sur un reniement6. »

  • 7 Guillon J.-M., « De l’histoire de la Résistance à l’histoire des Glières, un enjeu symbolique et sc (...)
  • 8 À propos de cette publication de Claude Barbier [Crimes de guerre à Habère-Lullin, Saint-Julien-en (...)

5Elles perdurent encore aujourd’hui à travers des rapprochements spécieux qui mettent sur le même plan répression nazie ou vichyste et épuration, ou qui banalisent les crimes par la victimisation de leurs auteurs. L’historien Jean-Marie Guillon explique bien comment le thème de l’épuration est redevenu l’un des « biais » par lequel la Résistance est régulièrement dénigrée : « épuration – toujours “sauvage”, bien entendu, alors que la répression de Vichy ou des occupants, elle, n’est “que” brutale7. » Dans le même ordre d’idées, un livre récent n’hésite pas à établir un parallèle entre le massacre nazi de 25 jeunes perpétré dans le château d’Habère-Lullin (Haute-Savoie) où se déroulait un bal, le 23 décembre 1943, et l’exécution le 2 septembre 1944 au même endroit de 40 militaires allemands sur ordre du Commissaire de la République Yves Farge, en représailles des massacres de Saint-Genis-Laval8.

  • 9 Lacoste C., Séductions du bourreau. Négation des victimes, Paris, Presses universitaires de France, (...)
  • 10 « Comme s’il n’y avait plus ni héros ni responsables de guerres. Comme s’il ne restait que des vic (...)
  • 11 Cet aspect est largement traité dans l’article « Mort » inMarcot F. (dir.), Dictionnaire historiqu (...)

6Plus insidieuse, une certaine tendance à niveler les formes de violence sous couvert de raconter « l’expérience combattante » s’insinue dans la littérature, le cinéma9 ou les commémorations. Ainsi une cérémonie organisée le 8 mai 2014 à Orglandes en Normandie rend conjointement hommage à 10 000 soldats allemands tués lors du débarquement allié et à deux aviateurs français fusillés par les nazis10. Le focus sur les victimes rejette dans l’ombre les motifs et le sens des engagements, il place sur le même plan tous les combattants et efface les lignes de partage. Un retour à la complexité du temps de la guerre est nécessaire pour sortir du nivellement, de la confusion parfois savamment entretenue, des anachronismes et des jugements rétrospectifs qui lisent le passé avec les certitudes du présent. La Résistance est confrontée à plusieurs formes de violence, subies ou infligées, aux temporalités parfois entrecroisées à partir de l’été 1944 : risques et répression de la clandestinité11, exactions de la guerre contre les maquis, représailles collectives, excès de l’épuration à la Libération.

7Les éléments d’analyse proposés ici prennent appui sur l’expérience de la Résistance pour tenter d’appréhender autrement les liens entre guerre, conflits et problèmes éthiques posés par les usages et la légitimité de la violence. Quelle « guerre » les résistants mènent-ils ? La violence est-elle inhérente au combat clandestin, à la lutte armée et au processus politique de la Libération ? La Résistance ne constitue-t-elle pas aussi une réponse – ou un rempart – aux multiples exactions commises par les forces nazies et vichystes ?

8Du côté des occupants et de Vichy, les violences infligées à diverses catégories de la population obéissent autant à des normes juridiques et idéologiques, qu’au contexte changeant de la guerre.

9Pour les mouvements de résistance, la confrontation aux exactions – comme le recours à certaines formes de violence – provoque en retour une réflexion éthique sur le sens et la singularité du combat clandestin. Nous le verrons, elle ne se fait pas toujours sans contradictions, et les mots peuvent parfois se heurter à la complexité du réel.

  • 12 Bertrand M., N. Laurent et M. Taillefer (dir.), Violences et pouvoirs politiques, Toulouse, Presses (...)

10Dans le cadre de cet article, le lecteur comprendra aisément qu’il est impossible de traiter tous les aspects des violences de la guerre en général12. Les pages qui suivent s’en tiennent à formuler quelques pistes de réflexion sur le rapport de la Résistance à la violence.

Du côté de l’occupant et de Vichy : mots, normes et cadres

11Les visions de l’ennemi, dont la Résistance fait partie, révèlent une certaine convergence entre les Allemands et Vichy. La lutte contre le bolchevisme inspire des politiques répressives qui mêlent globalement, sur l’ensemble de la période de l’Occupation, objectifs de maintien de l’ordre et représentations idéologiques.

  • 13 Eismann G., Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée : 1940-1944, Paris, Tallandier, 201 (...)

12Rappelons simplement que pour le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF), la politique répressive contre les résistances entre avant tout dans une politique plus globale de « maintien de l’ordre et de sécurité », associée à la surveillance de l’appareil administratif de Vichy. Les travaux de Gaël Eismann insistent cependant sur la nécessité de ne pas dissocier les militaires du MBF, qui auraient été étrangers au nazisme, des idéologues de la Sipo-SD. En effet, l’historienne du MBF remet très largement en question cette vision reconstruite et montre au contraire l’imprégnation et l’intériorisation par les militaires chargés de la répression de l’idéologie nazie. Le personnel du MBF « partageait une vision du monde largement perméable au système de représentation nazi13 ». Le caractère illégitime de l’engagement clandestin justifierait ainsi, pour les occupants allemands, les crimes de guerre, Gaël Eismann précise :

  • 14 Ibid., p. 111-112.

« Si la plupart des membres du [...] MBF ne partageaient probablement pas l’antisémitisme radikal-völkisch des hommes de la Sipo-SD, reste que la lutte contre le “judéo-bolchevisme” [...] n’était pas seulement une notion guerrière de la propagande nationale-socialiste, qu’ils auraient utilisée avec scepticisme, mais bien une idée profondément ancrée chez eux, devenue une simple évidence14. »

13Le poids du judéo-bolchevisme, qui se renforce après l’invasion de l’URSS et les premiers attentats communistes en août 1941, est un véritable prisme. Il influe sur la vision globale de la guerre et sur l’idée que le danger à l’Est est reporté à l’Ouest. Cette idéologie détermine les représentations, désigne des cibles privilégiées, opère une hiérarchisation en fonction du danger et conditionne une vision de l’ennemi extensible dans le temps. De fait, au début de l’Occupation, la répression touche essentiellement les actions de renseignement et la lutte armée ; l’inquiétude est moindre concernant les mouvements « gaullistes », perçus comme relativement inoffensifs jusqu’en avril-mai 1941. Avec l’invasion de l’URSS en juin 1941, les cibles s’élargissent peu à peu, et le vocabulaire pour les désigner se diversifie : juifs, communistes, gaullistes, « terroristes », « francs-tireurs », « bandes terroristes », populations « complices » environnant les maquis – ces deux derniers vocables étant plus spécifiquement utilisés à la fin de 1943 et au cours de l’année 1944.

14La façon de dire l’ennemi reflète les représentations que les acteurs de la répression se font de l’idée et des formes de lutte de la Résistance. La sémantique intervient en effet dans la reconnaissance, la dépréciation ou la négation de l’autre. Pour prendre un exemple, en février et mars 1944, le secrétaire d’État à l’information du gouvernement de Vichy, Philippe Henriot, recourt à un registre particulièrement dépréciatif pour dénigrer les maquisards des Glières. Une violence symbolique inspire un discours haineux porté par des expressions destinées à déshonorer l’ennemi : « terroristes », « guerre civile », etc. Dans ce contexte, les mots de Vichy et de l’occupant ne sont évidemment pas anodins ; la terminologie utilisée soutient une vision et une justification idéologiques des exactions commises contre les résistants. L’historien ne peut impunément manier ce vocabulaire sans mener un travail préalable de décryptage. Pour Marc Bloch, cette réflexion sur la nomenclature et sa signification, reste l’un des fondements de l’analyse historique :

  • 15 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993, p. 174-175. Po (...)

« Pour tout dire d’un mot, le vocabulaire des documents n’est, à sa façon, rien d’autre qu’un témoignage : précieux, sans doute, entre tous ; mais, comme tous les témoignages, imparfait ; donc, sujet à critique. [...] Un mot vaut beaucoup moins par son étymologie que par l’usage qui en est fait15. »

  • 16 Lieb P., « La répression et les opérations militaires allemandes contre le maquis dans le Jura fran (...)
  • 17 Sellier A., « Transport parti de Compiègne le 22 janvier 1944 et arrivé au KL Buchenwald le 24 janv (...)

15Au regard de cette précaution élémentaire sur les usages des mots, on peut s’étonner de l’emploi, dans des recherches historiques, d’un vocabulaire issu des organes répressifs. Dans une publication récente consacrée aux opérations menées contre les maquis de l’Ain et du Haut-Jura, la terminologie militaire est utilisée sans la distance critique nécessaire. Ainsi du mot « pacifier » : « à aucun moment, les Allemands ne purent pacifier durablement le Jura français » [sic], peut-on lire sous la plume de l’historien Peter Lieb16. C’est là une surprenante façon de rendre compte de ce qui relève de la répression ; il ne s’agit pas de « pacifier », mais bien de réprimer. Rappelons que dès la fin de l’année 1943, la violence contre les populations civiles, exercée sous la forme de rafles, de massacres et de déportations, est utilisée comme moyen de dissuasion dans les zones de maquis. Ainsi, des unités mêlées de la Wehrmacht et de la Sipo-SD, auxquelles s’ajoutent les forces de la Milice, opèrent un peu partout en France une série de rafles : 14 décembre 1943 à Nantua dans l’Ain (150 personnes arrêtées, 92 déportées), 16 décembre à Billom dans le Puy-de-Dôme (14 fusillés, 47 déportés), 26 décembre à Morlaix dans le Finistère (59 personnes déportées), fin décembre dans le nord de la Drôme (55 personnes déportées), 16 janvier 1944 à Mussidan en Dordogne (35 personnes déportées)17.

  • 18 Ibid., p. 106.

16La question du vocabulaire est révélatrice des représentations qui perdurent encore dans certains travaux historiques. Elles se traduisent notamment par la relativisation ou la minimisation du rôle de la Wehrmacht, en opposant notamment ses actions à celles de la Sipo-SD, ou en opérant une distinction entre les soldats allemands et les éléments étrangers des Osttruppen. Ces derniers seraient, selon le même auteur, davantage « prédisposés à commettre de telles atrocités [en raison] d’une culture de guerre différente18 ». Dans le même ordre d’idées, il écrit, à propos de l’opération Korporal menée entre les 5 et 13 février 1944 dans l’Ain, et de l’encerclement de la zone par les soldats de la Wehrmacht :

« Toutes ces unités de la Wehrmacht ne jouèrent qu’un rôle secondaire dans cette opération, leur mission consistant à former un cordon militaire pour encercler les routes principales de la zone d’opération. »

17Ou encore :

« La Wehrmacht ne joua qu’un rôle secondaire, se contentant de monter la garde tout au long du cordon militaire. »

  • 19 Ibid., p. 104.

18Elle participe pourtant à un dispositif qui aboutira à la mort de 40 civils, à l’arrestation puis à la déportation de 290 personnes, « nombre total de victimes relativement faible », précise ailleurs Peter Lieb19...

19Les représailles collectives contre les populations jugées complices des maquis s’ajoutent le plus souvent aux combats de la lutte armée. Au cours de l’été 1944 et pendant la période de la Libération, un climat de violence imprègne l’univers des résistants. Pour autant, la notion de « culture de guerre » peut-elle s’appliquer au rapport que la Résistance entretient avec cette violence ?

La « guerre » de la Résistance : les mots et les faits

  • 20 Guillaume Piketty, loc. cit.

20En écartant le vécu personnel des brutalités morales et physiques subies par les résistants après leur arrestation20, trois aspects semblent structurer leur rapport à la violence. Ils correspondent chacun à des moments bien précis de l’expérience clandestine, avec des interrogations propres : les actions, les formes et les stratégies de la lutte armée ; les divers sentiments suscités par la confrontation aux exactions de Vichy et de l’occupant ; les conditions et les modalités de l’épuration. Au sein des institutions et des mouvements clandestins, ces questions inspirent d’intenses débats sur la nature et la singularité de la Résistance.

  • 21 Indomitus, « Le devoir de tuer », Défense de la France, 15 mars 1944.
  • 22 Ibid. : « Exterminer les miliciens », « Les détruire comme on détruit la vermine ».

21Les résistants n’échappent pas aux vertiges de leur temps ; la haine est parfois clairement revendiquée, tout comme le « devoir de tuer », titre d’un éditorial fameux de Philippe Viannay publié le 15 mars 1944 dans Défense de la France21. « Le devoir est clair : il faut tuer », répète l’auteur dans le corps de son article. Derrière le choc d’un titre provocateur, derrière l’extrême violence des mots22, Philippe Viannay prend soin cependant de tracer une ligne de partage :

  • 23 Idem.

« Tuer sans passion et sans haine. Ne jamais s’abaisser à torturer, à faire souffrir. Nous ne sommes pas des bourreaux, nous sommes des soldats23. »

  • 24 Ces slogans sont lisibles sur les photographies publiées dans l’album : 1945-1950. La France du ba (...)

22On retrouve également dans la parole résistante d’inspiration communiste une véritable glorification des exécutions de soldats de la Wehrmacht. Ainsi, le 23 août 1945, un placard apposé à proximité de la station de métro Barbès-Rochechouart à Paris proclame : « Gloire au colonel Fabien FTP héros national qui le 23 août 1941 abattit le 1er officier boche. » Un an plus tard, le 23 août 1946, un calicot tricolore affiche une phrase de Laurent Casanova : « Le coup de revolver de Fabien à Barbès a fait plus pour la libération du pays que cent discours », en précisant : « Ici, le 23 août 1941 a été abattu le premier officier allemand par celui qui allait devenir le glorieux colonel Fabien24. » On sait que les premiers attentats de l’été 1941 n’ont pas immédiatement été assumés par la direction du parti communiste. Cette rhétorique renvoie cependant à une culture politique qui fait de l’usage de la violence un instrument de conquête du pouvoir.

23Au cours de l’année 1944, ces discours haineux et vengeurs se multiplient, y compris parmi les courants les plus modérés de la Résistance. Les crimes nazis et vichystes exacerbent des sentiments et des intentions parfois contraires. L’exemple de ce projet de tract non publié du Comité départemental de la Libération du Rhône, que préside Alban Vistel, est particulièrement révélateur des contradictions inextricables qui traversent les mouvements de résistance. Les passages du texte qui ont été barrés en disent long sur les débats internes et valent tous les commentaires :

  • 25 « Terrorisme justicier », projet de tract du Comité de la Libération de la région et du Rhône, fin (...)

« Les crimes les plus abominables s’accumulent [...]. Pour longtemps encore nous ne pourrons que songer à la vengeance, qu’au châtiment terrible, nécessaire, pour que l’humanité ne connaisse plus de telles horreurs. Jamais, même aux jours les plus sombres de l’Histoire, le monde n’assista à une telle furie sanguinaire, à une telle hystérie du mal, à une telle férocité. [...] Le milicien est hors la loi, qu’il soit abattu par tous les moyens comme un chien enragé. [...] Que le sang des martyrs retombe sur les hommes qui ne sont plus dignes du nom d’Homme. [Que la haine soit satisfaite.] Tant pis, il est désormais trop tard. Peuple de France, rends toi-même Ta justice, oppose terrorisme à terrorisme sans quartier ni pitié. [Chacun doit tuer sans remords chaque fois que l’occasion se présente]25. »

  • 26 Laborie P., « Entre histoire et mémoire, un épisode de l’Épuration en Ariège : le tribunal du peupl (...)

24Pourquoi supprimer du texte d’origine les expressions « Que la haine soit satisfaite », « Chacun doit tuer sans remords chaque fois que l’occasion se présente », si ce n’est pour tenter de contenir une haine qui pourrait s’exercer bien au-delà des mots ? Au moment de l’épuration, les interprétations politiques ne suffisent pas à expliquer les explosions de violence dont les logiques renvoient autant au vide des autorités responsables qu’aux spécificités culturelles. Ainsi de l’exemple de ces débordements exutoires du « tribunal du peuple » de Pamiers (Ariège) étudiés par Pierre Laborie. Dans une ville libérée puis investie par des unités de Francs-Tireurs et Partisans, un « tribunal du peuple » procède à des condamnations à mort suivies d’exécutions publiques, en dehors de toute procédure judiciaire. Sur environ 200 personnes capturées dans les jours suivant la Libération, 42 (35 de nationalité française dont 8 femmes, 7 militaires allemands) sont fusillées entre le 18 et le 31 août 1944. Pour Pierre Laborie, ces manifestations de fureur font partie des épisodes « les moins ouvertement revendiqués dans l’héritage de la Résistance26 ». Dans le cas de Pamiers, la réalité sordide a très largement dépassé les mots et la rhétorique des articles de presse.

25En cette année 1944, le climat de guerre à outrance contre la Résistance et les populations censées ravitailler les maquisards, inspire en retour des textes pétris du désir de vengeance. Les éditoriaux écrits en 1944 par Albert Camus pour le journal Combat en sont une bonne illustration, particulièrement pour ce qui concerne les collaborateurs. Ils mêlent la dénonciation des exactions à la violence des sentiments, comme le montrent ces deux extraits publiés courant juillet :

  • 27 « La dernière infamie de la Milice », Combat, juillet 1944.
  • 28 « La grande peur des assassins », Combat, juillet 1944.

« Abjects imitateurs de leurs maîtres nazis, les miliciens du Waffen SS Darnand ont été lâchés par Vichy sur la France. La roue tourne, la libération approche [...]. Ils se sont mis hors de toute légalité et de toute justice. Ils se sont relégués au rang des chiens enragés qu’il faut abattre. Pour eux, et pour eux seuls, il n’est plus besoin de juges, ni de tribunaux. Ils ont signé eux-mêmes leur arrêt de mort. Aux patriotes de l’exécuter27. »
« Quand les Allemands avaient incendié quelques villages et capturé quelques patriotes, les miliciens, avec un retard calculé, arrivaient et prenaient possession des prisonniers. Ils regardaient ces captifs silencieux et ils se mettaient en colère. Rien n’est plus irritant que la vue d’un homme pour ceux qui ont délibérément cessé d’être hommes. Et puis leur travail commençait. Il s’agissait de prouver que la dignité humaine est un mensonge et que l’homme conscient de soi et maître de son destin n’est qu’un mythe démocratique28. »

26Ces phrases écrites à l’imparfait semblent renvoyer à un passé révolu, celui des miliciens français violant les principes fondamentaux de l’humanisme. Pour l’éditorialiste de Combat, le message est limpide : la dignité humaine et la démocratie appartiennent désormais au futur, celui de la Résistance. On est là au cœur des contradictions propres à la longue période de la Libération où, pour de nombreux résistants, se manifestent conjointement appels à la vengeance et aspirations humanistes. En effet, l’expression de la modération et du doute, l’exposition de cas de conscience parfois douloureux, caractérisent les écrits contemporains et les actes des responsables de la Résistance. Si les résistants participent également aux violences, ils tentent cependant, dans le dépassement, de ne pas franchir la ligne rouge. Il faut lire la mise en garde vigoureuse lancée quelque temps après les exécutions sommaires de Pamiers par les rédacteurs du journal du Comité départemental de la Libération, L’Ariège libre :

  • 29 « Faire justice n’est pas insulter à la mort », L’Ariège libre, 10 septembre 1944, cité par Labori (...)

« Que les coupables paient, oui, mais de grâce, qu’on n’insulte pas à la mort. [...] Ces hommes, ces femmes qui sont face au mur vont payer leurs crimes du prix le plus terrible que la justice humaine puisse leur demander : le prix du sang. Ce solde est assez lourd pour que, morts, ils n’aient droit qu’au silence, silence méprisant peut-être, mais digne et triste car ces êtres ignobles sont ou étaient des Français. [...] Il serait immensément triste pour nous de voir [le peuple français] se transformer soudain en vampire hideux29. »

27Ce texte reflète avec force l’une des sensibilités marquantes de la Résistance ; la modération dans les actes et la volonté affirmée de s’identifier aux principes de justice et de dignité sont autant de réponses aux déchaînements de la guerre. Le souci de préserver les civils des conséquences du conflit témoigne également d’une conscience aiguë de la responsabilité morale inhérente à la lutte clandestine. La question des représailles collectives apporte une clé de lecture des liens entre la Résistance et les populations environnantes. Les historiens Pierre Laborie, Rod Kedward et François Marcot insistent sur l’ambivalence des réactions de civils partagés entre la peur des représailles et l’adhésion aux groupes de résistance. En dépit des craintes réelles, et malgré les menaces, des « solidarités objectives » (Pierre Laborie), directes ou indirectes, se développent. Dans les régions où elles s’exercent, la répression et les représailles produisent l’effet inverse de celui attendu par les Allemands et Vichy ; elles soudent dans une même communauté de sort, résistants et populations. Ces dernières témoignent de leur solidarité par de menus gestes anonymes, individuels et collectifs : aides ponctuelles, tombes fleuries, enterrements, etc.

28On retrouve une semblable attention au sort des populations dans l’indignation exprimée par la presse clandestine devant les « dommages collatéraux » des bombardements alliés au cours de l’année 1944. Pour ne prendre qu’un exemple, le journal Provence Libre, organe des Mouvements unis de Résistance du Var, consacre en mai 1944 un article sans concession aux conséquences des « bombardements anglo-américains » :

  • 30 « Les bombardements Anglo-Américains », Provence Libre, no 5, 1er juin 1944.

« En ce mois de mai 1944, les bombardements aériens alliés se sont intensifiés sur toute la France. [...] Il est évident que de telles opérations présentent de sérieuses difficultés pour nos Alliés. Mais nous ne saurions accepter, sans protestation énergique, que la vie de nos compatriotes fut sacrifiée sans que préalablement toutes les précautions nécessaires n’aient été prises par les aviateurs qui survolent notre territoire. [...] La Résistance française sait que la libération de notre territoire ne peut s’effectuer dans la facilité, elle sait que les épreuves les plus dures sont à venir, mais jamais elle n’acceptera que soit oubliée sa raison d’être : le respect de la personne humaine30. »

En guise de conclusion : « tuer la guerre » ?

29Cette ébauche de réflexion sur le rapport de la Résistance à la violence et à la guerre ne prétend pas épuiser le sujet. Il faudrait pour cela pouvoir mener une étude systématique qui tiendrait compte des divers courants de la Résistance, ou qui rapprocherait discours et pratiques, cultures politiques, contextes locaux et spécificités socioculturelles. Les quelques exemples développés ici révèlent une Résistance lucide, consciente autant de ses faiblesses que de ses responsabilités, soucieuse de maintenir une certaine éthique de l’action. Parfois confrontés dans leurs propres rangs à des dérives, les résistants tentent de contenir une brutalisation à laquelle ils ne consentent pas. L’expérience de la Résistance se distingue nettement des expériences combattantes ordinaires vécues et perçues à travers les modèles de la guerre conventionnelle. En opposition claire à l’accusation de « terrorisme » proférée par Vichy et les Allemands, on en trouve l’affirmation dans la volonté forte de ne pas reproduire les méthodes de l’ennemi, et de rejeter le vocabulaire utilisé par celui-ci pour dénigrer la Résistance. Bien qu’elle évolue dans un contexte de guerre à outrance, son rapport complexe, douloureux et distancié à la violence semble la démarquer d’une « culture de guerre ».

30Pour La Libre Comté, un journal clandestin des Mouvements Unis de Résistance dans le Jura, à défaut de mener une autre guerre, la Résistance aurait pour projet de « tuer la guerre » :

  • 31 La Libre Comté, « La guerre, cette chose ignoble », août 1944.

« Le touriste qui se hasarderait, en ce bel été ensoleillé, dans nos montagnes du Jura, emporterait de son voyage une vision d’horreur. De nombreux villages, hier coquets, fleuris, vibrant de cris d’enfants et de rires de jeunes filles, ne sont plus que des pans de murs croulants et calcinés, sous lesquels on entrevoit des carcasses de lits ou d’ustensiles divers, tordus par l’incendie. La guerre ! N’est-ce pas cela et rien que cela ? Et celle que nous impose un adversaire sans humanité n’est-elle pas particulièrement révoltante ? [...] Soyez dignes de vos aïeux : tous debout pour bouter l’ennemi hors de France et tuer la guerre, cette chose ignoble31... »

Notes

1 Sur ces débats qui ont traversé toutes les tendances de la Résistance, communistes et non communistes : Marcot F. (dir.), La Résistance et les Français. Lutte armée et maquis, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté-Les Belles Lettres, 1996.

2 Selon une estimation récente publiée sur le site internet du Ministère de la Défense, les pertes de la campagne de France (10 mai – 22 juin 1940) s’élèvent à 58 829 décès.

3 Green J., La fin d’un monde, Paris, Fayard, 1996 [journal rédigé en juin et juillet 1940].

4 Sainclivier J., « Les notables face à la lutte armée », inMarcot F. (dir.), La Résistance et les Français, op. cit., p. 54.

5 L’expression de « contre-mémoires » est utilisée par Pierre Laborie pour qualifier les manifestations d’une mémoire d’origine vichyste dénigrant après-guerre la Résistance. Je renvoie en particulier à la postface intitulée « D’un silence l’autre » de la seconde édition de son essai : Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Gallimard (collection Folio-Histoire), 2014, p. 283-302.

6 « Tous les morts dans le même sac », Le Figaro, 12 février 1948.

7 Guillon J.-M., « De l’histoire de la Résistance à l’histoire des Glières, un enjeu symbolique et scientifique », in postface de la réédition du livre Vivre libre ou mourir. Plateau des Glières, Haute-Savoie, 1944, Montmélian, Éditions La Fontaine de Siloé, 2014.

8 À propos de cette publication de Claude Barbier [Crimes de guerre à Habère-Lullin, Saint-Julien-en-Genevois, La Salévienne, 2013], voir l’article particulièrement éclairant de Charles Heimberg. « Brouillage mémoriel sur la Haute-Savoie », Médiapart, 22 janvier 2014. Claude Barbier est l’auteur d’une thèse sur le maquis des Glières publiée récemment chez Perrin avec le concours du ministère de la Défense.

9 Lacoste C., Séductions du bourreau. Négation des victimes, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

10 « Comme s’il n’y avait plus ni héros ni responsables de guerres. Comme s’il ne restait que des victimes... » écrivent Éric Conan et Guy Konopnicki dans leur article, « Mémoire de 39-45 : la grande confusion », Marianne, 18 mai 2014.

11 Cet aspect est largement traité dans l’article « Mort » inMarcot F. (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 955. Mentionnons par ailleurs le document établi par Guillaume Piketty : « La violence subie et infligée par les résistants français à l’ordre nazi et/ou vichyste » in Terror and the Making of Modern Europe : Transatlantic Perspectives on the History of Violence, Stanford – 17-18 avril 2008.

12 Bertrand M., N. Laurent et M. Taillefer (dir.), Violences et pouvoirs politiques, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1996, p. 9.

13 Eismann G., Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée : 1940-1944, Paris, Tallandier, 2010, p. 109.

14 Ibid., p. 111-112.

15 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993, p. 174-175. Pour rappel, Marc Bloch, responsable du mouvement de résistance Franc-Tireur, a été fusillé le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans sur ordre du chef de la Sipo-SD de Lyon, Klaus Barbie.

16 Lieb P., « La répression et les opérations militaires allemandes contre le maquis dans le Jura français en 1943/44 », in L’engagement résistant dans l’Ain, Conseil général de l’Ain, 2012, p. 102-107.

17 Sellier A., « Transport parti de Compiègne le 22 janvier 1944 et arrivé au KL Buchenwald le 24 janvier 1944 », in Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression, t. II, p. 1147.

18 Ibid., p. 106.

19 Ibid., p. 104.

20 Guillaume Piketty, loc. cit.

21 Indomitus, « Le devoir de tuer », Défense de la France, 15 mars 1944.

22 Ibid. : « Exterminer les miliciens », « Les détruire comme on détruit la vermine ».

23 Idem.

24 Ces slogans sont lisibles sur les photographies publiées dans l’album : 1945-1950. La France du baby-boom. Les photos retrouvées de l’AFP, Paris, La Découverte-Agence France Presse, 1991, p. 50.

25 « Terrorisme justicier », projet de tract du Comité de la Libération de la région et du Rhône, fin août 1944, AN 72 AJ 626, Fonds Alban Vistel. [Les phrases entre crochets et en gras ont été rayées sur l’original du texte.]

26 Laborie P., « Entre histoire et mémoire, un épisode de l’Épuration en Ariège : le tribunal du peuple de Pamiers (18-31 août 1944) », in Les Français des années troubles, Paris, Le Seuil (Points-Histoire), 2001, p. 227.

27 « La dernière infamie de la Milice », Combat, juillet 1944.

28 « La grande peur des assassins », Combat, juillet 1944.

29 « Faire justice n’est pas insulter à la mort », L’Ariège libre, 10 septembre 1944, cité par Laborie P., « Violence politique et imaginaire collectif », inBertrand M., N. Laurent et M. Taillefer (dir.), op. cit., p. 205-216.

30 « Les bombardements Anglo-Américains », Provence Libre, no 5, 1er juin 1944.

31 La Libre Comté, « La guerre, cette chose ignoble », août 1944.

Auteur

Docteure en histoire, professeure d’histoire et géographie (Académie de Besançon).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540